Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant. ~ PV Yoon ♥

rédigé par Invité le Jeu 14 Déc - 4:06
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar

   

   
Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant

   
   


Une nouvelle journée débutait sur Monokuro alors que la belle Elÿana avait bien du mal à se remettre de la dernière soirée qu'elle avait pu passer en compagnie de Yoon. Quelques jours s'étaient écoulés depuis, laissant à la jeune féline le temps de se rendre un peu plus compte de tout ce qui avait pu se passer. Bien qu'elle avait prévu de tout mettre sur le dos de l'alcool, il y avait des choses qu'il était impossible de taire et de dissimuler sous des excuses inventées de toute pièce. Certes, l'alcool l'avait beaucoup -aidé- ce soir là mais elle était totalement consciente durant les événements et surtout responsable de ses actes. Les journées qui ont suivi cette fameuse soirée Elÿana avait décidé de rester dans ses draps, prétextant une gueule de bois des plus phénoménal et violente. Bon c'est sur qu'une gueule de bois qui dure autant de temps.. Y avait de quoi se poser des questions quand même. Mais elle avait surtout besoin de remettre de l'ordre dans son esprit, surtout suivant ce qui avait bien pu se passer. Pourtant elle passait ses nuits à tourner dans tout les sens enveloppée dans ses draps chauds... Ses pensées n'allant que vers une seule personne : Yoon.

Elle grimaçait. Surtout en pensant au fait qu'elle avait osé avoir le cran de lui voler un baiser pour mieux s'enfuir par la suite comme si de rien était et surtout comme si c'était tout à fait normal et banal. « À la limite.. Si tu voulais l'embrasser, fait le bien quoi sérieux meuf mais t'abuses en plus tu t'es barrée comme une merde tu vas lui dire quoi maintenant ? BON OK t'as souri, mais sérieusement quoi …. Bon courage pour assumer. » Pensait-elle fermement alors que rien que le fait de songer à tout lui donnait des papillons dans le ventre. Mais c'était étrange, c'était en même temps positif mais en même temps négatif. Dans le sens où c'était pas le genre de papillons dans le ventre qui vous donne cette sensation d'excitation et d'épanouissement. Certes il y avait un peu de ça on va pas se mentir... Mais tout était mélangé entre l'excitation, la satisfaction mais aussi la crainte qui se faisait de plus en ressentir. Surtout que bon, là il n'y avait plus l'alcool pour la couvrir. Dieu seul sait comment elle avait qu'une envie : s'enterrer dans un trou quelque part et que jamais on ne la retrouve.

Mais trêve de plaisanterie il était temps de sortir un peu de ses draps. Elle enfila des vêtements chauds en vitesse pour affronter l'arrivé de l'hiver dignement et s'empressa de remettre en ordre sa chevelure ébène sans oublier son anneau royale pour embellir son crâne avant de quitter sa chambre en direction de celle de Yoon. Si elle n'était pas capable de poser des mots sur ce qui avait bien pu se passer entre eux, elle était tout aussi incapable de rester loin de lui encore longtemps.

« Mmh... Je vais à la forêt là le truc bizarre dont tout le monde parle, tu m'accompagnes et c'est pas une question comme d'habitude hein. Je veux pas y aller toute seule. » Dit-elle d'un ton entremêlé d'autorité et de nervosité à la fois. C'était quand même un peu troublant de se retrouver à nouveau face à lui après ce qui avait pu se passer. Beaucoup trop sensible non de dieu.

Elle avait pu entendre parler de cette fameuse forêt des métamorphoses. On disait que tout les hybrides sans exceptions reprenaient leur forme animal ne laissant que leurs vêtements derrière eux. Il faut dire que sa description avait de quoi être alléchante surtout sachant que Yoon était humain, il n'aurait pas cette joie de devenir un loup à part entière. Bon Elÿana avait quand même beaucoup de mal à y croire, c'est peut être pour ça aussi qu'elle entraîna Yoon dans sa découverte matinale. Elle n'avait pas encore pris le temps de parler de la nuit dernière et pour le moment rien que le fait d'y penser et ses pommettes se mettaient à virer violemment à un rouge pivoine intense. Sur le chemin, elle ne pouvait s'empêcher de se mordiller la lèvre inférieure nerveusement alors que leur proximité pourtant si familière d'habitude lui faisait cette fois ci bien plus d'effet qu'elle ne le pensait. Elle n'arrivait pas à poser des mots à ses pensées et ses sentiments tandis qu'ils s'aventuraient encore plus loin vers la forêt. Leurs corps se rapprochaient inconsciemment et la jeune féline sentait sa nervosité et sa gêne brûler en elle. « Non mais sérieux meuuuuuuf mais allô ici la terre, réveille toi s'il te plaît ça fait peur là ! Non sérieux ressaisis toi s'il te plaît là ça urge » Songea t-elle tout en mordillant un peu plus fort sa lèvre inférieure.

« T'inquiète si je deviens un puma, je vais pas te dévorer. T'as pas assez de masse pour m'intéresser y aurait rien à bouffer, après j'espère pour toi que t'as pas de cookies sur toi on sait jamais ça peut toujours m'attirer...  » Lança t-elle d'un petit ton ironique et nerveux à la fois tout en gardant cette part d'autorité. Bien qu'elle était bien plus perturbée par sa présence qu'elle n'aurait pu l'imaginer la belle reprenait doucement du poil de la bête, et c'était le cas de le dire. À peine ils pénétrèrent dans la forêt qu'elle ressentit un puissant coup dans poitrine et sans même qu'elle n'eut le temps de comprendre ce qui se passait elle était devenue un puma à part entière. Des poils, des oreilles, une queue, un pelage.. Et un instinct animal très développé. C'était la première fois qu'elle ressentait quelque chose comme ça, son odorat était bien plus développé que sous sa forme d'hybride et tout ses sens étaient en pleins effervescence alors que ses vêtements déchirés traînaient autour d'elle. Ses yeux étaient d'un azur toujours aussi pur et perçant à la fois alors que tout son pelage était revêtu d'une couleur châtain des plus douce mais authentique à la fois.

Elle resta là, un moment en se demandant ce qui avait bien pu se passer. Inconsciemment, elle criait d'étonnement mais surtout de panique. « PUTAIN C'EST UNE BLAGUE NON JE SUIS VRAIMENT DEVENUE... UN PUTAIN DE PUMA » Elle était mélangée entre l'excitation et la déstabilisation... Non parce que c'est pas tout les jours qu'elle devenait un puma comme ça en fait. Contrôler tout ses instincts animal devenait de plus en plus dur, surtout en présence de Yoon qui empestait l'humain à pleins nez. Même si sa conscience était toujours présente un minimum il ne fallait pas négliger l'animal qui était en elle et qui dorénavant se tenait fièrement et majestueusement devant lui. Ses yeux se posèrent instinctivement sur lui alors qu'elle se tourna totalement vers lui, ses oreilles dressés sur son crâne alors que sa queue voltigeait lentement dans tout les sens comme un prédateur face à sa proie. Inconsciemment, Elÿana luttait contre elle même. Même avec tout les sentiments et l'estimation qu'elle éprouvait pour lui, ça relevait d'un réel défis d'apprendre du premier coup à se contrôler sous cette forme là. Au début, elle lui lança un grognement agressif alors qu'elle se cambrait vers l'arrière, prête à lui bondir dessus... Et c'est d'ailleurs ce qu'elle fit par la suite, se retrouvant rapidement les pattes sur lui et les crocs tout proche de son visage, écorchant légèrement son torse à travers ses vêtements à l'aide de ses griffes.

« Mais ça va pas la tête !!!!!!!! REVEILLE TOI OH » Pensait-elle fermement une nouvelle fois. « … Je suis sur lui là on pourrait le dire quand même... » Ouais bizarrement, juste le fait de penser à ça avait eu le don de remettre ses idées en place (ou en tout cas un minimum). Toute forme d'agressivité disparu soudainement, alors qu'elle se retira rapidement et s'éloigna d'une traite dans un grognement d'agacement. Ses émotions jonglaient entre la gêne de la position dans laquelle elle s'était retrouvée (même si elle est actuellement sous sa forme animal) mais aussi avec la culpabilité et l'angoisse d'avoir osé essayer de s'en prendre à lui. Sans même lui laisser le temps de lui adresser quelques mots elle décida de fuir instinctivement un peu plus profondément dans la forêt. L'air frais sur son visage et cette capacité de pouvoir courir comme un animal.. Rapide, léger, agile.. Ça avait quand même sa part de bien être et de beauté fallait l'avouer. Son instinct animal bouillonnait en elle alors que le plaisir de pouvoir se défouler ainsi redonnait de la chaleur dans son cœur si troublé par les événements et par … Yoon.

Sur son chemin, elle ne prêta pas attention à un obstacle qui se trouvait sur son chemin et n'ayant pas encore tout les réflexions qu'un animal pouvait avoir elle trébucha rapidement, s'écorchant la patte au passage alors qu'elle laissa un grognement sauvage et douloureux s'échapper dans sur le moment. Elle n'avait pas eu le temps d'aller bien loin, pas assez loin à son goût... Croiser à nouveau Yoon avait le don de la terrifier. Rongée par la culpabilité, la crainte mais aussi l'envie de le voir elle se rangea alors contre un arbre ramenant sa patte vers elle alors que instinctivement, comme un animal elle tenta d'apaiser sa plaie à l'aide de sa langue.

« Jamais il ne me pardonnera d'avoir osé essayer de l'attaquer...  Putain j'enchaîne les boulettes là c'est pas possible, comment je vais me sortir de là, qu'est ce que je vais bien pouvoir lui dire quand je vais le revoir. RAAAAAAAAAAAH J'EN AI MARRE PUTAIN. ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE. »Pensait-elle inconsciemment. « Ça m'apprendra à vouloir m’aventurer dans ce genre de lieu.. Allez c'est bon, je suis une grande fille je peux bien me débrouiller toute seule pour une fois non ? » Mais bien entendu, ce n'est pas comme si Yoon allait la laisser aussi facilement. À son plus grand bonheur.

   

codage de whatsername.
rédigé par Invité le Dim 17 Déc - 23:39
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
Nouvelle journée à Monokuro. Il ne s’était rien passé d’exceptionnel depuis la soirée qu’il avait partagée avec Elÿana. Cette soirée où il avait volé à son secours et l’avait ramenée, délicieusement blottie au creux de ses bras. Cette soirée où elle lui avait volé un baiser avant de retourner à sa résidence. Et il ne savait toujours pas qu’en penser.

Cela faisait belle lurette qu’ils se tournaient autour. Proches. Mais pas intimes. Méfiants l’un envers l’autre, mais incapable de se passer de l’objet de leur désir. Amoureux. Sans oser le dire. Comme si prononcer ces quelques mots concrétiserait ces sentiments qu’ils refusaient d’avouer. Et c’était peut-être un peu le cas au fond… Mais Elÿana avait fait un pas en avant, traversant cette frontière tacite qu’ils avaient tracée entre eux. Elle avait fracassé cette illusion qu’ils avaient maintenue depuis leurs retrouvailles. Et il se retrouvait depuis en terrain inconnu. Yoon ne savait pas sur quel pied danser. Que devait-il faire ?

Une part de lui avait envie de se contenter d’agir comme s’il ne s’était rien passé. Comme si cette soirée et ce baiser qu’ils avaient eu ne s’étaient jamais passés. Mais cela suffirait-il ? Ou plutôt serait-il capable de faire comme si rien n’était arrivé ? Probablement pas. Ou même, puisqu’il tentait d’être honnête avec lui-même pour une fois : impossible. Depuis qu’ils s’étaient séparés, il n’avait pas réussi à se sortir cette petite princesse capricieuse de la tête. Elle était là, envahissant ses pensées, monopolisant ses rêves. Il avait toujours le goût de ses lèvres sur les sienne. L’odeur de son parfum à son nez. Son rire cristallin et moqueur aux oreilles. Il se surprenait à la chercher du regard, à tendre l’oreille en espérant entendre sa voix. Il agissait tel un adolescent amoureux. Et en même temps refusait de le reconnaître, toujours aussi obstiné.

Il n’avait pas revu la demoiselle depuis cette nuit. Il savait qu’elle s’était protée pâle les derniers jours. Et il se doutait fort que ce n’était pas à cause de ce qu’elle avait bu mais bien parce que les mêmes pensées qui le hantaient en ce moment la perturbaient en ce moment. Vraiment, Yoon ne savait pas du tout que faire. Et puis elle, comment allait-elle réagir ? Depuis qu’elle l’avait embrassé, il se posait mille et une questions. Chacune en faisant naître une dizaine d’autres. Il échafaudait tout autant d’hypothèses, imaginait, spéculait et rêvait de ce qui pourrait bien arriver à s’en faire fumer le crâne et en avoir la migraine.  Et il ne trouvait aucune réponse. Si de réponse il y avait.

A nouveau, ce fut elle qui fit le premier pas. Yoon était trop prudent, elle le savait. Si elle ne venait pas le chercher, il aurait continué à s’interroger indéfiniment sans oser agir. Alors elle avait enfilé ses vêtements, s’était parée de sa couronne et était venue le voir. Yoon avait craint cette rencontre, tout autant qu’il l’avait impatiemment attendue. Dans ses paroles, aucun indice. Juste un ordre, un nouveau caprice, comme elle lui en faisait de façon régulière. Mais ses yeux jouaient une toute autre partition. Brillants de malice et d’appréhension, ils étaient sans conteste les reflets des siens. Quelle paire ils faisaient. Au diapason et en même temps aussi opposés qu’ils en étaient capables.

La petite princesse avait décidé de leur destination. La forêt voisine. Yoon avait entendu de nombreuses rumeurs sur cet endroit. Et il s’était bien rendu compte que la plupart des hybrides l’évitaient.  Simple superstition ? Possible. Mais il n’était pas idiot au point de prendre le moindre risque et de s’aventurer dans un lieu où sa couverture pourrait aisément être révélée. Et puis vu qu’ici à peu près tout le monde pouvait utiliser des pouvoirs incroyables, il allait laisser le bénéfice du doute à une forêt. Ce ne serait pas si étonnant que cela qu’un endroit pouvant vous métamorphoser de force existe dans un monde aussi fantaisiste que celui-ci. Il n’était du coup pas exactement très rassuré par leur destination. Mais il ne pouvait pas refuser la requête de la demoiselle. Il fallait qu’il parle. De cette soirée. D’eux.

Le chemin jusqu’à la forêt se fit en grande partie en silence. Un silence électrique. Yoon rêvait de le briser. Mais que dire ? Cette attirance involontaire entre eux était toujours présente. Il sentait son corps se rapprocher du sien sans qu’il en ait conscience. Il avait envie de la prendre dans ses bras. A nouveau. De goûter à ses lèvres. Encore. De pouvoir lui dire tout ce qu’il ressentait et voulait lui dire. Mais il en était incapable. Les mots ne venaient pas. Et il n’osait pas faire un geste vers la petite princesse. Là où elle osait faire un pas vers lui pour combler le fossé entre  eux, il faisait un pas en arrière. Effrayé ? Oui. Il était même terrifié. Lui, le petit garçon solitaire était juste effrayé d’aimer et d’être aimé.

A nouveau, ce fut Elÿana qui rompit le silence. D’une petite plaisanterie. Dommage pour elle, il avait laissé les cookies qu’il avait préparé au club de cuisine dans sa chambre. Il avait presque tout le temps un petit quelque chose à grignoter sur lui. Et quand il arrivait au bout de ses stocks, il les refaisait lors de ses séances de club. Mais là, il n’avait rien de bon sur lui. Elle n’avait qu’à venir jouer les goûteuses en cuisine si elle voulait profiter de ce qu’il cuisinait. Il aimerait encore bien pouvoir lui préparer tout un dîner aux chandelles…

Ils n’eurent pas à aller loin. A peine un pas dans la forêt qu’Elÿana se plia comme si l’on venait de la frapper dans le ventre. Yoon se tourna vers elle en fronçant les sourcils. Qu’est-ce qu’elle avait ? Mais avant qu’il n’ait le temps de réagir, la petite princesse avait laissé place à un puma. Un superbe animal. Yoon avait assez souvent eu le droit de côtoyer Keroro, son puma apprivoisé pour ne pas être trop effrayé par la bête qu’il avait devant lui. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être extrêmement méfiant. Elle était transformée en animal. C’était sa princesse… Mais elle était encore consciente de ce qu’elle faisait n’est ce pas ?

« -Ely ? Ca va ? » demanda-t’il, se tournant vers le puma devant lui, sa voix inquiète.

Elyäna se mit à pousser de petits cris-miaulements. Elle devait être en train de tenter de parler. Bon… Qu’est ce qu’il faisait maintenant ? Sa princesse finit par se redresser et le contempla. Elle avait belle allure dans sa forme animale. Avec ce côté sauvage, dangereux et indomptable des grands félins. Il aurait bien été époustouflé. Si elle ne l’avait pas regardé avec cette lueur au fond des yeux. Une lueur malicieuse, joueuse. Celle d’un prédateur devant une appétissante proie. Et si Yoon se faisait passer pour un hybride loup et non un gros lapin ou un campagnol, il n’était pas certain que Ely était en ce moment capable de faire une grande différence entre un appétissant gigot et sa personne. Il la vit se cambrer en poussant un petit rugissement. Elle s’apprêtait à lui sauter dessus. Il pensa bien un instant prendre ses jambes à son cou mais c’était trop tard, elle lui bondissait dessus. Il reçut le félin en pleine poitrine, tombant à la renverse tandis qu’il relevait par instinct les bras pour protéger sa gorge des crocs qu’il s’attendait à sentir  d’un instant à l’autre percer sa chair. Mais rien ne vint. Il était tombé dans l’herbe et avait le souffle un peu coupé par le poids du fauve sur sa poitrine, mais si ce n’était ses griffes qui avaient légèrement écorché son torse, il n’avait rien. Elÿana s’était reprise. Ou  alors elle lui avait joué un mauvais tour en lui faisant croire qu’elle ne se contrôlait plus. Il n’était pas trop sûr.

« Ely ? »

Avant qu’il n’ait le temps de l’attraper, le poids sur sa poitrine disparut et il n’eut que le temps de voir sa queue disparaître derrière un arbre. Se relevant d’un bond souple, Yoon se mit à courir derrière elle. Merde. Si elle partait trop loin qu’est ce qu’il allait faire ? S’il la perdait de vue, elle allait facilement se perdre dans les bois. Et bonne chance pour la retrouver ensuite. Il accéléra sa vitesse en jetant derrière lui des pièces, se propulsant avec elle en avant, manquant plus d’une fois de se prendre les pieds dans une racine ou un rocher et de rouler sur le sol. Mais par chance il finit par la retrouver. Assisse contre un arbre, en train de lécher une de ses pattes qu’elle avait visiblement écorché.

« Ely ? J’ai cru t’avoir perdue. »

Yoon s’approcha, continuant à lui parler d’une voix douce. Il agissait comme il l’aurait fait avec un animal sauvage. Il montrait clairement ses mains, avançant lentement vers elle, lui parlant d’une voix douce et calme.

« -Là là, je suis là. Ne t’en fais pas. Tu m’as bien eu juste avant. J’ai vraiment cru que tu avais finalement décidé de te passer de mes cookies et de me croquer moi. Allez, laisse-moi approcher. Je vais regarder ta patte. »

La contournant doucement, il vint s’agenouiller près d’elle, ses genoux près de sa tête tandis qu’il attrapa lentement sa patte. Ce n’était pas grand-chose. Et en la léchant, elle avait déjà délogé la terre et les petits graviers qui s’étaient logés dans la plaie peu profonde. Il s’assura que la plaie était propre avant de déchirer le bas de son haut. De toute façon avec son bond de tantôt, il était déjà plein des trous faits par ses griffes.  Il banda ensuite sa patte, faisant bien attention à ce que la plaie ne touche plus le sol lorsqu’elle reposerait sa patte.

« -Là. Je m’en suis occupé. Tu me comprends ma belle ? Ta transformation est des plus… impressionnante. Tu es devenu un splendide sacs de poils et de puces. »

Il avança doucement la main, venant maintenant la poser sur le haut de son crâne et entreprit de la caresser. Il était prudent, comme s’il tentait de caresser un chat sauvage capable à tout moment de griffer que cette main tendue vers lui et à l’autre de venir chercher des câlins.
rédigé par Invité le Lun 1 Jan - 20:59
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar

   

   
Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant

   
   


Le retour à l'état animal ; ça avait du bon comme du mauvais en soit. Une façon fulgurante de revivre à l'état pur, les sens en pleins émerveillement et l'air frais venant titiller le museau de notre belle puma. C'était étrange mais agréable à la fois, il y avait cette sensation de liberté indescriptible qui ravivait cette folie animal pourtant autrefois éteinte au fond de soi-même. Mais qui aurait cru que Elÿana vivrait ça avec Yoon à ses côtés, un humain (et ça pour empester l'humain y avait de quoi dans cette forêt). Son instinct animal avait surgit des profondeurs brutalement dévastant tout sur son passage et rendant la demoiselle agressive et prédatrice à la fois. Elle avait vu en Yoon tout sauf un amant à ce moment là, juste un morceau de viande fraîche excitant ses babines malicieusement et l'attirant sans qu'elle ne puisse y faire quoi que ce soit. Pourtant même si quelque part une part d'elle était toujours éveillée il lui était impossible de lutter contre sa partie animal qui ne faisait que hurler aux désirs bestiales. Et elle avait fait mouche, ça c'était le cas de le dire.

La culpabilité la rongeait. Elle avait eu le culot de bondir sur Yoon comme un prédateur sur sa proie et d'écorcher son torse avec ses griffes avant de s'enfuir comme une traîtresse. Son torse chaud et réconfortant qu'elle appréciait tant.. Elle l'avait déjà souillé de ses griffes et même si c'était involontaire de sa part il lui était impossible d'ignorer ce qu'elle avait fait. Elle avait beau avoir toute la fierté possible ainsi que cet air hautain à tout va lorsqu'il s'agissait de Yoon tout son être en était cruellement touché. Ainsi lorsqu'elle s'aventurait un peu plus dans la forêt, bondissant comme un chat en laissant toute son énergie déferlé sur son passage, la belle était bien mitigée. D'un côté il y avait cette excitation. Être un véritable puma, courir, bondir, rugir... C'était si agréable. Elle se sentait comme revivre, libre de toutes les contraintes qu'elle pouvait avoir, libre de tout le monde et libre de faire tout ce qu'elle voulait faire. Au fond, c'était presque comme si elle préférait être un animal qu'un hybride. Mais de l'autre côté il y avait ce petit quelque chose qui la ramenait à la réalité et la retenait à chaque bond. Yoon. Bon dieu comme elle se sentait niaise en y repensant, elle qui pourtant avait juré de ne plus jamais dépendre de quelqu'un hormis elle même. De vivre par soi-même et n'accorder d'importance qu'à sa propre personne pour mieux avancer sans aucune once de retenue. Elle se haïssait presque d'être devenue aussi enfantine et aussi émotive. Aussi dépendante et aussi niaise. Bien sur que l'idée d'être bien plus que proche avec Yoon ne la déplaisait pas, loin de là.. Mais changer ainsi, devenir ainsi c'était effrayant. Oui effrayant c'était le bon mot.

Comme elle avait envie de se terrer quelque part loin très loin et que jamais on ne vienne la déranger et la ramener à la réalité. Mais ce n'est pas comme si tout se passait normalement lorsque Elÿana était avec Yoon. Tout deux avaient un curieux don pour se mettre dans des situations.. Anormalement bouleversantes. Ensemble ils ne s’ennuyaient jamais et c'était le cas de le dire ; toujours ce petit quelque chose les mettant sans cesse à l'épreuve. La demoiselle avait presque l'impression qu'une force s'amusait à les tester continuellement, comme si il y avait rien de plus excitant que de les voir ainsi, si proche mais si loin à la fois. Toutes leurs aventures et leurs histoires respectives semblaient tout droit tirées d'un de ces vieux films d'aventures à l'eau de rose. Ce genre de film que Elÿana aurait eu pour habitude de fuir plutôt que de le vivre.

Si déchirant, si effrayant mais si attachant qu'il était impossible pour la belle puma de négliger et taire ses sentiments. Si elle pouvait ne serait-ce que les contourner pour mieux les éviter dieu seul sait qu'elle le ferait sans hésiter, mais impossible. Elle était si cruellement attachée à lui, si cruellement dépendante de ses sentiments pour lui. Bon dieu que c'était effrayant mais excitant à la fois. Mais alors qu'elle s'engouffrait un peu plus dans ses troubles voilà qu'il finit par la rejoindre. Étonnant non ?

Le pire c'est qu'il prenait les événements de façon calme avec cet air bienveillant se dégageant toujours autant de lui. Il s'en amusait presque. Lorsque son regard se releva sur lui, la belle puma se contenta de l'observer faire tout étant surprise par son calme et son attention à son égard. Au fond d'elle, elle se sentait fondre. Si proche. Il était si proche et si bienveillant à son égard, déchirant une partie de son haut pour mieux penser la plaie de la belle. Elle tourna son regard sur son torse qu'elle avait eu l'audace d'écorcher et lorsque son regard croisa ses plaies elle le détourna brutalement en relâchant un léger râlement. Même si elle s'en voulait, il était hors de question de paraître plus faible qu'elle ne l'avait été. Pourtant dieu seul sait qu'il lui était difficile de rester aussi réservé alors qu'au fond d'elle, elle brûlait d'amour et désir pour lui. Il était calme et doux, si.. Bouleversant.
« Tu m'énerves, putain que tu m'énerves pourquoi tu peux pas juste partir et me laisser.. »


Depuis cette fameuse soirée, Elÿana se sentait changée. Au delà du fait qu'elle avait eu l'audace de lui voler un baiser, il y avait eu ce petit quelque chose en plus qui les avaient chaudement rapproché. Poser des mots sur ce qu'elle ressentait lui était impossible et savoir comment agir par la suite encore plus. Elle était troublée et déboussolée à la fois. Tout son être lui criait d'un peu plus se réveiller, mais elle était bloquée entre sa tête et son cœur devenant presque maladroite dans ses gestes et ses paroles. Lorsqu'il avança sa main vers son crâne elle se laissait docilement faire. En même temps, bien qu'elle aurait voulu l'éloigner son corps ne lui obéissait plus. Et puis... Ce n'était pas si désagréable que ça.

Elle aurait voulu s'excuser, lui dire à qu'elle point elle n'était pas responsable de ce qui avait pu se produire et lui montrer comment elle s'en voulait. Mais toute bonne chose avait ses failles, et même si elle le souhaitait de plus profond de son être il lui était impossible de parler. Après tout, les animaux ne parlent pas... Même si elle avait le don de communiquer avec eux, elle était bien la seule a le posséder et ce n'est pas comme si il lui était possible de le partager avec Yoon.
Elle l'observa un moment, plongeant son regard sauvage dans le sien alors qu'il caressait si doucement son crâne. Intérieurement, elle ne pouvait s'empêcher de ricaner à ses paroles.
« Un sac de poils et de puces mais je t'emmerde fortement tu le sais ça ? Putain que j'aimerai pouvoir parler rien que pour te montrer que le gros sac de poils et de puces n'est pas aussi docile qu'il en a l'air. Tss. T'as bien de la chance que je puisse pas l'ouvrir et que ce soit toi. » Pensait-elle fortement alors qu'elle détourna une nouvelle fois son crâne sur le côté, grognant au passage comme pour lui montrer tout de même son mécontentement face à ses hypothèses.

Quelques secondes plus tard, elle finit par reposer son regard sur lui et dans un râlement de plus elle avança son museau vers son torse et le renifla légèrement. Puis délicatement, elle se laissa mener par ses envies et ses coutumes de félin et lécha nerveusement ses plaies pour mieux les nettoyer et les apaiser du mieux qu'elle pouvait sous ses conditions. Elle tenta d'abasourdir du mieux qu'elle pouvait sa gêne et ses pensées affolant tout son être et titillant un peu plus ses nerfs. Mais bon, c'était pas encore ça. Mais ça ne l'empêchait pas de faire les choses correctement, enfin... Ce qu'elle appelait elle correctement quoi. Avec de la gêne et de la nervosité qui la rendaient hésitante. Par la suite, elle vint déposer sa tête sur ses jambes dans un grognement de nervosité comme si elle avait envie de se crier dessus elle même. Sa façon de faire et tout ce qu'elle pensait actuellement ne pouvait que l'énerver et la titiller un peu plus. Elle ne savait plus trop quoi faire de plus, déjà qu'elle n'avait plus l’accès à la parole c'était bien plus compliqué de savoir comment réagir et quoi entreprendre dans ce genre de situation.

À force, elle retira sa tête de ses jambes et entreprit de se redresser machinalement. Rester planter là ne lui allait pas, elle devenait trop vulnérable à ses sentiments et avait presque l'impression de devenir folle face à tant de pensées saugrenues et bouleversantes. La belle avait bien conscience qu'il allait sûrement vouloir quitter la forêt pour mieux pouvoir converser avec elle. L'idée l'effrayait encore plus, elle n'aurait plus l'excuse d'être un animal sans faculté pour discuter. Elle devra prendre sur elle et assumer un peu. Et surtout, dieu seul sait quel type de sujet pourrait refaire surface...
« Si seulement je pouvais m'enterrer dans un coin et ne plus jamais en sortir. » Pensait-elle nerveusement alors qu'elle tourna son regard vers lui comme pour l'implorer de faire quelque chose. N'importe quoi. Juste qu'elle se sente un peu moins... Idiote...
   

codage de whatsername.
rédigé par Invité le Ven 5 Jan - 22:54
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
Yoon avait encore un peu de mal à faire le point, les choses s’étaient enchaînées à toute vitesse après tout. Mais maintenant qu’il caressait la tête de Ely devenue une jeune puma dans toute sa splendeur, il avait un peu de temps pour se remettre les idées en place. Récapitulons donc, ils étaient arrivés dans la forêt et sa jolie princesse s’était d’un coup transformée en son animal fétiche. Il aurait dû s’y attendre et pas jouer les sceptiques. Depuis qu’il était tout petit il avait été plongé dans ce monde où des hybrides régnaient en maître, où les humaines étaient des esclaves ou le prochain repas au menu, et où l’on pouvait développer un pouvoir. Mais non, Yoon avait voulu jouer au plus malin et ne pas croire en de simples rumeurs. Et il se disait prudent ! Bon si, il n’avait pas été totalement rassuré par le choix de leur destination, mais il n’avait pas protesté non plus. Il aurait peut-être du au final.

Ou peut-être pas… La transformation de sa petite princesse l’avait surpris. C’était une chose que d’en entendre parler, mais c’en était tout une autre que de le voir se produire devant soi. Et se retrouver face à un grand félin qui vous reluquait comme un juteux morceau de viande n’avait pas été la meilleure expérience qu’il ait jamais vécue. Surtout quand elle lui avait sauté dessus.

Les légères griffures que ses griffes lui avaient infligées n’étaient pas douloureuses. D’ici quelques jours, il n’y aurait plus rien. Et cela n’avait presque pas saigné. Il était plus égratigné que véritablement blessé. Mais il avait tout de même été totalement incertain de sa petite princesse pendant quelques secondes. Et pour être tout à fait honnête, il doutait qu’elle ait été consciente de ses actes jusqu’au moment où elle lui avait bondi dessus. Cela avait peut-être été un accident. Elle n’avait pas mesuré sa force, ou oublié de faire attention à ses griffes. C’est en tout cas ce qu’il allait faire mine de croire. Mais il se doutait bien au fond qu’elle avait perdu le contrôle pendant quelques dangereuses secondes.

Yoon connaissait assez bien sa petite princesse pour le déduire de son comportement. Si elle avait voulu lui jouer un mauvais tour, elle ne se serait pas enfuie juste après, ne lui laissant que la vue de sa queue féline disparaissant entre les arbres. Et si cela avait été un simple accident, elle se serait inquiétée pour lui et aurait tenté de s’excuser. C’est parce que sa part bestiale avait pris le dessus et probablement qu’elle craignait de perdre à nouveau le contrôle sur son corps animal qu’elle avait fui. Ou alors elle avait juste assez  de contrôle pour se retenir de le croquer, auquel cas c’est un fauve qu’il poursuivit dans la forêt.

Malgré tout, il l’avait rattrapée. Il n’aurait sans doute pas réussi si elle ne s’était pas fait mal à la patte. Elle était toujours aussi maladroite sous sa forme de puma on dirait. Mais c’était adorable en un sens. Et grâce au contact qu’il initia ainsi, prudent mais ferme, il put se rendre compte qu’elle avait bien gardé ses esprits. Elle devait en conséquence bel et bien être juste honteuse de ce qu’elle avait fait. Coupable ? Il aurait bien aimé voir l’air qu’elle aurait eu sous forme humaine. Probablement un petit air pincé adorable, refusant de croiser son regard mais om il aurait pu décerner au fond de ses yeux qu’elle était vraiment inquiète. Un lueur d’excuse et de reproche dans son regard qu’il aurait pu effacer d’un geste doux.

A la place, il s’était retrouvé à bander sa patte et à la pousser à venir s’allonger sur ses genoux. Et il se retrouvait du coup avec un gros sac de poil l’empêchant de bouger les jambes maintenant qu’elle était confortablement couchée dessus. Au moins son corps chaud contre le sien le réchauffait. Les températures n’étaient pas très hautes après tout.

Maintenant qu’il avait réussi à rattraper Ely et à la calmer un peu, Yoon pouvait réfléchir plus posément. Il aimait sentir ses doigts passer dans son pelage, comme il aurait adoré les passer dans ses cheveux. Geste qu’il s’interdisait, ne sachant pas comment il serait accueilli. Craignant aussi qu’on le voie faire. Il voulait éviter ragots et rumeurs. Les langues auraient vite fait de se délier si on les voyait trop souvent ensemble ou se montrer trop proches. Lui un simple roturier avec une princesse ? Impensable…

Et pourtant, qu’est ce qu’il aurait aimé… Mais ce genre de contact était probablement le seul qu’ils pouvaient se permettre. Du moins tant qu’ils n’auraient pas décidé de s’afficher au grand jour comme un couple et qu’ils continueraient de se tourner autour sans oser s’y risquer. Mais il avait pourtant tellement de choses à lui dire. Des mots qu’il osait à peine penser et surement pas murmurer. Des sentiments qui faisaient battre son cœur follement et sur lesquels il peinait seulement à mettre un nom. Des émotions folles qui lui donnaient tout à la fois de chanter courir et danser lorsqu’elle était présente et lui lançait un petit sourire fier et charmant et qu’il voyait ses yeux s’illuminer quand elle le voyait. Il avait envie de faire mille et une choses avec elle. De sortir avec elle, de danser, de lui tenir la main et de l’embrasser. Il n’était pas idiot. Il avait eu le temps de se rendre compte des sentiments qu’il éprouvait et des envies qu’il nourrissait. Mais entre fantasmes et actes, il y avait un pas qu’il n’était pas prêt à franchir. Pas encore. Mais un jour peut-être…

Il rit doucement lorsque Ely-puma tourna la tête. Elle était très expressive mine de rien, même sous cette forme. Il avait bien compris qu’elle boudait. Ou du moins détournait fièrement la tête, refusant d’accepter l’idée qu’elle puisse avoir des puces et lui faisant clairement connaître son mécontentement. Quelle que soit sa forme, elle savait se faire comprendre on dirait.

Ely finit par lécher ses plaies. Il n’y avait pas vraiment besoin. Ce n’était presque rien. Le contact de sa langue râpeuse, comme celle d’un chat, sur ses plaies était… étrange. Mais il comprenait l’intention. C’était sa façon de s’excuser. De vouloir réparer un peu ses erreurs. Adorable. Lorsqu’elle reposa sa tête contre ses jambes, il revint la caresser. Il n’en avait pas souvent l’occasion, alors il comptait bien en profiter. Même si elle était sous forme de puma.

"-Ne t'en fais pas princesse, ce ne sont que des égratignures. Et puis j'aurai peut-être ainsi une excuse pour que tu viennes panser mes plaies déguisée en infirmière ?" lança-t'il d'un ton amusé, bien qu'imaginer Ely ainsi vêtue avait de quoi lui donner des idées qu'il aurait peut-êtremieux fait de ne pas avoir.

C’est la demoiselle qui finit par briser ce moment de câlin étrange, teinté de magie mais aussi de tendresse. Elle se leva. Il la devina troublée. Tout comme il devait l’être. Tellement de sentiments qui se bousculaient en lui. De mots qu’il rêvait de dire tout haut sans oser les prononcer. De quoi en avoir la tête qui tournait et ne plus savoir sur quel pied danser. Au fond, ils savaient bien tous les deux quel genre de sentiments l’autre nourrissait à leur égard. Mais ils étaient bien trop préoccupés pour oser faire le premier pas. Lui par le maintien de son déguisement et la crainte de causer à nouveau du tort à la féline. Elle parce qu’elle ne voulait plus se lier et risquer d’être blessée. Mais malgré toutes leurs résolutions, ils ne pouvaient tout à fait faire taire les sentiments qu’ils ressentaient l’un pour l’autre.

Elle finit par se tourner vers lui. Le regard qu'elle lui lançait était un appel à l'aide silencieux. Fini le moment câlin. Il soupira doucement et se releva d’un bond. Il ne  pouvait pas la comprendre sous cette forme, mais il devinait plus ou moins ce qu’elle voulait. Elle avait perdu ses repères. Elle ne savait plus sur quel pied danser. Et pas seulement à cause de la transformation. Leur relation était le centre du problème. Mais il n'avait pas vraiment de réponse à lui proposer. Que lui dire ? Elle semblait le comprendre. C'était déjà cela.

«-Les rumeurs concernant cette  forêt n’étaient pas juste des rumeurs finalement. Tu me diras quel effet cela fait d’être un puma ? » lui lança-t’il avec un sourire de connivence.

Il se dirigea dans la direction approximative d’où ils étaient venus. Il serait peut-être temps pour eux de rentrer. Ou au moins d’avoir une petite explication. Pas à cœur ouvert. Pas encore. Mais ils pouvaient au moins évoquer cette soirée… Celle où elle lui avait volé un baiser. Et les sentiments qu’ils commençaient à ressentir l’un envers l’autre. Un peu. Un tout petit peu pour faire un premier pas vers l’autre. Il avait tellement envie de combler ce fossé entre eux. Alors même qu’il s’efforçait en même temps et paradoxalement de continuer à le creuser de peur qu’ils ne se rapprochent. Actions contradictoires avec ce qu’il voulait vraiment.

« -On sort ma belle ? je ne sais pas combien de temps ta transformation va durer… Peut-être aussi longtemps que tu es dans la forêt ? Ou alors il y a un délai après lequel tu retrouves ta forme hybride ? » Il la questionnait à mi-mots, prêt à tenter d’interpréter ses grognements. D’une certaine façon, il était persuadé que même sous cette forme il pourrait la comprendre.

Au fond, il tentait un peu parler pour combler le silence. Cherchant exactement quoi dire. Les mots justes qui étaient si difficiles à trouver. Comment exprimer ce qu'il ressentait ? Gérer leur situation si particulière ? Répondre à son appel de détresse ? Leur donner un but commun... Il n'était sûr de rien, mais il tentait au moins de paraître certain de ce qu'il faisait. Qui sait à force de donner le change, il réussirait peut-être à trouver une réponse. Sinon tant pis, il tâtonnerait. Avec Ely il espérait. Jusqu'à ce qu'ils trouvent une réponse. Et si elle ne leur plaisait pas, ils en chercheraient une autre. Il y avait une chose dont il était certain, alors même qu'il n'était sûr de rien d'autre c'est qu'il ne voulait plus la perdre. Pas une deuxième fois. Il ne voulait plus être la cause d'une telle douleur chez sa jolie princesse. Il voulait plutôt être une source de joie et de sourires chez elle. Il voulait qu'elle rayonne et ronronne. Cela au moins il en était certain.
rédigé par Invité le Dim 14 Jan - 5:14
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar

   

   
Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant

   
https://www.youtube.com/watch?v=E1EVoAaJFbE
Avec une nouvelle chanson ~

   


Elÿana se sentait comme.. Gênée. Très rapidement, une atmosphère bien plus douce et aimante s'installait entre eux alors qu'il y avait à peine quelques minutes elle se revoyait entrain de le lui bondir dessus tel un félin prédateur chassant son prochain repas. Elle pouvait encore ressentir ce désir bestial en elle, cet instinct animal qui lui tiraillait l'estomac sans aucune once de pitié. Rien que de se remémorer ce passage lui laissait un goût amer au fond de sa gorge. Ce n'était pas elle, ou du moins c'était bien son corps mais il avait été guidé par autre chose, quelque chose de bien plus puissant que sa propre volonté. Pourtant n'y a t-il pas plus puissant que sa propre volonté ? En découvrant ce nouveau sentiment, la demoiselle ne pouvait qu'en être terrifié. Surtout que rien n'était encore joué, les cartes étaient toujours en jeux ainsi à tout moment elle pourrait à nouveau être victime de cette pulsion incontrôlable et tenter de faire du mal à son aimé. Il lui fallait très rapidement quitter la forêt, rien qu'aller à la frontière de cette dernière devrait suffire à ce qu'elle retrouve son apparence d'hybride.

Pourtant accompagnée de cette gêne la jeune féline se sentait terriblement coupable. Elle n'arrivait pas à retirer cet épisode de son esprit, il était comme incorporé à son esprit et impossible de l'effacer ou en tout cas de l'apaiser. Bien qu'elle était conscience de n'avoir eu aucun contrôle sur son corps à ce moment précis, la culpabilité ne faisait que la ronger encore à chaque minute qui s'écoulait. Parcourant tout son corps jusqu'à aller tourmenter son esprit déjà bien trop encombré par des sentiments multiples. Serrant les crocs, elle l'observa un moment. Ne pas s'inquiéter ? Si seulement c'était aussi facile que ça. Déjà qu'elle avait bien du mal à placer des mots sur ses sentiments et des actes sur ses désirs, alors voilà qu'elle se mettait à faire des erreurs aussi violentes que ça. Comme si leur relation n'était pas déjà assez compliquée comme ça. Un pincement au cœur s'empara de la belle qui se sentait déjà tremblante à l'idée de devoir assumer une conversation avec Yoon à la sortie de la forêt. Bien qu'elle désirait plus que tout pouvoir reprendre sa forme d'hybride et ne plus être à la merci de cette pulsion bestiale au fond d'elle, elle aurait bien aimé ralentir un peu plus les choses histoire de lui laisser le temps de remettre de l'ordre dans son esprit. Bien que quelques minutes ne suffiraient sûrement pas.  

Il lui posait des questions auxquelles non seulement elle ne pouvait avoir de réponses mais en plus de ça coupée de toute forme de parole elle ne pouvait en aucun cas lui répondre. Et je ne pense pas que tenter des réponses en grognant l'enthousiasmait vraiment. De plus, Elÿana se sentait comme perturbée. Yoon semblait prendre la situation à la rigolade, comme si tout ceci n'avait pas grande importance alors que elle avait le don de se mettre dans un état bien plus préoccupé que le sien, et ça avait le don de vraiment l'agacé. Se rendait-il compte de ce que cela signifiait pour elle ? De toute la culpabilité qui la rongeait ? Et que entremêlé à ça se trouvaient ses sentiments intenses qu'elle éprouvait pour lui qui venaient se battre dans son esprit avec tout le reste ? Son mauvais caractère resurgissait alors qu'elle se sentait terriblement agacé par la situation. Lorsque quelque chose la perturbait autant, elle ne pouvait que répondre par l'attaque. Comme ce soir là, lorsque Yoon avait traversé toute la ville pour venir la sauver et qu'elle l'avait envoyé boulé au début. Il lui faut du temps pour s'adoucir, n'oublions pas que la demoiselle était d’ôté d'un caractère des plus volcanique. Même pour lui ce n'était pas aussi facile de l'effacer d'un simple geste.

Déjà qu'elle c'était découverte une nouvelle facette avec lui, bien plus tendre, bien plus douce et bien plus aimante.. Alors l'adopter à tout va l'effrayait au plus au point. Pourtant, au plus profond d'elle dieu seul sait à quel point elle le désirait. Elle se voyait même surprise d'avoir des envies aussi déviantes par moment pour le jeune homme, et rien que le fait d'y penser et la voilà toute déboussolée une nouvelle, tournant rapidement son regard alors qu'il s'approchait d'elle. C'était décidé : ils allaient sortir de la forêt.

« Putain je veux pas.. Qu'est ce que je vais pouvoir lui dire ? Mais en même temps je ne peux pas rester comme ça, je me sens tellement rongée par cet instinct il faut impérativement que je quitte la forêt. Mmh... Merde alors.. » Pensait-elle fermement alors qu'elle entama le pas à ses côtés. D'un autre côté, il n'y avait pas que des mésaventures dans cette forêt. Elle avait pu découvrir de toutes nouvelles choses comme premièrement sa forme animale et tout ce qui va avec. Que c'était agréable : un sentiment de liberté indescriptible, elle se renvoyait gambadant entre les arbres, bondissant comme un prédateur, sa queue fouettant l'air frais qui rafraîchissait tout ses sens. Ses sens... C'était le meilleur : totalement décuplés suivi d'un désir de courir lui prenant les tripes à grandes mains. C'est bien le seul bon sentiment qu'elle retiendrait de cette escapade, avec ce petit moment de soin avec Yoon juste après. Mais revenons à nos moutons.

Alors que Elÿana puma avançait tranquillement aux côtés de Yoon elle voyait ce terrible moment se rapprocher de plus en plus. Son esprit était totalement chambouler par ce qui allait suivre, surtout qu'elle redoutait énormément les sujets qui pourraient en sortir. Un sujet en particulier. Comment pourrait-elle expliquer ce qu'il lui a pris de l'embrasser l'autre soir ? Qu'est ce qu'elle allait bien pouvoir dire ? « Putain je me suis mise dans une merde pas possible... Qu'est ce que je vais bien pouvoir lui dire, putain je suis trop conne c'est pas possible mais qu'est ce qui m'a pris aussi de faire un truc aussi insensé et gênant !  Oui j'en avais envie c'est sur, mais putain l'expliquer reviendrait à parler de mes... De mes sent..Sen.. » Brusquement elle secoua la tête nerveusement. L'idée ne pouvait que la rendre encore plus nerveuse et tourmentée qu'elle ne l'était déjà. Par moment, elle se voyait relever son regard vers lui. L'observer, discrètement. Bon dieu qu'il était beau. Elle aurait bien de la chance si déjà il pouvait ressentir les mêmes sentiments à son égard. Elle savait qu'il était de nature froid, réservé.. Alors rien que de savoir que avec elle il se montrait bien plus expressif, ouvert, doux et attentionnée lui offrait un plaisir incommensurable. Elle se voyait comme favorisée, authentique à ses moments. Si seulement elle savait.  

Avant de quitter la forêt, elle profitait pendant la marche des sons que lui offrait la nature. Surtout que sous cette forme, c'était loin d'être identique que sous sa forme d'hybride. Apaisant, relaxant.. C'était si bon fallait l'avouer. Puis, l'endroit si redouté apparu. La frontière de la forêt. Tandis que Yoon l'avait déjà traversé, Elÿana elle hésitait. Son regard se perdait dans le sien alors que la terreur venait lui pincer le cœur ainsi que tourmenter son estomac. C'était trop tôt, trop tôt pour pouvoir réussir à tout lui dire. À répondre à ses questions, ses attentes.. Elle grimaça nerveusement alors qu'il semblait perturbé par son attitude. « Je … » Non il le fallait. Elle ne pouvait plus risquer de perdre le contrôle comme elle l'avait déjà fait. « Allez là putain ! T'es pas une mauviette ! Prends tes tripes à deux mains et affronte un peu les choses, t'es une femme une vraie montre lui ce que t'as dans le ventre, montre le que tu es forte et fière ! Montre lui à quel point il pourrait le regretter si il ne t'aimait pas à retour, montre lui ce qu'il laisserait passer allez bouge toi ! » Se redressant fièrement et d'un pas ferme, elle finit par quitter l'enveloppe de la forêt.

Et là, rapidement sans qu'elle puisse y faire quoi que ce soit elle retrouva sa forme d'hybride en un rien de temps. Comme si le maléfice c'était dissipé aussi vite qu'il était apparu. Mais voilà qu'un problème quelque peu.. Voir très gênant venait perturber ses « retrouvailles » : Ses vêtements eux n'étaient pas revenu. Lorsqu'elle c'était transformé, ses vêtements n'avaient pas du survivre à son apparence animal et devaient sûrement traîner quelque part totalement déchirés. Habituellement, les hybrides avaient pour habitude de prendre leurs bains ensemble, alors ça ne devrait pas la gêner de se retrouver ainsi sous les yeux de quelqu'un d'autre. Mais il ne s'agissait pas de n'importe qui, lorsqu'on ressent des sentiments pour une personne tout d'un coup ce n'est plus aussi naturel que ça devrait l'être... Ses pommettes virèrent brutalement à un rouge pivoine intense alors qu'instinctivement elle plaça ses mains contre sa poitrine et croisa les jambes fermement, mordillant sa lèvre inférieur tout en baissant nerveusement le regard, serrant les dents. Bon sang qu'elle aurait voulu se terrer dans un trou loin, loin de tout.
   

codage de whatsername.
rédigé par Invité le Sam 20 Jan - 22:20
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
Yoon était toujours aussi ébahi par la transformation de la petite princesse. La voir à ses côtés, devenue un puma redoutable était assez étrange. Mais en même temps il se sentait plutôt rassuré. Elle le comprenait, ou du moins semblait le comprendre. Et il avait même eu l’occasion de la caresser et de lui gratouiller le dos, de la même façon qu’il le faisait de temps en temps à Keroro. L’animal semblait apprécier, tout comme sa maîtresse maintenant.

Malgré son charme, ce moment tendre où la petite princesse s’était allongée sur ses jambes et où il avait pu caresser sa fourrure pendant quelques minutes avait pris fin. En partie probablement parce qu’il avait continué à lui parler, faisant seul la conversation. Ce n’était pas son genre d’ailleurs. En temps normal, Yoon était assez renfermé. Froid et distant avec la plupart des personnes, on ne pouvait pas dire qu’il était spécialement loquace. Il ne s’ouvrait guère qu’avec la princesse. Et n’était pas du genre à parler à des animaux. Mais il ne voyait pas le puma à ses côtés comme un simple animal. C’était sa petite princesse, juste avec plein de poils. Et puis lui parler, même si elle ne répondait que par grognements peu compréhensibles lui permettait de rester calme aussi.

Ils s’étaient mis en route pour quitter la forêt. Yoon n’avait aucune idée de la façon dont la transformation marchait. Durait-elle un temps défini ? La demoiselle devait-elle faire quelque chose de particulier pour retrouver son apparence normale ? Ou juste sortir de la forêt suffirait-il ? S’il en croyait les quelques rumeurs dont il se rappelait, c’était probablement le cas. Il croisait les doigts en tout cas pour que cela arrive. C’était encore la solution la plus simple tant que Ely gardait ses esprits.

Yoon suivait la trace de Elÿana. Féline jusqu’au bout des griffes, elle se déplaçait avec la grâce instinctive des grands félins. A pas de velours, elle trouvait des passages aisés, si bien qu’il n’eut même pas à éviter fourrés ou ronces. Elle se déplaçait ainsi sous la canopée tel une prédatrice, totalement dans son élément. C’était un joli spectacle. Mais il devait presser le pas pour qu’elle ne le laisse pas derrière. Arrivé à la lisière de la forêt, Yoon s’arrêta quelques instants, plissant les yeux pour les habituer à la clarté extérieure. Ely pour sa part continua jusqu’à traverser la frontière invisible la menant vers le pensionnat, et la faisant sortir de la forêt. Au même moment, elle se retrouva sous sa forme d’hybride. Aussi rapidement qu’elle s’était transformée en puma plus tôt, elle était redevenue elle-même.

Yoon  aurait dû normalement dû être rassuré de la voir se retransformer. Et au moins ils savaient ainsi qu’il suffisait bel et bien d’entrer ou sortir de la forêt pour se transformer. Mais il y avait un détail auquel il n’avait pas pensé plus tôt : les vêtements. Ceux de la demoiselle s’étaient partiellement déchirés plus tôt lors de sa transformation, et maintenant qu’elle avait retrouvé sa forme d’hybride, elle n’en avait en conséquence plus un seul sur elle. Surpris, Yoon ne put s’empêcher de la regarder, se sentant rougir jusqu’aux oreilles. Il était terriblement gêné. Mais en même temps la jeune princesse avait un corps dont elle ne pouvait qu’être fière.

Yoon savait bien qu’Elÿana n’était pas vraiment pudique. Comme la grande majorité des hybrides, elle n’avait aucun complexe vis à vis de la nudité. Lui-même, entraîné dans leur monde depuis sa plus tendre enfance avait appris à ne pas en être gêné, même s’il n’était pas aussi à l’aise que la plupart des hybrides qu’il avait rencontré. Mais il y avait une grande différence entre voir une parfaite inconnue nue, et voir la petite princesse pour laquelle il éprouvait de tendres sentiments. Et cela semblait réciproque puisqu’Ely tenta tant bien que mal de se cacher, visiblement gênée. Tellement mignonne !

Secouant la tête pour tenter de se remettre les idées en place, Yoon enleva précipitamment sa veste avant de s’approcher en la lui tendant, détournant la tête pour ne pas avoir l’air d’en profiter pour se rincer l’œil. Même s’il aurait honnêtement bien aimé.

« -Enfile cela avant de mourir de froid. »

Ils étaient encore en hiver en plus. Ce n’est pas comme si il faisait très chaud. Quand elle avait sa fourrure, elle n’avait pas dû ressentir la température, mais maintenant elle allait vite frissonner et geler sur place.  En plus le trajet de retour n’allait pas être simple. Sans chaussures et à moitié nue… Hors de question qu’elle rentre dans cet état. Donc soit il la raccompagnait, en utilisant son pouvoir pour éviter qu’ils croisent quelqu’un et qu’ils rentrent plus vite. Mais cela voudrait dire qu’une Elÿana très peu vêtue allait se retrouver blottie contre lui. Soit il filait lui chercher de quoi se rhabiller et se chausser. S’il devait choisir entre les deux choix, il avait une évidente préférence… Même s’il allait être terriblement gêné pendant tout le retour.

Il aurait bien aimé profiter de son retour à sa forme hybride pour lui poser de nombreuses questions. Qu’est-ce que cela faisait d’être un puma ? La transformation était-elle douloureuse ? Entendre ses impressions. Tout cela lui trottait en tête. Mais surtout, il y avait d’autres questions qu’il mourrait d’envie de lui poser. Pourquoi l’avait-elle embrassé ? Qu’est ce qu’elle attendait de lui ? Est-ce qu’elle aussi n’arrivait pas à s’empêcher de penser à l’autre ?

« -Hum… Ely ? J’avais plein de questions à te poser, mais je pense que cela attendra. Tu te souviens comment je nous ai ramené de l’Ageha ? »

Question purement rhétorique, cela s’était passé il y a quelques jours à peine. Elle avait beau avoir bu, elle n’était pas ivre au point de ne pas se rappeler ce qu’il s’était passé. Et puis elle n’avait pas intérêt, elle l’avait embrassé ce soir là. Hors de question qu’elle l’oublie. Et puis il avait des questions à lui poser à ce sujet. Des points à éclaircir. Toute leur relation en fait. Il reprit :

« -Je peux nous ramener de la même façon, ce sera plus rapide et évitera de te laisser geler sur place. Mais… »

La façon dont il rougit en terminant sa phrase était plus parlante du trouble qui le prenait que tout un discours. Déjà rien que la voir, juste vêtue de sa veste avait de quoi enflammer son imagination. Avec son petit air timide en prime, elle était à croquer.

Le retour ne serait pas aussi simple qu’il le laissait entendre. A leur retour de l’Ageha, il avait pu prendre son temps pour choisir le meilleur chemin à prendre avec la princesse dans ses bras. Et en ville, ce n’étaient pas les éléments métalliques qui manquaient. En pleine nature, il n’avait guère pour s’aider que les piécettes qu’il emmenait systématiquement avec lui. Il allait devoir en jeter sous lui entre chaque bond pour amortir la prochaine chute, ce qui nécessiterait d’avoir une main libre. Ce serait moins confortable pour elle, et elle devrait plus fermement s’accrocher à lui. Et ce n’était pas juste une excuse pour qu’elle soit forcée de se blottir tout contre lui. Et enserrer son cou de ses petits bras.

"-Ca te convient ? Ou tu préfères que j'aille te chercher des affaires en attendant ?"

Elle pouvait toujours reprendre sa forme de puma pour ne pas avoir froid le temps qu'il fasse l'aller-retour si elle préférait.
rédigé par Invité le Ven 9 Fév - 4:54
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar

   

   
Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant

   
   


Si avant elle avait eu le culot de se sentir gênée, dorénavant c'était bien pire. Là, le mot -gêne- prenait tout son sens car si Elÿana avait pour habitude de se retrouver dans des situations assez embarrassantes en soit, se montrer malencontreusement nue face à la personne qu'elle aimait relevait d'un tout autre niveau. Extérieurement la jeune féline tentait de garder un minimum son calme face à cette situation des plus embarrassante cependant intérieurement c'était la symphonie des jurons tous aussi puissants les uns que les autres. Elle se remerciait presque ironiquement d'avoir des idées toujours aussi stupides à chaque fois. Bah oui quelle idée aussi d'aller dans une forêt sans prendre au sérieux sa réputation, quelle idée de penser que lors de sa transformation elle aurait retrouvé ses vêtements comme si de rien était.. Certes la présence du jeune homme la perturbait énormément, mais tout de même cela n'excuse pas le manque de sérieux. C'est limite si elle s'en voulait d'avoir eu l'idée de retrouver Yoon et de lui avoir proposer n'importe quoi juste pour briser la glace. Serrant les dents, elle baissa la tête et détourna son regard à la recherche d'un moyen de décompression inexistant. N'importe quoi juste quelque chose qui puisse la faire décompresser même un minimum.

Heureusement pour elle, Yoon avait toujours eu le don de savoir gérer ce genre de problème. C'était un peu l'homme de la situation, correct et attentif à la fois. Il se rapprocha de la belle et enfila sa veste autour des épaules frêles de la jeune femme qui affichait discrètement un fin sourire. La façon dont il gérait les choses, son attention, sa protection et le soin qu'il lui apportait n'avaient que pour conséquence de la faire encore plus craquer. Elle se laissa docilement faire et ne pouvait que se sentir adoucit lorsqu'elle pu discerner l'odeur de son aimé se dégager de sa veste, une odeur masculine, réconfortante et apaisante à la fois. Et c'était tout lui. Si elle avait pour habitude de l’apercevoir peu bavard, froid et distant avec les autres, avec elle il était une tout autre personne et ça avait toujours eu le don d’interroger la belle sur le pourquoi du comment. Pourquoi se montrer aussi attentionné envers elle alors que sa famille était la cause de son enfance si tragique ? Pourquoi être aussi doux et chaleureux envers une personne qui n'hésite pas à utiliser le chantage comme forme de caprice pour mieux l'entraîner dans ses propres problèmes ? Si habituellement, Elÿana se contentait de ne penser qu'au moment présent et de se concentrer sur ses propres sentiments maintenant elle commençait un peu plus à se questionner sur ceux du jeune homme. Alors qu'il l'avait une nouvelle fois aidé, elle n'arrivait pas à sortir un simple -merci-. Sur le moment, elle était plus préoccupée sur le chemin du retour et la situation en elle même, incapable de placer ne serait ce qu'un mot. Pourtant dieu seul sait à quel point ça l'avait rendu folle de ne pas pouvoir en placer une lorsqu'elle était sous sa forme animal, mais bizarrement quand on revient à la réalité c'est bien plus compliqué. Grande gueule par moment, tapette dans d'autres quoi.

Là il lui posa une question.. Si elle se souvenait de quoi ? L'Ageha ? Au début, son esprit était tellement perturbé qu'elle n'avait rien compris à sa phrase si ce n'est le mot -Ageha- qui avait eu pour effet de la rendre encore plus sur la réserve. Elle se crispa légèrement, mordillant sa lèvre inférieur alors que ses pommettes prenaient une toute autre couleur. Jusqu'à ce qu'enfin elle comprenne qu'il parlait de la manière dont ils étaient rentrés. Comme une princesse, ils avaient traversé toute la ville vers les résidences du pensionnat l'un blottit contre l'autre et elle pouvait encore se souvenir de cette sensation de douceur et d'apaisement qu'elle avait pu ressentir ce soir contre son torse brulant alors qu'il les ramenait en toute sûreté.Par contre là, la situation serait beaucoup plus différente et rien que le fait d'y penser et la revoilà complètement rougissante. Surtout que ce n'est pas comme si elle n'avait pas compris la teinte de son visage trahir sa gêne et son embarras face à l'image de ce retour si frémissant et ça avait eu le don de faire encore plus frémir la belle. Il lui proposait aussi de retourner jusqu'aux résidences pour lui chercher des vêtements mais elle n'allait pas lui faire faire tout ce chemin pour ça.

Au départ elle hésita tout de même. Après tout on parlait quand même de se blottir nue contre lui, de le laisser toucher des parties de son corps et de rester ainsi pendant un certain temps. Ce n'était pas vraiment un sujet à prendre à légère. Mais la belle se voyait mal patienter comme une idiote dans le froid que lui offrait cet hiver si intense. Elle ramena un peu plus ses jambes vers elle, histoire de chercher à se réchauffer un peu plus le temps de peser le pour et le contre. Quand on pense au fait qu'elle voulait faire en sorte d'éviter les sujets embarrassants ou les situations trop sérieuses à son goût là elle avait très franchement touchée le gros lot. Puis elle s'attendait à ce que le sujet qu'elle redoutait le plus remonte à la surface à un moment ou à un autre, mais rien que le fait d'y penser et elle se voyait grimacer. Elle n'était pas encore prête à lui expliquer, pas encore capable de placer des mots sur ce qu'elle ressentait et cela malgré que ça devenait de plus en plus clair pour elle. Resserrant l'étreinte de sa main qu'elle avait posé sur sa veste, elle finit par lui répliquer calmement tout en gardant son regard détourné.

« J'ai beaucoup trop froid pour y réfléchir, alors allons y. Mais je te préviens, n'en profite pas non plus ou je peux t'assurer que le voyage ne sera pas de tout repos. Et on va juste changer un détail, je vais monter sur ton dos.»
Bon, on va pas se mentir mais il pouvait très bien en profiter qu'elle ne dirait rien. Puis le fait d'être sur son dos ne changeait pas vraiment les choses quand y pensait, mais au moins il ne l'aurait pas juste devant ses yeux... C'était presque nécessaire pour elle de garder un peu d’autorité comme si cela lui permettait d'avoir un peu plus le cran d'affronter les choses et cela même si ses paroles se voyaient être le contraire de ses désirs. Puis, il était habitué à devoir supporter sa façon hautaine par moment de lui répondre, ses râlements quotidien et ses humeurs de râleuse alors bon une de plus une de moins qu'est ce que cela pouvait bien changer. Surtout que au moins, peut être que cela permettrait aux deux de se sentir un peu plus à l'aise si leurs paroles et leurs attitudes ne divergeaient pas d'habituellement.

« Retourne toi et accroupis toi, j'arrive. Et te .. te retourne pas ! » Rajouta t-elle dans un petit râlement mitigé entre sa volonté de rester autoritaire et sa gêne qui prenait un malin plaisir à se montrer au grand jour sans une once de limite. Ses pommettes étaient d'un rouge pivoine vif et intense alors qu'elle prenait beaucoup de mal à se placer correctement contre lui. Sa cœur s'emballait dans sa poitrine alors que sa gorge se nouait, de quoi paraître tout sauf discrète sur le coup. Elle aurait peut être du penser au fait que si justement les hybrides avaient pour habitude de se baigner nues ensemble et que donc ils ne sont pas forcément très pudique, se montrer ainsi embarrassée de l'être allait justement trahir tout ce qu'elle ne voulait pas. Mais bizarrement ça sur le moment elle n'y avait absolument pas pensée. Avant de monter sur son dos, elle avait enfilé correctement sa veste qui traînait pas mal sur ses épaules fines mais par contre ses petites fesses elle n'était vraiment pas assez recouverte à son goût. Bon dieu, comment elle pourrait assumer ça si quelqu'un les voyait.. Il allait falloir qu'elle réfléchisse à ce qu'elle pourrait dire dans ce cas là, il lui faudrait une excuse en béton.

Pour le moment, le -voyage- se passait plutôt bien si ce n'est que cette atmosphère de gêne devenait de plus en plus pesante. Elÿana était tellement mais tellement perturbée et embarrassée que son corps se mettait presque à trembler contre lui. Ses bras, un peu trop tendrement enveloppés autour de son cou à son goût, frissonnaient d'un tel rapprochement si intime. Elle pourrait mettre ça sur le coup de la fraîcheur, bien qu'ils savaient tout les deux que ce n'était pas ça du tout. Son visage était posé contre son épaule, non loin de son oreille et elle pouvait encore mieux se laisser attendrir par cette odeur si masculine et si chaleureuse qu'il dégageait.

« Je sais que tu dois avoir beaucoup de questions Yoon, mais s'il te plait.. Attends que l'on arrive et que je sois un peu plus décente pour que l'on en parle même si je ne sais pas si je pourrais t'apporter des réponses claires. » Son ton était un peu plus attendrit et doux que dernièrement, il n'avait plus rien de hautain ou d'autoritaire. Le fait d'être aussi proche de lui physiquement avait eu comme effet de rendre la belle si docile et intime. Mais le fait qu'elle était véritablement trop anxieuse se faisait vraiment ressentir dans la tonalité de sa voix qui tremblait presque sous le poids de ses sentiments si puissants et si imposants en elle qu'elle peinait à les dissimuler.

Le moment qu'elle redoutait le plus, il approchait.. À grand pas. Bien trop vite, trop vite pour qu'elle puisse le préparer. Et là, alors qu'elle venait d'enfiler ses nouveaux vêtements et que ses jambes avaient retrouvées la terre ferme, la belle puma se retrouvait face à celui qu'elle aimait. Leurs regards ne se quittaient pas, tandis que le moment des questions pointait le bout de son nez. Courage petite princesse.


   

codage de whatsername.
rédigé par Invité le Ven 16 Fév - 22:14
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
Douce et belle Ely. Sa petite princesse les avait encore entraînés dans des aventures inédites. Il s’était méfié quand elle lui avait dit vouloir aller dans la forêt des métamorphoses. L’endroit était l’origine d’une foule de rumeurs. La prudence aurait dû les en tenir écartés, mais depuis quand se montrait-elle prudente ? Et lui-même n’avait pas osé protester. Il n’avait pas voulu formuler la moindre requête. Bien trop content qu’elle soit venue le trouver après l’avoir évité plusieurs jours. Ils avaient bien des choses dont parler. Des sujets à aborder. Un en fait. Un simple sujet, à la fois terriblement simple et compliqué. Dû à un acte innocent chargé de conséquences. Un baiser. Pourquoi l’avait-elle embrassé ? Que ressentait-elle pour lui ? Qu’étaient-ils exactement ? Toutes ces questions lui trainaient dans la tête depuis tout ce temps. Et il fallait peut-être qu’ils règlent ces questions maintenant.

Yoon n’était pas sur que ce soit vraiment une bonne idée. Pour être tout à fait honnête, il en était terrifié. La demoiselle n’était pas la seule à l’avoir fui. Lui-même avait préféré l’éviter. Il savait que leur prochaine rencontre entraînerait des questions délicates. Dont les réponses dangereuses pourraient creuser un fossé entre eux comme les lier l’un à l’autre plus que jamais. Et il en avait eu peur. Il était prudent. Mais sa prudence était aussi une bonne excuse. Il pouvait se cacher derrière ses prétextes : rester cacher et discret. Dissimuler sa nature d’humain à tous nécessitait d’éviter les relations. C’était vrai en un sens. Mais ce n’était pas sa seule motivation. Cela évitait de devoir clarifier les choses. Parce qu’une fois clarifiées, il craignait que les choses ne soient plus jamais les mêmes entre eux. Il le sentait un peu. Une fois qu’il aurait eu la réponse à ses questions, leur relation aurait profondément changé.

Toujours est-il que leur escapade avait heureusement bien tourné. Enfin plus ou moins. Elÿana s’était transformée en puma et avait manqué de succomber à son instinct sauvage, mais elle avait fini par garder sa maison et il avait pu caresser un gros félin affectueux. Ce qui avait été imprévu était surtout son état à la fin de sa transformation. Il avait eu droit à un très joli spectacle, mais c’était aussi assez gênant comme situation. Il avait réagi rapidement heureusement et avait posé sa veste autour de ses frêles épaules. Mais la suite était délicate. Comment rentrer ? Yoon attendit qu’elle ait enfilé sa veste -il était heureusement plus grand qu’elle et cette dernière cachait donc l’essentiel de ses charmes- pour se retourner vers elle. La vision de sa belle nue sous son vêtement était presque plus érotique que si elle était totalement déshabillée. Disons qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer ce qu’il pourrait découvrir en enlevant le vêtement, et cela suffisait à le faire rougir et le troubler. Elle semblait heureusement préoccupée, trop pour faire attention à sa réaction. Sinon elle en aurait sûrement profité pour le taquiner. Et il n’aurait pas su réagir.

Yoon lui fit tout de même sa proposition. Il lui laissait le choix de la façon dont elle voulait rentrer. Dans les deux cas, ce serait une opération délicate. Soit elle serait à nouveau blottie contre lui, à peine habillée, soit il devrait se dépêcher de faire l’aller-retour pour ne pas la retrouver frigorifiée. Au pire, elle pouvait toujours se retransformer. Elle n’aurait sûrement pas froid sous sa forme de puma, mais il craignait un peu qu’elle ne perde le contrôle si elle retentait de se transformer. Il n’avait pas envie de devoir courir après tous les pumas de la forêt et de les forcer à en sortir rien que pour récupérer sa jolie princesse. Elÿana hésita d’ailleurs. Il comprenait facilement pourquoi. Ils étaient venus ici pour s’éloigner de Monokuro, en évitant volontairement de parler, d’évoquer les sujets embarrassants, les situations sérieuses, gardant tacitement leurs questions pour la fin de cette rencontre. Mais voilà qu’ils étaient plongés jusqu’au cou dans une nouvelle aventure qui allait être éprouvante pour leurs nerfs.

La demoiselle choisit tout de même finalement. Elle avait froid, et choisit la solution la plus simple : rentrer avec lui. Il ne put s’empêcher de sourire en l’entendant le prévenir de ne pas en profiter. Il la voyait bien lui casser les oreilles et bouder s’il avait le malheur de poser ses mains à un endroit où il n’aurait pas dû. Et il ne tenait pas non plus à se prendre sa main dans la figure. Il hocha donc docilement la tête, validant même son choix de monter sur son dos. Il ne lui avait rien dit de sa réserve, mais cela l’arrangeait beaucoup. Pour plusieurs raisons.

La première était simple : il aurait ainsi la possibilité de boucher un peu les mains. Même s’il devait la soutenir, tant qu’elle était fermement accrochée à son dos, il pourrait bondir tout en la tenant d’une main, et l’autre lancerait les pièces ont il aurait besoin pour se propulser tant qu’ils ne seraient pas au-dessus d’une zone où il pourrait trouver des éléments métalliques. S’ils tenaient jusqu’à une route carrossable cela devrait suffire pour qu’il trouve ce dont il avait besoin. La seconde raison était aisée aussi : elle ne verrait pas son visage. Il savait pertinemment qu’il allait encore devenir pivoine dès qu’il sentirait son corps blotti contre le sien. Mais une part de lui devait admettre qu’il avait adoré la porter telle une princesse, et lui tel un prince charmant venu à son secours, et qu’il aurait volontiers recommencé.

Suivant docilement ses directives, Yoon s’accroupit et la laissa se placer correctement. Lorsqu’il sentit ses petits bras enserrer fermement son cou et ses épaules, il se retint de frémir. Ils étaient proches ! Presque plus encore que lors du retour de l’Ageha ! Dès qu’elle fut bien installée, il se propulsa grâce à une pièce, la réattirant directement après son bond tandis qu’il en jetait une deuxième. Ne sachant pas combien de sauts il lui faudrait pour retourner en ville et sa réserve de pièces étant limitée, il préférait encore essayer de limiter le nombre de pièces qu’il laisserait derrière lui. Cela lui compliquait pas mal la tâche, et il n’avait pas entièrement l’esprit à cela, plutôt à sentir la douce poitrine de la princesse collée contre son dos, mais il allait s’en tirer.

Il les ramena sans encombre jusqu’à la résidence d’Elÿana, la laissant patiemment rentrer et se rhabiller. L’heure était venue de parler. Ou au moins de poser quelques questions. Il n’était pas plus sûr que la demoiselle d’être prêt à y répondre et à en entendre les réponses. Mais en même temps il souhaitait en avoir. Que les choses soient claires entre eux. C’est presque ironique quand on y pensait. Lui préférait généralement fuir, éviter les ennuis, rester discret. Pour une fois il se confrontait face à face avec ce qui était sûrement l’un des plus grands problèmes qu’il allait jamais être amené à devoir faire face.

« Ca va mieux ? » demanda-t’il en fixant son regard dans celui de sa petite princesse…

Il hésita, laissant un léger silence s’installer entre eux tandis qu’il cherchait les mots. Que dire ? C’était facile pourtant ! Juste quelques mots à prononcer. Pas grand-chose. Mais ces mots ! Ô grands dieux qu’ils étaient difficiles à prononcer ! De quelle importance ils étaient chargés ! A quel points il étaient capables de tout changer ! Il hésitait à les prononcer. Les craignait. Mais il devait les dire. Prenant une grande inspiration, Yoon rassembla tout son courage pour les lui offrir. Ces quelques mots, cette question qui lui brûlait les lèvres et dont la réponse le terrifiait.

« -Elÿ… Pourquoi m’as-tu embrassé ce soir là ? »

C’était dit. L’essentiel. Ou plutôt juste l’introduction. C’était loin d’être tout ce qu’il avait à demander. Ou plutôt, ce qu’il voulait vraiment savoir était autre chose.

« -Ne me réponds pas. Je pense savoir la réponse. Je voudrais savoir, en avoir la confirmation. Et en même temps je suis mort de peur à cette idée… Je vais être franc avec toi Elÿ… » Son nom sonnait comme une supplique, un doux appel à ses oreilles. « Depuis cette soirée, je n’arrive pas à penser à autre chose que toi. Et je voudrais savoir ce que tu attends de moi. Ce que nous sommes… Devrions être… »

Il la connaissait bien. Trop bien même. Il savait ses mimiques, ses humeurs. Déceler ses désirs, les anticiper. Savoir d’un froncement des sourcils, d’une moue ou de la lueur qui pouvait illuminer son regard quelle était son humeur. Mais ce sujet-là était bien trop délicat. Ils se tournaient autour depuis un moment. Sans jamais avoir osé faire le premier pas. Mais fini les faux semblants, les politesses. Leur petit jeu de princesse et d’esclave. Elle avait tout fait voler en éclat, cette paix relative qu’ils avaient instaurée lorsqu’elle l’avait embrassé. Alors maintenant il fallait qu’ils décident. Que faisaient-ils ? Continuaient-ils ensemble ? Osaient-ils s’avouer ces sentiments qu’ils nourrissaient ? Ou préféraient-ils se murer dans un silence obtus et gêné et risquer de tout gâcher ?

Il était temps de décider.
rédigé par Invité le Dim 18 Mar - 23:02
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar

   

   
Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant

   
   

Il était temps. Le moment que la demoiselle redoutait le plus venait de pointer le bout de son nez. Au fond d'elle dieu seul sait combien elle aurait voulu le retarder encore un peu ou au mieux creuser un trou quelque part loin et y rester jusqu'à ne plus voir un seul rayon de lumière. Si Elÿana était une forte tête ; toujours le dernier mot en bouche et l'aridité dans le ton lorsqu'il s'agit de Yoon ou de ses propres sentiments tout d'un coup elle était prête à se faire toute petite. Elle n'avait jamais été douée pour parler d'elle même ou en tout cas de ses sentiments. La plupart du temps elle ne tente même plus d'aborder le sujet comme si il était gravé avec une croix au fer rouge, enfouit quelque part au plus profond de son âme. Pourquoi avait – elle décidée de faire le premier pas vers lui après l'épisode de leur dernière soirée ensemble ? Elle n'est pas idiote, au contraire même elle est plutôt intelligente alors bon n'aurait elle pas pu se douter que retrouver le jeune homme après ce qui avait bien pu se produire entre eux allait relever des points troublants pour elle ? Mais le temps n'était plus à se poser des questions, l'heure avait sonné.. Bien qu'elle l'aurait souhaité la belle puma ne pouvait plus faire marcher arrière ; il était temps pour elle d'affronter ce qui l’effraie le plus : elle même.

« Ca va mieux ? » Ses premiers mots lui arracha un léger sursaut.. Pas qu'elle ne se doutait pas qu'il allait lui adresser la parole, après tout si elle était revenue après avoir enfilée des vêtements c'était bien pour avoir cette fameuse et redoutable conversation. Mais rien que le son de sa voix la fit frémir, comme si tout son corps réagissait par avance et relâchait cette pression en un fulgurant sursaut électrique. Joignant ses mains derrière dos, elle profitait de cette discrétion pour mieux les malaxer entre eux à la recherche d'une certaine détente désirée et ça lui donnait une posture un peu dans la réserve pendant qu'elle écoutait attentivement ce qu'il lui disait. Dans son regard, Elÿana avait presque l'impression de se retrouver. Elle arrivait à distinguer cette gêne et cette détresse qui s'échappaient de ses deux pupilles brunâtres. Tout si deux si similaires mais trop similaires. Il était tout aussi apeuré qu'elle, peut être plus elle ne pouvait pas trop juger là dessus mais rien le voir comme cela n'avait comme effet que lui arracher un léger petit sourire. Au fond, elle se sentait un peu rassurée de voir qu'elle n'était pas la seule dans l'incapacité de gérer ses émotions présentes.

Lorsqu'il inspira un bout coup elle redoutait un peu ce qui allait suivre, pourtant elle en connaissait très bien la continuité. Et là son cœur s'emballa furieusement. Pourquoi l'avait elle embrassé ? Bon dieu, jamais elle n'aurait pu imaginer que cette seule et même question allait autant la troubler que ça. Les battements de son cœur perforaient sa poitrine dans un rythme puissant et accéléré, tellement puissant qu'elle avait presque l'impression qu'il allait se décoller de sa poitrine. Du calme ma vieille, reprends toi doucement. Inspire, expire. Ça va aller.. Pensait – elle fermement tout en espérant pouvoir exaucer ses propres souhaits. Mais rien à faire, Elÿana était purement bien trop novice en matière de relation, de déclaration, de sentiments... Quelles directions prendre quand on est aussi bouleversée par une simple question, puis surtout comment arriver à poser des mots sur ce que l'on ressent ? Bien entendu qu'elle aurait voulu avoir la force de lui dire les deux petits mots qu'il attendait sûrement. Mais c'était tellement dur. Depuis sa plus tendre enfance, elle s'était jurée de ne plus jamais retomber dans ce genre de mésaventures qui ne lui attireraient que souffrances et déceptions. Pourquoi aujourd'hui avait elle décider de rompre cette promesse faite à elle même ? Elle devenait vulnérable, faible, émotive... Tout ce qu'elle détestait en réalité.

Comment ça il avait deviné ? Avant même qu'elle n'ait le temps de répondre à cette question dont la réponse lui déchirait la poitrine de nervosité, Yoon enchaîna sur d'autres paroles qui ne pouvait qu'attendrit un peu la demoiselle. Il lui disait qu'il connaissait la réponse à cette question mais surtout que depuis cette soirée là il ne faisait que penser à elle.. Ô si il savait qu'elle aussi, elle ne faisait que penser à lui. Là, une nouvelle question s’interposa dans son esprit : Qu'attendait elle de lui ? Qu'est ce qu'ils devraient être ou devenir ? Là, c'était un terrain bien plus glissant et tumultueux que le précédent. En effet, si Elÿana avait réussi à comprendre les sentiments amoureux qu'elle éprouvait pour lui.. Décider par contre ce qu'ils allaient devenir où ce qu'elle attendait réellement de lui relevait d'un réel défi. Plusieurs directions s'offrait à elle mais laquelle était la bonne voilà le vrai problème. Tout s'encombrait dans son esprit et ses vieilles petites mimiques trahissant sa gêne et sa -panique- prenaient part pour mieux déstabiliser la belle. Ses doigts s'entremêlaient toujours entre eux nerveusement alors que sa gorge se nouait péniblement sous l'effet de l'adrénaline de ses pulsions amoureuse.

Elÿana peinait de plus en plus à tenir son regard. C'est presque si son corps ne tremblait pas sous l'effet de la pression qui s'envenimait dans ses veines. Différentes phrases se proposait à elle, mais toujours les même questions surgissaient dans son esprit : laquelle choisir ? Comment être sur que ce l'on va dire sera correct et propre à ce que l'on veut transmettre ?
Difficilement mais sûrement la belle puma arrivait un temps soit peu à reprendre légèrement ses moyens. Son visage se crispait sous cette pression qu’accumulait son cœur, son corps et son esprit. Elle afficha un mine grimaçante comme si elle était sous le point de craquer et céder à un coup de gueule mémorable. Ca n'aurait pas été surprenant en soit.. C'est dans ses gênes, elle a toujours été comme ça un peu : capricieuse, imprévisible, tumultueuse et volcanique à la fois. Indomptable même, ça doit être ça le précieux terme qui pourrait la décrire.

Inspirant un grand coup à son tour, elle croisa ses bras contre sa poitrine et relança son regard dans le sien, cherchant à la tenir du mieux qu'elle pouvait.

« C'est pénible. C'est vraiment pénible tu sais. J'aimerai pouvoir te répondre mais j'arrive pas à placer des putains de mots sur ce que je ressens ou ce que je désire. » Elle marqua un temps, détournant légèrement le regard tandis qu'elle réfléchissait quant à comment aborder la chose de la bonne manière. Comment être assez claire, comment arriver au but de ce qu'elle voulait lui dire. Oh et puis merde quand faut y aller Pensa t-elle fièrement et confiante avant de se lancer du mieux qu'elle pouvait.

« Je vais essayer de te parler franchement Yoon, mais je sais pas si ce sera assez clair. » Elle inspira un bon coup bruyamment tout en plaçant une main sur son cœur en tentant de calmer toute cette agitation qui semait en elle. « Je dois être tout aussi voir plus effrayée que toi à cette idée. Tu me connais mieux que quiconque, tu sais déceler le faux du vrai, mes humeurs et mes mimiques tu les connais comme sur le bout des doigts. Je pense que dans tout les cas ce sera pas possible de te mentir ou de te donner une réponse claire. Je tourne beaucoup autour de pot, au final ça fait beaucoup de blabla.. Mais j'ai du mal comprends moi. » Elle serra les dents. C'était déjà la troisième tentative qu'elle entamait afin d'arriver à lui dire les choses, deux tentatives déjà échouées. Se mordillant la lèvre inférieur violemment, elle garda son regard détourné avant de rajouter faiblement.

« Depuis cette soirée, je pense aussi souvent à toi. Je n'arrive plus à être sereine ou comme avant en réalité je suis en permanence perturbée par toi. Ce que je voudrais pour nous ? Ce que j'attends de toi ? J'en ai foutrement aucune idée et rien que d'y réfléchir quotidiennement j'en ai mal au crâne. Ce que je sais, c'est que j'ai des sentiments purs et sincères pour toi et que j'arrive plus à tenir cette relation qu'on avait avant. Tout a changé et c'est de ma faute j'en suis consciente.. En fait je sais pas si c'est une faute ou pas, c'est à toi de me le dire ça.. » Relâcha t-elle nerveusement. Elle avait enfin pu lui dire ce qu'elle ressentait ou du moins une partie. Maintenant les cartes étaient posées face cachées sur la table et la main lui était donnée. Comment cette histoire allait être finir ? Peut être était elle plutôt sur le point de commencer …  


   

codage de whatsername.
rédigé par Invité le Mer 28 Mar - 23:17
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
Ils étaient rentrés. Retournés au logement de la petite princesse, comme quelques jours plus tôt lorsqu’il l’avait ramenée de l’Ageha après cette soirée agitée. Soirée durant laquelle il l’avait sauvée, et transportée dans ses bras, bondissant d’un toit à l’autre avant qu’elle ne lui vole un baiser et ne disparaisse. Tel un rêve qui s’effaçait trop rapidement de votre esprit au réveil. La situation n’avait finalement que très peu changé, tout en étant totalement différente. Déjà rien qu’entre eux, il existait depuis ce baiser une tension palpable qui n’avait pas totalement disparu malgré leur sortie en forêt. Il avait un peu espéré que cela leur changerait les idées, ramènerait leur relation à ce qu’elle était précédemment. Cette relation compliquée entre amis d’enfances, attirés l’un par l’autre sans oser l’avouer, avec sa petite princesse capricieuse n’hésitant pas à lui imposer ses envies. Mais c’était comme si ce simple baiser qu’ils avaient trop vite échangé avait ouvert la boîte de Pandore. Cette attirance qu’ils avaient tellement tenté de dissimuler avait finalement éclaté au grand jour, et il n’était plus possible de la cacher plus longtemps. Pas sans se mentir à soi-même.

Cette journée-ci était presque similaire. Il avait accompagné la demoiselle qui avait encore réussi à s’attirer des ennuis. Si par « ennuis » on englobait le fait de se transformer en animal et de voir l’humain qu’il était comme un appétissant repas. Elle s’était reprise, et finalement il trouvait sa transformation plutôt intéressant à voir. Elle semblait un peu plus câline et chaleureuse sous cette forme, bien que toujours aussi susceptible. Ce qu’ils n’avaient pas prévu c’était que lorsqu’elle eut retrouvé sa forme humaine, la petite princesse ne retrouva pas ses vêtements pour autant. Il l’avait à nouveau ramenée, blottie contre son dos cette fois. Mais le moment était venu de poser les questions qui lui trottaient dans la tête depuis ces derniers jours. De mettre au clair leurs sentiments et leur relation.

Il l’avait laissée se changer, sa jolie princesse. Mais maintenant qu’ils étaient face à face, prêts à discuter, la tension semblait ne faire que monter, devenant palpable. Il la connaissait bien. Trop bien. Il ne pouvait que remarquer ses petites manies, témoignages de ses craintes et de son inquiétude. Elle malaxait ses mains, les cachant dans son dos comme si ce faisant il ne le remarquerait pas. Adorable. Mais ses yeux étaient fixés dans les siens, remplis de ce mélange d’espoir et de détresse, de gêne et de peur mêlé à une envie intense de finalement oser aller de l’avant. Ils faisaient une jolie paire : tous les deux terrifiés d’être confrontés à leurs sentiments mais incapable d’y échapper.

Il se lança en premier, lui posant ces questions qui lui brûlaient les lèvres. Il lui avoua qu’elle ne quittait pas ses pensées. Qu’il ne parvenait pas à oublier la douceur de ses lèvres contre les siennes. Et il lui demanda ce qu’ils devaient être ou devenir. Il allait vite. Trop vite peut-être. Il savait à quel point sa petite princesse était renfermée. Comment elle s’était abritée derrière une carapace de fer, éloignant quiconque tentait de l’approcher d’une pique ou d’une remarque, se montrant intraitable, devenant une véritable peste pour éviter de se lier à quiconque. Et il lui demandait d’un coup d’abandonner les masques. De sortir de sa coquille pour lui ? Pour qui se prenait-il ? Il était présomptueux. Trop hâtif. Lui qui s’était toujours montré si prudent, avançant pas à pas uniquement après s’être assuré d’avoir trois coups d’avance. Elle lui faisait perdre tous ses moyens. Lui faisait perdre ses petites habitudes et ses repères. Elle bouleversait tout son monde en fait. Pour le recentrer autour d’elle.

Il savait qu’elle ne voulait plus se montrer vulnérable, faible et émotive. Qu’elle craignait d’être blessée à nouveau. Et le pire c’est qu’il était celui qui l’avait poussée à se conduire ainsi, l’ayant abandonnée à cet enfer qu’était leur enfance. Il comprenait qu’il lui posait un réel défi. Mais il n’avait pas réfléchi. Il n’avait pas pu se retenir. Pas alors qu’il ne pouvait s’empêcher de ressasser ces questions dans sa tête. Il les mettait au pied du mur, les forçant à s’expliquer.

Sa petite princesse semblait aussi désemparée et paniquée que lui. Il la vit se crisper, trembler imperceptiblement, il connaissait ses mimiques et ses manies. Mais elle finit par relever le regard. Il vit cet air sauvage, indomptable qu’elle avait toujours au fond des yeux. C’était une partie de son charme ce caractère sulfureux qu’elle avait, mercuriel, toujours prêt à s’enflammer.

Elle lui répondit enfin, mais était incapable de trouver les mots sur ce qu’elle ressentait et désirait. Il comprenait en un sens, il était dans la même situation. Il ne put retenir un sourire attendri en l’entendant jurer, frustrée et gênée. Pour qu’elle se laisser aller ainsi, c’est qu’elle lui parlait à cœur ouvert. Et il appréciait cela. Mais elle se lança, tentant de s’expliquer. De lui expliquer.

Elle reconnaissait être aussi effrayée, si pas plus que lui à cette idée. Qu’ils se connaissaient si bien qu’ils pouvaient lire l’autre tel un livre ouvert. Mais ce n’était pas important. Ce qui l’était c’est sa dernière tirade. Cet aveu qu’elle était aussi perturbée que lui. Qu’elle n’arrivait pas à ne pas penser à lui. Mais elle n’avait aucune idée de ce qu’elle attendait et voulait. Elle nageait en pleine confusion. Mais oui, elle avait des sentiments pour lui. Et oui, elle n’arrivait plus à se contenter de la relation qu’ils avaient partagée. Qu’entre eux, tout avait et allait encore changer, cette évolution mise en branle par ce baiser qu’ils avaient échangé.

Elle avait posé sa main sur la table. Lui avait fait sa déclaration. Cela avait été difficile. Mais cela faisait en même temps tellement plaisir de ne plus devoir rien dissimuler à l’autre. C’était à son tour. A lui d’expliquer ses sentiments, de réussir à y mettre des mots. De répondre à sa déclaration. Il était nerveux, plus qu’il ne se rappelait l’avoir jamais été. Il laissa s’échapper un léger rire, incertain, s’approchant doucement pour attraper ses petites mains dans les siennes, attirant son regard dans le sien.

« Doucement princesse. » lui dit-il d’un ton doux, tâchant de la calmer, et par là de se calmer aussi. Rien que sentir le contact de ses mains dans les siennes suffisait à faire battre à tout rompre son cœur dans sa poitrine. « J’ai moi aussi des sentiments pour toi. Je connais chacune de tes mimiques et de tes moues. Je sais déceler tes humeurs. Et j’aime même ton comportement capricieux et sulfureux. Ce n’est pas ta faute. Ce n’est pas une faute… Je refusais juste de le voir auparavant… »

Il soupira doucement, lui lançant un petit sourire avant de continuer :

« -J’ai encore du mal à l’admettre. Et j’ai toujours autant l’impression que c’est une mauvaise idée. Je suis un humain, obligé de cacher ma nature. Tu es une princesse. On ne devrait rien avoir à faire l’un avec l’autre… » Il pesta doucement, soupirant. « En fait, je pense que je ne voulais pas l’accepter tu sais. Je me disais que j’allais juste rester discret jusqu’à mon diplôme et finalement retourner dans le monde des humains. Je n’aurais pas laissé grand-chose derrière moi. Tu aurais été probablement mon seul regret… Tu me compliques la vie, tu sais ? Vraiment… Sans toi je pourrai passer mes journées en solitaire et pouvoir disparaître sans regarder derrière moi… Mais quand tu me dis tout ces mots… Quand je sens mon cœur battre à ce point dans ma poitrine, comment veux-tu que je m’y tienne ? Que je te laisse à nouveau…»

Il se pencha vers elle, leurs fronts se touchant.

« -Tu es une sale princesse capricieuse. Une petite égoïste qui a réussi à ravir mon cœur. Mais je me suis depuis longtemps promis de ne plus jamais te laisser seule à nouveau. Alors on va au devant de plein de problèmes. Ca va jaser, et on n’a pas fini de se prendre l’un et l’autre la tête. Mais je vais me lancer et prendre le risque de faire le reste du chemin avec toi. Ca te va ? »

Il baissa un peu la tête. Il l’avait fait. C’est lui qui avait lancé cette confrontration. Qui l’avait poussée à dire ce qu’elle avait sur le cœur. Et elle l’avait fait. Elle lui avait dit qu’elle avait des sentiments et qu’elle ne se satisfaisait plus de la relation qu’ils avaient. Il lui avait répondu. Enfin. Osant lui révéler les sentiments qu’il nourrissait lui-même. Et tant pis pour toutes ses bonnes résolutions, sa prudence et tout ce qui le caractérisait. Si le prix pour rentrer dans le monde humain était de vivre solitaire, il pouvait le faire. Mais il ne pouvait pas perdre Elÿ à nouveau. Pas une deuxième fois. Même si cela signifiait devoir revoir tous ses plans et s’attirer des montagnes d’ennuis.

Il tenait toujours ses mains dans les siennes. D’une infime traction, il l’attira vers lui, la poussant à se coller plus près de son torse tandis qu’il se penchait doucement. Et cette fois ce n’était pas son initiative à elle. C’est lui qui vint chercher un baiser.

Leurs lèvres se touchèrent. A nouveau. Un baiser léger. Un baiser tendre et plein de promesses. Rempli de l’espoir que de nombreux autres suivent. Des baisers sauvages, des baisers tendres, des baisers torrides et passionnés.

C’était un nouveau début.
rédigé par Invité le Ven 18 Mai - 4:16
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar

   

   
Quand l'animal s'en mêle, ça devient frémissant

   
   

La gorge noué, les sens en pleins effervescences, son cœur perforant sa poitrine comme il ne l'avait jamais fait et ses doigts se titillant entre eux comme pour chercher un certain équilibre. Trop de choses pour une si petite personne. Elÿana commençait réellement à perdre patience, non pas contre lui mais plutôt contre elle même. Extérieurement la belle tentait de garder son calme -bien que c'était terriblement perdu d'avance- mais intérieurement c'était la symphonie des jurons. Une vraie calamité. Pourtant c'est dans ce combat incessant contre soi même que la belle prenait de plus en plus conscience des choses. Elle était là, face à l'homme qu'elle aimait et lui avait enfin délivré sa flamme. Putain mais à quoi elle avait bien pu penser pour se foutre dans un pétrin pareil, elle qui s'était pourtant jurée de toujours rester impassible et intouchable. Là voilà bien changée.

Après sa déclaration, Yoon ne pu s'empêcher de retenir un léger ricanement avant de venir joindre ses mains aux siennes. Geste qui arracha un léger sursaut à la féline, ses pommettes virant brutalement à un rouge pivoine intense alors que son équilibre venait céder sous un seul contact. Elle avait l'impression que tout ce qu'elle avait bien pu bâtir jusque là pour tenter de garder son calme venait se briser en un simple enlacement de mains. Comment pouvait elle être aussi émotive ?

Là, un nouvel échange de regard se fit et la belle commençait à se mordiller la lèvre inférieure signe de sa gêne et de son mal aise. Faut pas lui en vouloir, ce n'est pas qu'elle n'apprécie pas cette nouvelle approche entre eux mais plutôt que c'est dans sa nature d'être ainsi. Capricieuse, craintive et fuyante. Et cela, même dans les plus beaux moments. C'était presque comme si elle cherchait à garder un summum de fierté, d'autorité ou de supériorité. Elle avait toujours caché cette part de sensibilité en elle ; risquer que d'autres personnes la voient dans cet état et elle perdrait tout ce qu'elle avait bien pu bâtir jusque là. Mais étrangement, que ce soit face à lui ne la dérangeait pas tant que ça. Bon toujours un peu, on ne peut pas tout avoir... Mais pas autant qu'elle n'aurait pu l'imaginer.

« J'ai moi aussi des sentiments pour toi » Mon dieu. Si son cœur avait pu lâché il l'aurait fait. Non là c'était trop pour elle, trop d'un coup, trop de pression trop de émotions trop de tout en fait. Tandis qu'elle l'écoutait -trop- attentivement se déclarer ainsi à elle, la belle puma sentait son cœur devenir de plus en plus incontrôlable. Son corps commençait légèrement à trembler sous le poids de tant d'émotions alors que son ouïe ne laissait aucun mot lui échapper. Il connaissait tout d'elle, comme elle connaissait tout de lui. Ils étaient similaires, forcés de dissimuler tant de choses derrière un masque impartiale et stricte. Mais ce soir, tout avait enfin changé.

Son sourire lui arracha un léger pincement au cœur. Il était beau, doux, attendrissant. Intérieurement elle s'étonnait même de lui faire autant d'éloges, mais c'est presque comme si ainsi, proche d'elle et totalement à nu face à elle, la belle le trouvait encore plus beau et plus attirant que d'habitude. Elle était prête à tout lui donner, son cœur, son corps, son futur. Si il lui demandait, elle lui céderait tout et cela malgré tout ce que cela pourrait engendrer.

Au fur et à mesure qu'il lui délivrait ses sentiments, son cœur lui s'emballait de plus en plus jusqu'à ce que de fines larmes viennent perler sur ses joues. Inconsciemment même, elle ne les avait même pas remarquer. Ce n'était que le fruit de tant de pression, tant de flues d'émotions, trop de choses pour un si petit cœur.. Il fallait bien que ça craque un moment ou à un autre. Il se pencha vers elle, leurs fronts se touchant alors qu'elle inspira doucement afin d'essayer toujours et encore de se calmer un temps soi peu. Ses prochaines paroles lui arracha un sourire, une sale princesse capricieuse, une petite égoïste.. Oui, il l'a plutôt bien décrit en quelques mots. Mais elle porta surtout son attention sur le reste : qui a réussi à graver son cœur. Ne plus jamais la laisser seule.. Tant de belles paroles qui rendait la féline surchargée de pulsions et d'amour.

Puis vint le baiser. Mais pas n'importe quel baiser. Il n'était pas fougueux, il n'était pas chaste ni aussi court que le dernier. Non elle en ressentait toute la tendresse, tout l'espoir et la détresse, tout l'amour et la passion. Un baiser qui scellait ainsi leurs lèvres et leurs cœurs. Un baiser dont les plus jeunes et innocentes rêvaient. Un baiser synonyme de promesse et d'engagement.
Ses paupières se fermaient doucement à cet échange alors que son corps finit par se détendre lentement. Son cœur battait toujours autant, mais les tremblements cessaient peu à peu et elle retrouvait grâce à lui une sérénité parfaite. Elle se laissa entraîner et chassa toutes ses craintes en une fraction de seconde, partageant ce baiser en une valse d'amour et de passion intense et pur à la fois.

Lorsqu'ils finirent par séparer leurs lèvres, Elÿana ne décala pas une seule seconde son regard du sien. Elle l'affronta, tentant de ne pas le fuir pour mieux se relever. Plongeant son regard azur dans le sien où il laissait paraître toute cette tendresse et cette douceur qui sommeillait en elle. Leurs mains toujours jointent, elle vint légèrement titiller ses doigts entre les siens alors que son visage venait se déposer délicatement contre son torse. Là elle prit un moment pour respirer, inspirant et expirant doucement alors qu'un léger souffle chaud s'échappa d'entre ses lèvres. Elle se sentait détendue, heureuse et bien. Dans ce léger silence qui avait suivi, elle relâcha alors quelques paroles d'une voix calme et mielleuse.

« Je te remercie de m'avoir dit les choses. J'ai encore un peu du mal à croire à tout ça, mais ce que je sais c'est à quel point tu as pu me rendre folle, en colère, peinée, heureuse, amusée. À quel point tu as pu me faire voyager, à quel point tu m'as permis de me découvrir un peu plus et à quel point tu as pu me foutre dans des états de colère pas possible. » Elle marqua un léger temps, glissant l'un de ses doigts contre son torse en une douce caresse. « Je sais que ce ne sera pas facile, que l'on risque d'en voir de toutes les couleurs. Que tu sois un humain ou non ne m'importe peu, mon pays m'importe peu en réalité je me fiche pas mal de ce qu'on pourrait penser ou dire. Et que mes parents aillent au diable, de toute manière ils ont déjà renoncé à l'image parfaite de leur petite héritière le soir où tout a éclaté. La seule chose qui m'importe, c'est toi. Alors je vais me lancer aussi et prendre le risque de tout ce qui pourrait se passer. »

Après ses paroles elle releva son visage vers lui, le regard sauvage mais brûlant à la fois.

« Je te promet pas d'être parfaite mais je te promet de faire tout ce que je pourrais pour qu'il ne t'arrive rien, ni à toi, ni à nous. Je suis prête, je suis prête à tout te donner. Mon cœur, mon corps, mon futur.. Tout est à toi Yoon. »

Bordel que ça lui ressemblait pas d'être aussi niaise. Elle qui détestait presque ce genre de nana voilà qu'elle en faisait partie maintenant, bon dieu il faudra vraiment qu'elle se reprenne par moment. Dans cette pensée, elle releva son doigt vers son nez et lui donna une légère pichenette sur ce dernier tout en ajoutant quelques paroles dans un léger ricanement.

« Par contre, la sale princesse capricieuse et égoïste a bien retenu ce que tu pensais d'elle. On en parlera plus tard, si tu crois que je vais laisser passer ça tu te trompes. »

Bien sur elle n'était pas sérieuse, tout son ton trahissait son ironie et son humeur joueuse et taquine. Après tout, rien de mieux pour se calmer et se détendre un peu plus que de titiller un peu l'autre. Après ce petit moment de taquinerie, Elÿana en profita pour glisser sa main dans la sienne et l'attira jusqu'à sa chambre discrètement loin du regard des autres résidents (du moins c'est ce qu'elle espérait). Le poussant alors à passer la nuit avec elle même si cela voulait dire devoir le laisser partir au petit matin furtivement. Elle le désirait, plus que quiconque aurait pu désirer quelqu'un et de cette nuit elle en ferait l'un de ses plus beaux et torrides souvenirs. À nue mentalement et physiquement, elle s’offre à lui et adviendra ce qu'il adviendra.


codage de whatsername.
rédigé par Invité le Lun 2 Juil - 22:21
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
avatar
Mais qu’est-ce qu’ils faisaient ? Comment en ét aient-ils arrivés là ? Les deux jeunes gens étaient tel un duo d’une de ces comédies romantiques, longtemps occupés à se tourner autour, et maintenant prêts à de larmoyants aveux. Mais il leur avait tout de même fallu énormément de courage et d’audace pour enfin oser avouer leurs sentiments à l’autre.

Si Yoon avait su il y a quelques jours qu’un simple appel de la petite princesse qui avait trop bu le mènerait à cela… A ce moment-là, il n’avait pas réfléchi une seconde avant de foncer la retrouver, craignant qu’il ne lui arrive malheur dans son état, et trop préoccupé pour réfléchir aux conséquences de son sauvetage. Mais cela avait conduit à pousser la demoiselle à lui voler un baiser. Et à plonger Yoon dans la confusion la plus totale.

Aujourd’hui, pour la deuxième fois en quelques jours, Yoon avait dû raccompagner la demoiselle à sa résidence. Si la dernière fois elle avait trop bu, cette fois-ci elle s’était juste retrouvée dans un état de nudité assez avancé. Bien que cela ait été totalement imprévu. Il n’en restait pas moins que si Yoon l’avait accompagnée docilement, gardant ses questions jusqu’ici, ces dernières le dévoraient. Il était avide de réponse. Et en même temps craignait terriblement de connaître les raisons de sa chère princesse.

Alors qu’il la ramenait toutefois, Yoon avait affermi sa résolution. Il allait les mettre tous les deux au pied du mur. Il risquait de se brûler à force de jouer avec le feu, et le caractère sulfureux de sa jolie princesse, mais le jeu en valait la chandelle. Amplement. Mais sa surprise fut de taille lorsque Elÿana lui avoua ses sentiments. Yoon ne se faisait pas d’illusions quant à l’affection et la passion qu’il éprouvait secrètement pour la princesse. Mais il n’avait pas osé penser qu’elle puisse les partager. Il l’avait blessée, abandonnée et elle lui avait même fait la grâce de garder son secret lorsqu’elle l’avait retrouvé. Leur relation avait toujours été aussi compliquée. Amis d’enfance ? En partie. Confidents ? Il était clair qu’elle était la seule que Yoon aurait pu aller voir si il avait des ennuis, mais en même temps il se refusait à lui dévoiler la moindre faiblesse. Amoureux ? Lui était transi d’amour, sauf que sans sa déclaration, il ne le lui aurait jamais avoué.

Mais la jolie féline s’était lancée en première. Elle avait osé. Elle avait fait un pari, risqué tout au jeu, sur un coup de dé incertain, qui lui aurait lacéré le cœur si jamais elle ne réussissait pas son défi. Et elle avait tout gagné.

Yoon lui avait révélé à son tour les sentiments qu’il éprouvait pour elle. Elle lui avait délivré sa flamme. Il avait fait de même. Une belle paire d’idiots, amoureux transis qui s’étaient enfin laissés aller à avouer à l’autre ce qu’ils ressentaient. Les voilà tous deux dans un bien joli pétrin.

La jeune homme scrutait la moindre de ses réactions, se sentant fondre rien qu’en la regardant. Ses pommettes étaient rougies. Elle se mordillait la lèvre, gênée, mal à l’aise. Adorable. Il aimait chacune des facettes de la petite princesse qu’il connaissait : son côté têtu, ses sautes d’humeur, même ses caprices et ses sautes d’humeur. C’étaient toutes ces petites choses qui la rendaient si unique, si attendrissante. Qui l’avaient conquis. Mais en même temps qu’il la voyait ainsi, tendue et prête à s’effondrer au moindre souffle, telle une poupée de porcelaine, il pouvait lire au fond de ses yeux cette fierté royale qu’elle possédait, cette volonté de fer qui la faisait se mouvoir. Et Yoon avait même l’immense plaisir de découvrir un nouveau trait de caractère. Un côté sensible caché par cet extérieur de fer, cette muraille qu’elle avait dressée entre elle et le monde et qu’elle venait finalement d’abaisser maintenant qu’il lui avoué ses sentiments.

Après sa révélation, de légères larmes perlèrent à ses yeux. Yoon la regarda un peu surpris. Déstabilisé devant cette réaction. Remontant ses mains, il vint englober son visage de ses mains, le faisant remonter vers le sien tandis qu’il plongeait leurs regards l’un dans l’autre. Il aurait pu se perdre dans ses jolis yeux. Du bout de ses pouces, il vint gommer ces petites larmes, un léger sourire fleurissant sur ses lèvres tandis qu’il secouait doucement la tête.

« -Ne pleure pas princesse. Sinon je vais être totalement déstabilisé et je ne saurai pas quoi faire. Et Keroro serait bien capable de sortir pour me mordre le derrière afin de me punir de te faire pleurer.» lui dit-‘il, un petit sourire attendri et malicieux aux lèvres.

Il partageait lui aussi cet afflux d’émotions. Ce maëlstrom dont il ne savait pas quoi faire. Comment le gérer ou même s’il devait être fou de joie, sauter en tout sens ou juste la serrer dans ses bras et ne plus jamais la laisser partir. Il était excité, enflammé, électrisé et galvanisé par ses quelques mots. Elle réussissait d’un simple contact, d’un infime regard fouetter son sang, attiser son désir et sa passion. Elle était la maîtresse de son cœur, la reine de sa vie, l’impératrice de son existence. Qu’elle ordonne, il obéirait. Il avait souvent suivi ses caprices, bon gré mal gré. Mais maintenant c’était tout autre chose. Il avait envie de lui faire plaisir. De la monopoliser et de la satisfaire.

Le baiser qu’il lui avait donné, ce baiser simple mais plein de promesses, pas aussi chaste ni court que celui qu’elle lui avait volé, marquait un nouveau début. Un renouveau qu’il comptait saisir et ne pas laisser s’échapper. Il lui avait offert son cœur sur un plateau, elle lui avait livré le sien. Maintenant ils étaient liés l’un à l’autre, chacun à la merci de l’autre. Ils avaient chacun la clé de leur bonheur. Mais de quelques mots pouvaient aussi se briser l’un l’autre. C’était terrifiant et exaltant tout à la fois.

Yoon sentit avec un petit sourire sa princesse de détendre. Elÿana était devenue plus sereine tandis qu’elle venait lover son corps contre le sien, tandis qu’instinctivement il refermait les bras sur elle et la serrait doucement contre lui. Il sentait la chaleur de son corps, son cœur battre de façon régulière. Elle lui offrit quelques mots. Des mots qui n’étaient destinés qu’à lui. Qui envoyait au diable parents et famille, tant qu’elle pouvait l’avoir lui. Qui se fichaient éperdument du fait qu’il soit humain ou des erreurs qu’il avait pu faire. Des mots qu’il avait tellement voulu entendre sans vraiment le savoir.

Yoon se sentit fondre, tomber une deuxième fois furieusement amoureux d’elle lorsqu’elle releva son regard brûlant, sauvage vers le sien. Il rit doucement en l’entendant dire qu’elle ne risquait certainement pas d’être parfaite, mais qu’elle était prête à tout donner. Et en même temps, il l’adorait pour cela. Il comprenait à quel point elle se sacrifiait pour lui. Il ne pouvait que lui rendre la pareille.

« -Je te promets de ne plus jamais t’abandonner. D’être ton preux chevalier qui t’abritera de la tourmente. Peu m’importe ce qui pourrait se dresser entre nous, je ne renoncerai pas à toi. Je suis prêt moi aussi. Prêt à tout te donner. Je suis à toi, comme tu es à moi. »

Il éclata de rire devant son petit saut d’humeur. Sa petite princesse capricieuse et égoïste ne pouvait qu’avoir le dernier mot. Et puis cela faisait partie de son charme. Docilement, il la regarda, joueuse et taquine, jusqu’à ce qu’elle attrape sa main et l’entraîne avec lui.

La suite était destinée à être un long moment qui n’était réservé qu’à eux deux.
Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: hors-jeu :: archives - trash and rubbish-
Sauter vers: