Alex Brzezicki - Virtual World (New Fiche Terminée)

Clochettes : 360
Occupation : 5e Année
Messages : 148
Date d'inscription : 03/03/2018
Localisation : Dans un monde virtuel

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Humain

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Mar 5 Juin - 19:21
Pidge Gunderson - Voltron
Alex Brzezicki

Âge : 17 ans
Sexe : Je sais qu'on a du mal à discerner, mais c'est bien une fille !
Sexualité : Hétérosexuelle
Race : Humaine déguisée en Gerbille
Rang : Humaine
Pays d'Origine : Islandaise
Allégeance : Etrangement contre l'esclavagisme
Groupe : Classe 4, la meilleure, celle des rêveurs o/
Occupation : Elève de 5e année
Particularité (Falcutaltif) : Rien


Psychologie

Une fleur en éclosion.
Alex est souriante, et attentionnée. Elle est innocente et à l'écoute. Elle s'attache facilement aux autres, mais en même temps, n'ose pas les approcher. C'est de la timidité - sans être timide, puisqu'une fois aux  côtés de personnes qu'elle connaît, elle peut se lâcher complètement, et être naturelle. En résumé, elle n'est pas à l'aise avec les inconnus, mais est totalement différente avec ses amis.
Elle est empathique et compatissante - beaucoup trop, d'ailleurs. Elle donnerait tout pour aider une âme égarée, même si elle ne la connaît pas. Ce sont les seuls inconnus qui ne l'effraie pas - les déchus qui ne cherchent qu'une main pour les aider à se relever; et elle est cette main.
Elle rigole facilement, et croque la vie à pleines dents. Bien qu'on l'ai longtemps cru autiste, elle ne l'est pas le moins du monde - son cerveau droit est tout simplement plus développé que le gauche. Ainsi, elle est hypersensible, et pleure tout aussi facilement qu'elle rit - elle angoisse facilement, aussi. Elle ressent tout intensément - la peur, la colère, la tristesse la joie - toutes ses émotions sont décuplées lorsqu'elle les ressent, et ça peut autant la rendre heureuse que la faire souffrir. Elle ne fait pas le premier pas vers les autres, et au lieu d'avoir une vingtaine de connaissances amicales, elle se focalisera sur quelques amis proches.
Elle est têtue et tête en l'air - parfois, elle oublie le monde qui l'entoure. Ce n'est pas seulement lorsqu'elle joue, ou qu'elle est plongée dans un livre. Parfois, elle est tout simplement perdue dans sa bulle à elle. Ses pensées voguent en arborescence - elle passe d'une idée à l'autre sans s'arrêter, explosant comme un feu d'artifice. Parfois, elle aime la solitude que lui procure son esprit - mais parfois, elle se sent seule et veut être entourée de ses proches.
Elle est artiste - elle aime dessiner. Elle aime les jeux, aussi, la musique - et tout ce qui touche à la technologie. Elle possède son propre monde, parfois trop en décalage avec la réalité et avec les autres. Elle est hyperesthésique - les lieux trop bruyants ou trop bondé de foule l'épuisent. Elle a du mal à s'intégrer socialement, et est donc habituée à l'isolement - quitte à s'isoler toute seule si elle a l'impression de ne pas être à sa place. Elle est facilement jalouse - car a beaucoup de mal à acquérir des amis. Elle est facilement distraite, et peut facilement perdre le fil d'une conversation, comme si elle n'entendait plus. Elle est introvertie et distante - et perd facilement la notion du temps ou de la réalité, pour ainsi passer plusieurs heures sur un dessin, un livre, un jeu - sans avoir conscience du temps qui passe.
Par-dessus tout, elle est ambitieuse et poursuis ses projets. Et par-dessus tout, elle aime manger, encore et encore, tout ce qu'elle peut.
Elle pense trop - beaucoup trop. Mais malgré tout, elle garde le sourire - et ne veut inquiéter personne.  


Physionomie

Androgyne.
Le physique d'Alex se résume à ce simple mot. Elle ressemble autant à une fille qu'un garçon - et avec des habits neutre, il est impossible de savoir quel est son véritable genre. Et encore, il y a de rares fois où, habillée comme une jeune fille, des personnes ont eu la maladresse de l'appeler « Jeune homme».
Malgré ce physique mixte, elle est tout de même assez banale: Elle n'est pas une bimbo, ni un beau gosse, si vous voyez ce que je veux dire. Elle est cependant petite - assez même - de son mètre cinquante-quatre (elle insiste sur ces quatre petits centimètre). Si on ne la méprend par sur son genre, on la méprend sur son âge, la rajeunissant souvent. Et ce n'est pas seulement sa taille, mais aussi son visage qui fait presque penser à celui d'un enfant - lisse comme de la porcelaine, et tâché de quelques pointes de rousseur. Elle porte des lunettes rondes par-dessus ses yeux de couleur chocolat - ce qui peut lui donner un air encore plus enfantin. Lorsqu'elle les retire, elle fait plus mature - mais malheureusement ne voit plus rien.
Son poids frêle est aussi celui d'un enfant, car elle peine à atteindre les cinquante kilos - et est donc aussi légère qu'une plume, malgré la quantité de nourriture qu'elle peut ingérer. D'ailleurs, sa gourmandise n'a jamais affecté sa ligne - elle a beau manger comme un régiment, elle garde une ligne mince, sans vraiment de courbes - ce qui lui donne un aspect d'autant plus neutre.
Elle n'a donc bien évidemment presque aucune poitrine - on pourrait facilement la traiter de planche à pain - sans que ça ne l'affecte vraiment, puisque tromper les gens sur son physique l'amuse plus qu'autre chose.
Elle a des cheveux assez courts, châtains, souvent en bataille, défiant presque les lois de la gravité - et pourtant, assez coiffés pour être propres. Sur ses poignets, le haut de ses cuisses et ses épaules se trouvent des marques que le temps ne peut plus effacer.

Pour ce qui est du style vestimentaire, Alex peut porter de tout, tant que ça lui plaît. Si elle doit jouer ou rester dans sa chambre, elle optera pour une tenue plus confortable que présentable. Si elle veut sortir prendre l'air pour faire voguer son esprit, elle choisira une tenue qui lui permet de bouger dehors. Si elle doit se faire belle - alors elle portera une robe, et ainsi de suite.

Vu qu'elle est humaine, elle doit se cacher sous un déguisement d'hybride, qui n'est autre que celui d'une petite gerbille. Bien sûr, vous allez me dire qu'elle a déjà la bouille d'une petite souris - mais ce n'est pas suffisant pour survivre dans ce monde. Elle possède donc une queue beige de gerbille, et des petites oreilles de même couleur - cachées dans son épaisse chevelure en bataille. Adorable, non ?


Pseudo Internet

Ton âge : 19 ans !
Ta Présence : J'suis une no-life qui va vous hanter jusqu'à votre mort Notre découverte : C'était Juaquim qui m'avait ramené
Ton Œuvre favorite : Ah mais c'est beaucoup trop demandé ça, moi j'aime beaucoup trop de choses, on est parti pour un roman là !
Un petit mot d'amour ? C'est bô, et je vous aime


Pouvoir

Virtual Reality

N'avez vous jamais rêve d'entrer dans un monde virtuel? De quitter le monde réel pour vous retrouver dans vos licences préférées - et je ne parle pas de casque de VR, comme le font certains jeu - mais de véritablement plonger dans vos mondes préférés ? D'explorer les matrices d'ordinateur, et de voguer sur un océan binaire?
Le pouvoir d'Alex permet tout cela. Il permet de la transporter « mentalement » dans un monde virtuel ; c'est-à-dire que si elle souhaite se rendre dans un monde de jeu vidéo (au lieu d'y jouer), elle n'a qu'à le toucher et son esprit y sera transporté, mais son corps restera dans le monde réel. Cependant, elle ne pourra interagir avec personne et ne sera pas non plus un des personnages principal - seule son enveloppe mentale s'y retrouvera. Avec beaucoup de concentration, elle peut également y plonger quelqu'un, mais cela peut lui coûter beaucoup d'énergie, et peut la faire saigner du nez, lui donner des migraines horribles ou lui faire perdre conscience si elle puis trop dans son énergie. De plus, elle ne pourra pas transporter quelqu'un avec elle pour plus de trente minutes, et ne pourra plus utiliser son pouvoir pendant quelques heures après cela - et sera de toutes manières bien trop fatiguée pendant ce laps de temps.
Mais ce n'est pas le seul point négatif, bien évidemment. Le pouvoir fonctionne exactement comme si elle passait du temps sur une console ou sur un écran, c'est-à-dire qu'elle perd facilement la notion du temps, voir totalement. Elle peut donc avoir l'impression de passer quelques minutes dans un monde alors qu'elle y passe des heures. Parfois, elle oublie même qu'elle n'est pas dans la réalité, et elle peut donc oublier de revenir - étant trop immergée dans son monde virtuel. Son pouvoir a une durée moyenne de 5 à 6h, ce qui fait  que si elle reste immergée pendant cette durée ou en dépassant cette durée si elle oublie de revenir, elle sera expulsée violemment  et brutalement du monde virtuel où elle était - le retour à la réalité sera brusque et agira comme un choc, lui apportant des migraines terribles qui la forcent à rester allongée. Si elle a trop dépassé ses limites, elle ne pourra pas réutiliser son pouvoir avant un ou deux jours de repos.
Ainsi, plus elle utilise son pouvoir en durée et plus elle fatigue son corps - non seulement par l'utilisation, mais aussi parce qu'elle ne s'occupe plus du bien-être de celui-ci, un peu comme si elle dormait sans se reposer. Elle obtiendra une migraine légère si elle reste trop longtemps - sinon, ça sera une fatigue extrême. Aussi, si elle se blesse d'une façon quelconque, elle ressentira la douleur puisque l'information sera tout de même envoyée à son esprit - et une douleur violente peut d'ailleurs la sortir soudainement de son immersion. Selon l'intensité de ce qu'elle a vécu, la douleur peut persister même une fois sortie du monde virtuel pendant un petit moment.



Storyboard

La vie est un mensonge. Elle te fait croire que tu vas vivre parfaitement, mais te poignarde dans le dos à chaque instant. Et puis, elle fait l'hypocrite - elle te donne de l'espoir, encore et encore - pour que tu croies que tout va bien alors que tout va mal, et elle peut alors te regarder sombrer doucement dans les profondeurs - te donnant un coup de pied pour que tu y retombes si jamais tu oses te relever.
Mais ça fait longtemps que j'ai arrêté de croire aux promesses qu'elle faisait - et longtemps que j'ai décidé d'arrêter de lui faire confiance.

***
Un couple qui s'aime donne naissance à la vie - et ainsi, un 10 février, naquit une jeune fille au nom d'Alexandra. Mais un couple qui s'aime n'est pas voué à vivre - et telle une prophétie, il se brise avant la fin.
Lors d'une terrible tempête, un bateau islandais disparu - emportant avec lui tous ses passagers, dont une jeune mère qui ne rentra jamais chez elle, pour ne jamais plus prendre son mari dans ses bras en annonçant « Je suis rentrée ! » et ne jamais plus serrer son seul et unique enfant contre elle - ne lui offrant ainsi jamais l'amour maternelle qu'il aurait mérité.
L'enfant avait à peine deux ans, à l'époque - et il fut laissé avec un père en proie au désespoir et à la dépression, qui tenta tant bien que mal d'élever l'enfant à lui seul - seulement, il n'était pas heureux, et ne pouvait insuffler du bonheur à une si petite chose en n'en possédant pas même une petite dose.

Les années commencèrent à passer, et l'homme commença à se demander si son enfant n'avait pas un problème : Il était seul, isolé des autres. Il ne se faisait pas d'amis. Alors, voulant rendre son enfant heureux, il dépensa son argent dans les meilleurs psychologues du pays - dans les meilleurs médecins, savoir ce qui n'allait pas avec son enfant - s'il était autiste, ou avait une quelconque maladie. Il était loin de se douter que, tout ce dont l'enfant avait besoin, c'était une présence et de l'amour paternel - ce qu'il ne pouvait lui payer, à son grand regret. Il pouvait seulement feinter d'être heureux auprès de l'enfant - jouer avec lui lorsqu'il le voulait, et agir en tant que père comme il le pouvait. Mais ça n'était pas assez - et l'enfant se refermait alors sur lui-même, dans ses propres mondes - il s'aventurait dans des univers assez magique pour lui donner l'espoir de vivre.

***
Tu n'as jamais eu d'amis. Tu as toujours été cette personne « étrange » à l'école - si ce n'est pas la geek de service. Cette personne qui ne savait pas s'intégrer. Et tu ne savais pas ce qui clochait - tout semblait normal pour toi. Ce sont les autres qui te semblaient différents. Les autres qui ne pensaient pas comme toi - mais tu as fini bien rapidement par comprendre que c'était toi qui était différente, toi qui ne pensait pas comme eux. Que c'était toi qui avait une vision différente du monde, des mots, de la vie - de tout. Et que c'était pour ça que tu n'arrivais pas à t'intégrer. Parce que tu étais trop différente d'eux.
Tu as essayé, pourtant. Mais ça te faisait peur - ils te faisaient peur, à penser trop différemment de toi. Et le peu qui t'approchaient finissaient par te faire souffrir, ne comprenant pas ta manière de penser, de réfléchir, de vivre - ils ne comprenaient pas tes sentiments. Alors tu a finis par te refermer sur toi-même - tu t'es isolée des autres pour éviter la souffrance d'être rejetée ou abandonnée. Au début, tu dessinais et tu lisais - tout le temps. Ça te permettait de t'évader. Tu voyageais dans des mondes merveilleux, ou tu en créais de nouveaux - et ça te permettais de rêver. Et quand Papa était disponible, tu regardais un film avec lui, au creux de ses bras - et parfois, tu t'endormais à ce contact chaleureux. Tu n'as jamais connu maman - ou tu n'en a que peu de souvenirs. Tu te souviens juste de ses sourires et de sa douce voix chantonnant une berceuse - mais tu ne te souviens pas énormément d'elle. Et pourtant, elle te manque.

Papa aussi, te manque. Car même quand il est là, tu sais qu'il n'est pas là. Et ça te rend triste - c'est comme les autres, à l'école. Alors à la maison aussi, tu dessinais et tu lisais - parce que c'était le seul moyen de te sentir vivante, malgré cette inlassable sensation de vide au fond de toi - et de solitude. Malgré cette envie constante de pleurer - et pourtant, tes yeux étaient aussi secs qu'un canyon.

Assez rapidement, tu as découvert les jeux vidéos. Au début, tu y passais du temps avec Papa. Tu avais l'impression que ça le rendait un peu heureux - qu'il oubliait pourquoi il était triste. Mais ça n'a pas duré longtemps, puisqu'il n'a rapidement plus eu le temps pour joué. Alors tu jouais seule - et les jeux étaient tes amis. Tu as testé toutes les licences de toutes les consoles - au moins, tu t'amusais. Au moins, les personnages t'aimaient pour ce que tu étais, même si tu ne pensais pas comme eux. Il y en avait toujours un pour être d'accord avec tes choix - et tu te sentais moins seule.
Lorsque tu ne jouais pas, que tu ne dessinais pas ou que tu ne lisais pas, tu restais simplement sur ton lit à penser ou à t'imaginer dans un de tes mondes préférés - ou à écouter de la musique. Parfois, tu le faisais dehors, ou tu t'aventurais dans la campagne Islandaise et tu t'imaginais sur une quête périlleuse.

Un jour, tu t'es sentie tellement seule que tu as avalé tous les médicaments dans la salle de bain. Tu voulais que Papa te remarque, mais ça ne l'a rendu que plus malheureux. Alors tu as rapidement recommencé à sourire, à essayer d'être heureuse. Tu pensais aux mondes qui te rendais heureuse, aux personnages à qui tu t'identifiais, à tes amis virtuels et imaginaires - et ça te rendait assez heureuse pour   sourire pour ton père.

Une fois, il a ramené une femme à la maison. Puis une deuxième fois. Et ainsi de suite. Tu as rapidement compris qu'il la préférait à toi. Ça te rongeais, quelque part. Elle ne semblait pas méchante, et pourtant, elle t'étais insupportable. Elle semblait vouloir diriger ta vie. Elle semblait diriger ton Père - le soumettre à ses désirs. Il semblait heureux, mais étranger de l'homme que tu connaissais. Ce n'était plus celui qui aimait les jeux, qui aimait sa fille. C'était un inconnu que tu ne reconnaissais plus - et tu ne pouvais pas accepter cette femme comme ta mère. Alors tu la traitais comme une étrangère, car c'est ce qu'elle était pour toi. Mais tu n'avais pas prévu qu'elle joue la victime à chacun de tes mots, chacune de tes actions. Tu n'avais pas prévu que ton père se retournerais contre toi, de façon à ce qu'il ne soit plus d'accord avec tes choix de vie, ou le peu d'amis que tu arrivais à te faire. Tu n'avais pas prévu que tu préférerais aller en cours plutôt que de rester chez toi - enfin, chez ces étrangers, car pour toi ta maison était devenue l'école où tu pouvais côtoyer ce que tu pouvais appeler des amis. Tu n'avais pas prévu non plus que la lame qui par la douleur te faisait sentir vivante deviendrait une habitude de tous les soirs - puis tous les jours - tu ne remarquais même pas à quel point ta peau était abîmée par cette lame. Et tu n'avais pas prévu que ta sensation de vide s’accroisse encore et encore, jusqu'à avoir besoin de cette lame qui en charcutant de douce peau te rendait la vie - ou encore moins ta dépendance à ta bulle et aux mondes irréels.
Non, tu n'avais rien prévu de tous ça, et encore moins les mots prononcés par ton paternel, lorsque l'élue de son cœur  avait joué les victimes trop longtemps:

« Je ne veux plus de toi comme fille, sauvage.»

Alors tu es partie. Un sac à dos, de l'argent, un carnet, une console - et tout ce dont tu avais besoin, et tu as quitté la maison. Tu as erré quelques jours, te sentant revivre, le sourire te revenant peu à peu alors que tu te sentais enfin libre - que ton imaginaire à tes côtés te permettais de combattre la solitude - et puis, un soir de pluie, tu es monté dans un bus en espérant pouvoir dormir quelques heures au sec.

Tu ne te doutais pas que tu arriverais dans un endroit totalement inconnu. Un endroit magique, avec des créatures mi-hommes mi-animales. Tu fus emmené voir le directeur de l'endroit, où on te fis signer un contrat pour que tu ne partes pas. Puis, tu bus deux potions qui te semblèrent délicieuses - l'une pour te donner un pouvoir apparemment lié à ta passion du virtuel, et l'autre des attributs animal de gerbille pour te cacher parmi les animaux.
Et pour la première fois, tu te sentis heureuse, à ta place. Tu te sentis acceptée, tu avais un toît, une existence, une nouvelle famille, et...

***
...Et je me sentais prête, une fois pour toutes à renaître de mes cendres, et à vivre comme je le dois - moi, Alex. Je ne sais pas ce qui m'attends, là-dehors, et j'ai arrêté de faire confiance à la vie dès lors que j'ai su que c'était moi le problème. Mais maintenant, dans ce nouveau monde, tout est possible - et si je ne me fais pas d'amis, je pourrais au moins véritablement me plonger dans les mondes qui m'attirent.



Revenir en haut Aller en bas
Age : 21
Clochettes : 283
Date de naissance : 04/04/1997
Occupation : Etudiante, classe 3
Messages : 184
Date d'inscription : 04/01/2018
Localisation : Résidence de la Paresse

Feuille de personnage
Toi & tes relations:
Tes Aptitudes :
avatar
Royauté

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Mar 5 Juin - 19:32
Nyuuuuu Alexxxxxx !
Merci d'avoir refais ta fiche, c'est parfait ~
On te revalide sans soucis, TU PEUX ALLER MANGER










_________________


Setsuna blablate en #66CC99.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le service administratif :: l'ambassade des visas :: visas des validés-
Sauter vers: