Redonne-moi ça! {Lüka Gwilherm & Émilie Sakura}

avatar

Invité
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Sam 16 Déc - 22:07
Invité
Nous sommes en hiver. La neige tombe et recouvre peu à peu l'école. Ça ne fait que quelques jours que je suis scolarisée ici mais je m’aperçois déjà de tout les changements d'une saison à l'autre. Malgré les défauts de l'hiver, cette saison reste la meilleure de toute. Sauf quand l'eau remplace la neige. Là, il y a toujours un débile qui va sauter dedans à pieds joints pour éclabousser tout le monde autour. Et devinez qui est la personne qui se trouve à côté *soupir* moi… Bon à mon habitude je m'énerve contre eux et je m'en vais. Mais aujourd'hui, cette incident ne peux pas arriver : la neige est dur et il n'y a pas de gel. Une vrai neige en fait
Une journée parfaite au final. Je ne devrais pas parler trop vite, le mal est très vite arrivé. En plus je suis la plus poissarde du monde donc autant ne rien dire.

Pendant ma ballade dans la cours extérieur, j'entends plein d'élèves parler de leurs familles, de leurs pères ou bien de leurs mères. Je ne veux plus entendre ses deux mots. Une larme chaude coule le long de ma joue, rosé par le froid, que j'essuie très vite pour ensuite partir très loin de ses conversations. Je me déplace, plus vite que d'habitude, vers un coin de la cours, là où je suis sûre qu'il n'y a presque personne. Le froid tiraille ma peau à chaque pas que je fais. C'est assez dérangeant mais l'habitude fait que je ne sens presque rien. Je m'appuie contre le tronc d'un arbre en posant mon sac de cours par terre. Du coin de l’œil j’aperçois Lüka. Un garçon que je ne supporte pas. Il est dix fois plus grand que moi et en profite pour m'embêter. La plupart du temps c'est dans les couloirs, on se croise beaucoup et me bouscule en passant. Et vue que je suis toute petite, je m'écrase contre le mur d'à côté. Bon heureusement pour moi, je ne suis jamais concentré dans ses moments là. Avec mon pouvoir je n'aurais jamais finis de tomber au sol. Mais là je ne pense pas qu'il m'a vu. J'en profite pour sortir de mon sac un journal. Il contient a peut prêt tout mes secrets, mon enfance ou des trucs dans le genre. Je ne sais même plus ce que je marque à force de ne plus le toucher. D'ailleurs, il faut que je relise toutes mes notes juste pour m'amuser. Je commence à me plonger dans les premières pages et d'un coup, je sens une présence derrière moi. Je n'ai même pas le temps de ranger mon journal que je ne l'ai déjà plus dans les mains. Lüka… Encore lui…
Revenir en haut Aller en bas
Age : 21
Clochettes : 204
Date de naissance : 24/05/1997
Messages : 35
Date d'inscription : 14/11/2017
Localisation : Au bar of course

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Ven 22 Déc - 0:34
REDONNE MOI CA
Une nouvelle journée débutait sur Monokuro alors que l'hiver avait enfin pointé le bout de son nez retapissant le pensionnat d'un manteau de poudre à la couleur pur et éclatante tandis que l'air s'embrasait d'une fraîcheur hors du commun venant titiller les pommettes de ses victimes. Lüka comme à son habitude passait le plus clair de son temps à chercher la merde un peu partout, on aura pas d'autre terme pour le décrire. Le pire c'est qu'on lui demandait une certaine assiduité en classe.. Non mais on est d'accord, vous voyez Lüka être assidu en cours ? Pourtant il en était bien obligé. N'ayant pas le luxe de pouvoir défier le directeur il avait eu la grande tâche d'être un minimum présent en cours mais aussi d'aider Cagally dans toutes les tâches ménagères et administratives où elle aurait besoin de lui. Non pas que la compagnie de la belle féline lui déplaisait, on va pas se mentir c'était tout de même un beau bout de femme mais alors lui demander d'effectuer des tâches dont il en avait clairement rien à battre... Du grand luxe c'est sur.

Alors qu'il était en pause, Lüka avait décidé de faire un tour vers la cour extérieur du pensionnat histoire de prendre l'air et de profiter de ce splendide nouveau décor qu'offrait l'hiver. Il affectionnait cette saison, la fraîcheur et la beauté des paysages ravivaient ses sens au plus au point. Alors qu'il venait à peine de rejoindre la cours il croisa la petite Émilie. Au dieu seul sait comment rendre cette gamine folle de rage l'amusait (bon après rendre fou n'importe qui ça l'amusait) mais le fait qu'elle soit en plus  aussi réceptive à ses attaques rendait la tâche encore plus plaisante. Lüka c'était un peu (voir carrément) le type de mec insupportable et désagréable qui prendra toujours un malin plaisir à défier quiconque éveillera sa curiosité. À pousser à bout nerveusement la personne jusqu'à la voir quémander pour avoir le droit à une pause de clémence histoire de remettre ses idées en place et d'apaiser ses nerfs si fulgurants face au jeune lion.

Parfois il se demandait dans quel but est ce qu'il se montrait si méprisable envers les autres. Une façon de rejeter sa haine sur les autres ? De leur cracher à la gueule pour mieux les éloigner ? Être un connard c'était pas toujours facile à vivre et par moment le jeune lion s'étonnait lui même à se questionner sur la route qu'il avait prise. Il avait emprunté tout les chemins néfastes possible sans se rendre compte de l'ampleur de la chose et avait prit goût à cette vie de dépravation et de solitaire. Enfin, solitaire était un bien grand mot quand on pense qu'il avait bien une seule personne qui le rendait si différent de ce qu'il était : Nicephore. Mais étrangement, lorsque ça concernait d'autres personnes que son jeune fiancé son côté docile et attentionné disparaissait pour laisser place à une froideur et une nonchalance hors norme. Après son passé, il avait décidé que plus jamais il ne laisserait quelqu'un pénétré dans sa bulle. Elle en était devenue impénétrable et incassable .. Sauf pour Nicephore, bien évidemment et c'était presque à se demander si il était si chanceux que ça, parce que bon supporter le jeune lion relevait quand même d'une certaine patience en soit même si ils se complétaient quand même merveilleusement bien.

Ce jour là, Lüka se sentait d'une humeur volcanique. Il avait déjà pour habitude de bousculer la jeune Émilie lorsqu'il la croisait, histoire de bien lui rappeler son infériorité et à quel point il ne la voyait que comme un microbe insignifiant comme les autres. Elle était là ; délicieusement éloignée entrain de feuilleter les pages de son bouquin qui semblait curieusement bien intéressant. Serait – ce un journal intime ? Ouh voilà une bien vilaine erreur de lui mettre ça sous les yeux. Esquissant un sourire des plus malicieux alors qu'il s’avança discrètement vers la jeune fille et lui arracha son journal des doigts sans aucune once d'hésitation.

« Salut la morveuse, alors on fait quoi on feuillette son petit journal intime ? » Relâcha t-il dans un ricanement narquois alors que sans aucune gêne il s'empressa de découvrir les écrits de la gamine. Il posa une de ses mains sur son front, histoire de la retenir à l'écart afin de s'occuper de son bouquin tranquillement n'hésitant pas à se moquer un peu plus d'elle.

« C'est tellement ridicule d'avoir un journal... Tu fais quoi dedans tu pleurniches de ta petite vie si misérable ? Tu me diras quand on est un microbe dans ton genre ça doit pas être facile tout les jours.. » Ajouta t-il toujours avec ce rire moqueur et dédaigneux. Il prenait vraiment un malin plaisir à l'enquiquiner, après tout elle l'avait cherché.. Fallait pas rester aux yeux de tous avec son journal intime comme ça, c'est offrir le bâton pour se faire battre ça.

Au fil de sa lecture, il découvrit de multiples choses. Comme son passé par exemple. Bon bien sur il n'y avait pas que ça, on y retrouvait toutes les habitudes des meufs dans leur journal et leurs complaintes récurrentes. Mais son attention se porta un peu plus sur le passé douloureux de la gamine. Au fur et à mesure qu'il en découvrait davantage il ne pouvait s'empêcher de se remémorer le sien qu'il s'était pourtant juré de ne plus jamais y penser. Cette douloureuse blessure qu'il avait au fond de son cœur, cette vengeance qu'il trouvait pourtant inachevé et tout ce qui avait fait qu'il était devenu ainsi. Soudainement, il ressentit un léger pincement au cœur. Après tout, il restait humain et au delà de son attitude de pire connard arrogant et sans pitié il y avait tout de même un cœur. Blessé, mais bien présent. Mais admettre qu'il pouvait éprouver une once de clémence pour la gamine le rendait nerveux. Comme si lui allait si facilement devenir doux et attentionné envers n'importe qui... Déjà que c'était pas facile de se supporter ainsi quand il se trouvait en compagnie de son fiancé, mais alors avec les autres faut pas rêver non plus. Alors comme à son habitude, il relâcha la pression et fit abstraction de ce qu'il avait pu lire. Sèchement, il lui balança son journal et haussa les épaules avec un petit air de provocation.

« Ouais, t'as vécu des choses moches et alors ? Tu comptes continuer à pleurnicher comme une gamine dans ton coin ? Va falloir grandir un peu, les gens n'en ont rien à foutre de tes pleures et de tes peines. J'aurai presque de la pitié pour toi. »
C’était mauvais et c'était gratuit. Franc et brutal. Mais c'est ce qui faisait le charme du jeune lion, impénétrable et impitoyable. Espérer une attitude plus attentionnée et plus empathique aurait été une grosse erreur de sa part, après tout on ne dompte pas un lion du premier coup. Avoir de l'attention voir une once d'importance pour notre félin nécessitait de la patience, de la persévérance et surtout du temps. Puis au fond, il pensait ce qu'il disait. Bien qu'à défaut de le montrer, il ressentait tout de même une certaine culpabilité et un léger pincement au cœur qui le titillaient de l'intérieur. Mais hors de question de laisser quoi que ce soit paraître, même si les portes ne lui étaient pas totalement fermées ce serait aller à l'encontre de ses mœurs que se dévoiler docile et aimant comme si de rien était. Comme si il n'en avait pas rien à battre. Comme si ce n'était pas un connard. Et oui, les connard ça fait mal, ça brule et à force de s'y frotter on s'y pique.
Informations

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Mar 2 Jan - 18:25
Invité
[HRP : je crois que tu as trouvé plus lent que toi ! :) ]

Je n’ai juste qu’a me retourner pour voir Lüka… Mon journal m’a fuguer des mains et je ne peux rien faire. Sa main me tient le front mais je sais d’avance que résister n’est pas utile. Je me sens faible par rapport à sa taille mais niveau caractère et force, ne t’inquiète pas pour moi. Il s’est forgé pour toute épreuve même si certaines restes assez dures. Je reste fixe, en train de me faire un torticolis pour pouvoir regarder Lüka dans les yeux.  En faite, pourquoi je le regarde ? Ce n’est qu’une ordure après tout . Mais le fixé des yeux et comme lancé un défi et montré sa supériorité. Donc je continue. J’ai tellement envie de lui en mettre une ! Je ne sais pas comment je fais pour ne pas cédé à cette tentation.
Il prend même un temps pour lire mon journal qui na pas une très grande importance pour moi. Que c’est sympa de sa part ! Prêter de l’importance pour une fille comme moi, c’est tellement gentil ! Je sais qu’avec lui, se sera plus de la moquerie qu’autre chose mais c’est quand même me donner de l’importance.
Je suis pas comme toute ses filles qui vont sous leurs couvertures, tremper le matelas de larmes et écrire pour apaiser la douleur. Mais souvent, ce qu’elles écrivent n’est qu’une plainte pour assoiffé un besoin. Moi, c’est juste pour écrire, le bonheur des mots, des phrases poétiques.

Il m’adresse la parole avec sa voix grave. Je ne réponds pas à tout, d’ailleurs se qu’il dit ne m’intéresse franchement pas.
D’une voix assez mielleuse je répond :

-Je ne pleurniche pas. Je suis même très heureuse de tout se qui a peut arrivé au cours de ma vie. Peut-être que, pour toi, c’est misérable, mais pour moi c’est un pur bonheur. Même si c’est douloureux parfois, j’en sortirais toujours avec le sourire.

*Tiens, je ne me suis pas énervée. Pourtant Lüka fait partie des personne qui m’énerve le plus… Enfin bref* pense ai-je

Au fond de moi, j’ai envie de sortir les crocs, de laisser mon côté panthère prendre le dessus. Pour l’instant je me contrôle. Il ne faut surtout pas que je montre de la faiblesse avec cette… chose en face de moi. En disant que je vis un pure bonheur, ce n’est pas un mensonge. J’adore ma vie, les misères qu’elle à peut me créée, la colère souvent, la tristesse parfois. Mais j’en reste heureuse ! Beaucoup de gens sont comme moi. Ils ont vécu pareil, ou pire que moi. Et on en rit presque tous. Je me moque bien des gens qui me critiquent, eux ne savent pas ce qu’est la douleur. Je suis sûre que, si on leurs donnent ma vie, ou de quelqu’un d’autre, ils se seraient déjà suicidés !

Je sens une sorte de liberté au niveau de mon poignet gauche. Quand j’y jette un coup d’œil, je m’aperçois que c’est le bandage de se matin que j’ai mal fait. Merde… Pourquoi l’ai-je négligé celui-là. Au lieu de récupérer mon journal je m’attarde sur mon poignet. Personne ne doit voir les dégâts que j’ai fait subir à ma peau. Je lève mon bras vers mon ventre et je commence à resserrer ce foutue bandage. Rien à faire que Lüka soit encore devant moi pour le refaire. Il serait en train de parler, ça aurais été un manque de respect mais j’aurai continué quand même. Personne ne doit voir mes multiples cicatrices de mutilation ! Mon journal serait en train de brûler, j’en aurai rien a faire.

Mais attend… Lüka à lu mon journal. Ça veut dire qu’il sais pour ma mutilation. Et merde… Je vais encore être saouler… Pitier qu’il ne me mette pas de baffe pour mettre fais ça, comme mes proches ou mes rares amies...
Revenir en haut Aller en bas
Age : 21
Clochettes : 204
Date de naissance : 24/05/1997
Messages : 35
Date d'inscription : 14/11/2017
Localisation : Au bar of course

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Ven 5 Jan - 8:11
REDONNE MOI CA
Elle avait du tempérament la petite, Lüka ne pouvait pas dire le contraire. Derrière ses petits airs de gamine innocente et fragile comme une chips se cachait une personne qui semblait avoir plus de tripes que certaines. Il l'observa un moment sans rien dire, un peu de haut en bas avec un regard dominant et dédaigneux à la fois. Au fond elle lui rappelait un peu lui ; un passé merdique, des blessures qui ne sont pas refermées et une volonté de surmonter tout ça avec force et la tête haute. Bien qu'ils n'aient pas emprunté le même chemin au fond c'était du pareil au même à la seule différence que Lüka lui avait cette sensation en plus de vengeance inachevée. Il avait choisi d’emprunter un chemin bien plus sombre que celui de Émilie, entremêlant déchéance et mauvaise attitude. Elle ne c'était semble t-il pas tourné vers la haine. Elle avait même décidé de garder la tête haute à toute épreuve sans pour autant dévier sur un chemin plus obscure. Au fond le jeune lion ne savait pas sur quel pied danser, devait-il continuer à lui cracher littéralement à la gueule ou alors prendre un chemin un peu plus -doux- ?

Bon, doux ça serait un peu beaucoup trop compliqué. La seule personne avec qui il se permettait d'être doux était son fiancé, et en face de lui ne se tenait pas Nicephore mais belle et bien Émilie. Se supporter doux et attentionné envers une personne c'était déjà trop, alors deux … Faudrait pas trop déconner quand même. Il passa une main dans ses cheveux, grattant son crâne en détournant le regard d'un air froid et distant. Il avait toujours eu cette attitude froide, réservé, hautain et distant à la fois. C'était un peu monsieur j'en ai rien à foutre de tout, avec sa petite faiblesse que l'on connaît tout. Depuis son passé, il était presque devenu insensible. Ou en tout cas il prétendait l'être. Peut être que au fond il avait juste plus aucune envie de donner pour mieux éviter de souffrir une nouvelle fois. À quoi bon s'attacher à des personnes alors qu'on risque de les perdre à n'importe quel moment. Nicephore faisait certes l'exception et il ne pourrait ni l'admettre ni l'assumer mais jusqu'où est ce qu'il pourrait étendre son attention comme ça ?

Effectivement, il n'avait loupé une miette du journal. Il avait prit soin de tout bien lire, rapidement mais sûrement comme qui dirait. Chaque détails ne lui avaient pas échappé et il avait beau faire le méchant qui n'en avait rien à battre, certains détails ne pouvaient le laisser totalement indifférent. Une porte s'ouvrit alors. Très légère, discrète, ne laissant transparaître qu'un léger espace où même une petite sourie aurait bien du mal à si glisser. Mais bien présente. Il l'observait faire, remettre son bandage devant lui comme si il était aveugle. Grimaçant, il la laissa pourtant faire sans ajouter quoi que ce soit. Il savait très bien ce qu'il en était et c'était peut être le seul sujet qui arrivait à le toucher un temps soi peu. Surtout lorsqu'il repensait au fait que malgré tout ce qu'il avait pu lui dire de cassant et de violent, elle gardait sa petite voix mielleuse et ne l'attaqua pas verbalement en retour. Étonnant, faiblesse ou encore sécurité.. Lüka ne savait pas vraiment ce qu'il en était cette fois. Elle l'intriguait, pas au point de jouer au séducteur avec elle (trop enfantine à son goût) mais plutôt par son attitude qu'il trouvait presque incohérent.

Finalement au bout d'un certain temps de silence il attrapa le poignet concerné de la gamine et le redressa vers lui afin que son bandage défectueux soit bien en évidence devant lui. Histoire de bien lui montrer que ça ne servait à rien de se cacher devant lui. Par la suite, il afficha une mine froide mais bizarrement pas dans l'agressivité pour une fois. Juste froide, inaccessible, distante mais pas agressive.

« Ça sert à rien de cacher ça. Je ne suis ni idiot ni aveugle Émilie. » Répliqua t-il d'un ton sérieux et froid à la fois. Ce genre d'attitude ne lui plaisait pas. En réalité, ça l'agaçait plus qu'autre chose. Au delà de ses grands airs de -monsieur j'aime personne je vous chie dessus- il avait tout de même un cœur, totalement glacial et inaccessible mais présent à son grand désarroi.

« Ce n'est pas parce que le corps humain est une œuvre d'art que tu dois te l'abîmer ainsi. À quoi ça te sert dit moi ? Tu y trouves une satisfaction quelconque ? Tu sais quoi tu m'avais presque convaincu avec ton attitude forte. Mais c'est quand je vois ça que je me dis que tu n'as au final rien compris de la force. C'est faible Émilie et complètement inutile. » Il gardait ce ton calme mais froid à la fois. Au fond c'était pas pour être méchant cette fois-ci mais bien parce que inconsciemment ça le touchait tout de même un minimum. Son air amusé, moqueur et dominant avait disparu pour laisser place à une atmosphère plus calme, sérieuse et froide.

Grimaçant une nouvelle fois, il relâcha un soupire d'agacement et retira son étreinte de son bras pour le lui rendre. Peut être qu'il lui avait fait mal en le prenant comme ça, mais ça il s'en foutait clairement. Il l'observait encore avec son regard froid et distant. Puis il passa une main dans la poche de sa parka, sortant son paquet de clope pour s'en griller une non loin d'elle. Bien qu'il se sentait fraîchement bien agacé, d'un autre côté son agressivité avait disparu. On peut dire que la gamine avait fait remonté son côté protecteur pourtant si bien dissipé en lui.

« Et puis, c'est moche. T'avanceras pas comme ça. Je vais pas t'en foutre une même si l'envie ne manque pas, mais je cogne pas les meufs et encore moins les gamines. Puis ça serait inutile, un peu comme ce que tu fais. » Il marqua un temps, laissant s'échapper un long soupire de relaxation et d'agacement à la fois. Bon allez, on va essayer d'être un temps soi peu empathique. Ca va être dur, mais bon comme on dirait c'est l'effort qui compte. Il haussa les épaules, détournant son regard fièrement et froidement à la fois alors qu'il rajouta alors simplement : « On va faire un deal. Tu arrêtes de faire ça et en échange j'arrête d'être méchant entre guillemets avec toi. Bon et de te pousser dans les couloirs aussi. C'est un bon deal, non ? » C'est bien Lüka, on avance ! Doucement mais sûrement comme qui dirait. Son regard restait détourné du sien, un air quelque peu nonchalant alors qu'il le laissa se perdre dans la beauté de l'hiver affichant vraiment inconsciemment un léger sourire.

« C'est beau cet saison de merde quand même. »  
Informations


[HRP : T'en fais pas va, moi ça change tout le temps ma fréquence de réponse ! ;) ]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  Terrain Vague :: les vieux dossiers-
Sauter vers: