Entre humains, il faut s'entraider (Pv : Naomi)

Age : 19
Clochettes : 732
Date de naissance : 31/05/1999
Occupation : Etudiant
Messages : 29
Date d'inscription : 29/10/2017

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Humain

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Dim 5 Nov - 22:47
Fin d’une nouvelle journée. On sentait peu à peu que l’hiver arrivait. L’automne s’était déjà bien installé. L’atmosphère s’était rafraichie, et un vent froid traversait régulièrement les couloirs pour vous faire frissonner. Inconsciemment, les élèves avaient commencé à se rapprocher des radiateurs et à enfiler leurs vêtements chauds. Enfin la plupart. Certains avaient suffisamment de fourrure pour se passer de ce genre de préparatifs. A l’extérieur aussi cela se faisait sentir. Outre les températures qui avaient dégringolé, les jardins s’étaient parés de leurs couleurs de fin d’année, tout en nuances de pourpre, d’oranges et de jaune. Mais déjà, ils perdaient leurs parures, transformant la cour et les jardins en un tapis de couleurs chaudes tandis que leurs branches devenaient peu à peu nues.

Bien content d’avoir fini ses cours pour la journée, Yoon s’était rapidement dirigé vers la sortie. Il avait tout de même fait un rapide détour par sa résidence pour y laisser ses affaires. Ainsi libre de ses faits et gestes, il pouvait faire ce que bon lui semblait d’ici le repas. Quelques heures de liberté en perspective.

Pour être tout à fait honnête, le jeune homme n’avait pas trop d’idée de ce qu’il allait pouvoir faire. Flâner sans but probablement. Comme d’habitude. A part si Elyäna décidait de l’appeler pour un de ses caprices ? Des fois, puisqu’il ne la voyait pas il se demandait sérieusement si elle ne préparait pas un mauvais coup. Elle semblait avoir un véritable don pour s’attirer des ennuis après tout. Une chose était sûre cependant, il allait passer sa fin d’après-midi à l’extérieur. Il avait beau faire plus froid, il préférait encore ne pas rester enfermer entre quatre murs toute la journée. Il attendrait qu’il y ait de la neige et que les températures soient négatives pour rester cloîtré. A ce moment là, il risquerait fort de passer le plus clair de l’hiver en salle de cuisine pour s’adonner à la pâtisserie.

Il repassait tout juste par la cour en direction des jardins, pensant prendre par là avant d’aller jusqu’aux abords du pensionnat. La cour était quasiment déserte maintenant. Les élèves qui s’étaient dispersés à la fin des cours avaient eu le temps de partir, les uns vers leur chambre, les autres à leurs clubs. Il allait passer sans prêter plus guère d’attention aux autres pensionnaires quand l’une des filles qui se trouvait là tomba au sol. Devant ce mouvement étrange, Yoon se tourna vers la demoiselle qui ne bougeait pas d’un iota.

Un peu plus inquiet devant ce manque de réaction -ce n’était pas juste une chute accidentelle-, le jeune homme s’approcha rapidement de la demoiselle. Pas besoin d’être médecin pour se rendre compte qu’elle était inconsciente et sa respiration sifflante semblait indiquer qu’elle était encombrée. Yoon ne connaissait pas grand-chose à tout ce qui était problèmes médicaux. Il était plutôt du genre robuste et n’avait été malade que de façon rarissime. Et même quand il l’était, il avait plutôt tendance à faire comme si de rien n’était le temps que cela passe. Autant dire qu’il n’avait jamais été confronté à quoi que ce soit de grave jusqu’ici. Le cas de la demoiselle semblait sensiblement plus grave.

Il se demandait encore quoi faire de la jeune femme quand il entendit le son caractéristique d’élèves en train de humer l’air. Typiquement le genre de son qu’un humain comme lui craignait toujours d’entendre ici. C’était le prélude à toute chasse d’humain. Un instant, il crût que son déguisement avait été pour une quelconque raison altéré, mais il remarqua bien vite que ce n’était pas le sien, mais celui de la demoiselle qui avait été touché. En tombant, ou lors de la crise qui avait précédé sa chute, elle avait dû involontairement retirer son déguisement. Cela lui était arrivé une ou deux fois, après un mauvais mouvement ou un choc involontaire, ses oreilles ou sa queue s’était retirée -coincer sa queue dans une porte notamment était dangereux-. Dans le cas de la demoiselle, c’était ses ailes qui en avaient pâti. Vu qu’elles étaient dans son dos, c’est probablement sa chute qui les avait détachées.

Se rendant compte du danger que la demoiselle courait, et lui-même pas la même occasion, Yoon cessa de s’inquiéter et laissa ses réflexes prendre le dessus. D’abord s’éloigner d’ici pour que les hybrides ayant senti l’odeur de la jeune femme perdent vite sa trace, et ce avant qu’ils ne les repèrent. Ensuite lui remettre rapidement son déguisement, et tenter de la réveiller. Il pourrait toujours l’amener à l’infirmerie une fois qu’il aurait remis son déguisement.

L’idée d’abandonner la demoiselle ne l’avait pas effleuré. Il était du genre solitaire, mais c’était avant tout pour éviter qu’on ne risque de percer à jour son déguisement. Abandonner une compatriote humaine lui était inenvisageable. Et puis s’il la laissait là, elle ne survivrait pas cinq minutes. D’autres élèves commençaient déjà à renifler l’air et à froncer les sourcils.

Attrapant donc le corps de la jeune femme et son déguisement, Yoon la souleva rapidement et jeta une piécette au sol. D’une poussée, il se propulsa au niveau du toit. Jonglant ensuite entre poussées et tractions, il réussit tant bien que mal à prendre pied sur ce dernier. C’était plus simple quand il n’avait personne dans les bras, il pouvait alors juste crocheter une barrière et se hisser au faite des toitures. Là il avait dû réussir à dépasser le toit avant de changer rapidement sa direction pour retomber dessus et amortir sa chute en prime. Heureusement qu’il maîtrisait bien son pouvoir après sept années à l’utiliser de façon régulière.

Allongeant l’humaine sur le ventre, il procéda de la même manière que lorsqu’il enfilait ses oreilles et tenta de « recoller » ses ailes dans son dos. Par chance, cela sembla marcher et elle se retrouva à nouveau avec de jolies ailes bleues diaphanes. Il tapota enfin sa joue, cherchant à la réveiller. Sa respiration s’était un peu apaisée, mais il ne serait soulagé que lorsqu’elle aurait repris ses esprits.

« -Allez, réveille-toi bon dieu ! »
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  Le Pensionnat :: le labyrinthe fleurit-
Sauter vers: