Aide à la rédaction de ta fiche

rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:06
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale
Aide à la rédaction de ta fiche


Hayo ! Tu trouveras à la suite de ce message des fiches de présentations qui peuvent te servir et te guider dans la rédaction de ton personnage, de son histoire ou de son pouvoir.

En effet, sur ce forum, il n'est pas possible d'avoir accès aux fiches des membres validés. C'est une décision qui a été prise pour protéger des plagiats éventuels et surtout, pour donner au jeu sur le forum un goût de mystère.

Si tu veux consulter ta fiche, ou celle d'un autre membre, tu dois demander la permission à un membre du staff qui, avec l'accord du joueur concerné, te la donnera ensuite par MP !

Nous te conseillons donc vivement de bien rédiger ton profil à la suite de ta validation, car cela permettra aux membres d'avoir un bref résumé de ton personnage.

Nous avons spécialement sélectionné les fiches ici présentes. Elles devraient donc te donner une bonne idée de nos exigences.







rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:33
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"Le Ciel" Nathaniel Halvard













Feat: Theo – OC de Prince Canary
Âge : 18 ans
Sexe : M
Sexualité : Bi
Race : Humain déguisé en hybride capucin
Rang : Humain
Pays d'Origine : Australien
Allégeance : Sadomaso, il est pour l’esclava-Non c’est pas vrai, il est contre
Groupe : Classe 2 
Occupation :7e année
Particularité : La connerie, c’est une particularité ?

Les élèves de la classe 2 sont décrits comme talentueux, détenteurs d’une qualité artistique ou sportive marquée. On les dit un brin prétentieux, aspirant à une carrière de célébrité. Nathaniel répond peut-être à la première caractéristique, mais il est loin de remplir le deuxième critère ! La prétention, l’envie d’une grande et célèbre carrière, ce sont des éléments très éloignés de sa personnalité. Pourtant, Nathaniel a le charme, la beauté et une telle aisance physique qu’il n’aurait pas à avoir honte en étant prétentieux. S’il en a conscience, c’est une bonne question… Son charme vient probablement en grande partie de son ignorance, Nathaniel n’étant pas très intéressé par l’avis des autres. Les compliments lui glissent dessus, l’atteignent, mais il ne les intègre pas au point de se prendre pour un dieu. Les seuls avis qui importent vraiment viennent des gens qu’il aime. Là, le moindre compliment, le moindre signe de reconnaissance lui mettra des paillettes dans les yeux. Force est d’avouer que ces signes ont toujours été rares, sinon son ego se serait davantage étoffé.

Le sport est son passe-temps principal, il n’est pas du genre à s’installer derrière un bureau pour écouter un prof parler. Ça l’endort, alors qu’il veut écouter ! Il veut faire plein de choses, de toute façon. Et quand ça lui permet de bouger, il n’hésite pas et fonce. C’est un casse-cou, du genre à se lancer dans des entreprises hasardeuses en se croyant intelligent sur le moment. Comme c’est un boulet, autant dire que la bonne idée ne dure pas longtemps avant de virer au n’importe quoi. C’est souvent comique à voir. Nathaniel est comique.

Le n’importe quoi, ça ponctue son quotidien. Une phrase mal placée, un oubli, une action qu’il n’aurait pas dû faire, et le voilà dans la merde. Son insouciance ne l’aide pas, on ne dirait pas qu’il pige le degré de gravité de la situation. Ça peut énerver, encore plus si l’on n’est pas sensible à sa bouille. Puisqu’il joue sa vie à Monokuro, il fera attention. Autant qu’il peut. C’est un peu comme s’il était déjà mort, mais il a bon espoir de ne pas se faire attraper. Même si le régime alimentaire des capucins ne lui convient pas sur certains points, et qu’il essaie de manger normalement sans se faire choper. C’est peut-être parce qu’il est un peu naïf qu’il pense pouvoir duper les autres élèves… On le croirait idiot, avec les éléments donnés, mais ce n’est pas le cas. Il peut se montrer sérieux, et il n’est pas qu’habile de ses mains, il se débrouille pour rebondir. Puis étant assez sanguin et impulsif, il ne réagira pas correctement si on le prend ouvertement pour un con. 

Nathaniel est une personne fidèle, il n’abandonnera jamais quelqu’un, surtout si la personne compte pour lui. Comme il est assez bavard et curieux, il n’a aucun mal à aller vers les autres pour débuter une conversation, ou même venir en aide sans connaître la personne. Parfois, ça lui porte préjudice. Mais c’est un putain d’optimiste, très dynamique, qui retient plus des bonnes expériences que des mauvaises. On pourrait croire qu’il a totalement confiance en lui, mais ce n’est pas le cas. Les personnes qu’il porte en haute estime doivent reconnaître ses efforts, même un minimum. Sinon ça fait mal. Il s’implique toujours à fond dans ce qu’il aime, donc le résultat peut être très bon !
Il aime : bouger/se dépenser, aider les gens, aller à la mer, sortir la nuit…
Il n’aime pas : le régime alimentaire des capucins, les pruneaux, la plupart des cours, être ignoré… 

Nathaniel, c’est un peu une guimauve. Il est mignon avec son visage expressif constamment éclairé d’un sourire avenant, ses grands yeux bleus, ses cheveux bruns qui lui tombent légèrement devant le visage.  Son faciès reste encore un peu gamin, malgré sa stature grande et plutôt carrée. Nathaniel mesure un mètre quatre-vingt-cinq, pour environ soixante-dix kilos. Il est bien bâti, on devine sans peine qu’il passe sa vie à bouger et faire du sport, qu’il est agile et vif. Son déguisement est un capucin, il porte donc certains éléments tels que la queue de singe, noire, et les canines pointues.
Phosphorescence : Nathaniel peut rendre son corps phosphorescent après avoir emmagasiné de la lumière tout au long de la journée. Son pouvoir touche essentiellement ses yeux, qui se trouvent être deux globes lumineux dès que l’obscurité s’installe (clic). Nathaniel peut décider de la forme prise par la phosphorescence sur son corps, et de la zone recouverte. Cela dit, venant de découvrir son pouvoir, il ne sait pas comment faire et laisse le pouvoir agir de lui-même - résultat, on dirait juste qu’il fête Halloween toutes les nuits. Il s’active comme le mode automatique des phares d’une voiture, et dure tant qu’il fait sombre. De plus, l’intensité lumineuse varie selon le degré d’exposition à la lumière. Plus il aura été exposé, et longtemps, plus la lumière sera forte. Inversement avec une faible luminosité. 
Ce n’est pas un pouvoir fatigant, sauf en cas de très forte émission lumineuse et s’il recouvre une grand partie du corps. Cependant, il peut provoquer une douleur aux yeux si Nathaniel passe sa nuit dans le noir, les yeux ouverts. Ce pouvoir sert à rien mais c’est pratique, car Nathaniel n’a pas besoin de s’éclairer dans l’obscurité et peut servir de lampe torche.  Il est cependant déconseillé d'essayer de le manger, au risque de reproduire le schéma  connu avec les bonbons colorés, qui tachent l'intérieur de la bouche pour une petite demi-heure et seulement après un contact de plus de 3 minutes.   

Réseau mobile indisponible
4G indisponible


Mais what… Nathaniel ne comprenait rien à la situation. Tout était flou, confus. Jamais il n’aurait cru débarquer ici le jour de la rentrée, sachant qu’il devait rejoindre ses amis à la sortie du quartier. Mais il était monté dans ce bus et… Le bus ? Nathaniel se retourna vers le véhicule, il n’était jamais monté dedans auparavant. Une sensation étrange le saisit, les bois l’attirèrent irrémédiablement, il ne contrôlait rien. 

"Nolan c urgent viens stp"
à 9 h 02 m 23 s
Échec de l’envoi
Batterie faible /!\


"Dis à maman que je l’aime"
à 9 h 02 m 46 s
Échec de l’envoi 
Batterie faible /!\

La blague était mauvaise. Tellement mauvaise qu’elle avait sûrement mis le réseau en PLS, plus qu’il ne l’était déjà. Cependant, Nathaniel ne cessait d’espérer, se disant que les messages s’enverraient bien un jour. Il était toujours en Australie, à environ 20 minutes de Sidney, ville qui l’avait vu naître et grandir. Il y était toujours, n’est-ce pas ? L’étrange sentiment qui le tenait aux tripes et la forêt qui lui faisait face criaient le contraire… Il s’avança sur le chemin, s’enfonçant plus profondément dans la forêt. Son frère aîné, Nolan, ne devait même pas s’inquiéter à l’heure qu’il était. Il ne s’inquiéterait même pas par la suite. Le jour où Nathaniel, à 10 ans, s’était cassé le bras, Nolan s’était contenté d’une mine mécontente. Il avait immédiatement pianoté sur son portable pour appeler les secours, mais pas le moindre mot rassurant n’était sorti de sa bouche. Quand Nathaniel s’était trompé de bus, à 14 ans, et qu’il avait atterri dans une ville voisine, Nolan avait attendu la fin de tous ses rendez-vous avant même de songer à récupérer son petit frère. Pourtant, Nathaniel gardait un amour inconditionnel pour son frère. 

Nolan l’avait davantage élevé que ses parents, tellement absents que Nathaniel ne les connaissait pas plus que ça. Leur père passait plus de temps en Norvège qu’en Australie et leur mère se dévouait à son nouveau mec et ses enfants. Elle n’était jamais à la maison, constamment à s’occuper des demi-frères et sœurs de Nathaniel et Nolan. Elle, tout comme son ex-mari, comptait sur Nolan pour  veiller sur Nathaniel. Ils ne jugeaient pas la tâche difficile pour Nolan, plus âgé de 17 ans par rapport à Nathaniel. L’aîné fut donc une figure paternelle plus qu’un frère pour le plus jeune, qui lui vouait une admiration et une reconnaissance éternelle. Même si Nolan lui donnait l’impression d’être une plaie, un boulet, un poids qui entravait ses ambitions, Nathaniel l’aimait. Il aurait pu le détester mais avec le temps, il s’était surtout persuadé que Nolan ne savait pas montrer son affection. Allez savoir s’il ne s’agissait que de l’imaginaire de Nath, ou s’il s’agissait de la réalité. 

"Plus srxmt, c vrmt chelou-"
Batterie faible /!\
Écran noir. 

Nathaniel envoya valser son portable contre un arbre, frustré par la situation. C’était stressant, et le chemin n’en finissait pas. Faire demi-tour ne semblait pas envisageable, encore moins lorsqu’un portail se présenta à lui. Derrière, un type bizarre, déguisé. Nathaniel ne se méfia pas, rassuré d’avoir une présence dans cet environnement étranger. Signer le papier ne souleva aucune question. Il voulait plus d’explications, une idée pour rentrer chez lui. Il n’en obtint rien, seulement des informations décevantes, inquiétantes et qui, malgré leur caractère inhospitalier, empêchaient toute fuite. Nathaniel avait la désagréable impression d’être dans un cauchemar, ou alors d’être beaucoup plus con qu’habituellement. En tout cas, il fut forcé de croire le directeur et de réaliser l’ampleur du piège dans lequel il était tombé. Malgré la détresse qui secouait son cerveau, Nathaniel fut immédiatement attiré par le déguisement et la découverte de son pouvoir. C’est sûrement à cause de la pression qu’il choisit le capucin, sans prendre en compte tous les éléments. Quant à son pouvoir, Nathaniel ne fut pas déçu. Non, il ne pensa pas à l’inutilité du truc en combat et défense. Il se dit que c’était classe, utile s’il oubliait sa lampe torche. Tant de découvertes le perdirent, la curiosité se mêlait à l’angoisse… Nathaniel fit de son mieux pour tirer les meilleurs sentiments de cette situation perturbante, et son pouvoir, sa classe, confirmèrent une chose : il ne brillait pas pour son intellect. . 


Ton Âge : Vous saveeeez
Ta Présence : Comme déjà dit, no-life 4 life
Notre découverte : C’était il y a longtemps, plus d’un an 8D En vrai je sais plus
Ton oeuvre favorite : Déjà dit sur Nice !
Un petit mot d'amour ? ♥️
rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:34
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"La vie est belle ~" Bubulle Pellegrino













Feat: Nadeshiko Kagamihara (Yuru Camp)
Âge : 17 ans
Sexe : Je suis une gentille fifille !
Sexualité : Pansexuelle à fond baby
Race : Hybride poisson rouge comète
Rang : Noble - Originelle
Pays d'Origine : Royaume des Poissons Rouges
Allégeance : L'esclavage sous toutes ses formes ne m'intéresse pas !
Groupe : Classe 4
Occupation : Étudiante en sixième année
Particularité : Soucis de mémoire et atteinte d'autisme modéré

A quoi je pense...

S’il y avait bien un point sur lequel tout le monde s’accordait concernant Bubulle, ce serait sa bonne humeur contagieuse. La jeune poisson rouge était une hybride au regard pétillant et au sourire chaleureux. Pleine de tendresse et débordante de gentillesse, elle voyait tout ce qui l’entourait d’un oeil confiant et optimiste. Rêvant de son monde rose bonbon Haribo, elle ne désirait que le bonheur autour d’elle, se confortant sur son petit nuage de Barbe à Papa.

Tout naturellement, son attitude constamment joviale au quotidien devait en déconcerter plus d’un. Qu’importait la situation, qu’importait l’atmosphère de cette dernière, Bubulle respirait toujours la joie de vivre. Il était très rare de la voir pleurer de tristesse ou bouillonner de colère suite à une panne Windows. Si rare que c’était à se demander si elle n’avait pas oublié ces précieuses émotions… La jeune Pellegrino avait bien du mal à peser l’importance de certains maux, prenant tout avec légèreté…  Loin d’être intentionnel, son comportement décalé risquait fortement de vexer certaines personnes. Par conséquent, elle s’attirait aussi le mépris d’êtres blessés et incompris qui la qualifiaient d’insensible. Souvent elle ne saisissait pas ces réactions.

En même temps, comment mépriser une si mignonne bouille d’originelle ? Son statut presque divin ne l’avait pas beaucoup aidé à sortir de son monde aux milles couleurs de Skittles, alors comment pouvait-on lui en vouloir ? Après tout… Son imagination débordante, sa mémoire à court terme et sa pathologie ne l’aidaient pas beaucoup…

Atteinte d’un syndrome proche de l’autisme, Bubulle s’avérait être lente à la compréhension et possédait des difficultés à s’exprimer et surtout à échanger de manière cohérente avec autrui. Ses maladresses la troublaient dans son apprentissage et ses études, ayant beaucoup de mal à rester concentrée sur une tâche, aussi simple pouvait-elle être. Elle ne pouvait s’empêcher de jouer avec ses stylos Bic ou de laisser son esprit vagabonder dans son monde imaginaire. Bien que dotée d’une grande tolérance, Bubulle possédait des intérêts restreints, voire obsessionnels pour la musique, les dessins animés et les visual novels. Il était bien difficile de converser avec elle sur un tout autre sujet.

Mais que serait un problème sans un deuxième pour venir le compléter ? L’originelle avait beau se montrer gentille et généreuse, motivée et déterminée… Elle ne pouvait rien faire contre sa mémoire défaillante. Pour des raisons cliniquement inconnues, la jeunette possédait une mémoire limitée qui n’excédait jamais les trois semaines de souvenirs. Impossible de se rappeler de quoi que ce soit appartenant au passé… Sauf si bien entendu, la petite Bubulle s’efforçait d’actualiser ses souvenirs : par exemple, elle n’oubliera jamais un ami de longue date si elle se rappelle de lui de temps en temps, voire tous les jours. C’était pour cette raison que Bubulle écrivait des pages et des pages et des pages de journaux intimes Diddle, conservant de manière manuscrite et indélébile ses précieux souvenirs.

Au delà de ses handicaps moteurs et de sa mémoire défectueuse, Bubulle était une étudiante tout aussi paresseuse comme les autres, méritant largement son titre de classe 4. Elle adorait dormir, se prélasser et manger toute sorte de plats. Elle adorait s’essayer à divers instruments de musique - le piano Yamaha restant son préféré. Elle ignorait pourquoi, mais quand elle jouait ou quand elle écoutait un morceau qui ne lui était pas si inconnu, leur mélodie avait le pouvoir de stimuler sa mémoire, lui donnant une impression de déjà-vu. La musique était sa drogue, bien qu’elle n’était pas une prodige dans le domaine.



A quoi je ressemble...

Corpulence : La jeune hybride est mince et n’a pas la “chance” d’avoir des courbes voluptueuses. Elle est haute comme trois pommes atteignant les 1m52 pour 41 kg. Sa peau est aussi blanche que la neige d’un mois de janvier.

Particularités : Concernant son hybridation, Bubulle est dotée de branchies au niveau du cou qui, bien qu'on pourrait croire le contraire, ne fonctionnent pas et ne lui permettent pas de respirer sous l'eau. Les doigts de ses mains et de ses pieds sont reliés entre eux par de fines membranes orangées, légèrement opaques. La jeune fille possède aussi deux autres membranes du même genre, bien plus longue, reliant d’un joli voile ses coudes et ses côtes. Sa peau lisse laisse apparaître de belles écailles oranges et blanche lorsqu’elle est dans l’eau. Cette peau est à hydrater soigneusement et si possible, deux fois par jour.

Des tâches de naissance pourpres, témoin de son statut d’originelle, lui parcourent l’épaule droite, telle un poisson nageant parmi les bulles de son bassin aquatique.

Cheveux : Ses cheveux sont longs et lui descendent jusqu’au bas du dos. Ils sont colorées d’une teinte rosée à l’air libre et prennent une couleur rouge-orangé une fois la tête sous l’eau.

Yeux : Deux grands yeux bleu turquoise, rappelant les mers du sud, qui vous implorent de venir faire une partie de Uno avec sa propriétaire.

Vêtements : Bubulle aime se tenir au chaud dans des pulls d’hiver et sous un bonnet. Elle adore aussi les top de type Little Marcel en été. Les jupes et collants sont ses amis. Elle est aussi une adepte des petites Dr Marteens.

Accessoires : Elle porte constamment un collier équipé d’un petit coquillage doré, rappelant ses parents loin d’elle.

Febreze - Bubulle, comme son nom l’indique de manière non pas si ironique, possède la capacité de créer des bulles à partir de ses mains, faisant un rond avec son index ainsi que son pouce et s’amusant à souffler dans le trou telle une grande gamine.

A première vue, ces fameuses bulles n’ont rien de spectaculaires… Mais leur utilité ne se limite pas qu’à divertir les plus jeunes. Tel un désodorisant que l’on pulvériserait un peu partout dans sa maison, chaque bulle éclatée propage autour d’elle une douce odeur dans un périmètre de 10 mètres. Fleur de lotus, air marin, lavande, savon de Marseille, gingembre, encens… De quoi prendre une bouffée d’air frais fort sympathique.

L’utilisation du Febreze est, bien entendu, limitée. Bubulle ne peut parfumer l’air ambiant que trois fois par jour. A chaque utilisation, elle ne peut créer que 5 à 8 bulles de savon, contenant toute la même odeur. Généralement, deux bulles éclatées suffisent amplement, la forte odeur pouvant donner mal à la tête aux truffes les plus sensibles. Très souvent, elle s’amuse à faire la plus grosses des bulles, donc… Attention aux éclaboussures~

Assise sur le bord de son lit, une jeune fille à la chevelure rosée observait les murs de sa chambre se teinter d’une belle couleur orangée. Le soleil déclinait lentement à l’horizon pour laisser place à sa cousine la lune. C’était un beau crépuscule. Le regard océanique de l’hybride semblait perdu dans le vide et sa bouche à peine ouverte laissait à penser que son esprit était ailleurs. Ce fut le clignement de ses yeux qui la ramena à la réalité. La jeune fille se souvint alors qu’un petit cahier Clairefontaine était posé sur ses genoux et que son Stabilo s’apprêtait à lui échapper des mains. Surprise par son habituelle maladresse, elle rit doucement avant de se pencher à nouveau vers son bouquin. La bille du stylo toucha la page et son poigné vint tracer quelques lignes… Des mots simples apparurent sur la feuille légèrement froissée… Des mots si banaux, mais aussi si important…

Cette jeune hybride devait s’appeler Benedicta Amora Pellegrino. Elle était la fille unique d’une noble famille du pays des Poissons Rouges, dont les parents étaient d’humbles ambassadeurs du royaume des Limaces de Mer. Leur rôle avait une importance primordiale concernant l’alliance politique et commerciale qu’entretenaient les deux territoires. Ce couple d’hybride remplissait leur travail à merveille, amoureux du pays dans lequel ils vivaient désormais. La petite Benedicta vit le jour de leur union, promise à un avenir radieux - d’autant plus qu’elle était née originelle - mais le destin décida de lui accorder une triste vie d’ignorance et d’oubli permanent…

Les plus grands docteurs et neurologues des eaux douces étaient incapables de mettre le doigt sur cette maladie chronique dont était atteinte la petite rosinette. Pour des raisons qui dépassaient l’entendement, la petite originelle ne possédait pas de mémoire à long terme, seules les mémoires instantanée et à court terme étaient opérationnelles. Les souvenirs datant, d’environ, plus de trois semaines devenaient obsolètes. Impossible pour elle de se remémorer des souvenirs ultérieurs. La seule solution : réactualiser ses souvenirs de temps en temps, si ce n’était tous les jours. A cause de sa maladie, il était impossible à la petite poisson rouge de se souvenir complètement de son nom.

“Benedicta ? C’est qui Benedicta ? Moi je m’appelle Bubulle, moi !” s’exclama-t-elle du haut de ses deux ans. Malgré les efforts de ses parents, Benedicta se transforma en Bubulle. Son don lui permettait de se rappeler constamment son nom… De belles bulles de savon au doux parfums fleuris et apaisants. Cela la rendait d’ailleurs joyeuse de se nommer ainsi… Bien que des personnes extérieures y voyaient seulement du ridicule et de l’idiotie.

Cependant, Bubulle était habituée à être comparé à une idiote ou une simplette… Seuls ses parents la chouchoutaient telle une princesse, la couvant d’amour et de beaux moments qu’elle finissait par oublier. Ils l’avaient éloignée des regards méprisants en l’embarquant dans leur petite ambassade - bien que le roi n’était pas très satisfait à l’idée que l’originel de sa nation se trouve en dehors de ses frontières. Bubulle avait des “pouvoirs” d’attraction pouvant être utile à ses dépens.

La petite famille Pellegrino vivait dans une résidence, non loin du palais royal des Limace de mer. Depuis que Bubulle pouvait courir sur ses deux frêles jambes, elle échappait constamment à la vigilance de ses parents. C’était d’ailleurs, lors d’une de ces échappées dans les couloirs du palais royal qu’elle fit la rencontre de l’héritier Lev Azerback. L’hybride bleuté avait son âge, soit trois années, et s’avérait être lui aussi un originel. Bubulle se prit immédiatement d’affection pour iel et depuis lors, elle ne l’avait jamais quitté. Avec ses parents, c’était l’un des rares individus dont elle arrivait à se souvenir. Jamais son petit minois et ses cheveux azurés ne s’envolaient de sa mémoire. Bubulle s’était aussi liée d’amitié avec le.a jumel.lle de Lev. Ils formaient un trio inséparable, s’amusant encore et toujours dans les jardins du palais… Du moins c’était dans ce monde bercé d’illusion que pensait nagé Bubulle… Après tout… Elle avait oublié que cet.te ami.e était parti.e…

Les années passèrent et bien que la poisson rouge n’en avait guère l’impression, elles se ressemblaient toutes. Fascinée par les personnes qui l’entourent, elle n’a jamais été seule à proprement parlé, même si au fond d’elle ses souvenirs lui manquaient. Ses souvenirs qui n’étaient désormais que de simples mots couchés dans des carnets. Au fil des mois l’encre couler et à chaque lecture de son soit-disant passé, Bubulle s’émerveillait. Chaque soir, elle imaginait la vie qu’elle avait vécu… Tout en racontant celle dont elle se souvenait lors de la journée passée.

Sa vie n’était que des bouquins, rangés les uns à côté des autres, classés par années et remplissant à eux seul la moitié d’une armoire. Plus elle contemplait ces récits, plus elle se détachait de son personnage… Bubulle était-elle vraiment Bubulle ? Préférant l’ignorance et croire aux mots que la Bubulle d’hier avait écrit, elle ne souhaitait pas réfléchir à la question. La vie était trop belle pour être gâchée par de simple futilité… Et vivre au jour le jour, même en étant une coquille vide, ne la déplaisait pas.

Toujours collée à son.a meilleur.e et éternel.le ami.e “Yevunet”, Bubulle peinait à garder un niveau raisonnable à l’école. Ses résultats étaient toujours moyens, à croire que quelque chose dans son esprit l’empêcher de raisonner librement. Il lui arrivait souvent d’avoir quelques moments d’absences en cours ou d’oublier. Malgré tout, sa bonne volonté ne la faisait jamais baisser les bras. Elle se donnait à fond, chaque jour, pour exister… Pour ne pas finir… Vide.

Elle poursuivit ses études à Monokuro, dans l’espoir pour ses parents, que des professionnels parviennent à relever son niveau scolaire, malgré ses handicaps. Cela faisait déjà quelques années qu’elle traînait en classe 4… Toujours en compagnie de Lev. Bubulle était un véritable pot de colle quand elle s’y mettait, il ne faut pas croire...


Bubulle posa alors son stylo, qui était finalement un PepperMint, et referma son cahier, qui était finalement un Oxford. Un sourire illuminait son visage. Elle était heureuse d’apporter quelques lignes supplémentaires à sa belle vie.



Ton Âge : J'suis pas fraîche m'sieurs-dames !
Ta Présence : Pour le moment, je suis présente tous les jours.
Notre découverte : Ceci est un DC tout mimi
Ton oeuvre favorite : En ce moment : Danganronpa, Les secrets de Vanitas et les Fate/séries.
Un petit mot d'amour ? Je vous nems tout fooooort ! Vous êtes géniaux et adorables ! Pluie de bubulles sur vous ! (Je me suis permise de lui mettre le statut d'originel. Si jamais ça fait trop d'originiel sur le forum, je le retirerai. Il n'y a pas de soucis)
rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:35
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"Nothing is better than a good book" Mavis & Martel













Feat: Ada Vessalius - Pandora Hearts
Âge : 20 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Race : Hybride chien, golden retriever
Rang : Noblesse
Pays d'Origine : Pays des chiens
Allégeance : Pour en suivant l'avis de sa famille, mais contre intérieurement
Groupe : Classe 1, neuvième année
Occupation :Elle rêve de devenir fleuriste, et possède donc de solides connaissances sur le sujet
Particularité (Falcutaltif) : //

Apparence : Mavis, c'est un mètre soixante cinq de douceur sur pattes. Une taille moyenne, un poids raisonnable et une corps joliment formé. Si elle ne semble pas vraiment le remarquer, elle attire parfois le regard de ceux qui passent. La jeune femme a une tendance à se dévaloriser, à se penser inférieure aux autres. Pourtant, elle est loin d'être désagréable à regarder.

Son visage se pare de traits fins et harmonieux. Il est encadré par la longue chevelure de la jeune femme. Blonde comme les blés. Pour accompagner cette blondeur, Mavis possède deux orbes d'un vert émeraude pétillant. Au milieu de sa chevelure, on peut apercevoir une paire d'oreilles canines, allant de paire avec la queue dans le bas de son dos. Golden retriever.

Mavis, c'est une jeune femme pleine de grâce. Cela se voit dans sa démarche, dans son port. Noble, royal. Elle fait honneur à son rang, elle y tient. Revêtant en général des robes la mettant en valeur, elle a tendance à apprécier les couleurs claires et vives. Des couleurs pleines de joie.

Mental : Mavis, ce sera toujours la fille posée dans un coin d'une pièce. Celle qui peut rester là une heure sans qu'on la remarque. Pas un bruit, pas un mot. Mavis c'est une jeune femme connue pour sa discrétion. Elle marche en rasant les murs, elle se fait remarquer le moins possible. Parce que Mavis, elle a peur d'attirer l'attention. Elle a peur qu'on lui fasse des remarques, qu'on se moque d'elle. Mavis, elle a peur des relations avec les autres.

Pourtant, Mavis c'est aussi une jeune femme intelligente et cultivée qui peut parler pendant des heures d'un sujet qui l'intéresse. Quand elle est sur sa lancée, il devient difficile de l'arrêter. Elle aime débattre et approfondir ses connaissances. Autant qu'elle aime aider les autres à apprendre. Rien n'as plus d'importance à ses yeux que d'avoir un grand nombre de connaissances.

Malgré sa peur des relations, Mavis peut se révéler surprenante une fois mise en confiance. Un peu timide et effacée sur les bords, elle est le genre de personne à aimer rire sur toutes sortes de sujets. Ce sera la bonne amie toujours à l'écoute, toujours de bon conseil. Mavis elle est fidèle, autant en amitié qu'en amour. Elle supporte mal de se faire trahir. Regagner sa confiance est mission impossible.

Avant tout, Mavis c'est le genre de fille à qui il faut faire attention. La fille qui pourrait vite se faire oublier et se renfermer. Parce qu'elle a peur de s'imposer auprès des autres, alors elle préfère être seule dans son coin. parce qu'elle a peur d'être blessée, et de se blesser elle-même en s'attachant. Pourtant, intérieurement, Mavis c'est une crème. Douce, agréable et attentionnée.
Détection : Ce pouvoir permet à Mavis de connaître le pouvoir de quelqu'un d'autre. Elle doit pour cela avoir un contact d'au moins une ou deux minutes avec la personne, au niveau de la tête de celle-ci. Si elle touche autre part, le pouvoir de Mavis ne se déclenchera pas. Il faut que sa main soit en contact avec la tête. De plus, elle ne saura jamais avec précision quel est le pouvoir de la personne. Dans sa tête, elle aura une vague description de ce dernier.

Elle ne peut détecter le pouvoir que de deux personnes par jour. Si elle va au delà, elle aura des maux de tête assez intenses, qui ne passeront pas tant qu'elle n'aura pas pris une nuit de sommeil. Des médicaments n'atténueront que très peu la douleur des maux de tête. Seul le passage à un autre jour pourra les faire disparaître.

Mavis, c'est une enfance dorée, dans une famille aimante. Deuxième enfant de la famille, elle est née un an après son frère aîné, Horace. Dès sa petite enfance, Mavis s'est montrée comme l'opposé total de son frère. Lui turbulent et désobéissant, elle sage et docile. Dès le début, Mavis c'était la fille parfaite, qui faisait la fierté de ses parents. La petite qu'ils étaient fiers d'avoir et de présenter à leurs amis. Dès le début, Mavis elle avait tout pour rendre son frère jaloux. Sans le vouloir, elle a fait se nicher une haine dans leur relation alors qu'ils étaient encore jeune.

Mavis à trois ans : Une petite fille toujours aussi sage, toujours aussi mignonne. Elle marche encore un peu maladroitement mais aime gambader partout. Elle gazouille quelques mots, cherche à faire la conversation. Parfois même, elle tente d'imiter sa mère lorsqu'elle s'occupe de leur petit jardin. C'est un petit rituel entre toutes les deux, un moment qu'elles partagent seules. Leur moment préféré de la journée.

Mavis à six ans : Petit fille a commencé à apprendre des choses. Elle a un professeur qui vient leur faire cours, à elle et son frère. Très vite elle se montre plus studieuse que son aîné, plus concentrée lors des cours. Mavis elle veut rendre fiers ses parents, alors elle essaye d'être parfaite sur tous les plans. Et elle rend encore plus jaloux son frère, qui reçoit moins d'attention de leur parents. Alors le petit de sept ans décide de se venger, considérant sa sœur responsable.

Mavis à treize ans : Elle n'ose pas dire à ses parents que son frère lui fait des crasses. Elle a peur qu'il se venge d'autant plus. Elle a peur de lui. Alors Mavis, elle s'est renfermée sur elle-même, elle est devenue timide avec les gens. A cause de Horace, elle a peur des gens. Pourtant, devant leur parents, elle est toujours la même. Serviable et agréable. Elle prend même tout particulièrement soin de sa mère dont le ventre s'arrondi de nouveau. Tout en continuant de se montrer la plus parfaite possible dans ses cours.

Mavis à seize ans : Elle a fini par craqué. Elle a demandé à ses parents de quitter la maison, pour aller étudier à Monokuro. Officiellement c'est pour atteindre un encore meilleur niveau et côtoyer des gens. Officieusement, elle veut juste s'éloigner de son frère. Quoiqu'elle regrette de devoir quitter sa petite sœur, Amber. Au moins, elle promet de revenir pendant les vacances. L'arrivée à Monokuro lui a fait bizarre. C'est la première fois qu'elle s'éloigne vraiment de sa famille. Découvrir le roi de son pays dans son rôle de directeur lui a fait bizarre aussi.

Mavis à dix-huit ans : Le pensionnat lui a semblé un endroit tranquille pendant quelques temps. Jusqu'à ce que Horace décide de venir lui aussi, quelques mois après elle. Bien décidé à ne pas lâcher sa sœur, même loin de chez eux. Le jour où Mavis l'a aperçu au pensionnat, elle a vu son monde s'effondrer. Elle qui était venue ici pour être tranquille.

Mavis aujourd'hui : Le pensionnat, c'est un peu mieux que la maison. Ici, elle croise moins son frère. Mais dès qu'elle le voit, elle fait en sorte de l'éviter. A cause de lui, elle a gardé de mauvaises habitudes. Elle n'ose pas aller vers les autres. Et à côté, c'est toujours une aussi bonne élève.


Ton Âge : Haruna + 3
Ta Présence : #No life
Notre découverte : Je suis sortie de ma tête
Ton oeuvre favorite : Haruna sait tooooouuut
Un petit mot d'amour ?Il luv you all
rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:36
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"Silent Voice" Larsaru Krukow













Feat: Hibari Kyoya ( Reborn )
Âge : 24
Sexe : Garçon
Sexualité : Nala ❤
Race : Hybride Merle Noir
Rang : Royauté, Quatrième Héritier
Pays d'Origine : Pays des merles
Allégeance : En pleine réflexion
Groupe : Classe 3
Occupation : 12ème année
Particularité (Falcutaltif) : Muet de naissance
Taille : 1m68

Poids : 56kg

Cheveux et teinte :
Lisse / noir de jais

Hairstyle : Franche et cheveux ni trop courts ni trop long dégradé.

Yeux et Pupilles : Yeux bleus/gris en forme d'amande

" Words are very unnecessary " Enjoy the silence, Depêche Mode
Pour son plus grand malheur, et celui de sa famille, Larsaru est née avec un handicap. Il ne peut faire usage de sa voix, puisqu'il est muet, le comble pour un oiseau chanteur.

"J'fais plus gaffe à l'orthographe depuis qu'j'te parle avec mes doigts " Mon précieux, Soprano
De part son handicap, Larsaru communique par SMS avec ses paires. Pour parler avec des personnes qui ont son numéro c'est très simple. Mais avec quelqu'un qui vient à peine de rencontrer, il tape à une vitesse incroyable, sans fautes, sur son clavier de smartphone et montre son message à son interlocuteur. Il communique aussi avec la langue des signes, cela lui arrive parfois quand il en a la foi.

" Please don't stop the music '' Please don't stop the music, Rihanna
Larsaru est un tordu de musique. Il l'écoute quasiment vingt quatre heure sur vingt quatre. La musique a bercé son enfance, son adolescence et sa vie d'adulte.

" Money Money Money, it is funny, in a richman world '' Money Money Money, ABBA
Larsaru ne jure que par l'argent. Pour lui le pouvoir, la gloire, le bonheur ne s'acquiert qu'avec beaucoup de richesse. L'argent fait tout. Pas besoin d'amis quand on a l'argent.

" Si ce soir j'ai envie, d'casser la voix !!! "Casser la voix, Patrick Bruel
Cela paraît complément insensé, mais Larsaru est le membre de sa famille a avoir la plus belle voix. Il '' l'économise '' tellement, que son timbre de voix est charnel et hypnotisant. C'est une beauté vocale.

''Too shy shy hush hush" Too Shy, Kajagoogoo
Larsaru ne sait pas trop comment s'y prendre avec les autres. Il est de part son handicap assez distant et timide. Il n'ose s'approcher des autres, et ne veut pas s'attacher à eux. Il a peur d'être abandonner et rejeter car il se sent inutile.  
THIS IS THE VOICE

A défaut d'être muet, Larsaru ne peut exprimer que des petits bouts de phrases en chantant des paroles de chansons connues.

Exemple : Si Larsaru veut communiquer une envie de manger du chocolat, les paroles de chansons suivantes peuvent sortir de ses lèvres : '' C ! I ! O ! CHOKOREETO CHOKOREETO Cho ! Cho ! Cho ! Ii ka na ?" Gimme chocolate,BabyMetal

Le fait d'entendre un simple mot peut lui rappeler une parole de chanson, et ne pourra s'empêcher de chanter ces phrases.

Exemple : Si Larsaru entend le mot '' port '', voilà ce qu'il pourrait vous sortir : '' Dans le port d'Amsterdam, il y a des marins qui chantent " Amsterdam, Jacques Brel

Bonus : Si son auditoire est impressionné par sa voix, il a de forte chance que les personnes se trouvant en face de lui soient apaisées par le son mélodieux de ses cordes vocales. C est comme si tout allez bien et qu un bien être les envahissaient. Quand Larsaru chante, vous vous sentez bien.

Malus : Si il ne conquiert pas le coeur de son auditoire, des sons comme des buzzers résonnent dans sa tête, lui provoquant de terribles mots de tête.

Temps d'utilisation : Ce pouvoir n'étant pas en continu, il se mesure en quantité et non en durée. Dans une journée complète de 24h, Larsaru ne peut prononcer qu'une vingtaine de phrases
We Are Family : We Are Family, Sister Sledge

Le pays des Merles, dirigé par mon père, hybride merle noir et ma mère hybride Canari Jaune. Un amour passionnel entre deux jeunes adultes, uni certes par les lois des mariages arrangés, mais surtout uni par un coup de foudre vocal. Ils se sont vus, se sont entendus et se sont tout de suite aimés.

De leur amour et de leur union sont nés de magnifiques enfants :
- Deux faux jumeaux : Tômaru et Kentaru : On ne peut pas les confondre. Toma et un grand mâle cheveux noir comme l'ébène et des yeux verts comme des émeraudes, comme mon père. Kenta est un grand blond aux yeux bleus, comme ma mère. Ils sont sans cesse en train de se disputer le trône, mais s'adore énormément, voire de trop à mon sens. On ne peut pas les séparer.
- Lûkaru : C'est selon moi, le plus beau de la famille. Il ressemble énormément à une femme. D'ailleurs on avait prédit à sa naissance qu'il serait une fille. Et non, c'est bien un homme. A peine plus grand en taille que moi, il possède de magnifiques cheveux blond et les yeux verts.
- Et enfin me voilà Larsaru le petit dernier de la famille. Le petit incident de parcours. Je suis né muet. Petit en taille pour un garçon, les cheveux noir de jais, les yeux bleu/gris, je suis le chouchou de cette fratrie. Et pourtant, je n'ai rien demandé pour l'être.

Vivo per lei la musica : Vivo per lei,  Andrea Bocelli

Notre famille est la plus connue pour ses belles voix. Nous avons tous hérités des voix de nos parents. La musique berce notre quotidien. Ils chantent pour n'importe quelle occasion : les galas de charité pour des associations orphelines, pour nous endormir le soir, pour animer les soirées en famille. Parmi toutes ces belles voix, il y a moi. Ne pouvant chantonner que quelques phrases, je suis selon mes parents et mes frères la plus belle voix de tous. En plus de chanter, et de siffler pour moi, nous jouons tous d'un instrument de musique :
- Toma : la guitare
- Kenta : la base
- Luka : le piano
- Moi : le violon
Cela donne un bon groupe. Mes parents au chant, mes frangins et moi aux instruments. Le peuple est très admiratif de nos performances musicales. Je les accompagne car je sais que c'est pour de bonnes causes. Sinon je n'aime pas vraiment m'exposer à la lumière des projecteurs. Je laisse ma place aux autres. La musique est notre vie. Nous vivons pour elle.

Je suis riche de ça mais ça ne s'achète pas : Je marche seul, Jean Jacques Goldman

L'amour, drôle de lien qui aimante notre famille. Trop d'amour dans cette famille. Cela me dégoûte particulièrement. Mes parents toujours amoureux l'un de l'autre, jusqu'à ce que la mort les sépare. Mes deux plus grand frères, toujours collés l'un à l'autre, n'ont pas le temps de se trouver de compagnes, trop occupés à se disputer le règne familial. Je me demande même s'ils ne sont pas brosexuel. Luka quant à lui, star de la famille, a trouvé sa muse dans ses diverses tournées musicales. Ils sont ensemble depuis peu, mais ma belle sœur est déjà enceinte. Elle m'a volé mon grand frère, je ne l'aime pas particulièrement. Mais je la respecte tout de même. Si mon frère a choisi de la faire sienne, ce n'est pas pour rien je suppose. Et moi parmi tout ce monde, je ne suis amoureux uniquement que de l'argent. L'argent nous garanti le pouvoir, le bonheur et l'amour. Du moins c'est ma philosophie. Sans argent on est rien. Surtout quand on est le dernier de la famille. L'héritage je peux m’asseoir dessus.

Il y aurait de la musique Pendant le cours de physique : Un collège fou fou fou, Bernard Minet

Monokuro. Comme mes frangins j'ai dû m'y inscrire pour y faire mes études. Quelle classe choisir ? La troisième bien sûr. Je suis potentiellement apte à intégrer la deuxième, mais je n'aime pas me faire remarquer, donc la classe trois est parfaite. Quelle choix de carrière s'offre à moi en venant ici ? J'ai tout le temps d'y réfléchir. Un travail qui rapporte des sous, ce serait bien. Mes deux grand frères, se sont orientés dans la politique, pour régner encore plus. Mon autre frère est devenue une star. Tous ont choisi un métier qui rapporte des sous. Moi je me tâte encore à devenir compositeur ou manager de star. Ne pouvant utiliser ma voix comme mon grand frère pour devenir chanteur, je suis obliger de m'orienter ailleurs. Qui sais je pourrais être juré de télécrcohet …

Next year, I'll give it to someone, I'll give it to someone special, special, Someone : Last Christmas, WHAM

C'est ma dernière année au pensionnat. J'avoue être très angoissé. En effet, suis en mesure de devenir quelqu'un par mes propres moyens ? Je suis seul et je n'arrive pas à me démarquer : que ce soit parmi mes frères ou parmi les élèves de l'école. J'ai besoin de me sentir vivre. Et c'est à travers les yeux de ma fiancée Nala, que la vie a maintenant le plus grand intérêt. Grâce à elle je me sent vivant, autrement que par la musique. La richesse de l'amour et la richesse du son me font de nouveau croire au bonheur.


Ton Âge : 25 ans
Ta Présence : Comme un refrain
Notre découverte : Epidémie
Ton oeuvre favorite : Grease, Footloose, Dirty Dancing
Un petit mot d'amour ? Nala    
rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:37
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"Little bad wolfMiliana Evans













Feat: Grey Wolf , Kemono Friends
Âge : plutôt jeune, Miliana a 18 ans
Sexe : Fille  
Sexualité : Miliana est bi, meme si elle a une preference pour les garcons, ça peut créer des petites scenes drôles des fois *fixe Alex*
Race : Hybride, toujours Hybride,une louve alpha, canus lupus columbianus
Rang : Royauté
Pays d'Origine : Pays des Loups, seconde princesse des loups
Allégeance : Contre l’esclavagisme
Groupe : classe 0
Occupation : No job
Particularité (Falcutaltif) : Aucune particularité

Au niveau du physique:
Miliana a une peau pâle, cette peau dégage souvent une odeur de rose mélangée à de la vanille, c’est un parfum qu’elle porte souvent et qui la définie bien. La jeune louve est plutôt grande et mince, elle possède des formes là où il faut qu’elle ne se gêne pas pour mettre en valeurs lors des réunions de noble ou avec des tenues rock qu’elle porte souvent.  
Mais ce n’est pas parce qu’elle est mince qu’elle semble fragile. Ce serait même le contraire, elle semble dure à approcher au premier regard. La cause de cela ? Pas seulement l’aura alpha qu’elle dégage naturellement mais surtout l’air énervé qu’elle arbore.  La jeune femme possède des crocs qu’elle ne se gêne pas pour sortir.
Ses pupilles se fendent alors, elles sont vairons : un œil doré et un œil bleu océan. Ses oreilles noires se plaquent alors en arrière et sa queue douce et touffue bat en rythme. Vous avez une vraie louve face à vous dès lors, et vous feriez mieux de courir. Les cicatrices qu’elle a sur le corps le prouve, quand elle se bat c’est de manière violente.
Oh bien sûr tous ces attributs ne sont pas le seul héritage génétique qu’elle tient de sa famille. Non, il y a ces cheveux noirs, qu’elle tient de son père et de sa race, et des mèches blanches qu’elle tient de sa mère. Une louve blanche.  Malgré le caractère récessif de ces jeunes quelques traces ont prédominées sur ses cheveux. Elle le dit souvent « il faut croire que ma mère est tellement têtue que même ses gènes ont su s’imposer »


Au niveau du caractère: Miliana a plusieurs types de caractère, en fait cela dépend avec qui elle est.
Si vous êtes une personne avec qui elle est en rivalité ou quelqu’un qu’elle considère comme son égale : au niveau des bêtises ou des capacités elle se trouve être une compétitrice hors norme. Elle ne se gêne pas pour lancer les défis ou les accepter, dans une certaine limite du raisonnable, ce qui est très relatif avec elle.
Elle n’hésite pas à faire un peu tout et n’importe quoi, de toute façon elle sait si elle peut réussir ou non, et si c’est le cas elle se fera plaisir de s’en vanter plus tard. Il faut aussi savoir que la jeune femme est une grande sportive d’une agilité étonnante, elle aime se dépasser en sport, s’imposant des fois des défis à elle-même.


Si vous êtes ses amis, ses amis proches ou sa peluche *fixe San* : vous pourrez découvrir une Miliana douce et gentille mais taquine, très taquine, très protectrice aussi. La jeune femme n’hésite pas à se battre pour vous défendre.
Elle n’hésitera pas non plus à vous écouter ou à faire des sorties pour vous changer les idées. Et évidemment elle n’hésitera pas non plus à essayer de vous convaincre pour la suivre dans ces idées, que ce soit les sorties ou ses bêtises. C’est en effet  une personne très extravertie nôtre petite Miliana.
Elle est prête à tout pour redevenir ce qu’elle veut quitte à se retrouver dans des situations invraisemblables.


Si vous êtes son ennemi… ou si vous l’insupporter, ce que je ne vous conseille pas : sachez que ce n’est pas pour rien que la jeune femme s’est retrouvé en classe 0. Elle est tenace, a un caractère de feu. Elle est bagarreuse, impulsive et redoutable. Sans compter que son côté alpha n’aide pas concernant son caractère ni sur son envie de s’imposer face aux autres.

Si vous êtes de simples connaissances : vous pourrez voir un mixte des trois situations citées ci-dessus.
Vous pourrez également la voir très calme, en particulier lorsqu'elle lit dans son coin...du moins c'est ce qu'elle aime se dire, parce que calme, certains vous diront le contraire. Elle est tellement dans sa petite bulle qu'elle ne se rend pas compte que des fois des commentaires sortent de sa bouche tous seuls.

De la même manière vous pourrez remarquer que l’air froid qu’elle aborde n’est des fois qu’une façade. En effet à cause de sa famille la jeune femme n’a pas reçu beaucoup d’affections, elle a du mal à y faire face donc. Dès qu’on la touche cela peut lui provoquer des réactions « drôles » et « mignonne » selon ceux qui y ont assisté.

Enfin vous pourrez également remarquer les comportements nobles qu’elle a, elle n’a pas encore réussit à  s’en débarrasser entièrement.

Animagic
vous imaginez le pensionnat version belle et la bête? Hé bah c'est ça. Les objets s'animent, bougent, vont faire la révolution, parlent.
Inutile de diire que ça fait un peu le bazar: imaginez un peu "miroir mon beau miroir qui est la plus belle?" "sûrement pas toi, t'as vu ta tête au réveil?"
C'est un peu particulier oui. Surtout quand les objets sont pas heureux. Là , votre armoire vous frappe avec une des portes, ça fait mal.
Après il faut quand même savoir qu'elle a des limites au niveau du nombre et de la durée. Cela dépend de la taille de l'objet et du temps que dure l'enchantement.

Trois petits objets peuvent être animés en même temps. Si c'est un gros objet comme un piano ou une armoire, elle ne pourra pas en animer plus d'un en même temps. Deux dans la journée sera grand même son grand maximum.
De plus, animer des objets est épuisant pour elle, plus ça dure plus cela l'impact au niveau de la santé.

Un gros objet , ne sera animé que pendant dix minutes. Des petites pourront être animés pendant 30 minutes puis pouf. Le sortilège se rompt, et l'objet retombe au sol inanimé, bouche cousue.

Milia est la seconde princesse des loups. C’est une jeune femme qui a été éduquée de manière plutôt noble. Oui on dirait pas on sait ! Mais la raison pour laquelle la jeune femme a tourné ainsi est justement pour se débarrasser de ces « semblants » et de ses « carcans », elle se sentait emprisonné et avait trouvé qu’agir ainsi était la manière de se libérer de tout cela.
C’est cette envie de liberté qui a poussé la jeune femme à s’enfuir.  

Oui vous avez bien vu, Miliana s’est enfuie de son royaume, enfin elle a essayé....  Savoir qu’elle serait la prochaine descendante du trône…lui faisait plaisir oui certes, car on reconnaissait sa valeur en tant qu'héritière et alpha mais parallèlement la jeune femme en avait marre. Fais pas ci, fais pas ça, marches droit,  tu devrais pouvoir tenir une pile de livres sur  ta tête et marcher droit quand même, habilles toi comme ci, habilles toi comme ça, parles comme ça pas comme ci, si ça tenait qu'à moi je te mettrai des coups pour ton comportement honteux face au peuple. Oui tu es obligée d’aller à cette rencontre pour voir les futurs dirigeants de tous les royaumes. Pas le droit de grogner, d'insulter les gens, de se battre sans raisons, pas le droit de les envoyer voir ailleurs d'un seul regard glacé, pas le droit de montrer les crocs, pas le droit de sortir avec n'importe qui, pas le droit de sortir habillée n'importe comment, pas le droit de boire du thé comme ci, pas le droit d'avoir des amis comme ça qui n'était pas des nobles et des royaux. Et forcément tu dois porter des vêtements de marques qui montre ton rang, et habilles-toi correctement, tu est toute débraillée Mili... rah... elle maudissait le fait d'être née princesse.

« un jour je ne serai plus là et ce jour-là, ce sera à toi de prendre ma place, tu fais partie du grand cycle de la vie, c’est pour ça que tu dois faire attention, une future reine se doit de… » Oui Miliana avait levé les yeux au ciel ce jour-là…elle connaissait la suite par cœur. Etre une future reine ce n’était pas drôle… puis à la fin de son speech son père termina par « quand tu seras grande tu comprendras »

Mais notre chère Milia se trouvait assez grande comme ça, elle savait ce qu’elle voulait et surtout ce qu’elle ne voulait pas. Son père lui avait toujours dit de se donner les moyens de faire ce qu’elle voulait car elle en était capable, "tu est une alpha tu dois savoir imposer tes choix quand tu penses que ce sont les bons et ne pas te faire marcher sur les pieds". Alors elle l’avait fait, elle était partie, ne laissant derrière elle que deux lettres. Une destinée à ses parents, une autre à ses frères et sœurs pour leur expliquer les raisons de son départ.
Dedans elle parlait de ce poids qui étaient sur ses épaules et qu’elle ne supportait plus car il l’empêchait d’être elle-même.

Ouai enfin toujours est-il que ses parents l'avait retrouvée quelques heures plus tard alors qu'elle voulait aller dans un endroit où pour une fois elle pourrait juste vivre et faire des choses comme tous les autres personnes de son âge. Par exemple aller à l'école au lieu des cours qu'elle avait à la maison. Ce fut l'argument qu'elle avança pour leur expliquer sa tentative de fugue. ça les avaient fait soupirer, mais si cela pouvait permettre à la petite princesse de se tenir correctement dans un pensionnat qui était réputé et qui l'aiderait à se montrer bien éduquée pourquoi pas. Ah ça en fit des jaloux dans la fraterie. Et dès lors tout le monde su dans le royaume que la "petite rebelle" s'était fait scolariser au Pensionnat Monokuro.

Inutile de dire que la petite louve ne fut pas le moins du monde triste de prendre ses valises et de monter dans ce bus. Elle allait enfin pouvoir vivre sa vie.




Ton Âge : bientôt 22
Ta Présence : Plus no life qu’autre chose, bon avec la fac ça va être un peu chaud
Notre découverte : Bah en fait c’est ma petite Hana et ma petite Omby qui m’en avait parlé x3 j’adore toujours autant ce forum depuis
Ton oeuvre favorite : Harry Potter ? Les bannis et les proscrits ? Personnal demons, bon on va prendre la dernière en date : L’école du Bien et du Mal ! Ah mais il y a La Meute du Phénix aussi... bref romantique fantasy!
Un petit mot d'amour ? Nya que je vous aime toutes et tous beaucoup et que j’ai hâte de pouvoir RP avec vous à nouveau :3
Et a que coucou Sayuuuuuu ! Coucou Tsukaaaaa :3 super beau le design, et j’espère que tu vas mieux Sayu ><
rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:38
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"loser numéro 1 sur cette planète selon ma propre fille" Mashiro Kasama













Feat: Minato Namikaze - Naruto / Anarchy Panty - Panty & Stocking with Garterbelt
Âge : 33 ans mais transpire toujours la jeunesse.
Sexe : Change selon ses envies
Sexualité : Libre comme le vent.
Race : Hybride, Fennec (vulpes zerda)
Rang : Noblesse
Pays d'Origine : Originaire du pays des renards
Allégeance : Membre de la brigade criminelle de la milice de monokuro. Il est fermement opposé à l'esclavage sous toutes ses formes.
Groupe : Habitant
Occupation : Lieutenant dans sa brigade.
Particularité (Falcutaltif) : Sa fille, une jeune nekomata, vient d’entrer dans l’établissement du haut de ses treize ans. Un conseil, même si les deux semblent se prendre constamment la tête, s’en prendre à sa fille fait automatiquement de vous la cible numéro une du trentenaire.
A première vue, Mashiro est un homme n’ayant jamais vraiment grandi, que ce soit physiquement ou mentalement. Du haut de ses un mètre soixante-huit (que voulez-vous, les fennec ne sont pas connus pour leur grande taille), le lieutenant semble être incapable d’accepter ses responsabilités, arrivant continuellement en retard et mal fringué à son travail, continuant inlassablement à blaguer sur les scènes de crimes. Son bureau est un foutoir énorme et la plupart de ses tiroirs sont presque impossibles à ouvrir en raison du bordel qu’ils contiennent. En tant que père, il ne brille pas forcément beaucoup plus : tout les conflits avec sa fille finissent automatiquement sur un concours de qui gueulera le plus fort. Cette apparente immaturité fait écho à la façon dont il a mené sa vie jusqu’à aujourd’hui. Sans attaches, il a passé des années à vagabonder sans se prendre la tête, allant là où il voulait sans que personne ne lui reproche quoi que ce soit. Fatalement, quand il doit désormais alterner entre son boulot et sa vie de famille, ça foire.

Ce grand défaut qu’il est incapable de combler vient cependant avec deux de ses grandes qualités : son honnêteté et sa persévérance. Le blondinet n’est pas du genre à se chercher des excuses et assume ce qu’il est, quoi qu’il arrive. Si une opération capote par sa faute, il fera tout pour rectifier le tir par lui-même et assumera les retombées de son erreur. Il est ainsi capable d’assumer ses responsabilités quand il le faut, pas toujours avec grand succès mais il fait de son mieux pour. C’est pour cette raison que peu importe son comportement au quotidien, les gens sont capables de se reposer sur lui en temps de crise. Pas pour des capacités impressionnantes ou un charisme à toute épreuve mais seulement parce que les gens savent qu’en cas de crise, il est de ceux qui ne laisse jamais tomber.

Mais bon, il reste malgré tout un grand gamin avant tout. Tant que la situation ne demande pas son sérieux, il préfère s’amuser plutôt que suivre les règlements. Ce qui l’amène d’ailleurs parfois à faire capoter les opérations comme dit plus haut. En tant que lieutenant de la brigade criminelle, il adore se la jouer flic badass qui arrête les méchants, faisant continuellement le clown ou sortant des répliques classes pour la frime. Un de ses passe-temps favoris consiste également à embêter ses collègues ou ses amis proches avec des idées de plans saugrenus ou des farces douteuses. Un gamin en puissance quoi.

Physiquement, c’est pas beaucoup mieux. Il suffit de regarder sa coupe et on comprend rapidement l’attention qu’il y porte en général. Vestimentairement, c’est souvent fait à l’arrache (il est incapable de nouer une cravate) et pas très recherché. Agile comme un singe, il abîme d’ailleurs régulièrement ses fringues sans s’en rendre compte, se ramenant ainsi régulièrement au boulot avec une chemise troué ou un jean déchire à l’arrière. Il a la chance pour le coup d’être pas mal foutu et d’avoir gardé une allure assez jeune qui lui évite de passer pour un trentenaire irresponsable et qui n’assume pas son âge (ce qu’il est pourtant).

Mashiro est également un être indécis concernant le sujet de son genre. Selon le jour, la semaine ou la saison, il apprécie plus être l’un ou l’autre, utilisant son pouvoir pour changer de sexe selon son humeur. Il ne se prend d’ailleurs pas la tête à ce sujet et laisse les gens le genrer comme ils le souhaitent, changeant pour sa part dans sa façon de parler les pronoms qui le définissent selon l’utilisation de son pouvoir.

Détails physiques supplémentaires :

- Perd une dizaine de centimètres en changeant de sexe.
- A plein de cicatrices sur tout le corps, obtenues lors de ses nombreuses péripéties durant ses années de vagabondage.
- Son hybridation lui a offert des crocs pointus et des coussinets sur chaque doigt et orteil.
- Allergique au pollen.
Sex Change : Le pouvoir de Mashiro consiste en la possibilité de changer le sexe d’une personne de son choix, y compris lui-même. Pour cela, il doit dessiner lui-même un sceau à l’encre sur la personne qu’il charge ensuite de magie. C’est seulement une fois cette action terminée que la transformation peut commencer et tout sceau inachevé disparaîtra en quelques secondes. Cependant, une fois celui-ci apposé, la transformation est permanente tant qu’il est présent. Le seul moyen de l’enlever est de demander à celui qui l’a posé, c’est à dire à notre trentenaire favori, de le supprimer, ce qu’il peut faire assez aisément s’il en a l’envie.

Bien sûr, apposer un sceau lui demande beaucoup d’énergie magique et il ne peut en produire plus d’un toutes les 12h, à moins qu’il en supprime un déjà apposé pour récupérer l’énergie magique qu’il y avait injecté. De plus, l’apposition d’un sceau lui inflige une légère nausée qui peut vite dégénérer lorsqu’il n’est pas dans un état optimal (alcoolisé, malade ou juste fatigué).

Les Kasama, une famille de chevaliers entraînés dès le plus jeune âge dans le but de protéger la famille royale du pays des renards. Renommée dans tout le pays pour la qualité de leurs services depuis des temps anciens et particulièrement proches du roi. Et au milieu de tout ça : Mashiro. Aîné de la branche principale, destiné à protéger le futur roi, le jeune homme est pourtant à l’opposé de toutes les valeurs familiales. Là où la famille est connue pour sa droiture, son sens de l’honneur et son sérieux, le jeune Mashiro sèche les entraînements, joue des farces aux domestiques et aux villageois. C’est un sale gosse de première qui selon son père salit le nom de la famille. Il fait pourtant de son mieux pour tenter d'en faire un chevalier potable mais finit par abandonner l’idée après une énième tentative, préférant se concentrer sur son second enfant, Eleanor, une prodige qui surpasse son grand frère en tout point.

Mais quand l’héritier du trône fut envoyé à Monokuro pour ses études, le père Kasama n’eut d’autre choix que d’envoyer son fils à ses côtés comme le voulait la tradition, sa fille étant encore trop jeune pour être acceptée dans l’établissement. Et bien sûr, toutes les craintes du chef de famille se confirmèrent et furent même surpassées : le jeune homme abuse de son pouvoir, fait les quatre cent coups avec l’héritier et passe pour un travelo auprès de l’école. A côté de ça, il arrive néanmoins à nouer des liens avec l’un des héritiers Hesediel mais ça ne suffit pas, loin de là. Le gosse passe pour un clown, il salit le nom de la famille. Le père fulminait, souhaitant seulement virer ce fils incapable. Fils qui lui apporta sur un plateau un motif pour l’écarter définitivement des affaires familiales : un violent règlement de compte entre Mashiro et l’héritier du trône. Le motif du combat lui était inconnu mais cela lui importait peu car il allait devoir désormais assumer les actes de son fils auprès du roi. A coup d’excuses et de preuves de sa bonne volonté, le roi offrit une dernière chance à la famille Kasama en remplaçant Mashiro par Eleanor comme protecteur de l’héritier. Ceci fait, le fils aîné fut rapidement déshérité et banni de la famille sans la moindre forme de procès.

«  Et une bonne chose de faîte. » fut sa première réplique lorsqu’il passa par la grande entrée de chez lui pour la dernière fois, ses affaires rangées à la va-vite dans une valise. Cette famille de vieux conservateurs coincés dans le passé, il en avait plus que marre. Idem pour ce prince de pacotille. Il l’avait pris pour un gars fun et sympa jusqu’à ce qu’il découvre petit à petit toutes les histoires de viol et harcèlement sexuel qui traînaient derrière lui, affaires qui restaient bien sûr de l’ordre du privé grâce à l’influence qu’avait un membre de la royauté sur de pauvres roturiers, pouvant abuser d’eux sans craindre de retour de bâton. Il en avait fini avec tout ça.

C’est ainsi qu’il quitta Monokuro à l’âge de dix-sept ans pour voyager. Son but ? Découvrir le monde. Jouer les héros. Vivre. Et c’est ce qu’il fit. De nombreuses péripéties pimentèrent son voyage, manquant de se faire tuer par des prédateurs acharnés à de nombreuses reprises. Il enfanta même une belle nekomata qui répondait au nom de Selena, un joli bout de femme qui l’abandonna cependant deux ans après, le laissant se démerder avec une gosse à charge. Il fut obligé de trouver refuge là où il put le temps qu’elle grandisse un peu. Trouver un boulot à l’étranger et s’occuper de l’éducation de sa fille en parallèle ne fut clairement pas chose facile. Mais il n’abandonna pas, bien au contraire. Il persévéra et continua à alterner les boulots et domiciles dans différents pays, continuant en soit son tour du monde tout en élevant sa jeune fille. Puis arrivé à l’âge de trente ans, il rentra à Monokuro. Pourquoi cette ville ? Parce que c’était là la seule maison qu’il avait jamais eu. Quoi qu’il en dise, il y avait fait des superbes rencontres. Avec un peu de chances, sa fille Luna ferait de même.

Il s’engagea dans la milice où il se fit formé pour entrer dans la brigade criminelle (son métier de rêve depuis toujours) et pu se permettre d’acheter lui-même une petite maison en sale état. Avec le temps, il la retapa étape par étape, devenant petit à petit un foyer particulièrement sympathique et accueillant. Bref, il était arrivé à une certaine stabilité dans sa vie. Enfin, en apparence. Dans les faits, Mashiro galère avec l’administratif et oublie de payer ses factures un coup sur deux, il passe son temps à s’engueuler avec Luna qui par ses gènes de nekomata rêve de repartir en voyage au plus vite et, pour finir, il commet des bavures de temps à autres au boulot par manque de sérieux. Bref, devenir adulte est clairement l’étape la plus compliquée de sa vie.


Ton Âge : 18 ans
Ta Présence : Principalement le week-end parce que prépaaaaaaah.
Notre découverte : Les fondas !
Ton oeuvre favorite : Flemme de refaire la liste, allez voir la fiche d'Ayano. D:
Un petit mot d'amour ? Wesh.
rédigé par Adam A.Ghale le Sam 12 Jan 2019 - 14:39
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 364
Clochettes : 1957
Avatar : Ao Haru Ride - Yoshioka Futaba
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Adam A.Ghale


"The world is scary" Asriël Yphbioptrasi













Nom Complet: Asriël Yphbioptrasi Biotphrium Senstivm Llaphriliesh
Feat: Suoh - Les Enfants de la Baleine
Âge : 26 printemps tout frais !
Sexe : Intersexe Genderfluid (Vous avez l'explication plus loin vous en faites pas)
Sexualité :  Aime tout le monde mais ne donne pas son intimité à tout le monde [Graysexuel à tendances Demisexuelles et Pansexuelles]
Race : Hybride Biophytum Sensitivum
Rang : Royauté, s'est fait déshérité (mais non officiellement) par sa famille.
Pays d'Origine : Pays des Oxalidaceae, 2e prince, mais dernier choix pour accéder au trône (c'est à dire que mêmes les cousins seraient privilégiés)
Allégeance :Contre l'esclavagisme
Groupe : Personnel
Occupation : Prof de SVT
Particularité (Falcutaltif) :.

Tu es quelqu'un de doux, gentil. Tout comme ton hybridation, tu es inoffensif - tu ne ferais pas de mal à une mouche. Tu es chaleureux, accueillant - une véritable boule de bonne humeur. Tu es même angélique - toujours à sourire, toujours à aider les autres. Tu es non seulement apaisant, mais aussi apaisé - du moins, c'est ce que tu laisses paraître. Car au fond, tu es torturé, hanté, effacé - mais il est hors de question que les autres le sachent.
Tu es communicatif - tu vas vers les autres et tente d'échanger avec eux pour les comprendre, les aider. Tu seras toujours à l'écoute des autres, à l'écoute de leur problèmes, de leur difficultés - et tu feras ce que tu peux pour trouver une solution, et les aider. En plus de ça, tu vois toujours le meilleur chez les autres.
Tu es confiant - ou du moins, c'est ce que tu montre aux autres : Une confiance en toi-même, et une confiance en les autres, même si tu es parfois effrayé, ou que tu méprises parfois ton être.
Tu es courtois, poli - c'est ce que tu as appris durant ton éducation, bien que l'on t'ai renié. Tu es curieux, aussi - mais en général, tu t'arrêtes aux questions de ton esprit, et tu ne vas pas déranger en les déclarant tout haut.
Tu es délicat et frêle - un sucre dans une tasse de café, un nuage de crème dans une tasse de chocolat. Tu es dévoué, même si on t'as appris à être digne.
Tu es désordonné, distrait - tu perds beaucoup de choses alors qu'elles sont sous ton nez, et tu peux rapidement oublier quelques détails importants. Pourtant, tu as une bonne mémoire - mais parfois, tu es juste autre part.
Tu es émotif - beaucoup trop. Malgré tout ce que tu fais pour ne pas trop le montrer, tes émotions sont toujours trop fortes pour toi. Alors parfois, tu essaies de les contenir en serrant tes mains - beaucoup trop fort. Ça te sers - un peu, du moins. Car ton flot d'émotions finit toujours par déborder.
Tu es enthousiaste, énergique, expressif - ou du moins, c'est ce que tu montres au monde extérieur. On t'as appris à être comme ça - il ne faudrait pas donner une mauvaise image de toi.
Dans une relation, tu serais galant, romantique, mignon - mais tu as du mal avec les autres ou avec une relation, depuis. Tu ne supportes pas qu'on te touche - c'est peut-être en lien avec ton hybridation de Sensitive, mais dès qu'on te touches, tu as envie de te replier. Tu te replies, même - tu as peur, tu sursautes. C'est comme si ça ravivait le douloureux souvenir en toi. Pourtant, tu peux aimer les autres - te faire des amis, et même plus. Tu le veux, même - mais seulement des personnes auxquelles tu accorde une immense confiance pourront te toucher sans que tu ne prennes la fuite : C'est ta sexualité, tu es Graysexuel. Tu es entre la sexualité et l'asexualité, et si jamais tu es attiré, ça sera après avoir construit un fort lien émotionnel, tu es donc demisexuel. Pour ce qui est des personnes que tu peux aimer, tu acceptes tout le monde - tu es Pansexuel.
Si tu veux toucher les autres, alors tu mets des gants - comme ça, il n'y a aucun contact physique : En quelques mots, tu es haptophobe.
Tu es pudique.
Tu es maladroit, et on te dit maniaque - mais en vérité, tu souffres juste de mysophobie, et peut-être de germophobie. C'est triste, que les gens ne comprennent pas - et que parfois, tu aies honte de porter un masque, mais qu'à la fois tu aurais la nausée si tu ne le portais pas. Ou qu'on ne comprenne pas pourquoi parfois tu refuses d'aller à tel ou tel endroit, de manger telle ou telle chose, de faire telle ou telle action - et qu'on te regarde bizarrement parce que tu te laves les mains sans cesse.
Tu es pacifique, malgré tout ce qu'on peut te faire - tu chercheras toujours une solution de paix. Tu es une personne de confiance - on peut compter sur toi, et tu es patient.
Tu es tendre, et un peu têtu - si tu as une idée derrière la tête, tu vas quand même essayer de voir ce que ça donne. Tu es il, elle, iel - parfois tous, et parfois aucun. Ça change selon ton humeur, et selon comment tu te sens - mais personne ne te comprends vraiment.
Tu te montres serein, sociable, vivant.
Mais tu n'oublies jamais qu'au fond, derrière tout ça, tu es mort depuis longtemps.

***

Tu es très androgyne : Tu as de longs cheveux verts - couleur que tu dois d'ailleurs à ton hybridation. Ils sont soyeux, doux, on peut aimer y passer sa main. Parfois, quelques feuillages poussent parmi tes mèches.
Tu les attaches, ou tu les laisses ainsi - cela dépend de ton humeur.
Tes yeux, quant à eux, sont d'un bleu profonds - et tu as de longs cils. Ton visage est fin, et il n'en dit pas long sur ton genre. D'ailleurs, tu n'as pas véritablement de genre : Tu es né avec un organe externe masculin, mais peu fonctionnel. Ton organe interne, par contre, est féminin. Et au niveau de tes chromosomes et hormones, c'est compliqué. Mais tu n'es pas hermaphrodite, tu es intersexe. En soi, donc, tu es à la fois fertile et infertile : Tu ne peux féconder quelqu'un, mais tu peux être fécondé. Ce qui te pose un problème - car si c'est le cas, on devra sûrement t'ouvrir pour que donnes vie.
Tu es assez grand - un mètre soixante-cinq. Une taille plutôt moyenne, tu es ni trop grand, ni trop petit. Tu es assez léger, aussi. Frêle, et fragile.
Tes mains, quant à elles, sont très abîmées : à force de les serrer pour refréner tes sentiments, ou de les frotter pour les nettoyer, la peau s'enlève - et tu les blesses. Tu portes souvent des gants, pour les dissimiler - et pour toucher le monde extérieur. C'est d'ailleurs pour ça qu'elles sont si fragiles, si blanches - c'est parce qu'elles n'ont jamais eu l'occasion de vraiment avoir affaire au monde extérieur.
Une autre trace de ton hybridité est ta peau très pâle, claire - qui laisse paraître certaines de tes veines, comme les nervures d'une feuille. Les poils sur tes bras sont semblables à ceux d'une plante - et sont donc minces, petits - extrêmement doux et sensibles.
Tu souris beaucoup - tu te montres en général de bonne humeur. Tu as une attitude plutôt joviale, même si ce n'est pas le cas.
Pour ce qui est de tes vêtements, tu peux autant porter des vêtements amples que serrés. Autant des vêtements masculins que féminins. Tu portes ce que tu veux, sur le moment - car tu es qui tu veux, quand tu le veux.
Fluide Médicinal

Ton pouvoir est étrange - disons le. Il peut être utile, tout comme il peut ne pas l'être.
Disons que ton corps a des vertus médicinales, que tu peux utiliser sur les autres. Cependant, ce n'est pas ton pied, ni ta main - et encore moins tes cheveux - qui possèdent ces vertus qui peuvent aider les autres. Non, ce sont tous tes fluides corporels - ta transpiration, ton urine, ta salive, ta liqueur séminale - qui possèdent cette particularité. C'est bien dommage, car il serait plus aisé d'enrouler une mèche de tes cheveux autour d'un poignet ou de faire un massage avec tes pieds à quelqu'un - plutôt que de lui tendre un de tes fluides corporels pour qu'il puisse l'utiliser.
De plus, bien qu'ils aient une vertu, ils ne peuvent tout de même pas soigner le cancer ou une blessure profonde - ni même légère. Ils sont plutôt utiles pour des rhumatisme, des courbatures, des maux de têtes - ou bien pour la relaxation, des questions de désirs, ou pour la peau, les rides. Ils peuvent être appliqués par voie orale, voie cutanée - peu importe, cela dépend surtout de ce à quoi ils servent. Pour un rhumatisme ou de la relaxation, il est conseillé d'appliquer le liquide comme une pommade ou une huile sur la partie désirée - et s'il s'agit plutôt d'un mal de tête, alors il est conseillé de le boire, mais c'est au patient de voir.
Toutefois, c'est limité : Tu peux produire entre 3 à 5 fluides médicinaux par jour. Comment les différencier, du coup ? Chacun de tes fluides possédant la vertu sentira la menthe. Tu sais donc que si ta transpiration sent la mente - tu dois la récupérer, au cas où.

Malgré tout, ton pouvoir possède plusieurs contraintes: Déjà, tu as plus ou moins un contrôle sur tes fluides. C'est à dire qu'en général, tu contrôles s'il va être vertueux ou non. Mais parfois, ça t'échappes - quand tu n'as pas assez évacué, par exemple - ou juste parfois, comme ça. Car oui, une autre des contraintes, c'est que toutes tes vertus disponibles doivent être évacuées dans la journée - et elles se renouvellent dans la nuit. C'est un peu comme un poison pour toi - ça doit sortir de ton corps, sinon il y en a trop. Alors vu que tu ne sais jamais sur le coup, tu prélèves toujours tes fluides quand tu les expient.
Une autre des contraintes, c'est que tu as souvent mal. Mal au corps - de partout, puisque ton corps produit ces vertus qui s'expriment de manière liquide. Tu es souvent fatigué, aussi - enfin, ton corps est fatigué. Et tu es souvent déshydraté - tu dois donc toujours avoir une bouteille d'eau sur toi, et énormément boire pour compenser. Il est donc indispensable pour toi de boire toutes les heures dans la journée, si tu ne veux pas être desséché.
Ton corps est frêle, aussi - et ça doit être parce que malgré l'énergie que tu accumules, tu la dépenses rapidement à fabriquer ces vertus. Et tes fluides ne semblent pas vraiment fonctionner sur toi - sinon, ça serait trop facile.

À la seconde où tu es né, tu étais un monstre.
Tu n'étais pas normal - une infamie, une erreur de la nature. Tu étais ce que toute famille royale refusait d'avoir - tu étais répugnant, surtout aux yeux de tes parents. Tu étais un rebut, un pas de travers, une complication - une tâche sur leur descendance. Tu aurais pu naître fille - on t'aurais marié, et ça aurait rapporté - ou tu aurais pu naître garçon, et tu aurais fièrement pu porter le titre d'héritier, créant ainsi la lignée dont ton royaume avait besoin. Mais non, il avait fallut que tu naisses aucun des deux - que tu naisses sans qu'on puisse te déterminer. Et c'était un scandale, pour la famille royale - une honte, d'avoir un enfant comme toi. Car tu ne pourrais pas perpétuer la lignée. Pourtant, on te nomma tout de même fils - car le peu d'éléments pouvant te donner un genre s'approchaient d'une apparence masculine, même si le reste ne concordait pas.
Et pourtant, on te cacha aux yeux du monde - aux yeux du royaume, aux yeux des autres. Tu étais abject, tu étais un déshonneur - ton existence humiliait ta famille. Il ne fallait pas qu'on sache ce que tu étais. Il ne fallait pas qu'on découvre le monstre sous ce frêle physique.
Dès lors ton premier souffle, donc, ta misérable existence commença.

***
Ton enfance, elle commença très mal. Entre toi et ton frère, tu étais le moins aimé. En particulier à cause de ton genre hors du commun - mais aussi de la façon dont ton corps se développait. Tes cheveux étaient soyeux, longs - et tu aimais les avoir ainsi. Ta mère ne savait pas si elle devait te considérer comme sa fille ou son fils - alors elle te considérait comme un rebut, et te rejetais. D'un côté, elle était triste de ne jamais avoir eu sa fille - et elle te tenait responsable.  
Ton père, lui, te voulait homme - mais il voyait en toi un raté, une fillette, un incapable. Il te forçait à être ce que tu n'étais pas - il te forçait à être un homme fort, un guerrier. Et il ne voyait qu'une tapette, alors il était mécontent, mécontent de ce que tu lui donnais. Et puis, ton frère était l'exemple - il était fort, masculin - il était tout ce que tu aurais dû être, pour ton père.
Ton frère, il ne savait pas vraiment comment te voir non plus, ni comment il devrait t'approcher - alors il choisissait la facilité, et tu étais son bouc émissaire. Un vase de cassé ? Asriël. De la nourriture renversée ? Asriël. Un bazar pas possible ? Asriël. Au final, c'est peut-être de là que tu as développé cette manie de vouloir tout ranger, tout nettoyer - histoire qu'on ne t'accuses plus.
Ton frère, il était plus grand aussi. Enfin, plus vieux. Il était un exemple à suivre - un véritable modèle. Et ça te brisais un peu plus chaque jour, que ton modèle te traite ainsi.

Alors que tu grandissais, tu te disais que tu ne devais pas être normal - que tu devais être bizarre. Parfois, quand ton père te traitais de fillette incompétente - tu étais détruit. Et parfois, tu trouvais ça normal, tu te disais qu'il avait raison - que tu étais une fillette. En fait, tu as rapidement découvert que parfois, tu te réveillais et tu te sentais fille - et ça te rapprochais un tout petit peu de ta mère. Parfois, tu te réveillais et tu te sentais garçon. Parfois, tu te sentais les deux - et parfois, tu te sentais aucun. C'était comme si c'était ton pouvoir - de te sentir différent chaque matin.
Ton pouvoir, parlons-en: Pendant longtemps, tu n'as montré aucun signe de pouvoir. Tu étais souvent fatigué, certes - mais il n'y avait aucune raison à cela. Tu ne développais rien - rien de visible. Tu ne voyais rien de plus, n'entendais rien de plus - tu n'avais pas de lianes à la place des cheveux, et aucun sort actif, ou passif en vue. Et pourtant, ton corps était fatigué - preuve qu'il se passait sûrement quelque chose, à moins que ça ne soit que ta faible constitution qui te fasses tant souffrir. Mais un jour - un sombre jour, tu découvris malencontreusement ton pouvoir. Et ce sombre jour signa également un nouveau départ dans ta vie - une nouvelle ère. Tout simplement, ce jour te changea complètement.

Ce jour-là, ton oncle t'avais rejoins dans ta chambre - tu ne savais pas pourquoi. Tu sais juste que tu l'avais entendu parler avec ton père, dans la journée - mais tu n'avais pas voulu interrompre la discussion, alors tu ne savais pas de quoi ils avaient parlé.
Ton oncle était donc venu - il avait fermé la porte. Tu ne le connaissais pas très bien, mais tu avais un peu peur de lui - après tout, il était de ta famille, ta famille qui te détestais. Tu avais fini par te méfier, à force.
Et tu avais bien raison d'avoir peur - avec ce qu'il t'a fait. Tu as eu beau tenter de te débattre, de crier, de fuir - ton corps frêle et ta voix peu portante ne faisaient rien contre sa force et son épaisse main.
Et pourtant, tu hurlas tout de même - déchiré de l'intérieur, de l'extérieur, de tout ton corps. Tu avais mal, trop mal - tu te sentais détruit de l'intérieur. C'est comme si tu étais consumé vivant, comme si on t'arrachais les parties du corps. Et tu eus beau hurler, pleurer, implorer à l'aide, implorer que tout s'arrête - personne ne vînt, et ça ne s'arrêta pas. Ton cauchemar ne pris pas fin - bien que tu aies prié pour que tout ne soit qu'un horrible rêve.
Ce jour là, tu perdis ton innocence - et tu te perdis dans le néant de l'inconscience.

Lorsque tu te réveillas, tu avais mal - de partout. Une odeur de menthe émanait de nulle part. Tu étais encore haletant, couvert de sueur. Tes mains étaient serrées, jointes - tu avais l'impression que tu ne pourrais plus jamais les délier, tellement tu avais besoin de contrôler tes émotions. Tes joues étaient trempées de larmes, ton corps entier tremblait. Tu avais envie de te cacher sous les couvertures - de te recroqueviller, et de ne plus jamais en sortir. Mais tu ne pouvais même pas bouger - bien trop horrifié par ce qu'il venait de se passer. Tu avais envie de disparaître, d'un côté. Et tu te sentais sale, souillé - tu voulais quitter ce monde.
Mais à peine fus-tu réveillé que la porte de ta chambre s’ouvrit sur ta famille - ton père, ta mère, ton frère. Ton oncle, aussi. Tu ne savais pas ce qu'il faisait là - tu avais envie de fuir. Ton père, une moue de dégoût sur le visage, avais porté ton corps nu comme l'on porte une plume - et on t'avais ensuite amené à l'infirmerie, pour faire des tests sur toi - enfin, ta sueur, tes larmes, et cet étrange liquide qui te collait à la peau et que tu voulais enlever plus que tout. Et c'est là qu'on découvrit ton pouvoir - et le bienfait de tes liquide corporels. Ça rassurait un peu la famille, que tu aies un pouvoir - au moins, tu avais déjà ça.
Tu n'avais pas séparé tes mains sur le chemin, et il te fallut au moins un jour de plus pour que tu arrêtes de les serrer. Cependant, à partir de ce funeste jour, tu avais développé cette manie - manie de toujours te laver, encore et encore. Manie de porter des gants, d'être effrayé de tout ce qui pouvait être sale - tu étais devenu mysophobe.
C'est aussi à partir de ce jour que tu es devenu encore plus peureux, plus sensible - que tu ne supportais plus le touché des autres. Au moindre contact physique, tu te repliais sur toi-même, telle la plante qui te représentait. Tu ne supportais pas le touché d'autrui - ça te terrifiait. Tu étais devenu haptophobe.

Tu ne compris pas pourquoi, mais c'est toi qu'on blâma, dans cette histoire - toi qui étais la risée, la honte de la famille. Même ta mère, avec qui tu avais arrivait à sympathiser les jours où tu étais elle, te rejetais. Tu étais devenu une inconnue pour elle - et un inconnu également.
On ne t'aimais pas pour ton physique. On ne t'aimais pas pour ce que tu pensais de toi. On ne t'aimais pas pour tes nouvelles faiblesses - et parce que tu étais une honte, dans la famille. Alors au final, lorsque tu eus l'âge, on t'emmena loin - étudier à Monokuro. Ça serait une manière pour toi de te racheter, et une manière pour eux de ne plus te voir. Ton frère aussi, y était allé - après tout, l'école était renommée, il fallait bien que le seul héritier valable étudie dans une école d'élite. Toi, c'était juste une excuse pour que tu ne sois plus au royaume pendant un moment.
Ton frère avait même déjà une fiancée - toi, on ne savait pas s'il t'en fallait un ou une, et de toutes façons tu ne pourrais servir à la survie du pays, alors à quoi bon. Tes parents essayaient encore de te remplacer avec un nouvel enfant - en vain.

A Monokuro, tu trouvas tout de même des gens qui t'acceptèrent pour qui tu étais - pour le il, le elle, le iel - pour tout. Même si des gens te regardaient toujours de la même manière qu'au royaume, on t'acceptait pour qui tu étais - on acceptait tes faiblesses et tes peurs. On respectait que tu te sentes différent chaque jour, que tu n'aimes pas qu'on te touches, et que tes mains soient abîmées par le nombre de fois où tu les lavais. On acceptais que, parfois, tu désires de mettre un masque ou des gants. Tu gardais toujours ton sourire, pour ne pas inquiéter les autres - et tu le retirais une fois que tu étais seul.
C'est grâce à tes années à Monokuro que, une fois tes études terminées, tu décidas d'y rester. Après tout, ta famille ne pouvait pas vraiment être contre - vu qu'elle ne voulait plus te voir au royaume. Au moins, elle pourrait agir comme si tu n'existais plus - et tu n'aurais plus à revoir ton oncle. Oncle qui t'avais toujours terrifié, depuis - et que tu fuyais comme la peste. Mais de toutes façons, on t'avais déjà probablement oublié - même ton frère, après toutes les piques qu'il t'avaient lancé durant tes études, et tous les problèmes qu'il t'avait attiré (car, comme au royaume - tu étais resté son bouc émissaire). Même lui, une fois rentré au château pour commencer son travail d'héritier, il t'avait oublié.
C'est comme si tu n'avais jamais existé, à leurs yeux - et c'est ce qui te permis de renaître, dans ce nouveau lieu. Car maintenant, tu n'étais plus Asriël le monstre.
Tu étais Asriël - professeur à Monokuro.


Ton Âge : 19 aaaans
Ta Présence : No liiiiife
Notre découverte : DC
Ton oeuvre favorite : Trop de trucs
Un petit mot d'amour ? J'vous aime trop
Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: univers :: création - birth-
Sauter vers: