Revenir en haut
Aller en bas

Partagez | 
 

 Un défi à la hauteur ! [PV Auron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Roturier

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Clochettes : 355

Occupation : Jardinière de l'école

Messages : 45

Date d'inscription : 16/11/2017

Localisation : Dans les jardins

MessageSujet: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Mer 27 Déc - 14:46

Ça m’apprendra à fixer des rendez-vous avec si peu de temps de préparation. Après avoir quitté la serre en y laissant Auron, j’avais juste une heure pour me changer afin de ne pas sortir de l’établissement en tenue de travail, récupérer mon argent et retrouver le hibou devant le portail. Mais forcément, je suis en retard ! Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

En sortant de la serre, j’ai donc pris la direction de ma chambre. Sur le chemin, j’ai croisé une ronce qui a trouvé plus intelligent de se reposer au beau milieu du chemin, plutôt que de rester dans sa petite parcelle délimitée par des pierres. D’accord il neige et on ne voit plus trop les pierres, mais elle doit rester à sa place quand même ! J’ai donc passé un petit moment à remettre en place cette branche et à trouver un moyen de la faire tenir pour ne plus qu’elle s’échappe. Puis vient le tour de la plante grimpante, qui devrait être en train d’escalader l’arche à l’une des entrées du jardin. Elle a dû rater une prise et se retrouve pendu dans le vide par les pieds, laissant sa belle tignasse brunâtre, dépecée de toutes feuilles tomber au milieu de l’arche, bloquant quelque peu l’entré tel une liane dans la jungle. J’ai donc dû trouver un moyen de la raccrocher afin qu’elle puisse continuer sa route. Décidément, les plantes n’aiment pas le froid.

J’arrive finalement dans ma chambre, m’apercevant que je ressemble à une gamine de 14 ans ! Jamais on en me prendra au sérieux dans ces conditions. Je me rends alors dans la petite buanderie où je stock des plantes vivace, me servant à moduler mon âge. L’avantage de ces plantes est qu’elles reviennent à la vie peu importe leur état. Même si tous les branches sont coupées, tant que leurs racines sont arrosées et entretenue dans une terre noble, elles finiront toujours par repousser. J’en prend alors une avec moi, me pose avec elle devant le miroir de ma salle de bain, et commence l’utilisation de mon pouvoir, volant de la vie à cette plante qui se fane lentement. Mon corps se met doucement à grandir, à gagner en maturité, prenant finalement l’apparence d’une femme abordant fièrement la trentaine. Je regarde alors la montre noir et blanche, fournit par l’école, accrochée au mur au-dessus de ma porte pour y lire l’heure, afin de me rassurer.

Mais cette satané montre m’a donné un sentiment complètement inverse. J’ai déjà près de dix minutes de retard, et j’ai facilement dix minutes de marches pour rejoindre l’entrée de cette immense propriété qu’est l’école de Monokuro, autant dire que ça commence bien. Je passe alors la vitesse maximale, m’habillant et rassemblant mes affaires aussi vite que je le peux, m’assurant également de ne rien oublier. J’ai pris un grand sac contenant, ma tenue de travail, mon porte-monnaie, et pleine de petites trucs qui sont tombé en même temps que j’entassais mes affaires dans le dit sac. Je me suis mis à courir pour rattraper un peu mon retard déjà suffisamment important. Je manque de glisser sur cette neige d’un blanc immaculé à chaque virage. Arriver à une petite centaine de me mètres de l’entrée du pensionnat, je m’arrête et me met à marcher lentement afin de reprendre mon souffle du mieux que je le peux. L’air froid que je respire me donne encore plus l’impression que mon corps est en feu, faisant agoniser mes poumons en les envahissant d’une sensation de brûlure intense.

Cette douleur s’estompe au fur et à mesure que j’arrive à reprendre mon souffle et à diminuer la température de mon corps, tout en calmant les pulsations de mon cœur. Je m’approche d’un arbre afin de m’abriter de la neige qui s’est sobrement mis à tomber, cherchant Auron en tournant la tête de droite à gauche, balayant les parages afin d’en apercevoir sa silhouette. Après avoir fait quelques aller-retour sans résultat, je me suis dit qu’il devait lui aussi être en retard. Je me pose alors contre l’arbre, les bras croisés, à guetter l’arrivé du hibou, bien que je me doute qu’il soit sûrement déjà présent. Je continu de fouiller la foule à la recherche du personnage au yeux vairons.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Jeu 28 Déc - 14:39

Un défi à la hauteur !.






Une heure. Auron cligne lentement des yeux en voyant la jeune femme partir si vite. Pour être tout à fait honnète, le jeune homme pensais que la boisson en question serait sur place. Sans se rendre compte de ce qu'il venait de faire, il avança vers la sortie de la serre, remettant son haut chaud pour se protéger de la neige et courus vers sa chambre. Pourquoi courait-il ? Lui-même l'ignorait. Le hibou venait d'accepter un rendez-vous, c'était bien la première fois que cela arrivait en 21 ans. Il n'avait jamais accepté cela. Il n'avait jamais échangé un dialogue autour d'une boisson chaude avec quelqu'un directement. C'était une première fois. Pourquoi avait-il le traque ? Il ne se passerait rien, il le savait, c'était une récompense pour ses efforts, et c'est tout. Il ne voulait rien de plus de toute manière.

Le temps de faire fuir ses pensées de son esprit, il était déjà dans sa chambre. L'homme se déshabilla rapidement, se retrouvant en calecon devant sa commode. Comment on s'habille pour un pseudo rendez vous ? Normalement ? EN cérémonie ? Décontracté ? Le jeune homme regarda ses vêtements quelque temps avant de saisir certains. Un tee-shirt à manche longue blanc en col V, avec un dessin noir, dessus formant une épée qui transperce un crâne. Il mit aussi un pantalon en lin noir, d'ordinaire utiliser en été, cependant cela ne dérangeait pas le hibou. Il ajouta à sa tenue des chaussettes noirs, des chaussures de ville de la même couleur et une petite veste ouverte noir. Oh, et au passage, il saisit sa boucle d'oreille qui possédait une petite chaînette avec au bout, le symbole de la croix impériale. Bon. Quoi d'autre ? Ah, il passa un coup de peigne dans sa chevelure et la laissa de nouveau sans attache, tombant simplement dans son dos. Un rapide coup d'œil sur l'horloge indiqua à l'homme qu'il était en retard.

En retard ?! Combien de temps avait il regardé ses vêtements ? Bon sang, il serra les dents, mit un peu de parfum qu'il avait importé du monde des humains, porte feuille, clé et hop il fila. Dans les couloirs, il attirait l'oeil des autres, aprés tout, Auron le solitaire était habillé pour sortir. La question était : seul ou accompagné ? Personne ne lui demanda, mais beaucoup parlèrent entre eux.

Aprés plusieurs minutes de marche, l'homme arriva à la destination qui était sensée être la bonne. Pourtant, d'un coup d'oeil à droite et à gauche, il ne remarqua aucune présence de la jeune renarde. Pourtant une fillette de 14 ans cela ce remarque dans cette foule. En y repensant, les personnes qui les regarderaient pourraient penser qu'il s'agit d'un frère et de sa soeur. Cela fit rire Auron alors qu'il allait attendre non loin d'un arbre. En approchant de celui ci, il vit une autre renarde. Semblable à la jeune femme, mais bien plus belle et bien plus vieille. Surement plus que le jeune homme de quelques années. Le hibou au regard vairons n'était pas habitués à voir les hybrides depuis longtemps, il juega donc qu'il s'agissait d'une autre.

Il se mit non loin d'elle et saisit son...Ah ! Son téléphone. Il l'avait oublié.

"Cela commence bien. "



ft. Kitsune
Revenir en haut Aller en bas

Roturier

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Clochettes : 355

Occupation : Jardinière de l'école

Messages : 45

Date d'inscription : 16/11/2017

Localisation : Dans les jardins

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Jeu 28 Déc - 15:28

J’ai regardé à plusieurs reprises dans la foule s’il ne s’y cachait pas, mais en vain. J’ai finalement posé mon regard sur la sortie du pensionnat, afin d’être certaine de ne pas le rater, vu que désormais, je suis sûre qu’il n’est pas déjà là. Par la même occasion, je réajuste ma tenue, me sentant un peu dérangé par des détails. Après quelques mouvements où l’on pouvait me voir me dandiner étrangement, je décide de regarder ce que je porte. Il faut se souvenir que j’ai enfilé des vêtements au hasard en voulant partir le plus vite possible. Je me suis retrouvée avec une tenue qui n’a ni queue ni tête…

En partant du bas, deux bottines qui, au touché sont identique, mais l’une est rouge pâle et l’autre et blanche. Ça fait noël, mais ce n’était pas volontaire ! Un pantalon, confortable, mais qui se trouve être un de mes pantalons de travail, donc d’un vert forêt avec une double couche de protection au niveau de genoux qui est encore recouvert d’une couleur de terre séchée. Pour le haut, j’ai fait fort ! Mettre un pull en laine bien épais, c’est bien pour l’hiver, mais ça n’a aucun sens si on rajoute un t-shirt « I love summer » par-dessus !! Heureusement que je ne me suis pas trompée dans le choix de veste. C’est probablement le seul vêtement qui se trouve être vraiment un de mes vêtements de ville. Une longue veste, quelque peu molletonné, d’un couleur blanc cassé descendant jusqu’aux genoux. Heureusement pour moi, elle me permet de cacher mon accoutrement des moins présentable qu’il soit.

Je me suis perdue dans mon affolement, imaginez un peu la honte que vous pourriez ressentir dans un moment pareil ! Mais quand je dis m’être perdue, je n’ai pu ressortir de ma bulle que lorsque je me suis demandé ce que j’avais dans mon sac si une partie de ma tenue de travail était sur moi ? L’ayant en bandoulière, j’exécute une petite rotation du bassin afin de le faire venir devant moi avant de l’ouvrir et d’en fouiller le contenu. Effectivement, mon haut de travail n’est pas là, mais j’ai une belle tenue qui serait bien plus potable que ce que je porte actuellement. Il s’y trouvait mon pull vert, accompagné de son petit ceinturon en cuir avec un jean couleur d’un vert sombre, mais sombre, posé sur des bottines en cuire brut, le tout enroulé dans une écharpe grise cendré. Je devrais peut-être me trouver un endroit où enfiler ça, je serais plus présentable.

Je relève la tête et aperçois Auron s’approchant de moi sans poser le regard sur moi comme les hiboux en ont l’habitude. Je ne sais pas pourquoi, j’ai fait mine de ne pas l’avoir vu et ai tourné le regard dans une autre direction. D’après sa vitesse de marche et la distance qu’il avait avec moi, si je compte jusqu’à 7, il devrait m’accoster. 1, 2, 3, … 7 !! 8, 9, 10, 11, 12, … Rien du tout ? Pourtant j’ai bien vu, c’était lui ! Je me retourne pour voir où il en est, il s’était arrêté sous l’arbre, non loin de moi, et s’était posé comme s’il m’attendait. Pourquoi… ? Ah mais oui ! Il m’a rencontré quand je n’avais que 14 ou 15 ans d’âge physique, il est normal qu’il ne me reconnaisse pas alors que j’en ai presque 30 ! C’est à moi de l’aborder dans ce cas, j’espère ne pas lui faire peur. Je m’approche doucement de lui, une main dans la poche de ma veste afin qu’elle cache bien ma tenue paranormale, l’autre main se tendant vers le haut afin de tapoter sur son épaule gauche pour le faire réagir. Essayons de ne pas faire référence aux retard commun que nous avons tous les deux.

« Eh bien, Auron, tu t’es bien habillé pour uniquement boire un chocolat chaud ! »

Je le regarde avec le même sourire amusé que j’utilisais dans la serre, histoire de ne pas trop le surprendre. D’habitude les gens font le lien assez facilement entre mon sourire et mon identité. Je remets mon sac dans mon dos en même temps que je m’exclame sur sa tenue et attend de voir sa réaction, je trouve ça drôle de voir les gens être surpris par mon changement d’âge en moins d’une journée. Je ne veux pas lui faire peur, mais j’adorerai le voir être déstabilisé quand il comprendra qui je suis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Ven 29 Déc - 17:28

Un défi à la hauteur !.






Le retard était rare pour le jeune homme. Mais ce qui était le plus rare était ce Coeur qui était le siens, qui semblait battre un record de battement minute égalable uniquement après un effort physique intense. Le stress ? Pourquoi il tressait bon sang. Il n'y avait rien, il n'y avait personne qui aurait sut expliquer cela. Et cela avait pour conséquence d'énerver Auron. Cependant, une colère implosive ou impulsive. Non, la colère de l'incompréhension était comparable à de la frustration. On l'accumule avant qu'elle explose, ici, c'est pareil. Pour se calmer l'esprit, Auron suivit ce que son oncle lui conseillait de faire lors de méditation.

Auron était et l'est encore aujourd'hui un joueur de shamisen, il adorait particulièrement ce son. Il était le symbole de la musique japonaise et son esprit était toujours apaisé en écoutant ces mélodies, alors son oncle avait apprit à Auron de toujours, en cas de stress, fermer les yeux et jouer de cet instrument. Et cela, quand bien même il n'en n'aurait pas à porter. Appuyer contre l'arbre, ses doigts imitèrent les mouvements rapides et complexe d'un joueur de shamisen, imaginant les ondes et les notes dans son esprit. Merci mon oncle, du penser Auron à ce moment précis.





Puis il fut tiré assez abruptement de ses pensées. Quelqu'un l'accostait, les notes de musique imaginaire disparurent aussi rapidement qu'elle étaient apparus. Quelqu'un lui tapotait l'épaule. Sans montrer son coté surpris qu'on l'approche, les yeux du japonais se tournèrent vers la personne en question. C'était la jeune femme qui ressemblait à Kitsune. Cependant, même si l'acte en lui-même ne l'avait pas surpris plus que de mesure, les paroles de cette belle femme firent trembler les pupilles d'Auron. C'était Kitsune ? Impressionnant. Et... Impossible ? Non, rien n'était impossible avec ces dons unique. Auron pouvait bien prendre la vision des autres alors non, ce genre de chose ne devait plus le surprendre. Il y veillerait. Son regard retrouva une forme stable, moins froid qu'a l'accoutumé.

" Je prends cette remarque comme un compliment Madame Kitsune. Cependant, je crois que vous, vous vous êtes négliée ne serait ce qu'un peu ? Au fond, c'est vous qui avez raison. Je n'aurais pas du m'habillé si... proprement. "


Pourquoi le vouvoiement ? La femme actuelle, a en juger par son visage et sa forme physique, sa taille, sa poitrine, ses hanches et les quelques rides ici et là, démontrait un âge plus grand que celui d'Auron. Le japonais eut un mal fou à ne pas ajouter un suffixe de respect. Personne ne faisait cela ici.

L'homme se déplace pour ne plus être dos à l'arbre, mais bel et bien debout devant la jeune femme, détaillant chaque signe physique d'elle, montrant à son esprit les pouvoirs de ces hybrides. Auron eut cependant le réflexe de parler en même temps, pour ne pas paraître au mieux un pervers, au pire un humain.

" Je suis impressionné par votre capacité. Bien que je trouve étrange que vous ne restiez pas en forme adulte tout le temps. Que vous apporte la forme enfant ? Si ce n'est le regard de certains pervers étrange ou encore les tentatives de vous faire inférieur à eux ? Vous vous seriez montré ainsi directement, je ne vous aurez pas manqué de respect Madame.



ft. Kitsune
Revenir en haut Aller en bas

Roturier

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Clochettes : 355

Occupation : Jardinière de l'école

Messages : 45

Date d'inscription : 16/11/2017

Localisation : Dans les jardins

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Lun 1 Jan - 11:17

Hahaha ! Victoire ! Aussi bien qu'il essaye de le cacher, je vois bien ces petits signes distinctifs d'une personne en proie à la surprise. Ces yeux qui semblent calme mais tremblant légèrement, les fine et discrètes contractions le long du dos. Mais je retrouve bien là le hibou froid et disant ce qu'il pense, me faisant une remarque de négligement, je pense que ma tenue est la source de cette remarque. Une remarqué déplacé, bien que je la comprends. Et la réaction habituelle était également présente, le début du vouvoiement, pas que je n'aime pas être vouvoyée, mais je ne me vois pas tutoyer quelqu'un me vouvoyant.

Il ne fit que quelque pas en avant pour se décoller de l'arbre où il semblait perdu dans ses pensées, puis se mit à m'examiner, tel un chasseur cherchant la faiblesse de sa proie. Finissant par me questionner sur ma forme d'enfant. Des pervers ?! Inférieur...? Manque de respect... Je ne devrais pas être surprise par son manque de tact, mais il faut avouer que pour quelqu'un qui ne me connait pas, il à des questions plutôt logiques sur ma personne. Devrais-je lui expliquer mon pouvoir ? C'est quelque chose que je n'ai pas l'habitude de faire, je vais me contenter d'éviter la question. Je vais donc commencer par un léger ton moqueur :

« Dois-je comprendre que tu manques de respects aux plus jeune que toi ? ~ »

Je n'attendais pas spécialement de réponse à cette question, alors en même temps que je prononçais ces mots, je lui souris par un sourire identique au ton que j'ai utilisé, cherchant une distraction dans ses réactions. J'étais légèrement incliné vers l'avant pour accentuer quelque peu mes propos, mais je me suis rapidement redressée, rangeant mes mains dans les poches de ma veste, baissant légèrement la tête en lâchant un imperceptible soupire. Le problème est que je déteste avoir un corps qui a plus de 35 ans, pour des raisons simples qui sont la fatigue musculaire, les problèmes apparaissant discrètement aux articulations après une activité sportive pourtant pas si intensive que ça. C'est pourquoi je ne dépasse que rarement l'âge que j'ai actuellement. Mon corps vieillissant étrangement, si je rajoute encore quelques années à mon âge actuel, j'aurais des signes de vieillesse avancé, alors que je n'aurais pas plus de 40 ans.  

Mais il faut aussi savoir que je me rajeunis à chaque fois que je m'atèle à la tâche de rendre une plante plus robuste en la faisant pousser grâce à mon don. Et ne pouvant n'être qu'en forme physique aux alentours de trente ans, ça ne me laisse plus beaucoup de marge pour utiliser mon don afin d'aider les plantes. Après, je ne cache pas le fait d'aimer avoir une apparence d'enfant. Rien que sur l'aspect physique, il ne sont peut-être pas bien fort, mais ils ont une énergie dépassant tout record. De plus, il ne voit que les mauvais côtés à être jeune, ceux où on est pas pris au sérieux, dévisagé par les "grandes personnes" dès que l'on accomplit quelque chose qui nous demanderais dix ans de plus. Le regard des pervers et autre point négatif à être "enfant". Moi je le vois plutôt comme un moyen de tromper les autres, de tirer de l'amusement à la moindre actions demandant la présence d'une autre personne.  

Bon d'accord, la réalité est tout autre. Alors oui mon corps vieillit étrangement vite une fois les quarante ans dépassés, ce qui me pousse à ne jamais dépasser les trente ou trente-cinq ans, mais mon choix de rester le plus souvent en dessous des vingt ans est lié à mes souvenir et vécu du passé. Il faut dire qu'une fois ma majorité atteinte, j'ai été déposé dans un manoir où j'ai servi durant plusieurs siècles. Donc mes seuls réel et agréable souvenir se trouve entre ma naissance et ma majorité. Voilà pourquoi je préfère rester dans cette tranche d'âge.

Mais assez parlé de moi, je suis resté plongé dans mes souvenir trop longtemps (une secondes ou deux?) Je suis ici pour récompenser ce chère hibou de m'avoir aidé dans la serre, alors allons boire cette boisson chaude sans plus tarder ! J'ai été prise d'un léger frisson de froid remontant le long de mon dos. Je lui demande alors :  

« Et si nous rentrions dans ce fameux bar, afin de profiter de sa chaleur et d'enfin pouvoir me permettre de t'offrir ta récompense et me réchauffer un minimum ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Mer 3 Jan - 0:57

Un défi à la hauteur !.






Auron savait parfaitement qu'il était inutile de répondre à cette question qu'elle venait de poser. Cela sonnait bien plus comme une évidence sur le ton de la question. Pourtant... N'était ce pas évident ? Le hibou ne prenait la peine de montrer du respect qu'à ceux qui ont un rang supérieur à lui ou ceux qui l'ont prouvés. Pourquoi montrer du respect envers les inconnus ? Et qui plut est une personne plus jeune que soit ? L'âge apporte la connaissance et la sagesse, jamais, au grand jamais Auron ne montrera du respect pour plus jeune que lui, et encore moins pour un enfant. Kitsune, la renarde, était l'exception, elle était une adulte qui jouait de son âge et de son pouvoir, avoir l'apparence d'une enfant, mais le mentale d'une adulte est quelque chose d'unique. L'unique exception qui confirme la règle. Auron était ainsi.

Alors que le hibou des neiges était perdu dans ses pensées, et ses réflexions, il remarqua que la jeune femme faisait exactement la même chose que lui. Encore un symbole de son âge adulte et non de son âge d'enfant. Il est vrai qu'une enfant avec l'esprit d'une adulte est quelque chose à respecter, cependant l'inverse ? Une enfant dans le corps d'une adulte ? Bon sang, si Auron rencontrait une telle personne, il sait parfaitement ce qu'il ferait. Il l'ignorerait ou la ferait pleurer jusqu'à ce qu'elle abandonne l'idée de lui parler. Rien qu'une pensée pareille faisait un frisson à la fois de dégoût pour cette monstruosité, mais aussi de plaisir à l'idée de la rabaisser plus bas que terre.  

Il y avait souvent des pensées sadique dans l'esprit du Hibou, bien que celle-ci, ce soit calmer avec l'arriver dans ce lieu, il possédait toujours ce petit diable qui lui murmurait des choses amusante sur la souffrance d'autrui. Cependant, et même si l'exploitation de la violence apporte son lot de jouissance, la véritable source de bonheur était la solitude. Et là, le voilà en présence d'une femme, pour boire quelque chose. Normalement, l'inverse parfait de ce qui est plaisant pour lui. Pourtant, ce n'était pas déplaisant avec elle, juste, stressant.

La voix de la renarde sonna comme un glas le ramenant sur terre. Un glas puissant qui tire d'une réflexion proche du sommeil en stase. Le hibou perd durant quelques instants son regard froid pour un regard curieux, puis récupère le précèdent. Ses yeux regardant la renarde comme si elle n'était pas là. Allant pour lentement se rapprocher d'elle. Se mettant à ses côtés. Puis d'un geste rapide, il mit ses mains dans ses poches, pencha la tete en avant et fermant son regard. Pensif et patient.

" Je te laisse donc nous mener à ce lieu. Bien que la fraîcheur ne me dérange pas plus que cela. Par ailleurs, invites-tu souvent des élèves à boires en tête-à-tête à l'extérieur du pensionnat ? Des rumeurs pourraient naître sur cette entrevue. Personnellement, je m'en moque. Je me voyais simplement obligé de t'informer de cette possibilité. "


C'était vrai, Auron avait remarqué que beaucoup de personne l'avait observé entré en dératé, puis sortir tout aussi vite mais prorpe et bien habillé. Ce qui était unique pour Auron. Cependant, ces rumeurs n'intéressaient pas le hibou, avec qui en parler de toute manière ?

Après ce petit message de prévention, Auron commença à avancer aux côtés de la renarde. Les yeux mis clos, pour voir où aller quand bien même, mais aussi pour ne pas montrer quelconque émotion de stress, de tension ou d'hésitation.


ft. Kitsune
Revenir en haut Aller en bas

Roturier

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Clochettes : 355

Occupation : Jardinière de l'école

Messages : 45

Date d'inscription : 16/11/2017

Localisation : Dans les jardins

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Ven 5 Jan - 11:49

Je me doutais bien qu’il avait l’air perdu dans ses pensées, mais je ne pensais pas que ma simple voix suffirai à l’en extirper à ce point. Au moment où je lui fis la réflexion de vouloir rentrer dans le bar, son regard est devenu intriguant, voir même, amusant. Mais il est vite redevenu un simple hibou, me regardant sans me regarder, comme si pour lui, mon corps était à un endroit différent que ma position actuelle. Puis, en plus de ce regard vide reprenant le dessus, il fit un mouvement rapide, rangeant ses mains dans ses poches. Puis il se mit à déblatérer, posant plusieurs questions. En même temps qu’il parlait, je lui répondais sans utiliser ma voix, pensant ce qu’il me venait à l’esprit.

« Je te laisse donc nous mener à ce lieu. » Je prends les devants, entre nous deux, je suis la seule à connaître l’adresse du bar. « Bien que la fraîcheur ne me dérange pas plus que cela. » Alors pourquoi ranges-tu tes mains dans tes poches, tu t’isoles ? « Par ailleurs, invites-tu souvent des élèves à boires en tâta-à-tête à l’extérieur du pensionnant ? » En partant du principe que je suis mieux seule, non. En compte également le fait que je ne suis pas au pensionnant depuis assez longtemps pour ‘sortir’ avec des connaissances, le non s’accentue d’autant plus. « Des rumeurs pourraient naître sur cette entrevue. » Les années m’ont appris à me connaître mieux que quiconque. Si par miracle tu atteignais mon âge, tu comprendrais que ce que les autres pensent de toi importe peu, l’important est que tu n’aies aucun doute sur ta personne. « Personnellement, je m’en moque. » Très bon raisonnement. « Je me voyais simplement obligé de t’informer de cette possibilité. » Tu sais, ce n’est pas parce que mon don me donne le droit d’avoir l’âge que je veux, et que j’en profite pour être la plupart du temps une jeune enfant, que cela fait de moi une ignare.

À la fin de ses remarques, nous commençons à marcher en direction du bar, lui légèrement derrière moi afin de pouvoir me suivre sans donner l’impression d’être mené par quelqu’un d’autre que lui-même. J’imagine que son égo ne lui permettrait pas d’être guidé par quelqu’un d’autre que son instinct en lieu publique. Il faut dire qu’il fait ça très bien, se tenant à mes côtés sans pour autant indiquer lequel de nous deux guide l’autre, de par ses mimiques, sa façon de bouger et sa façon de réagir. Mais, a-t-il toujours été aussi raid en se déplaçant ? Je n’ai jamais fait attention, et en déplaçant mon regard en direction du sien, je me rends compte qu’il utilise la même méthode que moi lorsque je travaillais de ce vieux manoir. La méthode de ne pas dévoiler son regard afin d’en camoufler toutes émotions et ressentit. Une manière de faire très pratique quand on débute dans un travail stressant, où l’on est souvent pris pour une moins que rien et que, de par notre jeunesse, le contrôle de nos émotions est encore compliqué. J’en déduis qu’il doit stresser quelque peu. A qui penses-t-il ? De par ma position, je me dois de le détendre, mais à cause de ma nature, j’hésites à tout bêtement en profiter pour me distraire. C’est pourquoi, seulement un ou deux pas après avoir commencé à marcher, je décide de lui répondre d’une manière claire à toutes ses remarques. J’imagine que malgré ce qu’il m’a dit, il ne doit pas être à l’aise dans cette situation. La jeunesse à un côté mignon quand même.

« Les rumeurs ne sont jamais que des rumeurs, elles ne se renforceront que si l’on y réagit de manière à se sentir concerné. Ce n’est pas ton cas, n’est-ce pas ? » Ignorant tout le reste de son discours, je me contente, par cette simple phrase, à lui faire comprendre que la seule chose qui compte vraiment, c’est de se connaître mieux que personne ne pourra nous connaître. Je continue ensuite, en ne lui laissant aucun instant pour répondre à cette question, mais en laissant tout de même un petit blanc, permettant une réflexion se hâtant sous la surprise. « Mon expérience m’a appris ceci : Je sais qui je suis, personne n’a le droit me dire comment être. Je sais où je vais, même le vent ne peut me forcer un chemin. Je sais ce que je vaux, personne ne doit me connaitre mieux que moi. »

C’est sur ces belles paroles que nous arrivons finalement devant le bar tant convoité. Une grande porte en bois de sapin se dressant devant nous. J’abaisse la poignée et la pousse afin de pouvoir m’engouffrer à l’intérieur, sentant un léger courant d’air chaud frôler mon visage. À l’intérieur, une grande sale ouverte et éclairé, composé de plusieurs tables d’un bois rougeâtre, semblant à de l’acajou, entouré de quelque chaise, en bois également, mais d’une teinte plus marronnasse avec des incrustations blanchâtres, peut-être du chêne incrusté de bouleau. La sale est chaleureuse, éclairé avec des lampes similaires à des douces flammes, quelque piliers d’un bois de cèdre, tenant ensembles les poutres ressemblant à du châtaigner. Les murs d’une couleur taupe, ornées de parures en bois d’acacia, légèrement doré à certain endroit par de la peinture grossièrement appliqué. Au fond, un grand bar massif en bois de sequoia derrière lequel se trouve une grande armoire tout en miroir sur laquelle est entreposé verre et bouteille de différentes couleurs et taille. Le plafond lui ressemble à de la pierre brute, d’une teinte grise et parsemé de gravures étranges. Et pour finir, le sol, du carrelage carré, posé en diagonal de la sale. On peut en distinguer deux types différents, toute en roche. Je pense à du granite accompagné de roche écru, le tout, parfaitement lissé sans en donné l’impression. Un décor typiquement comme je les aimes.

Je m’assoie donc à une table en y invitant, d’un geste simple et discret, Auron à m’y rejoindre. Une fois assis et installé, je lui demande sa première impression sur mon bar favori avec un regard chaleureux, sur lequel s’est cousu un sourire amusé.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Sam 6 Jan - 5:48

Un défi à la hauteur !.






La marche était lente, bien plus lente qu'à l'accoutumée. Normal me direz vous, Auron est un sprotif de haut niveau, la marche basique n'est pas ce qu'il préfère et quand bien même, l'allure de ses jambes à rtoujours été d'un naturel rapide. Cependant, là, le hibou des neiges marchait lentement. La raison premier est tout simple, il ne savait pas où aller, il devait donc non seulement copier l'allure de la Renarde, mais la garder en vue. Le tout avec la difficulté de ne pas rester derrière elle, il se refuser de montrer à qui que ce soit qu'on le menait quelque part. Enfin, il refusait surtout de se l'avouer lui-même, étant donné qu'il n'a aucun intérêt du regard des autres. La raison seconde... Ouais cela ne ce dit pas, bon pas grave, la deuxième chose était la neige. Cela parait n'être rien, cependant marcher vite dans la neige comporte des risque de chute, de glissade. Et même si ce n'est pas vous qui glisser, la personne en face pourrait essayer de vous esquiver et vous tombera dessus. Malheureusement pour la chouette, il se devait d'être lent.

Durant la marche, plutôt vers la fin de celle-ci, la renarde adulte commença à parler de ses pensées envers les rumeurs. Auron fut surpris de voir qu'elle réagissait de la même manière que lui. Distant envers cela, ne portant aucun intérêt. Bien entendu, la version de la renarde était bien plus douce que celle du rapace. Pour Auron, c'était si tu es faible ou inutile je ne t'écoute pas. Vous n'imaginez pas tout ce qu'il n'écoute pas...

Lors des derniers pas avant l'arriver devant le lieu convoité, les yeux d'Auron c'était ouvert d'avantage et ses pupilles fendue de hibou, c'était posés quelques instant sur la renarde. Détaillant cette tenue, qu'il trouvait assez peu adéquat, sur ce visage qui respirait le bonheur, mais aussi la joie et l'envie de vivre, sur l'allure de ses jambes, à la fois élancées et lente, sûrement à cause de la fraîcheur, de la buée sortant de ses lèvres à chaque respiration. Il ne savait pas, et ne sait toujours pas, pourquoi il la regardait. Tuer le temps ? Ou autre chose ? Il l'ignorait. En tout cas, il se stoppa quand ils furent à destination.

Quand l'humain passa la porte d'entrée, il fut surpris par la vague de chaleur de l'endroit. Il appréciait grandement le froid naturel de l'hiver, la neige et la glace. Alors passez aussi rapidement de l'un à l'autre le surpris une demi seconde. Puis, sans se dévêtir, étant donné que sa tenue ne portait aucun attirail d'anti froid, il suivit la renarde jusquà la table qu'elle avait choisit. L'endroit était trés jolie, bien que ce style n'était pas le siens. Auron avait un énorme manque de son pays, de ses restaurants traditionnel, de ses sessions de thé noir avec des mochis. Il soupira un peu avant de s'asseoir devant la renarde. Retirant sa veste pour la mettre sur le dossier de la chaise. Puis, il vit le regard empli de bonheur et de chaleur de la renarde, avant qu'il ne lui réponde d'un sourire sincère.

" Je trouve cet endroit très beau. Vraiment, le mélange de couleurs du bois, de la pierre, ainsi que les jeux de lumière apportent un tout assez doux et familial. Je me demande, comment avez, vous trouvez cet endroit ? Car, je suis au regret de vous dire, que la devanture n'apporte pas l'idée d'entrer. "

Auron lâcha un rire, sans doute le premier qu'elle pouvait entendre, un rire sincère, venant du coeur alors que ses yeux c'étaient clos le temps de celui-ci. On pouvait d'ailleurs voir les dents immaculément blanche du hibou ainsi. Puis, lorsque le rire se termina, il joignit ses mains sur la table, attendant alors poliement l'arrivé du serveur. Ce dernier ne prit pas de temps à venir, il donna alors la carte des boissons aux deux personnes, étrangement, Kitsune n'avait pas les prix. Auron ne porta pas attention au serveur, pas un regard ou une parole. Cependant, le livre de boisson l'intéressait.

"Alors, qu'avons nous ici ? "


Les noms des boissons et les descriptions permettaient à Auron de se faire une idée. Du simple café, dont il avait la vision d'une asse assez petite, formant un ovale à la surface, mais finissant petit à petit. Le tout emplis d'un liquide noir et pur. Du chocolat gourmant et de sa crème, avec sa tasse bien plus imposante et ronde, formant un cercle parfait, remplis d'une liquide laiteux et chocolaté, avec à sa surface une mousse légère dessinée en cercle et remontante. Du simple thé noir, dans sa tasse sans poignée, mais agrémenté de dessins sur la tasse et d'une bonne odeur, douce et agréable.

" Que de choix. Cependant, je pense aller vers un thé noir. Et vous ? "



ft. Kitsune
Revenir en haut Aller en bas

Roturier

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Clochettes : 355

Occupation : Jardinière de l'école

Messages : 45

Date d'inscription : 16/11/2017

Localisation : Dans les jardins

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Lun 8 Jan - 18:32

Il me répondit sur son ton habituel, c’est-à-dire en ne démontrant aucun intérêt et ne dévoilant aucunes émotions dans ses paroles. En temps normal, je me serai senti quelque peu vexée. Le délicat et subtile mélange de bois qu'ils avaient réussi à accomplir ici était d'un tout autre niveau que ce que l'on peut retrouver ailleurs. Mais pour la première fois, je l'ai entendu et vu rire. C'était un rire doux, sans aucunes moqueries ou arrières pensés. Un rire qui venait de loin, et ça se voyait. Ce rire avait beau être agréable, autant à entendre qu'à voir, il ne collait pas du tout au personnage qui se trouve devant moi. Lui qui depuis le début à toujours été froid et distant dans sa façon d'être. Je ne m'y attendais vraiment pas. Une fois ce dernier terminé, il reprit une position qui lui ressemblait bien, mais je pouvais apercevoir encore le fin et discret sourire au bord de ces lèvres.

Sur le pourquoi je suis venu ici, je n'avais pas vraiment de réponses à lui donner. Effectivement, l'extérieur devrait être quelque peu retravaillé, mais l'intérieur à un charme hors pair auquel mon éducations et donc, mon être ne peut résister. Je lui répondit alors d'un simple sourire en prenant en main la carte qu'on venait de m'apporter. Mais tout de suite, quelque chose me troubla, mais quoi ? Ce n'était pas la carte que je voyais habituellement. Un détail me troublait, mais impossible de vous dire quoi. Mais comme d'habitude leur carte de boisson chaude est toujours aussi plaisante à voir, surtout dans la catégorie "enfant" où ils font toujours de bonnes choses. Je le vois lire la carte avec attention, comme s'il en détaillait chaque proposition dans son esprit, pesant el pour et le contre. Ou alors c'est jusque que les hiboux font toujours tout en ressemblant à quelqu'un de très concentré sur une tâche pourtant simple ?

Sa voix se fit entendre par-dessus la douce ambiance qui régnait dans ce bar, m'indiquant son choix. Ce dernier s'est porté sur un thé noir. Un choix simple, sobre. Dans un léger murmure d'une voix douce et basse, j'ai pensé à haute voix : "Comme les japonais..." Ce n'est qu'une seconde après l'avoir prononcé que je me suis rendu compte avoir pensé à haute voix. Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à cette culture au moment où il m'annonça son choix, mais maintenant que c'est dit, je ne peux pas revenir en arrière. Mais quelque part, j'espère qu'il ne m'a pas entendu, ou du moins, qu'il ne prêtait pas attention à ma remarque. Dans la foulé, je posé la carte sur la table, la tournant dans sa direction et pointant du doigt mon choix. Je souris alors, toujours avec la même regard amusé, sans pour autant croiser le sien, mais remontant simplement mon visage en direction du sien, et lui annonce en même temps le nom de mon choix :

"Je prendrais le chocolat gourmand ! Après tout, c'est pour cela que je suis venu ici."

Au moment même où je pose ma carte sur la table, je remarque le petit détail qui me troublait. Il manque les prix ! Une erreur de leur part ? Je pensais pourtant en avoir vu aux par avants. Puis, mon esprit et mes pensées s'étant focalisés sur les détails troublant, je me suis rappelé que ma tenue en faisait partie. Je lui demande alors de bien vouloir commander pour nous deux. Je me suis alors levé en empoignant mon sac, et pris la direction des toilettes. Il fallait pour cela que je traverse la sale qui était étrangement vide. J'ai croisé un des serveurs sur mon chemin, probablement celui qui allait prendre notre commande. Je lui esquissa un sourire radieux en le croisant, sans porter gare aux regards des autres qui n'étaient pas tellement nombreux cela dit, continuant d'une traite mon chemin vers les toilettes. Le décor de ces derniers était bien différent de celui qu'on trouvait en salle. Il n'y avait ici rien de particulier ou en relation avec le bois. Un détail qui m'a quelque peu déçue. Il faut dire que je ne suis jamais entrée dans ces toilettes avant aujourd'hui.

Tant pis, après tout, il ne s'agissait que de toilettes, rien qui ne devait attirer le regard des clients ou autre. C'est un choix ne de pas avoir investi afin de leurs donner la couleur du restaurant. J'ouvre et rentre alors dans une des cabines, me changeant avec la tenue que j'avais dans mon sac. En sortant, je me regarde dans le miroir présent au-dessus des lavabos, afin de vérifier que cette fois, c'est bon. Me voila désormais vêtit comme je le devrait, c’est-à-dire avec le fameux pull vert, surplombant le jean d'un vert d'autant plus foncé. Le pull retenait également une fine ceinture en cuir brun qui ne tenait que par le haut de ma hanche droite, attaché à une petite boucle présent dans le pull, tombant sur le côté gauche. J'avais également changé de chaussure, enfilant les bottines de cuir brut. Je remis mon sac en bandoulière sur mon épaule droite, y accrochant mon écharpe grise cendrée.

Je retourne m'assoir auprès d'Auron qui devait sûrement se demander ce que je faisais, à passer plus de cinq minutes enfermée dans ses toilettes. J'espère qu'il aura sa réponse sans avoir à me le demander. Je pose alors mon sac à mes pieds, entre ceux de ma chaise et ceux de la table, m'exclamant dans un soupir de soulagement que je me sentait beaucoup mieux dans cette tenue ! Puis continua en lui demandant s'il avait pu passer commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Mer 10 Jan - 17:29

Un défi à la hauteur !.






C
e fut surprenant, la seule réflexion du nom du thé sur lequel le choix d'Auron c'était posé à réussir à faire tilter la renarde. Il ne fallait rien montrer, absolument rien. Heureusement pour lui, il avait l'habitude de feinter l'ignorance sur l'entende de quelque chose, il préféra imiter l'homme plonger dans ses choix, encore hésitant ses yeux ruolant sur pluseurs produit possible. Physiquement, rien ne devait vraiment le trahir hormis peut être un mouvement simple : pour feinter la réflexion, Auron rammena son index entre ses incisives, le mordant lentement. Durant les examens, c'est ainsi qu'il contrôlait ses réflexions, permettant canalisé ses pensées sur un point. Cependant, on pouvait confondre ce geste avec un tic de stress. Et mentalement, cette remarque avait fait son effet.

P
endant quelques instants, les questions fusèrent dans sa tête : Pourquoi ? Comment ? Avait-il fait une erreur ? Avait-il pensé et agit en japonais sans se rendre compte de ce qu'il faisait ? Allait-il perdre non seulement la face envers la jeune femme ? Allait-il perdre la vie dans quelques heures après cette découverte ? Si cela arrivait, ce serait de honte envers lui-même qu'il mourra. Ce genre d'implosion mental était très rare pour le japonais. Cependant, tout comme la colère, ce genre de chose est impressionnante, mais sans durée.

La pilule mentale était passée, Auron remarqua qu'il était de nouveau seul. Avait-elle dit qu'elle partait ? Avait-il été si absorbé par ces pensées qu'il fut incapable d'entendre quoi que ce soit ? Le hibou des neiges soupira longuement, entre fermant ses yeux un instant alors qu'il plaça le menu devant lui, fermé. D'un geste lent, qui pouvait soit signifier l'ennui soit signifié l'attente et la réflexion, il déposa son coude sur la table, puis il usa de son poing fermé comme d'un appui-tête, sur lequelle il déposa sa joue. Ses yeux vairons fixaient la place désormais vide devant lui. D'ordinaire, cela ne l gênait pas d'être seul, bien au contraire, cependant, savoir qu'il a été distrait suffisamment de temps pour qu'une information li échappe, ça, c'était décevant et vexant.

Que manquait-il à cette scène ? Et bien le serveur. Un homme, pas très grand, pas très musclé ( du moins ses vètements semblaient assez plat) un visage assez jolie, un sourire forcé déposé sur ce visage, une chevelure courte et noir. Cependant ce qui était assez spécial avec cet homme fut son regard réptilien, vert et fendue. D'une voix sifflante et presque désagréable ( Pour Auron du moins) il demanda la commande. Commençant par lui, le hibou demanda alors un thé noir dans sucre. Le serveur surencherit en demandant pour la 'jolie femme qui l'accompgne'. Auron arqua un sourcil avant de dire

" Vous lui amènerez un... Chocolat avec supplément crème fouetter et marsmallow dessus."


Hein... Auron se surprit lui-même à dire une commande qui pouvait être fausse à cent pour cent. Pourquoi a t-il fait cela ? Le serveur lui fit signe d'un mouvement de tête et reparti rapidement, sa queue réptilienne fouettant l'air. Le hibou regarda alors quelque chose qui l'interpella, c'était la jeune femme qui evenait changer. Honnêtement, le visage d'Auron ne trahit rien, aucu sentiment, aucune émotion. Nulle surprise, nulle admiration et nulle envie. Ses yeux ne trahissaient qu'une chose : il la voyait. Cependant, et même s'il ne fit aucun commentaire sur la tenue, elle était bien plus belle ainsi. Sa silhouette éait bien plus mis en valeurs, ses formes et ses mouvements semblaient danser dans cette nouvelle forme et le visage de celle ci semblait plu radieux.

Auron prit une voix simple, celle de d'habitude.

"J'ai passé la commande pour nous deux. Normalement, je dirais qu'une attente d'une dizaine de minutes sera nécessaire. Que souhaites-tu évoquer en attendant ? Si tu ne sais pas, je pourrais proposer que tu m'expliques le défi que tu comptes me demander. "


Les yeux d'Auron se rouvrirent totalement, son corps lui alla reprendre une forme droite, son dos sur le dossier de la chaise et le bras mis en arrière, se mettant pardessus le dossier. D'un point de vu extérieur, on pourrait penser qu'il agit en cherchant de draguer ou charmer la femme adulte devant lui.

" J'ai aussi une question, pourquoi t'es tu habillée avec négligence, pour ensuite revenir habillée avec élégance ?
"



ft. Kitsune
Revenir en haut Aller en bas

Roturier

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Clochettes : 355

Occupation : Jardinière de l'école

Messages : 45

Date d'inscription : 16/11/2017

Localisation : Dans les jardins

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Ven 12 Jan - 15:36

C’est dans ces moment-là qu’on se rend compte qu’il possède tout ce qu’un hibou veut montrer de lui. Il ne fit aucune réaction, aucun mouvement, même infime, pouvant dévoiler une surprise ou autre. Aucun commentaire ni même tic faciale qui aurait probablement dénoncé une réaction quelconque. Remarque personnelle, je ne m’attendais pas à plus de sa part, et je n’en suis même pas surprise. Il faut s’avouer également que je me suis changée pour mon propre confort, en aucun cas je ne l’ai fait pour autre chose. Pour qu’on me regarde ? Quelle horreur, je me sens bien mieux en passant inaperçue, peut-être à cause de ma longue vie passée en tant que servante dans ce vieux manoir qui m’a habitué à n’être vue par personne, tout en m’imposant de toujours être présente.

Mais il y a eu un détail qui m’a intrigué. Le genre de petites choses qui nous saute aux yeux, mais sans savoir ce que c’est. J’ai remarqué quelque chose chez lui qui avait changer quand je me suis dirigée vers ma place, mais impossible de mettre le doigt dessus. Il n’a pas changé de table, sa tenue est toujours la même, les cheveux n’ont pas bougé, ses yeux ont toujours les mêmes couleurs, sa peau est toujours aussi pâle, son visage toujours autant inexpressif. Qu’est-ce que ça peut bien être ? Je vais essayer de me remémorer la scène. Je suis sortie des toilettes, habillée comme je le voulais. J’ai pris la direction de notre table, puis il s’est tourné vers moi, sans aucunes réactions de quelconque source, il est juste resté là à m’observer. Et c’est à ce moment précis que j’ai remarqué quelque chose de différent. Donc, je l’ai senti au même instant qu’il eut posé ses yeux sur moi. Attendez, il a posé son regard sur moi afin de m’observer ? C’était ça la différence ! Le petit détail ! D’habitude, il me regarde sans me regarder, voilà pourquoi ça m’a troublé !

« J'ai passé la commande pour nous deux. Normalement, je dirais qu'une attente d'une dizaine de minutes sera nécessaire. Que souhaites-tu évoquer en attendant ? Si tu ne sais pas, je pourrais proposer que tu m'expliques le défi que tu comptes me demander. »

Il prit une posture que je devinais peu agréable à garder, du moins, je ne supporterai pas de me tenir de la sorte. Je suis beaucoup mieux assise en étant droite, les jambes ramenées sous ma chaise, sans toucher le dossier et les mains posées soit sur la table, soit sur mes jambes. Une posture simple et confortable, trahissant probablement ma vie de servante discrète. C’était une posture obligatoire, prenant peu de place, diminuant la présence tout en rendant grâce au corps féminin qu’est le mien. Pour compléter le tout, et il s’agit ici d’un détail que je ne pouvais accomplir dans le monde des humains, ma queue de renarde, qui est à peine plus longue que mes jambes, est quant à elle posée sur mes jambes, tel un animal dormant en boule. Je préfère l’avoir à porter de main et de regard, également dû à une vieille habitude je suppose. Mais sans me laisser le temps de répondre à se première question, en en posa une autre, concernant ma tenue, et pourquoi je ne l’ai pas enfilé avant.

« J’ai voulu allée trop vite en venant ici, et me suis emmêlée entre tenue civil et tenue de travail. Rien de bien grave. »

Une réponse simple et stricte digne de mon éducation. Même s’il faut l’avouer, je passe une certaine partie de mon temps à agir à l’encontre de cette éducation, principalement quand je suis seule où alors que j’agis en toute impunité avec le jeune âge que je peux prendre grâce à ma magie. Toujours dans ma posture de droite et noble qui est bien la seule chose que je n’arrive pas modifier depuis toutes ces années, je lui affiche un sourire aiguisé en me préparant à lui annoncer mon futur défi qu’il se devra de relever. Je n’avais pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir, mais ce n’est pas forcément les idées qui me manque, et encore moins en ce qui concerne les idées qui pourraient m’aider. La difficulté ici est de trouver un défi qui puisse être à la hauteur de son potentiel physique.

« Je vais devoir t’avouer que je n’y ai pas vraiment réfléchit. J’ai plusieurs solutions qui pourraient faire l’affaire, mais rien du même niveau que ton physique le demande. »

Je décale mon regard vers la fenêtre, observant l’extérieur, la neige tombante légèrement et la populace se déplacer sans prêter attention ni à quoi que ce soit, ni à qui que ce soit. Je reprends, mon sourire ayant quelque peu diminué.

« Je te propose à mon tour quelque chose, n’ayant pas envie de parler de moi, tu vas me parler de toi. Plus principalement de ton entrainement, tu en as sûrement suivi un, vu ton niveau. J’aimerais savoir où tu en es, afin de pouvoir te proposer un exercice qui te correspond. »

Mon regard est de retour à l’intérieur du restaurant, se tournant vers lui sans lui porter attention. Je ne sais pas pourquoi j’ai eu un tel changement de caractère, passant de la jeune renarde souriant et amusé, à cette vieille renarde mélancolique et trop sérieuse. Mon corps est peut-être habitué à ce changement d’âge depuis le temps, mais mon esprit lui ne s’y est jamais vraiment fait. Les autres appellent des saut d’humeur, j'appels ça un esprit perdu. Prenez n’importe qui, et dite lui qui à près de neuf-cents ans tout en vivant dans un corps qui n’a pas d’âge, on verra comment vous vous en sortirez. Personnellement, ça ne me dérange en rien, mais lui risque de remarquer la différence, je dois me reprendre. Je pose alors mes coudes sur la table, entremêlant mes doigts afin d’y poser mon menton, afin de continuer d’une voix taquine.

« Alors, partant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   Mer 17 Jan - 15:08

Un défi à la hauteur !.






Une réponse simple pour une question simple. Cela était la conclusion d'Auron et sans doute la conclusion que tout le monde se ferait. Cependant, le hibou n'était pas ce qu'on pouvait appeler quelqu'un de normal. Même lorsqu'il était dans le monde des humains, il n'était en rien comparable à la moyenne de société qui devait être imposée à chacun, mais quand ben même, ici aussi, il était différent. Son esprit assimila la réponse de la renarde, et en fit d'autre conclusions. Pourquoi devait elle se dépécher ? Après tout, elle était déjà en retard non ? Et quitte à se dépêcher et mal s'habiller, comment à t-elle pensée à se charger d'une tenue supplémentaire ? Tout ceci était étrange. Qui plus est, la renarde avait la fâcheuse tendance à rechercher la déstabilisation du hibou. Avait-elle tout prévu ? C'était cela qu'elle recherchait véritablement ? Percer l'armure du hibou des neiges ? Il ne pouvait pas dire qu'il en était certain, cependant mettre de coté cette idée serait aussi idiot. Il garda donc en tête cette éventualité et se re concentra ensuite.

Puis vient enfin la réponse qu'Auron souhaitait entendre, du moins une partie de celle ci. La déception ce vit légèrement dans le regard du hibou, un trés léger mais perceptible mouvement des yeux, descendant vers la table puis divageant sur la droite avant de revenir vers la renarde. Le tout, suivit d'un mouvement de sourcil qui se détendait, remontant sur le front avant de revenir se plisser sur les yeux vairons de notre homme. Elle n'avait donc aucune idée qui serait satisfaisant pour lui. Cela était désagréable à entendre. La renarde avait elle-même ammener le hibou ici pour cela, pourquoi ne pas avoir réfléchis à cela avant ? Puis Auron se souvenu de sa théorie, et retrouva son froid et son attitude plate légendaire. Sa voix allant sonner comme un instrument de musique grave et affligeant.

" Vous ne possédez donc rien de mon niveau. Quel dommage. Je pensais que vous pourriez aviser de cela rapidement connaissant votre esprit depuis peu, j'ai dû me tromper. "

Une phrase froide qui démontrait sa déception. Difficile de dire si l'on préfère voir Auron sans émotions, ou avec celle de la déception. Sa voix était plus froide qu'a l'accoutumer, ses yeux brillants presque et son corps repris une position stabl, venant mettre ses deux coudes sur la table devant lui, prenant appui dessus. Ce genre de mauvaise surprise n'était guère ce qui le plaisait le plus dans la vie, bien au contraire. C'était l'une des raisons pour laquelle il ne sortait que peu. Dommage, lui qui pensait avoir une bonne journée, qui commençait par un échauffement poussé, continue sur ue déception qu'il cherchait à repousser le plus loin possible.

Deuxième chose dont le Hibou a horreur, parler de son passé. Attention, il adore parler de lui, de son niveau supérieur aux autres et de son intransigeance, cependant, même simplement parler de son entraînement passé ne lui plaisait pas. Il allait donc répondre par politesse, et ce genre de réponse, indique le minimum d'information.

" Mon entraînement physique se porte sur l'endurance, la force, la résistance à la douleur et au froid. Ainsi qu'une longue lignée d'entraînement au sabre, que je ne peux faire au pensionnat. Les armes y étant interdites "

Suite à cette phrase simple, le jeune serveur lézard, déposa les deux commandes : Le chocolat viennois qui faisait la taille d'un bol, mais dans une tasse faite pour. Ainsi que le thé noir dans une tasse plus modeste avec des écritures japonaises dessus. Cela fit un pet tilt dans la tete du Hibou, les mts ecrits dessus était ' détente, repos et famile'. Auron aurait aimé pouvoir parler du Japon, cependant ce lieu serait jamas interdit de ce sujet. L'homme saisit alors sa tasse et prit une première gorgée de thé noir, celui-ci, brûlant, fit une marque sur la langue du jeune homme, une sensation désagréable de langue brûlée qui empêcherait d'avoir le gout parfait du liquide pour donner un faussé. Signe qu'il était encore sur ses nerfs aprés la révélation.

Le serveur reparti alors et Auron ne put dire, qu'une chose.

"Cet esprit lmié à oublié les cuillères. "



ft. Kitsune
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un défi à la hauteur ! [PV Auron]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un défi à la hauteur ! [PV Auron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le terrain de jeux :: Archives du forum-