Rita Hishima - Un peu gluant, mais appétissant !

Age : 17
Clochettes : 222
Date de naissance : 25/12/2000
Occupation : Présidente du Club de Mannequinat
Messages : 2
Date d'inscription : 15/11/2017

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Mer 15 Nov - 18:03
C.C, Code Geass.
Rita Hishima

Âge : 19 ans.
Sexe : Fille.
Sexualité : Hétérosexuelle.
Race : Hybride de Limace de Kaputar. (Mais Madame raconte à tout le monde qu'elle est un beau flamant rose, parce qu'elle déteste l'idée qu'on la prenne pour un mollusque rampant et baveux ! Beurk.)
Rang : Noblesse. Elle a grandit dans de bonnes conditions, aimée et choyée par ses parents, avec une belle cuillère en argent entre les dents.
Pays d'Origine : Le Royaume des Limaces, même si son père est un tigre blanc, le jumeau du médecin de l'académie actuellement.
Allégeance :Contre ! Ce n'est pas bon pour la pub d'être pour et puis, elle n'est pas si méchante ?  
Groupe :Classe 2, elle est parfaite, physiquement au moins...
Occupation : Présidente du club de mannequinat & Mannequin Professionnel

Particularité (Falcutaltif) : Membre d'une Milice ? Police ? Clan ? Tribu ?


Appearance

Rita est positive. Dans la vie, elle croque à pleine dents. D'ailleurs elle aime les pommes bien vertes, les kiwis acides et les oranges les plus amers. Les malheurs comme les bonheurs, elle les accueille avec cette énergie et cette joie de vivre caractéristique. Rita pleurer ? Rita triste ? Jamais ! Elle est toujours debout, toujours franche, toujours heureuse et souriante de toutes ses dents blanches. Il n'y a pas un jour qu'elle commence dans la peine ou la tristesse, c'est la première à vivre comme si demain ne viendrait jamais.

C'est une personne douce et agréable, quelqu'un qu'on apprécie pour sa générosité et sa fraîcheur, ce petit plus qui fait qu'à ses côtés le soleil brille plus fort et le ciel paraît plus bleu. Pourtant Rita n'est pas toujours populaire.

Oh, bien sur, on admire sa peau pale, ses lèvres roses et son visage de poupée. Son ventre est plat et ses tenues toujours soignées. Elle est un peu maniaque d'ailleurs, une vraie obsédée de la mode. Elle est à ce point accro que la moindre couleur mal-accordée la rend sujette aux crises d'épilepsie.

Chaque matin, elle met donc au minimum une heure pour choisir ses habits au grand désespoir de ses amis. Et encore, là, on ne parle que de ses vêtements mais, avec, il y a son maquillage et sa coiffure à qui elle accorde un soin draconien. A ce niveau elle est plus méticuleuse que le professeur de science !

Si les gens prenaient le temps de se renseigner, peut-être seraient-ils plus clément, malheureusement il s'arrête trop vite au sac prada et aux chaussures sophistiquées. Rita est juste trop parfaite du haut de ses talons hauts. Elle est agréable et polie, a une fille famille unie dans l'amour et un physique à faire craquer tous les Roméo du coin, alors, évidemment, ça exaspère un peu !

On la critique plus souvent que pas assez. On l'insulte et lui prête les relations les plus sales qui soient. Heureusement que cela lui passe au dessus de la tête, sinon Rita elle aurait de quoi hurler. En même temps, il faut dire que Rita sait ce qu'elle vaut. Elle a ses rêves, ses buts et ses passions, autant d'intérêts que de possibilités. Elle est ouverte et originale, le genre de personne creative qui ne s'arrête jamais d'avancer. Elle est comme ça, fonceuse et volontaire.

Elle a ce petit côté hystérique aussi, cette voix chaude et ce nez mutin. Ce caractère taquin et cette frimousse en cœur à faire craquer même le plus ténébreux des garçons. Ça tombe bien parce qu'elle n'aime pas les geignards et préfère de loin les hommes mystérieux avec leur aura sombre et leur passé trouble.

Enfin ça c'est ce qu'elle dit, mais en vérité rien ne compte plus pour elle que l'humour et le courage. La bravoure, voilà quelque chose qu'elle aimerait posséder davantage. Elle a beau pratiquer la boxe française, elle se trouve trop fragile et trop lâche et voudrait apprendre à être plus dure.

Bah oui l'air de rien, Rita c'est une battante, barbie sport grandeur nature ! Évidemment elle a peur de se casser le nez, elle y tient, mais si c'est pour le salut d'un ami se jeter dans la mêlée elle le fera sans hésiter. Puis comme qui dirait au pire des cas, il n'y a rien qu'un peu de chirurgie esthétique ne peut réparer pas vrai ?

C'est ironique bien sur. Il faut dire que son surnom le plus courant c'est "poupée plastique" et plutôt que de s'en désoler, elle a préfère en faire sa marque de fabrication, cela alimente juste le fait qu'elle est absolument parfaite et que toutes les filles de l'école qui passent leur temps à la critiquer, sont juste jalouses de sa beauté. Rita est une amie fidèle pour peu qu'on se donne la peine de la connaître, il suffit d'essayer.

Hybridité : Magnifique chevelure rouge + peau qui devient baveuse une heure par jour, le soir.


Picture





Pseudo Internet

Ton âge : La belle jeunesse
Ta Présence : 7/7
Notre découverte : Fondatrice
Ton Œuvre favorite : Histoire qu'on sache si tu es un fan de romance ou un fana d'action, à moins que tu sois un obsédé du gore ?
Un petit mot d'amour ? Oui, brosser le poils de l'admin qui va te valider est une bonne idée, on est comme ton chien ou ton chat, on aime ça /PAN.


Pouvoir

Smiley : A l'aide d'un crayon magique que Rita garde toujours soigneusement caché dans sa poche, la belle rouquine est capable de dessiner et tatouer des émojis vivants sur la peau d'autrui. Un coup de crayon dans l'air et hop ! Vous voilà affublé d'un émoticône chiant et bavard, qui n'hésitera pas à parler, crier, hurler et faire toute une comédie de votre visage. Cela est totalement indolore, mais c'est bigrement gênant, encore plus, lorsque le mini smiley est décidé à vous faire vivre la honte de votre vie ! Généralement, ceux-ci sont générés par les émotions de Rita et sont à l'image de son humeur du moment. Heureusement, ils disparaissent toujours au bout d'une journée et sont lavables au robinet ! Encore faut-il réussir à les attraper, ils courent vite ces chenapans... Rita ne peut pas dessiner plus de 15 smiley par jour, au risque d'avoir de violentes nausées et une éruption de ces petits démons de partout sur le corps.



Storyboard

Ma famille était heureuse. Elle menait une vie paisible dans un petit hameau de campagne à une heure du tohu-bohu de la capitale, au cœur de la région campagnarde du royaume des Limances, connue pour son calme et ses splendides plages de sable blanc où s'échouent poissons marins frais et coquillages chatoyants. Encore aujourd'hui, des falaises au dos ronds bordent ces espaces sauvages et donnent à l'océan une image de rivière sans galets. Si le bleu des eaux de ma contrée est celui des calanques, on ne trouve point de pointes escarpées en ces lieux. Il n'y a que les grains chauds des minis dunes pour ensevelir les pieds et les pinces des crabes pour en écorcher la plante. Quand je rentrais du primaire, tard, le soir, après des heures passées dans un train que la sueur des passagers avait imprégné d'une mauvaise odeur, il n'était pas rare que je m'arrête à Oshishome au lieu d'Himeda. Une courte pause, où je prenais le temps d'observer l'écume des vagues se teinter d'un orange brûlant sous les derniers rayons du soleil. La mer prenait alors, la couleur de l'Enfer.

Mon pseudo garde du corps et mon ami d'enfance, Jun n'aimait pas beaucoup ces escapades. Cela le rendait nerveux d'ainsi désobéir aux ordres de  nos pères. Il craignait le courroux de nos proches à l'idée que l'on ne soit en retard à la gare, ou qu'il ne m'arrive un malencontreux accident. Il n'aimait pas devoir constamment m'accompagner, lui, qui, plus âgé, n'avait jamais l'occasion de profiter de ses camarades ou de sa petite amie comme il le faudrait. Il avait eu la malchance d'être le fils d'une famille de garde du corps dévouée aux principes traditionalistes. Ses parents attendaient ainsi qu'il s'engage avec la même foi dans ce travail là. Les siècles avaient beau passés, Animaland restait cette éternelle terre où technologie et vielles coutumes se mêlaient avec une force et une harmonie qu'aucun autre endroit ne pouvait se vanter de posséder. Il n'était donc pas étrange d'entendre parler  de ses obligations à suivre, surtout dans les rangs dits « nobles » de la société. C'était une question d'honneur. C'est ce qui a tué mon père adoptif, l'honneur. Le devoir et la fierté, pourquoi faut-il que notre société y dévoue une telle importance ? Personnellement, je n'ai pas d’ego. J'ai déjà tout vendu, tout donné. J'ai déjà tout déshonoré. Du sang au corps, en passant par la mémoire de mes parents, il n'y a plus de blanc, que du gris.

Jun n'habitait pas loin. Il se chargeait de me raccompagner à la gare et c'est là qu'on me récupérait. On vivait dans une grande maison de marbre  et de plâtre clair. Une imposante bâtisse sur deux étages, à la toiture rouge sombre, aux jolies baies vitrées et à petit balcon fleuri. Le genre de propriété qu'on ne pouvait trouver qu'ici, loin de l'espace entubé de la mégalopole où chaque appartement rend l'effet d'une capsule et où le mètre carré se paie fortune. Mon père l'avait obtenu suite à son mariage avec Maralyn, ma génitrice. Limace de naissance, mais renarde d'origine, maman était une belle femme, élancée, sûre d'elle et pleine de vie. Elle avait collectionné les cœurs comme les aventures, jusqu'à ce qu'un accident arrive. Libertine et extravagante, les bons conseils de ses amies sur l'avortement n'avait pas su la convaincre de se débarrasser de son bébé. La sulfureuse rousse m'avait gardé en dépit de son petit salaire et d'un quotidien très occupé. Si beaucoup critiquent le régime contrôlant de ce pays, mes parents se sont aimés dés le premier regard. Ils formaient une paire idéale et personne n'aurait pu faire meilleur choix.

Celui qui deviendrait mon affectueux papa, se nommait Hideyoshi Hishima. Des yeux noirs, une peau basanée par une enfance passée sous le chaud soleil du pays des tigres et une voix rocailleuse, c'était un homme doux, hardi, au sérieux indiscutable et à la générosité prononcée. Il avait la trentaine et heureux hasard -ou calcul précis- était un homme stérile. Ma présence l'avait donc davantage enchanté que contrarié. On aurait pu le dire absent, rigide ou coincé, mais je ne garde de son souvenir que les plus merveilleux sourires et les cadeaux à n'en plus finir. Il m'a élevé comme sa  fille et gâté comme une princesse. Rien n'était trop cher pour me faire plaisir. Les robes, le poney, les voyages, les chaussures, les sacs de marque, les bijoux et les diamants, il en avait pour son argent. Il me suffisait d'ouvrir la bouche, d'insister un peu ou d'afficher une mine boudeuse pour qu'il cède à mes caprices. Bien que maman me grondait pour ses vilaines pleurnicheries infantiles, les remontrances passaient dans une oreille et sortaient par l'autre aussi vite que l'avion ne disparaît dans les nuages au décollage. Je vivais comblée, au sein d'un univers où mes désirs se faisaient roi. Il n'y avait aucun cumulus dans mes journées, juste l'école peut-être, car je ne m'y plaisais guère. J'étais entourée d'une armada de gosses que je jugeais -dans toute ma prétention- trop pauvres et ennuyeux. Leurs mocassins étaient abîmés, leurs vêtements de seconde-main. On ne naviguait pas sur le même fleuve. Un palace dorée vraiment, c'est ce que fut ma vie jusqu'à quatorze ans.

De la colère et de la haine, des ''je te déteste'' crachés à la figure en boucle, du matin à l'aurore, de minuit à midi, à chaque conversation et à chaque repas, c'est ce que j'ai offert comme cadeau d'adieu à ceux qui m'avaient tant chéris. L'adolescence m'avait rendu aussi imbuvable que le plus âcre des cafés et la perte de mon paradis plus mauvaise que la pire des hyènes. Mon père avait été licencié. Notre richesse envolée. Mon arrogance écrasée. Mes volontés contrariées. Oui, une affreuse égoïste j'étais. De la peine d'Hideyoshi, de ses yeux éteints et de son visage éreinté j'avais fait fit. Je le fuyais, je le massacrais. Mes paroles se faisaient venimeuses, elles arrachaient la chair de son cœur aussi sûrement que les crocs d'un chien sauvage ne déchiquettent la tendre viande de la biche. J'étais une ignorante. J'étais sa fille. Il m'aimait. Et, je l'ai achevé. Si ses collègues de l'entreprise l'avaient désigné comme un judas, si ces chacals l'avaient traînés dans la boue et fait ramper, j'avais terminé de le décapiter. Je ne sais pas ce qui était le plus horrible. Je ne me souviens pas de ce qui m'a le plus marqué. Sangloter ma honte. Regretter nos derniers mots. M'indigner de la faramineuse amende qu'on est venu nous réclamer pour suicide sur voie ferroviaire. Crier à m'en faire saigner les tympans. Subir l'arrestation de ma mère et sa conduite en prison, parce qu'elle avait volé. Ma poitrine devenue un amas de charbon et de cendre, une charpie de bois pourris et brûlé. Ou l'hyperventilation qu'accompagnait l'anxiété transformant la moindre respiration en un long supplice. L'insupportable solitude qui a suivi leur disparition m'a conduit par trois fois sur le toit d'un grand immeuble de la baie. Perchée au dessus du vide, je tentais de trouver la force de lâcher le grillage d'une main moite, mais si la tête suivait, le corps tremblait et la volonté se perdait dans un ultime sursaut de panique et d'effroi. Je n'avais pas le courage de mourir et je n'en étais que plus coupable de vivre.

Vous savez combien c'est pénible d'intégrer une famille d'accueil quand on a quinze ans et qu'on est en deuil ? Les regards de pitié et la fausse compassion, ce genre d'émotions qui vous apitoient sans arrêt et vous renvoient à votre peine heure après heure. Le temps s'est écoulé, les mois ont défilé. Je passais de foyer en foyer de la même manière qu'un employé change sa chemise tous les quatre matins. D'après les services sociaux, j'étais exécrablement difficile. Honnêtement, je ne crois pas qu'ils avaient tort, mais je n'avais pas l'intention d'y mettre de la bonne volonté. Sans compter Sachiko, j'aurais fini par dormir sous les ponts à la majorité. Sachiko avait 65 ans quand on m'a confié à elle. Elle habitait dans une maisonnée de Monokuro et y vivait seule depuis le décès de son mari. Les débuts furent difficiles. Prise dans mon mutisme que je ne coupais que pour critiquer, elle est la première qui n'a pas hésité à me rabaisser le caquet. Elle était stricte, aussi bornée que moi et dotée d'un véritable caractère de cochon. C'est ce qui m'a sauvé. Elle ne me traitait pas plus mal ou pas mieux qu'elle ne le faisait avec ses petits enfants. Elle ne me plaignait pas et me rappelait sans arrêt que j'étais loin d'être malheureuse. Je n'étais ni malade, ni difforme et j'avais l'héritage de mes parents qui m'attendait sagement dans un coffre de la banque. A ses côtés, je me suis affirmée. Je suis devenue celle que je suis désormais : Une mannequin talentueuse, dans une école prestigieuse. Elle m'a incité à trouver un nouveau but à mon existence. Ses conseils m'ont relevée. Je ne l'ai plus quittée. J'ai 19 ans, elle en a eu hier 68. Je redoute le moment où je devrais la quitter tout autant que celui où elle s'éteindra, et c'est pour ça que je compte bien devenir la plus grande diva du siècle avant qu'elle ne s'éteigne et accessoirement retrouver ceux qui ont licencié mon père sans sommation pour me venger de la même façon.


Revenir en haut Aller en bas
Age : 20
Clochettes : 143
Date de naissance : 18/05/1998
Occupation : Lycéenne
Messages : 11
Date d'inscription : 10/10/2017

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Humain

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Ven 26 Jan - 0:46
Je remets à zéro, le personnage !
Merci à mon Masa pour l'aide financière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Sam 27 Jan - 22:50
Invité
Rebienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Age : 18
Clochettes : 299
Date de naissance : 28/11/1999
Occupation : Septième année
Messages : 261
Date d'inscription : 13/01/2018

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Dim 28 Jan - 0:57
Rebienvenue à toi

_________________
A mwa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Age : 19
Clochettes : 2089
Date de naissance : 24/09/1998
Occupation : Elève de classe 0 - Année 7
Messages : 550
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Dehors

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Roturier

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Dim 28 Jan - 2:05
courage pour ta tite fiche, de ce que j'ai vu dans les predefs mdrr je vais avoir une nouvelle amoureuse

_________________
L'erreur est humaine, la bêtise est Esté
#6666FF

Revenir en haut Aller en bas
Age : 16
Clochettes : 723
Date de naissance : 04/07/2001
Occupation : Élève, classe 2
Messages : 406
Date d'inscription : 09/01/2018
Localisation : Au Gym, comme tout bon sportif de la classe 2

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Royauté

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Dim 28 Jan - 2:25
Oh une deuxième prédef prise :o. Rebienvenu sur ton propre forum et courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 17
Clochettes : 222
Date de naissance : 25/12/2000
Occupation : Présidente du Club de Mannequinat
Messages : 2
Date d'inscription : 15/11/2017

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Dim 28 Jan - 7:37
Merci à tous pour vos messages de bienvenus !
Cela fait toujours super chaud au coeur, même si je suis la Fonda.

Mais Amélia, Rita n'est pas une prédéfini euh ;w; !
C'est la meilleure amie d'une prédéfini héhé, la belle "Huna-Ea".
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Dim 28 Jan - 18:08
Invité
Re bienvenue ! J'adore l'hybridation !
Revenir en haut Aller en bas
Clochettes : 137
Occupation : Professeur de chant/musique // Danseuse de cabaret
Messages : 104
Date d'inscription : 15/11/2017
Localisation : Dans la salle de musique

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Roturier

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Mar 30 Jan - 10:33
Re-bienvenue petite limace blblbl ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Age : 21
Clochettes : 189
Date de naissance : 24/05/1997
Occupation : Dans mon pieu ~
Messages : 102
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : Pas loin du tout ~

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Royauté

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Mar 30 Jan - 11:43
Re-bienvenue amour d'amour, ma limace rouge que je poutouille huhu! ♥️
Encore un vava fabuleusement trop beau d'ailleurs !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le service administratif :: l'ambassade des visas :: visas des validés-
Sauter vers: