Cagalli Yula Athha (Terminée)

rédigé par Cagalli Y. Athha le Jeu 1 Nov - 8:17
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 02/10/2018
Messages : 1
Clochettes : 41
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 02/10/2018
Messages : 1
Clochettes : 41
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Royauté
. :
Inscription : 02/10/2018
Messages : 1
Clochettes : 41
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 02/10/2018
Messages : 1
Clochettes : 41
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
avatar
"Se battre, c'est vivre !" Cagalli Y. Athha













Feat: Sword Girl, Cinia Pacifica
Nom : Attha, par son père, ancien roi de la terre des lions. C'est un pseudonyme puissant, qui fait référence au soleil et à l'âme, autrement dit une "âme solaire".
Prénom : Cagalli, est le prénom choisi par sa mère à sa naissance, et Yula, est celui qui lui fut donné en l'honneur de cette dernière. En effet, la génétrice de notre jeune lionne est tristement décédée des suites de son accouchement.
Âge : 19 ans, depuis le 18 Août.
Sexe : Féminin, même si elle tient plus de la grosse brute que de la jeune fille délicate sous ses airs de poupée.  
Sexualité : Hétérosexuelle, elle n'a cependant pas beaucoup montré d'intérêt en la matière.  
Race : Panthera Leo, hybride de lionne.
Rang : Royauté, c'est la princesse héritière du trône des Lions, pays aujourd'hui annexé par le royaume des Panthères.
Pays d'Origine : Pays des Lions.
Allégeance : A l'image de son défunt père, Cagalli est contre l'esclavagisme humain ! Au contraire de l'ancien régime, qui était pour.
Groupe : Habitante.
Occupation : Au Service du Roi des Panthères.

Cagalli, c'est un petit bout de femme très énergique. Depuis son plus jeune âge elle pratique beaucoup de sports et s'est donc forgée une vraie carrure d'athlète. D'ailleurs, son domaine de prédilection est la boxe thaïlandaise. Elle a un excellent coup du droit et un revers du pied de titan qui lui ont permis de gagner de nombreux tournois durant ses jeunes années. Ses amis confirmeront avec une grimace qu'en dépit de sa taille de naine (tout juste 1m58),  Cagalli a un sacré punch. Elle a déjà pété les dents à deux fois son poids, une vraie fourmi guerrière ! Parce qu'elle est petite, les jambes de Cagalli ne sont pas spécialement élancées. Au contraire, elles sont plutôt courtes avec des cuisses et des mollets bien dessinés, on voit qu'elle s'exerce d'arrache-pied. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ses gambettes n'en sont pas pour autant désagréables à regarder. Ce sont des jambes de sportives, fermes et sans graisses qui s'accompagnent de hanches menues et d'un fessier à se damner ! Parce que s'il y a bien une chose sur laquelle chaque homme bave lorsqu'il croise Cagalli, ce sont ses fesses cambrées et bien rondes que moulent ses collants. Elle a vraiment un popotin du tonnerre ! Même son entraîneur en a la mâchoire qui tombe et pourtant, dieu sait qu'il insulte régulièrement son manque de féminité !

En dehors de ça, Cagalli a des petites mains, une petite bouche, des seins ronds, un petit nez bien droit et un menton volontaire. Ses pommettes sont hautes et ses yeux -en amande- très grands, ils mangent littéralement tout son visage et sont dotés de cils fournis et longs. Elle ne se maquille jamais en plus, ce qui fait que ces derniers sont très épais et ombrent agréablement ses joues. Elle a également les ongles bien courts et plutôt cassés, car elle se les ronge sans arrêt. Elle porte ses cheveux très longs depuis l'adolescence et a toujours refusé de les couper. Ils rayonnnent et sont de toute beauté, soyeux et doux au toucher, fait de vagues et de boucles qui coulent et cascadent comme un ruisseau dans son dos. Au pays des lions, il représente "la crinière solaire", c'est un signe de royauté et de respect des divinités, s'en débarasser serait donc le signe qu'elle renonce à ses croyances, mais aussi à son trône. Aussi, Cagalli est très sensible du cuir chevelu et n'aimerait vraisemblablement pas qu'on lui tire sauvagement dessus. Enfin, elle porte souvent des camisoles, des débardeurs et des pantalons en toile. Quand on a pas connu Cagalli de son temps au palais, on ne douterait absolument pas qu'elle est aussi ravissante et bien faite de sa personne dans une robe. En effet, c'est une vraie décontractée qui préfèrera toujours une vielle paire de baskets rapiécée à des talons aiguilles ! La jeune fille déteste tout ce qui est trop moulant et profite de son exil pour échapper aux tenues serrées et autres corsets qui l'empêchaîent sans cesse de respirer. Du moins, elle essaie, parce qu'en général au café, on ne se prive jamais de la déguiser ou de l'affliger d'immondes froufrous à tout va.

Quand on fréquente Cagalli, on en oublie parfois qu'elle est une fille ! Pis, la plupart du temps on ne s'en rend pas forcément compte, au grand damn de la petite blonde ! Malheureusement, Cagalli ne compte même plus le nombre de fois où une autre fille de l'établissement lui a déclarer sa brûlante flamme, ni même les échecs consécutifs qu'elle a essuyé en amour à cause de son attitude violente qui dément totalement le caractère adorable de son minois. Il faut dire que Cagalli est très brute de décoffrage. Elle a un jargon bien épicée et d'ailleurs, elle adore la nourriture qui arrache et pique énormément. Elle mange du piment sans sourciller et pourrait même s'en goinfrer jusqu'à finir pliée en deux au dessus du toilette le plus proche. Cagalli n'est vraiment pas quelqu'un de calme ou de réfléchi, elle fonce toujours dans le tas, la tête baissée et le poing en avant, tel un taureau. Ce n'est pas quelqu'un à qui on confierait l'échafaudage d'une mission ou d'un plan stratégique, elle est bien trop nerveuse pour ça ! Sans arrêt à crier et à partir au quart de tour, on dirait un vrai morceau de dynamite ambulant.

Cela dit, ce trait de caractère en amène à un autre plus positif, la bravoure et la volonté. Quand on affirme de Cagalli qu'elle est acharnée, on le pense dans tous les sens du terme. On ne verra jamais plus déterminée et têtue que la jeune blonde qui semble s'accrocher à ses convictions et ses idées comme un naufragé à sa bouée. Elle est indocile, persistante, opiniâtre et d'une mauvaise foi telle qu'on s'en tirerait presque une balle. Faire reconnaître à Cagalli qu'elle a tort, c'est un véritable parcourt du combattant, car la miss vit comme une véritable honte la moindre erreur. De sa race, elle a la rage, la fierté et le terrible orgueil ! Autrement, sous ses airs de garçon manqué, Cagalli est aussi une personne très féministe. En effet, cette dernière, bien que n'appréciant pas les niaiseries typiquement féminines, est convaincue que la femme est le sexe fort. C'est sans doute un un peu à cause de cela qu'elle souhaitait rentrer dans la force de sécurité scolaire. Malheureusement, quand on a un vagin et qu'on ressemble plus à une jolie barbie qu'à un combattant d'élite, on est pas accepté. De quoi frustrée profondément Cagalli et son grand sens de l'honneur. En plus, elle est terriblement rancunière.

Heureusement, c'est également un individu généreux qui n'accorde aucune importance au matériel, ce qui explique sans aucun doute qu'en faite, elle n'a pas d'intérêt pour les fanfreluches. Pour finir, Cagalli est vierge et très prude ! Alors, ne vous avisez surtout pas de lui lancer des blagues coquines car Mademoiselle, n'hésitera pas à vous enfoncer son magnifique poing dans la figure à la première tentative. On l'aura compris, Cagalli est une vraie lionne, de la tête aux pieds en passant par sa crinière dorée, sa queue qui fouette l'air et son côté rugissant.




Régénération Cellulaire : Cagalli a un pouvoir très rare de régénération cellulaire. Cela signifie que ses cellules se renouvellent automatiquement et continuellement, l'empêchant de vieillir rapidement, ou d'être gravement blessée. Ainsi, lorsque Cagalli subit une blessure physique, celle-ci est automatiquement soignée par son corps, elle peut même se refaire pousser les membres ! Néanmoins, si ce pouvoir de guérison est formidable, il possède de nombreuses limites. La première est bien évidemment qu'en dépit de sa fabuleuse faculté de régénération, Cagalli ne possède pas le contrôle de son don, et ne peut ni soigner les autres, ni décider de sa vitesse de régénération. C'est un automatisme. C'est pourquoi, il est tout à fait possible de la tuer en doublant de vitesse sa guérison, en la brûlant continuellement par exemple ! De même, en raison de ces cellules qui sont tout le temps ultra-active, Cagalli a tendance à développer de fortes fièvres et est très émotive, en plus d'être sur-active ! Autant dire que quand vient la période du mois, elle est d'une humeur de chien... Pour terminer, ce pouvoir est bien évidemment un mécanisme de défense avant-tout, et ne possède donc aucune qualité offensive.


Le soleil se lève, doux et chaud. Il tâche l'aurore et l'embrase de rose et de orange, pavant un chemin de feu dans le laiteux blanc de la voie lactée qui s’effacent peu à peu avec l'ombre de la nuit. En hiver comme en été, il brille toujours si fort, d'une lueur qui ne cesse jamais de m'éblouir. Réchauffée par sa lumière, je relève la tête vers le ciel et perd mon regard dans le creux de la plus brillante des étoiles, m'inondant de son spectre éclatant. Je peux bien m'y brûler chaque jour les yeux jusqu'à en devenir aveugle, si c'est pour pouvoir en ressentir, ne serait-ce qu'une seconde, la délicate caresse, je n'hésiterai jamais deux fois. A mes pieds, Kira miaule et je me penche le temps de flatter sa silhouette ronronnante, la caresse de sa peau nue délicate contre ma paume. Il est le dernier vestige de mon temps au palais. Le seul souvenir que j'ai pu emmener, caché au creux d'une cape rouge qui désormais rapiécée, n'est plus que lambeaux. Un vêtement désuet et inutile, à l'image de ce que je suis devenue: une princesse sans couronne, sans trône, sans royaume, sans sujets et sans famille. Kira miaule encore.

-D'accord, pas sans famille. Je t'ai toi et Simiel. -je murmure d'un ton léger, le doigts calé sous son menton que je câline, avant de me relever et fermer la fenêtre.

Avec un soupire, je tire le rideau bordeaux pour cacher les chaleureux rayons. Sa couleur sombre tamise la pièce et ses murs orangés d'ombres agréables. Ma chambre de bonne, parce que je n'ai pas de quoi vivre en appartement. Je loge chez un propriétaire, pas trop pervers et à peu près décent. On ne peut pas dire que je l'apprécie, en même temps qui aimerait un homme qui vous parle sans cesse de lingerie comme si c'était naturel ? Mais il m'offre le gîte et le couvert, et il ne pose pas beaucoup de questions. Sa compagne est carrément folle, en revanche. Je jette un coup d'oeil à Kira et récupère la clef qui traîne sur un coin de mon bureau. Elle a déjà demandé à disséquer mon minet pour faire passer le temps et je ne suis pas sûre qu'elle plaisantait. Mes mains s'affairent tant que mal à nouer mon tablier autour de ma taille, puis remontent négligemment mes cheveux en chignon. Il est loin le temps où on m'aidait à démêler les nœuds pendant que je baignais à l'ombre d'un grand balcon de marbre blanc. Cela fait bientôt trois ans maintenant que je n'ai pas vu l'ombre d'un peigne, ou d'une bonne crème capillaire ! Et ce qui ressemblait autrefois à de la soie n'est plus qu'un tas de pailles sec, prêt à se briser au moindre souffle. Ce n'est pas beau à voir, mais j'essaie de ravaler mes envies princières. Je suis en vie et c'est tout ce qui compte.

Née deuxième princesse du pays des lions, j'ai hérité du trône très jeune, alors que ma sœur aînée entamait déjà une brillante vie d'artiste. Mon jumeau, lui, était un génie, un inventeur né à l'esprit vif et joueur qui n'éprouvait aucune attirance pour le titre de monarque. Contrairement à eux, j'ai toujours été fière à l'idée de pouvoir hériter du trône et j'ai naturellement endossé cette responsabilité quand père me l'a présenté. Les premières années de ma vie se sont déroulées de façon si paisible, que je n'ai pratiquement rien à dire dessus. L'absence de ma mère ne m'a pas fait souffrir outre-mesure, peut-être parce que je ne l'ai pas connu, mais avant et surtout parce que Elysia s'est toujours brillamment occupée de moi. Sans les tensions, sans la guerre, sans le sang et les cris, l'attaque du pays des panthères qui a ôté la vie à mon père, je n'aurai jamais connu ni la faim, ni le froid, ni la peur, ni la faiblesse. Je frotte mes mains de désinfectant. Elles sont calleuses et rèches.

-Ni la dure labeur du travail, je songe à haute voix.

Devoir s'enfuir pour vivre comme une pauvre, à l'âge de dix ans, une expérience qui m'a permis de devenir plus humble.

-Cela ne m'empêchera pas de les écraser le moment venu. -je marmonne froidement.-

Les panthères. Même si tout le me dit que leur action était juste, je ne peux y croire et je suis persuadée que leur prince héritier n'est qu'un tyran. S'il n'y avait pas eu la voix placide de Simiel et la raison de Elysia pour m'aider, j'en serais devenue raciste, je le suis peut-être un peu. D'ailleurs, ce matin, c'est le palace de la plus détestable des "panthères" que je dois visiter. Rien qu'à cette idée, j'en roule les yeux d'horreur. Ce garçon... Le démon qui hante toutes mes nuits, le fils de l'assassin de mes parents. Dehors, le vent est frais, il m'agresse les côtes. Je regrette déjà la chaleur des jours d'été qui ne sont plus qu'un lointain souvenir longtemps effacé par l'automne. Le chemin qui mène à Monokuro est long, car j'habite près de la montagne, mais je préfère le faire à pieds, ça m'exerce et même si j'ai quelques ampoules à la fin, je n'ai pas à payer pour le trajet. Je chasse une boucle qui me barre la joue d'un revers de main et remonte mes jupons avec exaspération. Maudit soit ce cabot de directeur, ce pervers d'employeur et son acolyte rabougri avec leurs idées d'uniformes immondes pour les femmes de ménage de l'école. Si je ne leurs devais pas la vie, je leurs aurait fait remonter celles-ci par les trous de nez, puis délogé la cervelle à l'aide d'un poireau.

-Quelle cervelle ? Avec eux, tout est en bas ! -je marmonne, mécontente.-

Je réajuste mon sac à dos, plein de produit javel et prie pour que cette fois, il ne coule pas, car avoir une tâche de blanc sur tout mon cul, ce n'est pas très engageant et ce ne sera qu'une raison de plus à donner à un de ses gosses de riches pour se moquer ouvertement de mon prédicament. D'un côté, heureusement qu'ils se contentent de m'emmerder gentiment, sans me reconnaître, parce que je crois que s'ils connaissaient mon identité, certains me feraient littéralement la peau.

Complètement hérissée à l'idée de devoir passer une journée au milieu de SA résidence, je fronce le nez vivement, alors que j'arrive enfin aux pieds du portail de l'établissement. Automatiquement, je réajuste mon bonnet de bonne sur mes oreilles humaines -dont s'est moqué ouvertement à l'aide d'un sourire en coin, ce prince que je hais ! Pourtant il a les même, la bonne blague- et rentre ma queue dans ma jupe.

Fréquenter le prince héritier, c'est un vrai calvaire. Je suis sûre qu'il m'a prise en grippe dés mon arrivée à son service. En même temps, comment je pouvais deviner que je devais arriver dix minutes à l'avance ? Je secoue la tête et chasse ce vieux souvenir d'une moue contrariée. Mon ventre se tort une seconde, à me prendre pour de haut, sans arrêt, pour qui se prend-t-il exactement ?

Un futur roi, me sursurre une petite voix vicieuse.
Et alors ?! Moi aussi, je suis une princesse et j'aurai dû être Reine ! Et puis, la royauté n'excuse pas la méchanceté gratuite, au contraire, elle la punit.

A peine arrivée devant la porte, j'entends les féroces aboiements du chien de Shinn, Brutus. Je déteste cette bête, énorme pleine de poils et horriblement baveuse. Je me hérisse littéralement et tourne très lentement la poignet. Il ne m'a jamais rien fait, mais sa bouche pleines de crocs ne me dit rien qui vaille. Je suis sûre qu'il serait capable de m'arracher la tête si la subtile envie lui en prenait. Comme à son habitude, le titan poilu, jappe et vient directement me tourner autour. Il se frotte et me nyake, et j'ai beau le repousser vainement, il n'arrête pas jusqu'à ce que, comme toujours, un sifflement et une voix que je déteste résonne, me tirant un violent frisson. J'en tremble toute entière de sentir son timbre suave qui roule à mes oreilles, rauque et masculin, le salop a une voix beaucoup trop charismatique. Amaterasu Shinn.

Toujours aussi imbu de sa personne à mes yeux et imposant, alors qu'il se tient dans l'embrasure de la porte et me baille à la figure. Son pantalon lui retombe négligemment sur les hanches, et je détourne le regard. Pourquoi faut-il qu'il soit toujours aussi débraillé ?! C'est un futur roi, non ? Si dehors, il est toujours classe, à l'intérieur c'est un vrai lézard. Relax, Cagalli, il le fait exprès, tu le sais ! Les joues rouges, je toussote et siffle un petit bonjour agacé. Etre polie m'arrache la gorge, néanmoins je mets un point d'honneur à ne pas démarrer les hostilités. Ca lui ferait bien trop plaisir que je tende la perche pour me faire battre et je ne suis pas masochiste.

-Je vous en prie, vaquez à vos occupations. Je vais commencer par la cuisine...

Oui, va-t-en donc très loin et fou moi la paix pour changer. Ce serait définitivement le signe que ma semaine va être radieuse ! Tssk... je n'ai pas été engagé pour ça, lui servir de boniche. En quoi, très exactement, cela prouve que je suis digne de reprendre le pays des lions sous ma tutelle ?! C'est du bizutage, voilà tout.


Ton Âge : DC.
Ta Présence :DC.
Notre découverte :DC.
Ton oeuvre favorite :DC.
Un petit mot d'amour ?DC.
rédigé par Frédérick Hesediel le Ven 2 Nov - 3:42
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 318
Clochettes : 7692
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 318
Clochettes : 7692
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
Frederick Hesediel
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 318
Clochettes : 7692
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 09/10/2017
Messages : 318
Clochettes : 7692
Avatar : perso - anime
Occupation : Classe/Job

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Revalidée
Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: univers :: création - birth :: validé(e)s-
Sauter vers: