On peine à suivre ou on suit à peine? [ft Setsu]

rédigé par Julian Ashton le Jeu 1 Nov 2018 - 2:58
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
Julian Ashton
On peine à suivre ou on suit à peine?
ft. Setsuna Karui


pensées en 009900
dialogue en 009900

Que le cours d'aujourd'hui est ennuyeux. Honnêtement, qu'est ce qu'on en a à faire du règne de la dynastie des ornithorynques qui a eu lieu 3 200 ans auparavant, ainsi que leur impact sur je ne sais quoi. Ce n'était pas mon histoire, mais celle d'un autre, pourquoi je devrais m'y intéresser? Sérieusement, je ne dois pas être le seul à rester sur ma chaise en train de prier pour que le temps passe, non? Je regardais autour de moi, et c'était le même spectacle, des élèves qui baillaient, des chuchotements, et une minorité qui écoutait le cours. Et certains sur ordinateur faisaient des recherches louches avec divers personnages de fictions, c'est dire l'intérêt qu'ils portent pour ce cours. Je me grattais l'oreille, me demandant ce que je pouvais faire pour m'occuper. J'allais m'endormir à force, déjà que mon bras était le principal support de la tête qui risquait de s'écrouler à tout moment contre la table, j'avais aussi des yeux aussi vides que le néant.

Le professeur avait beau faire de son mieux pour expliquer, pour moi, ça se résumer à du blabla inutile, se mélangeant et formant un capharnaüm dans ma tête. J'étais dissipé au possible, mais ça n'allait pas s'arranger, car on m'avait interrogé, quand bien même je n'avais pas tout de suite fait attention à ses dires. Sa voix me tira de mon sommeil mental.

-Julian? Julian! Quelle ville fut prise par la dynastie Nioc Nioc aux Canards?

La prise de bec?

La classe se mit à rire suite à cette blague plutôt mal placée, mais que ça faisait du bien! Je m'étirais alors, suite à ce réveil forcé. Quelle surprise, ce n'était pas la bonne réponse. Mais je m'en fichais, en repensant à ma blague, j'avais bien ri, peut-être que je devrais faire le comique plus souvent pour me tenir éveillé. Lâchant un soupir, j'entendais de nouveaux les chuchotements dans la classe, et vu la réputation de celle-ci, les rumeurs vont vites se répandre, sachant que plusieurs personnes de la classe sont membres du club de journalisme, dont une hybride dragon qui a un tempérament de feu quand on la cherche. Malgré qu'on était nombreux et qu'on communique bien dans l'ensemble, je n'avais pas cherché à me rapprocher des gens, du moins, le fait que je sois un chat noir repousse, les clichés ont la vie dure avec moi. Dans ce genre de situation, je regrettais presque l'Ecosse et cette hypocrisie qui était dans mon ancienne classe.

Peu de temps après, ce fut au tour de Setsuna d'être interrogée. Je crois que l'enseignant avait perdu espoir pour m'embrigader dans la passion de son cours, tant pis pour lui, j'allais pouvoir écouter la réponse des autres, en espérant qu'il y ait aussi des blagues pouvant me divertir dans ce cours. Je la regardais légèrement, elle est plutôt grande pour une femme, mais j'étais curieux d'entendre sa réponse. Allait-elle répondre sérieusement, ou sombrera-t-elle du côté obscur de la classe.

-Setsuna, de quand date la dernière dynastie des ornithorynques d'Azkabanque?

rédigé par Invité le Jeu 8 Nov 2018 - 22:28
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Anonymous

On peine à suivre ou on suit à peine ?

Posée sur ma table au milieu de la classe, le menton ancré dans la paume de ma gauche, j'avoue ne prêter que très peu d'attention au cours. La classe n'est pas très animée et la voix du prof était pire que soporifique. De ma main libre, je venais prendre de temps en temps une mèche dans ma queue de cheval afin de l'enrouler autour de mon doigt. C'est la seule chose que je trouvais à faire pour passer le temps. Mes pensées allaient cependant vers mon père, ma mère, et tout les fidèles du royaume qui cherchaient à me marier. Je n'avais aucune envie d'épouser le premier venu et encore moins si c'était un vieux tocard qui n'était intéressé que par le statut de prince. J'étais partie dans un autre monde quand le prof décida de mettre fin à son monologue incessant, en se rappelant qu'il n'était pas seul dans la classe.

"Julian ? Julian ! Quelle ville fut prise par la dynastie Nioc Nioc aux Canards ?"

Je haussais un sourcil, amusée à l'évocation de cette dynastie dont je n'avais jamais entendu parler - à défaut d'écouter le cours - et je ne put m'empêcher de me tourner vers le destinataire de cette question, curieuse de savoir s'il avait la bonne réponse. En regardant mieux autour de moi, je me rendais compte que les étudiants étaient tous entrain de roupiller ou de faire autre chose. Mais, j'étais dans quel cours déjà là ?

"La prise de bec ?"

Je me mis à rire, d'une part de l'audace du félin à balancer une vanne au professeur, et d'autre part soulagée de voir que je ne suis pas la seule à être complètement à côté de la plaque dans ce cours. Je notais ce qui venait de se passer sur un coin de mon cahier, en tant que bonne journaliste pour le club, afin de le rapporter pour la prochaine édition. Dieu sait que ça pourrait lui attirer des ennuis, mais tant pis. Je tenais à ma place. D'ailleurs, je me rendais compte que j'ai sûrement loupé deux trois trucs intéressants pendant ma rêverie. Quoique... En regardant les regards à nouveau endormis de mes camarades après s'être remis de la blague du fameux Julian, je n'avais sûrement rien raté. M'enfin, je n'avais pas le temps de m'attarder là dessus puisque Monsieur Plus-Ennuyant-Qu'un-Magasin-De-Soutif-Pour-Grand-Mère avait jeté son dévolu sur moi.

"Setsuna, de quand date la dernière dynastie des ornithorynques d'Azkabanque?

Alors. Il y eut plusieurs réactions dans ma tête. La première, la gêne. J'avais HORREUR d'être le centre d'attention et le fait d'être interrogée malgré moi n'aidait en rien mon côté timide. Mes camarades s'étaient retournés vers moi et espérant sûrement que je continue dans la lancée de Julian. Je ne pouvais m'empêcher de rougir, je sentais mes joues s'enflammé de plus en plus sous le regard insistant du prof. La deuxième réaction : HEIN ????? Alors déjà je savais à peine ce que c'était que des ornithorynques, mais alors Azkabanque c'est quoi ça ? Une ville ? Un pays ? Une région ? Ou alors juste une espèce d'ornithorynques ? En plus, il me demandait une date. Il serait sûrement offusqué de savoir que j'oublie ma date de naissance après 2 verres. La troisième réaction et enfin la dernière : une envie de rire. Mais tellement fort. La situation était complètement ridicule, la tête du prof était ridicule, J’ÉTAIS ridicule.

"Je..."

J'essayais de gagner du temps, comme si la réponse allait me venir en un claquement de doigt. Sois je sors une date au hasard, sois je me défile.

"...J'ai droit au 50-50 ?"

Je me retournais vers mes camarades de classe en haussant les épaules d'un air désolé de ne pas être très drôle. Celle là, on la mettra pas dans le journal du pensionnat...

"Je crains que non... Passons."

Le prof soufflait et retournait à son monologue. Décidément il doit être assez déçus des étudiants qui se trouvaient face à lui. Je déchirais un bout de papier en inscrivant dessus "T'aurais pu m'aider, t'as l'air plus drôle que moi" et je l'envoyais sur le bureau de Julian, en espérant ne pas me faire chopper par le prof. Quoi que, ça peut être intéressant de le voir à la vitesse supérieure.


rédigé par Julian Ashton le Jeu 15 Nov 2018 - 2:18
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
Julian Ashton
On peine à suivre ou on suit à peine?
ft. Setsuna Karui


pensées en 009900
dialogue en 009900

Comme le reste de la classe, je me tournais vers Setsuna, curieux d'entendre sa réponse. C'était une intello ou non? J'avoue que je n'avais pas fait attention à elle en classe, pourtant, elle a l'air d'être populaire, je crois. Il faut dire que je n'ai pas vraiment fait attention à la classe en général, on était trop nombreux. Ses joues étaient en train de tourner au rouge vif, elle ne devait pas avoir l'habitude d'être interrogée, à moins que ça soit le regard que toute la classe lui porte qui la gêne. Il ne restait plus que deux options : Soit c'est une femme très timide, soit elle ne connaissait pas la réponse. La nouvelle victime du professeur cherchait à gagner du temps, cette fameuse technique que toute personne ayant été à l'école applique : Gagner du temps. De l'hésitation, un début de phrase, puis le grand saut.

-..J'ai droit au 50-50 ?

J'ai légèrement ri à sa blague, même si j'étais l'une des rares personnes à avoir ri. Je vous ai déjà dit que je ferais un bon ambianceur dans une salle de spectacle ou une soirée? Ma camarade de classe haussa les épaules, comme navré de ne pas avoir donné la bonne réponse. Elle était studieuse à première vue, c'est dommage qu'elle n'ait pas trouvé la bonne réponse. En tout cas, je ne sais pas ce que c'est qu'Azkabanque, mais ça peut pas être pire que cette prison. Le professeur semblait blasé de cette réponse et retourna à son cours.

-Je crains que non.

Bon, retour à l'ennui aussi. Du moins, en partie. Quelques instants après, je vis une boulette de papier arriver à mon bureau. Qui pouvait bien me parler à ce moment là? Ouvrant le papier, je découvris le message.

-T'aurais pu m'aider, t'as l'air plus drôle que moi

Comprenant bien vite  que c'était Setsuna qui m'avait envoyé ce morceau de papier, je pris mon plus beau stylo afin de lui répondre, au dos du même morceau de papier. C'est tout de même dingue qu'on essaye de me parler, moi qui avait l'habitude de m'ennuyer à certains cours.

-Si tu veux, je te crierai la prochaine réponse, mais je te promets pas la bonne.

Aussitôt écrit, aussitôt envoyé, je pris le morceau de papier et l'envoya en sa direction. Bon d'accord, le lancer était un peu fort et peu discret, et le professeur avait peut-être vu le papier voler, mais c'est pas grave, il fallait bien tuer l'ennui après tout. Le professeur se retourna une dizaine de secondes après. Ça y est, j'avais lancé comme une brute, il a dû l'entendre, l'imbécile que je suis. Il se dirigeait de nouveau vers Setsuna qui a probablement eu le temps de lire mon message. Par pitié, faites qu'il ne lui prenne pas le papier ou qu'il ne l'interroge pas maintenant, j'ai pas encore préparé ma réponse moi!

-Seconde chance : Quels fût les mots du général Izoucoup lors de la libération de la capitale?

Et merde. pensais-je. Sur mon visage, on pouvait voir que j'étais un peu contrarié à l'idée de trouver une réponse et vite! Réfléchit Julian, réfléchit! J'allais quand même pas la laisser ainsi, si ça se trouve, elle allait trouver la bonne réponse, ou alors, elle attendait mon aide. Très vite, je me lançais, tête baissée.

-PLUS ULTRA!

Vraiment? C'est tout ce que t'as trouvé Julian? Je pouvais presque entendre les mouches voler tellement j'avais jeté un froid. Néanmoins, l'ambiance a vite changé, avec quelques rires au fond de la classe, mais c'était un bide. De plus, l'incarnation de l'ennui me regarda d'un regard noir, comme si je venais de l'insulter, ce que j'ai un peu fait en faisant l'imbécile durant son cours.

-Non Julian, ce n'est pas la bonne réponse. Même si je doute que vous vouliez répondre sérieusement à cette question. Encore une bêtise et vous serez collés.

Collés? Ah zut, va falloir faire attention! C'est juste que je m'ennuie en ce moment... il pouvait pas rendre son cours plus passionnant? Toujours est-il qui'il s'était de nouveau retourner vers Setsuna. Si jamais elle donnait une mauvaise réponse, on risquait d'être collés. Quand le professeur se tourna vers elle, j'haussais mes épaules dans sa direction. Je l'avais prévenu quand au fait que je n'avais pas forcément la bonne réponse. Si jamais elle dit une autre bêtise, ça serait marrant, mais ça risquerait de nous coûter cher. Quoique... ça peut pas être pire qu'ici.

rédigé par Invité le Mar 1 Jan 2019 - 20:00
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Anonymous

On peine à suivre ou on suit à peine ?

Je voyais Julian lire mon petit mot. Un court instant, je me suis dis qu'il allait croire que je le draguais et qu'il allait déchirer mon papier en me regardant droit dans les yeux. CE SERAIT LA HONTE DE MA VIE. Déjà que je venais de me taper une belle affiche devant toute la classe, alors là ce serait le pompon. Mais non, gentil tout plein, je pouvais voir Julian prendre son stylo pour gribouiller au bout de mon petit papier. Mais si ça se trouve, il m'écrit d'aller me faire voir. De ne pas lui adresser la parole. De ne même pas lui écrire. J'en prendrais drôlement pour mon grade, moi qui évite de me faire rembarrer par les gens pour ne pas perdre mon poste au club de journalisme.

Julian releva le nez de sa table et se tourna en ma direction pour me renvoyer le papier. Vu la force et le peu de discrétion qu'il y a mis, je ne pu m'empêcher de le regarder en faisant les grands yeux, d'une mine amusée. D'ailleurs, je viens de perdre 2min du cours à le regarder gribouiller au lieu de suivre ce que le professeur disait. Mhm... Est ce que c'est si grave ?... Probablement pas. Je m'empressais de lire son petit mot, en appréhendant un peu.

-Si tu veux, je te crierai la prochaine réponse, mais je te promets pas la bonne.

Je souriais et rougissais sûrement un peu aussi. Mais pas le temps de faire la mijaurée... Je ne m'étais pas rendu compte que Monsieur Sijemennuievousvousennuierezaussi était venu jusqu'à mon bureau pour remettre le couvert. A vrai dire, je ne l'avais pas vu. Mais je l'avais senti. Après son petit "Seconde chance : Quels fût les mots du général Izoucoup lors de la libération de la capitale ?" à quelque centimètre de mon visage, je relevais la tête en plissant le nez et en fronçant légèrement les sourcils à cause de son haleine combo café-cigarette. Garde ton déjeuner Setsuna. Garde ton déjeuner. Machinalement, je me redressais et collait mon dos à la chaise le plus possible, en posant mes mains sur le bord de la table et en me poussant en arrière. J'étais tellement focalisée sur ma respiration et j'essayais si fort de ne pas rendre mes pâtes que j'avais complètement zappé sa question de ma tête. Il avait dit quoi, déjà ?

- PLUS ULTRA !

D'un coup, je défronçais les sourcils et me tournait rapidement vers l'auteur de cette interruption. Julian. Mon sauveur. Bon, faut dire que l'intervention avait pas eu un grand succès dans la classe, mais je lui étais reconnaissante, ne serait-ce que parce que le prof s'était tourné aussi et que je n'avais plus à endurer son haleine.

- Non Julian, ce n'est pas la bonne réponse. Même si je doute que vous vouliez répondre sérieusement à cette question. Encore une bêtise et vous serez collés.

Collé... Ah ouais il rigole pas lui. Je me sentais terriblement confuse, c'était de ma faute. Je lui lâchais un discret "désolée" en le mimant avec ma bouche. Mais pas le temps de me confondre en excuse, il attendait toujours ma réponse. MAIS C’ÉTAIT QUOI LA QUESTION ?

- Pardon, j'ai été troublé. Pouvez-vous répéter s'il-vous-plaît ?

Je rougissais encore et encore, j'avais les joues en feu, on aurait pu faire cuire un œuf dessus. Le prof n'était sûrement pas loin de ses limites. Il soufflait -à quelques centimètres de mon visage encore, bien sûr hein- d'énervement et je sens que Julian devra partager sa salle de colle avec moi étrangement.

- Je vous prierai d'être plus attentive au cours Mademoiselle Karui, plutôt que de communiquer avec vos petits camarades en vous lançant des papiers. Je ne suis pas encore gâteux.


J'avais les narines qui tremblaient tellement je me retenais de rire. La bouche pincée, j'essayais de contrôler mon souffle pour me détendre et ne pas exploser de rire.

- Je disais donc, quels fût les mots du général Izoucoup lors de la libération de la capitale ?

Alors là, il faudra être plus précis Monsieur. Aucune idée de qui est le général Izoucoup et encore moins de quelle capitale il parle. Il y en a tellement. Tellement... Que je ne connais pas. Déjà, Izoucoup, il était chez les gentils ou les méchants ? Bon aller, je me lance. Je crois que je n'ai plus rien à perdre et je ne pourrais pas me retenir de respirer encore longtemps de toute façon.

- "Ha ha ha... On les a bien eu... Ouais... Trop bien. Champagne pour tout le monde."... Non, c'est pas ça ? Ou alors "quelqu'un a vu ma montre à gousset ?" Non plus... ?

Je le regardais en retroussant mes lèvres à l'intérieur de ma bouche, l'air désolée. Il retourna au tableau sans rien dire, prie la craie dans ses mains et allait pour écrire. Et puis rien. Il restait comme ça, face au tableau, la tête baissée et la main en l'air pendant plusieurs secondes. Pendant une minute je dirais même. Et puis il la reposa. Sur le coup, j'ai eu mal au cœur. Est-ce qu'on l'a fait pleurer ? Il se retourna vers nous, et regarda Julian d'un air méprisant, en réajustant ses lunettes dans son nez. Outch, je crois que là, on est mal barrés.

rédigé par Julian Ashton le Ven 11 Jan 2019 - 11:28
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
. :
Inscription : 07/10/2018
Messages : 108
Clochettes : 335
Avatar : Adrien Agreste de Miraculous
Occupation : Classe/Job
Julian Ashton
On peine à suivre ou on suit à peine?
ft. Setsuna Karui


pensées en 009900
dialogue en 009900

Après m'être ridiculisé une fois de plus en classe en voulant tenir ma promesse à Setsuna. Encore une blague moisie, mais tant pis, au moins, j'avais tenu parole. J'aurais dû réfléchir davantage, mais on ne m'avait pas laissé le temps, c'était si bref. Cette fois-ci, c'était le dernier avertissement du professeur, la prochain et je serais collé. Je soupirais doucement, car on avait même plus le droit de s'amuser alors que son cours était tout sauf passionnant. Sérieusement, si on prend n'importe quel élève ici, on verrait qu'il s'ennuie et qu'il n'arrive pas à capter l'attention de la classe. Est-ce que j'étais vraiment fautif de m'ennuyer? Si oui, alors on est tous coupable, j'ai l'impression d'être une star dans les coulisses, et j'en avais assez. Le professeur ne lâcha cependant pas ma camarade de galère, continuant de l'interroger. On pouvait la voir rougir de plus en plus, c'était drôle et gênant à la fois. Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que la situation était comique, mais que c'était ma faute si elle se sentait ainsi.

-Je vous prierai d'être plus attentive au cours Mademoiselle Karui, plutôt que de communiquer avec vos petits camarades en vous lançant des papiers. Je ne suis pas encore gâteux ... Je disais donc, quels fût les mots du général Izoucoup lors de la libération de la capitale ?


-Bien sûr que vous êtes gâteux!
Pensai-je. Je profitais du fait qu'il ne me regardait pas pour hocher la tête frénétiquement. Pour ma part, j'aurais été aussi paumé qu'elle s'il m'avait interrogé. Si ma tête n'était pas accrochée à mon corps, elle sera déjà en train de rouler par terre. Chaque pore de ma peau refusait ce cours ennuyeux. En écoutant la réponse de Setsuna, je ne pus m'empêcher de rire discrètement.

-Ha ha ha... On les a bien eu... Ouais... Trop bien. Champagne pour tout le monde."... Non, c'est pas ça ? Ou alors "quelqu'un a vu ma montre à gousset ?" Non plus... ?

Ses réponses étaient aussi aléatoires que les miennes, on était dans le même bateau, elle et moi. Le professeur ne dit rien suite à sa réponse, se contentant de retourner au tableau. Il prit la craie pour écrire puis plus rien, il était comme figé. Oh zut, il était triste? Je ne voulais pas en arriver jusque là, quand même. Il se retourna ensuite, l'air sérieux, redressant ses lunettes. Oh oh, cette fois, ça sentait pas bon pour moi, je crois que c'était la bêtise de trop, d'avoir hoché la tête. S'approchant de moi lentement, chaque pas qu'il faisait me rapprochait de son haleine fétide café/clope ou croissant à l'ail, ou que sais-je encore. Il me posa alors une seule question, mais d'un ton grave. Il ne plaisantait pas.

-Monsieur Ashton, ça en est trop. Votre comportement est inadmissible, on dirait que vous êtes là en mode : Regardez moi, écoutez moi, j'existe!

J'inspirais par les narines, sentant ma colère monter, mais plutôt que de m'énerver, je souris en coin, voulant répondre par la provocation. Je regardais le professeur dans les yeux, prêt à me tourner en ridicule une dernière fois, quitte à ce que je me fasse coller, je m'en fous, je n'allais pas me laisser écraser par un homme aussi vivant qu'un cimetière.

-J'en ai assez d'être dans l'ombre de l'ennui, je veux rentrer, je veux rentreeeeeeer!

Je m'étais exprimer de façon mélodieuse, afin de tourner les dires du professeur en ridicule. C'était un ras-le-bol, les élèves étaient en train de rire, la tête de l'enseignant s'est décomposée, mais je m'en fichais, je lui tenais tête. Même pas en rêve je m'écrasais contre lui, déjà qu'il m'ennuyait, si en plus il se permettait de se moquer de moi, ça n'allait vraiment pas le faire. Je continuais, répondant encore une fois à l'autre croûton.

-En tout cas, vous, on ne vous regarde pas et on ne vous écoute pas donc bon...

Là, c'était définitivement trop. J'avais même commencé à parler vite en roulant les "r", trahissant ma provenance. Oui, mes racines écossaises étaient en train de revenir au galop. Reprenant mon souffle, l'enseignant fut clair dans ses propos.

-Ça suffit, vous êtes collés, vous resterez après les cours. Et vous aussi Mademoiselle Karui. Vous m'énervez tous! Vous avez de la chance que je peux pas tous vous coller!

Ça y est, il commençait à s'énerver lui aussi, tout ça parce que je lui avais tenu tête, c'est du grand n'importe quoi. Ce que je n'acceptais pas, c'est qu'une autre personne était collée par ma faute. Toujours remonté, je continuais.

-Mais elle a rien fait, laissez là tranquille!

-N'en rajoutez pas ou je vous colle une heure de plus!

Je grognais dans mon coin, feulant comme ceux de l'espèce que je suis censé représenter. Ma journée était foutue maintenant, j'étais collé et avec Setsuna, par ma faute. Je profiterais de l'heure de colle pour m'excuser.

Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: hors-jeu :: archives - trash and rubbish :: archive des sujets-
Sauter vers: