Lykos - La perfection tu seras [TC] [Terminé]

Age : 18
Clochettes : 38
Date de naissance : 20/12/1999
Occupation : Classe 2, 7e année + Artiste
Messages : 25
Date d'inscription : 08/06/2018
Localisation : Là où personne n'est
avatar
Originel

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 13:00
Antarcticite - Houseki no Kuni
Lykos Fyüng

Âge : 18 ans
Sexe : Hermaphrodite
Sexualité : Ton masque veut montrer que tu n'aimes personne, mais au fond, tu n'as jamais connu l'amour pour savoir.
Race : Hybride Caladrius
Rang : Noble, Originel
Pays d'Origine : Pays des Caladrius
Allégeance : Tu ne t'es jamais vraiment posé la question sur le sujet - et tu n'en sais pas assez pour te faire un avis.
Groupe : Classe 2
Occupation : 7e Année, Artiste Polyvalent (explication en histoire)
Particularité (Falcutaltif) : /


Psychologie


Le masque


Le masque, tu le portes tout le temps. C'est comme s'il était toi - bien qu'il ne le soit pas. Mais tu ne peux laisser les gens le briser, ou voir ce qu'il y a derrière, alors tu le gardes sans cesse.
Ton masque, il te rend froid, distant. Il te rend peu bavard. Il te rend hautain, arrogant - pour éloigner les gens. Ton masque, il montre que tu es solitaire, indépendant - que tu n'as besoin de personne. Tu es dur, strict, franc - tu peux te montrer méchant ou vexant, sans forcément le vouloir. Mais ton masque montre que c'est ce que tu cherches - blesser les gens, les éloigner.
Tu es inexpressif - pas un sourire sur ce visage de pierre. Pas une émotion. C'est comme si ton visage était un véritable masque que l'on porte au théâtre - il ne laisse rien transparaître, car tu ne veux rien laisser transparaître.
Tu te fous du monde - rien n'a d'importance. Pas même les gens, pas même tes proches - que tu n'as pas. Pas même toi.
Tu fuis - tu fuis tout. Tes problèmes, ton passé, ton futur. Tu te fuis toi-même, aussi.
Tu es méfiant avec tout le monde - tu ne peux pas leur accorder ta confiance. Ils pourraient, pour autant que tu saches, essayer de te retirer ce masque - de te retirer ta vie, de te briser ce mensonge que tu t'es construit pour te protéger.
Tu es digne, délicat, élégant, raffiné. Respectueux, poli - quand tu n'es pas en train de fuir les autres. Tu es noble, après tout - tu dois montrer une bonne image, tu dois être droit.
En un mot, tu dois incarner la perfection - une perfection que personne ne viendrait toucher.

Le fond


En vérité, tu es tout le contraire de ton masque. Tu le portes pour te protéger - pour éviter d'avoir à souffrir, mais tu ne te rends pas compte à quel point tu souffres encore plus en faisant cela.
Derrière ton masque, tu es seul - seul, mais hanté. Et triste.
Tu cherches désespérément à être sauvé - tu cherches la perle rare à qui tu pourras te confier. Une personne qui pourra retirer ton masque, et t'accepter sans que tu ne te refermes sur toi-même.
Tu te détestes - tu détestes ta véritable personne, et ton masque. Tu détestes être un Originel.
Au fond, tu aimerais parler plus avec les gens - tu aimerais être plus aimable, et tenter des approches, des liens. Tu le ferais, si ton masque tombait, s'il se brisait. Mais comme tu le gardes, tu ne le fais pas.
Tu te détestes lorsque tu es méchant - car ton moi profond ne désire qu'être gentil, il désire être adorable, et non blessant. Ton masque a beau être inexpressif, au fond tu ressens chaque émotion comme si elle te transperçait avec un poignard. Et parfois, tu aimerais pleurer pour qu'on te rassure - tu aimerais rire pour partager une bonne humeur. Mais le masque ne te le permet pas.
Tu es fragile, désespéré. Tu cherches une lumière. Tu es un être banal, torturé, et qui se déteste - un être qui cherche à vivre une vie normale.
En un mot, tu es imparfait - et c'est pour cela que tu gardes le masque.


Physionomie


Blanc.


Blanc, c'est le mot qui te représente.
Blanc, c'est la couleur de ta douce peau de porcelaine. Blanc, c'est aussi la couleur de tes doux cheveux courts - une couleur naturelle, qui plus est. C'est également la couleur de tes yeux - avec quelques teintes de bleus et de gris, pour ne pas non plus ressembler à un Zombie. C'est la couleur de tes cils, de tes ongles, de ton souffle. Blanc, c'est ta couleur - même si ce n'est pas véritablement une couleur.

Ton visage, il est fin, lisse, sans aucune imperfection. On dirait presque une poupée - vu qu'en plus, ton visage est figé. Une véritable pierre - lisse, froide, unie.
Ta peau est toute aussi claire et douce - digne d'une porcelaine également. Tes cheveux, toujours coiffés comme il faut, resplendissent - reflétant le soleil. Certains se terminent en plumes, qui descendent d'ailleurs le long de ta nuque jusqu'à tes omoplates, là où deux élégantes ailes s'enracinent. Ce sont les signes de ton hybridation - un oiseau fabuleux d'un blanc immaculé. Mais ton hybridation, c'est aussi ta voix - ta voix douce, agréable, et ton chant hypnotique.

Tu es élégant, gracieux - tes longues jambes fines donnent l'impression que tu marches constamment avec des talons, et que tu le maîtrise à la perfection. On a l'impression que tu danses à chaque mouvement, que tu flottes à chaque pas. Tu es fin, d'une taille moyenne - un véritable mannequin, si ce n'est pas une aiguille ou une plume. Tu es androgyne, aussi - un parfait mélange, même si ton côté masculin ressort un peu plus.
Tu portes des habits simples, mais élégants, dignes. Tu fais attention à l'image que tu renvoies - enfin, ton masque fais attention à cette image. Car c'est ton masque qui tire les ficelles de tes mouvements, de ta grâce, de ton élégance. Au fond, tu souhaiterais que ça n'existe pas.

Ton tatouage d'originel es situé sur ton bras gauche - au niveau de ton épaule. Mais tu le détestes, et la plupart du temps, tu tentes de le cacher - que ça soit avec un bandage ou autre.
Si on l'observe de près, cependant, on pourra voir une cicatrice le traversant.


Pseudo Internet

Ton âge : 19, encore et toujours !
Ta Présence :Je ne vous quitte jamais °A°
Notre découverte : Avec mes deux premiers compte
Ton Œuvre favorite : J'aime de tout et j'arriverais pas à choisir °A°
Un petit mot d'amour ? Même si Lykos est chelou, je vous aime quand même


Pouvoir

Modification de consistance corporelle

Ton pouvoir est assez simple : Il te permet, en quelques sortes, de changer la consistance de parties de ton corps. C'est-à-dire que tu peux choisir de le rendre plus mou ou plus dur. Tu peux, bien évidemment, faire un mélange pour le rendre plus ou moins mou, ou plus ou moins dur - ou aller carrément aux extrêmes. Les avantages, c'est qu'un membre plus mou, à l'apparence caoutchouteuse, sera plus flexible par exemple - ou tout simplement plus confortable pour dormir (si on se couche sur tes cuisses). Et puis, si c'est mou, tu ne risques pas de te casser quelque chose au moins.
Un membre dur, quant à lui, sera plus puissant. Il peut avoir la dureté d'une pierre, par exemple, et tu peux t'en servir pour te battre, ou pour autre choses qui nécessitent quelque chose de solide. Mais plus c'est dur, et plus ça risque de casser - alors il faut que tu sois prudent.
Bien entendu, il y a des contrecoups : Tu ne peux, au maximum, utiliser ton pouvoir une vingtaine de fois pendant dix minutes tout au plus - et trois fois pendant deux minutes pour le niveau le plus élevé. Tu peux également varier les niveaux en une seule journée, et être limité à dix ou à cinq selon les niveaux que tu utilises - toutefois, si tu utilises deux niveaux différents avant le plus élevé, ça comptera comme tes trois de la journée. Tu dois donc être prudent dans l'utilisation de ton pouvoir, encore une fois.
Il y a autre chose : Utiliser ton pouvoir ne vas pas te laisser sans séquelles. A chaque utilisation, tu sentiras une douleur, une crampe, qui sera égale au niveau et à la durée choisie. Par exemple, pour le niveau le plus bas sur une courte durée, tu ressentiras une simple gêne - et sur une longue durée, quelques picotements. Par contre, pour le niveau le plus élevé, tu ressentiras une violente crampe à l'endroit où tu as exercé ton pouvoir - une crampe si forte que tu auras l'impression qu'on t'a sectionné ton membre, ou coupé la peau, et que si c'est un bras ou une jambe, tu ne pourras peut-être pas en faire usage pendant quelques heures. Si c'est un bras, encore, ça va - mais une jambe ou un pied, tu ne pourras alors plus marcher.
Ton pouvoir est donc simple, mais dangereux pour toi. Il est imparfait, mais tu fais avec.



Storyboard


Le masque


Tu es né dans une famille de nobles. Une grande famille, respectée dans ton pays. Une famille proche de la royauté - une famille puissante, renommée. Parfaite, si l'on puis dire.
Tu es né originel - une fierté, pour ta famille, rendant jaloux les autres famille du pays. Même la famille royale aurait accordé un immense honneur à toi et ta famille - et t'as adopté lorsque tu as perdu tes parents.
Tu as grandis avec d'immenses talents - la danse, le théâtre, le mannequinat, le chant, la musique, le patinage. Tu étais une étoile montante, un être respectueux et respecté. Le modèle de centaines de personnes, l'idole du pays, en un mot : Tu étais la perfection.

La vérité


C'est un 20 décembre, au soir, que tu es né. Immaculé, blanc comme la neige au-dehors, resplendissant de milles feux - on aurait pu te croire albinos, ou penser qu'un chérubin  aurait volé ta place. Et il y avait cette marque, sur ton bras - ce tatouage, cette tâche de naissance - qui prouvait que tu étais spécial. La nouvelle fut tout de suite répandue dans le pays - ce n'est pas tous les jours que l'on accueillait un Originel.
Une fête fut donc organisée dans ton village - pour accueillir cette arrivée divinatoire. A l'époque, tu ne distinguais rien - et tu ne pouvais même pas comprendre ce qui avait lieu. Tu ne savais pas ce que ça signifiait, d'être un originel - tu ne savais même pas ce que ça signifiait, « d'être » tout court.

Dès que tu eus l'âge de marcher et de parler, tu fus directement accablé d'innombrables cours : Cours de danse, cours de théâtre, cours de chants, cours de musique - cours de tout et n'importe quoi. Ta famille voulait que tu sois un être entièrement parfait - que tu puisses tout faire, que tu brilles sur le monde comme tu avais brillé à ta naissance. Que tu sois une étoile, brillant sur tout Animaland - une idole pour toute la région. Mais tu n'as jamais eu de don inné en tout ça, tu avais même du mal pour la plupart. La danse te faisait mal aux muscles, et tu tombais souvent - de même pour le patinage artistique. Jeune, tu avais du mal à jouer les émotions au théâtre. Les instruments te faisaient mal aux mains, pour la plupart - tu étais trop petit. Le chant t'étais inné - mais c'était en grande partie grâce à ton hybridation. Après tout, un oiseau - fabuleux, qui plus est - doit savoir chanter.
Tu as donc dû travailler, pour maîtriser tout ces talents - tu as du te donner corps et âme, même lorsque tu étais à bout. Tu as dû suer sang et eau pour les maîtriser - et tu n'aimais pas ça. Tu n'aimais pas être obligé à faire tout ça. Tu t'es plains - plus d'une fois. Tu disais que tu avais mal, que tu n'aimais pas ça. Mais on ne t'écoutais pas - on te disait que tu étais jeune, que tu ne comprenais pas. Qu'aujourd'hui, tu n'aimais pas ça - mais que dans quelques années, ça serait ta passion, et que tu serais reconnaissant d'avoir appris dès ton plus jeune âge. Et puis, on t'avais dit de rester sage - d'arrêter de faire des caprices ou de te plaindre. Tu devais faire honneur à ta famille, mais surtout à ce que tu étais : Un Originel.
Originel, tu détestais déjà ce mot dès lors que tu en a compris le sens. Tu détestais que les gens soient ébahis juste par ça, qu'ils te respectent et t'admirent juste parce que ta tâche de naissance était inhabituelle. Tu détestais qu'ils t'adorent juste par ce charme que tu dégageais, qu'ils veulent t'approcher juste pour ça - et pas pour la personne que tu étais, au fond. Tu te détestais donc - tu détestais cette partie de toi. Tu avais déjà pris l'habitude, étant petit, de cacher ton tatouage - bien que ça ne changeait pas grand chose.

Et puis, lorsque tu avais 8 ans, la famille Royale t'a proposé de les rejoindre - tu serais traité comme un prince, un roi même. Mais tu as refusé - la famille royale te faisait peur, elle t'intriguait, et même si ta famille te forçait à faire des choses que tu n'aimais pas, tu les aimais, eux.
Mais tu as pu surprendre une discussion où le Roi demandait la même chose à tes parents - proposant une grande somme d'argent. Tu avais peur qu'ils acceptent - l'argent peut remplacer tellement de choses, de nos jours. Même un enfant.
Mais ils avaient refusés - tu restait leur enfant, leur sang. Ils t'aimaient, ils n'avaient pas besoin d'argent - et ils ne t'échangeraient contre rien au monde. Tu étais soulagé - soulagé de ne pas avoir à passer ta vie avec des inconnus.

Cependant, un jour où tu rentrais de classe, un mouchoir à la forte odeur se pressa contre ton visage - et  même en luttant, tu perdis conscience en quelques secondes, le néant t'emportant.
Tu crus d'abord que tu étais mort - que la faucheuse était enfin venue te récupérer. Mais si tu le pensais, c'est que tu étais encore vivant.
Tu t'étais réveillé dans une salle froide, sombre, crasseuse. On t'avais enchaîné, et seul un bout de tissu couvrait ton corps. Tu étais encore engourdi, et un épais tissu te barrait la bouche - t'étouffant presque. Tu avais peur - tu cherchais de l'aide, mais tu étais seul.
Tu avais déjà entendu parler des quelques kidnappings sur les Originels, mais tu ne savais pas que ça avait véritablement lieu - surtout dans ton pays, ou dans ta ville. On ne pense jamais que ce genre de choses va nous arriver, après tout.
Tu avais peur, tu voulais rentrer chez toi. Tu voulais serrer tes parents dans tes bras, ta famille - tu voulais jouer avec tes frères et sœurs, et même faire tes stupides cours particuliers si ça te permettais de rentrer chez toi. Est-ce que tu reverrais au moins tes parents un jour ? Tu paniquais - mais tu te disais qu'ils partiraient bien à ta recherche. Qu'on te retrouverait. Tu en étais même persuadé - ou du moins, tu te persuadais pour ne pas avoir peur.
Peu après ton réveil, quelques hommes que tu ne connaissais pas étaient rentrés dans la salle. Ils étaient crasseux, portaient des vêtements troués. Ils étaient arrivés en ricanants.

« On a encore un peu de temps avant l'heure du rendez-vous... »

L'un d'eux posa son regard sur toi, un sourire carnassier aux lèvres. Il y avait quelque chose de différents, dans ses yeux - quelque chose qui te choqua. Il te regardait différemment des autres - il n'y avait pas ce respect, cette admiration profonde dans son regard. Son odeur était différente, aussi.
Mais qui était-il ?

« On s'amuserait pas un peu ? ~ »

Il regarda ses camarades tel un loup affamé. L'un d'eux répondit alors.

«T'es fou ! C'est une perle rare ça, faut la garder en bon état. »

- De toutes façons, c'est un ordre de Sa Majestée, et j'veux ma récompense moi...»

Il se fit alors frapper au visage par l'autre homme, qui lui cria dessus.

« Mais ta gueule ! Le gosse peut t'entendre, il ira tout rapporter. On doit faire comme si c'était une vente normale, Ok ? »

Le blessé se massa la mâchoire, avant de sourire en montrant ses dents pourries.

« C'est qu'un gosse, il comprend rien. Au pire, personne ne le croira. Et on a qu'à faire en sortes qu'il oublie tout...»

L'homme te regarda, souriant dangereusement tout en s'approchant de toi - tandis que l'autre resta en retrait.
Et le reste, tu as oublié. Même leurs paroles d'avant, tu n'es plus exactement sûres qu'elles étaient tournées comme ça. Tu as peut-être rêvé. Tu as peut-être divagué. Tout ce dont tu te souviens distinctement, c'est tes pleurs - tes plaintes étouffées par le bandeau qui te rentrait presque dans la gorge. C'est la douleur qui t'a pénétré les entrailles, qui s'est répandu dans tout ton corps. Tu te souviens de la peur, de tes tentatives de suppliques qui ne passaient pas le bandeau. Tu te souviens de tes tremblements, de tes tentatives de résistance, d'une oreille animale arrachée sans que tu ne saches pourquoi - peut-être n'était-il pas un hybride, sûrement même.
Tu te souviens des fluides qui t'avaient collés à la peau - du sang chaud qui t'avais collé aux cuisses.  Tu te souviens de ta respiration saccadée, tu avais l'impression que tu allais quitter ton corps pour de bon.
Mais tout est embrouillé dans ton esprit. Tu les revois parler, quand ils ont finis - rapidement. Tu n'es pas sûr, tu mélange les mots - tu es allongé, inerte, comme une poupée de chiffon. Tu es mort, à l'intérieur - à l'extérieur aussi, en quelques sortes.
Tu captes quelques mots, des bribes de phrases. « Va falloir le laver, maintenant, bravo ! ». Mais tu n'en comprends pas le sens. Tu n'es plus qu'un corps vide, une coquille. Tu n'es plus. Ta raison de vivre est partie, ton espoir aussi : Tu ne reverras jamais ta famille.

Plus tard - tu avais perdu la notion du temps, donc tu ne savais pas combien s'était écoulé depuis - tes ravisseurs t'avaient mis dans une cage pour te transporter. Tu ne réagissais plus. Ils avaient vérifiés plusieurs fois si tu n'étais pas mort d'ailleurs, à cause de ton manque de réactivité. Mais tu n'avais plus aucune raison à prendre conscience du monde extérieur.
Ta mémoire est floue, mais tu te souviens d'une estrade où tu avais été entreposé comme un prix - et de plusieurs personnes qui débattaient sur une somme. Puis, tu te souviens de gardes royaux arriver, tu ne sais plus vraiment comment. Tu te souviens de cris, de gens qui courraient - du roi qui te tendait la main pour t'aider à te relever.
Une lueur d'espoir dans le regard, tu avais relevé la tête - et faiblement, tu avais tendu une faible main vers lui. Il t'avait relevé, puis porté - vu que tu ne tenais pas debout. Puis, il t'avais amené jusqu'à sa voiture - et avait pris le chemin du retour.

« Je veux rentrer chez moi...», avais-tu faiblement murmuré avant de t'endormir, tremblotant, les joues trempées.

***
Lorsque la charrette s'était arrêtée, tu t'étais réveillé. Tu reconnaissait l'endroit, tu étais devant chez toi. Instinctivement, tu t'étais relevé et tu avais courut vers ta maison - ignorant tes frères et sœurs en pleurs devant le bâtiment, qui appelaient ton nom pour que tu reviennes.
Et tu compris pourquoi - car une fois arrivé, un cauchemar se dessinait devant tes yeux.
Tes parents. Du sang. Tes parents. Assassinés. Tes parents. Morts.
Morts.
Morts.

C'est trop. Trop.
Morts.
Tu ne peux pas supporter ça.
Morts.
Tu te contorsionne sous le soudain haut-le-cœur qui te prend, rejetant une bile jaunâtre de tes entrailles.  Tu trembles, t'écroulant au sol.
Morts.
Tu pleures. Tu hurles. Tu te tiens la tête, et frappe les planches en bois. Un cauchemar, c'est tout ce que ça peut être.
Morts.
Ta respiration est saccadée. Tu vois le poignard. Tout ça, c'est ta faute - si tu n'étais pas un Originel, on ne t'aurait pas kidnappé. On aurait pas pensé à tuer tes parents pour tenter de te trouver.
Tu trembles, serrant le poignard. Tu pleures. Tu hurles, te l'enfonçant au niveau de ton tatouage - et tu hurles à nouveau, de douleur. Tu griffe ton épaule, le sang coulant le long de bras - puis tu retires la lame. Tu halètes, tu trembles. Tu regardes le poignard une dernière fois.
Morts. Ils sont morts à cause de toi.
Tu tends ton bras tenant le poignard, lame tournée vers toi.
Morts.

***
Alertés par tes cris, tes frères et sœurs avaient finalement accourus - ainsi que le Roi. Ils t'avaient arrêtés dans ton geste - ton dernier geste, ta dernière volonté. Tu pleurais, mais à cet arrêt, tu avais laissé tomber le poignard. Tu avais laissé tomber ton corps, même - t'écroulant au sol. Tu voulais abandonner ta vie, mais tu ne pouvais pas tout simplement expirer et échapper à ce monde.
Ne pouvant alors mourir, c'est ce jour-là que tu décidas de te créer un masque à porter - un masque qui te protégerais de tout. Un masque qui te remplacerait.

***
Après ça, le Roi te recueillit au Palais Royal. Tes frères et sœurs avaient le droit te visiter, mais avaient leur propre résidence près du palais - avec une garde rapprochée, il te disait. Toi, il disait que c'était mieux si tu étais au Palais - tu serais plus en sécurité. Tu n'en avais que faire - plus rien n'avait d'importance. Tu étais gâté, mais tu te fichais de tout ce que tu pouvais recevoir.
Tu avais demandé au Roi de reprendre tes cours - que c'est ce que tu voulais, reprendre ta carrière d'artiste. Au fond, tu n'en avais que faire - tu voulais juste appeler à l'aide. Mais tu te disais que c'est ce que tes parents auraient voulus - et que tu leur devait au moins ça. Tu te disais qu'en hommage à eux, c'est tout ce que tu pouvais faire. Et de toutes façons, le Roi avait l'air d'accord - tu serais une bonne représentation du pays.
Et petit à petit, ton masque se construisit.

Un jour, il t'était arrivé de faire un cauchemar - un cauchemar où on te touchait, et tu avais cru ressentir sur ton corps de véritables mains - alors que tu étais seul dans tes quartiers. Tu t'étais réveillé en hurlant, tremblant, alors que le Roi et des gardes étaient venus voir ce qui n'allait pas - et si tu avais été attaqué. Ils avaient tenté de s'approcher de toi, mais tu les avaient repoussés en hurlant. Ils avaient vérifiés que tu étais bien hors de danger, puis étaient repartis.
Toi, tu avais dû prendre un bain pour te calmer - des flash de ce jour te revenant toujours en mémoire.
Et puis en réfléchissant dans l'eau bouillante, tu avais eu le déclic. Tout ça, c'était beaucoup trop de coïncidences en même temps. D'abord le Roi qui veut t'adopter - puis le kidnapping, le ravisseurs faisant référence au Roi - l'étrange ravisseur, même, qui était différent des autres hybrides, qui n'en était peut-être même pas un - puis le Roi venant « miraculeusement » te sauver, puis la mort soudaine de tes parents...
Tu étais soudainement persuadé que tout était lié. Une rage soudaine s'empara de toi - mais tu ne pouvais rien faire. Tu ne pouvais tuer le Roi - et de toutes façons, ça ne t'apporterais rien.
Le désespoir t'envahis alors à nouveau - et tu t'accordas des dernières larmes, avant de remettre ton masque froid - et de te promettre de ne plus jamais laisser quelqu'un l'enlever à nouveau. Plus personne ne devait voir ta faiblesse, plus personne ne devait apercevoir le cadavre que tu étais devenu.
Tu resterais inexpressif - ton masque deviendrais toi.

Petit à petit, le Roi se montra un peu plus dur avec toi - plus réel. Comme si tu étais son propre enfant, et pas un rescapé - mais ton charme naturel finissais par prendre le dessus, et il se montrait doux. Il était plus exigent avec tes cours, cependant - que tu deviennes le meilleur artiste du pays, voire même de tout Animaland. Il avais exigé que tu reçoives également l'éducation d'un prince - pour que tu sois encore plus « Parfait ».
Le Roi t'envoyais parfois faire des « missions » d'Originel dans le pays, pour la propagande, ou quelque chose comme ça. Tu ne disais rien. Tu restais sa poupée de chiffon, son jouet, sa marionnette. Tu n'étais plus rien, après tout - on avait beau te vénérer, tu ne ressentais plus rien.
Tu étais mort, toi aussi.

Puis, c'est plus tard que tu as appris l'existence du Pensionnat Monokuro. Tu y as vu une issue de secours, une échappatoire. Le toi derrière le masque y a même vu un espoir.
Alors tu as demandé au Roi de t'y envoyer - expliquant que le Pensionnat était très réputé, qu'il te permettrait d'approfondir tous tes talents, de d'épanouir, et de te rendre encore plus parfait. Tu avais essayé de te rendre le plus convainquant possible - tes cours de théâtre n'ayant jamais autant servis. Et avec ton charme naturel - que tu détestais toujours autant - c'était gagné d'avance.

Il accepta alors - et tu fus envoyé au Pensionnat Monokuro. Y trouveras-tu la lumière ou l'échappatoire que tu désirais, seul le temps te le diras - mais au moins, le Roi ne sera plus là.


Revenir en haut Aller en bas
Age : 21
Clochettes : 60
Date de naissance : 04/04/1997
Occupation : Classe 1
Messages : 25
Date d'inscription : 04/05/2018

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 13:04
HANWWW Bienvenue à ton nouveau perso ! J'aime beaucoup comment tu as écris cette première partie fiche
Revenir en haut Aller en bas
Clochettes : 129
Occupation : Danser
Messages : 75
Date d'inscription : 28/03/2018

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Originel

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 13:11
Bienvenue à ta petite beauté hermaphrodite. Je suis pressée de lire ta fiche krkrkr
Revenir en haut Aller en bas
Age : 19
Clochettes : 2089
Date de naissance : 24/09/1998
Occupation : Elève de classe 0 - Année 7
Messages : 550
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Dehors

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Roturier

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 13:40
Hate de voir comment tu vas me trauma lykos fyung
COURAGE PR TA FICHE

ps : j'ai écrit le nom du 1er coup et sans tricher

_________________
L'erreur est humaine, la bêtise est Esté
#6666FF

Revenir en haut Aller en bas
Age : 16
Clochettes : 244
Date de naissance : 14/10/2001
Occupation : élève - 5ème année /Classe 1
Messages : 53
Date d'inscription : 18/02/2018
Localisation : Dans sa chambre...?

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Roturier

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 13:48
Ahhh, le fameux originel wazo *o*

Bonne chance pour écrire ta fiche °w°
Revenir en haut Aller en bas
Age : 19
Clochettes : 108
Date de naissance : 17/09/1998
Occupation : élève de la classe 1 Huitième Année
Messages : 71
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : bonne question

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 13:51
whoooooooo un oiseau légendaire waaaaooouuuu ! fan

bienvenue à ce perso !!! et a toi aussi enfin re !
Revenir en haut Aller en bas
Age : 19
Clochettes : 392
Date de naissance : 31/10/1998
Occupation : Classe 0 septième année
Messages : 164
Date d'inscription : 23/03/2018
Localisation : proche d'un point d'eau

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Noblesse

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ven 8 Juin - 17:30
AAH je suis fan du caractère !
Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Age : 18
Clochettes : 38
Date de naissance : 20/12/1999
Occupation : Classe 2, 7e année + Artiste
Messages : 25
Date d'inscription : 08/06/2018
Localisation : Là où personne n'est
avatar
Originel

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Sam 9 Juin - 2:34
Merci à touuus
Voilà, fiche terminée, m'en voulez pas pour son histoire de victime
Revenir en haut Aller en bas
Age : 35
Clochettes : 1555
Date de naissance : 03/05/1983
Occupation : Infirmière
Messages : 201
Date d'inscription : 09/10/2017
Localisation : L'infirmerie

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Royauté

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Sam 9 Juin - 2:54
Rebienvenue Alex !

Comme d'habitude, j'aime toujours autant tes personnages.
Ils se dégagent d'eux une extrême douceur qui me touche à chaque fois, tout particulièrement.

Je ne suis pourtant pas la première fan du "tu" et avec toi, ça passe comme une lettre à la poste, c'est délicat et bien écrit, ça correspond tout à fait à ton personnage, c'est parfaitement adéquat.
Tu es quelqu'un avec beaucoup de talent, et je suis fière de te compter parmi nous.

En tout cas, amuse-toi bien avec Lykos !
Evidemment, tu es validé. ^^










Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le service administratif :: l'ambassade des visas :: visas des validés-
Sauter vers: