A l'état sauvage [PV Aidan]

rédigé par Aidan Pszczynwa le Sam 24 Nov 2018 - 4:02
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa

Aidan

Misha

A l'état sauvage
La soirée battait son plein - et malgré les bizarreries de plus tôt, tu étais maintenant certain qu'elle continuerait définitivement à être magique. Tu avais l'impression que plus rien ne pouvais aller de travers, que tout ne pouvait que bien se passer. Ton cœur battait la chamade, et aux côtés de Misha, tu te sentais en sécurité - et maintenant que vous aviez tous deux échangés vos sentiments, tu te sentais mieux, tu te sentais heureux. Tu te sentais comme si rien ne pouvait venir t'attrister à nouveau, que plus rien ne pouvait t'atteindre.
Misha te rendait déjà habituellement heureux, il te donnait déjà naturellement le sourire et une joie incontestable - mais là, c'était au-delà de tout ce que tu pouvais ressentir habituellement. À ses côtés, tu te sentais bien - tu sentais des papillons parcourir ton ventre, tu sentais une chaleur réconfortante se répandre en toi.
Avec Misha, tu te sentais unique - et tu te sentais capable de tout. Même de mettre un terme à ta maladie une bonne fois pour toutes. Et de enfin profiter pleinement de la vie, en ignorant réellement tous les soucis qui se poseraient à toi.
Tu n'aurais plus qu'à pleinement profiter de Misha.

Celui-ci s'écarta alors de toi de quelques centimètres- et tu lèves les yeux vers lui avec une petite moue, ne voulait pas le laisser partir. Mais il prend alors ton visage entre ses mains et plante ses yeux dans les tiens - et tu le laisses faire, te perdant dans son regard alors que tes joues viennent te picoter à nouveau. Il te demande alors si tu penses vraiment qu'il ne veut pas passer plus de temps avec toi - avant d'ajouter qu'une seule soirée ne lui suffirait jamais. Tu ne peux t'empêcher de sourire comme un idiot - tes lèvres s'étirant encore plus haut que tes oreilles, tandis qu'il vient délicatement essuyer tes joues. Tu te laisses aller contre la paume de sa main, plissant légèrement les yeux sous la joie qui t'envahis. Bien sur que non - tu ne penses pas que Misha ne veuille pas passer du temps avec toi... Il t'avait montré à maintes reprises qu'il serait toujours à tes côtés - pas seulement pour la promesse, mais aussi par choix.
Tu avais juste peur parfois de lui en imposer trop - mais tu sauras maintenant que ce n'était pas le cas.

Il ajoute ensuite que peu importe ce que l'avenir vous réserve, il sera toujours là pour toi - car il ne voulait plus que tu sois seul, et il voulait rester à tes côtés. Tu souriais - tu voulais te jeter à son cou, te blottir dans ses bras, mais tu voulais aussi continuer à l'écouter parler. Ses paroles si douces te touchaient tellement...
Il vient donc serrer tes mains - et tu les serres en retour, t'agrippant à elles comme si ta vie en dépendait, comme si leur chaleur était source de ta vie, de ton énergie. Comme si tu avais besoin de ce contact pour continuer à vivre.

Il te parle alors de mariage, comme ça, d'un coup - ce qui te fait virer à l'écarlate, avant que tu ne comprennes qu'il dit que vous avez encore le temps avant d'y arriver. Tu acquiesces légèrement, te posant alors la question. Est-ce que tu aimerais te marier à Misha ? Après tout, tu l'aimais et tu voulais toujours rester à ses côtés... Mais ne serait-il pas fatigué de toi à un moment ? Pourriez-vous vraiment vivre ensemble, tous les deux ? Ça te rendrait tellement heureux, de le voir tous les jours, de passer ton temps avec lui, de ne plus le quitter, de...
Tu rougis et secoues la tête - comme l'a dit Misha, vous avez encore le temps avant d'y venir. Après tout, vous êtes encore jeunes...

Tu l'écoutes alors parler, souriant sous l'émotion lorsqu'il dit que tu as changé sa vie, que tu as réussi à lui faire voir le bon côté des choses... Tu en as la larme à l'oeil à nouveau, tu ne savais pas que tu avais eu autant d'impact sur Misha, autant d'importance dans sa vie - certes, tu l'avais sauvé de la noyade, mais tu ne pensais pas que tu l'avais sauvé à ce point de sa propre vie. Ça te rendait heureux, incroyablement heureux, de jouer un rôle si important dans sa vie. D'être une personne si unique à ses yeux, une personne sur qui il peut compter, une personne qui lui apporte de la joie et de la bonne humeur.
Les larmes aux yeux, il continue son discours - déclarant qu'il t'aime pour ce que tu lui as apporté, mais aussi pour ce que tu es, pour chaque partie de toi, et que savoir que ses sentiments étaient réciproques le comblaient de bonheur.
Tu souris, silencieux sous l'émotion qui t'envahis - tandis qu'il vient abaisser tes lunettes sur ton nez, déclarant que même ainsi tu restais adorable. Le rouge au joues, tu souris de plus belle - tu peux à présent mieux le regarder, mieux observer son si beau visage.

Tu te laisses donc aller contre son baiser qu'il dépose contre ton front, te blottissant contre lui lorsqu'il rajuste le plaid sur vos épaules en te demandant si tu voulais toujours regarder les étoiles. Tu acquiesces donc, restant contre lui, serrant ses mains doucement.

« Je veux bien continuer à regarder les étoiles avec toi... On peut même faire ce que tu veux du reste de la soirée, tant qu'on la passe ensemble ! ~ »

Tu ris légèrement, retrouvant ta bonne humeur habituelle. Avec Misha, tu te sentais définitivement bien - tu avais toujours l'impression qu'à ses côtés, tu pouvais tout surmonter.
Tu serres à nouveau ses mains, levant les yeux vers lui.

« Je suis désolé, je ne voulais pas dire ça sinon... Bien sûr que je pense que tu veux passer du temps avec moi... Mais comme je suis un vrai pot de colle, j'ai toujours peur de finir par t'embêter haha... »

Tu te mets sur la pointe des pieds pour lui poser un baiser sur la joue, avant d'enfouir la tête contre lui - le sourire jusqu'aux oreilles.

« Mais maintenant, je sais que ce n'est pas le cas... Du coup, attends-toi à ce que je te colles encore plus que d'habitude ~ » 

Tu ris légèrement, laissant ta tête contre son torse pour entendre son cœur battre doucement - enfin, plutôt rapidement. Tu fermes les yeux doucement, restant ainsi quelques instants, serrant ses mains doucement.

« Je suis content de t'avoir autant aidé dans ta vie, et de t'avoir fait découvrir les bons côtés... Depuis le moment où je t'ai rencontré, j'ai directement voulu t'aider à aller mieux, et à apprendre à te connaître... Je voulais être là pour toi, être quelqu'un avec qui tu pourrais discuter, être un ami... Je voulais faire fuir la solitude qui te poursuivait tant... »

Tu lèves la tête vers lui, souriant jusqu'aux oreilles.

« Aujourd'hui, c'est toujours le cas... je veux toujours être à tes côtés, être là pour toi, te soutenir, t'aider, illuminer tes journées... Je veux être là pour toi, et la seule chose qui a changé par rapport à avant c'est que je ne te vois plus comme un ami, mais comme beaucoup plus... »

Tu gardes le sourire, plantant ton regard dans le sien en serrant doucement ses mains.

« Tu sais, ça n'en a peut-être pas l'air comme ça, mais... Tu m'as beaucoup aidé, toi aussi. Pour une raison que j'ignore, je n'ai jamais réussi à te mentir... Mais tu m'as appris que je n'en avais pas besoin pour me faire des amis. Que je n'avais pas besoin de me cacher derrière des histoires ou à me tuer à la tâche pour qu'on m'apprécie... Tu m'as appris que j'avais juste à être moi-même pour que ça soit le cas, et même si je vais mettre du temps à m'y habituer... Je vais pouvoir être véritablement moi-même, tout en sachant que tu ne m'abandonneras jamais. Et... et rien que pour ça, merci. Sans toi, je ne serais encore qu'un gamin terrifié par la solitude qui ment constamment à son entourage... Qui sait en quoi j'aurais pu finir par tourner, haha... »

Tu poses ta tête contre son épaule, souriant.

« Merci.. Merci d'être là pour moi, et de ne jamais me laisser seul. Grâce à toi, je n'ai plus peur... »

Tu restes ainsi pendant quelques instants, lui serrant les mains.

« Tu sais, j'avais peur d'accepter ce que je ressentais pour toi, car j'avais peur que tu ne ressentes pas les même sentiments... Mais... Mais savoir que c'est le cas, ça me... Ça me rend si heureux... J'ai l'impression d'être en train de rêver, et si c'est le cas je ne veux plus jamais me réveiller... Je suis si bien avec toi, Misha...» 

Tu relèves soudain la tête vers lui - le visage rayonnant de ton plus beau sourire.

« Alors moi aussi, je vais rester à tes côtés... Je serais toujours là si tu as besoin, pour te remonter le moral ou te faire rire, pour illuminer tes journées et te faire sourire... Je serais toujours là pour toi, on sera un duo de pots de colles, haha ! ~ »

Tu ris et le câline, le serrant contre toi, avant de relever la tête à nouveau.

« On retourne voir les étoiles, du coup ? Je pense que le parc est bon spot, sinon il doit y avoir un endroit sympa aux alentours... »

Tu serres donc sa main, attendant sa réponse.
rédigé par Misha Lewis le Dim 2 Déc 2018 - 2:33
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
Roturier
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Misha Lewis
A l'état sauvage
@aidan pszczynwa Bois - Pixies Kingdom
Je sentais les petites mains d’Aidan se serraient doucement dans les miennes. Il y avait un côté réconfortant comme si ce simple geste m’avait fait comprendre qu’il acceptait mes paroles et mes sentiments. Je ne pus m’empêcher d’avoir un petit sourire idiot à ce contact alors qu’il me répondait qu’il voulait continuer de regarder les étoiles, mais surtout, passer du temps avec moi. Tombé amoureux devait me rendre un peu neuneu… Quoi de plus normal ? Aidan rit chaleureusement, ce qui eut pour effet de m’apaiser. Sa sincérité le rendait encore plus mignon…Je secouais un peu la tête. Oula, on va oublier les pensées bizarres pour le moment…

Le manchot s’excusa, ajoutant qu’il avait bien conscience que je voulais rester en sa compagnie, mais qu’il redoutait qu’en tant que pot de colle, il ne devienne gênant pour moi. Une légère moue se dessina au coin de mes lèvres. S’il y avait bien une personne que ne risquait pas de m’embêter et encore moins en ce moment même c’était bien Aidan. Cependant, ma mine boudeuse n’eut pas le temps de s’installer davantage qu’il porta ses lèvres sur l’une de mes joues, m’offrant un léger baiser, innocent et doux. Les oreilles baissées, je ne pus m’empêcher de rosir légèrement tout en observant la petite touffe de cheveux dont la tête était à nouveau cachée contre mon torse. Je n’étais pas contre cette présence attendrissante, bien au contraire, hm…

Aidan poursuivit, me disant qu’il était heureux d’avoir pu apporter son aide dans ma petite vie de Caliméro. Depuis notre rencontre, il voulait me connaître et effacer la solitude, cette vieille amie, qui m’accompagnait dans mon quotidien. Ses douces paroles ne me laissaient pas de marbre. Il devenait difficile de dissimuler les larmes qui perlaient au coin de mes yeux. Cette attention restait mon éternelle corde sensible… Le fait qu’on veuille m’aider sans obscures arrières pensées et qu’on ne disparaisse pas du jour au lendemain de mon quotidien… Ces petites attentions me faisaient chaud au coeur et ces mots me touchaient énormément. Levant la tête pour plonger son regard dans le mien d’un sourire radieux, je continuais d’écouter ces mots que j’aimais entendre. Cela me rendait heureux.

Il continua tout en expliquant que je l’avais, moi aussi, aidé à ma manière. Que grâce à moi, il arrivait enfin à être un peu plus “lui-même” et non pas une marionnette destinée à plaire aux autres. Mes larmes retenues jusqu’alors laissèrent place à une mine surprise. Il était vrai qu’Aidan ne me semblait point heureux ni à l’aise en se faisant passer pour quelqu’un d’autre tout en jouant la comédie. Il n’arrivait pas à me mentir, soit, mais je préférais mille fois plus qu’il ne se mente plus jamais à lui-même. Le manchot l’ignorait sans doutes, mais il avait un coeur en or. Et rien que pour ça, je voulais qu’il profite davantage de sa vie et ce, malgrés sa maladie. Je ne voulais plus le voir lutter désespérément pour avoir un peu d’attention et d’amour, il avait bien le droit de dire ce qu’il pensait et de lâcher la pression de temps en temps.

Aidan posa alors sa tête sur mon épaule. Je vins doucement poser la mienne contre la sienne, continuant de l’écouter avec attention. Il me remercia d’être présent pour lui et m’avoua que grâce à cela, il avait réussi à aller au delà de sa peur de la solitude. Il me confia aussi qu’il était effrayé à l’idée d’accepter ses propres sentiments et de savoir qu’éventuellement son affection pour moi ne soit pas réciproque. Il avait l’impression de nager en plein rêve… Rêve dont il ne voulait pas être réveillé, car il se sentait bien avec moi.

Mon sourire s’élargit de lui même alors qu’il levait la tête vers moi. D’un visage toujours aussi rayonnant, il m’affirma vouloir rester à mes côté et être toujours présent si jamais j’avais besoin de son aide. Un duo de pots de colle… Ca me plaisait bien. Je pouffais doucement dans son câlin.

Il me proposa ensuite d’aller observer à nouveau les étoiles, pensant que le parc serait un bon endroit.

Le parc… Oui, en effet, c’était un spot très agréable, un endroit dégagé dans un cadre joli et apaisant… Je réfléchissais un instant. En théorie, il ne devrait plus y avoir grand monde à cette heure-ci, mais… Je jetais un rapide coup d’oeil embarrassé à ma jupe avant de relever la tête, arborant un sourire chaleureux afin de ne pas inquiéter mon compagnon.

- I-Il n’y a pas de soucis ! Le parc fait partie de mes endroits préférés, tu as l’oeil pour trouver les meilleurs lieux. D’ailleurs, on devrait pouvoir être au calme… Bref, le cadre idéal pour poursuivre cette belle soirée.

Je lui rendis son bisous sur la joue, me penchant légèrement. Je détournais ensuite les yeux vers la ville, plus précisément en direction du pensionnat. Tenant le plaid d’une main et serrant celle d’Aidan de l’autre, nous nous mîmes en marche, nos sacs sur les épaules.

- Alors… Allons y !

Ma démarche pouvait paraître motivée et joyeuse, mon esprit vagabondait un peu ailleurs. Je restais muet quelques instants, marchant et baissant les yeux. Mes joues empourprées et les oreilles baissées, je me tournais doucement vers Aidan.

- Merci beaucoup d’être là, Aidan… C-Ce que tu as dit m’a beaucoup touché. Je suis rassuré d’avoir pu un peu t’aider… Je veux dire, de te rendre un minimum la pareille ahah… Enfin, je me suis assez montré mélodramatique et sentimental pour cette soirée. Profitons plutôt de l’instant et des étoiles.

Je luis souris tendrement, serrant sa main et continuant mon petit bonhomme de chemin, entouré d’une chaleur apaisante et inégalable.


~~~


Après plusieurs minutes de marche, à papoter de sujets et d’autres, rythmés aussi de quelques silences, nous arrivâmes devant les grilles du pensionnat. Ma gorge se serra en constant que certains hybrides entraient et sortaient du campus. Il y avait encore du passage, malgré l’heure avancée de la soirée. Secouant un peu la tête, je tentais tant bien que mal de garder la tête froide et sur les épaules. Personne n’allait me reconnaître, voyons, les passants avaient bien mieux à faire que de me dévisager et de se moquer de mon apparence. J’enroulais doucement mes bras autour de celui d’Aidan pour me blottir un peu plus contre lui. Je respirais un bon coup pour ne pas paraître trop stressé devant le manchot et entrais dans les jardins du pensionnat.

Arrivés devant un banc, un peu à l’abri des regards indiscrets, j’invitais Aidan à prendre place avant de faire de même sans pour autant le lâcher. Je restais contre lui et serré dans le plaid, souhaitant conserver cette chaleur apaisante et rassurante. Le moment était appréciable et bien que je me sentais toujours sur mon petit nuage, une certaine nervosité continuait de me gagner petit à petit.

Pourtant, la dernière fois que j’étais habillé de la sorte, je marchais en plein milieu de la foule, confiant et insouciant du regard que l’on pouvait me porter, jouant un rôle qui n’était pas le mien pour éviter qu’on ne me reconnaisse. Cependant, bien qu’actuellement il avait moins de monde, la crainte qu’on vienne nous gâcher notre petit moment privilégié me perturbait. Tout cela parce que je portais une misérable jupe, gnn....

La tête posée sur l’épaule d’Aidan et les yeux rivés vers le ciel, je me laissais tout de même un peu absorbé par ce dernier. Pour le moment tout se passait bien, pourquoi s’inquiéter autant ?

- Je ne me lasserai jamais de regarder ces étoiles, vraiment… Plus je les observe, plus j’ai l’impression d’en découvrir de nouvelles et plus je me sens tout petit… C’est un spectacle merveilleux et hypnotisant…

Même si pour une fois, je n’étais pas complètement transporté par le spectacle nocturne. De temps à autres, mes oreilles frémissaient et bougeaient dans diverses directions au moindre bruit suspect. De même pour mon regard qui venait se poser de temps à autres sur des passants que j’estimais suspects ou trop proche. Je n’étais pas tranquille… Et mon malaise me sortait un peu de l’ambiance romantique du moment. Et dire qu’il n’y a pas si longtemps nous étions dans une toute autre atmosphère… Pourquoi je restais autant à l'affût…

- Hm… Pardon de gâcher le moment, mais… Je n’arrive pas à être à l’aise dans cette tenue, même si elle “me va bien”.... Quand on est entre nous, ça m’importe peu, mais là… Il y a beaucoup trop de monde… murmurrais-je à l’oreille d’Aidan, embarrassé. Est-ce que ça ne te dérange pas qu’on fasse juste un saut chez moi, que je puisse m’habiller convenablement ? Je te promets, je ne serai pas long… Hm…

Cela m’agaçait de mettre ainsi un terme à un moment aussi merveilleux et précieux. Mais je préférais plutôt cela que de communiquer au manchot mon anxiété ou de le mettre mal à l’aise par mon état. Le pauvre Aidan s’en voulait si facilement que je ne voulais pas qu’il se sente fautif ou quoi que ce soit.

- A-Après, on peut toujours revenir ici ou aller sur le toit de l’école… lui proposais-je en souriant tout en serrant sa main. Tout dépend aussi si tu es fatigué. Ce n’est pas forcément agréable de s’endormir dehors, ceci dit…

Je respirais un bon coup. Il fallait, vraiment, que je cesse de me chercher des excuses à tout bout de champ. Allez Misha, toi aussi tu dois te montrer honnête et sincère.

- Quoi qu’on fasse par la suite, je veux simplement rester avec toi… Encore un peu… Que tu me fasses des câlins ou que tu joues avec mes oreilles, peu importe. D’ailleurs, ce n’est pas simple de se dire qu’à un moment, il faudra bien se séparer pour aller dormir, ahah…

Je me blottis un peu plus contre Aidan, attendant sa réponse et restant à l’affût du moindre gêneur. Je devais bien avouer que je redouter ces oiseaux de nuit… Pour la plupart, ce devait être de simples hybrides passant par là, mais difficile de savoir de loin si quelqu’un n’était pas pompette ou pas. Je n’avais vraiment pas envie que des fauteurs de troubles viennent déranger mon Aidounet…. Enfin, Aidan.

[HRP : J'espère que la fin de ma réponse n'est pas trop fermée. Si je dois modifier quelque chose, n'hésite pas ! :D]


@DDS
rédigé par Aidan Pszczynwa le Lun 10 Déc 2018 - 5:20
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa

Aidan

Misha

A l'état sauvage
Misha était d'accord pour aller observer les étoiles au parc, bien qu'il semblait encore gêné par sa tenue. Tu espérais que ça irait pour lui, et tu te sentais un peu coupable d'avoir pris les mauvais vêtements... Mais ce qui est fait est fait, tu ne pouvais plus revenir en arrière, malheureusement - et puis, ce n'est pas ça qui allait gâcher votre soirée, si ?

Il te prit alors la main après t'avoir rendu ton baiser sur la joue, et la serra dans la sienne. Tu sers la sienne en retour, souriant, et suivant Misha qui partait en direction du parc. Tu restais assez près de lui, pour que le plaid puisse vous couvrir tous les deux mais aussi parce que tu aimais tout simplement sa présence, et qu'être à ses côtés te rendait heureux... Tu pourrais presque t'accrocher à son bras, mais tu avais peur que ça le dérange, et tenir sa main te suffisait déjà amplement.
Sur le chemin, Misha reprend la parole - te remerciant d'être là. Tu le regardes, les joues légèrement roses, tandis qu'il ajoute que ce que tu lui as dit l'a beaucoup touché, et qu'il est heureux d'avoir pu t'aider.
Tu souris légèrement, serrant sa main un peu plus fort pour te blottir un peu plus contre lui, lui montrer que tu étais là et qu'il n'avait pas à s'en faire, ni à s'inquiéter.

« Ne t'en fais pas, Misha... Je suis heureux de pouvoir t'aider, et je suis heureux de t'avoir avec moi... C'est tout ce dont j'ai besoin... »

Tu souris alors, et vous reprîmes donc le chemin, discutant joyeusement de tout et de rien.
Une fois arrivés au pensionnat,  Misha sembla perturbé... Tu le regardes alors en serrant sa main à nouveau - inquiet pour lui. Il semblait regarder les silhouettes des autres hybrides avec appréhension. Était-il gêné ? Avait-il peur qu'on vous voie ensembles ? Ou avait-il peur de sa tenue, qui semblait le déranger depuis qu'il l'avait mise ?
Tu n'as pas le temps de penser plus que Misha fait exactement ce à quoi tu as pensé plus tôt - il enroule ses bras autour du tien, pour se blottir un peu plus contre toi. Tu rougis donc, mais tu le laisses faire, te blottissant toi-même un peu plus contre lui. Bon, il n'avait pas l'air gêné de ta présence, c'est déjà ça... C'était probablement sa tenue qui le gênait, alors.
Tu pousses un léger soupir - pourquoi a-t-il fallut que tu te trompes en attrapant des vêtements ? C'était pourtant simple...

Il finit par respirer un bon coup, et marche avec toi jusqu'aux jardins, t'invitant à t'asseoir sur un banc pour t'y rejoindre, restant blotti contre toi. Tu profites donc d'être assis pour enrouler ton deuxième bras autour de lui et le serrer un peu plus contre toi - un vrai koala, en quelques sortes. Il semblait toujours nerveux et perturbé, tu ne savais pas exactement pourquoi, alors tu faisais ce que tu pouvais pour le rassurer - le gardant cotre toi pour le câliner, tout en lui caressant le dos doucement.
Il finit par prendre la parole, semblant se détendre un peu - déclarant que le spectacle était tout de même merveilleux, et qu'il ne s'en lasserait jamais. Tu souris alors, tout continuant de le serrer contre toi. Il avait raison, et ce spectacle était d'autant plus merveilleux qu'il était avec toi.

Mais tu repenses alors à tes propres pensées de plus tôt, sur pourquoi il pouvait être dans cet état. Certes, il semblait être à l'aise avec toi, mais si c'était vraiment ça qui le rendait ainsi ? Si c'était le fait qu'on puisse dire des choses sur vous ?
Car qu'est-ce que vous étiez, maintenant ? Certes, vous vous êtes mutuellement déclaré votre flamme, mais ensuite, il se passe quoi ? Aucun de vous n'avait rien dit à ce sujet, et maintenant que tu y pensais, ça te perturbait un peu... Car tu aimais beaucoup Misha, vous étiez plus que des amis maintenant - plus que des meilleurs amis, même. Mais tu ne savais pas si vous sortiez ensemble ou non, s'il était officiellement ton amoureux ou non - puisque vous n'aviez pas mis au clair le sujet, vous vous étiez juste... Embrassés. Alors certes, les amis ne s'embrassent pas - mai peut-être que vous ne sortez pas ensemble pour autant ?
Tu ne sais pas, et tu avais trop peur de demander - bien que la question venait si subitement de te frapper l'esprit que tu ne pouvais plus penser à autre chose.

Tu finis par sortir de tes pensées lorsque Misha reprend la parole, murmurant à ton oreille qu'il ne veut pas gâcher le moment mais qu'il n'arrive pas à se sentir à l'aise, dans cette tenue. Tu soupires légèrement de soulagement - enfin, en quelques sortes. Au moins, tu n'as plus le temps de penser aux questions qui te taraudent l'esprit, et tu sais que ce n'est pas ta présence qui gênait - du moins, pour l'instant.
Il te demande alors si ça ne te dérange pas de passer par chez lui rapidement, histoire qu'il se change. Tu le regardes donc, avant d'esquisser un léger sourire. Misha s'inquiétait beaucoup trop rapidement... Pourquoi ça t'embêterais ? C'était beaucoup mieux s'il se sentait à l'aise, et s'il devait passer par chez lui pour que ça soit le cas, ce n'était pas dérangeant. Tu préférais largement ça plutôt qu'il se sente mal toute la soirée mais ne dise rien par peur de te déranger.
Il ajoute ensuite que vous pouvez toujours revenir ici après, ou aller sur le toit de l'école si tu n'étais pas trop fatigué, car il n'est pas agréable de s'endormir dehors. Tes yeux se mirent alors à briller légèrement - continuer cette soirée avec Misha te comblerait de joie, et regarder les étoiles sur le toit ? Ça serait un spectacle magnifique... Un spectacle unique, que tu ne pourrais partager qu'avec lui.

Tu souris alors, imaginant la suite de la soirée - tandis qu'il ajoute que peu importe ce que vous faisiez, il voulait rester avec toi, que tu le câlines ou même que tu joues avec ses oreilles. Il était déjà triste de penser que vous devriez vous séparer pour dormir, et tu le serres donc contre toi, parlant sans réfléchir - une fois de plus.

« Tu sais, on n'est pas obligés de se séparer pour dormir... Ça me rendrait heureux de pouvoir m'endormir à tes côtés, et au moins je serais sûr de ne pas faire de cauchemar si on dort ensembles ~ »

Puis, tu réalises les mots que tu viens de proposer et ton visage vire à l'écarlate complet.

«Je... Je veux dire... Pas dans un sens bizarre... Enfin... »

Tu enfouis ta tête contre l'épaule de Misha, le visage rouge de gêne et de honte, tentant de former une phrase parmi tes bafouillements et bégaiements.

« D-désolé.. Je.. Je veux juste rester avec toi le plus longtemps possible, donc ça m'a semblé naturel... C-c'est comme tu veux, haha, mais je veux pas te déranger avec ça... »

Tu restes enfoui contre lui, le serrant encore plus contre toi. Il faut que tu reprennes tes esprits... Comment as-tu pu dire ça aussi naturellement ? Surtout que tu ne sais toujours pas quelle est votre relation officielle... De simples amis ne dorment pas ensemble dans le même lit, si ? À moins que ça ne soit pour une soirée pyjama... Vous pouvez toujours appeler ça une soirée pyjama, si ça rend les choses moins étranges et moins gênantes.
Tu souffles un bon coup pour te calmer, et relève timidement la tête vers Misha.

« S-sinon... Ça ne me dérange pas du tout de passer par chez toi... Tu aurais dû me le dire tout de suite, haha... Ou peut-être que j'aurais dû y penser aussi, que tu voudrais peut-être te changer... Enfin bon, o-on peut passer pour que tu te changes, et ensuite on pourra retourner dans le parc ou aller sur le toit pour continuer la soirée... O-ou si tu es fatigué, on pourra s'arrêter là... »

Et dormir ensemble directement, ou d'abord passer un autre bout de soirée ensembles à papoter avant de regagner vos chambres respectives ? Ou de véritablement dormir ensemble si Misha le voulait ?
Le rouge te revient aux joues, et tu secoues la tête - te levant doucement en tirant Misha vers toi. Il fallait que tu t'ôtes toutes ces pensées de la tête.

« D-du coup... Allons-y... »

Tu commences donc à marcher vers la résidence de Misha, tout en lui serrant doucement la main et en te blottissant contre lui.  


HRP:
 
rédigé par Misha Lewis le Dim 16 Déc 2018 - 2:50
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
Roturier
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Misha Lewis
A l'état sauvage
@aidan pszczynwa Bois - Pixies Kingdom
Pour une raison que j’ignorais, le fait de rester doucement blotti contre Aidan m’apportait une touche d’apaisement. Étrangement, sa présence me rassurait… Je sentis le manchot me serrer contre lui. Je tournais légèrement la tête pour l’observer, l’air attendri et me calmant un peu. Si seulement j’avais pu oublier ces fichus habits, la soirée me comblerait encore plus de joie.

Aidan me répondit, rebondissant d’abord sur le fait que nous n’étions pas obligés de nous séparer pour dormir. Il me proposa de passer la nuit en sa compagnie, m’assurant que je chasserais ses cauchemars et qu’il dormirait mieux.

Se rendant compte de ses propres paroles, le noiraud rougit instantanément et ajouta qu’il ne voulait rien insinuer de bizarre. Embarrassé, il finit par cacher son visage dans mon épaule. C’était mignon. Il était vraiment adorable… Et c’était difficile de me hôter cette idée de l’esprit. J’aimais sa proposition, vraiment. Il venait de demander ce que je n'osais pas prononcer… Ma queue zébrée balayait timidement le banc tandis que je continuais de l’observer, n’ayant qu’une envie : le couvrir de bisous et de tendresse. Sans arrière pensées ! Je voulais simplement profiter de sa présence au maximum… Ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait organiser une soirée comme cela…

Comme moi, Aidan avait peur de déranger… Décidément, notre timidité à tous les deux n’allait pas nous emmener bien loin. Ceci dit, rien ne pressait. Je n’avais jamais connu ce genre de situation, tout était nouveau et j’avais peur de faire un faux pas qui pourrait gâcher l’ambiance. Mais en même temps… Nous étions deux dans cette situation et ce fait me rassurait, bizarrement. Je laissais le manchot se cacher contre moi jusqu’à ce qu’il ne reprenne son calme et lève doucement son regard vers moi.

Il poursuivit en me disant que passer par chez moi ne le dérangeait pas et que j’aurais dû lui demander plus tôt. Sur le coup, ça coulait de source, mais… J’avais éternellement peur de le déranger avec mes soucis. La tenue me gênait, mais je n’oubliais pas qu’Aidan avait certainement dû battre de la croix et de la bannière pour me récupérer ces quelques habits. Et je lui en étais, malgré tout, infiniment reconnaissant. Il proposa ensuite de continuer la soirée ou d’y mettre un terme si j’étais fatigué.

Dire que j’étais encore en forme serait mentir, je sentais la fatigue de la journée et des événements me tomber un peu sur les paupières et j’ignorais totalement l’heure qu’il pouvait bien être.

Secouant légèrement la tête, Aidan se leva tout en me tirant gentiment vers lui. Je souris tendrement et finit par oublier mon état alerte. Je le suivis, continuant de lui serrer la main.

- D’accord… répondis-je simplement avant d'entamer la marche.

Je restais muet quelques instants alors que nous nous dirigions vers ma résidence, avant de briser le silence, jouant avec une mèche de mes cheveux, de ma main libre.

- En fait, pour revenir à ta proposition de tout à l’heure… annonçais-je timidement. Ca ne me dérange pas de dormir avec toi, bien au contraire. Et puis, ce n’est pas comme si c’était la première fois que nous nous endormirions dans le même lit, comme à l’infirmerie même si le contexte était différent… Enfin, je veux dire… Hm…

Je serrais un peu plus la main du noiraud, regardant le sol sur lequel j’avançais.

- Disons qu’un lit est moins froid quand on y dort à deux… Et ça me ferait énormément plaisir d’avoir le privilège de chasser tes cauchemars et autres choses qui hanteraient ton esprit... De plus, il n’y a rien de bizarre… J’imagine… Dormir dans tes bras, c’est agréable…

Bien, je commençais à m’égarer sérieusement… Mais je voulais insister sur le fait que dormir ensemble ne me dérangeait pas le moins du monde. Ce n’était pas comme si on faisait… Hm… On avait le temps devant nous de toute manière et puis on ne pensait qu’à dormir tout les deux. Voilà… Aaah, je me perdais dans mes pensées… Ce fut à mon tour de rosir sous le coup de la gêne, tournant la tête pour fuir le regard d’Aidan quelques instants.

Nous arrivâmes finalement devant ma résidence. Essuyant mes pieds sur le paillasson, j’ouvris la porte et invitais Aidan à entrer. Je lui présentais rapidement les espaces communs de la résidence avant de l’amener à ma chambre. La pièce n’avait rien d’exceptionnelle à première vue et n’était pas très grande. Elle était peinte d’un blanc délavé qui avait jauni avec le temps et était meublé d’un lit, d’un bureau et d’une armoire. En revanche, un carré du mur à côté du lit était recouvert de photographies que j’avais réalisées depuis mon arrivée à Monokuro… Et dire que cela faisait déjà sept ans que j’étais ici… Autre objet remarquable : une grande peluche d’orque qui trônait sur l’oreiller de mon lit.

Je m’approchais de la peluche avant de la saisir entre mes bras, la caressent délicatement et la présentant à Aidan. Une dame très gentille, qui m’avait longuement manquée, me l’avait offerte à l’orphelinat. L’ayant nommé comme cette fameuse dame, je ne m’en étais jamais séparé.

- Je te présente Tiana, c’est une peluche que j’aime beaucoup et avec laquelle j’ai l’habitude de dormir… Ca ne te dérange pas si elle squatte un peu dans le lit ? Ah et d’ailleurs, mets toi à l’aise. Tu peux t’asseoir où tu veux. Si tu as faim ou soif, dis le moi et…

Alors que je serrais ma peluche contre moi tout en repensant à quelques manières en terme d’hospitalité, mon regard s’arrêta sur ma petite horloge de bureau. Il était presque une heure du matin, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si tard.

- Oula… Minuit cinquante-trois… Je pense qu’il est peut-être plus judicieux de reporter notre spectacle des étoiles. Enfin ! Je veux dire… On peut poursuivre la soirée ici… ou chez toi… ou ailleurs.... Mais j’imagine que c’est mieux qu’on reste à l’intérieur et qu’on se laisse s’endormir ? Si ça se trouve tu as cours demain matin…

Doucement, je reposais la peluche sur la couverture de mon lit et me tournais vers ma penderie. Feuilletant rapidement quelques vêtements. Je retirais sans prévenir mon haut et ma jupe, restant tout de même en sous-vêtements. La scène en elle-même ne me dérangeait pas et la pudeur n’était pas un comble pour moi. Il suffisait de se dire que j’étais en maillot de bain, n’est-ce pas ?

Je commençais à enfiler un pantalon me rendant compte que j’avais omis de poser une question lorsque je m’apprêtais à en fermer les boutons.

- J’y pense que maintenant, mais… Tu préfères dormir ici ou chez toi ? Les coloc’ sont spéciaux, mais ils savent respecter la nuit des autres - on va dire. Mais tu préfères peut-être dormir dans un endroit que tu connais, enfin… C’est juste pour savoir si je mets tout de suite en pyjama ou si je le prend avec moi… Et…

Par réflexe, je venais de baisser la tête. C’était un réflexe idiot. Je regardais un instant le parquet avant de relever le regard vers Aidan, un petit sourire timide aux lèvres

- Et il y a quelque chose qui me chiffonne un peu… J’ai cru que ma nervosité influençait mon imagination, mais tu me sembles troublé depuis que nous avons quitté la forêt. Quelque chose te tracasses ? Il y a quelque chose que je peux faire pour que tu te sentes mieux ?



@DDS
rédigé par Aidan Pszczynwa le Jeu 27 Déc 2018 - 0:30
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa

Aidan

Misha

A l'état sauvage
Misha te serra la main, et acquiesça à tes derniers mots - te suivant. Vous vous dirigez donc vers sa résidence dans le silence, tandis que vous vous serrez mutuellement la main. Puis, le zèbre finit par briser le silence pour revenir sur ta proposition maladroite de plus tôt - déclarant que ça ne le dérangerait pas de dormir avec toi, tout au contraire même. Il ajouta que ce ne serait pas la première fois que vous dormiriez ensembles, bien que l'infirmerie disposait d'un contexte totalement différent. C'était vrai, que vous aviez dormis ensemble - même si c'était plus pour te tenir compagnie car tu étais malade, et que tu ne voulais pas qu'il parte. Là, on parlait tout de même d'une nuit entière, dans le même lit, probablement en pyjama ou à moitié nu...
Tu rougis, secouant la tête. Il faut que tu garde les idées claires, ne va pas commencer à t'imaginer n'importe quoi non plus...

Misha serre un peu plus ta main - et ça te redonne un peu plus confiance. Les joues cependant toujours aussi rouge, tu lèves les yeux vers lui - qui les a baissés. Il ajoute alors qu'un lit est moins froid à deux, et que ça lui ferait plaisir de pouvoir chasser tes cauchemars, et que dormir dans tes bras était agréables. Tes joues prennent une couleur encore plus écarlate, mais un sourire idiot se dessine sur ton visage - touché et heureux par les mots de Misha.

Vous arrivez donc devant la résidence en question - et Misha t'invite donc à entrer. Tu le remercies avec le sourire, et entre dans la bâtisse, le suivant jusqu'à sa chambre. Maintenant que tu n'étais plus pressé, tu pouvais regarder un peu plus attentivement la chambre de Misha - qui était assez simple, mais dont un carré d'un mur était rempli de photos. Tu souris, reconnaissant bien Misha là, et te laissant  aller à regarder les photos en question, qui t'emportaient à leur souvenirs et te racontaient une histoire. Tu aimerais bien prendre des photos souvenirs avec Misha, te faire un mur des plus beaux moments que tu passes avec lui... Certes, c'est totalement niais - mais au moins, ça te fera quelque chose à regarder quand tu seras seul ou malade, et qui te remonteras le moral quand Misha ne pourra pas venir te tenir compagnie. Et puis, juste partager sa passion, le voir en pleine action, ça devait être magique ! Tu te demandais même si tu pouvais un jour lui servir de modèle pour ses photos... Mais ça te gênerais de lui demander - et puis, ça pourrait être pris bizarrement, non ?
Tu secoues donc la tête pour chasser le nouveau rouge qui te vient aux joues, et décide de porter ton attention autre part.

Ton regard se pose alors sur l'immense peluche orque qui trône sur le lit de Misha. Ce dernier la saisit délicatement, te la présentant - Tiana. Tu souris, c'était un joli nom et une très belle peluche. Tu secoues la tête lorsqu'il te demande si ça ne te gênes pas si elle squattait le lit - toi-même tu avais une peluche datant de ton passé, ainsi que pleins d'autres peluches que tu avais accumulées depuis - ton lit était limite trop rempli... Et ça serait peut-être embarrassant à voir, mais tant pis.

Tu t'assieds donc sur le lit lorsqu'il te dit de te mettre à l'aise - avant de regarder l'heure. Tu laisses alors échapper un soupir - il était si tard ? Tu n'as pas envie de l'admettre, mais il est vrai que vous devriez reporter votre spectacle nocturne à plus tard... Après tout, tu avais des choses importantes le lendemain,  tu avais besoin d'un peu de repos quand même... Et puis, cette soirée avait été fortes en émotions, et tu avais besoin d'une bonne nuit de sommeil pour remettre ton esprit au clair. Et être sûr que rien de tout ça n'était pas un rêve...
D'ailleurs, ce n'était pas un rêve, n'est-ce pas ? Et si tu ne t'étais toujours pas réveillé de ta petite sieste avant d'aller à l'encontre de Misha ? Ton esprit pourrait-il seulement inventer tout ce qui vient de se passer ?

Misha commence alors à se dévêtir sans prévenir, et le rouge te remonte instantanément au joue - tu détourne donc le regard, faisant mine d'observer la chambre et de regarder les photos à nouveaux. Woah, calme-toi, tu l'as déjà vu en maillot de bain... C'est pareil, non ? Pourquoi ça ne serait pas pareil ? Qu'est-ce qui a changé, depuis ? Enfin, à part le fait que tu sois totalement dépendant et fou amoureux de lui ?

Tu rougis à tes propre pensées et secoues la tête une nouvelle fois - reportant ton attention sur Misha qui semble s'être presque changé au complet. Il te demande alors si tu préfères dormir ici ou aller chez toi - et tu hausses les épaules, réfléchissant. Ça t'importait peu, tant que tu passais la nuit avec Misha... Peut-être qu'il préférerait dormir dans un endroit qu'il connaissait ? Ou peut-être serait-il gêné par le nombre de peluches qui occupaient ton lit ? Tu ne sais pas... Peut-être qu'il serait mieux de lui demander ce que lui préfère ?

Il finit par te regarder à nouveau, pour te demander ce qui ne va pas. Il a l'air d'avoir remarqué que tu étais un peu... Troublé, ou que tu semblais ailleurs. Il voulait savoir ce qui n'allait pas, et ce qu'il pouvait faire pour que tout ailles mieux.
Les joues de nouveau rouges, tu les mordilles alors pour regarder le sol. C'était un peu gênant... Même si tu savais que tu pouvais faire confiance à Misha, n'étais-tu tout simplement pas un peu impatient ? Peut-être te tracassais-tu pour rien ? Cependant... Tu ne pouvais mentir à Misha et faire comme si tout allait bien.
Tu prends donc une profonde inspiration, serrant la couverture du lit entre tes doigts ) comme si cela pouvait te calmer.


« Je..Je vais bien, c'est juste que... » 

Tu te mords les lèvres, avant de continuer.

« Tu vas sûrement trouver ça débile... Ou peut-être penser que je suis trop avide ou impatient, mais... Je me demandais... O-on est quoi, maintenant ? »

Tu oses à peine lever les yeux, fixant le plancher avec tellement d'intensité que si tes yeux étaient des armes, ils auraient déjà troué le sol.

« J-je veux dire... Je t'aime, et... Et tu m'aimes... Donc... On est plus que des amis, n'est-ce pas ? Mais... On est quoi exactement ? Je n'ai jamais vécu ce genre d'expériences, alors... Je suis un peu perdu... Mais je ne veux pas que tu aies l'impression que je veuille aller trop vite non plus, je... » 

Tu soupires, secouant la tête.

« Pardon, je... Je me fais du soucis pour rien... J'imagine que ça viendra avec le temps... E-et puis, quelle quelle soit, j'aime notre relation actuelle aussi... Désolé de t'inquiéter avec ça, c'est.. C'est nouveau pour moi, et pour toi aussi je pense, je sais juste pas vraiment ce que je suis censé faire, haha... » 

Tu feins un sourire, et lève doucement les yeux vers Misha, entremêlant tes propres doigts à cause de la nervosité. Tu respires profondément, avant de reprendre:

« Sinon, c'est comme tu veux... On peut dormir chez toi ou chez moi, mes colocs sont gentils... Mais il me faudrait juste un pyjama... Après je dois passer à l'infirmerie et en cours demain, mais je peux passer chercher mes affaires avant, donc ça ne pose pas de problème si je suis ici non plus... C'est comme tu préfères, haha ! »

Tu souris - retrouvant peu à peu ta confidence.

« On peut remettre la soirée observation à une prochaine fois, oui, car du coup j'ai cours demain... On ira sur le toit, peut-être qu'on aura moins de problèmes que dans la forêt.. Mais du coup on peut quand même rester ensemble pour le reste de la soirée... Et de la nuit... Histoire de discuter et de dormir ensembles... »

Tu soupires pour laisser aller la pression qui s'était accumulée, avant de retrouver ton véritable sourire. Tu regardes donc Misha, riant légèrement.

« Qu'on reste ici ou qu'on aille chez moi, Tiana est la bienvenue dans le lit... Tant qu'elle ne me vole pas toute ton attention et tes câlins, bien sûr ~ » 
rédigé par Misha Lewis le Lun 31 Déc 2018 - 2:27
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
Roturier
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Misha Lewis
A l'état sauvage
@aidan pszczynwa Bois - Pixies Kingdom
Le regard tourné vers le jeune manchot, j’écoutais Aidan tenter de me rassurer, laissant sa phrase en suspens. Mes oreilles trahissaient ma curiosité alors qu’il poursuivit, prétextant que je trouverais sa réflexion stupide. Ah la la… Ce n’était pas en une soirée que les mauvaises habitudes allaient changer. Et finalement, il me posa une question simple mais si facile à répondre : qu’étions nous, désormais.

Je devais bien avouer qu’à chaud, je ne savais pas quoi répondre. A demi-songeur, je constate qu’Aidan restait néanmoins nerveux. J’étais un peu triste qu’il se sente encore mal à l’aise et qu’il ne se relaxe pas encore, mais il parvint à expliquer son interrogation de vive voix. Il n’avait pas tort… Tout était aussi nouveau pour moi et contrairement à Aidan, j’évitais de m’encombrer l’esprit de ces questionnements, la soirée ayant été déjà bien chargée en émotions. Je n’y avais vraiment pas réfléchis… Pour moi, Aidan était bien plus qu’un simple ami et ce, depuis longtemps. Cependant, je ne nous voyais pas encore comme un couple “officiel”. Peut-être était-ce parce que je n’avais pas encore totalement réalisé ce qu’il m’arrivait ? Après tout, même ses mes sentiments ne dataient pas d’hier, notre déclaration restait encore bien jeunette.

Néanmoins, j’étais d’accord avec ses propos. Ses questions étaient légitimes et nous avions encore le temps devant nous avant pour réfléchir plus posément à notre situation. Personnellement, je ne voyais pas l’amour comme quelque chose d’aussi formel et superficiel. Je le concevais plutôt comme un chemin rempli d’imprévus en tout genre, à découvrir chaque jour… Comme une structure dont on posait les briques jour après jour et dont la stabilité était à l’image de la relation entre les personnes. Un peu comme l’amitié… Mais en quelque chose d’encore plus intime…

Est-ce que notre relation changeait réellement pour autant ? Il était vrai que je voyais Aidan différemment depuis notre rencontre… J’étais tombé amoureux et il m’était difficile de ne pas penser à lui au cours de la journée. Savoir que cette relation était à double sens me comblait de joie, c’était vrai, mais mes sentiments restaient toujours les mêmes… J’aimais Aidan parce qu’il était lui-même.

Je ne savais pas comment le penser, alors exprimer mon ressentie oralement… Quoi qu’il en soit, je trouvais Aidan mignon à s’inquiéter autant de notre relation. Elle lui tenait à coeur tout autant qu’à moi, elle était authentique. Ca faisait chaud au coeur… Mais c’était surtout et avant tout BEAUCOUP trop ADORABLE.

- Awww, m’échappa avec un léger sourire attendri.

Aidan secoua alors la tête, comme pour aérer ses pensées. Il s’excusa pour ses questions idiotes, mais que je trouvais pertinente et… Normale ? Après tout, je me les posais aussi… Le noiraud leva alors ses pupilles violettes vers moi, me répondant que nous pouvions tout aussi bien dormir chez moi que chez lui.

Je réfléchis un instant, jetant un coup d’oeil au plafond. J’avais beau faire le courageux, je me doutais bien que passé la nuit en dehors de mon lit - enfin dans le lit de quelqu’un d’autre - me rendait très nerveux. Je venais seulement d’y penser, mais peut-être qu’Aidan allait se sentir mal à l’aise de ne pas être chez lui… On verra bien...

- Si ça ne te dérange pas, on peut rester ici, alors… Si tu es vraiment certain de ne pas être en retard à cause de moi, ahah. Je te préparerai quelques petites choses à grignoter et je vais te passer un pyjama…

Alors que je me retournais face à mon armoire, l’idée de voir Aidan dans mes vêtements me fit une drôle d’impression. Je tentais vainement de chasser cette image de mon esprit, sortant quelques habits à la légère odeur de fleur de lotus. Je ne remarquais pas la perruque se glisser entre les tissus - peut-être qu’avec un peu de chance personne ne la verras, après tout, je ne l’avais même pas remarquée au moment même ! J’en profitais pour enfiler un débardeur qui me servait de haut de nuit.

Mettant les tenues de nuit à la disposition du noiraud, je vins m’asseoir à ses côtés, gardant mon pantalon que je troquerai contre un autre plus approprié à la nuit, plus tard. J’effleurais doucement sa main avant de venir mêler mes doigts au sien avec un sourire joyeux.

- Il est vrai que je ne connais pas non plus grand chose en amour, en relation amoureuse et encore moins en couple… Au final, je ne peux m’imaginer que des scènes clichées tout droites sorties de films ou de livres, bien que je me doute que ces romances ne reflètent pas la réalité. Déjà que l’amitié c’était quelque chose d’inconnu pour moi, alors être autant amoureux… J’imagine qu’il faut laisser le temps au temps, ne pas trop être pressé, ne pas trop se creuser la tête inutilement et surtout, surtout, communiquer… Que ce soit des doutes ou des joies, de bonnes ou mauvaises choses… Il ne faut pas hésiter à s’exprimer… Et rien que pour ça, tes question ne sont pas idiotes… Après tout je me les pose aussi, ahah…

Je me grattais doucement la joue tout en regardant ailleurs.

- Donc, c’est… C’est normal de se poser des questions… Tu ne dois pas avoir peur de me déranger ou de me les poser… Pareil pour moi, si je vais trop vite ou trop loin, n’hésite pas à me remettre à ma place…

Je marquais une courte pause avant de poursuivre.

- Honnêtement, je ne sais pas encore ce qu’est notre relation. Elle est forcément spécials et c’est bien plus que de l’amitié… Mais peu importe… C’est toi que j’aime Aidan et je t’aime encore plus quand tu es toi même, alors… Agis comme tu le sens et non pas d’après des critères absurdes de couple… Enfin… Reste toi même… Hm…

Mon regard fixa un instant le sol, alors que mes joues rosissaient doucement.

- Après… Ce qui différencie tout cela de l’amitié… J’imagine que c’est l’intimité ? Le bonheur de partager des choses avec l’autre, plus de câlins… Enfin même comme ça, ça pourrait sonner comme de l’amitié… Hm…

Doucement, je relève la tête et m’approche d’Aidan, posant délicatement ma main sur son épaule et venant lui souffler quelques mots à l’oreille.

- J’imagine qu’on peut s’autoriser un peu plus de tendresse et de chaleur… Je peux peut-être… Te susurrer des choses à l’oreille comme un je t’aime…

Sans trop y réfléchir - et il valait mieux pour moi et mon système cardiaque - je laissais mes lèvres parcourir sa joue et le haut de son cou, le couvrant de léger. baisers.

- Te faire des bisous par ci et par là… T’enlacer tendrement… T’embrasser sans hésitation…

Lentement, je redressais ma tête pour plonger mon regard dans celui d’Aidan. J’étais hypnotisé et j’approchais doucement mon visage du sien avant de… me raviser, souriant et laissant mes mains venir chatouiller les côtes d’Aidan, tel un enfant de huit ans.

- Et aussi te faire des guilis, c’est pas mal ahah ! riais-je tout en continuant de martyriser le pauvre manchot de multiples chatouilles.

Je le laissais finalement respirer, m’écartant un peu, prenant ma peluche Tiana contre moi et jouant avec une mèche de mes cheveux entre mes doigts. J’avais un petit sourire, à la fois heureux et nerveux.

- Aller… J’ai assez dépassé les bornes. Je suis désolé Aidan, ma plaisanterie est allée un peu trop loin… Je pense… N’hésite pas à me dire si tu as besoin de quelque chose d’ailleurs… Des cookies ?

Nerveusement, je malaxais ma peluche tout en évitant le regard d’Aidan. J’en avais bien trop fait et je commençais à prendre conscience de mes actes… A quoi je jouais...

- Enfin, on mettra peut-être un nom sur notre relation le jour où tu parleras de moi comme ton petit ami ou que tu m’appelleras par un surnom affectif hihi !

Je me risquais à le regarder à nouveau, les joues roses et la mine un peu plus sérieuse.

- D’ailleurs, tu as besoin d’être accompagné à l’infirmerie demain ? demandais-je un peu inquiet.



[Bon, il y a pire niveau olé olé et je blablate beaucoup ahah. J’espère que ça te plaira~]



@DDS
rédigé par Aidan Pszczynwa le Mar 1 Jan 2019 - 8:12
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa

Aidan

Misha

A l'état sauvage
Misha avait répondu qu'il préférait rester ici, si tu étais sûr de ne pas être en retard à cause de ça - ce à quoi tu avais répondu en secouant la tête négativement. Tu savais gérer ton temps - la plupart du temps, du moins, et ce n'est pas être dans la chambre de Misha qui va te mettre en retard... Car de toutes façon, que tu sois chez toi ou chez lui, tu trouveras une excuse pour rester dans ses bras un peu plus longtemps. Mais tu connais aussi tes devoirs, et tu es excité à propos de ce que ta maman de cœur va t'annoncer au sujet de ta maladie - de savoir comment t'en débarrasser, une bonne fois pour toutes. Alors tu savais qu'il faudrait que tu y ailles - de toutes façons, tu doutais de pouvoir t'endormir en sachant ce qui t'attendait le lendemain... Quoique, dans les bras de Misha, tu allais probablement pouvoir te laisser aller...
Enfin, Misha pourrait tout aussi bien être l'objet de ton insomnie... Après tout, c'était ta première véritable nuit avec lui - même si vous aviez déjà dormis ensemble.

Après être allé chercher des vêtements, il les posa près de toi et vînt effleurer ta main avant d'y entrelacer ses doigts. Tu le laisses faire, serrant doucement sa main contre la tienne, alors que tu réalises seulement que tu vas porter des vêtements de Misha pour la nuit... Le rouge te monte aux joues, tandis qu'un sourire idiot te monte aux lèvres... Calme-toi, Aidan, et cesse ses pensées tout de suite ! C'est tout à fait normal de dormir dans les habits de quelqu'un d'autre, il n'y a rien d'étrange à ça... Qu'on soit amis proches ou intimes, c'est normal de se prêter des habits, non ?
Tu imagines alors ce à quoi pourrait ressembler Misha dans tes habits - et si l'idée te fait d'abord rougir une nouvelle fois, tu pouffes de rire en imaginant le garçon plus grand que toi porter tes tout petits habits.
Tu finis par tourner la tête vers le zèbre, tandis qu'il se remet à parler - t'expliquant qu'il n'y connaît pas grand chose en amour non plus, et encore moins en relation ou en couples - qu'il peut seulement s'imaginer des scènes clichées. Tu souris, car c'est pareil pour toi - tu te souviens même avoir pensé que ta première rencontre avec Misha était digne d'un cliché de shôjo... Peut-être étiez-vous destinées à faire dans le cliché, même si tu ne pensais pas que c'était le cas... Après tout, votre relation était tout de même unique, elle avait son originalité aussi. Peut-être que toute histoire a sa dose d'originalité et sa dose de clichés ? Tu ne sais pas - après tout, c'est une première pour toi, tout comme c'est une première pour Misha.
Tu serres un peu la main de Misha lorsqu'il dit que même l'amitié était nouveau pour lui - c'est vrai que tu lui avais dit que tu lui montrerais ce qu'était l'amitié... Et au final, ça c'était transformé en quelque chose de beaucoup plus gros. Quelque part, tu avais l'impression que ça avait toujours été comme ça - qu'il y avait toujours eu ce feeling, avec Misha... Après tout, depuis le premier jour, tu n'avais jamais réussi à lui mentir.
Le coup de foudre ? Peut-être... Tu ne sais pas. Il est vrai que tu l'avais déjà remarqué avant même de le rencontrer... Mais ça, tu ne le lui raconteras pas de sitôt.

Il finit par déclarer que c'est normal, que tu te poses des questions, et que tu ne devais pas avoir peur de les poser, et que tu ne devais pas hésiter non plus à dire à Misha s'il allait trop loin ou trop vite. Tu ris légèrement, car tu ne vois pas Misha aller trop loin... Enfin, tu ne penses pas.
Il continue, déclarant que pour l'instant il ne sait pas non plus ce que vous êtes - que votre relation était spéciale, et que tu devais rester toi-même, ne pas t'embêter avec des critères, car c'était toi qu'il aimait.
Le rouge te montais aux joues une nouvelle fois, mais tu étais heureux. Tu serras un peu plus la main de Misha, la gardant au chaud contre la tienne, tandis qu'il ajoutait que ce qui différenciait votre relation de l'amitié devait probablement être l'intimité, et que vous pouviez vous autoriser plus de câlins. Tu souris - même si pour toi c'était naturel de câliner ceux qui te sont proches. Tu sais maintenant que tu peux encore plus câliner Misha sans que ça ne le dérange.

Misha pose alors une main sur ton épaule et vient te susurrer à l'oreille que vous pouvez aussi vous autoriser plus de tendresse, qu'il peut te murmurer des mots doux. Tu ne peux retenir un frisson, tu as l'impression de fondre lorsque son souffle atteint ton oreille, et que des milliers de papillons se mettent à battre des ailes dans ton estomac. Il commence à te couvrir  te baisers, et tu sens ta tête tourner, tu sens tes muscles fondre, tu sens ton esprit partir loin - tu te laisses complètement aller contre Misha.
Tu croises son regard, tu t'y perds longuement - tu as l'impression d'être sur une autre planète, et puis...

Et puis, tout s'envole d'un coup quand une sensation de chatouillis t'emplis tout le corps. Tu écarquilles tes pupilles avant de te mettre à rire de bon cœur, te contorsionnant dans tous les sens pour tenter de résister aux attaques de Misha - en vain.
Il finit par finalement te laisser respirer et prendre sa peluche contre lui, tandis que tu te laisses tomber en arrière sur son lit, un large sourire sur le visage et le souffle court. Tes joues sont rouges, aussi, et ton esprit encore brumeux - tu as du mal à mettre en ordre tout ce qui s'est passé.
Tu tournes la tête vers Misha lorsqu'il reprend la parole, s'excusant pour être allé trop loin. Tu secoues légèrement la tête pour le rassurer, même si tu n'étais pas encore sûre de ce qui s'était passé quelques minutes auparavant. Tu te redresses doucement et vient le câliner lorsqu'il parle de surnom affectif, avant de te demander d'un air inquiet si tu avais besoin d'être accompagné pour aller à l'infirmerie. Tu lèves la tête vers lui - c'est vrai que tu ne lui avais pas donné d'explications... Tu le laissais s'inquiéter alors qu'il n'y avait aucune raison de s'en faire - tu avais oublié le détail le plus important ! Tu pouvais vraiment être tête en l'air, parfois !
Tu souris alors, le câlinant de plus belle.

« Haha, pas vraiment, ne t'en fais pas ! Ne te dérange pas si tu es fatigué ou que tu as autre chose de prévu, je vais très bien, c'est pour autre chose... »

Tu fais une légère pause, hésitant légèrement. Mais au final, tu ne peux pas garder ton excitation pour toi tout seul.

« Je voulais attendre d'avoir les résultats pour faire une surprise, mais... En fait, ça fait un moment que Miss Sayuri me fait passer des tests pour essayer d'en savoir plus sur mes problèmes de santé. Et là, elle a reçu des résultats qui devraient être concluants - donc demain, je vais la voir pour savoir comment être vraiment guéri ! ~ »

Tu ris légèrement, excité comme un petit enfant dans un magasin de bonbons. Pour toi, ça ne pouvait qu'être de bonnes nouvelles - certes, tu avais un peu peur, mais tu te disais qu'il devait bien y avoir un moyen pour que tu sois toujours en forme, et que ta maman de cœur l'avait trouvé.

« Ça veut dire qu'une fois complètement guéri, je pourrais passer encore plus de temps avec toi ! ~ » 

Tu le câlines une nouvelle fois, le serrant contre toi. Tu as l'impression d'avoir toujours la tête qui tourne encore un peu depuis plus tôt, mais ça s'est plus ou moins calmé - tant que tu n'essaies pas de comprendre ce qui s'est passé.
Gardant ton éternel sourire, tu relèves ton regard vers celui de Misha.

« Tu sais, s'il suffit juste d'un surnom, ça peut aller vite... Je peux commencer à t'appeler mon petit Mishounet quand tu veux ~ » 

Riant légèrement, tu lui fais un clin d’œil - le taquinant à moitié. Tu viens donc te lover dans ses bras, répondant à sa proposition de plus tôt:

« Sinon, tu sais que je ne suis jamais contre quelques cookies, bien sûr... Enfin, je ne veux pas te déranger non plus, et ne va pas en faire juste pour moi, hein ! J'en mangerais seulement s'il y en a... »

Tu serres Misha contre toi et te laisse à nouveau tomber sur le lit, l'emportant avec toi. Tu caresses doucement son épaule et son bras, perdant ton regard dans le sien.

« J'imagine qu'on peut être un peu plus intime, oui... Plus... Tendres ? Être plus proches que de simples amis, et... Juste attendre de voir comment ça évolue, laisser le temps construire tout ça petit à petit... » 

Tu sens ton esprit se perdre, et tes mains s'égarer sur son dos - alors tu souris pour cacher tes rougeurs et roule sur l'autre côté pour te lever d'un coup.

« Bon, je vais me changer maintenant, comme ça ça serait fait... Merci pour les vêtements ! ~» 

Tu te déshabilles donc, ne gardant que ton sous-vêtement - et tandis que tu déplies les tissus donné par Misha, tu vois une énorme chose plus ou moins poilue et touffue en tomber. Paniqué, tu fais un bond de deux mètres (si si, de deux mètres - comme quoi il suffit de te faire peur pour que tu sois bon au sport) tout en poussant un cri digne de films d'horreur, pensant alors qu'il s'agit d'un énorme mille-pattes ou d'une très très grosse araignée ou autre bestioles dans le genre. Après tout, ça à l'air poilu - c'est mauvais signe.
Les jambes flageolantes, tu regardes l'endroit où tu as jeté le tissu, juste au-dessus de “La chose”. C'est dingue à quel point tu as une véritable phobie des insectes, à te regarder on pourrait croire que tu viens de voir un fantôme - ou encore pire, que tu es le fantôme.
Mais Misha aurait remarqué une si grosse bestiole, non ? Et puis, elle aurait bougé dans les tissus ? A moins qu'elle ne se soit coincée ? Ou encore pire, qu'elle s'y soit glissée alors que vous vous câliniez sur le lit...
Plus les scénarios se forment dans ton esprit et plus tes frissons de terreur s'aggravent. Tu es paralysé, incapable de bouger - tu as peur de savoir ce qui se trouve sous cette couche de tissus. Mais tu ne veux pas paraître faible en face de Misha - quand bien même il connaisse ton aversion pour les insectes, ou tout ce qui avait trop de pattes.

Tu utilise donc toute ton énergie pour t'approcher - tremblant comme une feuille ( tu es d'ailleurs au bord des larmes mais tu ne le montres pas - il faut savoir se montrer courageux ! ) et du bout de ton pied, tu soulèves les pauvres vêtements jetés par terre - t'apprêtant à faire un nouveau bond si la chose bougeait.
Mais elle ne bougea pas. Elle restait plate, au sol, et ressemblait plus à un amas de cheveux maintenant que tu y pensais. Tu t'approches lentement, curieux, et touche la chose du bout du pied - avant de t'accroupir et de la prendre en main.
Une perruque.
Tu te sens alors si idiot que tu ne peux t'empêcher d'éclater de rire - d'avoir été autant effrayé par un tel objet. Tu en ris aux larmes, te laissant tomber au sol - puis après quelques minutes, tu te calme, le souffle court.

« Ahem, pardon, je pensais que c'était, hm... Une sorte de bestiole, haha... Désolé, je voulais pas... Je voulais pas réagir comme ça, haha... »

Tu te sens un peu honteux, mais tu décides de changer rapidement de sujet en levant les yeux vers Misha.

« Je ne savais pas que tu faisais des costumes... Ou du cosplay ? C'est génial en tout cas ! J'imagine que ça doit aller avec ta carrière de photographe... »

Tu souris, observant l'objet sous toutes les coutures. A bien y regarder, on dirait une perruque de fille. Sur le coup, ça ne te fait rien - car encore une fois, tu te dis que chacun fait ce qu'il veut. Et puis, même si tu as souvent eu l'occasion de te déguiser, tu n'as jamais mis de perruque - mais tu trouves que c'est un moyen de mieux être dans la peau du personnage que l'on incarne. Que ça soit une fille ou un homme - tout le monde peut s'habiller en le genre qu'il désire, après tout.

Tu montres la perruque à Misha, souriant.

« C'est pour un costume de fille ? Une pirate, une lady ? Une... »

Tu mets alors la perruque sur ta tête, cachant tes cheveux en-dessous de celle-ci pour venir la coiffer doucement, avant de te relever.

« ...Princesse ? ~ »

Rappelons que tu es toujours à moitié nu vu que la perruque t'a surpris quand tu voulais te changer.
Tu tends alors ta main vers Misha, joueur - voulant subitement jouer le rôle que tu t'es donné.

« Mon prince, viendrez vous à mon secours ? ~ » 

Tu t'avances vers lui, confiant - mais tu glisses alors sur le tissu resté au sol (le karma pour traiter si mal ces pauvres vêtements), tombant alors sur Misha et le poussant accidentellement sur le lit, te retrouvant juste au-dessus de lui, appuyé contre le matelas.
En perruque, toujours.
A moitié nu.
Le rouge te monte alors aux joues, tandis que ton cerveau entre en total breakdown - et que tu ne sais plus quoi faire.

« Euhm, je, désolé, haha, je... C'est que... Prince.... Princesse... Voilà... hahaha... »

Te perdant dans un flots de mots incompréhensibles, tu finis par bégayer une suite de mots à la fois compréhensible et avec totalement aucun sens.

« C'est la faute aux papillons. »


HRP:
 
rédigé par Misha Lewis le Sam 5 Jan 2019 - 1:14
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
Roturier
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Misha Lewis
A l'état sauvage
@aidan pszczynwa Bois - Pixies Kingdom
Ma question et mon changement d’expression trahissaient très certainement l’inquiétude que je portais vis-à-vis d’Aidan. Sa maladie était effrayante… Oui, elle me faisait peur… Je me sentais impuissant et j’avais bien conscience que je ne pouvais rien faire pour l’aider à aller mieux. Ces moments où ils se sentaient si mal… Le voir cracher du sang et aussi faible… Avait-il eu une autre crise récemment ? Est-ce qu’encore une fois je l’avais laissé seul face à la maladie ?...

La mine inquiète et l’air coupable, j’observais silencieusement le sourire radieux d’Aidan se dessiner au bout de ses lèvres. Contre toutes attentes, il me prit dans ses bras et me câlina joyeusement. A l’inverse de mes aprioris, Aidan semblait plutôt heureux de rendre visite à Madame Sayuri. Il me confia qu’il avait passé des tests concernant sa maladie et que ces derniers lui permettraient de… guérir.

Mes yeux s’écarquillèrent le temps que l’information ne me parvienne à l’esprit. Penchant légèrement la tête et plissant mes paupières, je regardais le manchot avec tendresse tout en sentant un semblant de larme se former au coin de mon oeil. Je souris. J’étais heureux. J’étais heureux pour lui. J’étais si heureux qu’il puisse trouver enfin une solution à cette fichue maladie qui le dévastait de l’intérieur. Je le serrais contre moi avec force.

Je sentais Aidan me câliner à nouveau, tout en m’assurant que nous pourrions passer davantage de temps ensemble.

- J’espère… J’espère vraiment que tout ira mieux pour toi… chuchotais-je dans son épaule. Tu ne mérites vraiment pas tous ces maux et… Et que tu ais un rhume ou quoi que ce soit à l’avenir, ça ne nous empêchera pas d’être ensemble. Même ta maladie, aujourd’hui, ne nous l’empêchera pas…

Il y avait tant de belles nouvelles ce soir, c’était si beau et inespéré...

Nos regards se croisèrent à nouveau et, toujours le sourire aux lèvres, il m’avoua qu’il n’était pas très compliqué de me trouver un surnom… “Mishounet”... C’était mimi… Étrangement, cela me faisait penser à un âne violet d’un ancien dessin animé… C’était quoi encore son nom… Peu importe. J’avais un surnom d’Aidan, un surnom rien que pour moi. Je rougis légèrement tout en baissant le regard ainsi que mes oreilles, laissant échapper un inaudible “merci”. J’aimais vraiment ce surnom, je voulais l’entendre à nouveau. Cependant, Aidan revint sur ma proposition de tout à l’heure, concernant les cookies. Mon regard timide se remplit de motivation. Oh que oui, il aurait de bons cookies ! Et s’il n’en restait plus, je lui en referais, même à 3h du matin ! Hochant la tête, je souris, les joues rouges.

N’imposant aucune résistance, je sentai Aidan me serrer doucement contre lui et m’emporter sur le lit. Allongés l’un en face de l’autre, je n’arrivais pas à détacher mes yeux brillants de ceux du noiraud. Sa main parcourut délicatement mon épaule avant de remonter le long de mon dos. Je frémis au doux contact. C’était plutôt agréable…

Calmement, j’écoutais Aidan. J’étais curieux de voir quel chemin allait prendre notre relation. Je ne savais pas… Tout était si nouveau… C’était étrange d’être amoureux quand même et d’être tout simplement bien en présence d’une certaine personne, de s’inquiéter et de veiller sur elle… Oui, étrange…

La main d’Aidan quitta mon dos et le manchot se mit à rouler au bout du lit, se levant pour aller se changer. Lentement, je me redressais et m’assis sur le lit, en tailleur. M'apercevant que l’hybride commençait à se déshabiller, je décidais de poser mon regard ailleurs pour ne pas le mettre mal à l’aise. Seul les bruits de frottements des vêtements laissaient libre court à mon imagination.

Puis les bruits se stoppèrent… Et Aidan laissa échapper un cri aiguë qui me fit sursauter. Me penchant sur le côté pour voir ce qui avait bien pu effrayer le manchot, je m’apprêtais à lui venir en aide… Mais au lieu de sauter du lit, je restais tout penaud. Il y avait quelque chose au sol, une chose que je n’avais pas encore vendu et que je ne pensais pas voir atterrir entre les mains d’Aidan : ma perruque aux longs cheveux noirs.

Mon corps et mon esprit s’étaient soudainement mis en pause. Je n’arrivais plus à réfléchir ou à bouger… Je… Il venait de la voir… Argh… Impossible de faire un quelconque commentaire sur la réaction d’Aidan, j’étais bien trop concentré sur la perruque par terre. Je savais bien qu’il n’allait pas se moquer de moi, mais bon… Quand Aidan se rendit compte qu’il avait à faire à une touffe de cheveux et non pas une grosse bestiole, il commença à rire, se laissant tomber au sol. Ce geste me fit un déclic. Allait-il bien ? Il avait l’air de s’être fait une sacrée frayeur…

Le souffle court, il s’excusa pour son comportement et sa surprise. Il avait, effectivement, confondu la pauvre perruque avec une bestiole velue. Aidan se tourna alors vers moi, curieux me disant qu’il ignorait que je faisais du cosplay. Je détournais les yeux, embarrassé. Oui… On pouvait considérer cette mésaventure comme du cosplay, en soit… Je n’avais aucun jugement concernant le travestissement, chacun faisait ce qui lui plaisait et c’était très bien comme ça… Cependant, je n’avais pas vraiment ressenti de “plaisir” ou de “satisfaction” en achetant cette tenue. Je l’avais portée par obligation, rien d’autre… Je n’avais rien d’autre sous la main à ce moment là… Après… Hm… Je ne savais pas…

J’observais silencieusement Aidan trifouiller la perruque, l’analysant sous tous les angles. Je ne pensais pas qu’elle l’intriguerait autant et il ne s’attarda pas sur le pourquoi du comment je possédais cet objet dans ma chambre… Enfin… Il me présenta la touffe de cheveux, se questionnant sur le possible costume : une pirate ? Une demoiselle ? Une princesse ? Sans grande surprise et à l’image enfantine d’Aidan, ce dernier mit la perruque et la recoiffa brièvement. Je souris doucement, réprimant un léger pouffement. Étrangement, elle lui allait bien, si on omettait le fait qu’il était encore en sous-vêtement et que le contraste fille/garçon était bien présent.

Aidan joua la princesse de manière caricaturale, c’était marrant. Il s’avança vers moi, main tendue, s’avançant de quelques pas… avant de perdre soudainement l’équilibre et de venir s’effondrer telle une masse sur moi. Jamais deux sans trois, je n’avais encore une fois pas vu le coup venir et je n’eus pas le temps de réagir pour le rattrapper. Au lieu de cela, je me retrouvais étalé sur le lit, les yeux fermés par réflexe.

Je m’attendais à ce qu’Aidan ne tombe de tout son poids sur moi, mais il n’en fus rien. Étonné, je me risquais à ouvrir un oeil pour voir ce la conséquence de cette chute. Aidan me surplombé, prenant appui sur le lit pour ne pas m’écraser contre ce dernier. Rouge d’embarras, il me fixait de ses yeux violacés, tandis que les cheveux de sa perruque venait caresser mon visage.

Mes yeux dorés se perdaient dans les siens. Bizarrement, peut-être à cause du choc de cette chute, je ne me sentais pas vraiment gêné. Le rose m’était monté aux joues par surprise. Je souriais légèrement tout en écoutant le jeune hybride s’excuser et sortir des prétextes que je ne comprenais pas vraiment.

- Des papillons ? Où ça ? riais-je doucement tout en l’observant. Je n’en vois pas… Sauf peut-être là ?

Mon doigt effleura délicatement le ventre d’Aidan au dessus de moi, traçant un zigzag le long de son abdomen tandis que je le taquinais gentiment. Je ne savais pas trop pourquoi je faisais cela… Et à bien y réfléchir, peut-être devais-je m’abstenir ? Nous étions encore timides et perdus dans notre relation. Etait-il judicieux de tenter ce genre de chose ? J’avais… J’avais du mal à réfléchir… Je crois que je ne voulais plus trop réfléchir et m’embêter avec de l’embarras en veux-tu en voilà… Je voulais simplement de la tendresse… Sans aller plus loin… C’était compliqué… Hm...

Ma main vint s’égarer par la suite sur la jour d’Aidan, la caressant doucement. J’essayais silencieusement de le rassurer, de lui faire comprendre qu’il n’y avait rien de grave. Un air joueur apparut sur mon visage alors que j’emmelais quelques doigts dans ses cheveux.

- Il n’y a pas de soucis, ma belle et adorable petite princesse. Cela arrive à tout le monde de faire quelques maladresses… Même si la nuit s’annonce difficile, nous ne sommes pas près de dormir ahah…

Doucement, je glissais mes bras derrière son cou, l’attirant vers moi et lui volant le baiser que je ne lui avais point offert tout à l’heure. J’avais l’impression d’être sur mon petit nuage, c’était curieux… Songeur, je détournais un instant mon regard avant de pencher un peu la tête sur le côté.

- Sa majestée risque de prendre froid… Enfin, je pense… Il est vrai que vous avez de belles plumes, mais…

Je résistais à l’envie de les toucher, ces plumes soyeuses et chaudes. Je résistais à l’envie de le taquiner, de le câliner davantage ou d’explorer son petit corps. J’avais toujours peur d’en faire trop… Après tout, Aidan devait être encore un peu embarrassé… Il avait beau être mignon dans cet état, je ne voulais pas qu’il se sente aussi mal à l’aise pour autant. Il fallait que je calme ma curiosité, même si au fond de moi je ne voulais pas que ce moment s’arrête…

Je me glissais entre les bras tendus d’Aidan, de telle sorte à pouvoir me redresser en face de lui. Une fois assis, je poussais doucement Aidan pour l’inviter à s’asseoir en face de moi. Je souriais tendrement, mais au fond de moi, je restais perplexe, regrettant un peu mon geste… Ce n’était pas si mal là dessous… Non, Misha ! Tout était déjà allé trop loin…

- J-Je vais t’aider à te rhabiller…

Je me penchais vers le sol, tendant ma main pour attraper les quelques habits étendus par terre et sur lesquels Aidan avait précédemment glissé. Une fois en possession du haut du pyjama, j’aidais le noiraud à l'enfiler, dissimulant son corps plumeux. Je me sentais à la fois amer et soulagé. Bizarre… Pourquoi je n’arrivais pas à agir différemment au fond de moi. A la base nous devions simplement dormir ensemble… En plus le pauvre Aidan avait beaucoup de choses à faire demain matin… Ce n’était pas juste de ma part… Nerveusement, je me pinçais fortement le bras, me maintenant à la réalité.

- Pardon… J’ai l’impression de brusquer les choses et je ne comprends pas trop ce que je veux… et je ne veux pas déranger… Même si… même si, ce n’était pas désagréable de t’observer là dessous… Hmm…

Je me pinçais la lèvre, ayant l’impression d’être complètement incohérent dans mes propos. Je ne savais pas trop comment interprêter mes émotions et mes envies, et encore moins les traduire par des mots… La situation m’échappait un peu… Je soupire longuement.

- Je réfléchis beaucoup trop, lâchais-je tout en levant la tête, cherchant à changer de sujet. Mon regard s’attarda sur les “cheveux” du noiraud. Je ne pensais pas que cette perruque t’irait aussi bien. Ca te donne un côté androgyne très sympathique. Fille ou garçon, tu aurais du succès ahah… Mais…

Délicatement, je vins retirer la perruque d’Aidan avant de poser ma tête au dessus de la sienne, humant ses beaux cheveux.

- Je préfère de loin tes mèches rebelles… Les cheveux lisses ne te vont pas aussi bien que ta coupe capricieuse que j’aime tant.

Je m’écartais et grattais timidement ma joue.

- C’est marrant les déguisement et j’attends toujours ton coup de l’infirmière, ahah… Mais pour l’instant je te préfère comme tu es… Enfin… Sauf si tu veux qu’on fasse une soirée déguisée, je n’ai rien contre, ahah…

Je regardais la perruque dans mes mains avant de fuir du regard.

- Je dois t’avouer quelque chose… Tout à l’heure, quand tu m’as pris des vêtements, tu ne t’étais pas trompé de chambre… Et la jupe, tout comme la perruque, ce n’était pas du cosplay à proprement parlé… C’était plutôt une tenue de secours ahah… J’ai encore beaucoup trop honte pour te raconter toute l’histoire ce soir, mais je dois avouer… Que jamais je n’aurais pensé qu’une robe, des cheveux longs et une paire de lunettes de soleil m’aurait transformé en “femme” aux yeux des autres. On ne me reconnaissait plus… Au moins ça m’a permis de rentrer au pensionnat incognito… Un peu comme ce soir… J’imagine…

Je secouais doucement la tête, reposant la perruque sur le lit et me levant. Je m’étirais un peu avant de sortir de la chambre, m’absentant quelques instants. Je revins par la suite avec une boite de cookie faits maison sous le bras. Je présentais la boite à Aidan avec un léger sourire.

- Tiens, avec toutes ces émotions, tu dois avoir un peu faim. Si jamais il n’y a pas assez, j’en referais. Et ce n’est pas parce qu’il est une heure du matin que je ne peux pas cuisiner héhé~



@DDS
rédigé par Aidan Pszczynwa le Dim 6 Jan 2019 - 22:40
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa

Aidan

Misha

A l'état sauvage
C'est ému et heureux que Misha reçu ta nouvelle concernant ta maladie. Le sourire aux lèvres, il te serra contre lui - avant de déclarer qu'il espérait vraiment que tout irait mieux pour toi, que tu ne méritais pas tout ce qui t'arrivais - et qu'aucun de tes problèmes de santé ne t'empêchera d'être à ses côtés. Tu l'avais donc serré encore plus contre toi, Misha était vraiment adorable et gentil, et tu étais heureux de savoir que rien ne pourrait t'empêcher d'être avec lui - absolument rien.
Si seulement cette pensée te suivais pour les prochains jours...

Misha avait semblé un peu mal à l'aise quand tu avais touché sa perruque, mais maintenant c'était à ton tour de te sentir embarrassé, à le surplomber ainsi, tandis que tes faux cheveux caressaient son doux visage. D'ici, tu avais une vue assez... Particulière. Mais ce n'était pas quelque chose qui te dérangeait, au contraire, tu pouvais observer Misha sous un angle différent - littéralement. Et tes pensées s'embrouillant, c'est pour ça que tu t'étais mis à rougir et à déblatérer n'importe quoi - notamment en parlant de papillons.
Misha te regardais et tu te perdais dans l'océan doré de ses yeux, tandis qu'il répondait en riant ne pas voir de papillons - à moins qu'ils n'étaient cachés « là », caressant ton ventre à ses mots. Un frisson parcourut tout ton corps, et tu eus l'impression que les papillons s'étaient échappés de ton estomac pour venir se répandre dans chacun de tes membres - tu avais même l'impression qu'ils faisaient éclater des milliers de petites bulles partout dans ton corps. Tu avais l'impression de flotter, de vagabonder, et il n'aurait suffit ne serait-ce que d'un tout petit peu plus et tes bras auraient cédés.

La main de Misha finit par venir se poser sur ta joue, et tu retrouva peu à peu tes esprits, clignant des yeux. Tu avais l'impression d'avoir quitté ton corps ne serait-ce que quelques instants, ton esprit s'éclipsant dans un monde paradisiaque...
Tu clignes alors une nouvelle fois des yeux en secouant la tête pour te concentrer à nouveau. Ses caresses te calment petit à petit, et un sourire revient se dessiner sur ton visage tandis qu'il mêle ses doigts à tes faux cheveux. Il joue alors le jeu, t'appelant sa belle et adorable petite princesse - et tu ris, le rose aux joues.
Il glisse alors son bras derrière toi et t'attire contre lui pour t'embrasser. Le sourire aux lèvres, tu gardes son baiser, y répondant tout en fermant les yeux. Tout te semble si irréel, si parfait, si magique... Es-tu bel et bien éveillé ? Ou ton esprit est-il encore en train de jouer avec toi?

Tu rouvres les yeux lorsqu'il reprend la parole - déclarant que tu risquais d'attraper froid, malgré tes belles plumes. Tu ris un nouvelle fois, le sourire aux lèvres - il est vrai que tu avais rarement froid, grâce à ton hybridation, mais c'était à la fois marrant et mignon de voir que Misha s'inquiétait toujours pour toi depuis le premier jour.
Il finit donc par se rasseoir, et par te tirer face à lui - t'aidant à te rhabiller. Encore un peu dans les nuages, tu le laisses faire, faisant de ton mieux pour ne pas t'emmêler - tout semblait beaucoup trop beau pour être vrai, et tu avais encore du mal à te rendre compte de tout ce qui c'était passé cette nuit.
Misha s'excuse donc - te ramenant à la réalité - alors qu'il explique qu'il a l'impression de brusquer les choses, qu'il ne comprend pas trop ce qu'il veut. Tu secoues légèrement la tête - ce n'est pas vraiment ton impression... Certes, c'est nouveau pour toi aussi et donc tu peux être surpris ou embarrassé, mais... Mais tu apprécies chaque instant et chaque nouvelle découvertes aux côtés de Misha, bien que ses dernières paroles te font rougir. Cette relation est toute nouvelle pour vous deux, mais tu te dis que vous allez apprendre à la gérer et à l'explorer au fil du temps - tout simplement.

Lorsqu'il ajoute qu'il ne pensait pas que la perruque t'irait aussi bien, tes joues deviennent rouges à nouveau - mais tu ris légèrement. Bien sûr que tu aurais autant de succès en fille qu'en garçon ! Enfin... Tu crois ? C'est une bonne chose, non ? On va dire que oui.
Misha retire alors la perruque, déclarant qu'il préfère tes mèches rebelles - qu'il les aimait beaucoup plus que les cheveux lisses que tu portais quelques instants plutôt. Tu glousses et souris comme un idiot, les joues roses. Ça te faisait plaisir de savoir que Misha aimait ces petites parties de toi, c'était des petits détails simple mais que tu savais apprécier.

S'écartant un peu de toi, Misha déclare finalement que c'est marrant, les déguisement - et qu'il attend toujours ton coup de l'infirmière, bien qu'il te préférait comme tu es. Le rouge te monte alors aux joues - tu avais complètement oublié cette histoire de tenues d'infirmières... Certes, l'idée d'une soirée déguisée te semblait attrayante, mais Misha serait-il véritablement heureux ? Tu ne sais pas, mais tu pourrais toujours essayer de lui faire une surprise un jour, au pire.
Tu t'imagines alors frapper à sa porte en petite tenue d'infirmière, et la scène te fait à la fois rougir et rire. Ça serait un peu embarrassant... Mais tu adorerais voir sa réaction.

L'ambiance devient subitement plus sérieuse, tandis qu'il t'avoue que les vêtements de fille que tu avais trouvé - ainsi que la perruque - ne faisaient pas partie d'un costume, mais bel et bien d'une tenue, qu'il appelait « tenue de secours ». Tu prends sa main et la serre lorsqu'il dit avoir encore trop honte pour te raconter l'histoire en elle-même, mais qu'il n'aurait jamais pensé que de simples accessoires le transformerait en "femme" aux yeux des autres... Tu voyais que ça semblait le déranger, et tu ne savais pas quoi faire pour l'aider. Tu avais juste envie de le serrer contre toi et de lui dire que ce n'était pas grave, que tu l'aimais de toutes façons et que c'était le plus important - et qu'il n'avait pas à te raconter cette histoire si ça le dérangeait tant.

Mais il se leva, et tu lui lâcha alors la main - le regardant s'étirer et sortir de la chambre. Penchant la tête sur le côté, tu attendis son retour - qui fut assez rapide. Il te présente alors une boîte de cookies, déclarant que si jamais tu en voulais plus, il en referait - peu importe l'heure. Tes yeux se mettent alors à briller, et tu lui sautes au cou - le serrant contre toi.

« Merciiiiiii, tu es vraiment parfait ~» 

Tel un petit enfant le matin de Noël, tu ouvres la boite de cookies en en dégustes un sur le champ. Il est délicieux, mais tu as l'impression de déceler un goût inconnu, derrière... Un ingrédient secret?

« Mmmmh, c'est super bon ! Ils sont à quoi ? ~ »

Tu en gobes un autre, avant de poser la boîte sur le lit pour te concentrer à Misha. Tu prends ses mains entre les tiennes et plante ton regard dans le sien, le sourire aux lèvres.

« Tu sais, ce n'est pas grave si la tenue est vraiment la tienne, s'il y a une histoire derrière, ou s'il suffit de pas grand chose pour que tu ressembles à une fille... Je pense que si je portais une jupe, on pourrait facilement me prendre pour une fille aussi, haha !  ~  Enfin, ne te forces pas... Je peux encore attendre, mais ne te sens pas honteux pour autant... »

Tu lui caresses doucement la joue, souriant jusqu'aux oreilles.

« Pour les déguisements, on pourra toujours tester, ça à l'air marrant... Enfin, ne te forces pas non plus si ça ne te plaît pas, d'accord, mon prince ?! ~ »

Tu ris légèrement, avant d'ajouter tout bas avec un clin d'œil:

« Et puis, pour l'infirmière, je te ferais une petite surprise un jour, je pense ~ » 

Tu le regardes, caressant sa joue, gardant ton éternel sourire au visage.

« Tu ne déranges pas du tout, tu sais... Au contraire, je suis heureux d'être à tes côtés et de... Tester de nouvelles choses ? Je ne sais pas si c'est la bonne expression, haha... Mais je suis heureux... Et... » 

Tu t'approches de lui et l'embrasse tendrement, fermant les yeux - glissant ta main dans ses cheveux pour venir y entremêler tes doigts. Tu es sur ton petit nuage, mais tu veux être sûr que tout ce que tu vis est bel et bien réel.
Tu souris et brise le baiser doucement, le serrant contre toi.

« Pardon, je veux juste m'assurer que tout cela est bien réel... Tout est si parfait, si beau, si magique... J'ai peur de me réveiller demain matin et de me rendre compte que tout cela n'était qu'un rêve... »

Tu gardes tes bras autour de lui, ta main venant inconsciemment lui caresser la nuque et le dos une nouvelle fois. Tu te laisses aller contre lui, respirant profondément. Tu te sens si bien à ses côtés...
Le sourire aux lèvres, tu enfouis ton visage contre lui, tes mains descendant le long de son dos.

« Mais j'ai conscience que tout cela est bien réel... Que tu es bien réel... »

Tu lèves le regard vers lui, souriant - tout en restant enfoui contre lui.

« Je t'aime, Misha... Et je suis vraiment heureux d'être avec toi... » 

Tu ris légèrement, avant d'ajouter:

« Et puis, si toutefois c'est bel et bien un rêve, ne me laisse pas me réveiller, d'accord ? ~ »

Tu te redresses pour manger un nouveau cookie, posant une nouvelle fois ton regard sur Misha:

« Il faudra que tu m'en refasses... Pas ce soir, j'en aurais assez, ne t'en fais pas ! ~ Mais une autre fois, car ta cuisine est vraiment délicieuse ! » 
rédigé par Misha Lewis le Mar 8 Jan 2019 - 23:44
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
Roturier
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2
. :
Inscription : 04/05/2018
Messages : 215
Clochettes : 664
Avatar : Shuichi Saihara (Danganronpa v3)
Occupation : Classe 2

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Ton petit résumé:
Misha Lewis
A l'état sauvage
@aidan pszczynwa Bois - Pixies Kingdom
Une fois la boîte de cookies posée sur le lit, je m’assis à côté d’Aidan, jetant un coup d’oeil à sa réaction. Il semblait bien content de manger quelques sucreries et j’étais ravi de voir que cela lui faisait plaisir. Il me remercia, ajoutant que j’étais parfait. Ah les compliments… Je ne pus m’empêcher de rougir et de regarder la couverture du lit. Le manchot poursuivit ses compliments, me demandant au passage à quoi étaient faits les cookies.

Les joues rougies, je le regardais un instant curieux. Et bien… Il s’agissait de cookies classiques avec une pâte basique et des pépites de chocolat, le tout légèrement caramélisé… Est-ce que… Est-ce qu’il avait un arrière goût étrange ? N’étaient-ils déjà plus bons à la consommation ? QUELQU’UN AVAIT-IL OSÉ CRACHER DEDANS ?!

Je secouais la tête pour éclaircir mes idées et mieux réfléchir : je ne devais pas faire de conclusion hâtive, bien que ce n’était pas les cancres qui manquaient dans cette résidence. Je pensais vérifier de moi-même en goûtant l’un des cookies, mais Aidan repoussa un peu la boite et mon attention se posa à nouveau sur lui. Doucement, il prit mes mains dans les siennes, me regardant avec un fin sourire aux lèvres. Étrangement, son geste me calma et je me sentais un peu idiot de paniquer toujours pour aussi peu - perfectionnisme, quand tu nous tiens… Je lui rendis son sourire timidement, rosissant un peu plus.

D’un ton rassurant, il me dit que ce n’était pas grave si cette tenue féminine m’appartenait ou que j’étais un tantinet androgyne - prétextant au passage que si lui aussi portait une jupe, les personnes n’y verraient que du feu. Il ajouta que je n’avais pas à me forcer à raconter mon histoire si j’en avais honte. Je levais les yeux vers Aidan, attendri. Il était vraiment gentil, patient et si poli… J’avais beaucoup de chance de connaître un hybride pareil qui ne se moquait pas de moi et qui ne cherchait pas à me faire du mal, mais qui, au contraire, me rassurait et m’aidait.

La main d’Aidan vint caresser ma joue dans un toucher agréable et réconfortant. Elle était chaude et apaisante, comme toujours…

Aidan m’avoua qu’il serait marrant de tester des déguisements et en profita pour m’appeler à nouveau “prince” - ce qui me fit sourire comme un idiot. Je laissais échapper un petit rire nerveux. C’était plutôt lui mon brave prince charmant, toujours présent et radieux.

Le noiraud me fit un clin d’oeil avant de me préciser qu’il se réservait le droit de me faire une petite surprise avec la fameuse tenue d’infirmière. Je rougis à nouveau. Qu’est-ce qu’il m’avait pris de dire ça, encore une fois ? J’avais beau essayer de paraître sur de moi et taquin, il ne fallait vraiment pas grand chose pour que tout ne s’effondre tel un château de carte.

La douce main du manchot continua de caresser ma joue et je le regardais à nouveau, le regard brillant. J’aimais ce contact rassurant. Il n’y avait que ses câlins à lui que je parvenais à accepter et à apprécier. N’importe qui d’autres me laisserait presque amer - tout dépendait aussi de la situation. Je ne pensais pas un jour faire autant confiance à quelqu’un… D’ailleurs ça ne me ressemblait pas de me laisser aller ainsi, sans méfiance ou doutes… Mais qu’est-ce que cela faisait du bien. Être constamment sur ses gardes, c’était pénible et fatigant. Et dire qu’il y avait peur, j’avais peur de trop m’attacher à quelqu’un… Voilà pas que je partageais désormais un moment intime avec mon amoureux. Hmm… bref…

Aidan poursuivit et m’assura que je ne le dérangeais pas - bien que j’avais l’impression d’un peu trop abuser de sa tendresse de mon côté - et qu’il était heureux à mes côtés. Il appréciait aussi découvrir de nouvelles expériences avec moi, ce qui à nouveau, me fit rougir comme une tomate. La fatigue devait commencer à m’atteindre petit à petit pour que je ne parvienne pas à gérer mes émotions ainsi.

Doucement, je vois son visage s’approcher du mien et instinctivement, je fermai les yeux. Il m’embrassa tendrement avec une petite note sucrée au bout des lèvres. Je me laissais aller contre lui, incapable de réfléchir, tandis que sa main se baladait délicatement dans mes cheveux. Mes oreilles frémirent. Et il mit un terme à notre échange, me laissant un peu sur ma faim. J’ouvris mes paupières et le noiraud me serra contre lui, s’excusant. Il voulait s’assurer lui-même que tout était bien réel, aussi bien la situation que moi-même. Je trouvais sa réflexion adorable et à son image… Cela lui ressemblait bien de s’inquiéter autant, ahah…

La douceur de sa main me chatouillait le cou. Je l’entoure de mes bras, le câlinant à mon tour et le serrant contre moi, frissonnant lorsque la main du manchot descendit le long de mon dos. C’était une sensation étrange et agréable, un peu différente des habituels câlins d’Aidan. Bizarre… Disons que ceux-ci chatouillaient un peu ? Certes, je n’étais pas habitué au contact avec les autres, mais tout de même… Hm…

Le noiraud m’affirma qu’il avait bien conscience que tout était bien réel. Cela me rassurait. Il me regardait, toujours en souriant et m’avouant à nouveau ces quelques mots qui faisaient bondir mon coeur dans ma poitrine. Moi aussi je l’aimais. Je l’aimais tellement… Alors que j’avais toujours eu peur de m’attacher à qui que ce soit… J’avais été bien bête jusque là...

Il rit doucement et ajoute qu’il s’agissait d’un rêve, il aimerait ne jamais se réveiller. Je souris un peu alors qu’il attrappe un cookie. Il me confia qu’il faudra que je refasse d’autres gourmandises à l’avenir, parce que ma cuisine lui était délicieuse.

Je laissais mes bras glissaient le long de son dos, jusqu’à sa taille, l’observant grignoter son sablé tel un petit rongeur trop mignon. Je souris doucement et me penchai légèrement vers lui pour venir croquer un morceau du fameux cookie. Je levai un instant les yeux et fis une petite moue au goût du biscuit.

-  Ce sont pourtant des cookies normaux… Je ne comprends pas d’où vient cet arrière goût… Si tu as mal au ventre, n’hésite pas à me le dire… Je ne voudrais pas que ma “délicieuse cuisine” ne te rende malade…

Je soupirais longuement avant de regarder longuement Aidan dans les yeux, me laissant ensuite glisser contre lui. Je posais ma tête sur son épaule et poursuivis.

- Je te referais des cookies… Des cookies à la hauteur de ta gentillesse et de tes attentes. Les meilleurs cookies du monde, rien que pour toi… En tout cas, je suis content que ce que je cuisine te plaise autant, Aidan… Enfin, princesse~

Je fermais les yeux, parlant sur un ton plus léger et plus doux.

- Oui, bien plus qu’un simple rêve, il s’agit bien de la réalité. Et sache que je n’hésiterai pas un seul instant à te réveiller, parce que même les rêves ne seraient pas aussi beau que maintenant. Je ne sais pas de quoi sera fait demain, mais… Je peux dire avec certitude que c’est l’un des plus beaux jours de ma vie… Et puis un premier baiser, c’est difficile à oublier hihi…

Je lui caressais doucement le dos avant de venir passer une main sur sa poitrine. Je baissais un peu les yeux.

- Je suis vraiment heureux de te connaître… Tu m’as vraiment apporté de belles choses… Et je suis heureux que tu sois encore à mes côtés, que tu m’épaules toujours, que tu ne t’es pas volatilisé… Ca peut paraître stupide ou peu, mais ça fait de moi le plus heureux des zèbres que de t’avoir ne serait-ce qu’en ami alors… En.. Amoureux… Hm…

Je rougis un peu avant de finalement le serrer tendrement contre moi une fois de plus.

- Je t’aime tellement Aidan… Tellement… Merci d’être aussi compréhensif… D’être aussi gentil et à l’écoute… D’être un ami et plus… Merci d’être là et de ne m’avoir jamais laissé derrière toi.

Sur ces belles paroles, je déposais un baiser sur le front d’Aidan avant de me laisser m’allonger sur le lit et de poser ma tête sur ses genoux, un sourire léger et tendre aux lèvres. Je vins poser ma main sur la sienne.

- J’espère de tout coeur que demain sera une belle journée et qu’elle marquera un beau tournant dans ta vie. Et si jamais tu as besoin de soutien ou d’aide, n’hésite pas à venir me voir. J’insiste…

Je ramenais la main d’Aidan contre ma joue, frottant cette dernière contre la paume, tel un chat réclamant des câlins. Je gigote un peu pour me trouver une position plus confortable, réprimant aussi un léger bâillement.

- Il doit se faire tard et… J-Je crois que je vais finir par m’endormir… Je crois… Après tout il y a eu beaucoup d’émotions ce soir et il faut maintenant les digérer ahah… Mais je vais essayer de me reposer, alors n’hésite pas à en faire de même et à m’enlever de tes genoux si besoin. Ah, et si tu as besoin de quoi que ce soit n’hésite pas à me réveiller…

Je serrais doucement sa main. J’imaginais qu’il était grand temps de se reposer un peu, bien que ces dernières sensations étranges me travaillaient un peu l’esprit. Puis il y avait aussi la soirée, leur mésaventure en forêt - dont il ne savait toujours pas pourquoi ils s’étaient retrouvés nus comme des vers - et l’excitation d’apprendre une bonne nouvelle demain. Malgré cela, je sentais la fatigue me gagnait peu à peu.

- Si tu veux te servir de Tiana comme doudou, il n’y a pas de soucis… Même si j’avoue que je pourrais être jaloux, ma belle princesse. Bonne… Bonne nuit… Aidan… et désolé de m’endormir si vite…

Je souris une dernière fois, des étoiles dans les yeux avant de laisser tomber mes paupières qui me plongèrent dans un noir légèrement orangé - dû à la lumière de la chambre encore allumée. J’étais bien là…. J’aurais aimé que le temps ne s’arrête ou ne s’éternise un peu plus. Petit à petit, je me laisse endormir, écoutant éventuellement Aidan d’une oreille intriguée. Cela faisait longtemps… Que je n’avais pas passé une nuit aussi calme et agréable et que je ne m’étais endormi aussi vite.

Merci Aidan…



@DDS
rédigé par Aidan Pszczynwa le Mer 9 Jan 2019 - 6:17
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
. :
Inscription : 26/08/2018
Messages : 150
Clochettes : 432
Avatar : Kokichi Oma - Danganronpa
Occupation : Classe 1 - Sixième année
Aidan Pszczynwa

Aidan

Misha

A l'état sauvage
Apparemment, tes paroles et tes gestes avaient réussis à calmer Misha. Il souriait doucement à tes caresses et semblait se détendre petit à petit, se laissant aller tout doucement. Tu avais réussi à lui rendre le sourire, à le faire rire à nouveau - et ça t'avait fait chaud au cœur. Après tout, qu'est-ce qui est plus beau que de pouvoir observer le bonheur de la personne que l'on aime ?  Certes, tu t'étais autoproclamé comme sa princesse, mais tu te disais que d'un côté c'était ton devoir de lui apporter du réconfort - et plus que tout, ça te faisait plaisir d'être là pour lui, d'être à ses côtés, et de pouvoir partager des moments magnifiques avec lui.

Après ton doux baiser, il t'avait serré contre lui - tu avais donc sourit, te blottissant encore plus contre Misha. C'est fou, à quel point ça peut être agréable de juste passer du temps avec la personne que l'on aime, à se câliner et à ne rien faire d'autre - car à ce moment précis, tout ce dont tu avais besoin était de sentir Misha contre toi, de sentir sa chaleur et sa douceur, rien de plus. Il en faut vraiment peu, pour être heureux. Il te fallait juste Misha - et tu étais déjà l'hybride le plus heureux de tout Animaland.

Il laissa alors glisser ses bras le long de ta taille, avant de venir se pencher pour croquer un morceau dans ta sucrerie. Tu rougis un instant, surpris par son geste, mais ton sourire refis rapidement surface, finissant de grignoter le biscuit. Misha, quant à lui, fit une petite moue - déclarant que ses biscuits étaient pourtant normaux, et qu'il ne savait pas d'où pouvait venir l'arrière-goût. Il ajouta donc que si tu avais mal au ventre, tu devrais le prévenir. Tu hausses les épaules - tu penses avoir un estomac bien accroché... Enfin, tu penses. Tu ne sais pas vraiment, mais tu n'as jamais été malade à cause de la nourriture, c'était toujours plutôt relié à ta maladie. Peut-être que parfois tu avais mangé des trucs qui avaient accélérés le retour de celle-ci ? Tu ne sais pas, à vrai dire - tu n'avais pas souvenir d'avoir mangé quelque chose d'assez mauvais pour ça. Et tu ne pensais pas que les biscuits de Misha te rendraient malade, tout d'abord parce qu'ils étaient délicieux, mais aussi parce que c'était les cookies de Misha - tout simplement. Et que s'ils avaient été cuisinés par lui, ils étaient forcément bons.
Le goût particulier devait venir de la cuisson ou d'autre chose, probablement - tu ne vas pas jouer les grands cuisinier quand tu es plutôt un grand goinfre.

Misha se laissa aller contre toi après avoir plongé son regard dans le tien, posant sa tête sur ton épaule. Tu le laissas faire, le serrant contre toi en lui caressant doucement la tête. Il déclara alors qu'il refera des cookies - des cookies qui seront à la hauteur de ta gentillesse, les meilleurs cookies au monde. Tes joues rougirent face à cette déclaration, et tu le serras un peu plus fort contre toi, caressant doucement son bras.
Il ajouta qu'il était content que sa cuisine te plaise autant - à toi, sa princesse. Un sourire s'esquissa sur ton visage rosit, tandis que tu laissas échapper un rire en le câlinant. Serait-ce une sorte de petite blague entre vous qui restera ? Tu ne sais pas encore - ça ne te dérange pas qu'il t'appelles princesse, et tu espères que ça ne le dérange pas que tu l'appelles ton prince.

Il te confirma que tout était bel et bien réel - et même si tu en avais déjà conscience, en avoir la confirmation de Misha te fis sourire d'autant plus, un frisson de bonheur te parcourant. Tout était réel, oui. Misha était bel et bien avec toi, il ressentait bel et bien les même choses que toi... Que demander de plus ? Tu avais vraiment l'impression d'être la personne la plus heureuse au monde - tu n'avais pas besoin d'autres chose. Tu étais satisfait comme ça, et c'est tout ce qui comptait. Tes parents, ta maladie, tout le reste - ça n'avait plus d'importance, ça ne viendrait plus te poser problème - car Misha suffisait amplement à combler ta vie de bonheur.
Il ajouta que même si c'était un rêve, il te réveillerait car même un rêve ne serait pas aussi beau que maintenant. Tu souris, car il avait raison - un rêve ne peut pas aussi bien se passer. Un rêve ne peut pas être aussi beau et magique, il y a toujours cette part de frustration dans les rêves, cette part non achevée, intouchable... Mais là, tout était parfait. Et tout comme pour Misha, c'était pour toi aussi l'un des plus beaux jours de ta vie - car un premier baiser, c'est inoubliable, comme il dit... Peut-être était-ce même le plus beau jour de ta vie ?
Ou étaient-ils tous encore plus beaux depuis que tu avais rencontré Misha ?

La main du zèbre vînt te caresser la poitrine, te faisant frissonner au contact. Il déclara être heureux de te connaître, car tu lui avais vraiment apporté de belles choses - et qu'il était heureux que tu sois encore là, à ses côtés, à l'épauler - que tu n'aies pas disparu. Tu souris légèrement, entourant tes bras autour de lui. Pourquoi te serais-tu volatilisé ? Tu avais fais une promesse, après tout - et tu comptais bien la tenir. Pas juste pour lui, ou pour bien faire, mais parce que tu en avais envie - tu avais envie d'être là pour Misha, d'être à ses côtés lorsqu'il en aurait besoin.
Tu eus presque les larmes aux yeux lorsqu'il déclara que rien que de t'avoir en ami faisait de lui le zèbre le plus heureux au monde, alors en amoureux, qu'est-ce que c'était...
Rougissant, il ajouta qu'il t'aimait tellement... Il te remercia d'être aussi compréhensif avec lui, aussi gentil et à l'écoute. D'être son ami et encore plus - de toujours avoir été là...
Rectification - tu avais bel et bien les larmes aux yeux. Souriant et reniflant comme un petit enfant, tu le serrais contre toi de toutes tes forces avant qu'il ne te pose un baiser sur le front, et de s'allonger dans le lit, posant sa tête sur tes genoux. Il posa sa main sur la tienne, et tu la serras doucement, la caressant du bout du pouce.

Il déclara alors qu'il espérait que demain sera une belle journée, et tu hochas la tête. Selon toi, ça ne pouvait qu'être une bonne journée - car tu auras passé la nuit avec Misha, tu iras voir Miss Sayuri pour enfin trouver un remède à ta maladie, et tu pourras ensuite rejoindre Misha - celui que tu aimes - dans le meilleur des mondes. Selon toi, chaque jour serait maintenant plus beau que le précédent.

Il frotta ta main contre sa joue - et tu rougis légèrement, le sourire aux lèvres. Misha était beaucoup trop adorable, tu avais envie de le serrer contre toi une nouvelle fois... Tu avais tout le temps envie de le serrer contre toi, de le câliner, de lui montrer à quel point tu l'aimais... Surtout que maintenant, tu n'avais plus aucune raison de te retenir de le câliner encore et encore.
Tu souris alors à l'idée de lui faire des attaques incessantes de câlins.

Tu hoches la tête lorsqu'il dit qu'il est tard, et que tu peux le rejoindre pour dormir. Cependant, tu caresses encore doucement sa joue et ses cheveux. Il est si mignon, comme ça, au bord du sommeil... Tu as envie de t'occuper de lui et de le regarder s'endormir avant de le rejoindre dans le pays des rêves.
Après quelques mots de plus, il finit par fermer les yeux, au bord du sommeil. Souriant, tu répondis alors à voix basse - pour ne pas le brusquer, mais également pour lui parler plus intimement, comme une confession rien qu'entre vous.

« Merci, Misha... Merci pour tout... Mais je pense que pour cette nuit, j'ai déjà ma peluche ~ »

Tu ris silencieusement, caressant doucement sa joue et jouant avec ses cheveux, avant d'ajouter.

« Demain sera une belle journée... Et les jours qui suivent aussi... Chaque journée sera encore meilleure à tes côtés, Misha... Merci d'être là, tu... Tu est très spécial pour moi... »

Faisant attention à ne pas chatouiller ses oreilles, tu continues de doucement passer ta main dans ses cheveux.

« Je me sens comme la personne la plus heureuse au monde, avec toi... J'ai l'impression que je n'ai rien besoin de plus... Ta simple présence suffit à me combler... » 

Tu te lèves un court instant pour aller éteindre la lumière, avant de vite rejoindre Misha dans le lit - mais cette fois-ci, tu t'allonges à ses côtés et vous couvre de la couverture, regardant son doux visage paisible pour caresser sa joue une nouvelle fois.

« Cette soirée à été inoubliable...  Merci... Reposons-nous, maintenant, pour digérer tout ça... »

Tu lui poses un doux baiser sur le bout des lèvres, et vient te glisser dans ses bras, passant les tiens autour de lui pour le serrer contre toi. La tête contre son torse, tu fermes doucement les yeux, écoutant le doux battement de son cœur comme berceuse.

« Bonne nuit, Misha... Je t'aime...» 

Et c'est le sourire aux lèvres que tu te laisses envahir par le sommeil - sans craintes, sans angoisses, sans cauchemar.
Juste avec des beaux rêves, et la meilleure sensation au monde. C'est presque une peine, d'avoir à se réveiller le lendemain...
Surtout quand tu ne connais pas encore la terrible nouvelle qui t'attend.

[Fin~]


HRP:
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: alentours :: bois - pixies kingdom-
Sauter vers: