Revenir en haut
Aller en bas

Partagez | 
 

 Worst... day... ever P.V: Kakashi Imaî

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Royauté

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Age : 16

Clochettes : 696

Date de naissance : 04/07/2001

Occupation : Élève, classe 2

Messages : 405

Date d'inscription : 09/01/2018

Localisation : Au Gym, comme tout bon sportif de la classe 2

MessageSujet: Worst... day... ever P.V: Kakashi Imaî   Dim 25 Mar - 23:15

Hahahaha... Quel journée de merde... Comment avait-elle fait pour se rendre jusque là... Sérieusement c'était impossible. La déesse de la chance lui avait tendu un piège. Et le dieu du malheur tant qu'à lui, lui avait tendu une perche qu'elle avait pris comme une jeune écolière née de la dernière pluie. Maintenant qu'elle se trouvait sur le popotin, la main sur la bouche à s'essuyer face a l'infâme contacte corporel qu'elle avait eu entre les lèvres et le derrière de monsieur, la jeune demoiselle voulait simplement mourire. Oh non, pas juste fuir pour allez ce cacher. Cela ne serait pas suffisant à cacher la honte qui l'avait a présent envelopper. Et comme si ce n'était pas assez, la personne avec qui elle était entré accidentellement en contacte était en train d'uriner sur les jolies fleurs de l'école. Si le fait de manquer de respect à ces magnifiques petit délice lui aurait passer par l'esprit, la petite princesse aurait probablement été insulté de ce genre d'action. Mais non, sa situation, embarassante comme elle n'en avait jamais vécu jusqu'ici, était suffisant pour lui faire oublié ce genre de détail. D'ailleurs, le rouge cramoisi de ses joues auraient été suffisant à donner la puce à l'oreille à n'importe qui d'un tentinet observateur. Mais il fallait être vraiment aveugle pour ne pas voir son malaise alors qu'elle tentait tant bien que mal de cacher sa nudité en croisant les bras et détournant les jambes sur le côté. Le tout bien entendu, avec un regard d'une fille battu qui avait presque les larmes aux yeux... presque. Comment en avait-elle pu arrivé là? Bien commençons par le commencement.

La journée s'était bien entâmer... Du moins pour la première demi-heure. Amélia c'était levé avant le soleil, comme à son habitude. Elle était descendu de sa jambre après s'être habillé pour allez prendre un verre d'eau. Encore là rien a signalé, si ce n'était peut-être la fatigue accumulé vu qu'elle avait veillé plutôt tard pour faire ces devoirs. Bon, allez hop, l'exercice matinal. Dehors l'air était plutôt froid. De grand nuage noire menaçait de se déverser a tout moment sur elle et le vent ne disait rien qui vaille. Mais bon, ce n'était pas ses intempéries qui allait l'arrêté. Après ses réchauffement la demoiselle se mis à sa course matinal. Premier truc de la journée, en tournant le coin son vêtement se pris dans une écharde de la clôture et un petit déchirement se fis entendre. La sportive s'arrêta pour observer les dégâts en maugréant. Ce n'était pas grand chose, mais quand même emmerdant en début de journée. Alors elle se remis à courire. Le vent semblait être plus furieux qu'à son départ et le soleil semblait tarder à vouloir se pointer le nez. Probablement du au fait que les nuages étaient plus noir qu'à première vu. Et ce qui devait arriver arriva. Une pluie se déversa sur elle, froide voir presque glacial. Le seul moyen qu'elle avait pour ce tenir au chaud c'était de bouger, alors la jeune fille augmenta ses activités d'un cran puis redoubla d'effort.

Au fur et a mesure qu'elle se promenait dans la régions, de nombreuse flaque apparaissait au sol. Chaque pas qu'elle faisait l'eau giclait partout, c'était ennuyant. A ce rythme elle était bon pour se prendre une grippe. Après un moment elle arriva pas très loin de boisée. Tien, c'était l'endroit parfois pour se donner un plus gros défi tout en se cachant un peu de la pluie. Alors la jeune demoiselle s'y rendit sans y penser trop longtemps. Il était vrai que ce mouvoir sur un terrain accidenté était beaucoup plus difficile, sa cadence habituel en avait pris un coup, mais vu les efforts qu'elle devait y mettre, cela ne fit que la faire sourire, jusqu'a ce qu'elle mette le pied sur un sol peu trop bouetteux, perdant de son pas son soulier dans la boue. En tentant de s'arrêté la jeune femme glissa aussi, s'étalant de tout son long dans la terre réduite a l'état semi liquide... Génial. Tout en maudissant ce début de journée horrible l'adolescente se releva, et essuya le plus gros des dégâts en marchant jusqu'à son soulier pour le remettre. Il fallait dire que maintenant qu'il était remplie de substance visqueuse et froid, c'était plutôt inconfortable. Un lourd soupir exaspéré plus tard, la jeune femme se remis à la course.

En sortant du petit boisée elle se rendit compte qu'elle était arrivé derrière une ligne d'habitation. Ainsi, elle pourrait toujours passer entre les maisons pour rejoindre la route. Alors qu'elle s'exécutait, une dérangeante odeur nauséabonde s'attaqua à ses narines. Bien entendu le déclic ce fit dans son esprit, elle s'arrêta donc sur le bord du chemin pour regardé en dessous de son pieds. Ouaip... vous vous en serez doutez... La pluie avait tellement ramoli la bouse que la petite demoiselle l'avait pris pour un tas de boue tout a fait commun. Oh mais ce n'était pas tout... puisqu'à peine avait elle remis le pied sur le sol qu'un grognement l'alerta d'une présence canine derrière elle. Tout doucement la jeune demoiselle se retourna pour voir un très méchant chien qui écumait de la bave la regarder avec une unique envie, celle de lui mordre le molet. Quel journée de merde non... Amélia se mis donc à courire, tentant du mieu qu'elle pouvait d'utiliser tout les obstacles qu'elle pouvait afin d'évité de se faire mordre par le chien. Heureusement puisque sur une ligne droite, il y aurait longtemps qu'elle se serait fait bouffer. Après avoir sauté une clôture elle regarda le chien d'un air terrifié en voyant celui-ci la longé pour finalement trouvé un entrée. Puis ce fut a ce moment qu'elle se rendit compte à quel point elle était idiote. Que faisait les volatils lorsque le danger les menaçaient? Sans y penser d'avantage la petite fille s'éleva dans les airs pour s'éloigné du molosse jusqu'à le perdre de vu. Tant pis pour la course, c'était suffisant pour aujourd'hui.

La jeune fille arriva chez Sayuri épuisé, trempé, gelé, affamé, apeuré... bref, la seul envie qu'elle avait était d'allez ce couler un bon bain chaud avant d'allez s'écrasé dans son lit. Mais nooonnn... il fallait que l'école commence dans un heure et demi, lui donnant à peine le temps de se changer et de manger quelque chose. Sachant que les autres étaient déja partie à l'école, Amélia se déshabilla de ses vêtements sale dans l'entrée en laissant bien entendu ses souliers dehors. Puis se dépêcha à se rendre a l'étage pour s'essuyer et prendre des vêtements sec. Par la suite elle se débarassa de son linge qu'elle mis dans un sac pour mettre dans la salle de bain, elle ferait bien le lavage lors de son retour. Maintenant l'heure de manger. Vu le temps, l'adolescente n'avait a peine le temps de ce faire des rotis dans le grille-pain qui... fallait s'y attendre vu la chance qu'elle avait aujourd'hui... ne marcha pas du tout. Bien sur, une panne de courant avait frapper le quartier. Oh puis zut, elle tartina rapidement ses pains mais se coupa les doigts avec son couteau. Résultat, pas très beau à voir, mais rien de grave. Heureusement que ce n'était pas les produits de premier soin qui manquait ici. Morale de l'histoire, ne jamais prendre le premier couteau venu lorsque l'on était presser et toujours prendre le bon outil de cuisine. Bref, après avoir sceller sa plaie, nettoyer le tout et manger, la jeune fille pris son manteau, son sac en tissue d'école, de nouvelle chaussure et un parapluie et partie braver les intempéries pour se rendre à l'école.

Pensez vous vraiment que tout irait pour le mieu même pour la route? Non, bien sur que non... Alors qu'elle se dirigeait d'un pas rapide en direction de l'école, un coup de vent fit tourner son parapluie et comme si ce n'était pas assez, un chauffard de la semaine passa près d'une flaque d'eau en véhicule pour l'éclabousser totalement. Vraiment à ce moment, elle aurait peut-être du retourner simplement à la maison et se recoucher. Ce n'était certainement pas l'envie qui lui manquait. Mais elle avait un travail important à remettre ainsi qu'un examen. La princesse ailée pris donc son courage a deux mains et se rendit néanmoins jusqu'à l'école.

Son premier cours n'auraient pas été si terrible, si lorsqu'elle sortie ses devoirs de son sac ses travaux n'auraient pas été pratiquement tout imbibé dans l'eau, effaçant la plupart de son travail. Bien entendu, l'enseignant lui colla une note négative, ne voulant même pas comprendre les malheurs de la jeune fille. Il prétexta que bien que de chose malheureuse pouvait arrivé, c'était du devoir de l'élève de veiller néanmoins à être toujours préparer en toute circonstance. Nul besoin de vous dire qu'elle avait vachement eu l'envie de lui foutre son poing sur la gueule. Peut-être est-ce que le malheur qui la suivait depuis le début était en train de commencer à lui monter au cerveau. Heureusement enfin, le reste du cours ce fit sans embrouille malgré l'inconfort de ses vêtements encore humide qu'elle avait à peine eu le temps de sêcher avant de se rendre en classe.

Puis la première pause arriva enfin. Bref, une partie de la journée était déja passé. Bien qu'il en restait encore la majeur partie à braver Amélia tenta de pensée positive. Comme le karma faisait bien les choses, une de ses bonnes connaissance vint la confronter sur une histoire tout à fait loufoque comme quoi la papillon tentait de lui voler son petit amis. Honnêtement, la jeune femme n'avait pas la tête à ça. Et sa patience était déja mis à rude épreuve depuis le début de la journée. Son cerveau ne marchait pas comme à son habitude et sa langue lâchèrent des paroles qu'elle même ne savait pas comment était venu à ses lèvres. Malheureusement, le mal était fait. Une giffle plus tard, la fille était déja partie, laissant l'adolescente abasourdi par la situation qu'elle avait eu du mal à suivre entre deux crises. Et comme si ce n'était pas suffisant, alors qu'elle refermait sa case après la discussion, ses vêtements restèrent prise dans ceux-ci. Résultat, un autre morceau de linge qu'elle devrait faire recoudre ou mettre à la poubelle. À ce moment, la jeune femme avait pratiquement le goût de pleurer. Mais étant en publique, elle devait s'éfforcer de garder son calme. Elle inspira profondément avant de se rendre à son prochain cours.

Surprise, le professeur n'étais pas la. Il s'agissait cependant d'un remplaçant qui avait quand même reçu l'ordre de leur faire passer l'examen en question. A voir les dites questions par contre, Amélia voulait se fracasser le crâne sur son bureau. Il s'agissait, pour la majeurs partie de ceux-ci, du sujet dont elle avait oublié le seul livre dans sa case la nuit précédente et sur lequel elle était sur que leur enseignant n'allait pas faire d'examen, du moins pour le moment. Merde, merde, merde... c'était un examen qu'elle allait surement échouer si c'était le cas. Bon tant pis... à ce point, la journée ne pouvait pas être pire...

Grossière erreur... L'heure du dîner. En arrivant à la caféteria, celle-ci ce trouvait bondé. Surement du au fait que tout les places à l'extérieur était encore mouillé et que personne ne voulait allez ce mouillez le postérieur. Bon, ce n'était pas le pire. Mais lorsqu'elle arriva en face de la cuisinière qui préparait le repas, il y avait mystérieusement plus aucune bouffe chaude pour le moment. La jeune femme gronda intérieurement avant de s'obligé à prendre une salade déja préparer et allez ce trouver un coin tranquille pour manger. Jusqu'à ce que finalement, une guerre de bouffe éclate pas très loin d'elle. Avant même qu'elle ne puisse savoir qui s'attaquait à qui, l'élève de cinquième année reçu un pouding sur la tête... La sérieusement ça commençait à faire beaucoup. De toute façon vu l'heure, le prochain cours allais arriver dans pas trop longtemps, lui donnant juste le temps d'allez ce nettoyer plutôt que de finir son repas.

Aux toilettes, la jeune femme termina de manger tout en tentant aux mieux d'enlever le poudding de ses cheveux. Elle en avait enlever la majeur partie, presque totalement en fait. La douche ce soir ce promettait d'être une bénédiction, si le courant était remis. Néanmoins le prochain cours ne lui tentait vraiment pas. Il s'agissait du cours de magie et qui disait cours de magie, disait souvent problème avec son pouvoir. Pendant un moment Amélia se regarda dans le miroire, tentant tant bien que mal de se motiver a continuer sa journée. La moitié était déja passé, elle pouvait bien endurer le reste non. Elle relâcha un gros soupir exaspérer alors qu'une collègue de classe entra dans la salle. Cette dernière remarqua tout de suite que la jeune femme n'était pas dans son assiette et lui demanda si tout allait bien. Amélia lui répondit simplement d'un ton las que c'était sa pire journée à vie avant de se rendre au toilette pour faire ses besoins. Comble de malheur, les culottes baissés, elle se rendit compte qu'il n'y avait plus de papier hygiènique dans sa cabine. Après s'en être plaint de façon désespérer, Tiamat Danëlwyn demanda à sa camarade de lui en donner par en dessous, ce que la jeune demoiselle fit tout en se moquant gentillement d'elle.

Puis vint le moment de vérité. Boire la fameuse fiole de sang qui lui servirais de test magique pour la journée. Sans plus y penser d'avantage (parce qu'a ce point, elle se disait qu'elle allait bien ce transformer en monstre ou quelque chose du genre), Amélia bu la fiole en espérant que les contres-coup ne seraient pas dévastateur. Puis... il fallait bien sur que quelque chose arrive. La jeune femme rapetissa au point ou elle se retrouva à l'état d'une souris. Bien entendu elle paniqua. Si elle avait déja entendu parlé d'une personne étant capable de faire de même, les rumeurs voulaient que cette dernière soit capable de transformer ses vêtements avec. Alors pourquoi est-ce que la petite insecte était présentement totalement dénudé entouré de tout ses vêtements qui n'avait pas suivi...

Amélia se mis donc a s'envolé pour allez chercher du papier hygénique et s'entourer avec. Au moins c'était mieu que pas de vêtement, puis s'envola en dehors de la cabine pour aller retrouver sa camarade qui était en train de se laver les mains. Cette dernière remarqua alors la petite insecte dans le miroire et cru avoir vu une grosse bestiole. Par rèflexe elle se retourna et tenta de l'écrasé entre ses mains. Sérieusement, la papillon ne su pas trop à ce moment si ce qui l'insultait le plus était le fait d'avoir failli mourir écrasé comme un insecte, ou le fait que sa camarade de classe ne l'ait pas reconnu. Heureusement, ses instincts l'avaient empêché de mourire bêtement. Après mille et un excuse et quelques explications, la grande femme accepta bien entendu d'aider la petite papillon en s'occupant de ses problèmes. Soit, elle prendrais soin de ses effets personnel et ses vêtements, elle avertirais les professeurs de son absence et dernièrement, elle lui ouvrirait la fenêtre pour qu'elle puisse partir discrètement. Pour Amélia, la journée était fini. Trop de chose horrible c'était passé aujourd'hui et ce dernier truc était la goutte d'eau qui avait fait débordé le vase.

Heureusement la pluie avait cessé même s'il subsitait un vent plutôt ennuyant. Pour Amélia, ce n'était pas si pire étant donner la direction de celui-ci et petite comme elle était, elle risquait difficilement de ce faire voir dans les airs. Alors elle s'envola en direction de la maison jusqu'à ce que le vent ne décide de lui faire face. Et la, elle avait envie de maudir tout les dieux de la terre. Bon, il lui était impossible de continuer ainsi. La petite hybride insecte décida donc de se dirigés vers la buissons pour passer inaperçu et se caché du vent froid. Alors qu'elle arrivait pas très loin des limites de l'école, Amélia du se cacher plus d'une fois pour ne pas se faire voir. Ce qui n'était pas difficile vu sa petitesse. Cependant, une personne s'approcha un peu trop près d'elle ce qui la traumatisa. Avait-elle été vu? D'un premier coup d'oeil elle ne le reconnaissait pas. Mais il était plutôt difficile de jugé. Après tout sa vision des choses avaient changé et c'était pour le moins déconcertant.

Puis il fallait bien entendu que quelque chose d'horrible arrive. L'adolescente commença alors à grandir. Oh non ce n'était vraiment pas le moment. Il fallait qu'elle parte d'ici en toute discrétion avant de ce faire voir dans sa tenu d'Ève. Et vite vu qu'elle reprenait sa grandeur plutôt très rapidement. D'un mouvement vif, elle tenta de se dirigé derrière un arbre afin de mieux ce caché. Mais aillant mal jugé ses pas et la grosseurs des petites racines, Amélia avait littéralement trébuché sur ceux-ci, tortillé un peu la cheville et avait tomber bouche première sur ce qu'elle croyait être un bout de peau. Bien sur le contact la suprit, la forçant à reculer vivement pour se retrouver en position très désagréable, les jambes au sol, le corps à moitié relevé. Et puis zut la discrétions, elle était fait comme un rat et bonjour les rumeurs... Maintenant cependant, elle pouvait voir qui s'était aventuré dans les fourrés pour... Non elle ne pouvait pas y croire. Le directeur était en train de se laissez allez dans les buissons alors qu'elle venait de lui embrasser le seul bout de peau visible de derrière, soit son postérieur. Beeurkk... la honte... l'horreur... l'embarras... c'était vraiment une journée de merde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Worst... day... ever P.V: Kakashi Imaî

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le pensionnat magique :: Cour extérieure-