i think i wanna marry you ( feat ma fiancée <3 )

rédigé par Larsaru Krukow le Ven 12 Oct - 23:43
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youIl a passé une longue semaine avant que je reçoive mon colis. Ce colis tant attendu. Celui que mes parents m'ont envoyé de mon pays. Celui dont mon frère Lukaru m'a dit qu'il arriverait prochainement. Je me doute bien qu'il a un rapport avec ma récente entente avec ma fiancée, mais je dois avoué être intrigué par son contenu. C'est en l'ouvrant, assis sur mon lit de pensionnat, que j'en comprend son importance. Des bagues de fiançailles ... Rougissements. A l'intérieur du paquet, se trouve également une lettre de mes parents. Pour résumé, ils sont très fiers de ma prise de contact avec ma fiancée, et que les choses avancent vite. J'imagine que je dois remercier mon grand frère pour avoir raconté mes histoires de '' coeur '' à mes parents. Il est maintenant grand temps pour moi d'assumer mon rôle d'époux et d'aller encore pus de l'avant.

Je repousse la lettre et le colis loin de moi face à la gêne que j'éprouve à cet instant présent. Je ne serais capable de faire une chose pareille. Pourtant je sais que pour notre union et celle de notre pays, cette étape est obligatoire. Mais nous sommes encore jeunes. Et ... et .. nous venons à peine de nous connaître. Et je ne suis pas prêt, pas encore, pour faire le grand saut, me mettre à genou et passer au doigt, ces anneaux familiaux, se transmettant de génération en génération à Nala. Non pas maintenant. On m'en demande beaucoup trop subitement.

Plus les jours passent et plus je suis angoissé et stressé à l'idée de croiser Nala dans les couloirs. Je n'arrive pas à lui faire face, cela m'est tout bonnement impossible. Et quand il m'arrive de la percevoir au loin dans l'enceinte de l'école, je recule et fais demi tour. C'est toujours honteux et rouge comme une pivoine, tel un lâche, que je prends les jambes à mon cou. Décidément je n'y arriverai pas. Je n'arriverai pas à l'affronter droit dans les yeux, avec cette arrière pensée de bague au doigt.

J'ai ma tenue, j'ai les anneaux, un pour nous deux, mais je n'ai pas l'entrain, la poussée pour prendre les devants et trouver le courage et le bon moment pour lui offrir cette bague. Plus je laisse le temps coulé, plus je suis omnibulé par le comment m'y prendre. C'est vraiment frustrant. Et je ne peux me confier à personne pour demander des conseils. C'est alors que de manière inattendue, l'horizon se fait plus clair. Une invitation de la part d'Olivier, celui qui avait organisé une fête en ville, il y a presque un an de cela, recommence des festivités. Et cette fois, invitation personnelle du Monsieur, suite à mes prestations musicales avec les punks. Ayant reçu deux invitations, c'est la bonne occasion. Nala deviendra officiellement ma fiancée à cette soirée.

Cherchant la salle de classe de ma fiancée, c'est sautillant de stress devant la porte fermée, le cœur battant, les mains tremblantes, que pressant le pas, j'entre. Je la cherche et la trouve assise à une table. Devant elle, je lui tends une enveloppe sans dire mot, les joues rouges, la fixant sérieusement, et repars une fois la livraison effectuée, tel un pantin manipulé par un marionnettiste.

Votre très cher fiancé a écrit:
Bonjour Nala,
D'abord je tiens à m'excuser pour le comportement que j'ai eu face à toi il y a quelques minutes ( anticipation ). Mais ne sachant trop comment me conduire avec toi depuis ce fameux baiser, je n'ai plus les mots, ni la force ni le courage de ''parler'' en tête à tête. Dans cette enveloppe se trouve une invitation pour une petite soirée mondaine chez un noble de la ville. Invitation personnelle qui plus est. Bref. Tout ça pour dire si tu serais d'accord pour m'y rejoindre. Je ne t'y force pas. C'est à ta convenance. J'espère t'y retrouver là bas. Je le souhaite en tout cas.
Avec toute ma tendresse,
Larsaru

La soirée bat à son plein. L'hôte est ravi de ma présence, en scrutant en détail ma nouvelle tenue, la jugeant d'originale. Il est vrai que parmi tout ces autres hybrides provenant de la royauté ou de la noblesse, cette attirail n'est pas des plus adapté. Mais peu m'importe, je l'ai adopté et validé spécialement pour cette rencontre avec ma fiancée. Merci Ledelweiss. Verre de champagne à la main, c'est tout tremblant de peur que je m'impatiente à savoir si elle viendra ou pas, tâtant par moment dans ma poche, l'écrin renfermant les bagues.

Tenue du soir:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Mar 16 Oct - 11:35
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Combien de jours se sont écoulés, depuis cette fameuse soirée près de la fête foraine ? Tu ne sais pas. En fait, tu ne les a pas comptés. Non, la tête dans les nuages et ton âme perdue dans ta bulle rose fluffy, tu n'a pas mis de croix blanche sur ton calendrier mental. Mais ce que tu a noté, c'est qu'à chaque fois où tu semblait apercevoir ton fiancé, celui-ci se faisait tout petit, celui-ci prenait ses ailes à son cou et disparaissait de ton champ de vision aussi vite qu'il en était apparut. Peut-être était-il complètement perdu lui aussi ? Comme toi tu l'étais depuis ? Soupirs las. Des questions encore et encore te trottaient dans la tête, Nala.

Toi-même tu rougissais toute seule, dans ton coin aussi, dès que ces images de ce soir là voyageaient devant tes saphirs aussi bien ouverts que fermés. Combien de fois t'est-u retournée dans ton lit. Combien de fois as-tu eu envie d'aller le trouver pour lui parler. Les mots ne seraient peut-être même pas venus, de toute façon, Nala. Nouveau soupir las, là, assise à ta table de classe, regard voyageant loin par derrière les carreaux de la salle, menton posé dans le creux d'une main, l'autre s'amusant à s'entortiller au bout de ta tresse. Puis, une odeur, un parfum que tu reconnais... tu tourne ton visage encore collé dans ta main. Là, devant toi, se tient ton fiancé.

Un très mince sourire étire tes lèvres quand tu croise son regard que tu trouve très sérieux. Ton sourire s'efface alors doucement et tu vois qu'il te tend une enveloppe. A peine a-tu eu le temps de la prendre, lâchant ton menton, qu'il s'éloigne plutôt... bizarrement. un court instant tu le suis du regard, main encore levée avec l'enveloppe pendant dedans. Puis tu reprend tes esprits. Enfin, un peu. Fébrile, tu ouvre la missive. Tu lis rapidement le petit mot de ton fiancé. Ton sourire renaît un peu.  Une soirée ? Une invitation ? Tu la retourne dans tous les sens, tu l'a relis plusieurs fois jusqu'à ce bruit bien particulier qui t'indique que le cours commence. Et tu a hâte qu'il finisse pour tu tu ailles fouiller dans tes malles pour trouver une jolie robe qui conviendrait à cette soirée, Nala.

C'est l'heure. Tu a longtemps hésité entre y aller ou pas. Toi et les soirées mondaines, qu'elles soient de la Noblesse ou de la Royauté... et toute cette foule qu'il va y avoir... et tout ce bruit... et... et... tu souffles pour te détendre en triturant le bout de ta tresse que tu enroule autour de tes fins doigts. Oui, tu t'es décidée à venir. Tu es devant, à quelques pas de la porte où a lieu cette soirée d'où des rires, de la musique se font entendre à tes fines oreilles félines qui tressaillent au moindre son plus haut qu'un autre. Après une petite hésitation tu franchis la porte, tu montre ton invitation et avance dans la pièce, ton regard et ton odorat en mode chasse, parce que tu ne vois pas Larzaru et que parmi tous ces gens, Nala, tu n'arrive pas encore à distinguer son odeur, son parfum de Prince Merle...

Plop:
 
rédigé par Larsaru Krukow le Mar 16 Oct - 15:19
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youToujours dans l'attente de savoir si Nala viendra ce soir me rejoindre, je regarde la foule de temps à autre pour essayer de l'apercevoir parmi tout cette haute gens. Mais mon regard fini par se focaliser sur les musiciens sur l'estrade. La musique d'ambiance est calme et classique. Domaine que je maîtrise à la perfection. Ce sont exactement les mêmes que la dernière fois. J'espère qu'ils ne m'ont pas encore remarqué. Se faire voler la vedette n'est pas vraiment apprécié. Les violonistes jouent bien, c'est le principal.

Alors que j'avais cru apercevoir une silhouette féline très familière, avant même d'avoir pu effectuer le moindre pas en avant, Olivier, l'hôte de la soirée vient me tenir la jambe. Il souhaiterait que je refasse le même spectacle que la dernière fois, pour que ses invités soient aussi impressionné que lors de mon dernier passage en scène. C'est avec difficulté que j'arrive à le lâcher, et à lui faire comprendre, via mon téléphone portable, que ce soir est le mauvais soir. J'ai une fiancée à fiancer. Tant qu'il est là, autant en profiter pour le solliciter pour une faveur à me rendre. Il m'en doit bien une après tout. J'énumère sur mon téléphone tout ce dont j'ai besoin pour que cette soirée se passe sans encombre et soit la plus romantique possible. Olivier accepte, mais je devrais en contre partie participer à certaines de ses soirées en tant que musicien. Il ne lâche pas l'affaire. Mais si c'est pour le bien de mon royaume, du mien et de celui de Nala, j'accepte.

Le laissant maintenant seul, je recherche la fameuse silhouette que j'avais aperçue. Zigzagant entre les invités, tout en évitant de renverser mon verre de champagne en main, je sens approcher du but. C'est bien Nala que j'aperçois de dos. Cette longue et élancée natte blonde, ces magnifiques jambes. Cette fluidité dans sa démarche de chat. Je ne peux pas me tromper. Ne l'approchant pas tout de suite, je la trouve juste sublime dans cette robe. Elle est si belle. Le bleu ressort d'avantage ses brillants yeux bleus saphirs. Je suis planté au milieux des lieux qui nous accueille pour savourer du regard cette magnifique princesse, qui n'attends plus que moi. Je m'étonne d'ailleurs que d'autre ne se soient pas encore précipité sur elle sous ma surveillance. Tant mieux, car Nala est mienne.

Attrapant un deuxième verre de champagne qu'un serveur a disposé sur son plateau en main, je respire un bon coup, pour évacuer la pression. Prêt à faire le grand saut et à assumer mon rôle de mari et d'homme, j'avance vers ma promise. Adroitement, je lui tapote l'épaule. Face à elle je lui tends avec un large sourire le verre d'alcool.

- '' Hello it's me '' Adèle, Hello

C'est que je ne pourrais me laser de cette élégante et douce présence qu'elle dégage naturellement. En la voyant, tout mon stress accumulé s'est évaporé comme par magie ... grâce à la magie de l'amour.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Mer 17 Oct - 11:10
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Tu te faufile parmi la foule, dense. Un signe de tête et un sourire à ceux et celles que tu connais de vue et quelques pardons de ci de là pour passer. Aller dans un coin où il y a un peu plus d'espace, un peu moins de gens groupés. Pas évident ici, mais tu en trouve un, un de ces petits coins tranquille. Tu regarde alors autour de toi. Enfin, là où tu peux, Nala. Est-il déjà arrivé ? Ou pas ? Peut-être es-tu juste un peu en avance ? Tu miaule tout bas de désespoir. Tu aurais dû rester à l'entrée quitte à te tordre le cou pour voir si Larzaru était présent ou non. A force de regarder partout, peut-être l'aurait-tu vu. Soupirs.

Tu es en pleine concentration de recherche visuelle, quand soudain tu sens quelqu'un te tapoter l'épaule et après un léger sursaut, une silhouette se poste devant toi. Sur le coup, tu ne le remets pas. Tu ne reconnais pas tout de suite son odeur, aussi. Mais un si doux visage et une si belle voix... Ton fiancé. D'une main hésitante, tu prend alors délicatement le verre de champagne qu'il te tend. Tu regarde un très court instant, ces petites bulles qui dansent dans ton verre et tu reporte tes saphirs sur ton prince Merle, fin sourire affiché.

Puis, tu arques un sourcil. Tu incline la tête sur un côté et tu le détaille. Quelle étrange tenue il porte, tiens. Ça le change énormément de ce qu'il met habituellement. C'est sûr qu'il dénote parmi tous les autres. Tu te demande même pourquoi tu ne l'a pas vu, habillé aussi différemment, tu ne pouvais le manquer. Peut-être parce que tu le cherchais habillé plus... en habit de soirée princier... ton beau prince, Nala. Puis, te rendant compte après quelques minutes perdue dans tes pensées, que tu le détaille dans les moindres recoins, tes joues se colorent doucement et tu remonte tes yeux vers les siens et tu toussote, un rien gênée.

-... Hem... merci... je... Bonsoir... C'est... particulier... comme tenue... c'est une autre élégance mais... ça te va plutôt bien.

Que de mélange et que d'hésitations dans tes propos tremblants, aussi. Tu soupire tout bas. Tu es un peu perdue. Tu cache alors ton stress derrière un de tes fins et timides sourires félins. Tu lui a aussi déposer un léger baiser sur la joue juste après ton bonsoir. Tu serre le verre de champagne dans ta main assez fort, pas trop faudrait pas le briser, puis tu plantes un doux regard dans les beaux yeux bleu de ton fiancé.
rédigé par Larsaru Krukow le Mer 17 Oct - 14:27
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youIl faut un petit moment avant que Nala ne saisisse le verre tendu vers elle. Elle a cette jolie petite manie d'incliner légèrement la tête quand elle me regarde ou quand elle se questionne sur un sujet. Elle le fait à chacune de nos rencontre. Est ce que je l'aurais effrayé ? Ou est ce ma nouvelle tenue qui l'intrigue ? J'espère juste que ma nouvelle allure lui plaira. Après tout, c'est pour elle que j'installe du mystère et de la nouveauté dans notre couple, comme me l'a suggéré le Paon.

Son baiser sur la joue me fait rougir de plaisir. De ma main libre je viens la poser sur la joue imprégner de ces douces lèvres. Elle est beaucoup hésitante dans ses paroles et dans son regard. C'est vrai que je n'arrive pas à décrocher mes yeux d'elle. Son sourire m'invite à en faire un similaire au sien. Je suis très heureux de la voir ce soir, qui plus est dans cette magnifique robe qui lui va à ravir. Je l'ai tant fuis ces derniers temps, que maintenant qu'elle se trouve là face à moi, je n'ai pas envie de m'évader, au contraire, je vais affronter mes peurs.

- '' Je voulais quand même te dire merci '' Patrick Bruel, J'te l'dis quand même

Je ne sais pas trop comment je dois prendre son compliment. J'imagine l'avoir surprise dans une tenue aussi ... particulière, comme elle le dit si bien. Peux être s'attendait elle à plus classieux, et j'en suis désolé pour elle. Mais cela n'a point l'air de la déranger non plus. Tant que ma fiancée n'éprouve pas un sentiment de honte en ma présence, c'est tout ce qui m'importe. En tous cas, je n'ai pas à me plaindre de mon côté, elle est juste parfaite et magnifique.

- '' You're beautiful, You're beautiful it's true '' James Blunt, You're beautiful

C'est vrai qu'elle est belle. Suis je aussi beau à ses yeux qu'elle l'est pour moi ? Je la vois tendue, et j'ai envie qu'elle se sente à l'aise en ma compagnie. Attrapant sa main de libre flottée au dessus du sol, je la saisis dans la mienne. Me plaçant à coté d'elle, je l'invite d'un mouvement de tête à aller de poser dans un coin pour pouvoir s’asseoir. Nous n'allons pas rester debout indéfiniment à se fixer l'un et l'autre. Puis j'ai des tas de questions à lui poser. Il s'en ai écoulé des jours et des semaines depuis l'épisode du parc d'attraction. Marchant tranquillement jusqu'à une table et des chaises libre, je l'invite à se poser. Positionné juste en face d'elle, je pose mon verre à moitié rempli sur la nappe blanche brodée de soie et de dentelles.

- ''Comment ça va, ça va, ça va, ça va  '' Claude Capéo, Ça va ça va

Je viens attraper de nouveau sa main pour la caresser, et calmer le stress qui vient me submerger encore. Je souhaite si fort qu'elle soit bien, que cela me préoccupe énormément.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Jeu 18 Oct - 10:02
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Pour une reprise de contact, en quelque sorte, tu t'en sors moyennement, Nala. Cela faisait longtemps que tu ne t'étais pas emmêler les pattes ainsi. Peut-être que si tu prenais une lampée de ce champagne, cela t'aiderai à te détendre ? Mais, tu hésite encore un peu. Puis, Larzaru et toi, vous ne vous quittez pas du regard, affichant de légers sourires l'un l'autre, comme deux personnes empruntées de se retrouver après une longue absence. Ce qui c'est un peu passé d'ailleurs. Tu soupire intérieurement. Zen. Il n'y a rien d'oppressant, à part la foule si. Larzaru vient te remercier en même temps que tu pose enfin tes lèvres sur le bord du verre. Une goutte de ce vin effervescent à juste le temps de te parvenir avant que tu n'enlève la coupette de ta bouche.

- Mais... non... je t'en prie...

Tu a déjà observé sa nouvelle tenue, tu lui a même dit que cela lui allait bien, mais tu ne peux t'empêcher de la détailler une nouvelle fois. Tu remarques quelques petits détails que tu n'avais pas vu au début, comme ses pin's accrochés sur sa chemise, les bretelles d'un autre temps et ... Tu es interrompue par la douce voix chantante de ton prince Merle qui te complimente à son tour. Ce qui ne manque évidemment pas de te faire rougir et frissonner agréablement derrière la nuque. Puis, il t'emmène dans un coin un peu plus isolé. C'est vrai que rester planté comme deux pantins au milieu de tout le monde à se regarder dans le blanc des yeux amoureusement... même si au fond de toi, ça ne te dérange nullement, c'est juste pas...  princièrement correct. C'est juste tout bien enivrant. A moins, que ce ne soit les bulles de ce champagne qui te monte déjà à la tête, Nala.

Tu pose ton verre sur la table joliment parée, pour attraper de tes deux mains, le bas de ta robe que tu glisses sous tes jambes pour ne pas la froisser quand tu t'assied et tu suis d'un regard souriant Larzaru qui s'assoit en face de toi, avant de reprendre ton verre le faisant glisser sur cette belle nappe, jusqu'à toi, mais le laissant poser sur la table pour le tenir simplement par le pied. Puis, tu t'amuse à le faire tourner entre tes doigts. Tu aurai voulu faire de même avec l'autre main, pour cacher ton stress, mais ton prince Merle vient la prendre dans la sienne. Tu pose alors tes saphirs sur cette douce main et dont la chaleur vient t'envelopper, pour répondre, hésitante, une nouvelle fois.

- Je.. je vais bien. Je... vais toujours bien... quand je suis avec toi...

Sixième sens féminin ou pas, tu sais pas mais, tu le sens un peu... nerveux dans cette caresse de main, non ? Alors, fin sourire affiché, tu retourne ta main pour venir serrer doucement celle de Larzaru et plonger de nouveau tendrement ton regard dans le sien.
rédigé par Larsaru Krukow le Sam 20 Oct - 17:09
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youLa voix de Nala est tremblante. Se sens t-elle vraiment bien en ses lieux ? Ou est ce parce qu'elle est heureuse de me voir ? Moi je le suis. Tout va toujours bien à mes cotés ? C'est exactement la même chose pour moi. Je viens déposer un léger baiser sur sa paume de main, douce soit elle, la main de ma délicate princesse chatte. Cela me touche énormément de sa part. Tout ce qu'elle peut dire aura obligatoirement un impact sur ma vision de voir les choses ou de les penser. C'est tout timide que ces mots resteront gravé dans ma mémoire, si les bulles de champagne ne me montent pas trop à la tête. Pour l'instant présent, c'est Nala qui me fait tourner la tête.

- ''Tu me fais tourner la tête, mon manège à moi c'est toi  '' Edith Piaf, mon manège

Je tâte dans ma poche l'écrin des bagues. C'est bon elles sont encore là. C'est encore trop tôt pour les sortir, j'attends que notre hôte envoie la musique demandée pour pouvoir faire danser ma fiancée. Je remercie encore mes parents et mes grand frères pour m'avoir forcé à écouter et pratiquement sérieusement les cours de danses imposés à la maison. Je n'aurais pas l'air d'un éléphant essayant de faire glisser ses pattes sur le parquet. Mais avant cela, je voudrais encore en apprendre plus sur ma fiancée. Mais je ne sais pas par quoi commencer.

Le champagne est bon .... Je trouve que le bleu te va à ravir. La couleur fait ressortir les diamants brillant dans tes yeux. Toi aussi tu es allé faire du shopping pour nos retrouvailles. En tous cas tu as très bon goût, tu es très belle .... Le temps est passé très longuement depuis la dernière fois ... Tu m'as manqué ....

Je lui ai encore dit qu'elle était belle .... Peux être que je le dit trop souvent ... Mais c'est la vérité. Tout les mots tapés sur l'écran sont véridiques. Il ne s'est pas passé une seconde sans que je pense à elle. Elle monopolise mon esprit. Pourtant nous nous connaissons depuis peu, mais je ne peux pas réellement expliquer comment je suis si vite tombé amoureux de Nala. Est ce la flèche que nous avons reçu au cœur qui nous a aidé à nous l'avouer ? Pour ma part ce fût une véritable révélation.

La main venant se collé à mon menton, soupirant de bonheur je regarde amoureusement ma fiancée, celle qui deviendra ma femme. Rien qu'à moi. Nala n'est rien qu'à moi et personne d'autre. J'ai encore envie qu'elle prononce quelques mots pour entendre sa douce voix.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Lun 22 Oct - 9:25
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
C'est vrai tu va toujours bien en sa présence, Nala. Pourtant... depuis combien de temps vous connaissez-vous tous les deux ? Tu te souviens encore du premier mot que tu a reçu. Ce premier rendez-vous dans ce petit café au pensionnat... C'est récent et pourtant tu a l'impression que cela fait plusieurs longs mois, tout ça. Tu continue de serrer doucement la main de ton fiancé et regard planté encore dans le sien tu lève ton verre de champagne pour le porter à tes lèvres. Pour n'avaler que quelques petites bulles. Ça pétille dans ta bouche, ça pétille dans ton regard posé sur Larzaru. Tu repose ta coupette. Tu commence à te détendre. Doucement.

Tu ne peux que sourire à pleine canine quand il te chante ces merveilleux mots qui te vont droit au cœur. Ce cœur qui tambourine fort dans ta poitrine à chaque mots doux chantés. Mais pas que. Ta tête s'incline alors de nouveau, attendrie.  Tu ne peux le quitter du regard. Tu en oublie presque toute cette foule qui t'entoure, toutes ces effluves de parfum, de boissons et différentes nourritures. En pensant nourriture, tu grignoterai bien quelque chose. Même si pour l'instant tu te nourris que des belles chansons de ton cher Larzaru. Ton fiancé, justement, à force de le manger des yeux, tu distingue à peine sa main qui tapote sur son téléphone, qu'il pousse ensuite en ta direction.

Ton regard descend alors doucement et à regrets vers l'appareil. Tout en faisant tourner le pied de ta coupe de champagne entre tes doigts, et l'autre main serrant et caressant doucement la main de ton prince Merle, tu lis avec attention, ce qu'il y a d'écrit. Une nouvelle fois, ta tête s'incline et un léger sourire en coin, taquin, se pose sur tes lèvres. Ton visage prend également une jolie couleur rosée et ce n'est pas dû aux petites bulles de champagne que tu a bu, Nala. Tu relève ton visage et ton regard sur Larzaru, qui a posé son menton dans la paume de sa main. Cette vision te chamboule, te fait fondre, Nala. Il est si chou, ainsi. Soupirs.... Tu te reprend, enfin tu essaie, pour tenter de répondre dans l'ordre pour une fois.

- Oui, ça rafraîchit en plus. Tous... ces jolis compliments... je...merci. Et bien je... j'ai hésité entre deux robes, mais je suis contente de lire que j'ai bien choisi. Et de voir qu'elle te plaît, aussi.

Tu laisse un petit silence après ces derniers mots légèrement mutins, toujours en tournant le pied de ta coupe de ce délicieux vin pétillant entre tes doigts. Ça t'aide, ça remplace un peu aussi ta longue tresse que tu as élégamment déportée dans ton dos. Délicieux certes ce champagne, mais pas autant que le regard de ton fiancé sur toi à cet instant, Nala. Tu lui souris. Tu lui sert un peu plus la main et tu soupire tout bas, tes oreilles félines se baissant un peu sur chaque côté de ta tête, ton ton de voix se faisant un peu plus bas.

- Ça été des jours... assez particuliers et assez longs pour moi également. Et... tu... tu m'a manqué aussi, Larzaru.

Puis, tu reprend un peu de ce champagne, Nala, tes joues clairement bien rosées, cette fois. Avouer que ton beau prince, t'a manqué... ça te fait étrange. Et pourtant, c'est vrai. Il n'y a pas un moment, une seconde ou tu ne pense à Larzaru. Et ces derniers jours encore plus suite à l'autre soir. Ces derniers jours où dans l'enceinte du pensionnat tu cherchais à voir son joli minois. En vain.

rédigé par Larsaru Krukow le Mer 24 Oct - 14:47
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youSi mes compliments lui vont droit au cœur, j'en suis comblé. Peux importe son choix de robe, je suis persuadé q'elle aurait été parfaite. Tout lui va à ma fiancée. Ce qui me rend le plus heureux, c'est de l'entendre dire que je lui ai manqué. Nous nous sommes manqués tout les deux .... Oui ... Des journées longues où seule son image envahissait mes rêves endormis et éveillés. Pourtant j'ai tout fait pour l'éviter pour ne pas affronter son regard et cette image de bague qui surgit à chaque minutes où l'image de Nala se projette dans mon esprit.

Je tâte une nouvelle fois ma poche. J'ai si peur de les perdre que je préfère vérifier leur présence plusieurs fois. C'est limite devenu le tic de la soirée. Nos mains serrées encore plus fort, nos yeux plongeant les uns dans les autres, je ne peux plus bouger, hypnotiser par tant de grâce, de douceur, de gentillesse et de beauté. Je me demande tout les jours ses activités de la journée. Quelles sont ses mets préférés ? Quelles sport pratique t-elle ou quels sont ses hobbies ? Je n'en connais pas encore assez d'elle. J'aimerais pouvoir lui offrir, un jour, un présent choisi par mes soins, en rapport avec ses habitudes et ses goûts. Nous allons être unis dès ce soir, mais nous ressemblons tout les deux à deux inconnus amoureux qui apprennent tout juste à se comprendre et connaître.

Le silence règne, même s'il est de coutume en ma compagnie. Si la parole ne m'a pas été offerte, c'est seulement par le regard que je peux manifester mon contentement et ma grande joie que d'être là avec elle se soir. Elle est trop mignonne d'être si gênée. La tête s'approchant de la sienne, c'est à ce moment précis que Olivier fait son apparition, micro à la main, sur l'estrade avec les musiciens. Il choisit toujours son moment. Les invités, tout regard vers notre hôte, sont attentifs aux mots résonnant dans la salle. Tout le monde est cordialement invité à se lever. C'est d'ailleurs un clin d'oeil m'étant adressé que je comprends le message qu'Olivier veut me lancer.  

Quittant mon siège et la main de Nala. C'est dressé devant elle, m'inclinant pour lui faire une courbette, la main droite jointe devant elle, que je l'invite à accepter cette danse, tandis que les violons commencent à jouer, cette magnifique valse, spécialement commandé expressément pour cette soirée. Merci Olivier. Un mademoiselle, voulez vous m'accordez cette danse aurait été le bienvenue dans cette situation. Mais on fera sans. Les sons des violons sont de mon coté. Il n'y a aucune raison pour que Nala refuse cette danse.



Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Jeu 25 Oct - 16:22
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
C'est affolant comme tes pensées sont emprisonnées par ce beau merle noir, depuis votre première rencontre. Certes tu savais que tu allais être fiancée depuis longtemps à un mâle d'un autre pays, mais tu ne t'étais pas encore imagé son visage, ce à quoi il pouvait ressembler. Et loin de toi l'idée, de savoir que cela allait être à un oiseau. Ou peut-être te l'a-t-ont dit Nala et tu as oublié, le temps passant. En tout cas, tu ne regrette pas le choix de ta famille.  Il est chou tout plein ton Prince Merle. Et tu serais toute seule tu miaulerai de bonheur. Tu revois soudain la "vidéo" de votre première rencontre, cet air distant qu'il avait, cet air un peu perdue que tu avais toi, Nala. Tu soupire et tu incline, attendrie, ta tête sur un côté, encore. C'est devenu une manie chez toi.

Tu penses que les bulles de ce champagne commencent à faire effet Nala, car tu le vois souvent tâtonner une de ses poches de cet étrange pantalon à bretelles d'un autre temps. Tes sourcils se froncent donc un peu, cherchant le pourquoi de ce geste, mais sentant sa main se resserrer dans la tienne tu reportes ton regard vers son beau visage... et tu oublie. Oui il est beau ton Prince. Et ce joli minois que tu espérais tant revoir dans les méandres du pensionnat ces derniers jours. Mais tu ne voyais que son dos, au détour d'un couloir, d'une allée. Si tu y pense et que les effets de cette soirée champagne, passent, tu le lui demandera, le pourquoi de cette fuite qu'il a eu à ton égard.

Tes joues se colorent un peu, non seulement c'est dû à la chaleur de la salle et des bulles de champagne, mais aussi parce que tu le vois approcher son visage du tien. Mais il est vite stopper par une voix qui résonne. D'ailleurs, perdue dans la contemplation du joli regard bleuté/grisé de ton Prince, Nala, tu sursaute un peu et tes oreilles félines se redressent sur le haut de ton crâne royal. Tu tourne légèrement ta tête vers cette voix qui demande à tous de se lever. Mais tu es si bien là, assise, en face de ton fiancé, à le manger du regard derrière une coupette de champagne dont les bulles commencent à te faire tourner le cerveau et chauffer les joues.

Absorbée alors par ce que le dit le type au micro, tu sens la main de Larzaru quitter soudainement la tienne. Tu te redresse sur ton siège, le dos droit, comme si tu venais d'être surprise de mal te tenir à table. Tu le suis du regard. Il te tend sa main, se courbe un peu vers toi... Le chant des violons, instrument que tu affectionne particulièrement depuis un moment, parvient à tes fines oreilles de chat. Tu regarde très vivement autour de toi, les autres convives commencent à danser. Tu soupire. Cela fait longtemps que tu n'a pas pratiqué, Nala. Va-tu te souvenir de comment se danse une telle valse ? Tu l'espère au fond de toi. Aussi tu accepte la main de Larzaru.

D'un léger sourire un peu emprunté, tu prend la main de ton fiancé et tu te lève. Une fois arrivés tous les deux sur la piste, si on peut l'appeler ainsi, tu te positionne comme il se doit pour cette danse. Pourvu que les pas te reviennent assez rapidement, Nala avant que ton Prince ne te fasse valser. Tu croise les doigts mentalement et toute ouïe, pour suivre le rythme des violons, tu plante ton regard dans celui de ton bel oiseau noir. Oui, tu ne va pas le quitter des yeux, tu va te laisser guider aussi. C'est la règle en même temps pour cette danse. Tu souris à ton beau Merle et tu reprend alors un peu confiance en toi, Nala.
rédigé par Larsaru Krukow le Ven 2 Nov - 13:20
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youInvitation acceptée de la part de ma fiancée. C'est ni plus ni moins ce que j'attendais. Sa main dans la mienne, c'est au milieu de la piste de danse que je conduis ma princesse. Je suis impressionné par le regard puissant de Nala. C'est exactement comme quand une partenaire attends que son mâle prenne les choses en main, et dirige les opérations. Cela me déstabilise dans un premier temps, les joues rougis par tant de prestance et de hauteur vis à vis de ma petite taille de merle. Mais ces yeux bleus ne demandent qu'à être emmenés dans la danse.

Positionné juste en face d'elle, je viens glisser mon avant bras sous l'aisselle gauche de Nala. Le bras replié vers son dos, ma main vient se poser et se refermer sur l'omoplate gauche de ma douce fiancée, tout en faisant attention à ne pas l'agripper pour la pincer. Cette prise me permet ainsi de rapprocher encore plus nos corps, quasiment l'un contre l'autre. Mon bassin est collé à la silhouette élégante de ma fiancée. Un léger décalage vers la droite me permettra de mener la danse. C'est toujours le cavalier qui guide les pas dans une valse.

Mon autre main vient attraper celle de Nala, au même niveau de nos yeux. Le tout est ferme mais détendu. Il ne faudrait pas penser que je suis stressé ou tendu comme de la lingerie fine féminine. Les premières bases effectuées de manière scolaire et disciplinée, comme on me l'a enseigné étant chez mes parents, c'est après que les choses sérieuses vont réellement débutées. Je regarde Nala dans les yeux pour lui dire d'un regard muet, qu'elle peut avoir confiance en moi, que tout se passera bien. Elle aussi peut se détendre. Je ne la lâcherais pas. Le prince merle peut déployer ses petites ailes noires pour faire tournoyer et voyager sa princesse chat.

Le pied droit partant en avant, sans oublier le talon pour ensuite poser la pointe, les épaules penchant sur la droite décalent les pas sur le cotés pour pouvoir faire tourner encore et toujours nos pas et nos êtres. Le regard soutenu dans le sien, il est d'abord sérieux en comptant les talons pointes qui défilent dans ma tête. Mais une fois le rythme bien assimilé, devenant même une seconde nature, le visage plus détendu et radieux, je souris à ma princesse, tandis que nos corps tourbillonnent en harmonie au centre de la foule.

Les violons résonnent comme une mélodie divine à mes oreilles, berçant mes pas, mon cœur et mon âme. L'esprit perdu dans cette spirale, plus rien ne peut perturber mon élan. Je suis captivé par les paillettes se reflétant dans les vagues remuantes dans les iris de ma fiancée. Sa tresse blonde se balance au même rythme que les notes jouées par l'orchestre. Je me sens si bien dans cette ronde que personne ne peut franchir. Ses mains douces dans les miennes, son sourire si radieux, son aura si gracieuse et féline. Tout ces petites marques d'affections ... Tout cela ne m'est uniquement destiné. Je suis son prince .... Elle est ma princesse.

La valse arrive bientôt à son terme. Pour connaître cette composition par cœur, je sais que mon emprise sur Nala se terminera dans quelques minutes. Arrêtant de tourner, toujours accroché à ma fiancée, j'attends quelques instants, pour ensuite la faire juste tourner sur elle même, en me reculant de quelques pas en arrière. Il ne faudrait pas qu'elle ai la nausée ou le tournis. Une fois le tour fait, je me rapproche à nouveau d'elle, les mains posées sur ses hanches, la tête baisée examinant d'abord ses pieds, puis ses jambes, son buste, et enfin vient remonter petit à petit vers son doux visage.

- " J'voudrais que tu viennes me faire voler, me faire je t'aime '' Richard Cocciante, Un coup de soleil

Sur la pointe des pieds, ses paroles viennent se murmurer à son oreille féline.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Dim 4 Nov - 12:45
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Ça y est, c'est parti. Doucement tu suis les pas que tu a effectué il y a quelques temps de ça. Sentant le bras de Larsaru autour de toi et sa main dans la tienne, yeux dans les yeux, tu te détend. D'ailleurs, c'est trop chou ce regard qu'il t'envoi pour te le faire comprendre. Tu souris finement. Les notes résonnent non seulement dans la salle mais dans ta tête, Nala. Tu as l'impression que tes pas quittent le sol. Visiblement tu n'a pas oublié, Nala. Tu ne quitte presque pas ton prince du regard. Presque pas oui, parce que ton regard parfois dévie vers le sol, vers les pas de Larsaru et les tiens aussi. Tu ne voudrai pas lui marcher sur les pieds... 1 2 3... Un décompte sonne dans ta tête, Nala.

Tout d'abord, comme si c'était la première fois comme lors de tes premiers cours de danse, Nala, tu es un peu raide et tu ressens la même chose chez ton beau prince Merle. Puis, ça passe. Tu le sens se détendre et du coup tu prend la même attitude. Discrètement. Tes pas se font alors plus fluide, comme tu a appris. Cette fluidité. Les paroles de ton professeur de danse te reviennent alors, comme un lointain écho... te disant d'être plus souple, plus gracieuse... 1 2 3... des images... Tu soupire. Tout va bien ce soir.  Surtout quand tu vois ce joli sourire qui illumine le doux visage de Larsaru. Sourire auquel tu répond bien évidemment. Belle petite minette souriante tu es et tu sera toujours, Nala. Que ça aille ou pas.

Tu t'envole dans les bras de Larsaru. Les notes dansent dans la salle, les notes dansent autour de ces autres silhouettes, les notes dansent autour de vous. D'ailleurs, ces autres silhouettes, tu les oublie presque. Il n'y a que ton bel oiseau noir et toi et vos corps pratiquement collés l'un à l'autre glissant gracieusement, enfin tu l'espère, sur la piste. Jusqu'aux dernières notes de ce silence qui suit à la fin de la valse, tu es sur un petit nuage, Nala. Après un petit temps de silence musical, où Larsaru et toi vous restés immobiles, il vient à te faire tourner, ta main glissant lentement quittant la douce chaleur de son épaule vient flotter élégamment dans l'air, ton bras plié près de toi.

Dans ce large sourire que tu lui offre, tu te retiens de rire car tu n'es plus cette petite fille qui s'amusait pendant les cours de danse au royaume. Même si derrière tes dix neuf ans, il y a toujours cette petite âme enfantine. Mais, tu a été surprise par ce petit tour qui fait te tourbillonner toi, ta robe, ta tresse venant frôler le corps de ton fiancé. Tu pensais que c'était fini. Tu ne te souviens pas dans tes cours qu'il y avait cette fin virevoltante. Jusqu'à ce que tu te retrouve face à face, tes mains venant se poser sur les épaules de ton prince, les joues un peu rosies quand tu sens les siennes qui viennent se poser sur tes hanches.

Surtout quand tu vois son visage se baisser et glisser doucement sur toi jusqu'à de nouveau rencontrer et te perdre dans le ciel de son regard. Puis, tu sens ses mains prendre un peu appui sur tes hanches. C'est vrai qu'avec tes escarpins au talon assez haut, tu es un peu plus grande que ton prince. Du coup, tu perd de vue l'espace de quelques secondes ces jolies pupilles et tu sens son souffle venir te chanter de bien jolis mots à ton oreille qui tressaille, ton oreille s'incline, qui tombe en pâmoison sous ces belles paroles. Comme à chaque fois que ton bel oiseau noir te chante de jolies paroles d'amour.

- ...  d'accord... mais tu sais... ces jolis mots... ça me fait chaud à chaque fois...

A ton tour, Nala, tu viens lui susurrer félinement avec une pincée d'audace, qui n'est pas trop toi d'ailleurs, ces doux mots à son oreille, ce mignon petit lobe presque à croquer sur lequel ton souffle murmure... Mais ça ne se fait pas, pas en public d'abord. Tu rougis à cette pensée et tu écarte ton visage, qui reprend rapidement sa couleur naturelle. Oui, tu écarte ton visage de cette jolie oreille appétissante, pour replonger dans les belles prunelles de ton fiancé tes saphirs pétillants qui expriment tout ce qui t'envahit à cet instant. Et pas seulement qu'à cet instant que tes océans brillent et s'expriment, Nala. Non, non.
rédigé par Larsaru Krukow le Dim 4 Nov - 21:52
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youCe souffle murmuré à mon oreille fait vibrer mes petites ailes de merles dissimulées sous ces couches de vêtements. Ce n'est pas la plus loquace des filles qui je connais, même si à dire vrai, je n'en ai connu qu'une avant elle. A chaque fois que Nala prononce quelque chose, ces paroles sont douces et romantiques. Elles arrivent toujours et au bon moment à me rendre encore plus fou que je ne le suis déjà d'elle.

Une fois ces pétillant mots ancrés dans ma mémoire, les yeux océan de Nala viennent de nouveau rencontrés les perles grises que mes iris porte en sa direction. Ses mains derrière ma nuque, je sens cette chaleureuse étreinte me rendre d'avantage plus confiant sur le prochain acte qui va se dérouler par la suite. Le visage approchant du sien comme précédemment, front contre front, cette fois plus rien n'est là pour nous déranger. Mais hélas, le baiser n'atteint pas sa cible. Se sont des acclamations et la voix d'Olivier résonnant dans le micro que l'élan est une nouvelle fois coupé. Je regarde étonné autour de moi, comme un enfant ne comprenant pas tout ce qui se passe. Il semblerait que les invités ont apprécié notre valse.

Le visage devenant rouge à l'idée que toute la foule nous a vu en spectacle me rend nerveux. Je voulais juste profiter d'une danse avec ma fiancée, pas la partager avec le monde entier, d'où les insistances d'Olivier pour que les autres invités rejoignent la piste. Par réflexe par toute cette gêne, j'ôte rapidement mes mains des hanches de ma fiancée, et les place le long de mon corps. Ce ne sont pas des manières devant tout ces gens. Politiquement parlant, je ne sais guère si les rumeurs ont circulé jusqu'ici quant à nos fiançailles, mais je ne voudrais pas paraître grossier en tenant ma princesse de la sorte. Ou alors maintenant tout le monde pense que nous sortons déjà ensemble. C'est techniquement le cas, mais nous n'en avons pas réellement '' parlé '' avec Nala.

De nouveau un regard lancé à ma fiancé, timide soit il, celui ci l'invite à se dégager de la piste et de faire comme si de rien n'était, et de revenir à notre table pour finir nos bulles de champagne, sûrement déjà évaporées. A peine revenu, je reste debout en attrapant mon verre. Le fond de ma flûte est vidée à grande vitesse. Reprendre ses esprits c'est ce qu'il faut faire. A chaque tentative de baiser sur les lèvres de ma fiancée, quelque chose ou quelqu'un vient nous interrompre. Les mains posées sur la table, les yeux dans le flou, la tête qui tourne, j'adresse un regard à Nala en tournant la tête en sa direction, lui souriant un peu déçu de ne pas avoir réussi à faire en sorte que cette danse soit romantique du début à la fin. Tout ce que je demande c'est une opportunité pour lui offrir cette fichue alliance.

Tâtant ma poche, tout est encore là. Ouf. Quel soulagement. Un coup d'oeil à gauche, un coup d'oeil à droite, tout les invités ont repris leur aises en discutant les uns avec les autres. Un peu plus loin, Olivier me mime des gestes excentriques et incompréhensibles. Je n'y comprends rien !!!! C'est en ouvrant la porte vitrée en direction de son balcon, surplombant ses jardins, que je devine son message. Voilà la façon la plus simple d'enfin être seul tout les deux. Me redressant correctement, inspirant et expirant un bon coup, je prends sans sa permission la main de Nala. Je la conduis là où l'ouverture béante appelle le vent frais et la tranquillité. Nous faisant la révérence, comme pour profiter et s'amuser de la situation, Oliver referme la fenêtre juste derrière nous.

La nuit est sombre et quelques étoiles scintillent dans le ciel au dessus de nos pupilles argentées. Nous avançant jusqu'au balcon, je souffle enfin. Je suis mieux ici qu'au milieu de tout le monde. On a même la chance d'entendre à très base résonances les instruments joués à l'intérieur dans la salle principale. Je peux enfin sourire le plus naturellement possible à ma fiancée, sans être encerclé par divers regards inconnus. Rien pour me rendre nerveux. Juste heureux d'être là ce soir avec la plus belle et gentille personne du monde.

- " Une nuit juste toi et moi '' Il était une fois, J'ai encore rêvé d'elle

La main dans la poche, c'est le moment opportun pour enfin me déclarer à Nala, la femme de ma vie ....

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Mer 7 Nov - 9:47
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
La couleur naturelle que ton visage a réussit à reprendre, s'évanouit vite en entendant des voix fortes et des applaudissements autour de vous. Dire que tu les avait presque oubliées, toutes ces personnes virevoltant en même temps que vous. Tu n'avais même pas remarqué que les gens ne s'étaient pas encore éloignés de la piste. Tout comme vous, d'ailleurs, qui vous échangiez des mots doux. Ton bel oiseau noir avait même posé son front contre le tien, vos regards aimantés l'un dans l'autre. Tu soupire et ton visage redevient cramoisi tout en t'écartant en même temps que ton fiancé te lâche. Tu ne sais plus où te mettre. Un trou de souris te conviendrai parfaitement et la fine minette que tu es parviendrait aisément à s'y engouffrer.

Heureusement, Larsaru réagit plus vite que toi et d'un regard vous vous dirigez rapidement vers votre table. Reste-t-il une petite lampée  de champagne ? Cette pensée te traverse l'esprit d'un seul coup, quand les jambes tremblantes tu te dirige vers ta chaise. Ça t'aiderai bien, là, ça ferait passer cette chaleur et cette rougeur qui envahit tout ton être, Nala. Arrivée, tu t'écroule lamentablement sur ta chaise tandis que ton fiancé, lui, reste debout, son verre vide à la main. Et pour cause, il vient de le vider à une vitesse fulgurante. Tu jette un rapide coup d’œil vers le tien. Il reste juste de quoi te désaltérer la langue. Ce n'est pas ça donc, qui va te faire passer du rouge à une couleur pus naturelle. Tu lève de nouveau ton regard vers ton fiancé. Il n'a pas l'air très en forme, lui non plus, malgré le joli sourire qu'il t'offre.

Tu lui renvoi un léger sourire à ton tour et pose une de tes mains sur une des siennes posées sur la table. Ton bel oiseau noir à une position comme s'il allait avoir un malaise, penché ainsi au dessus de la table. D'ailleurs, tu va lui demander si tout va bien. Ce serait bien dommage qu'il perde connaissance maintenant. Tu ne saurai comment réagir déjà et peut-être même que tu le suivrai de près dans cette démarche. Pauvre de vous. Mais, ton prince a l'air de se reprendre quand tu le vois regarder partout autour de vous. Tu en profite d'ailleurs pour vider le fond de ton verre. Si petite fut-elle, cette lampée de petites bulles te rafraîchit un peu quand même. Puis, après avoir reposé ton verre,  tu t'enquis de la santé de ton cher et tendre.

- Ça... ça ne va pas... Lar...?

Pas le temps de finir ta phrase qu'il t’attrape par la main sans prévenir. Le verre que tu tenais s'échoue sans se casser sur la table. Heureusement. Te voilà sur un balcon. L'air frais te fait du bien. Ça été si vite cette progression vers cet endroit que tu remarque à peine le type au micro de tout à l'heure, refermer la porte vitrée. Une chose est sûre. Tu es beaucoup mieux ici, même si la table était un peu isolée des autres. Tu regarde autour de toi. La nuit est belle, étoilée comme il faut. La nuit est belle mais le sourire de ton fiancé à cet instant l'est encore plus, et tu ne peux qu'y répondre par un des tiens, réservés.

- ... rien que tous les deux... oui... et sous ces petits diamants qui brillent au dessus de nous... avec enfin, le silence qui nous accompagne. Je ne regrette pas que tu m'ai saisie la main. C'est ... agréable ce petit ... coin.

Et pas que au-dessus vous, ces jolies pépites du ciel nocturne. Tu adore ce regard et ce sourire brillant que ton bel oiseau noir t'offre. Tu le vois aussi, ce geste qu'il effectue depuis tout à l'heure. Cette main portée à une poche de son pantalon. Tu plisse un peu le front, te posant mille et une question. Mais loin de toi de  penser à ce que ton fiancé pense, évidemment. Tu te dis alors qu'il y a peut-être un grigri, au fond de cette poche et que ton fiancé a besoin de le sentir de temps en temps. La question te brûle les lèvres. Lui demander ou pas ? Non, ça ne se fait pas, Nala. Tu lui souris timidement avant de reporter ton regard vers le ciel et de poser une main sur la rambarde du balcon.
rédigé par Larsaru Krukow le Mar 13 Nov - 18:15
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youRassuré. Je suis de plus en plus rassuré. Nala aime cet endroit. Il faut dire que le cadre est très approprié pour la demande que je suis sur le point de lui faire. Les diamants reluisant dans le ciel noir se reflètent dans le regard de ma bien aimée. J'en profite alors pour ne regarder plus qu'elle. Son sourire qu'elle m'adresse. Cette douceur sur son visage qui ne demande qu'à être comblé d'amour et de bonheur. Les odeurs de l'humidité de la nuit me rappelle les mêmes senteurs que les bois de mon royaume. C'est typiquement une atmosphère qui me relaxe et m'apaise.

Le stress s'évaporant petit à petit, c'est juste le léger battement de mon cœur qui s'impatiente à prendre cette fine main féline dans la mienne. Je suis pressé de prendre cette main dans la mienne, mais je suis aussi très hésitant. A chaque fois que je l'avance, elle recule, et reviens se réfugier dans ma poche. Je me demande comment mon grand frère Lukaru à réussit a faire sa demande à sa femme. C'est la peur du rejet qui me prend subitement. Me pinçant la cuisse à travers la poche de pantalon, c'est toujours freiné que je radote à moi même à quel point je ne suis q'un incapable et un abruti. Pourquoi voudrait elle de moi ? Je ne suis rien. Je ne suis personne. Juste le petit dernier de la famille, ne pouvant même pas chanter à sa guise comme les autres. Un poids. Normal que personne ne veuille se lier à moi.

Le regard perdu dans les étoiles et mes pensées négatives, je veux enfin pouvoir atteindre ces lumières rassurantes et les apporter en cadeau à la princesse qui se trouve juste à coté de moi. Nos corps penchés sur cette rembarre, je tends le bras vers le ciel ouvrant le creux de ma main et la refermant, déçu de ne pouvoir saisir ce qui est beau pour la plus belle des princesses. Est ce trop tôt et précipité de lui offrir ce présent caché dans ma poche dès maintenant ? J'en ai très envie. Mais la peur qu'elle n'accepte pas cette bague et mon amour pour elle me paralyse. Il me faut trouver un moyen pour braver les barrières invisibles qui bloquent mon impulsivité. Je ne trouve en moi que la force de susurrer quelques mots.  

- " Je lui dirais les mots bleus, les mots qu'on dit avec les yeux '' Thierry Amiel, Les mots bleus

Je me retourne vers Nala inconsciemment à ces paroles prononcées. La magie de cette chanson a pour effet de me faire vibrer et de l'exprimer à la personne qui m'est destiné d'aimer pour l'éternité. Je me rapproche d'elle, posant ma main sur la sienne, celle posée sur le rebord du balcon suspendu. L'autre main vient caresser sa joue et replacer des mèches volantes derrières son oreille. Sur la pointe des pieds mes lèvres viennent à sa rencontre pour lui adresser un romantique baiser, celui d'un barde muet, vagabond de l'amour, voulant retrouver sa plus belle voix pour exprimer son extase et sa plus profonde joie d'être là ce soir.

Je saisis la main de Nala, princesse des chats, tout en me reculant légèrement, mettant fin à ce langoureux baiser. Toujours les yeux fixant les siens tout en lui adressant un léger sourire chargé de rougeur marquées sur les joues, mon corps se baisse. Une jambe allongée au sol tandis que l'autre est fléchie, je sors finalement le bien tant attendu. La regardant la plus amoureusement possible, les mots que je voudrais lui prononcer sont les suivant '' Nala, veux tu réellement m'épouser et devenir ma femme ? '' Mais on optera pour une phrase plus originale. Ce n'est pas comme si je n'avais pas le choix de toute façon.

- " It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do Hey baby, I think I wanna marry you '' Bruno mars, Marry you

Ouvrant la bôite rouge en velours, à l'intérieur se trouve deux bagues de fiançailles. Une pour elle, une pour moi. Mon corps tremble comme une feuille en automne. Pitié, faites en sorte qu'elle dise oui.

Bague Nala:
 

Bague larsa:
 

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Jeu 15 Nov - 9:45
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Ton regard se perd dans l'obscurité qui entoure ce balcon où ton fiancé t'a emmené, presque sous la contrainte. Mais tu es bien ici. C'est calme, il ne fait pas trop frais, il y a des étoiles qui vous regardent, des ancêtres peut-être ? Tu soupire. Oui, tu es bien sur ce petit balcon, la musique et les voix derrière la porte fenêtre parvenant à tes oreilles félines qui remuent de temps à autre, dérangées par un son plus haut qu'un autre. Tu lance de temps en temps aussi, un regard vers ton prince Merle. Tes sourcils se froncent légèrement  quand tu le sens un peu... comment pourrait-tu décrire simplement ce qui se passe dans ta tête à cet instant, Nala... Tu penche la tête sur le côté, tu lui souris quand tu croise son regard un peu... perdu ? Oui, c'est ça. Il te semble un peu perdu, ton bel oiseau noir.

Tu reporte ton regard vers ces pépites du ciel et du coin de l’œil, tu vois le bras de Larsaru se tendre vers cette infinité nocturne. Ton sourire, presque éternellement présent sur ton visage, s'étire un peu plus, amusée tendrement par ce geste. Attraper les étoiles. Tendre une main comme pour tenter de s'en approcher un peu plus... les toucher du bout des doigts... Tu ne quitte pas de tes océans, cette main qui se referme dans le vide et qui retourne doucement à sa place. Ton regard attendri par ce geste vain, remonte le long de son bras pour finir sur son visage que tu détaille. Encore. Un autre de tes sourires éclaire ton visage. Tu resterai une éternité ainsi à le regarder.

Et d'ailleurs là, maintenant, tu commence à le dévisager, à le manger du regard, jusqu'au moment où sa jolie voix chantante te parvient. Encore des jolis mots qui font danser ton cœur. Et ça te fait toute chose. Et ça te fait chaud partout. Comme tu le lui a affirmé tout à l'heure. Avec ce petit grain d'audace que tu ne te connaissais pas encore et qui te fait rosir tes jolies pommettes quand Larsaru pose ses pépites argentées sur toi, là, après sa belle mélodie. Son regard, sa main qui vient frôler ta joue, l'autre qui se pose tendrement sur celle que tu a posée sur la pierre froide du balcon, la chaleur de son corps qui se rapproche doucement... et ses lèvres se déposant sur les tiennes... tu frissonne, mais pas de froid.

Des frissons te parcoure, comme si des milliers de papillons venaient se déposer sur toi et avec leurs ailes te frôler, te chatouiller. Ce baiser, tu voudrai pas qu'il s'arrête, évidemment. Ses douces lèvres sur les tiennes tu souhaiterai les goûter encore un peu plus, mais ton bel oiseau noir s'est écarté doucement tout en resserrant ta main. Tes océans capturés par les pépites argentées de ton fiancé, tu suis chacun de ses mouvements, pinçant légèrement tes lèvres, pour profiter encore un peu de ce chaud baiser déposé. Tu fronces le front en voyant Larsaru déposer genou à terre, ses joues plus rouges que les tiennes, ses mots dansant encore en toi.

Ton regard se pose alors sur la main libre de ton fiancé. Tu distingue dans la pénombre un petit écrin, te semble-t-il. Ce geste qu'il effectuait depuis un moment, alors... main tâtonnant la poche, c'était donc ça. Un peu mélangée, tu écoute sa belle mélodie, tu regarde cette petite boite, la bouche légèrement entrouverte, ta main de libre, qui tremblote un peu, vient se poser à la naissance de ton cou... tu retiens ta respiration quelques secondes, sentant tes joues te chauffer un peu. Tu ne t'y attendais pas du tout, mais alors pas du tout. Même pas un petit doute ? te titille une petite voix. Non, rien de rien. Tu tremble de partout, Nala.

- ... Larsaru... je... c'est...

Tu tombe à genoux toujours ta main serrée dans la main de ton prince Merle. Tu reste un moment comme ça, cherchant tu ne sais quoi avec ton regard qui va de l'écrin ouvert au doux visage de ton bel oiseau noir. Rouge cramoisi aux joues, tu décolle ta main de ton cou et des doigts fins viennent frôler l'écrin, puis les bagues, avant que ta main tombe sur tes genoux, tes yeux scotchés sur les anneaux. Il y a une tonne de sentiments mélangés qui grouillent en toi, Nala. C'est que ça ne fait pas longtemps que vous vous connaissez tous les deux, mais... Tu le regarde alors ce beau prince Merle qui te fait vibrer à chaque pensées tournées vers lui, et tu soupire. Tu sens ton cœur battre la chamade comme jamais. C'est loin d'être évident mais tu dois lui répondre. Et ce silence commence à devenir pesant. Et certainement plus pour Larsaru. Alors, tu tente au mieux de te reprendre.  

- ... Larsaru... je... enfin, je sais pas, peut-être que... non... c'est... piouuu... oui.

Tu marmonne, tu ne sais plus ce que tu miaule en fait, Nala. Mais tu a répondu qu tu acceptais. Enfin... tu crois. A genoux, en face de ton prince, ton visage est cramoisi, ton cœur s'emballe une nouvelle fois et ton sourire devient félinement amoureux, tandis que tu le mange du regard.
rédigé par Larsaru Krukow le Lun 19 Nov - 17:33
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youLe moment que je redoutais le plus vient d'arriver. Me pinçant les lèvres c'est très difficile de rester à genoux à regarder sa fiancée dans les yeux en attendant que le moindre petit son mélodieux de sa douce voix résonne. Ou dise quelque chose. N'importe quoi. C'est le silence total. Je vois son inconfort face à la situation. Ce geste était tant inespéré de ma part ? Il est vrai que je l'ai fuit ces dernières semaines pour ne pas lui partager mon angoisse, et lui faire croire que sa présence me dérangeait. Les ailes tremblantes, autant que son corps peut l'être celui de ma fiancée, je suis submergé par le doute. Est ce trop précipité ? Ma famille a voulu faire les choses vites. C'est ma faute. J'aurais pu attendre encore un peu. Ou du moins clarifié les choses sous cet angle, l'angle politique et la pression royale.

Mais si cela n'était uniquement lié qu'à nos devoirs de princes et de princesses, je n'aurais évidement pas pris toute cette peine pour organisé tout ce scénario : l'invitation au bal, la tenue, la danse, et surtout ce balcon. Non. Je ne me serais pas mis autant de pression pour que tout soit parfait. Je n'aurais pas cherché à l'évité dans les couloirs de l'école. Mes pensées ne se seraient pas focalisée que sur Nala. Je m'en veux tellement d'imposer cela à Nala. De la mettre dans tout ses états pour une demande en mariage officielle. Etre une princesse n'est pas très amusant tout les jours, comme celui d'être prince. Mais s'il y a bien une chose pour laquelle je suis fier de porter ce titre, c'est pour avoir pu rencontrer ma très chère et tendre promise.

Paralysé par la peur, je ne puis qu'à cet instant précis que la dévisager du regard en attendant une réponse de sa part. Ses mots sont hésitants. Seul mon prénom est dignement assuré dans sa bouche. A genoux devant moi, c'est l’hécatombe. Cette déclaration l'a si perturbée ? L'ai je déçue ? Elle est comme perdue et gênée par la même occasion. Oh si tu savais mon bel amour que moi non plus je ne réalise pas ce qu'il m'arrive ici et maintenant. Je veux accélérer le temps pour que ce mauvais moment passe. Le cœur battant d'excitation et de crainte, cette ambivalence entre mes sentiments, cette joie et cette tristesse de voir ma fiancée dans cet état me boulerse. Je l'observe à chacun de ses gestes. Cela semble irréel, mais c'est bien vrai ma princesse. Réponds moi, je t'en supplie Nala.

Le regard suppliant d'amour, lorsqu'en moi le désespoir commence à m'envahir que j'entends ma promise s'exclamer, ou du moins essayé de communiquer. Tout n'est pas encore perdu. Je n'ai pas tout entendu, mais il me semble qu'elle l'a bien dit. Le regard interrogateur se portant sur la princesse chat, je rembobine dans ma tête les trente secondes venant de s'écouler. Elle ... Elle ... A t-elle réellement dit oui ? Les pensées confuses ce sont ses magnifiques yeux bleus amoureux scintillant dans la nuit, accompagné de son doux sourire que je viens de comprendre les mots prononcés par Nala. Elle a dit oui. Certes un petit oui, mais elle l'a dit.

Les bras retombant comme des poids lourds le long de mon corps par l'ampleur provoquée par le stress, je reste stoïque et bouche béante face à tout ceci. Les deux genoux à terre, c'est en soufflant un bon coup pour évacuer toute cette pression, que mon premier réflexe est de me jeter au cou de Nala pour la prendre dans mes bras. Mes mains accrochées comme elles le peuvent à ses épaules, ma tête vient s'enfouir sur son cou. Les frissons parcourent mon corps tandis que mon nez renifle le doux parfum qu'elle porte. Mes tremblement s'intensifient par tant de bonheur. C'est que j'ai du mal à réaliser qu'elle veuille de moi. Elle ne m'a pas rejeté. Les larmes aux yeux, je me retiens de pleurer dans son cou et de tâcher sa très jolie robe par l'eau saline pouvant glisser de mes cils. Je suis si bien contre elle ....

- " Quand on n'a que l'amour, Mon amour toi et moi, Pour qu'éclatent de joie, Chaque heure et chaque jour '' Jacques Brel, Quand on a que l'amour

Relevant la tête après avoir murmuré au creux de sa nuque ses mots d'amour, j'essuie ma poussière dans l'oeil avant de me confronter à nouveau au visage de Nala. Le sourire heureux, les pommettes rougissantes, tel un gosse je me mets à ricaner tout fier d'avoir pu affronter mes peurs. C'est que je rigole nerveusement de ce qui vient de se produire. Reprenant peu à peu mon sérieux, je regarde amoureusement ma princesse. Venant de nouveau embrasser ma dulcinée en penchant mon corps en avant, je me retiens de tomber sur elle en prenant appui sur ses épaules. Un autre petit baiser coquin et farceur vient atteindre ses lèvres de nouveau, laissant échapper un sourire charmeur et espiègle.

Rompant ce lien entre nous, je me redresse sur mes genoux pour atteindre son front et lui laisser un dernier baiser. Une fois cette folle tornade d'amour répandue, il est enfin temps de passer la bague au doigt à ma princesse officiellement fiancée. Tenant toujours l'écrin en velours au creux de ma main, délicatement je retire l'alliance de ma Nala de sa boîte pour lui passer à son annulaire gauche, en tenant avec douceur sa main. C'est miraculeux que la taille corresponde parfaitement. Je ne chercherais pas à savoir comment mes parents s'y sont pris pour connaître avec exactitude son tour de doigt. En voyant ces diamants et cette pierre d’améthyste briller autant que les astres spectateurs de la scène, je ne peux m'empêcher de sourire et de resplendir de joie. Elle lui va à ravir. Elle est encore plus belle la princesse de mon cœur avec cette bague au doigt. Nala je t'aime. Je t'aime tellement.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Ven 23 Nov - 11:18
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Oui, tu as marmonné quelque chose, Nala. Quoi exactement ? Tes propres mots se reformulent lentement dans ton esprit, pendant que tu dévisage avec une tendresse amoureuse, le visage de ton prince. C'est vrai qu'il t'a un peu prise par surprise. Vraiment. Tu en tremble encore peu, là, devant ton prince tes genoux prenant le frais sur le balcon car bien sûr, tu n'a pas pris le bas de ta jolie robe pour t'en servir de protection contre la pierre glaciale du balcon. Ça ne t'a même pas traversé l'esprit de toute façon. Mais revenons à l'instant présent. A-tu donné la bonne réponse, celle que ton prince attendait ? Car vu sa réaction, tu en doute, Nala.

Tu regarde d'un air absent, enfin presque, ses bras retomber le long de son corps. Et ce souffle qu'il émet ne te rassure pas trop, Nala. C'est à ce moment que rapidement, ou pas, que le dernier mot que tu a prononcé te revient. Oui. Tu a dit oui à la demande de bel oiseau  noir. Alors pourquoi ce mouvement de sa part et... Pas le temps d'aller plus loin dans tes réflexions, car Larzaru se jette sur toi en t'enlaçant, son joli petit minois venant se fourrer dans ton cou. Il tremble. Enfin, c'est ce que tu pense, Nala. Sur le coup surprise, tu ne bouge pas d'un coussinet. Tu a même un peu chancelé vers l'arrière malgré que tu sois assise, ton postérieur bien encré sur tes talons. Puis délicatement tes mains viennent se poser sous les bras de ton prince de chaque côté de son corps frissonnant.

Tu te sens alors rassurée. Tu a visiblement donné la bonne réponse et un fin sourire élargit tes lèvres, sentant le souffle chaud de ton prince dans ton cou. Entendant de nouveau sa belle voix de prince merle chanteur. Ça te transporte cette douce mélodie. Tes paupières se ferment l'espace de quelques minutes, le temps de savourer tout ceci. Le temps de réaliser aussi, ce qui vient de se passer. Tu es maintenant vraiment fiancée à Larzaru. Avec cette jolie bague qui brille aux côté de la sienne toute aussi belle. Il se recule un peu et il rit. Tu relève également ton visage, que tu avais un peu incliné pour profiter le plus longtemps possible de la chaleur du sien contre ton cou, Nala. Tu n'a pourtant pas activé ton don. Tu aime bien le voir rire, même si ce rire à une résonance un peu particulière.

Il n'y a pas que ton prince qui est un peu gêné par la situation. Tu l'es tout autant, Nala. Surtout quand tu le vois reprendre un air assez sérieux en même temps qu'il te mange amoureusement du regard, te semble-til. Tu souris doucement. Tu n'arrive même plus à sortir ne serait-ce qu'un mot. Se serait bien de penser à dire quelque chose tout de même. Mais le baiser mutin qu'il te donne et cette taquine expression qu'il te renvoi après un dernier baiser frontal, te cloue sur place, Nala et c'est à ton tour d’émettre un léger rire coincé. Puis, ton prince merle reprend sa place, tes mains quittent alors son corps. Mains que tu pose sur tes genoux, avant qu'il ne te prenne la gauche. Il te passe la bague au doigt. Tu arque un sourcil, inclinant la tête sur un côté, étonnée que celle-ci t'aille aussi bien. Parfaitement adaptée à tes doigts fins.

Tes joues deviennent pourpre quand tu vois la jolie bague glisser sur ton annulaire. Annulaire que tu remue ensuite pour observer, les yeux pétillants de bonheur, ces belles petites pierres briller dans la  nuit. Comme les étoiles au-dessus de vous. Jusqu'à ce que ton regard glisse doucement vers celle plus grosse, un peu plus sombre au milieu de la bague. Elle te renvoi de jolis reflets violets. Tu lève ton regard vers le visage de ton bel oiseau noir, grand sourire aux lèvres. Tu te retiens de te jeter à son cou. Peut-être après ? Après lui avoir passé à son tour, sa jolie alliance ?

- A toi, maintenant mon prince. Je peux ?

Que tu murmure, Nala. Puis, sans attendre de réponses, tu ramène lentement l'écrin vers toi pour y déloger délicatement la bague de Larzaru. Ne surtout pas la faire tomber avec tes doigts qui tremblent un peu sous le coup de l'émotion. A ton tour tu prends alors la main gauche de Larzaru et fait glisser sa bague à son annulaire. Après l'avoir regardé un instant briller elle aussi sous les étoiles, au  niveau de vos regards, tu lève sa main baguée et vient coller la tienne, baguée, tout contre. Paume contre paume, pour ensuite enlacer tes doigts dans les siens. Et te pencher ensuite en avant pour venir déposer un tendre baiser amoureux sur ses lèvres, avant de te redresser et de le dévisager, sourire aux lèvres.

- Je... je... Je t'aime, mon... Larzaru.

Joues écarlates,  avec sourire dans ce murmure qui s'évanouit dans la nuit, tu l'a dit. Hésitants, murmurés certes, mais tu l'es a prononcé ces mots que tu gardaient tout au fond de toi, Nala. Mais que tu n'osais t'avouer.
rédigé par Larsaru Krukow le Ven 23 Nov - 19:13
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youFasciné par la bague au doigt de ma fiancée, c'est elle qui vient me sortir de cette hypnose en m'adressant ces belles paroles. A mon tour ?! Je hoche la tête d'un oui pour qu'elle en fasse de même. Je ne peux retenir la surprise de son initiative. C'est qu'avec Nala, j'ai appris à prendre les devants. Quand c'est elle qui agit j'en suis toujours le premier surpris. Le rouge aux joues, les paillettes dans les pupilles, je me laisse alors faire. Je regarde avec admiration ma douce fiancée effectuer ces gestes : enlever ma bague de l'écrin, me la passer au doigt. Tout ces gestes qui font de moi le plus épanouis des oiseaux.

A peine ai je le temps de contempler l'alliance qui revête mon annulaire que nos mains liées l'une à l'autre, paume contre paume, doigts contre doigts, bagues contre bagues, tel deux aimants, s'élèvent dans le ciel sans se quitter. L'étreinte devient plus forte et serrée. Subjugué par ce paysage romantique, comme on peut le retrouver dans des films à l'eau de rose, je n'en remarque pas Nala venir se pencher en avant pour venir me déposer un baiser sur mes lèvres. Je profite de cet audacieuse embrassade pour fermer les yeux, et me laisser flotter au rythme de nos lèvres qui s'entremêlent. C'est si chaud cette sensation. J'aimerais qu'elle dure plus longtemps.

De nouveau surpris par ma fiancée ce sont ces murmures prononcés qui font battre mon coeur encore plus vite que les fois précédentes. C'est qu'elle m'épate au fur et à mesure la princesse des chats. Le combo me coupe net dans diverses réflexions afin de bien profiter de l'instant présent. Il me semble que c'est consciemment que Nala à dévoiler et exprimer ses sentiments d'amour. Peut être aurait il échapper à l'oreille d'un sourd, mais ces mots me sont parvenus comme une douce caresse brûlante de passion. C'est qu'au fond de moi, j'attendais qu'elle me le dise ces quelques petits mots si compliqués à prononcer. C'est à mon tour de mon prendre en plein fouet sa tendresse, sa passion, et son amour. Je souris à ma chère et tendre princesse chatte. Comment ne pas succomber à tant de sensibilité et de timidité ? C'est si beau et mignon à la fois.

Ayant comme seul témoin le vent, je me languis d'être le seul à avoir entendu ces paroles. Le fait qu'elles me sont destinées à moi et moi seul uniquement. C'est si agréable de se sentir aimer, de se faire aimer. Elle ne sera pas du genre à me le dire tout les jours à pleine voix, mais je me satisfait déjà de ce qu'elle m'offre à chacune de nos retrouvailles. Je voudrais la voir plus régulièrement, sans avoir peur de l'effrayer ou de la lasser de ma compagnie muette. Même si le silence ici est roi, ce n'est que pour admirer cette magnifique personne qui resplendit face à moi, et qui me comble de bonheur. Ma femme. Oui. Nala Asuka deviendra un jour ma femme. Nala Asuka deviendra Nala Krukow. Le temps n'est pas compté. Profitons encore de nous connaître entièrement avant de se lancer entièrement tout les deux dans l'aventure du mariage.

Amoureusement, je viens me rapprocher d'elle. Il n'y a qu'avec Nala que j'ose prendre autant d'assurance et de liberté à vouloir m'attacher à quelqu'un. C'est la première avec qui je m'expose aussi facilement. Mes mains liées dans les siennes, mon front venant se poser contre le sien, venant frotter nos deux nez l'un contre l'autre, tel des esquimaux, je redresse mes yeux en face de ses pépites bleues et lui partager sans un bruit, sans un mot tout le bien qu'elle me fait. Juste un clignement de cil pour adoucir cette pensée d'amour qui ne s'adresse qu'à elle, ma fiancée.

- " Oh mon amour ''Jacques Brel, La chanson des vieux amants

La suite ne parviens pas à sortir de ma gorge, se serrant petit à petit. Tout mon flux de paroles autorisée à été épuisé. Pourtant je désires tellement lui en dire plus. Il se peut que je ne lui dise pas assez combien je l'aime. Combien je ne désire qu'elle. Combien elle envahit mes pensées nuits et jours. Que son odeur me poursuit alors qu'elle n'est pas à mon chevet. Je continue juste alors à serrer ses mains encore plus fort, et la regarde intensivement dans les yeux et viens déposer un autre baiser à sa bouche rosée. J'ai tant besoin d'elle, de mon rayon de soleil, de ma princesse. Il ne fait pas pourtant jour, mais dans ma tête résonne le chant des merles et des canaris pour composer la mélodie d'amour d'un barde muet. Un barde voulant exprimer ses plus profonds sentiments à sa dulcinée. Ressent ce flux versé pour toi Nala. Cet amour que je ne donne qu'à toi.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Dim 25 Nov - 14:30
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Quelle merveilleuse soirée tu passe, Nala. Le silence vous entoure. Vous vous exprimez beaucoup par vos simples regards qui se croisent, regards amoureux parfois entrecoupés, il est vrai, par les douces mélodies que te chante ton prince Merle. Tu le dévore de tes saphirs. Tu ne saurai comment l'expliquer, mais ce beau prince Merle t'a hypnotisée, Nala. Il est entré dans ta vie, il est entré dans ton cœur sans faire de bruit. Et ça, tu adore. Sûr que plus tard dans la soirée, quand tu sera rentrée dans ta résidence, le sommeil ne voudra pas de toi immédiatement. Non. Puis, tu lutteras contre celui-ci, regardant amoureusement, sous toutes les soudures, cette merveilleuse bague à ton doigt. Les yeux pleins également de ces étoiles qui brillent au-dessus de toi actuellement, Nala.

Tu te retiens d'ailleurs de la détailler maintenant. Tes saphirs sont de toute façon plantés et bien ancrés dans les pépites argentées de ton fiancé. Fiancé. Ce mot que tu prononce silencieusement depuis un moment, devient autre ce soir, Nala. Tout se chamboule en toi. Ton cœur qui manque des battements à certains instants, pour repartir ensuite dans des tumultueux battements qui font monter une certaine chaleur et pas que sur tes joues, tes mains qui tremblent, tes jambes qui t'on lâché pour te retrouver à genoux, sur une pierre glaciale soit dit en passant, ta voix qui ne veux sortir que quand elle en a envie et en plus pour murmurer, bégayer... tu te retiens de soupirer fortement. Toutes ces émotions d'un coup, ça fait beaucoup pour la minette et jeune princesse que tu es, Nala.

Tu respire le bonheur. Et tu sens que chez ton bel oiseau noir c'est pareil et ton don n'y est pour rien, ce soir. De plus, tu lui a avoué que tu l'aimais ton beau prince Merle. Tout bas, dans un souffle, certes, des mots que jamais tu n'aurai cru pouvoir prononcer un jour. Serait-ce les effets des bulles de ce champagne qui te font dire ces choses cachées ? Tu en doutes fort, Nala. Bon, elles t'ont peut-être aider, mais très peu les effets de l'alcool sont passés depuis bien longtemps. Oui, c'est ton cœur qui a parlé, qui a remué tes lèvres pour les prononcer ces doux mots. Et c'est toi, Nala, qui t'es penchée pour lui déposer un tendre baiser sur ses lèvres chaudes, tes doigts serrés dans les siens, sentant ta bague contre la sienne, s'unir.

Ton sourire s'élargit et tes joues toujours écarlates, tu le regarde se rapprocher, tu le laisse coller son front contre le tien. Douce chaleur se mêlant à la tienne. Ton sourire se fait entendre quand son nez vient se frotter contre le tien. Tu reprends un peu de sérieux à la rencontre de vos regards. Tu écoutes ce que ses pépites veulent te dire dans ce grand silence nocturne. Grand silence oui, car loin sont les rires des convives de la soirée, loin est la musique qui s'échappe de derrière la porte vitrée. Il n'y a que ton bel oiseau noir et toi. Tout le reste n'est qu'ombre, mangé par la nuit et même mes étoiles te semblent s'éteindre peu à peu. Tu es engloutie par le regard de ton fiancé, Nala.

Tu adore l'entendre te dire toutes ces belles paroles, ces jolies mélodies et tu attends la suite de cette nouvelle chansonnette, comme toujours émerveillée, mais sa jolie voix a disparue. Son don semble s'être épuisé. Tu lui souris tendrement, ton regard toujours scotché dans le sien. Tu connais cette chanson. Pour lui, tu cherche la suite au fin fond de ton esprit. C'est qu'elle n'est pas récente cette belle chanson, mais tu les trouve ces derniers mots que ton bel oiseau noir a sans doute voulu te chanter. Par contre, tu ne les chante pas, Nala, tu n'a pas ce fluide que ton prince Merle a, et cela pourrait briser cet instant magique et unique qui est en train de se construire autour de vous. Une bulle rien que pour vous deux. Alors, tu les récite en pensées.

*... Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour, de l'aube claire jusqu'à la fin du jour, je t'aime encore, tu sais, je t'aime... *

- Mon beau Merle, mon doux prince... tu es... ma passion... mon addiction...

Miaule-tu tout bas avant que ses lèvres viennent se joindre aux tiennes. Addiction... Ce n'est pas un peu fort ? Non, Nala tu es devenue addicte de ce bel oiseau noir qui hante chaque tes pensées le jour comme la nuit. Son don chantant a disparu mais ce qui se passe dans son regard à cet instant, sentant la pression de ses mains serrer fortement les tiennes, tout ce qui se passe aussi dans son baiser sur tes lèvres,  ça vaut tous les autres mots d'amour que ton bel oiseau noir aurait pu te chanter ce soir, Nala.

La chaleur de ce baiser partagé, la chaleur de vos corps qui se frôlent, la chaleur de ses mains serrées fortement dans les tiennes, cette douce chaleur créée dans cette bulle de silence autour de vous, te fait oublier la fraîcheur de la nuit qui descend sur tes épaules dénudées et qui te fait légèrement frissonner, Nala. Mais ça ne te fait pas quitter les lèvres de ton beau prince Merle pour autant. Non non. Elles te disent tellement de jolies choses.
rédigé par Larsaru Krukow le Mar 27 Nov - 16:14
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youSa passion ... Son addiction. Ce sont des mots si puissants. Une puissance qui me redonne confiance en moi. Ce sont des mots qui résonnent encore dans ma tête pour ne les oublier dès lors que nos mains et nos corps se quitteront. Mais pour le moment, Nala et moi même nous sommes enfermés dans notre cocon, invulnérables contre le climat froid du soir et les bruits à l'intérieur. La fête doit encore battre son plein, tandis que mon cœur bat la chamade. Je ne souhaite en aucun cas reprendre ma vie normale. Je veux que cette ambiance reste avec moi à chaque instants, à chacun de mes pas et de mes battements d'ailes.

La soirée ne compte pas s'arrêter là. Je le sens. Nous avons encore tout le temps devons nous. A moins que notre monde parallèle soit au ralenti face aux cris et rires retentissant des autres convives. Je sais que si je lâche cette main, plus rien ne sera comme avant. Nous aurons un rôle et un comportement à jouer en société. C'est pour cela que je ne souhaite pas briser les fils invisibles forgeant notre confort romantiques. Le seul fil que j'arrive à percevoir est le fil rouge de la destinée, liant deux âmes sœurs entre elles. Ce fil ne coupera point tant que Nala restera ma seule et unique princesse de mon cœur. Restons encore un moment tout les deux. Juste toi et moi.

Prenant tout de même peur pour ma fiancée et sa fine robe comme vêtement, rien de vraiment chaud sur ses épaules, toujours les mains dans les siennes que l'invite à se redresser, depuis le temps que nous sommes à genoux sur se sol froid. Il ne faudrait pas qu'elle abîme cette robe qui lui sied à merveilleux, et que ses genoux royal ne s'abîment pas à frotter le sol rugueux. Enfin relevé pour enlever les fourmis qui commençaient à se multiplier dans mes jambes, j'enlace encore ma princesse dans mes bras pour qu'elle n'attrape pas froid. Dans mon royaume, les hivers sont très frais, je ne crains pas trop le froid, même si je préfère de loin les grandes chaleurs. Tout en la regardant, j'aimerais lui demander si elle va bien et si elle n'a pas trop froid. Tout ce que je peux faire actuellement, c'est frotter ses bras pour enlever la fraîcheur de ses membres.

Peux être devrions nous bouger pour nous réchauffer, comme par exemple se promener dans ce jardin. Il n'est pas aussi impressionnant que les jardins royaux, mais il suffira pour nous dégourdir les jambes. Invitant ma fiancée d'un coup de tête vers le labyrinthe de bosquet et de fleurs, je lui propose de bouger d'ici et de descendre. Mais comment descendre de là haut ? Certes le balcon n'est pas particulièrement haut, mais je me vois mal effectuer le grand plongeon pour ne pas atterrir sur mes deux pattes. Je ne suis pas un chat. Et mes ailes ne sont pas faites pour voler. Peux être que Nala elle en est capable ? Cela m'intrigue. Mais je ne souhaite pas qu'elle le fasse au risque qu'elle se blesse.

Heureusement un peu plus loin, un escalier permet d'y descendre directement. Main dans la main, c'est en douceur et tranquillement que nous descendons les marches. Le petit tour sera rapide. Peux être que techniquement cette idée de vouloir les visiter n'est pas très intéressante. C'est plutôt ma façon à moi de faire durer cette soirée et rester auprès de ma fiancée encore plus longtemps. Les fleurs sont jolies et sentent bon. J'aimerais en cueillir une pour Nala, mais je ne suis pas chez moi. Ces fleurs appartiennent à Olivier et sa famille. Je ne me mettrais pas à dos leurs furies, alors que je me suis engagé auprès d'eux pour participer à d'autres réceptions en qualité de violoniste. C'est mon secret rien qu'à moi pour avoir pu bénéficié de ce cadre. Ce cadre romantique pour faire plaisir à l'élue de mon cœur.

C'est tout en silence que la balade s'effectue, même si au fond de moi, des milliers de questions ne demandent qu'à être poser. C'est vrai que je ne connais pas tout ces cotés, et je ne demande qu'à les découvrir. Je veux la connaître par cœur, dans chacun de ses gestes ou de ses mots. Je veux la deviner avant même qu'elle n'accomplisse quoi que se soit. Donc ses petits moments là ne sont que très anodins, mais sont aussi là pour capter un petit quelque chose qui me permettra de découvrir qui elle est davantage. Cela peut être un mot prononcé suite à la vue de quelque chose. Cela peut être aussi un tic ou même un éternuement. Je veux vraiment profité d'elle un maximum, malgré que j'ai tout mon temps.

En faisant le tour des jardins, je lance des regards amoureux à Nala. Certes on peut ne rien se dire verbalement, mais les intentions sont belles et bien présentes. Le tour est en effet rapide, et conduit à une sortie dans la ville pour nous reconduire au pensionnat. Je me stoppe net. Est ce vraiment nécessaire d'emprunter cette sortie pour briser la magie que nous avons instauré ? Et si tout se brisait une fois le seuil franchi ? Reste avec moi Nala.

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
rédigé par Nala Asuka le Sam 1 Déc - 10:55
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 29/04/2018
Messages : 91
Clochettes : 384
Avatar : Joan of Arc (Fate Apocrypha)
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Oui, tu frissonnes Nala, tout en même temps que tu es réchauffée par la douce présence de ton fiancé, par la chaleur de ses mains dans les tiennes et de ses lèvres contre les tiennes. Oui, tu es bien addicte de lui, Nala. Oui, il est bien ta passion. Ton bel oiseau noir t'invite à te relever et tu accepte bien entendu avec avec plaisir. Tes genoux le sont autant que toi de quitter ce sol frais. D'ailleurs, tu le sens sous le bas de ta robe qui se frotte contre eux. Puis, tu te dis que quand même tu aurai dû penser à prendre une longue veste ou bien un fin manteau de saison, un truc pour poser sur tes épaules. Ton cerveau soupir de désespoir, Nala.

*Tête en l'air, va*

Mais serrée dans les bras de ton fiancé tu es bien aussi, Nala. Tu en profite un maximum d'ailleurs venant coller ton front contre une de ses épaules, avant qu'il ne s'écarte doucement, pour frotter des bras. Le frottement de ses mains chaudes contre tes bras te fait du bien, Nala. Il est vraiment attentionné, ton bel oiseau noir et tu le trouve trop trop chou dans ces gestes affectifs que tu adores, autant que lui. D'autres frissons d'ailleurs, viennent te parcourir tout en le regardant tout sourire, croisant son joli regard argenté qui semble te dire quelque chose, Nala. Tu incline ta tête. Tu ne lis pas dans les pensées, mais parfois il y a des expressions que tu comprends, Nala. Et c'est un peu le cas à cet instant.

- Ça va bien, c'est un peu de ma faute aussi, j'aurai dû prendre un ... une veste. Il ne faisait pas si frais tout à l'heure en partant de ma résidence.

Le temps change vite en cette saison, Nala. Le froid arrive à grands pas mais tu l'oublie, tes pensées étant trop occupées par ton bel oiseau noir. Bel oiseau noir qui t'envoi un mignon signe de tête pour t'indiquer qu'il serait temps de se bouger un peu. Se dégourdir et enlever ce léger engourdissement. Tu opine de la tête rapidement tout en effectuant un tout d'horizon et en même temps que Larzaru tes saphirs scrutent les alentours du balcon pour voir par où et comment vous allez le quitter. Vos regards croisent heureusement, un petit escalier qui descend vers un grand jardin.

Tu te voyais mal passer par dessus le balcon avec ta jolie robe qui aurait pu se déchirer dans les buissons qui n'ont pas l'air très accueillants, aussi. Et peut-être même aurait-tu eu quelques griffures. Et ton bel oiseau noir aurait pu également se faire mal, tes pupilles s'habituant à l'obscurité, tu devine la forme du buisson. Épineux. Certainement des rosiers. Ça aurait été dommage de vous retrouver tous les deux, blessés, griffonnés par des rosiers. La soirée se serait vite terminée pour courir vous désinfecter au pensionnat. Et ça, tu n'en avait guère envie, Nala. Voire pas du tout envie même.

- Malgré la nuit, je distingue que c'est un joli coin. Et... ça sent bon.

Que tu murmure pour pas briser la magie de cette soirée, pendant que tes narines prennent plein de délicieuses senteurs florales et tout en déambulant tranquillement, presque ton corps collé contre le bras qui tient ta main, Nala. Tes saphirs croisant de temps en temps les tendres regards que te lancent ton fiancé et auxquels tu réponds silencieusement en le dévorant du regard, fin sourire de minette amoureuse, accroché à tes lèvres, Nala. Tu en profite un maximum, de ce moment, car tu sais au fond de toi qu'en société tu devra agir différemment et rien que d'y penser d'ailleurs, ça te fait un pincement au cœur.

Très vite alors tu chasse cette mauvaise sensation pour te concentrer sur ton beau prince Merle. Ça fait quoi... trois, quatre rendez-vous ... que tu as eu avec ton bel oiseau noir, et tu ne sais pas grand chose de lui. Faudrait que tu lui demande aussi, Nala. Même si tu sais qu'il aime jouer du violon, qu'il chante merveilleusement bien, qu'il a une jolie voix, même si tu vois dans son regard toute cette tendresse amoureuse qu'il a pour toi, même si... ça y est tu replonge dans ton addiction pour ton bel oiseau noir et tu a oublié tes questions, Nala. Et tellement tu es ailleurs en le dévorant du regard, que tu es surprise et manque de trébucher quand il se stoppe net devant ce qui ressemble à une sortie menant vers les milliers de lumières artificielles de la  ville.

- Oh non... déjà ?

Tes oreilles félines se rabaissent sur ta tête et tu soupire tristement en regardant  cette sortie en venant coller ta tête sur l'épaule de Larzaru. Resserrant l'étreinte de ta main dans la sienne. Plantée là, contre ton bel oiseau noir, ton regard se perd en direction de ces lumières pas très accueillantes. Car qui dit ville, dit foule, dit bruit et dit retour au pensionnat et dit surtout quitter cette merveilleuse soirée que tu passe avec ton beau prince Merle. Ce que tu ne souhaite en aucun cas. Tu ne sais comment le lui dire mais peut-être que le ton un peu désespéré que tu as employé le dit à ta place ?
rédigé par Larsaru Krukow le Sam 8 Déc - 11:28
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
Royauté
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3
. :
Inscription : 17/02/2018
Messages : 136
Clochettes : 520
Occupation : Classe 3

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
I think i wanna marry youIl se pourrait que je ne sois pas le seul déçu à devoir quitter cet endroit. Nala venant appuyer sa tête contre mon épaule, ses oreilles de chat basses, c'est comme si ni l'un ni l'autre n'avions envie de nous séparer. Entendre encore la voix douce et timide de ma fiancée, la tenir encore tout contre moi et sentir vibrer son cœur qui bat. Serrant sa main dans la mienne, moi non plus je ne souhaite en aucun cas briser cette magie. Il y a t-il encore de la place pour accueillir deux tourtereaux qui ne demande qu'à s'aimer encore et toujours ?

Les lumières de la ville brillent si près de nous, et pourtant nous en sommes si loin. C'est que la sortie est si proche. Cette sortie qui mettra un terme à tout ceci, et qui nous forcera l'un et l'autre à revenir à notre train train quotidien. Avec cette merveilleuse soirée, est ce que nos habitudes vont se bousculer et changer ? Je l'espère au plus profond de mon âme. Avec ce pacte fait entre nous, je voudrais la voir un petit peu tout les jours pour commencer, enfin si elle le souhaite. Et si nous n'avons pas le temps à cause de nos emplois du temps, on trouveras bien une solution pour se voir dans tout les cas. Mais maintenant que je suis avec ma Nala, je n'ai pas envie de me séparer d'elle si vite.

Venant caresser les cheveux de Nala comme pour lui partager cette peine similaire de ne point vouloir la quitter. Par mégarde, c'est accidentellement que mes mains viennent effleurer ses petites oreilles de félines. Je rougis par cette acte. C'est qu'elles sont toutes douces, même si cela doit être sensible pour ma belle fiancée. Je la regarde dans les yeux pour m'excuser en rougissant, en gesticulant les mains pour m'assurer que c'était qu'un accident, que je ne l'ai pas fait exprès. Pardon .... C'est surtout que toucher les oreilles d'un hybride revient à lui partager son émoi. Je l'aime ma Nala, mais je ne veux pas tout non plus faire tout dans la précipitation. Chaque chose en son temps, et ne j'y avais à peine songé. Bon si d'accord un petit peu, mais c'est tout. Me voilà aussi rouge qu'une pivoine en visionnant toutes ces images dans ma tête.

Me ressaisissant je fixe encore ces lumières avec tristesse. C'est qu'elles nous appelle, mais je n'ai point envie de répondre à leur appel. Et je n'y répondrais pas. Non pas maintenant. Caressant les bras de Nala pour qu'elle n'ai pas froid, je me dis que pour son bien, pour ne pas qu'elle tombe malade, il faudrait mieux rentrer, même si ce n'est pas mon intention première. Je m'inquiète pour elle, ma somptueuse chérie. Et je n'ai même pas apporter de veste avec moi non plus. Il va falloir que je me rachète une galanterie. C'est évident que n'importe quel gentleman a toujours sur lui une deuxième couche pour la donner à sa conquête lorsqu'elle a froid. Ce ne sera pas pour cette fois ci, malheureusement.

Ne voulant pas m'en aller, et rester près de Nala encore un moment, je la conduis, juste à coté de petit arc qui nous invite à prendre l'issue de secours. Assis à même le sol sur l'herbe fraîche et humide, je l'invite à venir me rejoindre sur mes genoux. Je la regarde intensément, joyeusement et amoureusement pour qu'elle accepte mon invitation. J'ai hâte de la tenir dans mes bras encore quelques instants, la réchauffer et la couvrir de baisers et de caresses. Je veux faire durer le plus possible ces instants passés avec elle à ses cotés. Même si j'agis comme un enfant gâté, je m'en moque tant que je peux profiter de ma Nala, et de l'avoir rien que pour moi.

HRP:
 

Compte à rebours:
 

© 2981 12289 0
Page 1 sur 1Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: monokuro :: village - downtown-
Sauter vers: