Revenir en haut
Aller en bas

Partagez | 
 

 Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humain

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Age : 21

Clochettes : 628

Date de naissance : 06/12/1996

Messages : 80

Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   Mar 6 Fév - 15:44

Deux frères, un coeur.



En ce lieu régnait la sueur, une odeur synonyme d'effort, de surchauffe du corps que cela soit par l'action physique ou bien simplement la forte chaleur. Le gymnase, c'était le lieu ou régnait cette odeur peu charmante. Et si à l'odorat, nous ajoutions l'ouïe : le bruit des baskets glissantes sur le parquet du terrain de basket, le bruit sourd des poids qui se soulèvent puis retombe sur la machine faite pour cela. Et bien sûr, les souffle d'effort qui s'échange et se mélange. C'était là le temple de l'effort, l'endroit où Auron, le harfang des neiges passait beaucoup de temps. Aujourd'hui encore, il était présent.

L'homme à la chevelure d'un noir entier était allongé sur appareil à charge guidé, ses jambes bloqué par des poids tandis que ses bras tiraient une barre d'acier. Par cette action, les poids qui y étaient attaché se faisaient soulever, puis redescendre dans un mouvement d'infini. Cette machine pouvait servir à faire travailler les muscles des jambes, des bras, du torse et du dos. Bien entendu pas en même temps. Le bruit mécanique et sourd continuait encore et encore, le corps d'Auron devenait luisant de transpiration sur sa peau de neige apparente. L'homme était vêtu d'un jogging noir et d'un marcel tout aussi sombre. Une paire de mitaines en cuir blanc recouvrait ses mains durant l'effort lui permettant de tenir plus solidement le manche d'acier.

"Hmpf.. Ah.. Hmpff ! "

Aprés certains temps, un bruit plus puissant que les autres se fit retentir. Puis Auron se redressa, saisissant sa serviette-éponge et la passant sur son visage. Il devait faire sa pause ente ses efforts, sinon ses muscles céderaient bien trop rapidement. D'une main tremblante de fatigue, il prit une bouteille d'eau à côté de la machine, engloutissant la moitié de celle ci avant de produire un soupire de plaisir en décollant ses lèvres. Cela faisait un bien fou de s'hydrater après l'effort, se refroidir un peu de l'intérieur. D'un geste plus vif que le précédent, il reprit quelques mèches de cheveux rebelles pour les replacer dans sa queue-de-cheval. Puis... Plus aucun mouvement.

Auron se surprit à plonger dans ses pensées. Tout ces efforts. Pourquoi les faisaient-ils ? Son oncle lui avait appris à devenir fort, son petit frère lui avait appris comment protéger ceux qu'il aime. Mais en ce lieu, il n'y a personne comme lui. Un léger regard sombre fit son apparition sur le visage du hibou. Auron savait pourquoi. Il devait profiter du temps ici pour devenir plus fort et quand enfin, il rentrera chez lui, il obtiendra son objectif.

" Je reviendrai petit frère... Je te le promets. "


D'un geste du bras, il s'essuya la joue droite et se rallongea sur la machine, commençant à faire des tractions avec ses jambes pour travailler celle-ci. Ne négligeant aucun muscle. Plu loin dans le gymnase, on pouvait voir des hommes qui fixaient quelqu'un. Pourquoi ? Qui ? Cela n'avait aucune importance pour Auron.


ft. Petit frère

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain
avatar

Clochettes : 42

Messages : 14

Date d'inscription : 01/02/2018

MessageSujet: Re: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   Mar 6 Fév - 20:09

Lorsqu’on vit dans un pensionnat comme a Monokuro, on oublis souvent ce qu’était la vie chez les humains. Ma vie là-bas me manque t-elle ? Non, je n’y avais plus ma place, plus depuis qu’Il était partit. La vitre froide contre ma joue était tel l’état de mon être, glacé. Mon souffle vint dessiner une tendre buée sur la surface transparente. J’entendais les bourdonnements de conversations du professeur et des élèves sans chercher à comprendre leurs propos. Alors que je dessinais un petit Soleil dans la buée que j’avais formé, je me mis à désirer un peu de chaleur. Juste un peu plus.

La cloche se mit alors à sonner, signalant la fin des cours. C’est avec un soupir que je rangeais mon cahier vierge. Je n’avais ni l’envie ni l’intension de construire mon avenir. D’un geste mécanique, je pris mon en bandoulière et me lançais dans les interminables couloirs de l’établissement. Tel un monstre vivant, il m’avalait un peu plus chaque jour dans sa routine. Me faisant découvrir la magie et ses sciences. Qui aurait cru que j’aurais un don qui me permettrait d’intégrer ce chaleureux endroit ? Je n’aurais jamais rêvé de mieux, même mon pouvoir. Je le chérissais pour cette aptitude à m’apporter un peu de couleur dans cette vie.

Au détour d’un couloir, j’entendis une conversation de deux jeunes filles :

- Mila comment je vais faire ? Sans ça je ne peux pas réussir !!
- Alicia calme toi, tu ne sais vraiment pas où tu l’as oublié ?
- Non je te le dis ! Je suis allée a mon club de muscu, puis après mon cours de potion je me suis rendu compte qu’il n’était plus là !


Continuant mon chemin, je me disais que j’aurais aimé l’aider. Seulement … je n’osais pas aller parler à une inconnue comme cela.

- Bon d’accord Alicia, on ira aller le chercher toute a l’heure …
- Tu sais qu’on a pas le temps ! On doit bosser sur notre projet sur l’importance de la bonne entente entre le royaume des poulets et celui des renards !
- Je pense toujours que se projet est foireux mais ouais, tu as raison … On a qu’a aller demander de l’aide !

- AAAAAAAAAAAAAaaaaaaaah

Je n’avais pas pus m’empêcher de crier. Des projectiles avaient atterrit sur mon visage, me bouchant la vus.

- Ne vous en faites pas gentilles jeune filles, nous on va retrouver votre objet !
- Riruma ?

Mes tendres génies étaient apparus après la demande d’aide des deux demoiselles, me causant une frayeur sans nom. Avec un soupire, je pris dans mes bras mes trois petits génies.

- Mais on ne sait même pas ce que c’est Riruma. Laisse tomber…
- Tais-toi Mirumo ! On va vous aider ! Aller on se bouge !! On va aller voir si elle ne l’a pas laisser au gymnase !

Riruma, de la taille d’une pomme, donna un coup de pied à Mirumo et Murumo sans me laisser le temps de réagir. Ni une ni deux, les trois comparses étaient déjà partis en volant avec leurs petits éventails vers le gymnase.

- Ah mais attendais moi !

Lorsque nous sommes arrivés à l’ endroit voulus, ils commençaient déjà  à voleter partout dans le gymnase. Mettant une pagaille sans nom, et renversant tout ce qu’il y avait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Age : 21

Clochettes : 628

Date de naissance : 06/12/1996

Messages : 80

Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   Mer 7 Fév - 16:28

Deux frères, un coeur.



Quel était donc ce foutoir ? Auron avait beau rester concentrer sur ses actions de jambes de cette machine, son esprit ( ou plus précisément son ouïe) lui disait sans arret que quelque chose n'allait pas. C'est fou comment, en un instant, toute chose tranquille et suffisament ordonnée passe à chaotique. Les poids sur les jambes du hibou tombèrent d'un coup sec alors que les dents de celui-ci se serraient, s'écrasant l'une contre l'autre. Cela allait non seulement couper son élan d'entraînement, mais cela allait aussi le retardé. Pourquoi donc ? Simplement, car son corps qui était brûlant pour un effort maximal allait diminuer une fois de plus. Aprés avoir écrasé ce qui ennuyait son entraînement, il devait refaire des étirement. Donc même si l'incident se cessait maintenant, il perdrait plus de 20 minutes.

Auron saisit alors sa serviette-éponge, la passant sur son visage et la mit ensuite en équilibre sur son épaule. Au fond de lui Auron ne savait pas ce qu'il voulait : Combattre quelqu'un serait sympathique, donnerait un entraînement parfait cependant sa fatigue musculaire l'handicapera. Heureusement qu'il a perfectionné ses techniques d'art martial en ce lieu. Mais beaucoup de ces gens ne sont pas à prendre à la légère, et détail, mais : Si quelqu'un peut nuire à cet endroit remplis de personne musclés, puissantes et rapide, es ce qu'Auron pourrait le faire ? Il sourit. Bien sûr qu'il pourrait. C'est avec cet esprit qu'il avançait, ses veines sur ses bras gonfler par l'effort.

Quand il arriva proche de la scène il crut voir une espèce de fée. Un énorme insecte qui virevoltai dans tous les sens, soulevant des petites charge pour regarder ce qui ce passait en dessous. Bien sûr, ce n'était pas un insecte, mais aux yeux de Auron, si. Le petit génie regarda le hibou un long moment, presque en le dévisageant.

Qu'es-ce qu'il voulait ? Aucune idée, mais aprés quelques secondes il se mit a brailler quelque chose et tenta de s'échapper. C'était mal connaître les réflexes d'Auron. L'homme à la chevelure ténébreuse saisit d'une poigne ferme et rapide le petit rat volant, serrant fortement l'être vivant qu'il était.

" J'ignore ce que tu es. J'ignore qui tu es. J'ignore ce que tu fais ici. Sache cependant une chose, tu as dérangé beaucoup de monde ici, mais surtout, tu as dérangé une personne bien supérieur : Moi. Excuse toi. Supplie-moi puis dégage d'ici. Tu as 7 secondes. 7...."

Le compte à rebours commença. À chaques secondes qui passait, la main d'Auron devenait plus solide, plus violente avec le petit être, tel une ordure dans une broyeuse. Lentement, mais sûrement les doigts forts d'Auron allaient l'écraser. Il ne lui restait que quelques secondes pour le supplier et espérer être libre ensuite. Les yeux du hibou quittèrent le petit être quand il vit d'autre de ces insectes tourbillonner.

" Quelle perte de temps. "


ft. Petit frère

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain
avatar

Clochettes : 42

Messages : 14

Date d'inscription : 01/02/2018

MessageSujet: Re: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   Lun 12 Fév - 22:20

Mirumo et Murumo avait réussi a mettre une belle pagailles. Jetant et lançant des petits poids ou les affaires des sportif. Quand a Riruma, elle était partie plus loin.

J'avais appris a connaître ces petits farceurs qui me servaient de guide. Mirumo et Murumo sont des frères qui se chamaillent aussi souvent qu'ils mangent. Autant dire tout le temps. Cela ne m'étonnais pas de les voir plus se courir a présent pour un oui ou pour un non. J'ai comme l'impression qu'ils en ont oublié l'objet que nous trouver pour cette jeune fille.

Décidant de reprendre les recherches, je délaissais les deux frangins. Les élèves présent ne faisaient pas attention a moi, il faut dire qu'ils étaient occupés a essayer d'attraper mes trois petits génies. En soulevant de ci de là quelques objets, je me demandais ce que nous devions trouver. Un soupire de résignation franchis mes lèvres. J'allais encore échoué a l'une de mes mission.

J'entendis des couinements et des pleurs. Surpris, je me retournais. Quelqu'un tenait dans ses mains mes trois petits diablotins. Leur agresseur me tournais le dos, et les pleurs de mes petits amis résonnaient a travers le gymnase. Même s'ils me faisaient tournaient en bourrique, c'était grâce a eux que je ne m'était pas enfuis d'ici. Eux qui m'avait ouvert a nouveau les yeux sur l'amitié. Sans que je ne comprenne, mes jambe portèrent vers eux. J'empoignais l'un des bras de l'homme. Tout en fermant les yeux je me mis a crier :

- NON !!! LACHAIENT LES !!

Puis j'ouvris les yeux. Deux billes vairons magnifiques me fixaient. A cet instant, les fantômes du passé revinrent me hanter. Je hoquetais de surprise avant de pâlir. Devant moi, se trouvait le fantôme de mon frère disparus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Age : 21

Clochettes : 628

Date de naissance : 06/12/1996

Messages : 80

Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   Dim 18 Fév - 20:47

Deux frères, un coeur.




Voilà que ces misérables créatures venaient exprimer leurs mécontentements par les pleurs. Futile et inutile. Les larmes. Auron n'en avait versé que deux fois. Et jamais plus il ne referait couler. Les larmes sont les paroles des faibles, d'esprit et de corps. Quelqu'un qui ne supporte pas la douleur physique versera des larmes, quelqu'un qui recoit un choc émotionnel, versera aussi des larmes. En d'autres termes, ils ne sont pas assez fort pour garder ne serait ce qu'un peu de contrôle sur leurs ressenti. Faible. Faible et idiot. On ne montre pas ce genre de chose à quelqu'un d'autre. Pleurer quand personne ne regarde est déjà quelque chose de plus fiere. Là, ces petits monstres n'avaient que la peur dans leurs yeux. Pensaient ils que leur mère viendrait en accourant ? De stupides enfants que voilà.


Cependant, avant qu'Auron n'achève son compte à rebours et que ses mains puissantes n'écrasent ces monstres sans avenir, quelqu'un saisissait le bras du hibou. Qui serait assez fou pour faire cela ? La curiosité piquait à vif le jeune homme, cela serait sûrement le ou bien la propriétaire de ces choses médiocres. Lentement, le hibou tourna son regard vers celui qui l'alpaguait. Des yeux bleus saphirs, tel un océan de mille éclats. Un trésor qui reste endormis tel une mer reposante qui brille à l'éclat du soleil. Il fallut plusieurs secondes pour comprendre. Auron n'avait connu qu'une personne possédant ces yeux si sublimes. Mais ce n'était pas possible. Sans se contrôler, Auron murmura un faible :

"Shinju..."

C'était le nom de son petit frère, celui qu'il avait juré de protéger, d'emmener par-delà les terres et les mers. Celui qu'il avait perdu en venant ici, contre son gré. Sa seule et unique faute était de le délaisser sans le vouloir. Pourtant il était là, juste devant lui, lui attrapant le bras. Sans rien dire, aucun des deux ne semblaient parler. Les mains qui excerssaient de la forces sur les etres faibles venaient lentement se défaire, laissant ceux ci partir.


Le temps s'était arrêté. L'espace de quelques secondes, rien ne pouvait être entendu par le hibou. Son frère, son doux et beau garçon. Lentement, presque, au ralenti, alors que les yeux d'Auron n'exprimaient que de la surprise, une main chaude et tendre alla se poser sur la joue de Shinju. Une peau si douce. Puis ce fut son odorat qui se réveilla, sentant l'odeur émaner de son petit frère. Durant un autre instant, il se croyait au Japon. Dans leur jardin, sous le cerisier en fleurs. Main dans la main, sa tête sur l'épaule d'Auron. puis ce fut le retour à la réalité par l'apparition d'une goute de liquide sur la joue d'Auron.


Oui. Il versa une larme de bonheur.

" Mon grand... Et beau Shinju..."


ft. Petit frère

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humain
avatar

Clochettes : 42

Messages : 14

Date d'inscription : 01/02/2018

MessageSujet: Re: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   Hier à 0:19

Si ma voix ne s'était tut, j'aurais hurlé. Mais mon cri de détresse resta obstinément au fond de ma gorge. La peur me couvrait de son lourd manteau.

Je me revoyais durant ses longues semaines après SA disparition. La nouvelle était tombée comme un couperet. Aussi sec, mon coeur était devenus un objet défectueux, ne trouvant plus le bon tempo a battre. Ce rythme endiablé m'avais amené a me séparer de mes amis et de ce qu'il restait de ma famille.

Et aujourd'hui, allais-je encore ressentir cet abandon ? Non ! NON ! NON JE NE VEUX PLUS !

Mes paupières se fermèrent pour me protéger de cette vision ensorcelante. Avec le peu de force que j'avais, je résistais a vouloir me saisir de ce fantôme. Ou même pire, a le rejoindre.

Tout le gymnase avait disparu de mes sens. Je n'entendis pas les remarques faites sur Auron et moi. Ni les questions se demandant comment le grand et impassible pouvait ... J'entendis le chevrotement de sa voix. Auron pleurait-il ? Le ferait-il pour moi même a l'état de fantôme ?

J'ouvris alors les yeux. La perle salée qui roulée sur la joue blanche d'Auron me força a venir la cueillir du bout du doigt. Elle était magnifique. Aussi belle que ses yeux. Dans ma contemplation, je n'entendis pas le tumulte provoqué par mon geste, ou la sensibilité d'Auron.

Lorsque le premier choc fut passé, je replongeais dans les yeux vairons de mon frère tout en sentant mes membres commencer a trembler :

- Auron... Enfin te voilà...

Je plongeais la tête contre le torse de mon aîné avec toujours une légère tremblote.

- Si tu es un fantôme, emmène moi avec toi Oni-san. Je ne veux plus être seule...

C'est a cet instant que nous avons perdus les élèves présent encore dans le Gymnase. En effet, le grand Auron avait donc un frère ! Que tout le monde soit au courant !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux frères, un coeur. [Shinju Fujimori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deux frères, un bavard et un farceur [PV]
» Katsuku
» Le Majestueux Manoir McGregor [PV les deux frères Kirkby]
» Les deux frères François Pelletier
» Glace Cendrée, le coeur déchiré par deux mondes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le pensionnat magique :: Cour extérieure :: Gymnase-