Apocalypse & Merry-Go-Round [Pv.Nicephore]

rédigé par Alex Brzezicki le Sam 24 Mar - 19:05
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Il faut beau - le soleil brille. C'est un temps qui crie « sors ! » haut et fort, comme si le ciel lui-même venait nous attraper et nous sortir de nos couettes et de nos chambres - pour ainsi nous traîner dehors. C'était un temps à sortir, à se promener, à se prélasser en extérieur - tout le contraire de ce que je fais habituellement. Moi, j'étais plutôt du genre à me cacher sous mes couettes, et à rester enfermée toute la journée - même si parfois, l'extérieur était appréciable. Lorsqu'il ne faisait ni trop chaud et ni trop froid - un juste milieu, qui permet de mettre le nez dehors sans avoir à souffrir.
Et aujourd'hui était justement un de ces juste milieu - il faisait beau, le ciel était dégagé, mais il ne faisait pas trop chaud. Un temps à sortir.

Je soupire - tentée de passer ma journée dehors. Je pourrais me mettre à l'ombre d'un arbre, et jouer aux jeux vidéos - comme ça m'arrivait souvent de le faire. Mais ça serait dommage, d'un côté. Pourquoi ? Je ne sais pas. Et puis, il y a toujours des idiots qui traînent dehors pour nous déranger - ce n'était donc pas forcément une très bonne idée de se prélasser dehors, en proie à ce genre de personnes.
Je pourrais aller en ville, faire les boutiques - ou au parc d'attractions. Mes yeux s'illuminent à cette pensée - Le parc d'attractions ! Bien évidemment ! C'est l'endroit idéal pour un temps comme celui-ci ! Même si, c'est un peu triste d'aller à un parc d'attraction toute seule - en général, on y va avec des amis. Et je n'ai pas vraiment grand monde à qui proposer - et même si c'était le cas, je n'oserais pas. J'aurais bien trop peur de me prendre un refus, ou de les déranger - ou qu'ils aient déjà prévu autre choses.
Mais bon, on peut totalement aller au parc d'attraction sans être accompagné - on n'a pas besoin de compagnie pour manger et goûter toutes les friandises du coin. Et puis, certaines attractions peuvent s'effectuer seules - toutes, même. C'est juste une idée de la société, qu'on doive y aller accompagné - car la solitude est totalement appréciable.
Et puis, encore une fois, pas besoin d'avoir quelqu'un à ses côtés si c'est juste pour dévorer toutes les friandises possibles.

Je m'habille donc rapidement - parce que j'avais larvé jusqu'ici - mettant un t-shirt, pantalon, gilet et sacoche - simple. Je mets mes lunettes - mes magnifiques lunettes réparées, lisses et claires comme du cristal. Ça n'a jamais été aussi bon et réconfortant de mettre mes lunettes. Il faut dire qu'après avoir dû supporter des verres brisés, avoir des lunettes parfaitement normales est presque un luxe.
Je sors donc de ma résidence, et me dirige vers le parc d'attraction - seule.

Il y a du monde - beaucoup trop de monde. J'avais oublié ce détail - le fait que les parc d'attractions étaient particulièrement aimés, et attiraient beaucoup de personnes. Surtout par un temps pareil. C'est difficile de marcher dans la foule - foule qui me bouscule, me pousse, c'est limite si les gens ne me marchent pas dessus. C'est limite s'ils me voient, même. D'un côté, ça ne me dérange pas - je préfère être invisible.
D'un autre, ils empiètent sur mon espace personnels - ils touchent mes bras, mon dos, mes hanches. Ils touchent mon corps - cette partie intime de moi, et ça me fait presque suffoquer.

Je réussis tout de même à me faufiler parmi les gens sans trop me faire écraser, cherchant du regard un des stands de nourriture. J'en trouve un avec joie - et je fais la queue. Je manque de me faire doubler plusieurs fois - à croire que les gens ne font pas attention à ce qu'il y a devant eux. Mais j'arrive tout de même jusqu'au vendeur avec joie - commandant un peu de tout : Gaufres, chichis, bonbons, etc. C'est limite si le vendeur me regarde d'un air bizarre - comme si je me faisais raquetter pour aller chercher les friandises de tout le monde. Mais non - je vais bel et bien tout manger, à moi toute seule. C'est ça, l'avantage de venir seule - je peux tout manger, au moins.
Je paye, et me retourne pour trouver un coin pour déguster mes friandises - peut-être qu'après, je pourrais également faire une ou deux attractions.
rédigé par Nicephore Siegward le Sam 24 Mar - 21:42
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-Round
Ft Alex Brzezicki

C’est bruyant, ça bouscule, c’est noir de monde, et tu ne vois pas devant toi. Le parc d’attraction te semblait une destination toute choisie pour passer cette belle journée, jusqu’à ce qu’un détail te heurte de plein fouet : la ville entière semble être de sortie. Tu exagères, bien sûr, mais tu ne t’attendais tout de même pas à ça. Sur le coup, à l’entrée du parc, tu hésites à faire demi-tour. Ce serait aussi simple d’acheter à manger dans la supérette, ce sera plus rapide et beaucoup moins contraignant. Cela t’éviterait les contacts désagréables avec de parfaits inconnus juste pour du gras ingéré en deux secondes.

Pourtant, tu ne te vois pas retourner au supermarché. Eh oui, tu y étais déjà pour une pause fraîcheur au rayon surgelé. Pas qu’il fasse trop chaud, mais tu as passé la journée à l’extérieur, à circuler de boutique en boutique pour du matériel intéressant, des livres, et quoique ce soit qui puisse attirer ton attention. Quand on sait qu’un pot de glace a su retenir ton intérêt pendant 15 minutes, ce n’est pas étonnant de voir que tu as mis autant de temps à arriver au parc d’attraction. Et une fois devant, tu ne songes pas à faire demi-tour. La bouffe t’attend, et pour une fois, tu ne veux pas passer à côté. Difficile de refuser un cornet de chichis.

Connaissant bien le parc, tu ne mets pas longtemps à arriver devant un stand de confiserie, ta commande bien en tête. Ne pas avoir d’amis pour y aller ne t’a jamais posé problème, ta curiosité a toujours été plus forte que le regard des autres à ce niveau là. Pourtant, dans la queue qui s’éternise, tu songes plusieurs fois à t’en aller. Ça reviendrait à abandonner ce que tu attends depuis maintenant une demi heure, alors tu restes. Tu restes et tu fous des coups de coude à quiconque te dérange de trop près. Ce n’est peut-être pas très poli, mais ça l’est encore moins d’envahir l’espace vital des autres.

Tu ne fais pas vraiment attention aux clients te précédant, mais un détail attire ton attention. C’est bientôt ton tour, il ne reste plus que deux personnes avant toi, et tu crois reconnaître l’une d’elle. Tu es certain qu’il s’agit d’Alex lorsqu’elle commande trois milles trucs à manger, bien trop pour qu’elle puisse porter tout ça. Sérieusement, elle doit faire vivre tous les commerces alimentaires de la ville à bouffer autant. Ou les ruiner. Les deux à la fois. Tu l’interpelles sans succès lorsqu’elle s’éloigne, ayant trop attendu avant de te décider à le faire.

Tu attends donc ton tour, commandes rapidement, et pars dans la direction où elle s’est éloignée. C’est un peu stupide, non ? Tu pourrais aussi bien t’en aller pour manger dans un coin tranquille. Ou alors tu as décidé que ce serait les 10 % de sociabilité dont tu peux faire preuve dans la journée ? Ici, dans un lieu qui peut vite être tourné en scène d’apocalypse ? Non. Ce sera une rencontre tout à fait normale, pour une fois. Pas d’agonie à cause du sport, pas de cuisine à saccager. Juste un monde monstre et des manèges à n’en plus finir. Ils ont un film, chez les humains, où ça finit très mal dans un parc d’attraction.

Alex n’est pas difficile à trouver, étonnamment. Ça ne t’aurait pas étonné de te perdre toute la journée, pour finalement abandonner et ne jamais lui parler. Sauf que là, c’est presque pire. Tu la trouves et tu ne sais pas comment aborder la conversation.  
▬ Salut ! J’étais la queue derriè-DANS. J’étais DANS la FILE derrière toi et j’ai essayé de t’appeler.

Et putain ce que t’as envie de crever là maintenant. C’est affreux. Horrible. Pourquoi ?! J’étais la queue derrière toi. Ouiii, bah oui. Si c’était pour rater la seule tentative de conversation de la journée, tu aurais pu rester au lit et ne pas bouger de la journée. Tu ignores le rouge qui te monte au joue pour reprendre aussitôt, en espérant noyer ton erreur. Tu contrôles comme possible l’agacement dans ta voix, mais ce n’est pas chose aisée.
▬ Et tu n’as pas entendu. Comment ça va ? Tu as réparé tes lunettes.
Parler des lunettes pour changer de sujet, c’est pourri mais mieux que rien.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Sam 24 Mar - 23:08
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Se frayer un chemin dans la foule n'est pas tâche facile - les gens manquent plusieurs fois de me bousculer ou de me faire tomber. Ou pire - de faire tomber mes friandises. Cette simple pensée me fit frissonner - la simple pensée de perdre ne serait-ce qu'une miette de mes précieuses, très précieuses, confiseries. Perdre de la nourriture au combat est l'une des pertes les plus effroyables - surtout lorsqu'il s'agit de ce genre de nourriture. Car des pois chiches, du poisson séché ou autre nourriture du genre - ce n'est pas si grave, même si c'est triste. Mais des chichis, gaufres, crêpes - et tout le reste ? Ça, ça serait vraiment triste.

Je trouve tout de même un banc sur lequel je m'assieds - ma montagne de nourriture dans les bras. Je renifle la douce odeur qui s'élève des mets - m'enlaçant de douceur, de gourmandise. C'était une odeur onctueuse, sucrée, légère - une sucrerie olfactive. Je salive presque - mais me contente de me lécher les lèvres, heureuse. Même si je n'en ai un peu rien à faire des autres, je préfère ne pas avoir l'air trop bizarre non plus. Enfin, ça c'est un peu raté de base - je pense que tout le monde va se retourner en voyant une montagne de bouffe ambulante.

J'avais à peine commencé à dévorer l'une des friandises que j'avais commandé, lorsqu'une silhouette familière m'apparut. Je regardais le ciel - il faisait beau. Autour de moi - mais aucun signe de mort imminente, de trucs à détruire ou proche de la destruction. En gros, aucun signe de chaos ou d'apocalypse. Je reportes mon attention devant moi - est-ce que quelque chose d'étrange est en train de se passer, va se passer, ou est-ce que l'univers s'est enfin décidé à nous offrir une rencontre normale ?
Je regarde Nicephore - alors qu'il me salue, et que je manque de m'étouffer avec mon reste de nourriture. Finalement, l'univers a dû voir que l'un de nous allait se démerder tout seul pour que ça soit gênant. Je fais tout mon possible pour tout avaler sans tousser - ça serait un peu malpoli, et avec mon karma je ferais sûrement pire bientôt. Très bientôt, même - je préférais même pas imaginer ce que je pourrais faire ou dire, ça m’embarrassait déjà.
J'avale donc ma nourriture comme je le peux - et reprend ma respiration qui s'était bloquée un instant. Heureusement que Nicephore s'est rattrapé sur ses mots, car je ne sais pas comment j'aurais réagi, sinon. Au moins, ça atténue un peu la gêne présente - et peut-être qu'on pourra continuer normalement.

Le temps que je reprenne correctement ma respiration, mes esprits et que mes cordes vocales se débloquent - Nicephore reprend la parole, déclarant que je ne l'ai pas entendu, et fait une remarque sur mes lunettes. J'ouvre la bouche - prête à répondre - et m'arrête, le temps de tout prendre en compte. Rapidement, je me dis qu'il est peut-être mieux de fermer ma bouche, et c'est ce que je fais donc. Je réfléchis à toute vitesse, il faut que je lui réponde - ça serait impoli de ne rien dire, et la gêne ne serait que plus haute. Mais je suis un peu prise au dépourvue, et -

« Phallu-SALUT.»

Bordel, bordel, bordel. C'est pas possible d'être aussi débile, si ? Je manque de m'étouffer sur mes propres mots - je tousse d'ailleurs, peut-être que ça fera diversion. Mes joues brûlent, je dois être aussi rouge qu'une tomate. Putain de karma de merde, j'avais pourtant rien fait - encore ! Et j'avais déjà envie de m'enterrer.
Je me racle la gorge - rapidement - et tente de me reprendre. Mais c'est un peu plus compliqué que prévu.

« Vas que ça tu -euhm...»

Je fais une légère pause - prend une profonde inspiration - et tente de dévier la conversation très rapidement. Et mes pensées aussi - je dois les focaliser sur une chose. J'ai qu'à penser à la bouffe - la bouffe, c'est bien. Les gaufres, c'est bon. Les chichi aussi.

« Ça va et toi ? »

Je fais une nouvelle pause - cherchant quelque chose pour oublier ma bourde plus tôt. Je rebondis donc sur son dernier sujet.

« Les lunettes, oui. Euh, je les ais réparées, oui. Je bo- je vois mieux, maintenant.»

C'est ça, continues à t'enfoncer, peut-être que tu atteindras le centre de la terre à un moment.

« Désolée, y'a du monde. J'ai pas vraiment entendu et, euh... »

Je regarde ma montagne de friandise, posée sur mes genoux.

« J'étais un peu occupée à pas faire tomber tout ça. »

Silence. C'est gênant - vraiment. Putain d'univers, il pouvait pas me laisser un peu de répit ? Je soupire - grignotant nerveusement le bout d'un chichi. Je relève les yeux vers lui rapidement.

« T'es là pour les attractions ? Ou..»

Je baisse les yeux sur la montagne de nourriture. « Ou pour la bouffe, comme moi ? », ça serait un peu gênant à dire, même si c'est vrai. Je grignote encore une de mes gourmandise avec nervosité, tentant de trouver un sujet de discussion potable. Je le regarde rapidement - remarquant qu'il est passé au même stand que moi - et mon corps fait le reste.

« Ils sont bons les chichi ici, non ? »

C'est un peu nul, comme sujet de conversation - mais peut-être qu'au moins, on oubliera ce qui s'est passé plus tôt.
rédigé par Nicephore Siegward le Dim 25 Mar - 1:01
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-Round
Ft Alex Brzezicki

Elle s’étouffe avec sa bouffe tandis que toi, tu meurs de gêne sur place. Qu’elle dise un truc, qu’elle réponde… Mais pitié qu’elle ne crève pas en avalant de travers parce que t’auras parler de queue dans son dos, en voulant dire tout autre chose.  Elle ne répond pas directement, trop occupée à reprendre sa respiration, à survivre presque. A la voir galérer ainsi, tu as hésité à aller l’aider. Problème, tu ne connais que la théorie. Et comme l’univers s’acharne sur vous, tu aurais eu plus de chance de lui coller une baigne que de taper son dos. Ça aurait été violent et inutile, en plus d’être gênant.

Tu pioches dans ton cornet de chichis, impatient de manger enfin ce que tu attendais, quand elle te répond. Ton corps réagit très mal au mot que tes oreilles perçoivent, manquant de faire tomber le précieux chichis par terre. Tu le rattrape in-extremis et tu réussis tant bien que mal à ne pas faire tomber le reste. C’est bête, mais tu aurais détesté Alex si elle avait été la cause de mort de ta nourriture. Et tout ça pour un phallus placé après une queue. Oh mon dieu… Arrête de réfléchir Nicephore, c’est vraiment mauvais pour la suite de la conversation.

Alex te lance une suite de mots, que tu interprètes comme « Vaque ça tue ». Alors pourquoi Vaque ça tue, tu ne sais pas, mais tu te sens moins seul en la voyant devenir rouge tomate. Ne sachant que répondre à tout ça, tu commences à manger. Elle reprend la parole et répond à ta question, puis elle continue. Elle dit presque qu’elle boit mieux maintenant mais se rattrape à temps. A ce stade, on peut presque faire une réunion des esprits tordus et alcooliques anonymes. Ah, et une réunion pour les grosses bouffes anonymes. Parce que l’un-e comme l’autre, vous êtes tous les deux ici pour manger avant tout.

Tu tousses légèrement quand elle lance le sujet de conversation le plus évident de la terre. Comment dire…
▬ Bah si on en a acheté c’est pas parce qu’ils sont dégueu. Euh… C’est pas grave si t’as pas entendu tout à l’heure, je peux comprendre tes… priorités.

On va dire ça comme ça. Tu vas t’asseoir à côté d’elle pour continuer à manger, ne sachant que dire de plus en partant des chichis. C’est croustillant à l’extérieur, tendre à l’intérieur ? Vous n’allez pas passer une heure à détailler chaque aliment. Puis va détailler un chichi après vos précédents lapsus… Tu secoues la tête pour chasser tout ça, avant de reprendre la parole.
▬ Je venais pour la bouffe, mais un peu les attractions aussi. Tu as eu le temps d’en faire depuis que t’es arrivée Monokuro ?
Ton regard balaye le parc lorsque tu lui dis ça, pour finalement s’arrêter sur l’attraction qui rappelle une hélice. Celle où les sièges sont à l’extrémité, et ça tourne, ça va haut. Tu adores les manèges à sensation forte, même s’ils te retournent parfois l’estomac.
▬ T’aimes bien les sensations ?
 
Tu ne percutes pas directement, plutôt soucieux de croquer dans un chichi. Si elle aime bien, vous pourrez peut-être en faire. Quand tu comprends le souci, tu t’étouffes légèrement, avale aussi rapidement que possible pour rectifier. Problème, tes mots sont entravés par une toux, et ça donne grosso modo :
▬ ‘ans les …tractions !

Tu aimes les sensations ‘ans les tractions ?… Mais bordel de putain de merde ! Ça pourrait être tellement gay comme phrase s’il y avait le ton qui allait avec, en plus. Pourquoi, même quand vous ne provoquez pas la fin du monde, c’est chaotique ? A croire que vous êtes maudits.
▬ Les manèges à sensation forte, c’est ce que je voulais dire. C’est pas si compliqué…
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Dim 25 Mar - 18:38
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

C'était gênant. Très gênant - le summum de la gêne incarnée. Si la gêne pouvait être une personne, elle serait probablement assise sur le banc à côté de moi, ou se tiendrait entre nous deux - à rire de nos actions. Ou peut-être que si la gêne devait être incarnée, on l'incarnait très bien tous les deux, lorsqu'on se retrouvait.
Ça devait être ça : Lorsqu'on se croisait, Nicephore et moi, on devenait l'incarnation de la gêne. C'est un peu triste comme nom de super héros, normalement on est « L'incarnation de la Justice », alors « L'incarnation de la Gêne », c'est.... Gênant ? C'est même pire - c'est dégradant. Et c'est triste. Très triste, même. Se dire que notre existence n'est que l'incarnation du malaise. Même s'il y a pire - comme l'incarnation du mal (et encore, c'est stylé) - il y a surtout mieux.

Après mes embrouilles de mots, j'avais juste envie de m'enterrer. Peut-être que Nicephore aussi. Après tout, avec une rencontre comme celle-ci, qui ne voudrait pas s'enterrer à tout jamais et ne plus jamais voir le monde ni la lumière du jour ? Après, la situation pourrait être comique. D'un point de vue extérieur, cependant. Parce qu'au centre de l'action, c'était plus gênant qu'autre chose - et j'avais envie de disparaître.
Bien entendu, mes embrouilles n'avaient pas échappées à mon camarade - malgré mes prières. A croire que je priais le mauvais dieu, ou que mon karma était vraiment très mauvais. Mais pourquoi diable était-il mauvais ? Avais-je torturé et tué des petits chatons dans une vie antérieure ? Je ne sais pas - mais si ça continue, je vais finir par aller voir quelqu'un pour laver mon karma, et surtout voir si une malédiction quelconque ne plane pas au-dessus de ma tête.

Mon sujet de conversation n'est pas le meilleur, mais au moins il permet de ne pas s'attarder sur les précédentes gaffes. Nicephore me répond - affirmant que si on les a acheté, c'est parce qu'ils ne doivent pas être mauvais. Bon point ici, mais j'ai paniqué. J'ai l'impression que je panique beaucoup, dernièrement - surtout quand il est dans les parages. A croire qu'en plus d'être l'incarnation de la gêne, je suis l'incarnation de la panique - vraiment, il y a mieux comme titre.
Mon camarade déclare ensuite que ce n'est pas grave si je ne l'ai pas entendu - qu'il comprend mes priorités. Il s'assied à côté de moi - et je peux presque voir la gêne assise entre nous deux, un bras derrière chacun de nous. Sauf si on imagine que la gêne, c'est nous.

Nicephore affirme qu'il est venu pour la nourriture, mais aussi pour les attractions - me demandant si j'ai déjà eu le temps d'en faire, depuis mon arrivée. Je secoues la tête en signe de négation - je ne suis pas là depuis très longtemps, et je n'ai jamais eu l'idée de venir ici. Et puis, je me disais toujours qu'il faudrait que je vienne avec quelqu'un, sinon ça serait bizarre - mais au final, je suis venue seule, même si j'ai croisé quelqu'un. Ironique, d'un côté, non ?
Sa nouvelle phrase manque de me faire m'étouffer - surtout avec la suite, même s'il cherche juste à préciser. Note à moi-même : éviter d'ingérer quoi que ce soit quand il n'est pas loin. Si ça ne tourne pas en catastrophe et que quelqu'un ne frôle pas la mort, il y aura une phrase mal sortie ou mal tournée qui viendra s'en occuper.
Il finit par totalement se reprendre - et je profite d'un moment de calme pour dévorer un peu plus de mes friandises. On ne sait jamais quand sera la prochaine attaque - alors mieux vaut en profiter quand on le peut.

Je pousse un léger soupir - la tempête à l'air d'être passée. Je dévore une nouvelle gourmandise, avant de m'autoriser à parler.

« C'est ma première fois - Je veux dire, la première fois que je viens ici. »

Bordel, mais c'est simple comme phrase ça - comment je peux foirer un truc aussi simple ? Je fais mine de l'ignorer - à ce stade, il vaut mieux ne plus faire attention aux phrases que l'on peut mal interpréter, sinon on est pas sortis de l'auberge.

« Ehm, euh, les sensations - manèges ! - oui. J'aime bien, c'est sympa. Tu veux faire ça ? »

Je fais une pause, avant de reprendre rapidement.

« Les manèges à sensations fortes. Tu - tu as une idée ? J'imagine que tu connais un peu mieux le coin que moi, donc que tu sais quelles attractions sont sympa. »

Essayer de détourner l'attention d'une bourde est toujours mieux - en lançant un nouveau sujet, par exemple. Même si on reste sur l'ancien sujet, une question, un avis - quelque chose comme ça, ça permet de ne pas se concentrer sur les précédentes choses qui ont eues lieu, et de les oublier un peu. Du moins, c'est ce que j'espère - et je prie pour que l'on ne pense plus à ce qui s'est passé plus tôt.
rédigé par Nicephore Siegward le Lun 26 Mar - 0:30
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-Round
Ft Alex Brzezicki

C’est tellement le bazar dans vos phrases qu’Alex attend le silence pour manger. C’est une bonne solution, car il suffirait que l’un de vous s’étouffe sérieusement pour que ça tourne au cauchemar. Et qu’est-ce que l’autre dirait aux secours ? « J’ai pas su dire salut » ? Vous êtes tous les deux incompétents à la discussion et c’est vraiment alarmant. Mais tout doit être entré dans l’ordre, c’est bon, ça fait dix minutes que vous parlez… A force, vos cerveaux se sont accommodés, non ? Pas du tout. Elle te sort un truc foireux, se rattrape, balance une phrase un peu trop décousue… Une horreur, t’as rien suivi.

Le monde environnant n’aide pas du tout. C’est sûrement à cause de cette variable dominante que vous ne pouvez pas communiquer clairement. La preuve, t’as rien compris à ce qu’elle a dit, et quand elle fait une pause, tu lui réponds presque immédiatement. Heureusement, elle reprend vite la parole et t’empêche de dire une grosse connerie bien gênante, te laissant juste le temps de dire « Quoi ?! ». Non parce que « tu veux faire ça ? »… Sur le coup tu as cru qu’elle n’allait vraiment pas bien et qu’elle te faisait une proposition pas très catholique. C’est gênant. Tu penses alors très fort à sa question, pour fournir une réponse normale.
▬ Oui, je connais. Et si tu supportes bien les sensations, on peut faire… Tu préfères les montagnes russes ou le X géant qui met la tête à l’envers ?

Pourquoi pas faire les attractions, et commencer par du soft. Si tant est que le X qui tourne et met la tête à l’envers soit soft (et tu espères qu’elle a pensé tout de suite à l’attraction et non autre chose qui se rapprocherait de vos ratés). Cependant, t’as un peu peur qu’elle vomisse toute la bouffe qu’elle a ingurgité si vous allez dans un manège qui secoue beaucoup trop. Parce que là, elle n’arrête pas de manger, mais ça se trouve elle avait mangé AVANT d’arriver ici. Toi, à côté, tu mettras trois heures à finir un cornet. Elle aura le temps de finir ses réserves et d’aller se servir à nouveau entre temps.

Avant qu’un silence gênant s’installe -bien que ces dernières minutes, vos paroles soient plus gênantes encore-, tu te lèves et te tournes vers elle.
▬ ça te dit, alors ? Et rassure-moi, tu vas pas vomir si on fait des trucs trop hardcore, hein ?
Tu ne lui demandes pas si elle va perdre ses lunettes, son porte-feuille… Si elle va trébucher sur les marches du manège et tout détruire. Non, tu n’en dis rien mais au fond de toi tu ne peux t’empêcher de réfléchir à cette éventualité. Ne lui proposant aucune aide pour porter sa charge, tu commences à avancer vers l’attraction la plus proche avant de soudain te tourner vers elle.
▬ Eh. Tu connais le principe de la maison hantée, non ? C’est hyper tranquille, mais ça devient marrant à partir du moment où t’arrives à faire flipper les employés.
 
Tu n’y vas que pour ça, en fait. Sinon, c’est une attraction un peu nulle, très plate, aux allures d’Halloween des pauvres. Faire flipper les gens qui doivent normalement effrayer les autres permet de rendre le tout intéressant. Le truc, c’est que t’as vraiment peur qu’elle se mette à gerber alors tu préfère proposer quelque chose de calme.
▬ Quoique, t’as pas une tête à effrayer qui que ce soit… Tu veux essayer ou pas ? Moi je m’en fous, je l’ai déjà fait plein de fois.

© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Lun 26 Mar - 20:23
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

En ce moment même, j'aimerais tuer mon esprit, ma voix, ma bouche - tout ce qui me fait parler, bredouiller et mélanger mes mots, ou utiliser des phrases non appropriées. J'aimerais m'enterrer très profondément, et ne plus jamais voir la lumière du jour - ou alors finir dans une cave, comme un ermite, et ne plus jamais sortir. Peut-être que ça serait une solution pour éviter toute situation gênante.
Nicephore affirme qu'il connaît les attractions - et m'en propose deux, si j'aime les sensations fortes. En y réfléchissant, j'ai jamais eu l'occasion de beaucoup faire de manèges à sensations fortes - j'en ai déjà fait quelques un, toute seule, parce que personne ne m'aurait accompagné. Mais je ne connaissais pas tous les manèges à sensations fortes - j'avais déjà fait des montagnes russes, des trucs qui tournaient, ou  encore une sorte d'ascenseur qui se laissait tomber dans le vide... Et pour info, celui-là terrifie plus qu'il ne retourne.

Alors que je réfléchis - et qu'un silence s'installe - Nicephore se lève et se retourne vers moi, me demandant si ça me va, avant de demander si je ne vais pas vomir ou autre chose hardcore. Un sourire se dessine sur mes lèvres, et je me retiens de rire - c'est vrai qu'il serait facile de croire que je pourrais vomir après tout ce que je mange. Mais bizarrement, j'ai un estomac particulièrement bien accroché. Je n'ai jamais vomi dans une attraction... Mais après, il y a un début à tout. Mais je préfère ne pas y penser - quoique, le simple fait que je sois avec Nicephore pourrait signaler que l'idée est très dangereuse et va probablement mal tourner.
Mais il vaut mieux ne pas y penser, et positiver - avec un peu de chance, l'univers va finir par se calmer sur notre cause.

Je me lève donc avec tout le reste de ma nourriture, et commence à suivre mon camarade qui s'avance vers une attraction. J'ai soudain un mauvais pressentiment - un boulon pourrait lâcher, un truc pourrait se détacher, et on pourrait probablement finir dans une nacelle qui vole à travers le parc d'attraction avant de s'écraser quelque part et de prendre feu. Ou alors tout pourrait se bloquer et exploser - bref, il y a tellement de catastrophes improbables qui pourraient arriver qu'on ne peut même pas les lister.
Mon camarade se retourne soudain vers moi - et je manque de lui rentrer dedans, m'arrêtant juste à temps. Manquerait plus qu'on se retrouve encore au sol, ça commencerait à bien faire.  Il me demande si je connais le principe de la maison hantée - ajoutant que ça devient marrant à partir du moment où on fait peur aux employés. Je souris - bizarrement, l'idée m'attire. J'ai toujours beaucoup aimé les maisons d'horreur, je ne sais pas vraiment pourquoi - c'est quelque chose d'amusant, d'un côté. Un peu comme les jeux d'horreur. On sait qu'on va avoir peur, mais on y va tout de même, car ça a quelque chose d'amusant.
Mais faire peur aux employés ? Voilà une idée attrayante. Je ne sais pas pourquoi - mais ça me plaît de faire flipper les gens, volontairement. Non parce que ça m'est déjà arrivé de faire peur, mais parce que j'étais trop bizarre et différente - pas vraiment le même genre de « peur », donc.

Alors que j'allais répondre, Nicephore ajoute qu'au final, j'ai pas une tête à faire peur - mais me demande si je veux quand même essayer. Je fais la moue, le regardant - fronçant légèrement les sourcils. En vrai, je ne sais pas si l'effet est là - car je sais que je suis très rarement crédible. Que ça soit quand je m'énerve, ou quand je suis contrariée, ou quand j'essaye de faire passer un message négatif. On m'a souvent dit que je ressemblais à un hamster, ou à un truc du genre. Peut-être pour ça que mon hybridation est un rongeur.
Je regarde alors Nicephore, déterminée.

« C'est un défi ? Je suis sûre que je peux faire peur. Suffit de faire une tête bizarre et de crier, non ? »

Je fais une pause, engloutissant une de mes friandises pour avoir plus de faciliter à tout porter, avant de reporter mon attention sur Nicephore.

« Ça me tente, ça à l'air sympa. Et t'en fais pas, si on fait un manèges à sensations, je vomirais pas. J'ai un estomac accroché. »

Je me retourne alors et commence à marcher - avant de m'arrêter brusquement et de me retourner vers mon camarade, un peu perdue.

« Euh... C'est par là ? En fait, je vais te suivre pour y aller, je pense. »

Connaissant mon sens de l'orientation, c'est sûrement préférable. Surtout que je ne connais pas le coin, et je risque donc de me perdre facilement. Même si j'avais une carte, je risquerais probablement de me perdre - partant dans une direction alors qu'il faut aller vers l'autre.
Mais bon, si je suis mon camarade, normalement - je dis bien normalement, mais j'ai tout de même des doutes - tout devrait bien se passer.
rédigé par Nicephore Siegward le Lun 2 Avr - 17:19
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Elle a failli te rentrer dedans. L’espace d’un instant, tu as presque eu peur pour ta précieuse veste, qui aurait reçu la graisse et le sucre de la bouffe d’Alex. Si ça s’était passé, tu aurais instantanément abandonné Alex. Même si chaque malheur est couru d’avance. Vous êtes ensemble au même endroit, vous n’en sortirez pas indemnes. C’est gênant comme variable. Pourtant, ça ne vous empêche pas d’aller vers les attractions en ignorant délibérément l’apocalypse qui risque de vous tomber dessus. On dit bien jamais deux sans trois, et vous avez connu la malchance deux fois.

Tes mots ne semblent pas plaire à Alex, qui fait une tête que tu qualifierais presque de mignonne. C’est gênant, elle a l’air nulle pour exprimer ses émotions sur son visage, et toi t’es nul pour les reconnaître. Vous êtes servis. Elle pense que tu la défis, mais tu étais sincère. Elle ne fait pas peur. Même avec sa moue agacée, elle n’est pas impressionnante du tout. Tu lui souris légèrement quand elle demande s’il suffit de faire une grimace et de crier. T’as un peu pitié. Entre autre, oui. Puisque les employés ne s’attendent pas à vous voir agir ainsi, n’importe quoi peut fonctionner.

Ton idée lui plaît, et ça te fait plaisir. C’est vraiment stupide et ça risque de très mal finir, mais tu n’en as strictement rien à foutre. La dernière fois que tu as fait ça, on t’a viré du manège. Puisque tu n’y es pas retourné depuis longtemps, vous devriez pouvoir faire les cons sans problème. Votre malchance vous aidera pour ça. Elle précise également qu’elle a un estomac bien accroché, mais tu ne la croiras que lorsque vous ferez une attraction à sensation forte, et qu’elle ne vomira pas à la sortie. Te concernant, c’est toujours aléatoire. Tu sais juste que tu supportes moyennement les transports après les manèges.

Quand elle te dépasse pour aller en direction du manège, tu ne la suis pas. Tu restes là, à attendre de voir l’expression perdue sur son visage. Ça ne servait à rien de partir comme ça sans savoir où aller… Tu fais de ton mieux pour ne pas montrer ton agacement en prenant la bonne direction.
▬ Non, c’est par là… Et c’était pas un défi, c’était ce que je pensais. Mais tu vas me montrer de quoi t’es capable.

Tu souris rapidement en terminant, puis tu la guides dans le parc jusqu’à vous approcher suffisamment de la maison hantée. Faut bien prévoir son coup. Tu ralentis à proximité, réfléchissant à ce que vous allez faire.
▬ C’est dommage qu’on ait pas des têtes de mannequin, ou des bras. J’ai fait ça un jour, de laisser tomber un bras parce qu’un gars m’a touché. Il a flippé.

C’est pas pour ça qu’on t’a viré, mais ça aurait pu. Tu t’avances jusqu’à l’attraction et entre dans la file, en priant très fort pour qu’on ne te repère pas. Puisque tu es accompagné et que ce n’est jamais le cas, ça trompe un peu l’opérateur de l’attraction.
▬ Si on se fait virer, évite de dire que c’était mon idée.
Sans lui laisser le temps de réagir, tu l’attrapes par le bras, vers un wagon, juste quand l’opérateur crie quelque chose en votre direction. Mais c’est trop tard, les rails vous entraînent dans un parcours censé être horrifique.
▬ Bon, à toi de jouer. Je suis pas convaincu par les grimaces que tu peux faire, par contre.
Tu as beau (essayer de) la taquiner, ta voix indique clairement que tu penses ce que tu dis.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Lun 2 Avr - 21:12
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Bien sûr, j'aurais dû l'attendre dès le début au lieu de commencer à marcher. Maintenant, c'était gênant, j'avais l'air débile - enfin, c'est pas comme si ça allait changer de d'habitude. J'ai l'impression de toujours passer pour une débile ou une fille gênante - en particulier lorsque Nicéphore est dans le coin. C'est un peu comme si c'était une malédiction, d'un côté. J'ai l'impression d'avoir beaucoup de malédiction reliées à ce camarade - à moins qu'elles ne soient toutes regroupées en une seule.
Tout ça pour dire qu'au final, j'étais partie dans la direction complètement opposée - et que mon camarade me fit remarquer que ce n'était pas par là, avant d'ajouter que plus tôt, ce n'était pas un défi qu'il me donnait - mais plutôt ce qu'il pensait. Je fronçais les sourcils - défi ou non, je pouvais faire peur, j'en était sûre.

Je le suis ensuite à travers le parc pour aller jusqu'à la maison hantée - et j'en profite pour terminer mon goûter sur le chemin. Oui, j'ai tout englouti sur le chemin - de toutes façons, il fallait bien m'en débarrasser si je voulais pouvoir faire des manèges. Et puis, j'avais faim - ce qui n'est pas nouveau non plus. Mais au moins, maintenant, je peux faire un manège tranquillement, sans risquer de perdre ma nourriture. Et une fois qu'on aura fait un petit tour de manèges, peut-être que j'irais me resservir.

Lorsqu'on arrive près de l'attraction, il ralentit - et je fais donc de même. Il déclare que c'est dommage qu'on ait pas des têtes de mannequins, ou des bras - qu'il a déjà fait peur à un gars comme ça, une fois, en faisant tomber la partie de mannequin. Je souris - ça a dû être marrant à voir.
Il entre donc dans la file, et ajoute de ne pas dire que c'était son idée si on se fait virer. J'acquiesce, ne posant pas de questions même si j'en ai envie. Peut-être qu'il s'est déjà fait viré, si ce n'est pas la première fois qu'il s'amuse à faire peur aux gens. Je n'ai pas le temps de réfléchir plus longtemps qu'il m'attrape par le bras et m'emmène dans un wagon - tandis que l'un des opérateur de l'attraction crie quelque chose. Une fois installés et entraînés, il déclare que c'est à moi de jouer.

Je souris alors, et me glisse au fond du wagon, au niveau de où sont censées être les jambes - comme je suis petite, je peux facilement m'y tenir. On pourrait presque croire que Nicephore est tout seul dans le wagon. Les jambes de Nicephore sont juste à côté de moi - j'espère qu'il ne complexe pas des jambes, sinon ça serait gênant. Ce n'est pas gênant d'être au niveau des jambes de quelqu'un, si ? Mais pourquoi ça serait gênant ? De toutes façons, avec ma taille, je suis presque toujours au niveau des jambes des gens - surtout lorsqu'il s'agit de grandes personnes.
Je secoues légèrement la tête, et attends. Je profites de l'attente pour m'ébouriffer un peu les cheveux - histoire de me donner une tête un peu plus effrayante. Selon mes connaissances en jeux d'horreur, un bon screamer devrait faire l'affaire.

Dès que je sens une présence d'un des employés, je sors d'un coup - me prenant un peu le haut du wagon sur la tête en même temps. Je pousse un cri en agitant les bras et en faisant la tête la plus effrayante que je peux.
La suite, je ne sais pas si je crie pour faire peur, si je crie de peur, ou si c'est l'employé qui crie. Ou les trois en même temps. Mais au final, le wagon continue sa course et je me rassieds - reprenant mon souffle, avant de me tourner vers Nicephore.

« Alors ? »
rédigé par Nicephore Siegward le Lun 2 Avr - 22:53
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Qu’est-ce qu’elle fout ??!! C’est pas une bonne idée, c’est pire que gênant ! Non, ce sont tes pensées qui sont gênantes, c’est tout. Vraiment ?! Respire, Nicephore. Arrête de penser que ça peut être bizarre et gênant à voir pour les autres. Elle se cache simplement dans la zone réservée aux jambes. Elle se cache là-dedans pendant que toi, t’es assis. Elle croit probablement que tu as l’air seul dans ce wagon… Qu’est-ce qu’elle a dans la tête, bordel ? C’est gênant, putain ce que c’est gênant… Tu es tenté de lui donner des coups de pied pour qu’elle se redresse, mais ce serait encore plus bizarre alors tu restes figé.

T’as pas envie de bouger, c’est suffisant d’avoir Alex qui… Mais pourquoi elle bouge la tête… ?! Oh mon dieu, c’est vraiment trop gênant… Tu ne sais vraiment pas quoi faire, t’as juste une conscience aiguë des employés qui peuvent voir la scène. Si tu avais l’air moins gêné ça passerait mieux, mais là t’as envie de sauter du wagon et de la laisser seule à faire flipper les autres. Puis c’est pas flippant là, c’est seulement terriblement gênant ! C’est long, très long. T’as envie de rire mais en même temps tu ne sais pas où te mettre. Sérieusement, c’est hilarant qu’elle n’ait pas conscience de la gêne qu’elle provoque. C’est pire que tout, et elle a l’air contente.

Elle sort finalement du wagon en poussant un terrible cri, qui fait hurler l’employé. Ça ne dure pas longtemps mais ça crie dans tous les sens et toi, ça te fait rire. La tête de l’employé était énorme, et ça permet d’oublier le moment précédent, qui était horriblement gênant. Le wagon continue le parcours, et Alex se tourne vers toi. Tu lui souris, sans vraiment la regarder, et sans trop savoir quoi dire.
▬ Alors…
Tu n’en dis pas plus, réfléchissant à tes mots. Alors, c’était parfait, il a failli avoir une attaque ? Alors, t’es hyper gênante comme fille, j’espère que personne a cru que tu me suçais ? La première phrase est mieux, c’est celle qu’il faut dire, évidemment.
▬ C’était marrant, bravo, il a eu peur. Par contre… T’étais pas obligée d’être aussi gênante hein. C’est que… De là où tu étais… C’était… Hm… Rien, oublie. Je retire ce que j’ai dit : tu peux faire peur, finalement.
Par contre tu restes toujours la gêne incarnée. Tu t’embrouilles totalement dans tes mots vers la fin, c’est gênant. C’est un peu compliqué d’expliquer le fond de ta pensée comme ça… Tu as laissé tomber pour reprendre avec des mots plus positifs et clairs. Pitié, qu’elle ne te demande pas de t’expliquer. Qu’elle comprenne d’elle-même et qu’elle ne pose pas de question. Quand le tour se termine, tu ne l’attends pas et saute du wagon pour t’éloigner. En y pensant bien, c’est la première fois que tu fais cette attraction avec quelqu’un. Et il a fallu que ce soit avec la reine de la gêne. Tu t’arrêtes plus loin, pensant la voir derrière toi, mais il n’y a personne.
▬ Merde…
Tu rebrousses chemin jusqu’à la maison hantée en espérant la croiser, et à regarder en l’air pour l’apercevoir, tu lui rentres dedans et la renverse. Quelle intelligence de chercher une fille aussi petite en regardant au ciel ! Pour l’aider, tu lui tends vaguement la main, alors que tu sais pertinemment ne pas avoir la force de l’aider. Comme toujours.
▬ Pardon. On continue ? Ils t’ont rien dit quand t’es partie ? Fallait pas traîner, tu sais. C’est pas la première fois qu’ils se font emmerder alors c’est risqué de leur faire peur. Enfin, j’aurais dû prévenir mais ça me semblait logique.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Mer 4 Avr - 20:06
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Nicephore avait l'air gêné. Pourquoi avait-il l'air gêné ? Avais-je fait quelque chose de gênant ? Même si ça ne serait pas nouveau, je ne voyais rien de ce que j'avais pu faire qui aurai pu être gênant. Peut-être avais-je été gênante sans le savoir. Ça arrivait souvent - alors pourquoi pas aujourd'hui. Même si je me demandais ce que j'avais pu faire - y avait-il quelque chose de mal à se cacher au niveau des jambes des autres ? À moins que Nicephore soit vraiment complexé des jambes ? Ou peut-être lui ais-je fait peur, à lui aussi - même si d'un côté, ça m'étonnerait.
Il prend un peu de temps à réfléchir - et s'embrouille dans ses mots. Il me dit qu'en effet, le gars a eu peur - mais semble vouloir ajouter quelques chose, avant de s'emmêler et de finalement abandonner, me disant d'oublier. Je penche la tête sur le côté - curieuse. Mais je finis par hausser les épaules, s'il a un complexe peut-être ne veut-il pas en parler. Ou peut-être que j'ai fais quelque chose de très gênant, qu'il voulait m'en parler - mais qu'au final, il s'est retenu.
On peut s'attendre à tout, avec moi. Peut-être finirais-je par comprendre ce que j'ai fais de travers ?

Il finit par dire qu'il avait tort: Je peux faire peur. Un sourire victorieux se dessine sur mes lèvres: j'étais certaine de pouvoir faire peur ! Même si ça reposait plus sur la surprise qu'autre chose, j'avais tout de même terrifié le gars. C'était marrant - même si maintenant je me sentais un peu mal pour lui. Mais après, c'était équitable : Tout le monde avait un peu peur. Il fallait s'attendre à avoir peur des clients avec un tel métier - que ce soit de leur cris, de leur sursaut, ou de leur réactions exagérées ou légitimes.
Lorsque l'attraction s'arrête, Nicephore sors et je le perds rapidement de vue. Je sors à mon tour, trébuches sur la marche du wagon, perd l'équilibre et ai le choix entre m'écraser sur le wagon (ou les rails), et m'écraser en face de moi. Essayant de reprendre mon équilibre tout en penchant plutôt pour m'écraser en face de moi, je me heurte alors à un adulte qui me rattrape - avant de me réprimander, sûrement pour avoir fait peur à son employé.
Je joue l'innocente - et me dépêche de me fondre dans la masse de clients qui sortent - avec ma taille, je devrais rapidement disparaître à ses yeux. Je me retourne quand même tout en marchant pour vérifier que personne ne me suit - et rentre dans quelqu'un, pour changer. Je grommelle un peu lorsque je me retrouve au sol - action que j'avais évitée un peu plus tôt. Comme quoi, le karma fait bien son boulot.
Lorsque je relève la tête, je vois Nicephore. Ah bah, il n'est pas parti, finalement ? A moins qu'il ne soit revenu ? Je ne sais pas, mais peu importe - au moins, je ne suis plus seule dans la foule.

Il me tend vaguement la main, et je me relève sans le toucher - ça rappelle un peu notre première interaction. Sauf que là, aucun de nous deux n'est en train de mourir - du moins, pour le moment. Car ça peut toujours arriver plus tard.
Il s'excuse - et demande si on continue, et s'ils n'ont rien dit quand je suis partie. Il déclare que c'est pas la première fois, alors c'est risqué de leur faire peur - qu'il aurait dû me prévenir, mais que ça lui semblait logique. Je hausse les épaules - ils auraient pu m'embêter plus que ça, et j'avais cru comprendre que Nicephore s'était déjà amusé à les terrifier, donc ça va.

« Ça va, ils étaient pas vraiment content, mais ça va... Ils m'ont perdu de vue, je crois. »

Je préfère taire le fait que si j'ai traîné, c'est parce que mes pieds se sont encore emmêlés - car si on compte le nombre de fois où je suis tombée, je pense qu'on pourrait écrire un nouveau livre des records. Le record des nuls, peut-être.

« On peut continuer, oui... Mais on fait quoi ? Des sens-... Un manège à sensations ? »

Nous sortons de l'entourage de la maison hantée, et vagabondons un peu à la recherche de quelque chose - puis, je finis par pointer une attraction assez haute. Très haute, même - et bien que je ne la connais pas, je pense qu'elle doit avoir son lot de sensations. Enfin, Nicephore doit mieux s'y connaître que moi.
Je le regarde alors.

« Ça à l'air sympa, non ? Enfin, tu t'y connais sûrement mieux que moi, mais je propose juste. »

Je commence à me souvenir qu'en fait, je n'ai jamais énormément fait de manèges à sensations. J'en ai déjà fait, mais très peu - et je ne sais pas si c'est le même genre de sensations fortes. J'ai plutôt fait des rollercoaster, ou des trucs du genre. Mais cette genre de boule à élastique ? Ça ne me dit rien. Les trucs qui montent et descendent rapidement, c'est assez flippant. J'ai encore un souvenir d'un ascenseur de la terreur... Brrr.
Je commence donc à légèrement - légèrement - paniquer sur la nature de cette attraction. Mais juste parce que je n'ai pas vraiment l'habitude des manèges à sensations fortes - pas parce que j'ai peur, d'accord ? Et aussi parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer si Nicephore et moi sommes au même endroit - et si l'élastique lâchait ? Si la boule s'élevait dans le ciel, s'envolant vers d'autres cieux ?
Si on se retrouvait malencontreusement hors du pensionnat - et que j'aurais à me faire dévorer pour avoir involontairement tenté de m'échapper ?
Je pousse un soupir - mieux vaut ne pas penser au pire.

Nous commençons donc à faire la queue, et je commence à appréhender ce que le sort nous réserve. Je respire profondément, avant de déclarer:

« J'aime bien ce genre de manèges, hein. Et j'ai pas peur. Mais si je crie, ne te moque pas s'il te plaît... »

J'aurais pu ajouter « Je ne me moquerais pas non plus », mais je ne préfères pas insinuer qu'il pourrait crier pour ce genre de manèges. Ou tout court.
Rapidement, nous allons donc nous installer dans la boule - et bien que tout soit sécurisé, je ne peux m'empêcher de regarder avec suspicion les élastique.
L'attraction commence et, bizarrement, j'ai un mauvais pressentiment.
rédigé par Nicephore Siegward le Dim 8 Avr - 18:26
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Tu la remercies silencieusement lorsqu’elle ne prend pas ta main. Ça vous épargne la catastrophe, et elle n’aurait même pas quitté le sol si elle avait fait ça. T’es vraiment pas une aide. On dit qu’on ne peut pas tomber plus bas que terre, mais avec toi, c’est tout comme. Tu l’aurais écrasée en lui tombant dessus. Vous partez ensuite à la recherche d’un nouveau manège, et Alex guide la marche. Ce qui n’est pas pour te rassurer. Déjà, tu imagines un chemin pavé de gêne et d’échec, de catastrophe. Elle a failli se foirer dans les mots, encore. Le côté gênant est vérifié. Il l’est toujours avec elle.

Quand elle indique une attraction, tu lèves la tête pour mieux l’observer. Ok. Pourquoi pas, ça commence fort et c’est pas pour te déplaire. Tu souris légèrement et hoche la tête. Bien qu’elle ne s’y connaisse pas, comme elle dit, elle choisit des trucs vraiment pas mal. Ça promet. Vous vous engagez alors dans la file, et sa façon de respirer profondément ne t’échappe pas. Elle a peur ? Ça ne sert à rien, tout est sécurisé et les accidents arrivent très très rarement. Peut-être allez-vous en provoquer par votre seule présence, mais tu ne t’inquiète pas trop.

Ses mots te font rire parce que, sérieusement, qui ne crie pas dans ce type de manège ? Y’en a peut-être, mais tu n’en fais pas partie.
▬ Je me moquerai pas, c’est normal. Si je ris, c’est pas pour ça.
C’est nerveux. Les attractions à sensation forte te font rire. Après, tu n’as jamais eu l’occasion de rire de quelqu’un dans les manèges, sauf de toi-même. Vous vous installez, et tu inspires et expires à fond pour te préparer. Les élastiques se tendent à vitesse éclair quand on est dans la boule, car il te semble voir une seule seconde passer avant que vous soyez jeter dans les airs. Autant dire que Alex, tu l’as totalement oublié pour crier comme tu le fais. Vous montez haut, vite, et retombez aussitôt. Et cela plusieurs fois. Lorsque les sensations se calment, que les rebonds sont plus petits, tu pars dans un fou rire.

Pas besoin de l’expliquer, tu adores vraiment les sensations des manèges car on ne les retrouve pas ailleurs. Puis c’est juste énorme ! Avoir l’impression qu’on va mourir mais en fait non. Se dire que c’est beaucoup trop de sensation qu’on ne peut le supporter, mais que ça reste génial. Tu soupires et lance un regard à Alex tandis que l’élastique vous reconduit au sol.
▬ Le prochain qu’on fait, c’est Les Montagnes Russes de la Mort !
Ce n’est pas le nom exact, mais tu l’appelles ainsi depuis la première fois que tu l’as fait. C’est une suite de montées et descentes, et la première descente est absolument affreuse. Pour donner un ordre d’idée, t’as même pas crier tellement ça t’a terrifié, quand tu l’as découvert. On s’habitue après plusieurs essais, même si on ne s’en croit pas capable. Ça peut être marrant de voir la tête d’Alex quand elle verra la descente en pic. Vous descendez tranquillement, sans aucune catastrophe à l’horizon. C’est incroyable, il y avait vraiment peu de chance que ça se passe ainsi.

Cependant, il ne fallait pas sous-estimer la force de la malchance, accumulée dans l’espace réduit depuis le début de l’attraction. Remarquant quelque chose d’inhabituel, tu tends la main vers la paroi contre ton siège, pour toucher un petit bout de plastique. Qui tombe. Accompagné d’une vis et d’un boulon. Toute ta bonne humeur retombe d’un coup. Merde. Putain. C’est quoi ça. Tu essaies de ne pas paniquer, mais un grincement inquiétant se fait entendre.
▬ On… Alex… Hm… Tiens.

Tu lui fourres les objets dans les mains pour qu’elle comprenne elle-même, trop inquiet pour pouvoir t’expliquer. Techniquement, vous n’allez pas vous… Et si. L’élastique lâche de ton côté, et vous vous écrasez lourdement au sol. Heureusement que vous étiez bientôt arrivé… Il n’empêche que ça défonce le plateau de l’attraction de ton côté, alors que l’élastique du côté d’Alex vous maintient un minimum en hauteur. Ça secoue, et tu ne sais pas quoi faire à part essayer de respirer calmement.  
▬ Putain… Est-ce que ça va ?
Tu as beau le lui demander, tu n’attends pas forcément de réponse, t'en fichant éperdument. Tu essaies surtout de faire bouger la sécurité, sans succès.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Mar 10 Avr - 2:58
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Nicephore avait rit à ma phrase - ce à quoi j'avais fais la moue. Pourquoi il riait ? Qu'est-ce qui était marrant ? Ne me croyait-il pas, ou avais-je l'air idiote? Peut-être que mes mots étaient idiots - après tout, on peut ne pas avoir peur et crier, c'est une réaction tout à fait normale. Peut-être que lui aussi va crier, et qu'il considère ça comme normal.
Il finit par déclarer qu'il ne se moquera pas - que c'est normal - et que s'il rit, ça ne sera pas pour ça. Je le regarde, ne comprenant pas vraiment - peut-être que ce genre d'attractions le font rire, peut-être que ces sensations fortes lui apportent quelque chose.

On s'installe donc, et j'essaye d'ignorer mon mauvais pressentiment - après tout, rien de grave ne peut arriver, n'est-ce pas ? Tout est sécurisé, tout est vérifié - aucune raison de s'inquiéter.
Alors quand les élastique se tendent et que la boule s'élève dans le ciel à la vitesse de la lumière - je me laisse aller, je me laisse crier, hurler, oublier tout ce qu'il y a autour de moi. Je crie, je hurle, j'oublie - je ris, je ressens. Je vis, pleinement - c'est comme si pour une fois dans ma vie, les hauts et les bas me rendaient heureuse. Je ris, j'en perds mon souffle - je ris à en plisser les yeux, à en avoir mal à la gorge. Ou peut-être est-ce parce que je crie - mais dans tous les cas, je me sens vivante.
Je sens, tout simplement.

Lorsque l'on est reconduit lentement au sol, je suis toujours prise d'un léger rire que je tente de calmer - avant de reprendre mon souffle. Bon sang ce que ça fait du bien. De pouvoir rire, hurler, ainsi. De pouvoir se sentir revivre. De pouvoir se sentir vivante - de pouvoir tout oublier autour de nous, et juste penser à ça. Je soupire - calmant finalement ma respiration.
Je regarde Nicephore - sourire tiré jusqu'aux oreilles - tandis qu'il annonce que le prochain que l'on fera sera « Les Montagnes Russes de la Mort ». J'acquiesce vivement - même si je ne sais pas véritablement de quelle attraction il parle. J'imagine juste qu'elle sera sympa, comme celle-ci - qu'elle sera sensationnelle, et que je rirais et crierais malgré moi. Je souris alors - impatiente d'enchaîner. Rien de mal ne s'est passé, rien de mal ne se passera - cette journée allait être normale, et amusante.

Normale et amusante - oui, bien sûr. C'est ce que je pensais, souriante, jusqu'à que Nicephore commence soudainement à paniquer et me refourgue un truc dans les mains. Je le regarde - avant de regarde ce qu'il ma donné. Un morceau de plastique, un boulon et une vis. Je réfléchis, mais je ne comprends pas - ou plutôt, j'ai compris mais je ne veux pas l'admettre.
Je regarde alors mon camarade - horrifiée. Je suis bouche bée - aucun son ne sort de mes lèvres, et pourtant je tente de demander, de crier : Bordel, mais qu'est-ce qu'on fait ?
Et avant que je ne puisse réfléchir une seconde de plus à une possible solution, l'élastique du côté de Nicephore lâche dans un terrible grincement, et la boule s'écrase au sol - je ne sais même pas si je crie, j'ai la bouche grande ouverte mais je n'entends rien - ou plutôt, même si je voulais crier, rien ne sortirait. Je suis crispée sur mon siège, immobile. Heureusement que l'élastique de mon côté nous maintient toujours - et que nous étions presque arrivés, sinon je n'imagine pas la violence de la chute.
Je suis tout de même secouée - incapable de bouger, ou d'émettre un son. C'est comme si mon cerveau avait planté.

Alex.exe a cessé de fonctionner

Nicephore me parle - je ne l'entends qu'à moitié. J'ai l'impression de voir ce qu'il se passe comme si je regardais un film - comme si tout était irréel. Mais tout est bel et bien là - tout s'est bel est bien passé.
Les mots de mon camarade me parviennent - et j'écarquille les yeux, comme si je me réveillais en sursaut, comme si j'émergeais d'une noyade. Je reprends soudainement mon souffle jusqu'à là coupé, et respire rapidement - trop rapidement. La panique s'écoule en moi, tandis que je me tortille sous la sécurité pour tenter de m'en défaire - pour tenter de l'enlever, de fuir. Je vois bien que ça ne marche pas, et pourtant la panique grandit de secondes en secondes - j'ai l'impression de suffoquer, de m'étouffer.

Je ferme alors mes yeux, mettant mes mains sur ma tête, et prend de profondes inspirations. Profondes, et calmes. Lentement, je retrouve un souffle normal - et une attitude plus ou moins calme. C'est gênant, d'avoir autant perdu mes moyens devant quelqu'un - mais de toutes façons, tout devient gênant quand Nicephore est là. Enfin, il y a toujours un moment de gêne à un moment ou à un autre.
Je soupire - tentant de garder une respiration calme.

« Je...J'ai pas l'impression d'être blessée... Toi ? »

Je ne précise que l'aspect physique, car mentalement je suis toujours sous le choc. Je fixe le vide pendant un moment - alors que Nicephore essaie de faire bouger la sécurité. Je regarde la mienne - dans la panique, j'ai juste bougé comme un animal. Mais en fait, peut-être qu'en y réfléchissant, je peux réussir à l'enlever. Peut-être que dehors, ils sont en train d'essayer de trouver une solution, mais je ne veux pas sagement attendre que le deuxième élastique lâche. Un petit regard vers

Puis, soudain, j'ai une idée. Je pousse de toutes mes forces la sécurité pour qu'elle bouge un minimum - en vain. Je lève alors les bras et essaie de glisser - je suis petite, alors peut-être que ça peut marcher. En effet, je glisse un peu puis... Je me coince. Je bouge, mais je n'arrive ni à glisser vers le bas, ni à glisser vers le haut. J'ai beau rentrer le peu de ventre que j'ai et jouer le vers de terre, je ne bouge pas plus loin.
Et merde, en plus d'être coincée dans une attraction qui vient de s'éclater, je me suis coincée dans la sécurité.

Je continue de faire le lombric, poussant la sécurité - et je finis par glisser d'un coup, manquant de tomber de l'attraction. Paniquée, je me raccroche au premier barreau que je peux, grimpe de nouveau sur le siège et me recroqueville dessus comme un koala.

« Bon, évite de faire comme moi, c'était peut-être pas la meilleure idée...Enfin, si jamais tu veux tenter, je peux t'aider. Ça sera peut-être plus facile de faire passer si on est deux... »

Je reste accrochée comme un koala à mon siège, le regardant - puis regardant tout autour, avant de terminer sur le deuxième élastique.

« Tu... Tu crois qu'il va lâcher aussi ? »

Et que la boule va exploser ou commencer à rouler toute seule, pendant qu'on y est ? Sérieusement, il fallait au moins une catastrophe dans cette journée - et le karma me murmurait que ce n'était pas la dernière.
rédigé par Nicephore Siegward le Dim 15 Avr - 15:15
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Marry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Elle panique. Putain de merde, elle panique. Tu as envie de la secouer, de lui dire d’arrêter et de reprendre ses esprits, mais tu es coincé sur ton siège et tu ne peux pas bouger. La sécurité t’empêche, heureusement, d’aller lui donner des claques pour la faire redescendre. La panique se transmet trop facilement, raison pour laquelle tu n’en veux pas juste à côté de toi. De toute faon, Alex finit par se calmer un minimum pour te répondre. Tu secoues alors la tête pour toute réponse, car tu ne sens pas grand-chose physiquement, dans l’immédiat. Tu essaies plutôt de mettre de l’ordre dans ton cerveau et de trouver une solution pour sortir d’ici.

Alex, mais… Tout le calme que tu avais péniblement accumulé te quitte d’un coup lorsqu’elle commence à se tortiller pour échapper au manège. Quelle idée de génie, oui, parfait ! Ce sera gênant lorsque le deuxième élastique lâchera parce qu’elle a trop bougé ! Tu ignores comme possible les grincements venant de son côté, les secousses de la boule qui menace de s’enfuir avec vous dedans à tout moment… Sérieusement, si la boule se met à rouler, Alex se fera écraser. Et elle se retrouve coincée… ! Putain, quand est-ce que cette fille arrête d’être gênante ? Même dans l’urgence, elle semble être faite pour vous mettre dans l’embarras.

Tu l’ignores donc totalement. Tu regardes ailleurs, vers les employés qui discutent de la démarche à suivre. L’expression sur leur visage ne te rassure pas, ça n’aide en rien. Pourtant, ils s’activent, vous allez finir par descendre. Tu crois que la panique ne t’atteint plus, que tu as réussi à te calmer en oubliant les mouvements de l’attraction, mais la dernière question d’Alex gâche tout.
▬ Ta gueule, Alex !
Tu soupire bruyamment, la fixant d’un œil noir avant de te détourner. Ça ne sert à rien de t’énerver contre elle, même si elle a tenté de provoquer votre mort en bougeant autant. L’espace d’un instant, tu regrettes de t’être adressé à elle sur un ton aussi agressif. Elle panique autant que toi. Mais tu ne t’excuses pas, t’y penses même pas et t’es plutôt occupé à te ronger les ongles nerveusement. Vous pouvez sortir en passant de ton côté, puisque tu es presque dans le sol. Mais tu n’as pas besoin de réfléchir à faire le lombric pour sortir, la sécurité se détend automatiquement.

Les employés ont dû se dire que ce serait plus simple ainsi, ça vous permet de glisser hors du manège. Alors, tu n’attends pas. Tu glisses sûrement de ton siège et te tournes vers Alex.
▬ Hm… On devrait descendre tous les deux en même temps. Si l’un de nous y va en premi-

Tu n’as pas le temps de finir, car tu glisses sur le sol métallique en perdant tes appuis sans parvenir à attraper une barre pour arrêter la chute.  Ça fait mal, tu as atterri sur les genoux, mais au moins t’es sorti. La boule n’a pas l’air de s’être mise en mouvement, Alex peut donc en sortir sans problème. Cela dit, t’as pas vraiment le temps de t’en préoccuper car un employé vient t’assaillir de question. « ça va ?? Faut s’éloigner ! T’as remarqué un détail particulier ?? ». Allez vous faire foutre. n’est probablement pas la réponse qu’il attendait, mais ça l’a au moins éloigné pour qu’il aille s’occuper de l’attraction.

Tu ne regardes pas la progression d’Alex, allant plutôt agresser un employé pour un dédommagement. Si ça se trouve, vous avez moyen d’obtenir des entrées gratuites ou de la bouffe à volonté. L’accident étant assez important, vous ne devriez avoir aucun mal à soutirer des avantages. Bon, après, c’est pas forcément la meilleure attitude à adopter après un coup de panique aussi important.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Dim 15 Avr - 20:39
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

La position du Koala n'est pas si mauvaise, au final. Au bout d'un moment, on commence un peu à avoir des crampes, mais sinon ça va. Peut-être que si je serrais mon siège avec moins de force, j'aurais moins mal aux bras - mais je ne veux pas risquer de m'écraser au sol. En fait, si l'attraction ne risquait pas de se détruire instantanément, ça serait presque confortable - il ne manquerait qu'un peu de bouffe.

Nicephore s'énerve à ma dernière phrase - compréhensible, mais pas nécessaire non plus. Je sais pas, il aurait pu s'énerver silencieusement. Ou diriger son énervement autre part - mais c'est pas comme ça qu'on va finir par sortir de cette prison. Alors lorsque son regard me transperce - un regard noir, qui aurait pu lancer des lasers - je détourne le mien, et me concentre sur l'élastique qui tient toujours. Elle est belle, la poutre. Il est beau, l'élastique. Et il à l'air de tenir. Ah, c'est quoi ça ? D'accord - ça à l'air de se détacher de mon côté aussi.
Ne pas paniquer - si ça se trouve, j'imagine des choses. Si ça se trouve, ça a toujours été comme ça - quoi que c'est pas forcément rassurant. Mais si ça se trouve, c'est naturellement décollé. C'est peut-être collé autre part, par un autre moyen - qu'est-ce que j'en sais, je construis pas des attractions moi.

La sécurité de Nicephore finit par de détendre - peut-être un coup des employés. Peut-être que j'aurais dû attendre, mais l'idée de rester coincée ne me plaisait pas du tout - surtout si la boule pouvait finir de s'écraser.
Mon camarade glisse alors hors de son siège, commençant à dire qu'il faudrait descendre en même temps - mais glisse à nouveau et finit au sol. Je grimace pour lui - ça doit faire mal, un peu du moins.
La boule n'a pas bougé, et un employé vient chercher Nicephore - qui l'envoie balader royalement. L'employé va donc regarder l'attraction de plus près - tout en restant à une distance raisonnable. Et moi, je fais toujours le Koala.
Je cligne des yeux, réalisant - je fais toujours le koala, toute seule. Sur un truc qui peut possiblement s'écraser.
Ne pas paniquer.
Je prends une profonde inspiration et regarde Nicephore - qui semble réclamer quelque chose ou insulter l'un des employés. Je regarde tout autour de moi, puis sous moi - est-ce que je peux sauter? Me laisser glisser ? Ce n'est pas trop dangereux ?
Un employé s'approche de moi - prêt à m'aider à descendre avec maladresse, histoire de ne pas faire tomber le côté restant. Mais j'entends un grincement - je panique, je hurle, puis je bondis le plus loin possible de l'attraction. On aurait dit un écureuil volant qui bondit d'un arbre à un autre - la grâce en moins. J'atterris alors violemment sur mes pieds - grimaçant un moment, prenant quelques secondes pour me relever avec difficulté. Encore heureux que je me sois pas vautrée par terre et que je n'ai pas perdu quelques dents...

Un employé s'approche de moi - mais je me relève déjà et m'éloigne en courant pour rejoindre Nicephore. Désolé monsieur l'employé, mais vous me faites peur, votre attraction fait peur - et elle veut tuer des gens. Moi, je reste pas plus longtemps ici.
J'arrive donc au niveau de Nicephore qui semblait vouloir un dédommagement pour l'accident - et qui semblait harceler l'employé pour, ce dernier ne semblant pas forcément d'accord. J'arrive - trébuches légèrement - et vérifies que mes pieds vont bien, et que je n'ai rien de cassé. Ce qui semble faire paniquer l'employé en question, car il devient livide, puis regarde Nicephore.

« Bon, Ok. Dites surtout rien, de ce qui s'est passé, hein ? »

Il fourre un gros paquet de tickets qui doivent sûrement être utilisables quelque part dans la foire dans les bras de Nicephore.

« Voilà, va faire une attraction plus tranquille ou calme avec ta petite copine, ou allez vous acheter un truc à un stand, ou offre-lui une peluche. L'attraction des cygnes est pas mal, et vous aurez pas de problèmes. »

Je manque de m'étouffer violemment à ses mots - tandis qu'il fait un clin d’œil complice à Nicephore. Je deviens rouge - je veux m'enterrer, disparaître, mourir. Mais il lui est passé quoi par la tête à ce gars ? Est-ce qu'il a des yeux ? Est-ce que...?
Je secoues la tête violemment - ne voulant même pas commencer à imaginer. Je ne vois pas la réaction de Nicephore, et je ne sais pas si je veux la voir. C'est extrêmement gênant - et peut être trop gênant.
Bordel, cette journée avait bien commencé pourtant.

J'entends un nouveau grincement derrière nous, et j'attrape Nicephore par le bras pour le tirer avec moi et m'éloigner - manquerait plus que la boule se détache et commence à rouler derrière nous. Précisément pour ça que je fuis - pour éviter que la boule nous repère pour nous suivre.
Une fois assez éloignés, je lâche mon camarade. Les mots de l'employé résonnent toujours dans ma tête comme un écho gênant - et je décide qu'il est mieux de les ignorer.

« Hm, bon, euh... On a dit les Montagnes Russes de la Mort, c'est ça ? Allons-y. J'ai un sac pour les tickets si tu veux, on peut regarder plus tard ce que ça offre, euh... »

Je tourne sur moi-même, cherchant une direction - puis je vois des montagnes russes, ça doit être ça. Je me retourne alors vers Nicephore, attendant une quelconque réponse - avant de commencer à marcher vers l'attraction.
rédigé par Nicephore Siegward le Dim 15 Avr - 22:27
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Alors que tu insistes dans les négociations avec un employé, le hurlement d’Alex retentit dans ton dos. Tu te retournes immédiatement, certain que la boule s’est mise à rouler et qu’elle a fini écrasée, pour finalement la voir  hors de l’attraction. Cool, elle n’est pas morte. Après c’est un peu dommage, ça aurait pu donner beaucoup de poids à ton argumentation. Pour l’instant, l’employé n’est pas d’accord. Sa tête t’énerve déjà, il n’est normalement pas en position de refuser après un accident aussi important. Sérieusement, tu t’es peut-être cogné la tête et ça te tuera dans la nuit. Tu le lui dis, bien sûr.

Alex arrive heureusement avec sa maladresse gênante habituelle. Ça semble faire réagir l’employé, qui vous demande de ne rien dire de l’accident. Bien sûr, tu allais répliquer que même ton pays en entendrait parler, et que ça n’irait pas du tout pour les employés (fallait pas refuser les négociations directement), mais il te met un tas de tickets dans les bras. Ensuite, il signe son arrêt de mort. Comme si ce n’était pas suffisamment gênant… Il te faut un temps pour digérer, et te demander s’il plaisantait. T’allais le lui demander, d’ailleurs, mais Alex t’attrape par le bras et vous vous éloignez de l’attraction de malheur.

Tu t’écartes légèrement quand elle te lâche, toujours énervé (et gêné, on va pas se mentir) par les mots de l’employé. Alors, quand elle t’adresse la parole, tu lui réponds ce que tu as en tête et qui ne lui donne aucune réponse concrète.
▬ J’espère que ça offre des trucs pas mal, sinon il va m’entendre cette espèce de connard ! Sérieusement, il a vu nos têtes ?! Tin, pauvre couillon, l’attraction des cygnes en plus… Ce cliché ! Il sait qu’on peut s’arranger pour le faire licencier en un claquement de doigt ??
Tu continues à marmonner sur le sujet en la suivant vers les Montagnes Russes de la mort, songeant sérieusement à faire un signalement sur l’attraction de la boule. Tu reprends ensuite, la voix légèrement plus calme malgré la tension qui y réside encore.
▬ Sinon ouais, les montagnes russes c’est très bien.
Vous ne tardez pas à y arriver pour passer un instant dans la file. À ce moment là, tu tends les tickets à Alex pour qu’elle les range dans son sac. Bordel, ça fait couple. Tu t’en fous royalement, mais si quelqu’un fait la même erreur que l’autre débile… Tu soupires, décidant d’ignorer l’épisode de tout à l’heure. Au fond, tu sais que c’est complètement stupide de réagir aussi violemment. Mais la panique, le stress, tu ne sais pas gérer du tout et tes nerfs ont rudement été mis à l’épreuve.
▬ Tiens, tu peux les mettre dans ton sac ? Mes poches sont un peu… encombrées.
Et ça prendrait trop de temps de les ranger dans ton porte-feuille, vous devez maintenant vous installer dans les nacelles. Normalement tout devrait aller pour le mieux, c’est LE manège qui n’a pas intérêt à crasher. Sinon, vous êtes bon pour un vol plané mortel. L’attraction en elle-même est assez effrayante en plus. Et vous êtes tout à l’avant. Tu jettes un coup d’œil à Alex, un peu inquiet qu’elle puisse vomir. Les nacelles montent toujours plus haut, et tu te dis qu’elle n’a aucune idée de ce qui l’attend. Un pic incliné à presque 70°, avec une descente d’une soixantaine de mètre.

La chute se dessine devant vos yeux, et vous entamez 3 minutes de montagnes russes infernales. Ça passe en un rien de temps. 3 minutes éclairs pour oublier ce qui t’emmerdait tout à l’heure. Tu te sens largement mieux, ça fait du bien. Ça secouait, aussi. Quand l’attraction ralentit définitivement et les barrières s’ouvrent, tu regardes Alex.
▬ Alors ? Pas mal hein ? Tu veux le refaire ? Ou alors on fait autre chose. Hm… Y’en a une avec looping je crois.
Refaire une attraction pourrait attirer la malédiction qui vous suit. Ça se trouve, vous ne réchapperez pas de ce second tour ou vous vous trouverez dans une situation gênante, encore. Tout en parlant, tu sors de l’attraction et tu t’écartes pour laisser la place aux usagers suivant.
▬ Enfin d’abord, donne ton sac qu’on regarde de quoi parle les tickets.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Dim 29 Avr - 23:35
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

C'était gênant - beaucoup trop gênant. Bon sang ce que c'était gênant. Bordel, mais c'est pas quelque chose qu'on dit ! Vous imaginez, si j'étais sa sœur ? En fait, je ne sais pas si ça aurait été plus ou moins gênant. Mais peu importe - ce n'est pas quelque chose que l'on dit à deux personnes que l'on voit. Ces personnes peuvent être amies, de la même famille, ou en couple certes - mais il ne faut pas juger aussi vite.

Nous finissons donc par nous éloigner - la meilleure solution pour éviter tout mort ou blessé. Je ne peux pas prévoir les réactions de Nicéphore - et je ne peux pas prévoir mes possibles pertes de contrôles. Tout comme je ne peux pas prévoir ce que le karma nous réserve - et ce qui pourrait arriver avec une simple émotion forte. Une colère exagérée pourrait toujours faire exploser la fête foraine, qui sait...
Une fois assez loin, il s'écarte légèrement - énervé. Il se lâche, déclarant tout ce qui lui passe par la tête à propos de l'employé. D'un côté, j'ai presque envie de rire, à la façon dont mon camarade s'énerve sur ce pauvre employé - qui l'a tout de même mérité. Mais c'est assez comique - il exprime tout haut ce que je pense un peu tout bas.

Nous marchons alors - tandis qu'il continue de se lâcher, avant d'acquiescer pour les montagnes russes. On y arrive rapidement, et on commence à faire la queue - alors Nicephore me tend les tickets. Je le regarde un instant - penchant la tête sur le côté - tandis qu'il ajoute si je peux les mettre dans mon sac. Ah oui, c'est vrai.
J'acquiesce alors et les prends alors pour les ranger délicatement dans ma sacoche - c'est un peu étrange, comme situation. J'ai l'impression de traîner avec Nicephore depuis des lustres, alors qu'on ne s'est rencontrés que récemment, que le destin choisit de croiser nos chemins par divers moyens tous aussi gênants et étranges.
On avance doucement vers les montagnes russes - et j'ai pendant un court instant un moment de panique. Normalement, tout devrait bien se passer - mais le « normalement » n'existe pas avec nous, donc il est normal de douter et d'avoir peur. Mais bon, on a faillit mourir pas très longtemps avant - donc le karma devrait balancer un minimum pour faire en sortes que rien ne casse. Après tout, on est pas tout seul - donc ça fait balancer aussi. Il suffit qu'il y ait des gens chanceux dans l'attraction, et on sera parfaitement équilibrés.

Nous finissons donc par accéder à l'attraction, tout devant. C'est peut-être pas la meilleure idée, car le karma peut décider de nous faire nous écraser - juste le devant, et que l'arrière aille bien. Mais il ne vaut mieux pas y penser - peut-être que c'est en y pensant pas que ça n'arrivera pas.
L'attraction démarre - ça monte haut, et j'avoue avoir un peut peur que quelque chose de mal se passe. Mais j'oublie rapidement d'y penser, happée par l'attraction, hurlant à la première descente - surprise par un changement si soudain et rapide. Les montagnes russes me font rapidement oublier les possibles problèmes, étant bien trop concentrée sur la rapidité et sur essayer de ne pas m'envoler (on sait jamais, je pourrais rester en l'air lors d'une chute).
Au final, ça passe rapidement - et je suis presque surprise quand la nacelle s'arrête, m'attendant à ce qu'elle reparte. Je me rends compte que je halète légèrement, et que je souris. Ça me fait sourire un peu plus, de me rendre compte d'avoir l'air débile - mais plus par gêne cette fois, ou par auto-dérision.

Nicephore me regarde, et me demande comment j'ai trouvé - et si on continue, ou si on en fait une autre avec un looping. J'imagine la chose, et j'ai à la fois peur et envie d'essayer - la curiosité me rongeant, et l'adrénaline et l'excitation parcourant toujours mes veines. Ça pourrait être marrant d'essayer, même si l'attraction pourrait toujours s'arrêter malheureusement au sommet du looping, et faire en sorte que nous tombions tous comme des mouches pour s'aplatir comme des crêpes.
Hmm, des crêpes...

Je secoues la tête, et regarde Nicephore qui se lève et sort de l'attraction tout en me demandant mon sac, histoire de regarder les tickets. Je me lève alors - ou plutôt tente de me lever, puisque ça ne fonctionne pas. Je teste mes jambes - elles ne se sont pas désintégrées, n'ont pas fuies, et semblent en état de marche - du coup ce n'est pas leur faute. Alors je retente de me relever, et je réalises que je suis coincée dans une partie de vis de l'attraction, ou quelque chose comme ça - en tout cas, mes vêtements sont coincés, et je ne peux pas me lever.
Je panique à l'idée de refaire un tour sans m'y attendre, sans me préparer, et totalement coincée - probablement pour le restant de la journée.
Je jette un regard terrifié à Nicephore tout en tirant sur mes vêtements comme je le peux - mais avec ma force de fourmi, c'est pas ce qui va aider.
Je tire encore et encore - puis finit par sortir d'un coup de la nacelle avec l'élan, faisant une galipette, pile avant que la nacelle reparte vers ceux qui rentrent.

Je me redresse rapidement comme si rien ne s'était passé - frottant ma tête. C'est douloureux, une roulade, quand c'est pas prévu. Et gênant - mais à force, on est habitué. Il suffit juste de faire comme si de rien n'était, et comme si personne ne nous avait vu.
Après tout, « Si j'te vois pas tu m'vois pas », ou un truc du genre.
Je toussote légèrement, comme pour faire passer et oublier ce petit imprévu, et regarde Nicephore.

« Hm, oui, regardons les tickets. »

Je détourne le regard et m'éloigne de l'attraction comme pour m'éloigner du malheur, et va m'asseoir sur un banc. Je sors les tickets de mon sac et en tend la moitié à Nicephore, puis commençant à regarder la moitié que j'ai gardé pour moi.

« Ça sera plus rapide si on regarde tous les deux une partie... »

Je feuillette les tickets ayant dans mes mains, prenant conscience des différents bons et réductions. Puis, une fois terminé, je regarde Nicephore.

« Dans les miens, il y a essentiellement des bons et des réductions pour des entrées ou pour des stands de nourritures... Et toi? »

Je fais une légère pause, avant de reprendre.

« On peut aller à l'attraction avec le looping, après, ça peut être marrant...»

En espérant rester en vie, surtout.
rédigé par Nicephore Siegward le Dim 6 Mai - 22:00
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse et Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Oh non pitié. Elle est coincée, vraiment ? Les élastiques lâchant dans l’attraction précédente ne suffisaient pas, faut qu’elle se retrouve accrochée à la fin d’une attraction à sensation maximum ? Bordel… Elle panique, en plus, en tirant comme une dingue sur le tissu de ses vêtements. Toi, tu sais pas quoi faire. T’es dehors, tu préfères rester loin de l’attraction au cas où elle redémarre, et tu te dis que tu pourrais peut-être essayer de l’aider. En appelant un employé, un truc comme ça. Mais il pourrait être aussi con que celui de l’autre attraction… Tu décides d’y aller quand même, mais Alex se libère à ce moment-là.

Elle fait une galipette avant, projetée comme un boulet de canon par l’élan. Histoire de ne pas te la prendre, tu te décales rapidement pour la voir faire sa magnifique et gênante roulade. Très gênante. Tellement gênante que tu es tenté de faire comme si tu ne la connaissais pas en voyant le regard de certaines personnes. D’un autre côté, t’as aussi envie de les envoyer chier. Tu restes donc impassible -dans la mesure du possible- en la suivant à l’écart pour connaître le contenu des billets. Elle t’en donne la moitié, et tu t’assois à côté d’elle pour les regarder. Ça ne t’étonne même pas qu’elle ait des tickets pour la bouffe. C’est assez terrible de voir à quel point ce sujet fait partie de sa vie.

Quant aux tickets que tu as entre les mains… C’est majoritairement pareil que les siens. Vous y trouverez peut-être une entrée gratuite pour l’attraction du looping ? Tu cherches, pour tomber sur des noms d’attractions qui ne te disent pas grand-chose.
▬ On peut profiter des tickets. T’en avais pour les loopings ? Sinon on peut tester… Skriatok Zalud ? Euhm… J’ai aucune idée de ce que ça veut dire, mais avec un nom pareil ça doit être fort. ça te dit ?
Question rhétorique, puisque tu ne te préoccupes pas de son avis. Tu te lèves et fourre les places pour Skrizie udeok ou tu ne sais quoi dans ta poches. On dirait un groupe de metal, l’attraction doit y ressembler aussi, non ? Tu te tournes vers elle pour lui donner le reste, et tu vas voir le plan le plus proche de vous.
▬ Skratos… Skritak… Bref, l’attraction est ici.
Tu tapotes l’endroit rapidement, mémorise le trajet, et vous y allez. Puisque le manège se situe dans une zone que tu n’explores pas souvent, tu te trompes à deux trois reprises sur la direction à prendre, comptant parfois sur Alex pour rattraper ta bourde alors qu’elle est sûrement aussi  perdue que toi. Tu te retiens de lui reprocher son aide parfois inutile, conscient que ça ne vous aidera pas à passer une bonne après-midi. Et sérieusement, tu sais que vous n’êtes pas au bout de vos peines et qu’il vaut mieux rester souder dans la gêne et l’apocalypse.

Une fois devant Crie tes toc spatule (ta mémoire est irrécupérable), vous n’avez aucune chance de savoir le type de sensation. C’est un espace clos, et on ne peut pas dire qu’il ait l’air très populaire…
▬ Hm, on dirait un endroit plus approprié pour le meurtre que la maison hantée, un genre de version festive. C’est marrant.

Tu souris légèrement, amusé en imaginant la gueule du meurtre qui pourrait avoir lieu ici, avant de reprendre ton sérieux. Non parce que vraiment, elle a pas l’air net, et c’est seulement la devanture. L’ambiance a probablement été choisie avec soin, ou alors les gérants se sont bien foirés au moment de la construction. Tu t’engages dans la file après avoir donné les tickets, et il ne faut pas deux minutes avant qu’un wagon arrive. Ensuite, le cauchemar commence. Un cauchemar à base de musique niaise et de bruit de lutins possédés, entourés par des cabanes colorés et des créatures bizarres. Des glands ? Des lutins ? Des animaux ?

Et c’est lent, bordel que c’est lent ! Et c’est gênant, très gênant ! Pire que l’attraction de la balade nautique sur un bateau en forme de cygne. Là, l’ambiance met mal à l’aise et la lenteur de l’attraction prolonge le supplice. Chaque seconde se transforme en minute, c’est intenable. T’as envie de sauter du wagon et de courir à la sortie, et tu comprends l’ambiance meurtrière qui se dégageait de l’entrée.
▬ Ce truc finira jamais…T’aimes bien ?
On sait jamais, les attractions ambiance fête humaine chelou -Noël ?- peuvent lui plaire.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Ven 25 Mai - 20:52
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Au moins, s'asseoir sur un banc ne semblait pas porter malheur - aucun missile ne nous avait pris pour cible, aucun enfant nous avait pointé du doigt en criant « Oh les zamoureux ! » (et encore heureux car je pense que Nicephore en aurait fait de la bouillie, et qu'il se serait probablement retrouvé dans son prochain jus de fruits), et le banc n'avait pas pris la fuite après qu'on se soit assis dessus. Ça peut sembler normal, mais croyez-moi - tout cela était déjà un miracle.

Nicephore regarde donc parmi la moitié des tickets que je lui ai donné, déclarant qu'on peut en profiter - et me demande si j'en ai pour les loopings. Malheureusement, j'ai beau les tourner dans tous les sens, il n'y en a aucun dont le nom ressemble à une attraction à loopings. Après, le nom peut toujours être trompeur, mais ça m'étonnerait que « La balade printanière des tourtereaux» en soit un.
Je soupire, secouant la tête à sa question - j'ai l'impression qu'ils nous ont donné soit les pires attractions, soit les plus inexistantes possibles. Après, on a toujours la bouffe - si ce n'est pas un bon de réduction sur les grains de sucre des churros - et si jamais c'était le cas, ils allaient m'entendre. On ne plaisante pas avec la nourriture, c'est sacré !

Mon camarade me propose alors une attraction -« Ski à troc d'la luge », ou quelque chose qui sonne comme ça. Apparemment, c'est une autre langue - du coup ça doit pas du tout dire ça, mais c'est comme ça que je le vois - enfin, que je l'entends. Nicephore ne sait pas ce que ça veut dire, mais il pense que ça peut être sympa, avec un nom pareil. Je hausse les épaules - il es vrai que ce qui a un nom étrange est parfois fort, ou tout simplement tout aussi étrange (comme moi - enfin, le deuxième, car je ne suis probablement pas forte, à moins que ça ne soit pour m'attirer la malchance).

Je hoches alors la tête car ça peut toujours être amusant, mais il est déjà debout - rangeant les tickets dans sa poche - me donnant le reste que je fourre dans mon sac.
Je me lève alors et le suit jusqu'au plan, où il me montre l'emplacement de l'attraction au nom étrange - remarquant qu'elle semble se trouver dans un endroit reculé du parc, comme si elle était reniée, ou faisait partie d'un groupe d'attraction en particulier. Du moins, elle était loin des plus importantes.
Je suis donc Nicephore - on se trompe quelques fois sur le chemin, mais on finit par parvenir indemne à l'attraction (ce qui, encore une fois, relève du miracle - on aurait tout à fait pu rencontrer une horde de chiens enragés dont la morsure pouvait transformer en zombies).

L'attraction... comment la décrire ? Elle ne semble pas être à sensations fortes - du moins, on ne voit pas de loopings. Après, l'espace est clos, donc on ne peut rien voir du tout. Si ça se trouve, ce n'est pas une attraction, mais la boucherie humaine du parc (ce qui me donne d'ailleurs des frissons). L'endroit est presque désert, c'est à se demander si elle n'est pas abandonnée.
A la remarque de Nicephore, je ne sais même pas si je dois rire ou si je dois avoir peur car il a raison - on dirait vraiment un endroit propice au meurtre, mais de manière très glauque. Très, très glauque, même. Un peu le genre d'endroits où les fétichistes d'enfants déguisés en clown iraient - et je vais arrêter ma pensée tout de suite avant de paniquer un peu plus. Une maison hantée version festive ? Pourquoi pas - en effet, ça y ressemble un peu. Et au moins, ça me change les idées à l'imaginer. C'est marrant. Des vampires avec des serpentins, des morts-vivants avec des chapeaux de lutins, et d'autres encore.
En effet, ça peut être marrant à imaginer - encore faut-il imaginer la bonne chose.

Je suis donc Nicephore dans la file étrangement vide, alors qu'il donne les tickets au gérant qui semble bien coller à l'ambiance - ce qui ne me rassure pas pour autant. Heureusement (ou malheureusement, à voir), un wagon arrive assez rapidement - nous permettant de fuir les regard louches du gérant pour un monde encore plus désastreux. Des musiques à en perdre les tympans, des créatures hybrides de lutins, de glands, d'animaux - des créatures étrangement dérangeantes et flippantes, dansant et chantant sur le bruit strident de casseroles qu'est la musique de fond. J'ai subitement l'impression d'être entrée dans une secte et de me faire laver le cerveau, version cheap. J'ai comme l'impression que l'attraction de la boule suicidaire était déjà plus sympathique - et que même si je me faisais rouler dessus par le wagon, je trouverais ça plus satisfaisant.
Encore faudrait-il qu'il soit assez rapide, car il est tellement lent qu'il buterait sur mon corps lamentablement et serait bloqué par mon poids de plume.
L'attraction n'est pas seulement gênante, elle demande un énorme contrôle de soi-même et des nerfs d'acier - ce que je n'ai pas, car je commence lentement à devenir intérieurement folle, à craquer, à paniquer. L'attraction me rend de plus en plus crispée - et j'ai l'impression que je vais finir par craquer, hurler, m'arracher la peau - et peut-être arracher la peau de ces horribles glands-lutins.

Nicephore me sort de mes pensées - et heureusement, car j'avais commencé à nerveusement déchiqueter mes mains, que ça soit à coup d'ongles ou de dents.
Je le regarde - soupirant.

« C'est l'enfer, ce truc... J'ai l'impression que je vais perdre mes tympans... En un sens, c'est pire que la maison hantée ou que la boule qui se décroche... C'est limite si elle donne pas des pulsions suicidaire, celle-là. »

J'émets un rire nerveux - tentant de me calmer, mais l'ambiance m'en empêche grandement.

« Au final, j'pense que même la pêche aux canards est plus amusante - et au moins, c'est sécurisé comme attraction. On risque pas de mourir je-ne-sais-comment... »

Il est vrai que, avec l'ambiance de l'attraction, on pourrait presque croire que les glands, les lutins - ou autre - allaient finir par nous attaquer pour nous trucider et nous dévorer.
Sympa, les lutins.

Je soupire une nouvelle fois, tentant de trouver une échappatoire à ce supplice.

« On pourrait tenter un truc, je sais pas - leur balancer des trucs. Celui qui en fait taire ou qui en immobilise le plus a gagné. »

Je n'aimais pas forcément casser du matériel ou me faire remarquer - mais il fallait bien trouver quelque chose pour se distraire durant ce long périple.

« Sinon, on a qu'à descendre et trouver la sortie...»
rédigé par Nicephore Siegward le Lun 4 Juin - 16:54
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Heureusement, Alex trouve le voyage aussi horrible que toi. Franchement, y’a que deux abrutis finis comme vous pour foncer têtes baissées dans une attraction tellement minable qu’elle rendrait fou même la plus forte des personnes. Des nerfs d’acier ne suffisent pas, ici. Rien ne suffit. Pas même s’auto-détruire pour échapper au supplice, comme Alex semblait occupée à faire. Tu hoches la tête à ses paroles, cherchant à garder ton calme malgré tout. T’es presque sûr que si tu lui réponds, ce sera pour l’envoyer balader ou pour exprimer à nouveau toute ta colère contre la situation. Un truc pas vraiment agréable dans tous les cas.

Malgré tes nerfs à vif, tu ricanes légèrement quand elle évoque la pêche aux canards. Avec vos super-pouvoirs de la gêne et de la maladresse, l’un de vous d’eux réussirait à s’étrangler avec la canne, ou à trébucher sur un canard en plastique et se cogner contre le rebord du bac à eau. N’importe quoi qui serait gênant et improbable. Comme se retrouver ici à subir des lutins glands bizarres qui chantent dans une langue horriblement moche comme si on était dans le meilleur des mondes. On dirait aussi qu’ils n’attendent qu’une chose, vous bouffer à la fin du parcours après vous avoir tués dans d’atroces souffrances.

L’idée d’Alex te plaît. Elle te plaît tellement que tu entreprends de la réaliser directement. Tu descends du wagon en t'extirpant sans difficulté de derrière la barre de sécurité, et tu t’approches d’un lutin chelou à proximité. Là, tu lui donnes un coup de pied assez puissant pour le faire tomber. Si tu ne sautes pas de joie mais de douleur, t’es quand même content du résultat.
▬ On va faire tout ce que t’as proposé. Chercher la sortie, et leur balancer des trucs à la gueule en même temps.
Tu ponctue ta phrase en laissant tomber le lutin décapité sur un autre, puis tu te tournes vers Alex avec un sourire.
▬ Deux à zéro.
En marchant à côté du wagon le temps qu’Alex sorte, tu regardes les décors de plus près et passes derrière quelques maisons cartonnées. C’est l’attraction la plus pourrie que t’ais jamais vu, au sens littéral. Elle n’est pas entretenue, ça se voit aux traces vertes qui parcourent le carton, et ça la rend limite plus dangereuse que la boule qui perd ses élastiques. Quoique, si l’attraction vous tombe sur la figure, vous serez prévenus. Contrairement à la boule qui devait être sécurisée.
▬ Nouvelle règle, le premier qui se prend un décor sur la figure perd un point.

Il ne faut qu’une légère pression pour faire tomber le décor que tu observais, qui s’abat avec un bruit de carton trop léger. Du mauvais côté. Sur toi. Tu lâches une exclamation de surprise suivie de plusieurs jurons, avant de te dépêtrer du carton et de rejoindre Alex comme si de rien n’était. T’es gêné, clairement, mais tu fais de ton mieux pour ne pas le montrer. Heureusement que l’éclairage n’est pas exceptionnel et que tu t’occupes à faire tomber des lutins pour remonter ton score.
▬ Bref… C’est moisi. Pour de vrai. Ils devraient démolir cette attraction de merde.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Jeu 7 Juin - 22:20
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Une éternité avait semblé passer après mes derniers mots - à cause des chants insoutenables des lutins et glands de la forêt (en même temps, un gland ne vas pas venir de la mer). Nicephore semble prendre mes paroles au sérieux - et même être attiré par l'idée, car il descend du wagon, s'approche d'un lutin, et lui donne un coup de pied pour le faire tomber. Généralement, je serais gênée de devoir casser du matériel, ou d'assister à une telle scène - mais bizarrement, cela m'apporta la plus grande satisfaction, ainsi qu'un large sourire sur mon visage. J'avais envie de m'y essayer, moi aussi, au final - de les écraser, les projeter, les faire taire pour de bon.
J'avais peut-être un petit problème, quand même.

Nicephore déclare alors qu'on allait faire tout ce que j'ai proposé - chercher la sortie, et déglinguer les lutins de l'attraction. Puis, il fait tomber ledit lutin sur un autre, et me nargue d'un sourire pour en avoir fait tomber deux. J'acquiesce et sort à mon tour de l'attraction sans problèmes, cette fois-ci (miracle!), rejoignant donc mon camarade - l'attraction n'ayant pas vraiment avancée depuis qu'il était sorti. Je marche pas trop loin de lui, qui regarde derrière les décors en carton pourris - couverts de mousse et d'autre substances dont je préfère ne pas connaître l'identité.  Un frisson me parcourt le corps à la simple imagination de tout ce qui pouvait traîner ici - et je fus prise d'une soudaine envie d'enfiler une combinaison intégrale, histoire de ne pas choper la peste ou autre. Malheureusement, je ne peux m'en procurer une.
Nicephore déclare alors une nouvelle règle : perte d'un point si un décor nous tombe dessus. J'acquiesce avec un sourire, joueuse, et me met à la recherche d'un lutin. Ce n'est pas bien compliqué, vu qu'il n'y a que ça ici - et j'en trouve donc rapidement un.
Au début gênée, je ne le frappe que d'un timide coup de pied. Puis, en fait, ça fait du bien. Alors je lui en donne un plus grand, et un plus grand encore. Bordel, c'est que ça défoule ! J'aurais dû faire ça il y a des années !

J'entends un lourd bruit derrière moi alors que je donne un coup puissant au (pauvre) lutin chantant, qui se met à voler à l'autre bout de l'attraction dans un bruit sourd. Je me retourne alors, cherchant la provenance du premier bruit, où je peux entendre Nicephore jurer. Un décor a dû tomber sur lui, sûrement. Je me sens mal pour lui, mais la représentation mentale de la scène m'arrache un sourire. Il me rejoint comme si de rien n'était - et je n'ose pas demander si ça va, car c'est une question débile. J'ai bien finit par l'apprendre - du moins, avec lui, que ça ne servait à rien de poser cette question.
Je piétine encore des lutins, jouant au foot avec les marionnettes, tandis qu'il annonce que cette attraction pourrie devrait être démolie. J'acquiesce, en massacrant toujours les (pauvres) automates. Je m'apprêtais à lui répondre - mais un bruit attire mon attention.
Un bruit qui vient de là où l'ancien gland/lutin/autre a atterrit.

Je tends alors l'oreille et plisse les yeux, tenter de savoir d'où vient précisément le bruit, et ce qu'il pourrait être. Il semble se rapprocher, lentement, lourdement, comme un immense animal affamé - ou un domino géant.
Un domino géant.
Je blêmis, commençant à comprendre ce que pourrait être le bruit. Je déglutis, restant figée un instant.

« Faut pas rester là ! » 

J'attrape le bras de mon camarade et commence à courir dans la direction opposée au bruit qui se rapproche dangereusement. Bordel, mais c'est pas possible d'avoir autant la poisse, c'est une malédiction !
Je regarde aux alentours tout en courant - essayant de trouver quelque chose qui pourrait s'apparenter à une sortie.

« Au final, on dirait que cette attraction va finir en ruines... Mais ça serait bien si on pouvait sortir avant.»
rédigé par Nicephore Siegward le Mer 13 Juin - 18:43
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Merry-go-round
Ft Alex Brzezicki

Alex prend plaisir à détruire les lutins chelous. Autant que toi. Et tu sais pertinemment que vous ne devriez pas faire ça, que vous auriez peut-être dû rester sagement dans le wagon en attendant la fin du supplice. Cependant, c’était impossible. Trop insupportable et trop gênant. Alors vous avez commencé à mettre à sac cette attraction pourrie, et cela sans aucun remord. Non mais sérieusement, c’est plutôt une aide précieuse que vous apportez au parc, vous le débarrassez d’un truc moisi ! Voyons le bon côté des choses ! C’est bien parce que la destruction te profite que tu envisages « le bon côté des choses ».

Bien sûr, ça ne pouvait pas durer. Vous ne pouvez pas détruire tout ce qui bouge dans la joie et la bonne humeur sans qu’une catastrophe survienne. Non, faut que TOUT S’ECROULE. Sérieusement, lequel de vous deux attire autant la poisse ?? Tu penches pour Alex, c’est pas possible de manger autant en restant si fin, faut bien une contrepartie. Peut-être que dans son cas, il s’agit d’une malchance disproportionnée. Sans compter que c’est son gland qui a déclenché l’apocalypse sur ce manège. Gland lutin, qu’elle a lancé trop loin, ou trop fort. Et qui fait tomber les décors un à un, dans votre direction.

La panique te touche autant qu’elle, alors vous restez comme des cons sans bouger avant qu’elle te prenne le bras et se mette à courir. Tu ne traînes pas et la suis rapidement, n’ayant pas très envie de mourir dans ces circonstances. Pour sortir, il suffit normalement de suivre les rails jusqu’à tomber sur une porte. Tu prends donc cette direction en entraînant Alex. Si le prof de sport vous voyait, il n’en croirait pas ses yeux. Arrivés à la porte au prix de nombreux efforts (t’as l’impression de crever, le sport c’est vraiment nul), c’est un battant bloqué qui vous attend.

L’espace d’un instant, tu hésites sérieusement à pousser Alex sur la porte pour l’ouvrir, mais tu te contentes de déloger une créature pour en faire un projectile. Ça aurait été légèrement gênant de jeter ta pote à la place… Vous sortez juste à temps, avant que tout ne s’écroule à l’intérieur. Malgré ton essoufflement et ta fatigue, tu te tournes vers le guichet. En continuant légèrement de t’éloigner parce que t’es pas serein sur la suite des événements.
▬ Monsieur ! Dégagez d’ici, votre attraction de merde s’est complètement écroulée à l’intérieur !
Le bonhomme semblant plus enclin à pousser une gueulante qu’à s’occuper de la catastrophe, tu t’éloignes rapidement en compagnie d’Alex. Très rapidement. Mais ce serait trop facile. Et le gars a beau passer son temps assis à un guichet, il vous rattrape rapidement et vous chope par la peau du cou. Ta première réaction, stupide, c’est de te débattre en balançant un chapelet d’insultes un peu trop fourni pour la situation dans laquelle vous êtes. Résultat, il ne prend plus de pincettes pour vous crier dessus et se ferme totalement à vos explications.

T’avais commencé par « Putain mais vous êtes con, c’est le manège qui est tombé tout seul, abruti de merde allez crever ». Il va sans dire qu’il n’a pas voulu entendre la suite. Et en plus, il doit penser que vous allez fuir à la moindre occasion puisqu’il ne vous lâche pas. Chose que tu supportes encore moins que les lutins chelous, alors tu lui donnes un violent coup de coude dans le ventre. Ça sert à rien, seulement à l’énerver. Bordel, Alex pouvait pas être hyper baraquée pour vous sortir de là ? Non, faut que vous soyez tous les deux des crevettes ?

Y’a pas d’issue possible, encore moins quand il vous balance dans une espèce de salle d’attente en vous disant de patienter. Morose, tu ne regardes pas Alex avant un moment, puis tu soupires finalement.
▬ C’est pas possible, il aurait dû comprendre que c’était pas notre fa… pas totalement notre faute. J’étais assez clair je crois. Faudrait qu’on essaie de se tirer mais…
Tu la détailles un instant, tout en te disant que c’est mort. Peu importe ce que vous faites, vous arriverez toujours à foirer quelque part.
▬ On doit être hm… facile à identifier. Surtout depuis l’attraction de la boule.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Dim 17 Juin - 19:03
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

C'était la cata - vraiment la cata. Pourquoi fallait-il que tout s'écroule ? Pourquoi avait-il fallu que ce putain de petit lutin fasse tomber tous les décors ( et comment était-ce possible ) ? Vraiment, une malédiction devait planer sur moi, car il y avait toujours des catastrophes là où j'allais.
Et encore, c'était un miracle de ne pas tant avoir rencontré le sol que ça. Me faisait-il la tête ? Peut-être - mais ça ne me dérangeait pas plus que ça de ne pas m'écraser la tête contre le sol. Peut-être que je l'avais tellement repoussé intérieurement, qu'il avait fini par ne plus vouloir de moi.

Nicephore et moi courrons donc, suivant les rails pour échapper à la catastrophe artificielle. Je crois que j'ai jamais autant couru de ma vie - c'est bizarre. Pour une fois que la course ne me déteste pas, et que mes jambes acceptent de suivre le rythme sans s'écraser par terre - et encore, je devrais éviter d'y penser avant de me retrouver à embrasser le sol. C'est souvent comme ça, il suffit que je pense qu'une catastrophe n'a pas eu lieu pour qu'elle se réalise.
Peut-être devrais-je tout simplement arrêter de penser.

On arrive enfin à la porte - fermée. Je commence à paniquer, mais Nicephore s'occupe de sortir un gland de son trou pour en faire un projectile. On sort alors, juste avant que la batisse ne s'écroule sur nos têtes - tout en continuant à courir. Mon camarade prévient tout de même le gars du guichet, mais moi je préfère m'éloigner - même si j'avance aussi rapidement qu'un escargot fatigué en fin de vie. Et encore, il serait probablement plus rapide que moi - car je recommençais à cracher mes poumons. Bordel de course de merde - à croire que ma rencontre avec Nicephore n'avait pas suffit, il avait fallut que ce jour nous poursuive pour nous refaire revivre ce qui c'était passé. Espérons que quand j'irais m'acheter un beigner, il ne sera pas fourré au sang...

Malheureusement, le gérant nous rattrape et nous capture - du moins, c'est comme ça que je le vois. Nicephore l'insulte par tous les noms, tandis que je me contente de me débattre comme un ver - en vain. Pourtant, ça marchait quand on faisait de la lutte, à l'école, de jouer le ver. A croire qu'il en avait déjà attrapé des plus gros. En plus de ça, il s'énerve, nous crie dessus - la totale. Moi, je continue à me débattre - je déteste que l'on me touche, et que l'on me crie dessus. Ça me fait sentir misérable, d'être enguelée - et je suis juste trop pudique pour être touchée par quelqu'un d'inconnu. Peut-être que si je faisais semblant de faire un malaise, il nous laisserait partir ? A moins que ça n'empire encore plus les choses, peut-être qu'il commencerait à m'osculter pour savoir ce qui n'allait pas, et ses grosses mains poilues touchant mon corps était la dernière chose que je voulais.

Nicephore essaie tant bien que mal de lui expliquer, mais le gars est fermé à toutes explications - et nous jette dans une salle comme on jetterais des chaussettes sales dans un panier à linge. Je manques de me casser la gueule - encore - et me frotte les parties du corps où il m'a touchée, ne supportant pas de sentir son empreinte sur moi. Un silence pesant s'installe, c'est gênant - je n'ose pas trop regarder mon camarade, et il ne me regarde pas non plus. J'en profite pour regarder la salle. Une plante d'intérieur, quelques chaises, une fenêtre avec des barreaux... Des barreaux? On ne doit pas être les premiers ici, et pas les premiers à vouloir tenter de s'enfuir, du coup ils avaient dû prendre des précautions.
Il y avait également quelques magazines sur une table qui devaient dater d'au moins dix ans, et une porte pour accéder à des toilettes - ne sait-on jamais.

Nicephore me sors alors de mon observation, faisant une remarque à propos de l'homme, ce qui me fait sourire. Il veut qu'on essaie de sortir, mais dit qu'on doit être facile à identifier après l'incident de la boule.
Je réfléchis alors.

« Pour la discrétion, il faudrait voir si dans l'un des placards de la salle, il n'y a pas de vieux uniformes. Peut-être dans les toilettes, après je suis pas sûre qu'ils soient rangés ici, mais on sait jamais. Pour sortir... »

Je réfléchis un instant, le regard baissé vers le sol. Comment pourrions-nous sortir? Impossible de passer par la fenêtre, et la porte était fermée à clé. Mais elle serait la meilleure issue si on arrivait à l'ouvrir.
Si on arrivait à l'ouvrir... Une série de passages de films, jeux et livres fila dans mon esprit. Mes yeux étincelèrent alors, une idée fleurissant dans mon esprit.

« T'aurais pas un semblant de carte un peu cartonnée ? Ou un tournevis fin, un couteau... Un scalpel ? »

Je le regarde - ce que je demandais devait lui sembler étrange. Je m'expliquais alors:

« On peut soit essayer d'ouvrir le verrou ou de l'enlever, soit retirer les gonds de la porte. Avec un truc fin et plat, ça peut totalement fonctionner.»

Je continue de le regarder - je dois avoir l'air complètement folle. Je pousse un soupir, détournant le regard.

« C'est complètement fou, je sais. Mais c'est soit ça, soit les bouches d'aération, et là c'est facile de retirer les vis. Comme tu veux. »

J'omis toutefois que je n'avais jamais tester aucune des techniques auxquelles je pensais - et de toutes façons, j'imagine qu'il doit s'en douter. Moi-même, je ne me vois pas crocheter des serrures. Mais j'ai déjà vu la réalisation de ce genre de techniques et les explications, donc je devrais pouvoir m'en sortir - du moins, j'espère.
Comme quoi, être une geek peut servir, parfois.
rédigé par Nicephore Siegward le Lun 18 Juin - 15:55
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 291
Clochettes : 1368
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Apocalypse & Marry-go-round
Ft Alex Brzezicki

La situation ne te plaît pas. Si la salle n’avait pas été fermée à clé et si les fenêtres n’avaient pas été décorée de barreaux, tu l’aurais sûrement mieux supporté. Sérieusement, c’était vraiment un décor lugubre pour un parc d’attraction, et ça ne présageait rien de bon sur le traitement des clients. Ou alors tu te faisais juste des idées. Des idées bien glauques que tu préfères garder pour toi pour ne pas faire flipper Alex. Cette dernière fait autant fonctionner son imagination, mais version film d’action. Des uniformes, sérieux ? Ils ne vont pas les mettre à disposition, ça semble beaucoup trop facile.

Elle continue sur sa lancée en déballant des idées dignes de Macgyver. Quand elle te regarde, tu ne détournes pas les yeux, cherchant à déterminer si elle est sérieuse ou non. Après tout, c’est peut-être une blague. Peut-être qu’elle dit ça parce que c’est sans espoir, et que tout ce qu’il reste à faire c’est de dresser des plans d’évasion irréalistes. Quoique… Pas si irréalistes. Il n’empêche, tu te demandes vraiment si elle se moque de toi ou pas. Tendu à cause de la situation et légèrement perdu à cause de ce qu’elle dit, tu ne peux pas t’empêcher de lui lancer un regard mauvais, au bout d’un moment.

C’est vraiment intelligent, ça. Elle réfléchit, et toi tu la juges. Ouais, bravo. Quand elle se justifie, tu soupires puis t’assoies en tailleur sur le sol.
▬ Excuse, je croyais que tu te fichais de moi. Hm… C’est pas fou. Pas totalement.
Là, tu fouilles dans tes poches pour y trouver n’importe quoi qui puisse être utile. Ainsi, tu sors deux scalpels, des aiguilles, des épingles à nourrice, un flacon de désinfectant, des compresses, des petits sacs plastiques, ton portefeuille, quelques ossements… Il est temps de mettre un peu d’ordre dans tout ça, c’est pas très sain et un peu dangereux. En temps normal, tu n’aurais pas sorti la moindre lame (encore moins les ossements) de ta poche histoire de ne pas faire flipper Alex, mais vous êtes en situation d’urgence. T’es tout de même mal à l’aise et tu évites de le montrer, ça passe principalement en évitant son regard.
▬ J’ai euhm… tout ça. Il y a des cartes dans mon portefeuille. La lame de ce scalpel est plus résistante. Tu sais comment faire ?
Tu sors une carte de fidélité de ton portefeuille, avant de le ranger avec tout ce qui ne servira pas. Les petits ossements pouvant servir pour crocheter, tu en laisses quelques uns.
▬ Perso, je sais à peu près crocheter les serrures mais j’ai jamais testé le truc des gonds. C’est en regardant des films que t’as appris tout ça ?
Tu te relèves, les outils en mains, et tu lui tends le scalpel avec un geste rapide mais précis. Il ne t’est pas venu à l’esprit qu’elle n’avait jamais testé ses idées. De plus, tu préfères que ce soit elle qui s’en charge puisqu’elle semble avoir une idée de comment s’y prendre.
▬ Par contre évite de le casser ok ? J’en ai un autre mais c’est pas la même lame et j’en ai besoin si… Euh… Pour utiliser mon pouvoir.
Gêné de ne pas savoir t’exprimer plus clairement, tu t’interromps avec un geste d’impatience et la laisse en plan le temps de vérifier le contenu des placards. Pas d’uniformes, ce serait trop facile. En revanche, il y a tout une flopée d’habits perdus. Le genre d’habits pas beaux que personne ne souhaitent retrouver.
▬ Ugh, y’a pas d’uniformes. Y’a des trucs très moches, par contre. Libre à toi d’enfiler ces horreurs, mais tu seras la seule à le faire.
© PRIDE SUR EPICODE
rédigé par Alex Brzezicki le Jeu 21 Juin - 23:24
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 159
Clochettes : 524
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
ft. Nicephore Siegward
Et c'est reparti pour un tour !
Apocalypse & Merry-Go-Round

Nicephore me regarde d'un air étrange, bizarre. J'ai presque l'impression qu'il me prend pour une folle - enfin, si c'est le cas, il serait temps. Pas que je suis folle ou bizarre - quoiqu'un peu quand même - mais c'est surtout que je suis tellement différente des autres qu'on a souvent l'impression que quelque chose cloche chez moi. Après tout, peut-être est-ce le cas ?

Mon camarade fini par soupirer et s'asseoir à même le sol - s'excusant en expliquant qu'il pensait que je me moquais de lui. Je ne lui en veux pas, mon plan part un peu loin, et il est un peu trop idéaliste - mais il est faisable, je pense. Lui aussi - il dit que ce n'est pas fou, comme plan. Pas totalement, du moins - tandis que je pense que c'est complètement fou et déjanté, mais qu'avec un peu de chances et de pratique, ça peut fonctionner.
Je m'assieds donc en face de lui, alors qu'il fouille dans ses poches. Il sors pas mal de broutilles et de matériel - et je réalise que c'est une bonne chose que nous soyons que tous les deux ( vous imaginez la tête des autres gens qui attendraient ici? Quoique, peut-être qu'ils nous aideraient, qui sait... Mais ils nous prendraient probablement pour des tarés).

Une fois que tout est sorti, il range ce qui sera inutile - après m'avoir demandé si je savais faire. Sincère, j'avais haussé les épaules - je connaissais le principe, mais je n'avais jamais essayé pour avoir la pratique. Il déclare savoir à peu près crocheter les serrures, mais qu'il n'avais jamais testé sur les gonds. Lorsqu'il me demande si c'est en regardant des films que j'ai appris tout ça, je lui réponds tout en observant les objets et leur possibilités :

« Films, séries, jeux... Même certains bouquins t'expliquent les principe d'évasion. Après, j'ai jamais vraiment testé, je connais juste le principe et j'ai déjà vu faire, mais c'est tout. Tu voudras peut-être essayer le crochetage? »

Il me tend alors le scalpel et, décontenancée, je le prends maladroitement, avant de l'observer et de lui caresser le manche délicatement. Je passe délicatement mon doigt sur la lame - c'est du beau matos. A l'époque où je me charcutais les bras, je faisais ça avec ce que j'avais sous la main - un couteau, un cutter, une lame de ciseaux. Je me demande ce que ça aurait été, avec ce genre de scalpel.
Un coup d’œil sur mes poignets, et je secoue la tête - mieux vaut oublier cette période, et ce que j'ai pu m'infliger à moi-même.

Il me demande de faire attention à ne pas le casser, car même s'il en a un autre, il en avait besoin pour « son pouvoir ». Je me souviens de notre discussion dans les cuisines du pensionnat, et qu'il m'avait expliqué son pouvoir. J'acquiesce, regardant l'objet - connaissant ma maladresse, j'allais peut-être faire sans, comme Nicephore avait l'air de vouloir que je teste mes idées, vu que c'était les miennes.
Il se dirige alors vers les placards, tandis que je m'approche de la porte - munie de mon nouveau matériel. Je prends une grande inspiration: ça ne peut pas être si difficile, si ?

Je range le scalpel dans ma poche et prend la carte de fidélité: Autant essayer ce qui laisse le moins de dégâts.
Je la glisse donc entre le verrou et le cadre de la porte, la pliant en arrière. Mais Nicephore reviens sans que je ne m'en aperçoive - me parlant d'habits moches. Je sursaute, et j'entends un craquement - voyant la moitié de la carte tomber au sol, sans que la porte ne s'ouvre. Je me tourne alors vers mon camarade, paniquée.

« C'est pas moi, c'est la porte. »

Pire excuse du monde, mais on fera avec. Je ramasse la moitié de carte et le range quelque part. J'ai pas vraiment confiance pour tester de crocheter la serrure avec un scalpel - j'ai peur de le casser, et d'attirer la colère de mon camarade. Alors je prends quelques ossements ( wouh, qui aurais cru que je dirais ça un jour? ) pour tenter de crocheter la serrure, mais rien - les os s'effritent, ou ne rentrent pas correctement dans la serrure. Il m'aurait fallu des épingles, et encore, j'ai pas vraiment la technique non plus.
Je soupire alors : Plus qu'à tester les gonds.

Je reprends donc le scalpel dans ma main - il me semble fin et léger. Je n'ai qu'à imaginer que ce n'est qu'une lame d'une paire de ciseaux que j'aurais séparée.
Je respire profondément, et m'approches des gonds. Lentement, je glisse le fin scalpel entre le gond du bas et la cheville, et relève doucement l'outil en tapotant gentiment dessus - pour éviter de le briser. Ça prend un peu plus de temps qu'avec un tournevis qui aurait été plus résistant, et j'ai peur de ne pas réussir à temps - mais je reste concentrée. Une erreur, et c'est l'outil de mon ami que je pourrais briser - ainsi que notre chance de nous en aller.
Lentement, le gond s'en va. Je recommence alors avec les autres, tout aussi méticuleusement.

« On va oublier les déguisements, alors. On aura qu'à se poser quelque part en att- »

Je me coupe dans ma phase, car la porte s'écroule sur moi dès lors que j'ai retiré le dernier gond - et je m'efforce de la tenir en place. Mais le problème, c'est que j'ai une constitution de crevette : Un petit corps de crevette, et des petits bras de crevette. Du coup, bah, je m'écroule sous le poids de la porte - ne la tenant qu'à la force combinée de mes bras et de ma tête. Qui aurait cru qu'une porte était aussi lourde ?   Et d'ailleurs, pourquoi elle était tombée? Elle aurait pas tout simplement dû s'ouvrir de l'autre côté ? Paniquant en essayant de repousser la porte, ma main finit par passer sur la poignée - qui plie. Euh... J'ai un doute, mais si le verrou est enclenché - même si la porte est retirée - la poignée ne devrait pas plier, si ?
Je finis par réussir à poser - délicatement - la porte sur le côté. Manquerait plus qu'elle tombe pour faire un bruit digne d'une explosion... Par pure curiosité, je regarde le côté de la porte - et vois que le verrou n'était pas enclenché. Instinctivement, ma main vient frapper mon front.

« Putain... On a pas vérifié si la porte était ouverte... »

Je me sens débile, sur le coup. Vraiment débile - n'importe quel espion digne de ce nom aurait d'abord vérifié la porte, alors que j'étais partie du principe que la porte était fermée. J'aurais dû le remarquer en tentant de l'ouvrir, mais je m'attendais à entendre un petit « clic », qui m'aurait averti que j'aurais réussi à la déverrouiller.
Je soupire, me relevant.

« Je disais donc... Si on veut continuer la journée, on a qu'à se poser quelque part en attendant que ça se calme un peu. Peut-être manger un truc, je sais pas. »

Pourquoi faut-il que je ramène toujours tout à la bouffe ?
Je secoues la tête, et passe la porte - plus si porte que ça - pour me retrouver dans un couloir. Je fais signe à Nicephore de me suivre, tentant de me retrouver dans le dédale de couloirs - comment peut-on faire tant de couloirs pour un simple petit poste de police dans un parc d'attractions ? Les gens ont que ça à faire ?
Soudain - je m'arrête. Des bruits de pas, des éclats de voix. Je vois au coin du couloir l'ombre d'une silhouette qui s'apprête à tourner.
Notre bourreau est de retour.
Paniquée, je regarde aux alentours à la recherche d'une issue, mais rien - pas même une fenêtre. J'aperçois un placard ménager, et tire Nicephore pour nous y engouffrer à l'intérieur - refermant la porte derrière nous, tout en espérant ne pas avoir été vue.
Mais je réalise maintenant que c'est très gênant comme situation. Le placard est encore plus petit que dans les cuisines - seul un seau, une serpillière et un balais nous séparent. Et ça, c'est en se collant aux parois - car sinon, on est proche de la fusion avec la serpillière. Mais au moins, le gars pensera qu'on est parti depuis un moment - et nous cherchera pas dans un placard.
Je regarde alors le sol, avant de murmurer.

« Ok, j'ai paniqué. »
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: monokuro :: fête foraine - fun fair-
Sauter vers: