Mourir de honte - Meet the Pedobear ( LIBRE )

rédigé par Sicarius Symphonia le Lun 23 Avr - 13:04
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 314
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 314
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 314
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 314
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Mourir de honte - Meet the Pedobear


Défi:
 

C'est pas vrai. Pourquoi ça tombe sur moi hein ? Le monde m'en veut, c'est pas possible. Moi qui commençais à avoir une vie bien posée et rangée, voilà que ça recommence. Mais quelle idée d'avoir parié avec mes coéquipiers aussi. Faire un pari avec Ryoma et Celo, c'est loin d'être la meilleure idée que j'ai eu. Le perdant du combat, se déguisera en bisounours rose, et ira distribuer des bonbons aux étudiants. Et devinez qui c'est qui a perdu ? C'est bibi. Tain ... C'est pourtant la bonne occasion de vaincre une fois pour toute Celo dans un combat au corps à corps, mais j'ai encore échoué contre lui. Et voilà que maintenant je me tape ce gage à la zob.

Je vais tellement avoir la honte. Pfff. Mais j'ai pas le choix. Je suis joueur. Je respecte mes engagements. Mais ce qui me troue le plus le fion, c'est de devoir payer moi même ce déguisement à la con avec mes propres sous. Tellement de perte. Puis passez une bonne demie heure à commander cette merde, je crois que j'allais littéralement explosé. J'ai pris le moins cher. J'ai envoyer un de mes larbins m'acheter des becs et un panier. Je vais avoir l'air ridicule. Tiens d'ailleurs, une livraison. Qu'est ce qui peut être aussi gros....Oh non. Il est arrivé si vite. Je vais devoir me coltiner ça tout une aprem autour d'étudiants, tous abrutis les uns que les autres. L'enfer. Je vis un véritable enfer, et je ne n'y suis pas encore.

Le jour J est arrivé. De mauvaise humeur, les gars à la boutique ne m'ont pas exprimé un seul regard, ni un seul mot. Ils ont pas intérêt de toute manière à me faire chier. Fumant ma dernière cigarette, en plus la dernière du paquet, je râle. Mon existence est véritablement pourrie. Écrasant ma clope, en ronchonnant dans ma barbe, je me change en arrière boutique dans mon bureau. Tain...Il fait une chaleur à crever là dessous. Je me regarde dans le miroir. Ridicule. J'ai l'air totalement ridicule. Qui m'en veux à ce point ? Prenant les accessoires, je sors de la boutique devant mes larbins. Je le vois sur leur visage q'ils se retiennent de rire. Rira bien qui rira le dernier. Un coup de pied au derrière et on verra s'ils se marrent toujours autant. Malgré mon visage dissimulé sous cet imposant masque, ils s'arrêtent de ricaner bêtement. Mon aura est puissante. A mon retour ils vont morfler.

Me voilà parti pour traverser la ville dans cet accoutrement burlesque. C'est si dérangeant. Une fois entré à l'intérieur de l'école, les étudiants affluent la cour extérieure. Il a fallu en plus que je me pointe pendant les heures de pauses des étudiants et des profs, à la vue de tous. C'est pas vrai. Mais le but de vider ce panier de bonbon. Une fois fait, je ne dirais que deux mots : JE ME CASSE !!!! Il faut bien commencer quelques part. Oh une mignonne petite hybride avec des jolies couettes. Je m'approche d'elle, en me dandinant gaiement, quelle horreur.

- " Tu veux un bonbon ma petite. Sers toi ils sont délicieux "

D'un timbre de voix aigu et mielleux, j’appâte la petite à venir se servir. Allez si tout se passe bien, en dix minutes tout est '' vendu '' et je repars comme si de rien n'était. Puis comment peut laisser un pedobear rentrer aussi facilement dans cette école, alors qu'auparavant j'étais à deux doigts de me faire prendre, quand je m'y introduisais




CSS par Gaelle

rédigé par Aidan Pszczynwa le Mar 16 Oct - 2:14
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 71
Clochettes : 164
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Ton pouvoir : Permet de voler la vie à quelqu'un petit à petit par le toucher.
Le toucher doit être assez prolongé pour que cela soit vraiment ressenti chez l'autre.
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 71
Clochettes : 164
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Ton pouvoir : Permet de voler la vie à quelqu'un petit à petit par le toucher.
Le toucher doit être assez prolongé pour que cela soit vraiment ressenti chez l'autre.
Noblesse
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 71
Clochettes : 164
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Ton pouvoir : Permet de voler la vie à quelqu'un petit à petit par le toucher.
Le toucher doit être assez prolongé pour que cela soit vraiment ressenti chez l'autre.
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 71
Clochettes : 164
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Ton pouvoir : Permet de voler la vie à quelqu'un petit à petit par le toucher.
Le toucher doit être assez prolongé pour que cela soit vraiment ressenti chez l'autre.
avatar

Aidan

Sicarius
Haruna

Mourir de honte - Meet the Pedobear
Tu t'entendais plutôt bien, avec tes nouveaux colocataires. En fait, ils étaient même meilleurs que les anciens. Ils étaient sympathiques et marrant - et même s'ils étaient tous des prédateurs, tu n'avais pas peur pour ta peau. Tu savais bien qu'ils ne te mangeraient pas dans ton sommeil, même si tu t'amusais parfois à faire des farces dans la résidence. On n'allait pas te dévorer pour ça - après tout, tu répandais la bonne humeur, non ? Et puis, c'était souvent toi qui rameutait la nourriture - toi qui ne pouvait survivre sans sucreries ! Bon, certes - tu n'aimais pas qu'on te vole tes réserves. Mais c'est pour ça qu'en général, tu prévoyais encore plus de friandises pour pouvoir en partager avec tes colocs - et garder une petite partie dans ta chambre.
Un ange comme toi, ça ne se dévorait pas - pas vrai ?

Et puis, en plus de ça, tu t'étais trouvée une copine de farces - Haruna. Vous étiez un peu pareil, vous aimiez bien plaisanter et vous amuser, même si cela pouvait signifier taquiner les autres. Toi, t'aimais bien embêter amicalement tes colocs - ça te faisait rire. Parfois tu leur faisait peur, parfois tu leur sautait au cou - parfois tu leur faisais des tours de magie. Tu leur avait déjà menti, bien sûr - tu n'allais pas leur dire que tu avais été abandonné à un orphelinat pour des raisons obscures, ni que tu étais un oméga. Alors tu leur avais dit que ton pouvoir était lié à tes tours de magie.

Tout ça pour dire que tu t'entendais bien avec tes colocataires - et qu'en cette belle journée ensoleillée, tu avais fais des essais coiffure avec ta colocataire, Haruna. Tu ne sais même plus comment vous en êtes venus à jouer au coiffeur l'un pour l'autre. Haruna avais alors essayé plusieurs coupes sur toi - en passant par les tresses, les beignets, la queue de cheval, ou encore le chignon. Au final, elle avait décidé que c'était les couettes, qui t'allaient le mieux - et tu t'étais regardé dans le miroir, totalement satisfait du résultat. Ça te donnait un petit style, tu étais mignon - même si, ne le cachons pas, ça te donnait un petit air féminin. Mais personne ne le remarquerait, si ? De toutes façons, tu pourrais aisément trouver une excuse - après tout, tu es le maître des mots.
Au final, tu avais fais des couettes à Haruna aussi - comme ça, vous seriez des “ Jumeaux de couettes ”, et tu aimais bien l'idée. C'était cool d'avoir une jumelle, non ? Même si vous ne vous ressembliez pas trop, au moins, vous étiez un minimum assortis.

En short et t-shirt - car tu est aisément atteint par la chaleur - tu étais donc sorti dans la cour te pavaner de ta magnifique coiffure, sautillant tranquillement comme un petit lapin. Tu n'avais pas cours, aujourd'hui - du moins, pas maintenant. Et tu n'avais pas de devoirs en vue, tu pouvais donc bien te promener un peu.
Mais alors que tu sautillais, tu sens quelqu'un s'approcher et s'adresser à toi.
Tes yeux s'illuminent alors que tu te retournes vers la personne - bonbons ?

« BONBONS ? », tu déclares, les yeux remplis d'étoiles et de la bave coulant légèrement de ta bouche.
Puis, tu remarques que la personne est dans un étrange costume - c'en est presque effrayant. Tu as un mouvement de recul - captant seulement le reste de sa phrase.
Tu gonfles alors les joues - la mine boudeuse.

« Ehhhhh Monsieur le Nounours Rose Chelou ! Déjà, j'suis pas une fille donc pas ta petite ! Puis j'suis pas petit tout court ! »

Tu croises les bras, affichant toujours ta mine boudeuse - les joues gonflées d'air.

« Alors aboules tout tes bonbons pour te faire pardonner, Monsieur Barbapapa ! »


HRP:
 
Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: pensionnat :: cour - entrance-
Sauter vers: