Week-end is coming feat Khalis

rédigé par Eikichi K. Pendragon le Lun 22 Oct - 18:05
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 04/06/2018
Messages : 8
Clochettes : 179
Avatar : Jumin Han - Mystic Messenger
Occupation : Dixième Année
. :
Inscription : 04/06/2018
Messages : 8
Clochettes : 179
Avatar : Jumin Han - Mystic Messenger
Occupation : Dixième Année
. :
Inscription : 04/06/2018
Messages : 8
Clochettes : 179
Avatar : Jumin Han - Mystic Messenger
Occupation : Dixième Année
. :
Inscription : 04/06/2018
Messages : 8
Clochettes : 179
Avatar : Jumin Han - Mystic Messenger
Occupation : Dixième Année

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar

Weekend is coming BITCH !

Sorry but my nice button is out of order

Le son d'une porte qui claque résonne dans les bois. Énervé. Ou plutôt irrité. Voilà un mot qui correspond parfaitement à l'état d'esprit actuel d'Eikichi. Ce dernier marche d'un pas lent, mains dans les poches de son jean. Il n'a fait aucun effort.. Enfin, le strict minium qu'il veut se permettre. Seulement une chemise d'un sombre gris, même pas rentrer sous sa ceinture. Pas de cravate habituelle, de petits gilets serrés ou de long manteau ; vêtements qui s'accorderaient parfaitement avec le temps frisquet de ce début d'automne. La brise du soir balaye ses mèches brunes, qu'il repousse sur son crâne d'un geste sec. La raison d'un tel état peu être d'écrit par pleins de mots, certains plus correct que d'autres ; celui qui arrive à tout résumer avec une économie monstre de salive est "weekend". On est en putain de weekend. Alors pour les autres ça vas, c'est cool, relax. Ca signifie grasse mat', sortis entre potes et fêtes. Pour le Dragon, ce mot sonne différemment. Un vendredi soir rime avec Khalis. Apparemment, ce n'était pas assez pour lui d'être marié, de porter une bague aux doigts et de vivre dans un rayon d'au moins 8 kilomètres l'un de l'autre. Non, bien sûr, il faut par-dessus tout que le lézard soit une sorte de mec sortis du moyen-âge avec des principes et des drôles de traditions ; comme quoi il faut se voir dans la semaine pour honorer.. Qui ça ? On ne sait pas. Que ce n'est pas par ce que c'est un 'contrat' que tu peux te permettre de blablaaa. Donc, pour résumer, le blondinet exige qu'ils se voient le week-end, ce qui apparemment correspondrait au minimum syndical pour un couple : Eikichi se voit donc passer ses deux jours de repos à dormir chez le fermier, dans une ambiance plus ou moins semblable à l'avenue de l'apocalypse sur Terre. Refuser ? Au début, oui. Finalement, au bout de deux ans, tu te rends compte que le meilleur moyen pour qu'il ferme sa gueule, c'est de lui laisser cette exigence. Surtout qu'il est assez tenace ; passer voir le jeune homme pendant sa pause du midi lui semble parfaitement normal, tandis que le dragon ne pense qu'à le noyer dans la fontaine.

Soupir. Il regarde les passants, laissant ses yeux flâner autour de lui. Des gens bras dessus, bras dessous en direction de la boite de nuit la plus proche. Une baston repérée du coin de l'œil. Des couples qui se mangent sur place. Des évènements somme toute banales. Un instant, il songe à faire un détour par le bar local, à quelques pas de là, pour prendre des forces.. Puisqu'après tout, aujourd'hui est un jour spéciale. Enfin, spéciale, c'est vite dit. Deux ans. Deux longues années qu'il connaît ce gringalet. Comme ci c'était quelque chose qu'il pouvait fêter. Les autres couples, il ne dit pas, ce doit être choses communes. Mais eux. Eikichi ne comprend même pas pourquoi ils célébreraient un tel événement, ni même pourquoi ce début d'idée le traverserait. Ils ne s'aiment pas. Certes, ils sont marié ; mais ce n'est pas l'amour qui les unit. Boire devient maintenant très alléchant, surtout que ça auras également l'avantage de le retarder encore plus. Eikichi prend son pied à le faire poireauter. Il ne sait pas si Khalis à remarquer qu'il ne faisait le coup qu'à lui. Pas qu'il soit un monstre de la ponctualité habituellement, mais jamais avec quarante minutes de retard. Son petit jeu est de retarder au fur et à mesure son arrivé. Le connard qu'il est raffole de sa colère. Là, il en est à 41 minutes, pas de quoi tuer un canard.

La lune est haute dans le ciel quand le jeune homme pose ses deux pieds devant le porche de la petite maison dans la prairie. Sa montre indique que la petite aiguille est sur le dix. Il a quelque chose comme.. Tiens ? Il devait arriver pour quand ? Au passage, Eikichi c'est installer pour une bière et demie et il se pourrait bien que l'alcool ne soit pas le truc qui tienne le mieux au monde. Ce n'est pas un fêtard ; non sérieusement, ce gars n'a pas d'amis et n'aime pas les gens, qui l'inviterait à une party ? Le Dragon n'est pas bourré, seulement un peu chaud - et son pouvoir n'a absolument rien à voir là-dedans. Sentant une soudaine pression sur son mollet, il baisse les yeux pour découvrir un chat ronronnant avec la même intensité qu'une locomotive. D'un coup de pied habile, il le vire au loin, prenant soin de ne pas frapper dedans : il manquerait plus que monsieur spa sorte en l'entendant feuler.  

Allez, dernier instant de liberté.. Et il ouvre la porte.
@feat Khalis
Awful
Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: monokuro :: village - downtown-
Sauter vers: