C'est la fête à Monok' (PV : Esteban Castelianos)

rédigé par Setsuna Karui le Sam 3 Mar - 12:10
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
C'est la fête à Monok'
ft. Esteban CASTELIANOS
La fête touchait à sa fin, du moins je l’espérais au plus profond de moi. J’avais la tête comme une citrouille et l’impression d’avoir perdu plus de la moitié de mes facultés auditives avec toute cette musique, et j’avoue que j’avais piqué du nez plus d’une fois au cours des festivités. Mes yeux fatiguaient également à cause de l’ambiance tamisée de la soirée et des projections de multiples couleurs sur le plafond ; honnêtement, je restais étonnée que personne n’ait fait de crise d’épilepsie. C’était une magnifique salle des fêtes avec beaucoup de monde, pour la plupart certainement très sympathique, malheureusement, ce n’est pas vraiment mon genre de loisirs. J’avais passé la soirée seule, assise à une même chaise au coin d’une fenêtre, me levant une fois de temps à autre pour aller grignoter ou me servir un verre. Je ne devais pas avoir la tête de quelqu’un qui s’amusait puisque personne ne venait engager la conversation avec moi, ni même personne ne croisait mon regard. Etant d’habitude de nature très joviale et souriante, inutile de dire que je n’étais pas vraiment dans mon élément ce soir-là et que ma seule envie était de retrouver mon lit.

Je me surprenais à me demander ce que je faisais là pour la énième fois, toujours assise au même endroit, fidèle à mon poste. Et puis, j’ai tourné la tête sur la gauche et je vis Olivier debout sur une table, sûrement un peu alcoolisé le pauvre garçon. Je me suis rappelée que j’étais beaucoup trop gentille et que j’étais venue pour lui faire plaisir, lui qui est souvent seul et qui est la risée de l’école. Mon côté empathique me perdra un jour. J'avoue que je ricanais toute seule dans mon coin en le voyant se déhancher comme une poule qui court après un ver. Je ne m'attendais pas à ce qu'autant de monde vienne à sa fête d'anniversaire et qu'il y ai un tel vacarme, il a toujours l'air tellement solitaire. D'un autre côté, j'aurais été horriblement mal à l'aise de me retrouver seule à seule avec lui. Il se serait sûrement mis à pleurer dans mes bras après avoir mis tant d'effort dans cette soirée. Je soupçonnais les trois quarts des convives à profiter de la situation et d'un festin gratuit, plus qu'à faire plaisir à un camarade.

Somnolant dans mon coin de la pièce, je pouvais entendre le claquement des talons des demoiselles sur le sol carrelé et je fus éblouis -dans le mauvais sens du terme- à plusieurs reprises par leurs robes à paillettes et à froufrous. Je ne m'étais pas apprêtée de la sorte pour l'occasion, je l'avoue. A vrai dire, c'est sûrement le pourquoi du comment je passais inaperçu au milieu de la foule, en toute modestie. La plupart des filles avaient sortis leurs plus belles tenues et s'étaient perchées, tandis que je n'avais pas besoin de talons pour qu'on me remarque debout au milieu d'une pièce avec ma taille. J'étais venue vêtue d'un simple jeans, des baskets et un sweat à capuche. Ma tenue la plus sexy en vue je dirais. C'est surtout que, sachant d'avance la soirée ennuyante que j'allais passer, je préférais me mettre à l'aise car je n'étais pas à l'abris d'une sieste.

La soirée semblait s'éterniser et je commençais à bailler toutes les 20, 10, 5 secondes. Je continuais à observer les invités danser, boire, chanter et courir dans tous les sens, toujours en m'amusant d'eux. Commère née, je restais à l’affût du moindre petit rapprochement entre individus, d'un début de bagarre ou bien d'une infidélité. Si je pouvais ramener un scoop au pensionnat, ma soirée ne serait pas totalement gâchée. A chaque rassemblement autour de quelqu'un ou autre, je me dandinais sur ma chaise, essayant de me grandir en relevant le menton pour voir ce qu'il se passait.

Manquant cruellement de contact humain, je cherchais désespérément une personne dans le même cas que moi, une âme en peine sur le point de mourir d'un ennui profond au milieu de la foule. Tout le monde semblait être venu accompagné, ou avait trouver des connaissances, des amis ou plus si affinité pendant la soirée. Je clignais fort des yeux pour tenter de les garder ouverts, et puis je décida de me lever pour aller me resservir un verre.
rédigé par Esteban Castelianos le Dim 4 Mar - 20:09
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
Roturier
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

C'est la fête à Monok'


Quelle soirée !  Cela faisait déjà un bon moment qu’Esteban n'avait plus mis les pieds dans un endroit ou l'alcool était si abondant, ni les gens si... Huppés. A vrai dire, son survêtement l'aurait presque hanté toute la nuit s'il en possédait le pouvoir. Il s'était rassuré toute la soirée en se disant qu'il fallait de tout pour faire un monde, alors pour une fête ça devait être plutôt pareil.

La dernière goutte de sa choppe de whisky avait déjà été sifflée depuis un bon moment, depuis maintenant a peu près aussi longtemps qu'il était seul. Il souriait en se rappelant à quel point les gosses de riches avaient été outrés des musiques que les deux punks avaient osé jouer sur scène, sans aucune autorisation qui plus est. C'était marrant à ce moment là d'observer ces couples en costard, robe de gala, quitter les réjouissances comme s'ils risquaient le choléra.

Pour contrer sa peine, l'hôte avait surement du enfiler un bon nombre de verres. C'est ce que le corbeau supposait en l'observant se trémousser, perché sur une table. Sérieux, c'est tellement la honte. Puis en vrai personne ne connaissait ce mec, encore moins l'oiseau noir qui était en marche pour se resservir. La musique était chiante et sa seule envie du moment était de se faire une clope.

Traversant la salle depuis les toilettes -ouais bon, ça arrive- pour aller jusqu'au bar ses yeux se ruèrent sur une demoiselle avec une tenue presque comparable à la sienne. Voila quelque chose qui enfin pouvait réellement le faire sourire ce soir. Sans une once de gêne il s'approcha d'elle quand elle se mit a avancer, chose qui tombait bien, ils allaient dans la même direction. Une fois accoudé au comptoir il fit coucou à cette vilaine barmaid pour qu'elle le serve encore.

- Ca fait plaisir de voir que j'suis pas l'seul plouc ce soir !

Qu'il est bête et impulsif. Il sourit à la demoiselle aux grands yeux qui s'avérait être plutôt charmante, tout à fait heureux de ne pas être l'unique personne à ne pas s'être douté la moindre seconde qu'à ce genre d'occasion une tenue élégante devait se joindre à la partie. Une fois son verre rempli il envoya son visage vers la jeune fille.

- Esteban vous offre une clope !

Qu'elle fume ou non, il sorti son paquet, en glissa une entre ses lèvres puis lui en tendit une : cadeau.

By Halloween


HRP:
 
rédigé par Setsuna Karui le Lun 5 Mar - 19:54
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
C'est la fête à Monok'
ft. Esteban CASTELIANOS
Mon verre était désormais rempli et demeurait ma seule et unique compagnie de la soirée. Tête baissée, je regardais son contenu en bougeant le poignet afin de faire glisser de droite à gauche avant de finalement prendre une gorgée. Je sentais un regard se poser sur moi, pour la première fois de la soirée – à l’exception de la barmaid -.

- Ça fait plaisir de voir que j'suis pas l'seul plouc ce soir !, entendis-je au loin.

Sur ces douces paroles absolument agréables à mon égard, je tournais la tête vers mon interlocuteur en relevant un sourcil. J’espérais avoir mal entendu à cause de la musique qui résonnait toujours dans mes oreilles malgré qu’elle se soit quelque peu atténuée. Je découvrais là un jeune homme, qui avait tout l’air d’un cancre, d’un bad boy. J’aurais mis ma main à couper qu’il était en classe 0. Cela dit, il n’était plutôt pas dégueulasse. Ses cheveux avaient des reflets bleus qui m’intriguaient beaucoup et, sans doute à cause de l’alcool, j’avais une terrible envie de passer mes doigts dedans et de jouer avec. Vu la façon dont laquelle il m’accostait, une claque en pleine face aurait sûrement été plus adéquate. Je me mis face à lui, recula d’un pas et le regardait de la tête au pied pendant qu’il se faisait servir du whisky. C’est vrai que niveau vestimentaire, on était plutôt accordé et on faisait tâches dans le décor au milieu de toutes ces paillettes et autres froufrous. Son pantalon de survêtement était même carrément déplacé vu le type d’évènement. Néanmoins, cette vision me fit sourire. Les gens simples qui ne se prennent pas la tête et qui restent eux-mêmes, c’est ce que j’aime. Je fus interrompu dans mon analyse par une autre de ces répliques qui se valaient un peu plus… Charmante.

- Esteban vous offre une clope !, me dit-il.

Esteban, c’était donc son nom. Discret comme approche pour glisser son nom, j’adore. Je fus quelque peu surpris par son offre cela dit. Est-ce que j’avais une tête de fumeuse ? Une tête de fille qui passait ses nuits dans des soirées comme celles-là ? Je restais muette tout en le regardant glisser une cigarette entre ses lèvres, sur lesquelles je restais fixée un petit -long- moment. Et puis il m’en tendit une. Chose est que, je ne fume pas. Il va me prendre encore plus pour une plouc si je refuse, voir ne plus m’adresser la parole alors que c’est la seule personne ayant daigner s’intéresser à moi au cours de la soirée. Oh et puis flûte, il est trop tard pour se prendre la tête.

- S… Setsuna accepte.

Je sentais mes joues rougir et je priais juste pour ne pas m’étouffer comme une idiote devant lui. Et puis d’abord, ça se fume comment ce machin ? Je lui tendis la main en souriant, plus ou moins rassurée, pour qu’il me donne son briquet.


- Pas mal ton survêtement. Tu es un ami d'Olivier ?

Bien sûr, je me doutais déjà de la réponse. Mais ce Esteban semblait intéressant et capable de me faire rire.
rédigé par Esteban Castelianos le Mer 14 Mar - 21:07
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
Roturier
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

C'est la fête à Monok'


Certes un peu éméché, l'oiseau noir n'eut aucun mal à regarder le petit dragon attraper la cigarette après un petit moment. Pensait-elle à un piège ? Quoi qu'on peut difficilement piéger quelqu'un avec une cigarette, ce qui fit sourire Esteban c'était son petit air sûr qui accompagnait le rougissement de ses joues. Ça l'amusait de remarquer ses charmants yeux verts se tortiller.

- Pas mal ton survêtement. Tu es un ami d'Olivier ?

Esteban pouffa de rire, il ne savait vraiment pas par ou commencer sa réponse mais du coup, il fallait s'organiser. Il appuya sur la main qu'elle venait de lui tendre doucement en s'attardant un peu sur le geste. Sa main était assez petite par rapport à la sienne, il avait envie de faire la taille des doigts comme un gamin. Missionnant sa deuxième main il le fit finalement, parce qu'il ne réfléchit que très rarement avant d'agir à vrai dire.

- Merci pour mon survêtement, c'est mon préféré ! Il relâcha sa main en ramenant ses yeux vers les siens C'est qui Olivier ?

Oh non, me dites pas que c'est son mec, pitié. Une fille qui fait exactement une phalange de moins c'est trop parfait, il fronçait actuellement les sourcils en espérant qu'elle réponde quelque chose de plaisant.

Néanmoins il venait de se rappeler qu'elle lui avait tendu la main après avoir pris la cigarette, un geste qu'il connait bien dans la mesure ou il l’effectue souvent durant les pauses récréations..

- Mais attend tu veux du feu ? T'es au courant que ça fait bientôt 20 ans qu'on a plus le droit de fumer à l’intérieur ?

Il explosa de rire soit elle est bête soit elle est tête en l'air, mais dans les deux cas il avait rit et ça : il aime. Il bu dans sa grande choppe de whisky et après une grimace, il attrapa Setsuna par sa nuque chaude en la poussant vers l’extérieur.

- Allez on sort, je te montre comment on fait pour rester un bon citoyen !

By Halloween
rédigé par Setsuna Karui le Sam 17 Mar - 18:27
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

C'est la fête à Monok'
ft. Esteban CASTELIANOS
Le jeune corbeau ricana suite à ma question. C'est bien ce que je me disais, c'était totalement inutile de demander et j'avais déjà la réponse. Néanmoins, je me devais de continuer la conversation. Je ne voulais pas qu'il me file entre les doigts, bien que j'ai l'impression d'abuser de quelqu'un totalement ivre. Je rigolais intérieurement suite à cette réflexion. Mais mes pensées furent vite bousculées lorsqu'il appuya sur ma main, la paume toujours ouverte vers lui en attendant ce fameux briquet. Je sentais mes joues s'empourprer de plus belle. Et puis, mon cœur s’accéléra carrément lorsqu'il pris ma deuxième main et la plaqua contre la sienne, tel un enfant comparant la taille de nos doigts. Je paraissais sûrement comme le genre de fille qui s'emballait un peu trop vite, mais il faut avouer que je n'avais pas l'habitude de la proximité avec un garçon. Pendant quelques secondes, j'avais l'impression que l'horloge avait arrêté de tourner. Mais dans le bon sens cette fois-ci, pas comme l'effroyable soirée que je venais de passer. Mais il vint rompre le silence.

- Merci pour mon survêtement, c'est mon préféré ! C'est qui Olivier ?


J'avoue avoir eu un pincement au cœur lorsqu'il lâcha ma main. Un survêtement préféré. Je ne pus m'empêcher de me dire que c'était une réaction que très peu masculine et me mis à sourire. Pour Olivier, j'avais vu dans le mille. Le pauvre garçon n'avait que très peu d'amis finalement. A vrai dire, entre lui et Esteban, ça n'aurait sûrement jamais collé, bien que je ne connaissais pas encore l'oiseau. Je remarquais qu'il avait froncé les sourcils en me posant cette question, son visage avait changer. Peut être avait-il la vision trouble dû à tout l'alcool qu'il avait ingurgiter au cours de la soirée, et qu'il essayait de faire un focus sur mon visage ? Je commençais à ouvrir la bouche pour rétorquer mais il me fit taire en me devançant.

- Mais attend tu veux du feu ? T'es au courant que ça fait bientôt 20 ans qu'on a plus le droit de fumer à l’intérieur ?

Il m'avait sorti ça d'une traite en explosant de rire. Cette fois-ci, c'est moi qui fronçait les sourcils. Je n'avais pas pour habitude que l'on se moque de moi, et le fait que ça venait d'un garçon qui commençait à me plaire m'avait carrément vexé. Mon cerveau faisait mille tours dans ma caboche pour trouver quelque chose à lui dire pour lui faire fermer son clapet. De toute façon, comment j'aurais pu être au courant ? Je ne suis pas une fumeuse. Je n'avais aucune idée qu'il était interdit de fumer à l'intérieur, encore moins dans les lieux publics. Cela dit, je le pensais un peu plus rebelle que ça : ça ne m'aurait pas du tout étonné qu'il allume sa cigarette en pleine salle. Je m'apprêtais à croiser les bras et à le fixer dans les yeux toujours en fronçant les sourcils, car j'étais totalement à court d'arguments. Je ne pouvais pas simplement lui dire que je n'avais jamais fumer de ma vie, j'aurais l'air d'une idiote. Enfin, est ce que je pouvais vraiment avoir l'air encore plus débile après ce qu'il venait de me dire ? Il but encore une gorgée de whisky et grimaça avant de m'attraper par la nuque, ce qui me fit frissonner. D'un coup, mon visage s'était déridé et je retrouvais ma sérénité et la chaleur de mes joues au contact de sa main sur ma peau.

- Allez on sort, je te montre comment on fait pour rester un bon citoyen !

Ca commençait à faire un moment que je n'en avais pas placer une. Décidément, c'était un vrai moulin à paroles, et j'étais persuadée qu'il se parlait à lui même devant son miroir le matin en se préparant, ainsi que le soir avant de se coucher. Je rigolais intérieurement suite à cette vision de lui et je me surprenais à me demander si l'alcool avait une influence sur son comportement ou s'il agissait toujours ainsi. Il m'avait mener jusqu'à l'extérieur, et en poussant la porte, je levais directement mes yeux vers le ciel pour regarder les étoiles. Je crois que l'alcool me faisait devenir une vraie midinette. Je frissonnais encore un peu plus, cette fois-ci à cause du temps qui s'était rafraîchis dû à l'heure tardive. Je profitais du silence de monsieur pour me racler la gorge et enfin m'exprimer.

- Tu es toujours aussi bavard quand tu es éméché ? Ça doit te sécher la bouche à force de blablater, normal que tu boives tout le temps. C'est un cercle vicieux ton truc.

Je lâchais un petit rire, j'aimais bien taquiner les gens de temps en temps. Et puis, il ne s'en rappellera sûrement pas demain.

- Olivier, c'est le gars qui a organisé la fête où tu te trouves actuellement. Je ne le connais pas vraiment, juste de réputation pour être un peu lourdingue et sans amis. - Un peu comme moi actuellement. - Je pensais qu'il n'y aurait personne à sa fête d'anniversaire, donc je suis venue. Et au final je me suis ennuyée à mourir toute la soirée, je suis restée assise à la même chaise à picoler et à regarder les gens se dandiner dans leurs costumes à froufrous pendant que moi j'étais plantée là habillée comme une plouc.

Je parlais mais il faisait sombre et je n'avais aucune idée de s'il m'écoutait ou non. Quand je suis stressée, je parle, je parle beaucoup trop, beaucoup trop vite et sans articuler. Peut être qu'il s'était endormi dans sa choppe de whisky. Il fallait que je change de sujet. Je tournais la tête vers lui en plissant un peu le nez pour le distinguer un peu mieux. Peut être qu'avec un peu de lumière...

- Nous sommes dehors. Je peux avoir ton briquet maintenant ?

Quitte à me ridiculiser, autant y aller jusqu'au bout. J'ouvrais à nouveau ma main devant lui, enfin, j'essayais de viser la hauteur de son visage. A la place, je lui avais effleuré le torse. Je retirais vite ma main, honteuse, je marmonnais quelques excuses et je leva ma main un peu plus haut sous ce que je pensais être son menton. Les joues encore rouges de ce dernier contact avec lui, j'attendais paume ouverte le fameux briquet qui nous a valu une sortie nocturne.


rédigé par Esteban Castelianos le Ven 30 Mar - 23:46
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
Roturier
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

C'est la fête à Monok'


Le ciel était aussi noir qu'on aurait pu l'imaginer, mais quelques étoiles venaient le parsemer et ainsi éclairer d'une timide lueur leurs visages empourprés. L'âme gigotant dans son crâne, l'oiseau noir évitait de fermer les yeux comme si le manque de lumière pourrait l'aider à éclaircir son esprit. La demoiselle s'élança après s'être raclé la gorge, Esteban tourna la tête vers elle tout en déposant au sol son breuvage.

- Tu es toujours aussi bavard quand tu es éméché ? Ça doit te sécher la bouche à force de blablater, normal que tu boives tout le temps. C'est un cercle vicieux ton truc.

Lui reprochait-elle le fait que, pour une fois, le jeune homme s'exprimait un peu ? Si elle trouvait ça trop, il pouvait s'arrêter. Mais Esteban avait bien compris à son petit rire qu'elle n'avait aucune arrière pensée négative sur ce point, et qu'elle avait osé cette légère réflexion simplement pour le taquiner comme il l'avait également fait auparavant. Leurs rires désinvoltes résonnèrent à l'unisson le temps d'un instant.

- Olivier, c'est le gars qui a organisé la fête où tu te trouves actuellement. Je ne le connais pas vraiment, juste de réputation pour être un peu lourdingue et sans amis. - Un peu comme moi actuellement. - Je pensais qu'il n'y aurait personne à sa fête d'anniversaire, donc je suis venue. Et au final je me suis ennuyée à mourir toute la soirée, je suis restée assise à la même chaise à picoler et à regarder les gens se dandiner dans leurs costumes à froufrous pendant que moi j'étais plantée là habillée comme une plouc.

Tant qu'il ne s'agissait pas de son âme sœur, tout allait bien s'amusa-t-il à penser. Il la regardait parler, le menton ancré dans sa paume de main et les yeux clignant avec difficulté. Qui avait osé laisser la plus jolie fille de la soirée dépérir sur une chaise des heures durant ? Peut-être était-ce aussi un peu de sa faute, mais avec sa trouble vision il ne l'aurait sans doute pas remarquée s'ils n'avaient pas eu la chance de se croiser, de se retrouver côte à côte. Peut-être était-ce aussi parce qu'elle ne portait pas les mêmes vêtements que les autres demoiselles, qu'elle s'était vêtue d'une manière bien plus sobre qui ne reflétait pas la lumière grâce à de trop nombreuses paillettes ? A vrai dire ce n'était le genre d'oiseau à apprécier ce genre d'accoutrements inutiles, c'était un garçon bien simple.

- Nous sommes dehors. Je peux avoir ton briquet maintenant ?

Il souriait, plongeant sa main dans la poche avant de son pantalon, monsieur senti la main de Setsuna effleurer ses pectoraux puis la retirer rapidement. Que lui arrivait-elle ? Était-elle sujette à des tocs ? Non, elle recommença en tâtonnant son menton. En un petit rire, il vint saisir à nouveau la main de la demoiselle par le poignet. Rester debout portait atteinte à son équilibre, peur de tanguer, de la faire chavirer avec lui, il déposa son corps sur les marches bétonnées qui faisaient office d'élégante entrée. La fraîcheur de l'air avait poussé nôtre homme à s’asseoir très près d'elle sans la moindre once de gêne.

- Tiens, voilà ton trésor.

Dit-il a voix basse avant d'allumer sa propre cigarette, puis de venir éclairer sa flamme devant elle.

- Approche toi..

Il traîna ses cuisses sur quelques centimètres pour être plus en mesure d'aider le dragon dans sa quête de nicotine. Ses yeux se plantèrent dans les siens, elle rayonnait à la chaleureuse lumière du feu qui ondulait, suivant la houle du vent. Le regard vert transperçant, comme celui de Milya. Son cœur se froissa moins d'une seconde, mais juste assez longtemps pour lui faire froncer les sourcils et détourner le visage. Qu'est ce qui ne tournait pas rond chez lui ? Il s'en voulait d'avoir pensé ça, pensé à elle, et surtout maintenant. Il se détestait. Il lança en l'air son briquet qui voltigea un court moment avant qu'il le rattrape de ses deux mains. Parle, dit quelque chose pauvre idiot.

- Quand même... Tu as osé dire que j'étais trop bavard.. C'est l'ambulance qui se moque de l’hôpital !

Sa légère panique avait réussi à s'estomper après un soupire, après avoir déglutit. Elle n'existait plus cette fille, pourquoi s'entêter alors ? Il se tourna assez rapidement vers la demoiselle qui l'accompagnait avec un petit regard moqueur, plissant sa bouche. Elle n'était pas un mirage, elle était loin de lui déplaire et n'avait pas eu l'air de le repousser ne serait-ce qu'un instant.

Ses yeux ne s'étaient pas vraiment habitués à la noirceur des cieux, mais malgré sa presque cécité et la fraîcheur il était bien avec cette inconnue.

By Halloween
rédigé par Setsuna Karui le Mer 18 Avr - 21:33
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
C'est la fête à Monok'
ft. Esteban CASTELIANOS
J'attendais sagement paume ouverte le briquet de ce fameux Esteban, qui entrepris de saisir mon poignet, encore une fois. J'aurais pu croire à une tentative d'approche, mais en réalité, je crois que je lui servais plutôt d'appuie-mec-bourré. Quoi de plus sexy ? J'avais beau me faire des réflexions sarcastiques, je n'avais jamais été abordé par un garçon aussi séduisant et simple à la fois. C'était très certainement l'effet de l'alcool qui l'avait fait venir vers moi, autrement il ne serait jamais intéressée à une fille aussi quelconque. Si tel était le cas, j'aurais été la première à accourir au bar pour lui servir un autre whisky, puis un autre, et encore un, juste pour le garder auprès de moi... En évitant le coma éthylique, c'est mieux. Son équilibre semblait lui faire de plus en plus défaut, ainsi je me joignis à lui sur les marches bétonnées de la salle des fêtes. Il était si près de moi que je pouvais sentir l'odeur de l'alcool à plein nez.

- Tiens, voilà ton trésor.


J'étais tellement absorbée par cet homme que j'en avais presque oublié la honte imminente que j'allais vivre.

- Approche toi..

Mes joues étaient en feu, mon cœur battait la chamade. J'étais à deux doigts de lui dire d'appeler les pompiers. Il me regardait fixement, mais pour une raison que j'ignore, il semblait être ailleurs. Comme totalement déconnecté de notre moment. J'étais peut être la seule à éprouver quelques chose en cette soirée, je me faisais sûrement des films. Il fronça les sourcils et détourna le regard. Je relevais un sourcil, mais je n'avais pas vraiment le temps de m'y attarder : ma cigarette était allumée et c'était à moi d'assurer à présent. J'allais tirer pour la première fois dessus mais fort heureusement, le corbeau repris la parole.

- Quand même... Tu as osé dire que j'étais trop bavard.. C'est l'ambulance qui se moque de l’hôpital !

Oh non, je l'avais vexé ? Quelle idiote. J'enchaînais vraiment les casseroles en ce moment, je me sentais toute bête tout à coup.

- Oh, désolée si tu l'as mal pris. Ce n'était pas mon intention. C'est plutôt une bonne chose que tu sois bavard, au moins on ne s'ennuie pas avec toi...

C'était vraiment la phrase bateau. A vrai dire je ne savais même pas quoi lui répondre car j'étais concentrée sur ma cigarette qui ne cessait de se consumer sous mes yeux à la brise du vent. Je savais à peine la tenir entre mon index et mon majeur.

- Tu n'es pas venu accompagné d'une demoiselle ce soir ? Je peinerais à y croire.

J'essayais de prendre un air totalement cool, décontracté, la main en l'air pleine d'assurance quand je me décidais à porter la cigarette à mes lèvres. Aller ma vieille, quand faut y aller, faut y aller. Une petite, une grande inspiration ? J'avais essayé de l'observer lorsqu'il tirait sur sa cigarette, mais dans le noir, c'est compliqué. Je ne savais pas si mes poumons allaient le supporter. C'était ma première taffe et l'odeur me déplaisant énormément, ma gorge commençait à se réchauffer et je ne savais pas quoi faire de tout ce que j'avais aspiré.

Comme prévu, je me suis ridiculisée. J'ai ressorti toute la fumée par le nez en toussant comme un vieux camionneur, manquant de vomir par la même occasion. Dans mon étouffement j'avais agrippé la cuisse d'Esteban que je serrais fortement, plantant mes ongles dedans pour garder le buste relevé. La. Honte. Monumentale.

- Oh, je... Erm... Désolée.

Comme si je m'y connaissais en cigarette. Je retirais ma main de sa cuisse, honteuse de m'être étouffée comme une idiote devant lui, honteuse d'avoir envahie son espace personnel en agrippant sa cuisse. La scène fut tellement ridicule que, machinalement... Je me mis à rire de toute mes forces.

- Vraiment, excuse moi. Je ne fume pas habituellement. J'aime bien faire de nouvelles expériences, tester de nouvelles choses, et mes précédents verres m'y aident bien. La curiosité est un vilain défaut, je suppose.

Je continuais à rire et j'écrasais la cigarette par terre. Je suis vaccinée en tout cas, la clope : plus j-a-m-a-i-s.


rédigé par Esteban Castelianos le Mar 8 Mai - 23:37
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
Roturier
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année
. :
Inscription : 09/12/2017
Messages : 547
Clochettes : 2256
Avatar : Kai - Ribkadory
Occupation : 7 ème année

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

C'est la fête à Monok'


Le jeune oiseau n'avait jamais été d'un naturel bavard, même enfant il avait pris l'habitude de penser dans sa tête aux choses, sans pour autant en faire part aux autres. Les yeux secs, il regardait vers ce chemin sombre traversant deux rangées d'arbres, le chemin qu'ils avaient tous emprunté pour se réunir ici.

- Oh, désolée si tu l'as mal pris. Ce n'était pas mon intention. C'est plutôt une bonne chose que tu sois bavard, au moins on ne s'ennuie pas avec toi...

Oh, ça alors. Donc, on s'ennuie moins avec les personnes bavardes ? Dans ce cas, Esteban a encore du progrès à faire à ce niveau là. Haussant les épaules, tirant une énième fois sur sa cigarette, il ne remarquait même pas que son amie n'avait toujours pas réellement entamé le présent qu'il lui avait fait.

- Tu n'es pas venu accompagné d'une demoiselle ce soir ? Je peinerais à y croire.

Esteban propulsa sa fumée assez fort, de manière à ne pas s'étouffer en riant. Comme s'il allait en soirée avec des dames, comme s'il était déjà marié. Il l'avait regardé en secouant la tête, pour lui indiquer que ce qu'elle avait dit ne lui correspondait que trop peu, a part si Serwyn comptait comme "une fille" et pas comme "un animal de compagnie".

L'ambiance calme et paisible, qu'on pourrait même qualifier de trop romantique a cause de leurs mouvements, du temps et de l'endroit ou ils se situaient, fût brusquement rompu par une horrible toux, terrible étouffement de la part de la jeune dragonne. Qu'est ce qu'il pouvait bien lui prendre, ne pouvait-elle pas se retenir ? Aïe mais ! Elle saisit sa cuisse de la plus véhémente et inattendue des façons, plantant hardiment ses ongles la ou il ne les attendait pas, et a un moment totalement soudain. Ouvrant ses deux yeux en grand, comme jamais il n'aurait pensé qu'il n'eut pu le faire.

- Oh, je... Erm... Désolée.

Sans aucun doute elle avait été un peu intrusive pour le coup, mais au moins elle était polie. Esteban avait froncé les sourcils quand elle avait retiré sa main, car il comptait bien l'attraper et lui faire subir les mêmes sévices. Non pas qu'il soit un oiseau ayant soif de vengeance, mais simplement par pur réflexe, et que du coup il avait du s'infliger une belle claque. N'avait-il pas assez mal comme ça ? Quoi que, Esteban est un grand gaillard bien robuste, avec deux belles cuisses dont la fermeté ferait pâlir plus d'un rugbyman !

- Vraiment, excuse moi. Je ne fume pas habituellement. J'aime bien faire de nouvelles expériences, tester de nouvelles choses, et mes précédents verres m'y aident bien. La curiosité est un vilain défaut, je suppose.

En tout cas, Esteban ne peina pas à constater que risquer de mourir ne la dérangeait pas tant qu'elle pouvait "découvrir". Une drôle de philosophie qui eut rapidement raison des neurones du brave garçon ! Elle se mit à rire, il lui sourit tout de même embarrassé. N'aurait-elle pas pu le prévenir ? Enfin bon, qui veut s'étouffer s'étouffera et il n'a un peu rien à dire. De son côté, la curiosité n'avait jamais été une de ses caractéristiques et il se plaisait d'ailleurs drôlement bien dans sa routine.

- Toi, t'es bizarre.. Y'a des choses plus amusantes que ça à tester comme...

Là il ne savait pas, il avait parlé sans s'écouter, sans réfléchir et même en essayant, il ne savait pas. Il empoigna le récipient de son doux alcool, alignant deux gorgées les yeux clos et laissant s'échapper quelques gouttes par la commissure de ses lèvres. Il était juste assez éméché pour ne pas sentir son bec correctement, comme si ses lippes étaient anesthésiées, mais aussi envahie de fourmis.  

- Ah, je sais, viens.

D'un mouvement de bras, il essuya les perles de whisky qui avaient échappées à sa soif avec sa manche. Il lavera surement sa veste la prochaine fois qu'il n'aura plus de slip a se mettre. Sa choppe presque vide ne lui faisait pour le moment plus envie, il la fit claquer contre le sol avant d’attraper la petite main de Setsuna. Les filles ont toujours les mains plus froides que les hommes, c'est étrange, mais c'est pour cela qu'il ne souhaitait pas la lâcher tout de suite.

- On va faire un tour dans la forêt, t'as déjà fait ça en pleine nuit ? Moi non.

Il l'aurait bien portée pour s'amuser, mais rien n'assurait que ce soit quelque chose qui la fasse rire que d'être entièrement collée à son dos, sachant que de plus il titubait comme un abrutit et ils n'auraient fait que bien trop vite qu'un avec le sol. Alors il descendit les 3 marches, l'escortant à peine dans l'espoir qu'elle accepte. En espérant ne pas l’effrayer, il sourit sans se rendre compte que pour la plupart des demoiselles, errer dans un bois avec un inconnu ivre en pleine nuit n'était même pas imaginable. Mais n'aimait-elle pas faire de nouvelles expériences, après tout ?

By Halloween
rédigé par Setsuna Karui le Mar 12 Juin - 12:52
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 04/01/2018
Messages : 185
Clochettes : 444
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
C'est la fête à Monok'
ft. Esteban CASTELIANOS
Je riais encore et toujours pour cacher ma honte. C'était plus nerveux qu'autre chose. Est-ce qu'il saignait ? J'espérais que ce n'était pas le cas, j'aurais eu l'air encore plus stupide et je m'en serais voulu comme jamais. J'avais coupé mes ongles le matin même, ne supportant pas les avoirs longs, peinturluré de vernis comme une vraie gonzesse. Tout devrait bien aller pour sa cuisse, qui était musclée comme un athlète sois dit en passant ! C'était sûrement un classe 2 finalement, un sportif, torride et bien dessiné. J'en avais l'eau à la bouche... Ou peut-être était-ce l'alcool qui faisait la conversation à mon cerveau. Je balayais ces idées de ma tête et revins vite au moment présent, à cause de son sourire embarrassé qui n'arrangeait rien à ma gêne. La honte. Monumentale.

- Toi, t'es bizarre.. Y'a des choses plus amusantes que ça à tester comme...

Moi, bizarre ? Si la plupart des filles l'aurait mal pris, ce n'était pas mon cas. En effet, c'était une étiquette qui me collait à la peau depuis des années, même quand j'habitais toujours chez mes parents. Ce manque de sérieux et cette excentricité de ma part avait souvent remis en question ma place sur le trône... Mais passons. Ce jeune corbeau avait l'air de vouloir tester des choses avec moi. Cependant, je n'aurais pas su dire si le moment de réflexion qu'il eut après sa phrase m'excitait ou bien m'effrayait. Je m'étais déjà collé la honte une fois devant lui, alors pitié, pas une deuxième fois. Je le regardais prendre des gorgées d'alcool, encore et toujours, me laissant dans un terrible suspense.

- Ah, je sais, viens.

J'allais rétorquer mais il saisit ma main, ce qui me pris de court. Elle était chaude... Vraiment chaude. La nuit se rafraîchissait et j'allais sans aucun doute être malade dans les prochains jours à venir, à rester dehors à cette heure sans être bien couverte.

- On va faire un tour dans la forêt, t'as déjà fait ça en pleine nuit ? Moi non.

J'entendais mon père hurler d'ici, s'il savait ça. On aurait pu croire au synopsis d'un roman policier : la petite princesse dragonne qui se baladait dans les bois avec un beau corbeau rond comme une queue de pelle. Cette pensée me faisait rire intérieurement. Le torride Esteban descendit trois marches puis fit mine de m'attendre. Devais-je vraiment suivre ce garçon que je connaissais depuis moins d'une heure ? J'avais comme l'impression que je devais me racheter auprès de lui, pour lui avoir planter mes ongles dans la cuisse et manquer d'abîmer son magnifique survêtement. Au delà du fait que je n'étais pas spécialement rassurée de suivre un inconnu dans un coin sombre, l'idée de la forêt en pleine nuit de me réconfortait pas non plus. Il était bien trop tard pour réfléchir. Ma main toujours dans la sienne, je me levais et l'accompagnait jusqu'en bas des marches.

- Je n'ai jamais fais ça non plus, mais pourquoi pas ? Ça pourrait être amusant.

"Ça pourrait être amusant". Non mais j'en avais d'autre des comme ça ? Rien de très amusant, si ce n'est que je pouvais me faire sauter dessus par un poivrot d'une minute à l'autre. Cela dit... Est-ce que je le repousserais ? C'était plus fort que moi mais, j'avais vraiment l'impression d'être connectée avec lui, comme si l'on se connaissait depuis longtemps. Je n'avais pas envie que la soirée se termine maintenant, ni de le quitter tout de suite, alors mieux valait que je le suives dans ses expériences "plus amusantes"... Et c'est moi la bizarre. Nous étions en route en direction de la forêt, et je me surprenais à baisser les yeux pour regarder nos deux mains scellées, telle une ado pré-pubère qui faisait sa première sortie publique avec son amoureux. Je me retournais de temps en temps en direction de la salle des fêtes où j'avais laisser mon bon vieil Olivier se déhancher sur des tables, et où j'apercevais des élèves nous regarder nous éloigner. J'étais loin d'être populaire, alors cela ne me dérangeait pas, tout le monde aura oublié mon existence d'ici demain. Peut-être même ce fameux Esteban...

- Ne me laisses pas seule dans la forêt, surtout.

Je serrais sa main de plus belle. En effet, la dernière fois que je m'étais aventurée seule vers une forêt, j'avais perdue la trace de mes frères et sœurs pour finalement arriver jusqu'à Monokuro, après une nuit passée dans un bus avec un chauffeur qui me semblait loufoque.

La forêt n'était plus qu'à quelques mètres devant nous, mais le destin avait décidé que la honte ne m'avait pas encore assez frappé ce soir. Que ce soit en escarpins ou en baskets, il y avait mille et une façon de tomber : un talon qui s'enfonce dans la terre ou bien se casse, une cheville qui se tord, ou bien encore des lacets défaits sur lesquels on marche... La dernière solution, typique et clichée mais pourtant si courante, allait m'amener à m'étaler comme une crêpe par terre. Et me sentir honteuse. Encore. Je n'étais pas l'affreuse auteur de cette ridiculisation, mais bel et bien le corbeau, qui posa son pied sur mon lacet au moment où j'allais lever le mien. L'alcool ne m'aidant pas à tracer ma route toute droite, je finis par tanguer d'un côté, puis de l'autre, à essayer de me rattraper à lui par n'importe quel moyen, néanmoins mes efforts furent vains. Ma mascarade avait duré quelques secondes seulement avant que je finisse à terre, sur le dos, entraînant le jeune homme dans ma chute. C'était digne d'un téléfilm à l'eau de rose, des romans les plus fleurs bleus. Cependant, c'était la réalité, j'étais bel et bien là, allongée au beau milieu de l'herbe avec une jeune homme affalé sur moi, qui m'était complètement inconnu il y a encore quelques heures. Pourvu qu'il ne me vomisse pas dessus.

Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: monokuro :: village - downtown-
Sauter vers: