De la chair fraîche ( feat Scar )

rédigé par Sicarius Symphonia le Sam 10 Mar - 16:37
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
De la Chair fraîche


- " Hey Boss vous sortez ? "

- " Crétin, ça se voit pas ? J'ai affaire. Et on est mieux servi que par soi même ''

En effet. Ces abrutis ne sont absolument pas capable de réclamer de l'argent. Notre argent qui plus est. Des petits merdeux de lycéens viennent se fournir chez nous, mais ils ne payent pas. Je suis plutôt clément. Je leur laisse un jour, deux jours, trois jours. Mais personne ne vient régler sa dette. Ces quoi ces jeunes ? Mon fric !!! J'ai un commerce à tenir. De toute manière s'il me rende pas mon fric, ils vont prendre cher. Donc dans tous les cas, je sens que cette journée va être une bonne journée. Pas besoin de faire semblant devant les clientes et les clients du magasin. Pas de faux sourires, pas de faux compliments. Rien de tout cela aujourd'hui. Aujourd'hui ça va saigner.

Pour me fondre dans la masse, j'ôte mes habituels vêtements d'homme d'affaires. Je pars sur une tenue plus décontractée, tout en restant dans l'esprit écolier. Une veste cintrée bleu, une chemise blanche un peu transparente, laissant entrevoir mon collier doré. Puis tout comme les jeunes de nos jours, les boutons ne sont pas tous attachés. J'enfile un pantalon de la même couleur que la veste. Je me chausse d'une paire de basket, en ne nouant pas mes lacets. Je détache mes cheveux. En mode décontracté et bad boy.

- " Je vous confie la boutique en mon absence. ET TACHEZ DE FAIRE DU CHIFFRE OK !!!! "

Malheureusement je ne peux pas me cloner. Je ne peux pas être partout à la fois. Mais on agit dans l'urgence. Et l'urgence c'est de récupérer le fric. En direction du lycée, je marche, les mains dans les poches, en soufflant. Qu'est ce que j'ai horreur d'aller dans ce bahut. Mais Bon, les affaires sont les affaires. Une fois à l'intérieur, je scrute le moindre élèves. Où est il ce trou du cul ? Ah !!! Héhé !!! Trouvé !!!! Tu vas morfler sale reptile. Me dirigeant vers cette racaille serpent, je lui fais une accolade comme si c'était un de mes potes. Je le traîne ensuite dans un endroit sombre et isolé du reste de la populace.

- " Alors il est où mon fric ? "

Complètement apeuré, le serpent tremble devant moi. Il se pisse dessus c'est pathétique. T'as pas mon fric. OK. No problemo. Faut pas me chercher. Je le frappe, le tabasse à sang. Coup de poing, coup de pieds. Il est déchiré, anéanti, ensanglanté, en PLS sur le sol. Je prend son porte monnaie et prend le tas de billet qui peut traîner dedans. Ah !!! Mais !!! Il y a un petit paquet là dedans. Ce n'est pas encore assez pour tout rembourser, mais ça fera l'affaire. Le laissant à son triste sort, je me retourne et m'en vais un peu loin. Il y a t-il un coin pour se laver les mains ?

Trouvant un lavabo je m'essuie les mains. En me regardant dans le miroir, je constate qu'une petite goutte de sang décore le coin de ma lèvre. Saleté de gosse !!! Je suis sale maintenant. Je lèche avec ma langue, la goutte de sang. Elle a disparu. Plus aucune trace. Me posant ensuite sur un banc, j'allume une cigarette. La clope au bec, les bras étalé sur le dos du banc, les jambes demies écartées, je recompte le fric amassé. Il en manque encore un peu pour me payer la totalité de ce qu'il me doit. La prochaine fois, il a intérêt à avoir ce qu'il faut ce petit merdeux.

Rangeant mon butin dans ma poche arrière de pantalon, j'observe les différentes lycéennes défilées devant mes yeux. Elles sont plutôt mignonnes ces filles. Tout à fait mon genre pour tout avouée. Mais une bien particulière me fait du coin de l'oeil. Elle là bas. Elle est parfaite. L'idéale victime pour me défouler encore un peu. Je ne suis pas encore tout à fait calmer par toutes ces émotions. Elle est fraîche, belle, et avec un âge adapté. Je la regarde fixement. On voit bien que je n'observe qu'elle. Elle est devenue ma cible. Je bouge mon index, pour lui dire de venir vers moi. Les festivités peuvent commencer ....




CSS par Gaelle

rédigé par Invité le Mer 14 Mar - 1:18
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
De la chaire fraiche
Sicarius & Scarlette

Bah quoi, j'avais une tâche, encore, sur moi ou quoi ? Non, je me posais cette question car beaucoup de monde me regardait aujourd'hui. Bon, à vrai dire, je savais pourquoi. C'était à cause d'elle, de cette souris qui avait fait changer complètement toute ma garde de robe pour y mettre que des vêtements à la mode et bien trop proche du corps. Saleté de souris ! C'était qu'avec de la chance que j'avais réussi à trouver un jean. C'était à se demander comment on pouvait respirer dans un truc aussi serré. Quand au haut, j'avais mis un chemisier plutôt sobre, mais quelques peu transparent. Heureusement que j'avais encore mes débardeurs pour me cacher un peu. Sérieusement, elle avait pensé à quoi en m'achetant tout ça ? Et puis, ils étaient passés où mes autres vêtements ? Bon, elle m'avait laissé mes habits de sports et tant mieux. Mais la reste, disparu ! Plus de jean trop grands, plus de tee-shirt ample et ni mes chemises à carreaux ... Mes sublimes chemises de bûcherons ! Tu m'étonnes que les gens me regardaient bizarre, ils n'avaient pas l'habitude de me voir ainsi.

Par chance, lorsque vint l'heure des clubs, on ne me regarda plus de cette façon. J'avais repris mon bon vieux jogging trop grand, mais obligé de mettre ce même débardeur près du corps pour le haut. Bon, il allait falloir que je pense à retourner en ville pour acheter des fringues plus convenable, et sans Satine cette fois-ci. Autrement elle serait capable de m'acheter encore un tas de robes inutiles juste parce que je serais "trop cute ! ça te va trop bien !". Non merci, il y en avait déjà bien trop dans mon placard maintenant.
J'avais passé une bonne partie de l’après-midi au club de danse. Je n'y étais pas vraiment membre, mais j'y passais régulièrement. Aussi régulièrement quand dans d'autre club sportif, sans jamais m'y inscrire. Je n'avais voulu m'enquiquiner avec ça et surtout devoir être la meilleure pour se faire bien voir dans le club. Non, moi ce que je voulais, c'était simplement profiter des infrastructures des clubs, rien de plus. Et puis, ça me permettait d'avoir pas mal de contactes. Parfait !

Ce fut à la pause de danse que je le vis pour la première fois. Je n'oublierais certainement jamais ses cheveux blancs et encore moins son regard si transperçant. Comme cela étrange à quel point cela m'était passé au dessus de la tête avant qu'on me fasse constater qu'il me regardait avec insistance. Ce fut l'une des filles du club, celle qui m'avait suivi pour fumer dans la coure, qui me l'avait indiqué. Il n'y avait pas à se tromper, il me regardait et non celle qui m'accompagnait. D'ailleurs, elle était passé où ? Elle avait déjà grillé sa clope et elle retournait déjà au club, me faisant signe de la main tout en me faisant un clein d'oeil. Ok ... J'avais compris le message. Je soupirais longuement la fumée avant de me retourner vers l'inconnu blanc. Il me faisait signe de venir le voir. Sérieusement !

J'aurais dû le laisser en plan, l'ignorer complètement et écraser ma cigarette avant de rentrer et de continuer à danser. Mais j'avais décidé de rentrer dans sa dance ... Avec même un sourire.

    - Quel tact pour aborder une fille. Je dirais même que ça fait un peu creepy d'observer les gens comme ça.

Et pourtant je lui souriais, comme si je voulais lui prouver que je n'étais pas une poule mouillée.
Je le regardais à mon tour de haut en bas, comme si je le scannais. Je ne pensais pas l'avoir déjà vu par ici, en tout cas pas dans l'enceinte de l'école. Il semblait jeune, mais pas trop non plus. Je n'arrivais pas à savoir s'il était un élève de dernier année ou bien un membre du personnel. Mais une chose dont j'étais sûre, c'était qu'il était sûr de lui, en plus d'avoir une sacré prestance. Je disais cela car il n'avait même pas ouvert la bouche que déjà, mes yeux n'arrivaient plus à le quitter.


rédigé par Sicarius Symphonia le Mer 14 Mar - 20:45
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
De la Chair fraîche


Au moins elle a la décence de venir jusqu'à moi. Brave fille. Elle est piégée comme une petite souris. Et moi je suis le chat. Le vilain chat de gouttière. Elle a du répondant. J'ai pas choisi une gourdasse comme cible. Ça change. Nous nous regardons, pendant plusieurs minutes, sans dire un mot. Je ricane. Me voilà face à une petite teigne. Moi creepy, elle m'a mal regarder voyons. Je suis le garçon au plus doux visage. Quelle déception d'entendre de tel propos de sa délicieuses bouche. J'ai déjà hâte de lui embrasser les lèvres. Mais plus on attend, plus c'est savoureux.

- " Au moins, je ne fais pas comme ces autres abrutis qui attendent sagement dans leur coin attendant que celle qu'ils désirent se pointe un jour ou l'autre vers eux. Un jour ils s'en mordront les doigts, quand ils verront que ce sera trop tard "

Écrasant ma cigarette au sol, je la jette dans une poubelle juste à coté. Je ne suis pas un salopard au point de salir ces beaux locaux. Point écologie de la journée fait. Je ne détourne pas mon regard du sien. Une fois que j'ai en visu une cible je ne la lâche pas, qui plus est quand elle s'avère être un cas intéressant, pour une fois. Je me tient droit devant elle. Adoptant le masque du '' gentil '', je lui tiens la main, et vient déposer un baise main. Sa peau est si blanche et douce.

- " Quel est ton nom charmante demoiselle ? "  

Tu l'as dans ta main et dans ta poche. Elle ne cesse de t'admirer depuis tout à l'heure. Elle est à moi. Tout en la baisant, je plante mes yeux dans ses pupilles. Je recule mon visage. Je me redresse droit, les mains dans les poches, en attendant une réponse de sa part. Je lui fais un sourire charmeur. Je saute de joie intérieurement. Je vais bien m'amuser avec elle. Une rose délicate qui joue les tigresses c'est excitant. Elle répond de plus en plus à mes critères de victimes préférées. Jusqu'où vais je arriver à la détruire psychologiquement. Et physiquement. A quel degré supporte t-elle la douleur ?

- " Et si on dégageait de cet endroit pourri. Je connais un endroit où on fait de délicieux chocolat en ville "

Heureusement qu'un de mes acolytes est chocolatier. Son affaire est un alibi parfait pour charmer ses proies. Il ne sait pas à quel point je le suis redevable. Comment attirer la petite souris dans un piège ? L'appâter.




CSS par Gaelle

rédigé par Invité le Jeu 15 Mar - 18:34
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
De la chair fraiche
Sicarius & Scarlette

Je restai un moment stoïque devant sa réponse avant de sourire et même de réprimer un rire. On peut dire qu'il n'avait pas froid aux yeux. Mais en tout cas, il avait bien raison là dessus. ce n'était pas en restant attendre le prince charmant que celui-ci allait débarquer sur son cheval blanc. M'enfin... S'ils existent encore. Pour ma part, cela fait depuis bien longtemps que je ne crois plus aux contes de fée. Je me demande même si cela existe encore des couples qui restent amoureux jusqu'à la fin de leur vie.

    - Malheureusement, les gens ne voient les choses précieuses que lorsqu'il est trop tard.

Et je disais cela en connaissance de cause. Après tout, il allait fallut que je sois hospitalisée par rapport à mon poids pour que je puisse enfin ouvrir les yeux. Bon, Josef m'y avait aidé, autrement pas sûre que j'y sois arrivée toute seule. M'enfin si, mais lorsqu'il m'aurait été impossible de faire marche arrière.

Mais il n'est pas bon de regarder en arrière, surtout lorsqu'on a un inconnu qui nous fait aussi bien le coure. Autant dire que je n'étais pas habituée à ce genre de comportement. Toute ma vie, je n'ai été qu'une roturière et les mecs qui m'ont dragué, n'avaient pas vraiment la même façon de faire. Il n'y avait rien qu'à voir le dernier. Il était complètement à l'opposé de l'image que donné cet homme à la crinière blanche. Parfois, je me demande encore comment j'ai pu sortir avec Esté ... J'étais bien heureuse ne pas avoir franchi le pas avec lui. Je crois que notre relation n'aurait plus été la même qu'aujourd'hui.

    - Je m'appelle Scarlette, mais tout le monde m'appelle Scar. Puis-je savoir à qui ai-je affaire ?

Je devais vous l'avouer, il me déstabilisait. Que ce dans sa façon de parler ou de me regarder. C'était comme s'il me sonder de l'intérieur, mais pas que. Il y avait autre chose mais je ne savais comment d'écrire. Mon instinct animal me disait de faire attention. Pas besoin de lui pour savoir qu'il fallait de se méfier des hommes en général. Il allait falloir que je sois sur mes gardes, et en même temps ...

    - Du chocolat ... Désolé, mais je passe mon tour. Le chocolat et moi, ça ne fait pas bon ménage.

Je riais intérieurement. Il venait de trébucher sur l'unique chose que je ne pouvais avaler. Non pas que je n'aimais pas le chocolat, mais j'ai appris à m'en passer à cause d'une allergie. Lui qui semblait se la jouer charmeur en voulant m'offrir des chocolats, certainement des plus raffinés je n'en doute pas. C'était râté ! Retour à la case départ mon coco.

    - Par contre, si vous connaissez quelqu'un qui fait de bons cafés, je ne suis pas contre.

Bon, c'était moins classe, ça c'était sûre, mais il n'y avait rien de mieux qu'un bon café selon moi. Sauf peut-être une bière bien fraîche en pleine canicule, ou un mojito, faites votre choix. Par contre, s'il voulait qu'on parte tout de suite, il allait devoir m'attendre, histoire que j'aille récupérer mes affaires au clubs de danse. Ou au moins, il fallait que je récupère de quoi me mettre un truc sur le dos, histoire que je ne prenne pas froid, car même s'il ne faisait pas froid. Le printemps et sa brise fraîche n'étaient pas ce qu'il y avait de mieux quand on avait qu'un pauvre débardeur sur le dos.

    - Mais laissez moi un instant, le temps que j'aille me mettre un truc un peu plus chaud et surtout plus présentable.

Alors là, c'en était une bien bonne ! Voilà que je voulais être présentable ?! Retenez bien ça, je ne dirais pas ça tous les jours, je peux vous le garantir.
Je fis un petit clein d'oeil au blanc et avant qu'il n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, me voilà qui filait vite fait vers le club. La pause n'était pas encore terminé mais il y eu assez de personnes à me voir rentrer dans les vestiaires pendant deux minutes et de m'y en ressortir changée, portant mon sac en bandoulière. Personne ne me dit rien. Il faut dire qu'ils avaient plutôt l'habitude de me voir ainsi me changer à la pause et partir. Et hop, me revoici en un rien de temps devant l'inconnu, prête à partir en ville ...

Bon dieu que j'aurais dû fuir temps que j'aurais pu ...


rédigé par Sicarius Symphonia le Ven 16 Mar - 10:13
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
De la Chair fraîche


Scarlette, ou Scar pour les intimes. Hum. Intéressant. Un nom de jeune fille fragile, qui se permet d'avoir un surnom qui sonne confiant. Scar, un peu comme un nom démoniaque, comme d'un mec badboy dans les cours de récréation de cette fichue école d'hybride. Elle se donne un genre : Jeune fille frêle qui veut prouver à tous qu'elle est une femme forte. Bientôt Scar n'existera plus. Scarlette reprendra sa légitime place de fille soumise. Après s'être présentée, il va de soi que j'en fasse autant.

- " Judes. On m'appelle Judes. Simplement Judes. Enchanté Scaaar "

Je la regarde toujours et encore, en allongeant bien son surnom. Je met l'intention dessus. Elle ne m'échappera pas. Elle n'aime pas le chocolat. Tant pis. C'est une mauvaise pioche. Mais rien n'est encore perdu. Un bon café ? Justement ça tombe bien, mon deuxième associé tient un bar en ville. Ses cafés sont bons, mais ce n'est pas là où il excelle le mieux. Les combats c'est sont truc. Les cafés, une occupation comme une autre. Pour une fois que Ryoma n'est pas ma carte maîtresse pour charmer une fille. Nous sommes trois aimants à fille : du chocolat, du café et des fringues. Le trio parfait. Ces trois drôle de bonhommes.

- " Oh !!! Moi qui pensait que les femmes aiment le chocolat. Mais il s'avère que l'une de mes connaissance tient un bar/café en ville. Je peux t'y conduire. C'est toujours mieux que de moisir ici de toute manière "

C'est qu'elle accepte la chouette. Une chouette blanche. Est elle encore immaculée et pure ? Si c'est la cas, elle ne le sera plus pour très longtemps. D'accord je l'attends. Ce n'est pas comme si j'avais d'autres choses à faire. Ma tâche de la journée est faite, et ma deuxième la fait participer en tant que protagoniste. Que dis je, en tant que victime. Elle sera parfaite dans ce rôle. Soit confiante tant que tu le peux encore Scarlette. Ton heure a sonnée.

Je n'ai pas trop attendu. Elle a de la chance, je suis d'une humeur patiente. C'est dommage, je la préférais sans sa veste. Sa peau dénudée me donne plus envie de la salir. Elle aurait pu fuir, mais elle ne l'a pas fait. Je pense que je dois l'impressionner. Ça doit lui changer de sale fils à papa ou à maman trop prétentieux ou trop voyant. bras dessus, bras dessous je le conduis loin de cette école.

- " Puis je me permettre Scar de te conduire dans un endroit à la hauteur de tes exigences "

Plus vite on quittera cet endroit, plus vite je serais sauf. Puis je ne tient pas à croiser UNE certaine personne.




CSS par Gaelle

rédigé par Invité le Ven 16 Mar - 21:23
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
De la chair fraiche
Sicarius & Scarlette

Jude, c'est ainsi qu'il se faisait appeler. Un nom plutôt banale, je dois l'avouer, alors qu'il n'avait rien de tel. Ce que je voulais dire par là, qu'il avait tout le comportement que l'on demande à un noble, un comportement que devait normalement avoir maintenant que je faisais parti de cette classe. Un comportement que je n'aimais pas beaucoup, et pour cause, je le trouvais hypocrite. Sourire à tout le monde, surtout à ceux que l'on apprécie guère. Faire des courbettes pour rester toujours en bon terme avec tout le monde alors que tout le monde crache dans le dos de tous. Bande d'hypocrite ! Alors pourquoi j'aimais cette façon qu'il avait de me parler, de me regarder ou encore de se comporter. Je le savais qu'il jouait un rôle de charmeur mais je me laissais tomber dans ses filets. Après tout, qu'avais-je donc à craindre ? Ce n'était pas comme si je me jetais dans la gueule du loup ...

Pauvre idiote que j'étais ...

    - Et bien non, il faut toujours des exceptions à la règle.

Je lui avais fait un clein d'oeil. Non, je ne voulais pas être comme toutes ces filles qui se ressemblaient toutes. Je voulais qu'on puisse me détacher du lot d'un simple regard, que l'on me remarque. Je ne voulais plus être la petite Scarlette cochonette qui souhaiter se faire toute petite pour qu'on l'oublie. Cette ère était révolue !

Lorsque j'étais revenue, il avait pris mon bras, comme le font les gentlemans pour amener leur douce à tel ou tel endroit. Je n'étais familière à ce genre de comportement. Déjà que je n'aimais pas trop les contactes physique, mais là, je le trouvais trop prés et cela me mettait mal à l'aise. D'ailleurs, par réflexe, je m'écartai un petit peu, sans pour autant qu'il me lâche. Juste histoire de pouvoir respirer un peu plus convenablement.

    - Je vous suis mais sachez juste que mes exigences ne sont pas celle d'une reine. Je ne suis qu'une roturière contraire à vous.

Que dirait ma mère si elle m'entendait ? Elle m'en mettrait certainement une, histoire de me remettre les esprits en place, me criant que j'étais une noble, jusque dans mon sang. Tu parles ?! C'est qu'elle voudrait que je sois. Mais au fond de moi, cela me convenait parfaitement d'être une roturière. Au moins, je ne devais rien à personne et je n'avais pas à me plier aux règles la noblesse et encore moins à celles de la royauté. J'étais libre et je voulais le rester.


rédigé par Sicarius Symphonia le Sam 17 Mar - 12:04
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
De la Chair fraîche


La tenant par le bras, je ressens qu'elle n'est pas si facile à approcher. Encore une petite timide, qui veut se décoincer en'' flirtant '' avec un badboy comme moi. Elle reste un peu à l'écart de moi, tout en se tenant à mes cotés. C'est quoi ces filles ? Elles ont si peur de moi ? Pourtant je suis un magnifique amant, dans tout les sens du terme. N'est ce pas plaisant de se tenir à moi ? Je l'ai choisi elle. Cela devrait lui convenir. D'autres rêveraient d'être à sa place actuellement. Elle ne se doute pas de la chance qu'elle a.

Une simple roturière hein. Je m'en doutais. Même si elle dégage de princesse coincée et rebelle, elle n'en ai pas moins qu'une écolière lambda. Tant que c'est une véritable fille, ça me convient. Je ne suis pas très difficile. Il faut juste qu'une fille ai une paire de seins et un vagin pour que je sois satisfait. Enfin, pour la première partie. Je suis plus exigeant quand cela devient plus torride.

- " Oh mais je ne suis un simple roturier, tout comme toi ma chère Scar. J'ai une sainte horreur de la royauté. Quelle vie de merde ces petits prétentieux doivent avoir. La liberté est la maîtresse de notre existence "

Personnellement, si je pouvais encore être l'héritier au trône, je me porterais mieux, pouvant utiliser mon influence à ma guise, en continuant de manipuler autrui. Cette alliance que j'ai rejoins me botte, mais je serais encore plus comblé quand ma place au trône me sera redonné. Vivement que ce putain de cousin crève, par je ne sais quel miracle.

Toujours en train de marcher, je la conduis jusqu'à chez Celo. Cela tombe bien, c'est lui qui tient le bar aujourd'hui. Je nous emmène vers les tabourets de bar près du comptoirs. Je lui commande un café pour la demoiselle, et un café bien corsé pour moi. Il faut que je garde la forme, si elle veux connaître la meilleure nuit de sa vie. Elle ne sera pas déçue. Un rire machiavélique résonne intérieurement en moi. Les boissons déposées sur le comptoir, je me saisis de ma tasse, et la lève, comme pour '' tchiner '' avec Scar, mon nouveau joujou.

- " A notre rencontre Scar. Entendons nous bien. Qu'une nouvelle amitié se tisse entre nous "

Par amitié, j'entends par là une relation dans laquelle je vais pouvoir profiter d'elle pour me défouler et m'amuser.




CSS par Gaelle

rédigé par Invité le Dim 13 Mai - 23:09
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
De la chair fraiche
Sicarius & Scarlette

Je ne savais plus vraiment de quoi on avait parlé entre le moment où on avait quitté l’établissement jusqu’à se trouver dans le bar de son ami. Certainement des règles complétement débiles que devaient suivre les nobles. Il semblait avoir le même avis que moi. Etre libre, c’était le plus important, ne plus pas être lié par des chaines invisibles des règles stupides, bien se comporter, se tenir droit et j’en passe. Vous imaginez, être noble, ou encore pire, faire partie de la royauté, cela voulait dire qu’on peut même pas avoir une gueule de bois tranquillement. Bon, c’est difficile avec Satine aussi comme amie, mais là, c’était une autre histoire. Juste que là, on ne pouvait pas faire le moindre écart de comportement. Autrement dit : l’enfers !

    - Sérieux ?! J’étais pourtant sûre du contraire, ne le prenez pas mal. C’est juste que vous savez être juste gentleman.

Le café arrivé sur le comptoir, je pouvais humer son odeur si propre à cette boisson. C’est dingue comme je ne pouvais plus m’en passer. Pas de café le matin et ma journée était foutue, ou du moins, jusqu’à ce que j’en boive un. Une journée sans café, c’était une journée de gâchée. C’était mon moteur, l’électricité qui faisait se réveiller mon corps encore assoupi. Je ne sais pas combien je pouvais en boire dans la journée, mais bien trop.

    - Alors à cette futur amitié à naître.

Je levai ma tasse à mon tour et bus une longue gorgée. Le liquide chaud me réchauffa instantanément, pas que j’avais froid. Mais il fallait avouer qu’il ne faisait pas hyper chaud non plus. Peut-être était-ce aussi parce que mon corps s’était refroidi. En tout cas, le café était bon, même très bon, il fallait le reconnaître. Je ne pensais pas en avoir bu un aussi jusque-là.

    - Dites moi Judes, vous ne semblez pas vraiment faire partie de l’école. Qu’est-ce que vous faites dans la vie et surtout, qu’est-ce que vous étiez venu faire là-bas ?

Bah quoi ? Vous trouvez que je posais de questions ? Pourtant cela est tout à fait normal lorsque l’on veut en apprendre plus sur quelqu’un. Bien sûr, le meilleur moyen d’y parvenir, c’est d’observer la personne assise en face de soi, ou à côté dans le cas présent. Mais parfois, la parole ne suffit pas. Parfois, il faut oser aller de l’avant et poser tout simplement des questions, quitte à se prendre un mur.


rédigé par Sicarius Symphonia le Jeu 17 Mai - 16:00
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
De la Chair fraîche


Etre élevé à la royale laisse des traces. Je suis gentleman car je le vaux et le veux bien. C'est plus facile pour attraper les petites mouches qui nous tourne autour. Je suis un véritable pot à miel. Et encore heureux que je sache utiliser les compétences de galanterie au moment où il le faut. Sinon je ne serais pas un homme d'affaire digne de ce nom. Mais pour passer inaperçu au milieu de ces simples gens, c'est plus compliqué. Même elle a remarqué mon coté distingué. Au moins je sais me démarquer. Tant que je ne me fais pas prendre dans les mailles du filet. C'est moi qui pêche pas l'inverse.

Régale toi autant que tu le peux ma chère Scar, bientôt ton heure sera venue. Tu ne m'oublieras pas de ci tôt, crois en mon expérience personnelle. Ce café coulant dans ma gorge me fait le plus grand bien. Je connais les talents de mon collègue pour la barista. On ne change pas les bonnes adresses, surtout quand l'autre est la même combine que la mienne. Dommage qu'il ne soit pas d'accord pour mettre des somnifères dans les boissons des mes proies. C'est plus facile pour les attraper. Cela a au moins l'avantage de me mettre au défi pour chopper ma victime.

Voilà que Mademoiselle est curieuse. Elle veut tout savoir. Elles sont toute comme ça. J'intrigue. Que fait donc un aussi bel homme que vous dans la vie ? C'est sans lui mentir que je compte répondre à sa question. Bon, je ne vais pas tout détaillé bien sûr. Les raisons de ma venue à l'école ne regarde que moi et mon commerce.

- " Je suis gérant d'une boutique de prêt à porter en ville. C'est tout récent. Mon commerce se porte bien. Mais, il arrive que des petits chenapans viennent dans mon magasin pour voler des accessoires. Je viens donc récupérer ce qui m'appartiens. S'ils le veulent qu'ils payent. Sinon j'appelle la police. Mais je préfère les mettre en garde avant de prévenir les autorités. Je suis une personne prévenante et indulgente avec la jeune génération. J'ai bon fond "

Bon fond mon cul. Je leur pète la tronche et après il me rende mon fric. C'est bien du vol de ne pas payer la monnaie de sa pièce. Puis si je ne rapporte pas de fric, à mon ami ici présent, je risque de gros ennuis. Déjà qu'il arrive à me surpasser à la baston, je ne veux pas finir enterrer vivant, une pierre tombale avec mon nom graver dessus.

- " Et toi Scar, tu es élève c'est ça ? Quel effet ça fait de se retrouver parmi les élites d'Animaland ? "

S'il y a bien une chose que je n'aurais pas supporter, c'est de me retrouver parmi toute cette populace pour me faire un nom. C'est en travaillant avec acharnement, et un peu de magouille qu'on arrive à se distinguer et devenir quelqu'un.




CSS par Gaelle

rédigé par Invité le Sam 19 Mai - 19:34
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
De la chaire fraiche
Sicarius & Scarlette

Il tenait une boutique de vêtement. Ah ... J'espérais qu'il n'allait pas lui aussi vouloir me faire changer toute ma garde robe. J'avais déjà une souris pour m'aider dans cette tâche. M'enfin, m'aider était un bien grand mot. J'aurais même préféré qu'elle s'abstienne de mettre son grain de sel. Je vous aimais tant mes chers jeans troués de partout et trop grands, et vous aussi mes chemises à carreaux. Comme je me sentais nues maintenant que vous n'étiez plus dans ma vie. Promis, je vous retrouverais et nous ne feront plus qu'un de nouveau.



    -Oula, j'ai une amie qui serait ravie d'apprendre que je suis en train de sympathiser avec quelqu'un qui tient une telle boutique.

Je ris doucement en pensant à la tête que ferait Satine. Elle serait intenable et elle voudrait certainement venir dans sa boutique. Et il suffisait qu'il ait des robes un peu princesse, et là ... Non ! Définitivement non ! Il ne fallait pas que je lui dise autrement elle allait être intenable. Encore pire que la dernière fois, si cela était possible. On allait attendre un peu avant de lui en parler. Ce serait bête qu'elle ne se fasse des histoires pour rien. Après tout, pour le moment, je ne faisais que discuter avec ce Judes. Qui sait jusqu'où cela pourrait nous mener ...


    -Et bin, c'est pas tout le monde qui réagirait ainsi. Je crois qu'à votre place je ne me ferais pas chier à aller les retrouver. En fait, je ne suis pas sûre que j'aurais autant de flegmes que vous.

Oula non. Je crois que je serais le genre de personne à piquer une colère, limite à balancer ce qui me tomberait sous la main. Moi, colérique et impulsive ? Oui, cela pouvait m'arriver.


    - L'élite ? A vrai dire, moins je les côtoie et mieux je me porte et en même temps, pour certains, c'est parfois dur de savoir. Donc au final, je me rends compte que ça me fait ni chaud ni froid. Tant que je ne suis pas mêlée à leur histoire, ça me va.

Je ne savais pas pourquoi, mais je le sentais gros comme une maison que dans la royauté, c'était les feux de l'amour. Rien qu'à voir avec ma propre famille, c'était pas triste. Alors si on commençait à gratter les histoires des grandes familles, cela devait faire peur ce qu'on pouvait y trouver. Personnellement, je voulais m'éloigner de tout ça, même si ma mère aimerait le contraire. D'ailleurs, cela ne m'étonnerait pas si un jour elle m'annonçait qu'elle m'a trouvé un mari faisant parti de la haute société, voir un prince ... Ho bordel, non merci !


rédigé par Sicarius Symphonia le Ven 25 Mai - 11:05
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
Roturier
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce
. :
Inscription : 25/02/2018
Messages : 37
Clochettes : 313
Occupation : Mafieux / Gérant d'une boutique de mode pour homme
Ton pouvoir : Baiser de Judas : En vous embrassant, je vous inflige une douleur atroce

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
De la Chair fraîche


Apparemment, ma nouvelle victime n'est pas source à ennui au sein de cette école ennuyeuse à mourir. Je vois que je ne suis pas le seul à ne pas supporter ce monde auquel j'appartenais autrefois. C'est si complexe. Mais tant qu'on arrive à obtenir du pouvoir, c'est l'essentiel. On fait tous des sacrifices en tant qu'héritier, surtout quand il s'agit de mariage arrangé. Quel emmerde. Je suis bien heureux de ne plus être un objet à vendre, mais j'aimerais tellement récupéré ce qui me revient de droit.

Scar est le genre d'héroïne de conte pour petite fille : une princesse des temps modernes voulant devenir indépendante. C'est beau de rêver. Mais une femme reste une femme. Elles n'ont aucun mots à dire. Elles doivent juste se taire, faire les belles et M'obéir. Le jour où je reprendrais le trône, je m'assurerais de bien en choisir une qui sois docile et qui permette de faire survivre la lignée Symphonia. Une femme bien portante et agréable à regarder. Voilà ce qu'il me faut. Scar n'est pas du tout mon type. Puis de toute manière, c'est juste pour me calmer et me divertir.

- " Je vois que tu as du caractère Scar. Tu n'effraies pas trop les mecs de ton âge à te comporter de la sorte. C'est ton petit copain qui doit douiller "

De préférence il faudrait qu'elle soit célibataire. Si elle ressors traumatisée de notre très proche nuit, elle risque de garder avec elle quelques séquelles. Je ne suis pas un bâtard non plus. Je ne voudrais pas détruire une relation, même si quelque part cela ne me regarde pas. Il me tarde déjà de la dominer et qu'elle me supplie pour que la laisse saine et sauve. Mais il va falloir encore patienter un peu, même si ma limite est sur le point d'exploser.

Je la regarde comme une prédateur qui ne souhaite qu'une chose : UN BAISER. Car un baiser c'est l'autorisation d'aller plus loin. Et je ne souhaite qu'une chose aller plus loin. Pour les personnes '' normales '' un baiser est un signe d'affection voire d'amour. Pour moi, c'est un pacte que l'on signe. Tu m'appartiens, et je ne te lâcherai pas tant que je ne briserai pas le pacte. Puis je suis plutôt beau garçon. Mais ce n'est pas ce coté là que les donzelles apprécie en règle générale, c'est ce coté dark et mystérieux que je peux inconsciemment dégagé, même si je porte un masque, en étant le plus distingué et gentleman possible.

- " Ton café est il à ton goût ? Puis je me permettre d'y goûter également ? "

Si elle dit oui, j'attaque.





CSS par Gaelle

Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: hors-jeu :: archives - trash and rubbish-
Sauter vers: