Croquer le fruit défendu assis sous le pommier - Narcisse - DC esté

rédigé par Narcisse de Nogaret le Sam 10 Mar - 17:27
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Noblesse
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar


Narcisse & De Nogaret
feat : Don Quichotte Doflamingo - One Piece


Informations
Nom : De Nogaret
Prénoms : Narcisse, Jules, Aimé
Âge : 32 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Race : Hybride Flamant Rose des Andes
Rang : Noblesse
Pays d'Origine : Pays des Flamants
Allégeance : Contre l'esclavagisme humain
Groupe : Personnel
Occupation : Professeur de Philosophie + Référent du club de mannequinat + Artiste

Colorisation
Narcisse a le pouvoir de changer la couleur des choses par le touché. Saviez vous qu'en réalité, rien n'est coloré ? Ce sont les reflets de la lumière qui reviennent à nos yeux qui sont dotés de "couleur". Le grand oiseau joue avec les reflets en quelques sorte.

De ce fait par un simple contact il peut choisir quelle couleur il accentuera ou au contraire il affaiblira. Un objet noir pourra se retrouver aussi vert que rose ou jaune, tandis que du blanc éclatant aura bien du mal à changer d'apparence. Aussi, s'il fait complètement nuit ou qu'il se trouve dans l'ombre rien ne changera.

Les effets de couleur qu'il donne aux choses s'estompent après aussi longtemps que Narcisse en a tenu le contact au préalable : S'il touche une chaise pendant 15 minutes, lorsqu'il l'aura lâchée l’effet durera encore 15 minutes donc une demie heure en tout.

Cependant, s'il touche un arbre par exemple, il ne changera pas totalement de couleur des racines à la cime mais uniquement dans un rayon d'un mètre autour du contact. De plus, à partir d'un contact de plus d'une minute, il commencera a sentir de légers picotements qui s'accentueront petit à petit jusqu'à parfois lui en donner des crampes.

Ses saisons

Les artistes doivent s'inspirer.
Sois sa muse.

Le Printemps : Petit bourgeon qui n'attend plus que de fleurir, tu veux t'épanouir mais tu est trop pur et renfermé pour te lancer tout seul dans des épopées rocambolesques. Tu dois t'ouvrir au monde pour en voir toute sa beauté et avoir confiance en toi.

L’Été : Fleur haute en couleur, tu as éclos il y a de ça un moment déjà et c'est justement ça qui lui plait chez toi. Tu profites de la vie comme elle vient, tu sors et vie tes rêves à fond mais il te déteste au fond.

L'Automne : Regarde toi faner, tu es a deux doigts de tout lâcher. Feuille rousse, feuille morte. Qui a osé te mettre dans cet état ? Laisse le capter ta mélancolie, t’ôter cette épine douloureuse du pied.

L'hiver: Tu es blanc comme neige, un élève model, un parfait citoyen. Tu ne veux pas de lui, mais tout vient à point à qui sait attendre.
Mais, qui est-il ?
Une paire de lunettes de soleil toujours hissée sur le haut de son nez, un long manteau de plumes roses sur le dos, c'est un professeur qu'on ignore difficilement dans les couloirs.

C'est étrange comme ce personnage peut insuffler tant de sérénité, de calme et de silence ou qu'il passe. Ce n'est pas sa beauté qui fait taire les pipelettes, il n'est pas ce qu'on peut qualifier de beau. Ses cheveux blonds sont courts et puis d'ailleurs, il ne tardera pas à rencontrer la si renommée calvitie. Son visage est généralement stoïque, presque d'un froid glacial. N'allez pas penser qu'il ne ressent rien, c'est simplement qu'il pense toujours à un millier de choses à la fois, il n'écoute pas toujours ce qu'on lui dit, on pourrait dire qu'il est un peu tête en l'air, aussi.

Puis c'est un artiste, un peintre, un photographe, il aime ce qui est beau ce qui brille et ce qui fait tambouriner son cœur contre ses côtes, ce qui noue son estomac et ce qui l’empêche de respirer. Sa pauvre folle de mère l'a peut-être intoxiqué à la perfection et à sa vision de l'idéal, il ne jurerait que par ça, s'il jurait parfois.

Pourtant avec son aile atrophiée qui pend le long de son dos, il en est bien loin. L'oiseau est né avec une paire d'ailes dont l'une est saine, l'autre est petite et tombe, dénuée de muscles, médiocrement plumée, elle peut à peine se mouvoir. C'est pour ça qu'il porte un manteau, pour cacher la misère, histoire que son plumage ait l'air majestueux. Il déteste ça presque autant que ses yeux, petits et clairs, qu'il s'entête à cacher également. Cependant il est assez content de faire un mètre 92, ça lui rappelle que pas grand monde ne peut regarder son visage.

Même s'il ressasse énormément le passé, il essaye de s'évader à travers ce qu'il aime. Un livre au bord de la rivière, un croquis dans les jardins, il a toujours rêvé d'art. C'est un peu la seule chose qui le tient en vie et cela fait place d’obsession au sein de son esprit.

C'est un homme qui contre toute attente, aime s'amuser et profiter des choses. Quand il va au marché pour acheter des fruits et légumes, il n'hésite pas à chiper une ou deux bricoles de temps à autres, c'est le genre de bêtises qui l'amusent. Parfois aussi, quand on peut retrouver un petit sourire au coin de sa bouche, c'est qu'il se moque. Soyez sûrs que s'il voit quelqu'un avec la jupe coincée dans la culotte il rira secrètement mais ne préviendra pas la personne en question, ni n'oserait faire tourner l'information.

C'est un grand mystérieux qui sait garder les secrets qu'on lui donne, et qui face à une confession, aussi honteuse soit-elle, n'en rira jamais. Il prend toujours beaucoup de précautions pour ne jamais blesser personne car il n'a pas la notion du "méchant" que peuvent apporter ses paroles.

Histoire

Chapitre 1 : « Le printemps est venu. Comment ? Nul ne l'a su. »

Bel oiseau longiligne, tout en hauteur et en finesse, Narcisse est né de la magnifique Comtesse Liriope et du flamboyant Prince Céphise.

La splendide demoiselle n'avait que de beau son corps et son faciès, la grâce incarnée, le genre de dame à qui personne n'oserait lancer un regard au risque d'en voir son souffle coupé. Cette rose fatalement hypnotisante, ce fruit merveilleux mais pourri jusqu'au dernier pépin.

La bague qu'elle portait à son doigt l'unissait pourtant au grand Lyssa De Nogaret, le bien riche Comte qu'elle avait réussi à séduire en prônant ses atouts physiques. Un homme de sa trempe, réunissant tant de charisme, d'impétuosité et de richesses ne manquait pourtant pas de prétendantes, mais l’envoûtante Liriope réussissait toujours ou tout le monde échouait.

Elle savait pourtant Lyssa être un grand violent, mais son vice était tel que le seul souhait de madame était de prétendre à une richesse éternelle, aussi pérenne que sa beauté insaisissable. Son mari avait beau posséder tant de terres que de droits et de privilèges que possible, comment faire mieux que la famille royale ?

Liriope commençait à dépérir de son peu de reconnaissance, grande mannequin qu'elle était perdait peu à peu son succès. Elle s'en arrachait les cheveux, en hurlait de douleur jusqu'à parfois en perdre la voix. Elle ne pouvait même pas se raccrocher à son mari qui passait son temps aux jeux, et qui sait peut-être même dans le lit d'autres femmes. Qui oserait chercher ailleurs quand Liriope se donnait corps et âme pour lui ?

22 ans et toujours pas d'enfant, plus de quatre ans et aucun héritier. Lyssa n'en avait que faire, tout retournerait à son brave roi et à ses frères qu'il admirait tant. Liriope ne supportait pas l'idée de ne jamais être mère, de ne jamais léguer ses qualités, ses idéaux, de ne jamais pouvoir se pavaner devant les autres dames du royaume, de prouver à quel point elle était exemplaire.

Toujours en quête du mieux, elle commença à jouer de ses formes devant le plus jeune des frères du roi, le plus réputé pour être coureur de jupons. Avec un peu de chance, il risquerait de tomber amoureux d'elle et de lui demander sa main.. Après un an de relation extra-conjugale prudente, elle avait une grande nouvelle à annoncer.

« Céphise, je porte ton enfant. »
« Il n'en est rien. »

Une main posée sur sa poitrine, ses sourcils se haussèrent, ses yeux s'embuèrent, ses jambes se mirent à ne plus la tenir réellement. Comment ne pas perdre ses moyens quand tous nos espoirs tombent en miette ? Quand le père envoie valser une si belle nouvelle d'un mouvement de main ? En un soupire même.

Il leva enfin le regard vers elle, se rapprocha de son visage et lui tint fermement le menton. Ses lèvres se relevaient en signe du profond dégoût qu'elle lui inspirait.

« Liriope, tu n'es qu'une putain et une crasseuse. Je ne veux plus jamais te voir, décampe immédiatement. »

Qu'il était laid de la traiter de la sorte. Ses longs cheveux blonds qui tombaient devant son visage, ses cheveux qui puaient l'opulence, ses yeux qui reflétaient l'immondice de son âme, son aura qui émanait soudainement le crottin que tâtait quotidiennement le plus pauvre de ses palefreniers.

L'horrible Céphise repoussa le visage de la belle d'un geste hautain, elle ne méritait que ça de toute manière.

Quelque temps plus tard, après avoir haï cet homme autant que sa grossesse et que son destin fabuleux qui s'était échappé quelques mois auparavant, elle avait décidé de l'annoncer à son Mari. Son ventre grossissait à vue d’œil, elle ne voyait pas d'autres manières de faire, puis n’était-ce pas ce qu'elle voulait finalement ? Sa vie n'était que brouillard et frustration, Lyssa la dégoûtait, Céphise la dégoûtait, elle se dégoûtait.

« Lyssa, je porte ton enfant. »

Quelle joie de constater que l'homme en question n'avait pas réagit de la même manière que le véritable père. Quelle joie de voir un mensonge passer aussi facilement. Quelle femme vicieuse.

Mais il faut savoir que Liriope n'en a jamais assez. L'oeuvre d'art qu'était son corps risquait de ne plus l'être très longtemps avec un ventre si proéminent et des seins pendants et pleins de vergetures. Il fallait qu'elle gagne de l'argent, encore.

« Céphise, en échange de 1000 clochettes par mois, je ne dirais pas qu'il s'agit de ton fils. »

Son mariage approchait, et il ne voudrait sûrement pas faire savoir à tout le royaume qu'il avait enfanté la femme d'un noble. Encore moins si le noble en question n'était autre que Lyssa, un des amis les plus proches de la famille royale. Liriope était sûre de son coup, la lettre était envoyée.

Elle venait de passer deux jours avec le sourire aux lèvres, le temps que sa lettre arrive à bon port, et peut-être aussi assez de temps pour que ses quelques billets arrivent. Mais il arriva plutôt Céphise en personne, ouvrant la porte brutalement, attrapant la belle future maman par la gorge. Son sourire n'avait pas fait long feu.

Lyssa accouru dans le salon, ne souhaitant que défendre sa dulcinée. Il n'en eut pas le temps que l'ex amant s'était déjà exprimé.

« Lyssa, ton enfant n'est pas tien. Ta femme est une garce décérébrée, dénuée de toute bonté. »

Comme pris d'une rage sans nom, le Comte envoya valser son "ami" Céphise pour mieux s'en prendre à sa traîtresse de Femme. Un poing dans son visage, un autre pour Narcisse. Liriope hurla, tomba au sol. Le prince tira Lyssa vers lui pour faire stopper ce carnage.

Tout s'était enchaîné si vite..

Chapitre 2 : « Été triste, triste été. Le goût amer du passé, tu me le rappelles. »

Le voilà le jeune Narcisse, planté sur ses deux pattes et les poings serrés dans ses poches. Neufs années consécutives que l’oiseau était sorti de sa coquille. Ce n'était un enfant bavard, à la maison il n'avait pas le droit à la parole.

Liriope l'habillait et dictait chacun de ses mouvements, Lyssa le toisait du regard dès qu'il croisait le sien. Une atmosphère pesante, surtout pour un enfant de 9 ans.

Maman n'aimait pas ses yeux qu'elle jugeaient trop petits, il devait porter des lunettes de soleil pour ne pas lui faire honte.

Maman n'aimait pas ses cheveux blonds comme ceux de Céphise, elle lui rasait la tête depuis sa première mèche.

Maman n'aimait pas son aile atrophiée, elle lui faisait porter un manteau de plumes toute l'année pour cacher sa difformité.

Maman, maman, maman. Maman était devenue une vraie folle. Papa ne voulait pas être papa. La gloire et la beauté d’antan s'étaient évaporées il y a neuf ans.

« Narcisse, tu es laid. »

Pas la peine de se mettre à pleurer au risque de la voir envoyer sa main pâle sur la joue de l'enfant, de la voir soupirer, de l'entendre dire qu'il est encore pire comme ça. Mais elle l'a éduqué de cette manière, son cœur ne s'en brisait pas. Presque comme si cette situation était normale, il ne lui répondait ni oui ni merde. Narcisse était un pantin de bois sur lequel on pouvait passer ses nerfs sans jamais craindre qu'il puisse un jour rétorquer.

C'est Liriope qui était laide, a 32 ans pourtant elle en paraissait plus de 40. Quand on devient paranoïaque, mauvaise et rancunière, des cernes se dessinent et se voient ornées de rides. Quand on fronce ses sourcils à longueur de temps on se fripe, on moisi, quand on se morfond on grossi on se laisse aller.

Et pour elle, Narcisse n'arrangeait rien à la situation. Pourtant c'était sa faute si elle offrait son corps à qui le voulait, que l'enfant était né de Céphise. C'était sa faute d'avoir provoqué la hargne d'un homme violent, d'avoir atrophié son fils, tout autant que c'était ses yeux a elle qu'il portait sur son visage.


Chapitre 3 : « J'attends l'automne tout l'été »

Enfin assez grand pour pouvoir s'envoler, Narcisse avait enfin pu partir il y a 4 ans. Inévitablement, cette drôle de liberté le plongeait dans un profond désarroi, une étrange perplexité.

Il avait 16 ans et s'était intégré à la classe 3 tant bien que mal. Il n'avait pas osé exprimer son envie de déployer ses talents artistiques, un peu comme si c'était un vice de chercher le beau là ou il n'était pas. Le regard toujours porté vers la fenêtre, il se questionnait souvent : pourquoi les gens rêvent d'être des oiseaux ?

Pourquoi la nouvelle était une si belle pie ? Pourquoi plongeait-elle son regard dans celui de Narcisse ?

« Écho, c'est mon prénom. »

Son cœur tapait lentement et pourtant si fort, c'était bizarre. La jeune fille avait l'air plus grande que lui bien que ce n'en fût pas le cas, et belle comme elle l'était elle n'eut pas de mal à se faire aborder par le tas de pipelettes de la classe.

Il lâcha un soupire afin de revenir à la réalité. Narcisse, tu es laid, maman te l'a toujours dit : regarde-la. Pourtant, quand la sonnerie avait retenti et qu'il avait pris ses affaires pour sortir un peu prendre l'air, c'est lui qu'Écho était venue voir. Voulait-elle peut-être faire connaissance avec tous les personnages de la classe ?

« Salut, je te dérange ? »

Une légère secousse du visage de Narcisse venait de lui indiquer que pas du tout. Et c'est ainsi qu'il avait dû se présenter à elle, le garçon étrange que personne n'abordait lui avait fait visiter le pensionnat parce qu'elle en avait décidé ainsi.

Elle n'avait peur de rien, elle était joviale et n'était pas parue timide ne serait-ce qu'un instant, le total opposé de l'oiseau rose.

La belle dame aux choix rocambolesques avait su capter l'attention de Narcisse, l'attention de tous ses sens. Penser à elle, c'était devenu quelque chose de totalement inévitable, mais il ne connaissait pas ses véritables intentions. Pourquoi lui ? Ce blond invisible dont personne ne voulait s'approcher, il se demandait si la demoiselle ne souhaitait pas simplement observer ses défauts de plus près et ainsi pouvoir critiquer ces derniers aux autres pensionnaires. Que faisait-il dans la classe ou les rumeurs filaient plus vite que la lumière ?

Jamais elle n'avait fait de démarches allants dans ce sens, elle était digne de toute sa confiance et il la lui avait accordée. Ils vivaient des moments aussi doux qu'intenses, et jamais il n'avait pu sourire avec quelqu'un d'autre avant elle.

Un jour, au cours d'une conversation banale Narcisse et elle s'étaient confiés quant à leurs soucis, leurs problèmes passés, tout ce qui avait eut le don de les tracasser durant des longues années. Écho était presque entrée en colère d'apprendre que ce genre de mère pouvait exister.

« Narcisse, tu es la plus belle des choses que je n'ai jamais pu rencontrer. »

Non, impossible. Pour qui se prenait-elle à aller à l'encontre de la règle qui avait régit sa vie ? Il fronçait les sourcils, elle tenta de s'approcher, il la repoussa. N'importe quoi, impensable. Elle lui faisait perdre la tête, celle qui venait de lui retirer ses lunettes de soleil, celle qui répétait qu'il était beau, celle qu'il ne croyait pas. En quel honneur pourrait-il avoir foi en ses paroles, lui avait-il aussitôt demandé ? Prouve lui que tu n'es pas une menteuse.

« Viens me voir samedi soir, dans ma chambre.  »

Elle se leva de l'herbe ou ils étaient assis, emportant avec elle son sac et sa mine boudeuse. Toujours assis sur le sol, adossé à leur arbre favori, il regardait presque en souriant ses lunettes qui lui renvoyaient son image. Comment pouvait-elle trouver beau un garçon qui avait était source de toute une vie de honte ?

Certes il n'était pas plus laid qu'un autre, mais pas plus beau non plus. Mais c'est le samedi soir qu'ils avaient pu se retrouver dans la chambre pouilleuse qu'elle partageait avec d'autres pensionnaires. Les voila face à face, sans ses verres entre eux, dans un endroit aussi silencieux qu'un cimetière, mais qui avait presque les allures d'une cérémonie de mariage.

« Qu'as-tu donc  me montrer, Écho ? »
« Promet moi de n'en jamais répéter un mot.  »
« Je te le promet. »

Écho pris dans ses mains la veste qui recouvraient les épaules de Narcisse et la fit doucement glisser vers le sol, elle fit remonter ses mains dans le cou de l'homme qu'elle tira vers elle afin de l'enlacer. La demoiselle avait peur, elle tremblait de son corps jusqu'à l'âme mais n'était pas du genre à pleurer. Narcisse se sentait mal d'être si nu face à elle, mais si elle faisait ça c'est que l'annonce s’apprêtait à être lourde de conséquences.

« Tire mes ailes. »

Tout ceci n'avait pas de sens, mais l'oiseau rose s'exécuta. Il n'eut pas besoin de déployer une force considérable pour que la première se détache, et que la deuxième suive le mouvement. Il sera dans ses bras l'humaine, il n'arrivait pas à réaliser qu'il en avait vu une pour de vrai, qu'il la côtoyait depuis tant de temps. L'étreinte s'éternisa sur le lit, et se poursuivit sous les draps. La potion ne faisait plus effet, plus rien ne cachait les défauts, ils étaient enfin eux-mêmes.

Ils n'étaient pas ensemble, et l'amour qu'ils se portaient tenait de celui qu'on qualifie d’insensé. Un peu de oui, de non, de passion, de disputes et de tendres regards. Une amitié ambiguë qui faisait jalouser ceux qui avaient osé la convoiter, mais ils s'en fichaient des autres.


Chapitre 4 : « L'Hiver sans neige, sommeil sans rêves »

La rentrée scolaire, après en avoir pourtant fini 3 ans avant avec les cours de Monokuro, lui parue vraiment étrange. Surtout quand à presque 30 ans on se voyait prendre le bus scolaire. Marcel l'avait mené jusqu’à l'école, encore comme à l'époque ou il rentrait au pays avec Écho pour passer les vacances. Sauf qu'à présent, il était seul avec cet homme qu'il n'avait jamais vraiment pu se voir en peinture.

Il savait qu'il n'y trouverait personne d'aussi agréable qu'Écho, mais il avait choisi d'y retourner dans un élan d'espoir. Il serait professeur de philosophie et tenterait de gérer un club à la fois pour s'occuper les pensées, mais également pour l'art et la beauté des choses laides. Pour que les élèves prennent confiance en eux, que lui même puisse s'exprimer.

Il avait fermé son livre lorsque le bus s'était enfin arrêté. Finalement le CV qu'il avait envoyé avait du assez plaire, puisqu'il marchait tout droit vers l'entretien avec Kakashi.

Aujourd'hui, cela fait 2 ans que Narcisse travaille à Monokuro, il n'a toujours pas revu Écho mais essaye de trouver des substituts d'elle.

Prénom ou Pseudonyme : Esté, commencez pas à m’appeler "nar" c vraiment moche éè
Age: 19 ans
Aimes-tu Monokuro ? : Oui j'aime Monokuro
Comment es-tu arrivé ici ? : avec mes économies
Ta présence sur le forum ? : q u o t i d i e n n e
As-tu lu et approuves-tu le règlement ? : ui ui ui

Je remercie fooort Sayuri qui m'a plus qu'inspiré et aidé à trouver mon histoire  

rédigé par Invité le Sam 10 Mar - 17:29
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
avatar
Bienvenu cher prof :o Courage pour ta fiche.
rédigé par Kerr Glencoe le Sam 10 Mar - 17:32
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 31
Clochettes : 318
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 31
Clochettes : 318
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 31
Clochettes : 318
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 31
Clochettes : 318
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
BIENVENUE NARCISSE DE NOGARET J'ADORE TON NOM
rédigé par Alex Brzezicki le Sam 10 Mar - 17:32
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 162
Clochettes : 560
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 162
Clochettes : 560
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Alex Brzezicki
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 162
Clochettes : 560
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 03/03/2018
Messages : 162
Clochettes : 560
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Courage Nar pour ta fiche
Hâte de voir ton perso terminé !
rédigé par Narcisse de Nogaret le Sam 10 Mar - 17:46
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Noblesse
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Merci les copainnss
rédigé par Invité le Sam 10 Mar - 18:12
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
avatar
Bienvenue Nar !
J'adore la typographies que tu as mise ♥️
rédigé par Invité le Sam 10 Mar - 19:38
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
avatar
Bienvenuuuue Les flamant rose c'est bien : D
rédigé par Invité le Dim 11 Mar - 0:01
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
avatar
J'aime déjà ton personnage, hâte d'en apprendre plus ♥️
Bon courage pour la suite !
rédigé par Narcisse de Nogaret le Dim 11 Mar - 1:19
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Noblesse
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Merciii ! J'ai posté la 1ere partie de l'histoire, sorry si c un peuuuu long
rédigé par Nicephore Siegward le Dim 11 Mar - 11:07
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 304
Clochettes : 1418
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 304
Clochettes : 1418
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
Royauté
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 304
Clochettes : 1418
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1
. :
Inscription : 02/11/2017
Messages : 304
Clochettes : 1418
Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson
Occupation : Classe 1

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Re-bienvenue !
J'ai hâte de lire la suite **
rédigé par Invité le Lun 12 Mar - 12:19
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
avatar
Coucou bb té bo jtm.
rédigé par Narcisse de Nogaret le Sam 17 Mar - 10:13
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Noblesse
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 10/03/2018
Messages : 30
Clochettes : 307
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Love u mes ptits potes et merci

J'essaie de finir ce weekend
rédigé par Invité le Dim 18 Mar - 12:57
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
avatar
On a papoter des deux pitit trucs à rajouter et maintenant, c'est tout bon ! Tu peux donc recevoir ta visacard joli Flamant
Félicitation ~ ♥️








Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: hors-jeu :: archives - trash and rubbish :: archive des fiches-
Sauter vers: